June 2013


Books

Sunday, June 30 2013

Arcand Adrien - Fascisme ou Socialisme ?

Adrien_Arcand_Fascisme_ou_Socialisme.jpg

Arcand Adrien - Fascisme ou Socialisme ?
Précédé d'une allocution par Joseph Menard
Montréal, 1933


Mesdames et Messieurs :
La dernière fois que nous avions le plaisir de prononcer une allocution avant une conférence de notre ami Adrien Arcand, il y a déjà trois ans, le sujet choisi avait pour titre "Chrétien ou Juif". Pendant deux ans nous avions essayé par tous les moyens d'attirer l'attention de nos compatriotes sur le péril juif et d'en faire voir les énormes dangers. Ce soir-là, nous avons résumé le travail accompli et nous avons énoncé nos projets pour l'avenir.
Depuis cette soirée nous avons vogué sur les eaux d'une mer houleuse et la tempête a secoué rudement notre bateau. Le vent a même déchiré les voiles et à un moment, nous avons cru que tout était perdu. La vie prend ; parfois plaisir à nous enseigner que nous sommes impuissants à régler la marche des événements.


Les ouvrages d'Adrien Arcand
Pour plus d'informations


Arcand_Adrien.jpg




Joseph_Menard.jpg

Saturday, June 29 2013

Annie-Jeanne et Bernard Bertrand - Saveurs d'ortie




Annie-Jeanne et Bernard Bertrand - Saveurs d'ortie
Légume de demain


L'ortie, comme beaucoup d'autres végétaux indigènes, a perdu son statut de légume à part entière au moment où des espèces nouvelles rapportées des colonies firent leur apparition sur nos tables. La transition ne fut pas brutale, elle dura plusieurs siècles, la réticence des populations rurales était un frein sérieux à la progression des nouveaux venus. Néanmoins, peu à peu, panais, mouron, pourpier, chénopode, renouée, amarante et ortie disparurent de nos menus. Certes les légumes nouveaux qui les remplaçaient ne manquaient pas d'atouts : grande productivité, facilité de stockage..., ils permirent dans bien des cas d'améliorer les conditions d'existence de nos aïeux. A l'époque, la quantité d'aliments ingérés primait sur la valeur nutritionnelle, et pour cause !

La consommation de ces plantes redevenues sauvages ne fut plus pratiquée qu'aux périodes de crises ou de famines... Leur image devint celle de légumes de misère. Cependant, quelques-unes gardèrent un statut privilégié, la mémoire populaire conservant le souvenir de leur action bienfaisante sur l'organisme. C'est le cas du pissenlit et de l'ortie, encore aujourd'hui à la base des fameuses cures revitalisantes de printemps.

On a cru ce patrimoine culturel voué à une inéluctable disparition... Mais, juste retour des choses, voilà que nos scientifiques, analyses à l'appui, démontrent que nos légumes indigènes assauvagis (on les appelle maladroitement les mauvaises herbes) surpassent bon nombre de fruits et légumes quant à la qualité et à la quantité des vitamines et éléments minéraux qu'ils contiennent (cf p. 1 0).
L'événement est d'importance, car à notre époque d'abondance, d'embonpoint, de stress et de déséquilibres en tout genre, les nutritionnistes sont à la recherche de denrées naturelles saines, équilibrées et surtout assimilables par notre organisme... Et nos légumes sauvages répondent tout à fait à cette attente.

En tout cas, même si la consommation de ces derniers n'est encore qu'anecdotique, ils semblent intéresser de plus en plus de monde; et ils n'ont pas fini de faire parler d'eux, surtout avec un porte-drapeau aussi glorieux que l'ortie, chef de file de ces " légumes de demain " !



Pour plus de recettes
En savoir plus sur l'hérbalisme
Pour plus d'informations sur la nutrition






Friday, June 28 2013

Samuel Crowell - The Gas Chamber of Sherlock Holmes

Crowell_Samuel_The_Gas_Chamber_of_Sherlock_Holmes.jpg


In short, it will be possible to see that the generation of a delusion of mass gas extermination did not require a conspiracy or a hoax, nor much conscious effort at all, but only a social and cultural climate that would facilitate such claims, at a time of war, hatred, and social anomie. We will see that such claims, reinforced here and there by a little helpful fraud, but above all by a simple willingness to believe the worst about one's enemies, would allow dark rumors to be stated as fact and become themselves part of that social and cultural landscape of which we are only half-consciously aware.



Samuel Crowell - The Gas Chamber of Sherlock Holmes
An Attempt at a Literary Analysis of the Holocaust Gassing Claim


Among scholars and the general public, the prevailing consensus holds that millions of European Jews were sent to death in gas chambers as part of an official Nazi policy of mass extermination during the Second World War. So entrenched is this consensus that throughout the Western world those who publicly question its accuracy are now routinely subject to censorship, academic censure, and even criminal prosecution. In contemporary society, no other species of dissident scholarship is met with comparably illiberal reaction.

In an intellectual atmosphere thus poisoned by acrimony and haunted by the specter of persecution, The Gas Chamber of Sherlock Holmes stands as a calm, deftly reasoned, and highly original affirmation of intellectual freedom. Drawing on extensive empirical and documentary evidence as well as methods of cultural criticism conventionally eschewed by field historians, Samuel Crowell argues that the "canonical&" Holocaust gassing claim can be traced to a fateful crisis of modernism -- a crisis revealed in popular texts and long-forgotten cultural ephemera. Spanning from the earliest broadcast rumors to the extermination narrative that was sealed at Nuremberg, Crowell s probing analysis permits us to consider how a grim narrative emerged and evolved in the cyclonic momentum of an era marked by social upheaval, total war, and unprecedented technological change.



Reading Samuel Crowell's The Gas Chamber of Sherlock Holmes is a little like stumbling across a rational mind in an insane asylum years after being taken hostage by the inmates. Following prolonged immersion in clashing dogmas, the dispassionate use of evidence and logic to arrive at a sensible conclusion comes as a jolting but thoroughly pleasant surprise. And Crowell's modesty in stating that conclusion tentatively, knowing that genuinely rational inquiry will and should be superseded by later efforts, is an equally refreshing departure from polemical norms.

Drawing on establishment and revisionist authors, along with a careful scrutiny of German source documents, Crowell deftly evaluates contending claims arguing that Nazi "gas chambers" were (1) weapons of extermination (2) disinfection chambers (3) bomb shelters designed to protect against aerial gas attacks. Aligning eyewitness testimony with the material and documentary record, he sketches out the basis for a rational opinion, putting readers in a position to make their own judgments, without first requiring that they join in partisan warfare. Thanks to this effort we no longer need choose between delusional orthodoxy and strident dissidence, but can simply weigh evidence. This should come as a relief to everyone, while hopefully expanding the number of readers who can move beyond ritual denunciation and actually take the gas chamber debate seriously.

Crowell's work contains not a trace of anti-Semitism. He makes no attempt to whitewash Nazi racial policy, which he characterizes as a "shameful and disgraceful chapter in Germany history," even if "we assumed revisionist theses to their maximum extent." The important consideration, he notes, is that "we would still be dealing with about a million dead European Jews, who died as a direct result of Nazi persecution, plunder, forced labor, deportation, and yes, mass killing." As for his personal beliefs, he says, "they remain what they have been for thirty years or more," that "there certainly was a Holocaust in the sense that Nazi Germany persecuted and massacred many Jews," with the likelihood "that this massacre ran into the millions." Philosemitic crusaders, please take note.

A self-declared "moderate revisionist" who clearly values the standards of rational investigation, Crowell avoids exaggeration, misrepresentation, and self-righteousness. He shows no reluctance to admit when a conclusion is debatable or when the evidence is open to varying interpretations; and he is able to perceive shortcomings in the views and tactics of those who share a revisionist stance - and even some merit in those who do not. This adds credibility to his analysis, and marks him as a rare breed of intellectual who actually does what he is supposed to do: face up to facts and plausibly explain them. It is truly sad that on such an important topic his open-mindedness is all but unique. - Michael K. Smith, author of The Madness of King George


About the Author :
Samuel Crowell is the pseudonym of a self-described "moderate revisionist" who has written extensively on the Holocaust controversy and other subjects. He is a graduate of the University of California (Berkeley), where he studied philosophy, foreign languages, and modern European history. Mr. Crowell continued his studies in history at Columbia University, and taught on the college level for six years.



ligne.jpg


See also :

Rudolf Germar
Carlo Mattogno
Jürgen Graf
James Bacque
Richard Verrall
Alfred-Maurice de Zayas
Carlos Whitlock Porter
Udo Walendy
Siegfried Ellwanger Castan



For more

Thursday, June 27 2013

Stephen A. McNallen - What is Asatru ?

McNallen_What_is_Asatru.jpg


Stephen A. McNallen - What is Asatru ?


This booklet was written to provide answers to the questions likely to be asked by anyone just starting to investigate Asatru. Thus, you'll find few lengthy theological essays, but many clearly-worded replies to the sort of queries most asked by the average person.

The opinions given here are often not hard-and-fast doctrine. Many Asatru-believers will not accept each and every word written here. Still, the outlines are valid and represent a vast amount sf study and thought. It is hoped and confidently expected that this work will prove useful to the newcomer and the more experienced individual a like. Stephen A. McNallen Breckenridge, Texas, 1985.


For more informations




Stephen A. McNallen

Steve_A_McNallen.jpg

Stephen McNallen is the spiritual leader who brought Asatru - the revived faith of ancient Northern Europe - to the United States.

In 1972, Stephen founded an organization dedicated to the Northern pantheon - best known in their Scandinavian versions as Odin, Thor, Freya, and related deities. The years that followed were spent writing rituals, formulating a religious calendar, publishing newsletters, and holding the first international events dedicated to this faith. Today, forty years later, he still leads the Asatru Folk Assembly.

Stephen has been an Army Ranger, a science and mathematics teacher, a journalist reporting from war zones, and an adventurer. He is interested in the cause of Tibetan freedom as well as the welfare of other indigenous groups worldwide, to include the modern European peoples. Stephen is also active in various environmental efforts.

With no plans of ever retiring from life, he lives in the mountains of northern California with his wife, three cats, and the assorted deer, raccoons, finches, and other living things that roam around just outside his house.


McNallen_Asatru.jpg

Wednesday, June 26 2013

Emmanuel-Augustin Chabauty - Les juifs, nos maîtres !




Emmanuel-Augustin Chabauty - Les juifs, nos maîtres !



Préface

Le livre Francs-Maçons et Juifs a reçu du public un accueil que l'auteur était loin d'espérer. Son unique but avait été d'attirer l'attention et de provoquer l'examen des hommes compétents sur deux idées en particulier qui lui paraissaient d'une grande importance et d'une saisissante actualité. L'une dépendait de l'exégèse sacrée; l'autre appartenait à l'histoire contemporaine. Malgré la légèreté d'esprit que l'on reproche à notre siècle, il s'est trouvé nombre de lecteurs que n'a pas effrayé l'épaisseur de ce volume, et qui n'ont point été découragés par les longs développements et les preuves multiples de ces deux idées. Naturellement tout n'a pas été admis sans conteste. La critique a ses droits légitimes, même vis-à-vis des œuvres qu'elle approuva le plus dans leur ensemble.
Je n'ai point à relever ici les objections qui ont été formulées contre la partie scripturale de l'ouvrage; je le ferai plus tard ailleurs. Je m'occuperai seulement de répondre aux observations présentées sur un des points historiques le plus important : L'action du Juif dans la Franc-Maçonnerie et les sociétés secrètes.
« Cette imputation aux Juifs de toutes les horreurs de la Franc-Maçonnerie, a-t-on dit, nous paraît au moins douteuse. Nous ne contestons pas que les Juifs soient les ennemis de l'Eglise; nous croyons qu'ils ont, comme tels, une part d'action dans tous les malheurs de la chrétienté; nous sommas persuadés qu'ils connaissent toujours assez Jésus-Christ pour savoir où est le Christianisme et ou il faut frapper pour l'atteindre. Mais le Juif athée, franc-maçon, nihiliste en matière de culte, rationaliste en matière de doctrine, n'est plus un Juif, enfant de Moïse. C'est une âme dévoyée, tombée dans les gouffres impurs du siècle, étrangère à tout dogme positif, et assez esclave de son néant pour pousser au radicalisme de la destruction. Cette opinion nous sourit d'autant plus que, outre sa justesse incontestable, elle permet d'admettre l'opinion contraire des frères Lémann et de Mgr Gaume, qui croient à la conversion présente des enfants dispersés d'Israël et de Juda. »
Mon vénérable critique n'est pas seul de son avis. Plusieurs de mes lecteurs ont également répugné à « imputer aux Juifs toutes les horreurs de la Franc-Maçonnerie ».
Je conclus de là que je n'ai pas su exprimer assez nettement, dans mon livre, ma véritable pensée.
L'idée- d'attribuer à la nation juive entière, à tous et à chacun des Juifs, en général comme en particulier, les projets terribles et les actes abominables de la Franc-Maçonnerie et de ses branches, n'est jamais entrée dans mon esprit. Mais j'ai voulu avancer, et je maintiens les affirmations suivantes :

Le peuple juif a traversé les nations et les siècles, en étant continuellement dirigé et gouverné par une succession non interrompue de chefs suprêmes.

Ces chefs, que j'appelle les Princes de Juda ou d'Israël, ont toujours caressé l'espoir de retourner dans la Palestine, leur patrie, et d'arriver un jour à dominer le monde. Ils n'ont jamais cessé d'entretenir et de développer cette double espérance dans leur nation; et celle-ci, dans son ensemble, est en parfait accord avec ses chefs pour tendre vers ces deux buts et pour mettre à leur entière disposition son obéissance et toutes ses ressources afin qu'ils les atteignent.

De tout temps, et plus ou moins selon les circonstances, les Princes d'Israël ont tenté, mais sans réussite, de parvenir à ce double résultat. L'ébranlement causé dans la société chrétienne par le Protestantisme et par la Révolution française leur a offert des circonstances favorables comme il ne s'en était pas encore présenté. Ils se sont empressés de les mettre à profit.

Par suite, les Juifs, sous la direction occulte de leurs chefs, ont pu pénétrer de toutes parts dans cette société chrétienne qui les avait repoussés si sagement pendant le moyen âge. Ils y sont entrés tout à la fois d'une manière cachée, dans le XVIIIe siècle, en s'affiliant aux diverses sociétés secrètes existantes et en en fondant eux-mêmes de nouvelles, et d'une manière ouverte, soit par de nombreuses conversions au Protestantisme, soit en obtenant dans la plupart des pays civilisés l'émancipation politique et les droits de citoyens.

Par leur or, leur habileté, leur persévérance, les Princes Juifs sont arrivés à s'emparer de toutes les sociétés secrètes. Ils en sont devenus les suprêmes et uniques directeurs. Ils les tiennent entre leurs mains depuis qu'ils les ont unifiées et rattachées toutes, par des liens plus ou moins secrets, à la Franc-Maçonnerie templière. Ils ont ainsi enrégimenté et organisé, sous leur autorité, tous les éléments du mal et de la Révolution qui existent dans le monde entier.

Eux SEULS étaient aptes à opérer cette unification universelle des ennemis de Jésus-Christ et de son Eglise, parce que, d'abord, plus que tout autre peuple, ils sont sous la domination de Satan à cause de leur déicide qui est pour eux comme un second péché originel; parce que, ensuite, de tout temps, et dès l'origine du Christianisme, ils avaient pied, par la Cabale, dans presque toutes les associations occultes païennes et hérétiques; parce que, enfin, formant eux-mêmes, depuis leur dispersion, une immense société secrète, et vivant sur tous les points du globe, toujours en relation les uns avec les autres par la religion, la politique et le commerce, toujours dirigés de loin comme de près par les mêmes chefs, ils peuvent recevoir et faire exécuter partout à la fois le même plan et les mêmes mots d'ordre.

C'est au moyen de ce formidable engin de destruction, que j'ai nommé la « Maçonnerie judaïque », qu'ils veulent faire disparaître tous les obstacles à leurs séculaires desseins, à savoir : les idées, les institutions et les nations chrétiennes. Leur infernal travail est grandement avancé. Plus que jamais ils espèrent le mener à fin, et devenir les uniques maîtres du monde.

Voilà les choses que j'ai exposées et assez prouvées, il me semble , pour qu'elles attirent l'attention et obtiennent un sérieux examen.
Je conviens sans peine que " le Juif athée, franc-maçon, nihiliste en matière de culte, rationaliste en matière de doctrine, n'est plus un Juif, enfant de Moïse ". Tous ces Juifs-là, extérieurement affublés d'un nom ou d'un autre, ne sont même plus des Juifs du Talmud ; mais ils sont toujours Juifs de cœur non moins que de sang. Comme tels, ils sont soumis, plus ou moins immédiatement, à leurs Princes, et ils conservent toujours, sinon par sentiment religieux, du moins par orgueil de race et de nation, le désir du rétablissement de leur patrie et le rêve de la domination universelle. Soyons sûrs que tous, sous quelques bannières qu'ils soient enrôlés et de quelques titres qu'ils se targuent, serviront, à leur manière, et de leur mieux, les intérêts de leur peuple et les projets des chefs d'Israël.
Maintenant que certaines individualités juives plus ardentes et plus audacieuses, en nombre restreint, trempent seules directement dans les horreurs des hauts grades maçonniques, de l'Internationale et du Nihilisme, j'en conviens sans peine. Que les trois quarts des Juifs de tout pays ignorent absolument les manœuvres que l'on combine, les procédés dont on se sert et les instruments que met en jeu la politique mystérieuse et satanique des Princes de leur nation, pour atteindre le but cher à tous, j'en suis tout à fait persuadé. Que, depuis une cinquantaine d'années, beaucoup de Juifs se convertissent, individuellement et sincèrement, au Catholicisme, c'est une chose certaine, grâce à Dieu, et dont je ressens la plus grande joie. Mais tout cela ne prouve rien contre ma thèse et passe complètement à côté. Tout cela n'empêche pas que les Princes Juifs ne puissent être, et ne soient réellement, à la tête de la Maçonnerie et de toutes ses branches, qu'ils n'en forment le conseil supérieur et la suprême autorité, et que, enfin, toutes les opérations, tous les agissements, tous les attentats de cette redoutable hérésie de notre âge, n'aient été, et ne soient, en définitive, combinés, préparés et commandés par eux. D'une manière inconsciente, mais trop véritable, ils sont, présentement plus que jamais, les vicaires de Satan sur la terre, les généraux qui dirigent le peuple anti chrétien, et qui préparent la venue de son dernier chef, l'AnteChrist.

Par les documents et les développements nouveaux que je vais mettre sous les yeux de mes lecteurs, j'espère éclaircir davantage tous ces points, confirmer amplement la thèse de Francs-Maçons et Juifs, et justifier le titre principal donné à ce nouveau livre : les Juifs, nos maîtres !

En la fête du Patronage de saint Joseph, 30 Avril 1882.

L'Abbé E.-A. CHABAUTY,

Chanoine Honoraire.



Pour plus d'informations


Les juifs, nos maîtres !

Tuesday, June 25 2013

L'Afrique Australe



South Africa - Since the fall of apartheid and ANC takeover in 1994, thousand of white Afrikaaner farmers and their wives and children have been tortured and savagely murdered in ongoing black on white genocide.



ligne.jpg


Le Génocide des Blancs en Afrique du Sud - David Duke


Cette vidéo traite du génocide des fermiers Blancs en Afrique du Sud. Les images choquantes ont été masquées, tel que pratiqué dans les diffusions télévisées.
Les Blancs en Afrique du Sud affrontent leur génocide en cours, et il est du devoir de chaque Blanc sur Terre de faire entendre sa voix pour leurs venir en aide.
On a diabolisé le Gouvernement Blanc d'Afrique du Sud. En réalité, les Blancs avaient bâti une grande nation et les nègres y prospéraient...
Les nègres venaient de toute l'Afrique pour y profiter du développement, des soins médicaux, de l'éducation et de l'indépendance relative que les Blancs avaient créée.
Si la juiverie internationale a boycotté un temps l'Afrique du Sud pour son séparatisme racial. Elle a aujourd'hui attend son objectif final en Afrique Australe avec l'extermination de la race aryenne sur cette partie de notre planète.



ligne.jpg


Lauritz Strydom - Rivonia unmasked !

Contrary to popular belief, Nelson Mandela was not a "prophet of peace" nor was he imprisoned for 27 years for "fighting against apartheid." In fact, Mandela was a communist terrorist who bombed assorted facilities and buildings and killed people, along with other black and Jewish intellectuals of the day. The Rivonia trial was not about "apartheid" it was about murders committed at the hands of Nelson Mandela and others.

For more





ligne.jpg


Les premiers camps de concentration furent établis en Afrique du Sud.
Devinez par qui ? ...


Eugène Terre'Blanche

British Jews and the Boer war

Lys noir - L’empire du Bien attend la mort de son idole

Les Français au Transvaal

Arthur Le Creps - Guerre de l'Angleterre contre les Boërs

V. Hugot - Mission commercial au Transvaal






ligne.jpg


Kontingent 88 - Afrikaner


Quand tu as mis le pied sur cette terre
Il n'y avait que le sable du désert
Mais grâce à ton travail, ton génie créateur
Elle est devenue ta fierté d'Afrikaner !
Au XVIIIème commence déjà cette guerre
Zoulous, Bantous viennent saccager ta terre !
Et depuis trois siècles ils réclament leurs droits
Le fruit de ton travail qu'ils ne méritent pas !
Le bonheur passe par le labeur
Mais toujours restera ancré dans ton cœur
L'amour de ton sang, de ton honneur
Symbole de la fierté Boër !

Instauration d'un juste Apartheid
Pour préserver le sang de tes ancêtres
Les autres pays te refusent leur aide
Te condamnent pour te voir un jour disparaître !
Tu subis les provocations,
De l'ANC et autres organisations !
Tu ne réagis pas aux attentats
Effectués au nom de Mandela !
Ce n'est plus une colonisation
Ni de l'esclavage mais seulement la raison !
Car l'Afrique Australe est le dernier bastion
De la race Blanche avant l'invasion !

Prospérité, essor économique
Tu es la vraie civilisation d'Afrique !
Tu défends ta belle terre
Qui t'appartient à toi Afrikaner !



ligne.jpg


District 9

Friday, June 21 2013

William Joyce - Twilight over England




William Joyce - Twilight over England
Internationaler Verlag Berlin W 15 - 1940



William Joyce, alias Lord Haw-Haw By Alex Softly.

Julius Streicher, who was executed at Nuremburg in 1946, had given himself the title “Jew-Baiter Number 1.” If there was ever a figure in British politics who deserved the title it was William Joyce, alias Lord Haw-Haw. Dismissed by many historians as a comical, almost pathetic, figure in reality his life was far more complex.
Joyce was born in New York of an Irish father and an English mother on 24 April 1906, but when he was only three the family moved to Ireland, settling in County Mayo. Joyce was educated at a convent school in Galway – the College of St. Ignatius Loyola. It was here that during a fist fight with another boy that Joyce had his nose broken. He kept quiet about the injury and his nose never properly set – giving him the nasal broken drawl so familiar in his later broadcasts from Germany.
The Joyce family were in Ireland at the time of the Sinn Fein insurrections and because they were Conservative and pro-Union they were very unpopular with the rebels. Joyce’s early life was marked by violence, including an attack on his father’s business and attacks on the family home by Sinn Feiners. When the British Prime Minister Lloyd George announced the Anglo-Irish Treaty of 1921 and the creation of the Irish State the Joyce family left for England. Joyce was then 15 years old.
Far from being the puny figure described by the press during World War II, William Joyce was of average height and strongly built. During his youth he excelled at boxing, swimming and fencing. This was to hold him in good stead later when he was involved in many street battles.
In 1923 at the age of 17, the same year as Hitler’s attempted putsch in Munich and 9 years before Mosley formed the BUF, Joyce joined the ‘British Fascisti Ltd’ – a movement based on its Italian big brother. At a Conservative meeting at Lambeth’s Bath Hall the following year a squad of fascists under the control of William Joyce became involved in a fracas with left-wing agitators. It was here that Joyce received the famous scar that ran down the right side of his face from the lobe of his ear to the corner of his mouth. The scar was received during fighting in the meeting and Joyce had no doubt that the perpetrators were “Jewish Communists.” This incident had a marked bearing on his outlook. He was reminded of his hatred of “the enemy” every time he looked in the mirror until the day he died.

Joyce left British Fascisti Ltd in 1925 seeing no way forward through their policies. He joined the Conservative Party, but left after a short period in 1931. He called the old men of the Conservative Party weak, grasping and dishonest men, who were betraying the nation to the agents of International Finance.
When Sir Oswald Mosley launched the British Union of Fascists on 1 October 1932, Joyce was quick to join. He made a name for himself as a dedicated activist and a good speaker very quickly. A. K. Chesterton described Joyce as a “brilliant writer, speaker who addressed hundreds of meetings... always revealing the iron spirit of Fascism.” In 1934 Joyce was promoted to the BUF’s Director of Propaganda. With his savage anti-semitism and shrill voice at meetings Joyce began to alarm some members of the BUF. When asked about Jewish involvement in class war in 1934 Joyce snapped “I don’t regard the Jews as a class I regard them as a privileged misfortune.” It was during this time that the numbers protesting at major BUF meetings increased from a few dozen to a few thousand. Some of the enemies of the BUF came equipped with knuckle-dusters, metal bars and potatoes encrusted with razor blades.
William Joyce gained the reputation of a savage fighter and was always the first to dive into a fracas with knuckle-duster at the ready. The image of “Jewish Communists” who scarred his face was always in the back of his mind and he wanted revenge. Standing on his soapbox in Blackshirt battledress – a buttoned black suit with a high-necked pullover – his left hand in his pocket and his right clutching the microphone – he fed on the tension and heckling like a drug. The June 1934 Olympia conference which turned into a bloody fight and the violent rhetoric of Joyce destroyed the image of respectability that Mosley and the BUF were striving for. But this did not prevent Joyce from being appointed Deputy Leader of the BUF.
Mosley and Joyce were completely different in character. Mosley was relaxed, humorous and charming whereas Joyce was impatient, intense and bad-tempered. Joyce’s departure from the BUF in April 1937 came as a result of Joyce being dismissed from the salaried staff of the BUF. Bad election results, falling support and lack of money led to a BUF staff reduction of 143 to approximately 30. This and Joyce’s personal differences with Mosley led Joyce to form the British National Socialist League. Despite Joyce having been Deputy Leader of the BUF between 1933 and 1937 and a brave fighter and powerful orator, Mosley snubbed him in his autobiography and denounced him as a traitor because of his wartime activities.
When Joyce left the BUF in April 1937 he took approximately 60 members with him; the numbers dwindled quickly to about 20. Although the membership was very small they were loyal and worked extremely hard, and the League survived. It held many street-corner meetings, which resulted in many fights – fights which Joyce never shrunk from. Joyce made no effort to hide his admiration for Adolf Hitler and praised him whenever possible. Joyce had made up his mind long before World War II that it was the result of provocation by Jewry and International Finance.

On 26 August 1939, approximately a week before the outbreak of war, Joyce and his family fled to Berlin after a tip-off that, under the soon to be introduced emergency powers, he would be interned for the duration of the war. It was an act that would lead eventually to his death and denouncement by many, including Mosley, as a traitor. Rightly or wrongly Joyce was adamant that Britain was being led into another pointless war and Neville Chamberlain’s, and subsequently Winston Churchill’s, governments were betraying their people.
Friends in Germany put Joyce in contact with Dr. Erich Hetzler – Private Secretary to Germany’s Foreign Minister von Ribbentrop. Two weeks after the outbreak of war he was appointed Editor and speaker for the German transmitters for Europe at Berlin’s Charlottenburg. Joyce was still only 33 years old. His wartime broadcasts to England became infamous – he was nicknamed ‘Lord Haw-Haw’ by a Daily Express journalist because of his aristocratic nasal drawl. Unknown to the public at this time, his image was very different from the scar-faced fascist thug he was usually portrayed as.
Although it was illegal to listen to his broadcasts in Britain they became very popular with British listeners. They always began with the words “Germany calling Germany calling,” which because of Joyce’s broken nose sounded like: “Jarmany calling, Jarmany calling.” During his heyday Joyce had almost as many listeners as the BBC – and he caused alarm with his tales of a Fifth Column in Britain and his talks on how to treat bombing wounds. He caused panic with his apparently accurate descriptions of Town Hall clocks that had stopped and how many steps there were in a particular church steeple.
After the Battle of Britain and the invasion of Russia, Joyce’s broadcasts lost more and more listeners in Britain – but he still remained the number one broadcaster in Berlin and his anti-semitism never faded in its virulence – continuing to blame the war on “Jewish International Finance.” For his efforts Joyce continued to live a comfortable life in Berlin and in September 1944 was awarded the Cross of War Merit 1st Class with a certificate signed by Adolf Hitler. As the war worsened he began to drink heavily and his marriage became a joke with both his wife and he having numerous affairs.
During the final stages of the war, with the Red Army approaching Berlin, Joyce moved to Hamburg. He made a final broadcast on 30 April 1945 – warning that the war would leave Britain poor and barren now that she had lost all her wealth and power in 6 years of war, leaving the Russians in control of most of Europe. He signed off with a final defiant “Heil Hitler.”
Joyce was captured while going through a wood near Flensburg after the war; he received a bullet wound to the leg in the process. Joyce’s fate at the gallows was then merely a formality and the British press whipped up all the hysteria they could – reminding people that he was a snarling traitor. The British Government passed the Treason Act 1945 the day before Joyce was flown back to Britain.
Although Joyce was born in the USA, brought up in Ireland and took German nationality on 26 September 1939, he was charged with treason from 3 September 1939 to 2 July 1940, the date his British passport ran out, and sentenced to death. Joyce was confined in a death cell at London’s Wandsworth Prison. In the cell next door was John Amery, the son of a British lord and the man who had tried to form British expatriates and sympathetic British POW’s into a Freicorp to fight on the German side. Joyce was executed five days after Amery on 3 January 1946. He was adamant and defiant to the end. He showed no emotion when confronted by news and scenes from the concentration camps, blaming the deaths on starvation and disease caused by Allied bombing of communication lines. He also scratched a swastika on the wall of his cell whilst awaiting sentence. His last public message reported by the BBC was “In death as in life, I defy the Jews who caused this last war, and I defy the powers of darkness they represent. I warn the British people against the crushing imperialism of the Soviet Union. May Britain be great once again and in the hour of the greatest danger in the West may the standard be raised from the dust, crowned with the words — you have conquered nevertheless. I am proud to die for my ideals and I am sorry for the sons of Britain who have died without knowing why.” He was not yet 40 years old when executed. He was buried in an unmarked grave in the grounds of the prison.




See also : Oswald Mosley

Thursday, June 20 2013

Graham Hancock - Civilisations englouties Tome 1




Graham Hancock - Civilisations englouties Tome 1
Découvertes et mystères


Depuis toujours, l'archéologue Graham Hancock se passionne pour l'origine de l'humanité. A ses yeux, les mythes et les légendes façonnés par les civilisations les plus anciennes puisent leurs sources dans des réalités historiques. Que s'est-il passé exactement sur la Terre à la fin de l'ère glaciaire, lorsque le niveau des mers s'est mis à augmenter en submergeant des continents ? Pour lui, le doute n'est guère possible : des civilisations entières, dont on n'a pas encore retrouvé trace, ont été englouties.
Fort de cette conviction, il s'est donc muni de radars très puissants et des moyens d'investigation les plus modernes pour explorer pendant de longues années, avec une extrême minutie, le fond des mers et des océans. Ses conclusions sont stupéfiantes. Car, réfutant les assertions des archéologues les plus autorisés, qui ne s'étaient pas privés de prendre ses initiatives à la légère, il a découvert de troublants vestiges aux emplacements mêmes où les mythes les plaçaient : dans la mer du Bengale et l'océan Indien, sur les côtes japonaises, en mer Méditerranée et dans l'océan Atlantique.
De quoi ébranler bien des idées reçues et remettre en cause les données scientifiques les plus communément admises.


Œuvres de Graham Hancock




Graham Hancock est l'auteur de Surnaturel, L'Empreinte des Dieux, Le Mystère du grand sphinx et de Le mystère de Mars, qui sont tous des best-sellers internationaux.

Audios de Graham Hancock - Vidéos de Graham Hancock


www.grahamhancock.com

Wednesday, June 19 2013

Mathieu Barrois - Lettre au président du Québec




Mathieu Barrois - Lettre au président du Québec
De Salon, 27 juin 1558



Bien qu'elle fasse une revue des grands évènements du monde à partir de la Révolution française, on ne peut pas saisir le sens véritable de la Lettre à Henry, roy de France second, une lettre écrite par Nostradamus, si on refuse de convenir qu'elle s'intéresse en premier lieu au destin américain et particulièrement au destin malheureux de la francophonie en Amérique. Le titre choisi par Nostradamus révèle le lieu de destination de la lettre : c'est la France seconde, le Québec, aujourd'hui le dernier bastion de la francophonie en Amérique, et demain peut-être, le dernier bastion de la francophonie dans le monde.

C'est un livre qu'il faut lire absolument, un livre qui s'attaque aux préjugés entretenus depuis longtemps sur Nostradamus et son œuvre.



Pour plus d’informations


Tuesday, June 18 2013

Louis Darquier de Pellepoix - Le juif

juif.jpg


Louis Darquier de Pellepoix (Gérard) - Le juif

Ce qu’il est…
Ce qu’il veut…
Ce qu’il a fait…


Union française pour la défense de la race - 1943



Lorsque cette brochure fut éditée pour la première fois, dans le courant de l’année 1937, son entrée en matière était un peu plus brève. Elle était néanmoins opportune, et c’est pourquoi je la transcris intégralement ci-dessous :
« La France va mal. Les Français, pourtant si divisés, sont tous d’accord sur ce point.
La France est faible. Elle est mal gouvernée. A part quelques équipes gouvernementales, qui chantent la satisfaction de leur intérêt personnel, comblé au détriment de celui de la collectivité, c’est-à-dire de la Patrie, tout le monde est lésé, diminué et se plaint.
Au point de vue général, le bilan est triste.
La victoire s’est évanouie, rognée morceau par morceau.
La fierté française, le génie français, l’esprit français, sont étouffés, écrasés, pourchassés.
La corruption, la trahison même, fleurissent désormais en France comme le bleuet dans nos champs.
La position en apparence si brillante, que nous occupions à la signature des traités de Paix, s’est singulièrement ternie.
Toutes les petites nations, qui nous devaient le jour ou l’indépendance, nous ont tour à tour quitté et ont rallié l’orbite d’autres grandes nations dont le soleil ne s’est pas éteint.
La fortune du pays est épuisée par trois dévaluations en moins de 15 ans, qui ont réduit le franc, et les économies des Français, au dixième de leur valeur.
A un point de vue plus particulier, le bilan est aussi triste.
Les Ouvriers, qui pensaient avoir recueilli de substantiels avantages, voient avec surprise ceux-ci s’écouler comme un fluide entre leurs mains, et, naïvement, réclament pour en avoir de nouveaux, preuve absolue qu’on s’était moqué d’eux.
Les Patrons sont épuisés par ces avantages et ne peuvent en consentir d’autres sans augmenter les prix, ce qui accuse le malaise général, et fait tomber les exportations, d’où augmentation du chômage.
La position des professions libérales n’est pas plus intéressante. La gêne nationale touche terriblement les avocats, les littérateurs, les médecins, les dentistes, les ingénieurs.
Le petit commerce est dans le marasme ; Quant à l’Art, il est dans la misère.
Mais chose curieuse, ces malheurs n’affectent que les Français autochtones, les « indigènes » de notre pays.
Il existe, en effet, une « aristocratie » d’un certain genre, qui n’a l’air en rien diminuée par la crise, contrairement à nous. Car, enfin, nous connaissons tous de nombreux Français qui sont appauvris ou ruinés depuis un certain temps, mais tous les Juifs, souvent en France de fraîche date, ont au contraire amélioré leur position.
Cherchez autour de vous, vous ferez toujours la même constatation stupéfiante.
Jamais ce mot de Drumont n’a été plus vrai : « Les Juifs sont venus pauvres dans un pays riche ; Ils sont aujourd’hui les seuls riches dans un pays pauvre ».
Et pourtant, sommes-nous inférieurs à ces Juifs, à l’actif desquels aucune invention n’a jamais pu être relevée, et est-ce leur réelle supériorité qui leur a permis à la fois de nous commander et de prendre nos biens ?...

Ou plutôt n’est-ce pas que, par une manoeuvre déloyale, les Juifs nous auraient malhonnêtement pressurés et, pour diminuer nos facultés de réaction, auraient réussi à corrompre nos énergies et à amoindrir notre vitalité ?... »
Il est nécessaire aujourd’hui, hélas, d’ajouter quelques mots.
L’emprise juive a abouti à des résultats encore plus graves que ceux, d’ordre social et économique, précédemment prévus.
La nation juive a semblé abandonner son objectif antérieur pour s’attaquer à une activité dont les répercussions devaient être beaucoup plus générales.
Portant la guerre du plan français au plan européen et même mondial, les Juifs ont déclenché, comme nous le prévoyions à la fin de cette brochure, le terrible conflit de 1939 qui n’est pas encore éteint.
Non contents de dominer le royaume de Saint-Louis, ils ont voulu, conformément à la promesse de l’Ancien Testament, régenter le monde entier.
La meilleure façon d’y parvenir consistait évidemment, pour une clique aussi dénuée de sentiments humains que la clique juive, à affaiblir les nations qui commençaient à se dégager de l’empreinte et de l’emprise spirituelle juives, par une guerre qui les opposerait les unes aux autres.
Israël pressentait qu’il pourrait alors, comme une nuée de corbeaux sur un champ de bataille jonché de morts, se partager les dépouilles de ceux qui, à l’inverse des Juifs, auraient participé activement au combat.
La guerre de 1939 a été, on en verra la preuve plus loin, déclenchée par les Juifs.

La seule espérance qui reste aux non-Juifs – et son souffle voit sa puissance s’accroître chaque jour – est que le bloc indépendant de la puissance juive remporte la victoire. Cette victoire peut être d’ordre militaire, mais elle ne saurait être intégrale, complète, décisive, que si les sphères spirituelles qui, jusqu’ici, évoluaient encore dans le plan de contrôle juif, s’en détachaient petit à petit ou soudainement.
Cette brochure se propose l’étude du problème juif.
Son auteur désirerait que sa lecture conduisit ceux qui l’auront entre les mains à comprendre que le véritable danger qui menace la civilisation n’est pas telle ou telle armée, telle ou telle nation militaire.
La menace majeur qui pèse aujourd’hui sur la planète est cette organisation de conquête insidieuse, basée sur l’accaparement économique, sur l’immoralité, la corruption, toutes sortes de choses qui, pour être moins visibles qu’un uniforme, moins bruyantes qu’une artillerie, n’en constituent pas moins un moyen de conquête extrêmement efficace, d’autant plus efficace même que ses effets, très progressifs, ne sont pas facilement perceptibles par les peuples menacés. La conquête brutale suscite toujours des mouvements de réaction qui conduisent tôt ou tard à l’indépendance : C’est ainsi que les Anglais furent finalement chassés de France par Jeanne d’Arc.
Aussi bien pouvons-nous considérer, nous Français, comme le plus dangereux pour notre vie nationale, le bloc qui, indépendamment de son potentiel militaire, s’efforce d’étayer sa puissance par une alliance avec la nation juive.
Que les Français en prennent de la graine, et commencent enfin, négligeant les petits impedimenta d’une époque évidemment bouleversante, à se pénétrer de ce que leur pire ennemi n°1, est le Juif, et qu’il ne saurait être de résurrection française sans l’élimination totale de cet élément.



Pour plus d'informations


juden_gelber.jpg



1978
Une interview de Louis Darquier de Pellepoix, ex-commissaire aux Questions juives du gouvernement de Vichy par des journalistes de L’Express

L’Express : - Monsieur, il y a tout juste trente-six ans, vous avez livré aux Allemands 75 000 hommes, femmes et enfants. Vous êtes l'Eichmann français.

Louis Darquier de Pellepoix : Qu'est-ce que c'est que ces chiffres ?

L’Express : Tout le monde les connaît. Ils sont officiels. On les trouve aussi dans ce document. (Je lui montre, ouvert à la bonne page, le « Mémorial de la déportation des Juifs de France », de Serge Klarsfeld. )

L. Darquier :J'en étais sûr : un document juif. Et re-voilà la propagande juive! Bien entendu, vous n'avez rien d'autre à me montrer que des documents juifs. Et pour cause : il n'en existe pas d'autres.

L’Express : Oh, que si! Des centaines, des milliers d'autres, qui n'ont pas été inspirés par les organisations juives. Cela dit, vous pouvez peut-être admettre que les Juifs se soient intéressés à la disparition de 6 millions d'entre eux.

L. Darquier : Ce chiffre est une invention pure et simple. Une invention juive, bien sûr. Les Juifs sont comme ça : ils sont prêts à n'importe quoi pour se faire de la publicité.

L’Express : Vous pensez vraiment ce que vous venez de dire ? Vous pourriez le répéter?

L. Darquier : Ah, je vois! Vous aussi, vous êtes intoxiqué. Mais vous êtes donc tous aveugles... Vous ne voulez, pas comprendre que tes Juifs n'ont qu'une idée en tête : mettre la pagaille partout. Et dans quel but ? Vous le savez bien : faire de Jérusalem la capitale du monde. Il suffit d'ouvrir les journaux, aujourd'hui même, pour s'en rendre compte. Vous êtes venu ici m'accuser, mais...

L’Express : Non. Je ne suis pas un procureur.

L. Darquier : Vous croyez donc que la question juive date de 1942 ! Mais la question juive est un problème millénaire... Déjà, au Moyen Age, l'Occident, la chrétienté luttaient contre la progression tentaculaire des Juifs. L'étoile jaune, ce n'est pas nous qui l'avons inventée. Si, au XIIème siècle, déjà, on a éprouvé le besoin de faire porter la rouelle aux Juifs, c'est qu'il y avait une raison. Quant à notre histoire récente, elle est entièrement conditionnée par la recherche de solutions au problème juif. Moi, lorsque le Maréchal m'a placé à la tête du Commissariat aux Affaires juives, je me suis fixé un premier but. Un but humanitaire, notez-le bien : rendre la situation des Juifs français aussi confortable que possible.

L’Express : C'est tellement vrai que, au mois de février 1943, vous avez proposé au gouvernement de Vichy un certain nombre de mesures auxquelles les Allemands eux-mêmes n'avaient pas songé.

« Déclaration de Louis Darquier de Pelle poix au « Petit Parisien », le 1er février 1943 :
« Je propose au gouvernement :
1. D'instituer le port obligatoire de l'étoile jaune en zone non occupée.
2. D'interdire aux Juifs, sans aucune dérogation, l'accès et l'exercice des fonctions publiques. Quels que soient, en effet, la valeur intellectuelle et les services rendus par un individu juif, il n'en reste pas moins qu'il est juif et que, par cela même, il introduit dans les organismes où il occupe une fonction, non seulement une résistance naturelle aux opérations d'aryanisation, mais encore un esprit qui modifie, à la longue, d'une façon profonde la valeur de toute l'Administration française.
3. Le retrait de la nationalité française à tous les Juifs qui l'ont acquise depuis 1927... »

L. Darquier : Cette histoire d'étoile jaune en zone libre, je ne m'en souviens pas. II doit s'agir encore de votre propagande juive...

L’Express : Absolument pas. C'est là, noir sur blanc, dans « Le Petit Parisien » du 1" février 1943.

L. Darquier : Peut-être... Peut-être... En tout cas, c'aurait été une erreur. Parce que, vous savez, contrairement à ce qui a été beaucoup dit, l'étoile jaune n'était pas populaire.

L’Express : Et la dénaturalisation des Juifs, c'était une erreur ?

L. Darquier : Ah ça, non ! C'est bien de moi, ça...

L’Express : Votre prédécesseur au Commissariat, Xavier Vallat, d'ailleurs jugé trop mou par les autorités allemandes, avait fixé à 1932 la date limite de naturalisation avant laquelle nul — en principe — ne tombait sous le coup des lois raciales (1). Vous l'avez repoussée à 1927.

(1). II s'agissait d'un décret purement formel : dès le mois de mars 1941, la police française arrêtait les Juifs français depuis 1897, pour les livrer aux Allemands !

L. Darquier : Mais bien entendu ! Il fallait qu'il y en ait plus !

L’Express : Plus de Juifs déportés, c'est ça ?

L. Darquier : Evidemment. Il fallait à tout prix se débarrasser de ces étrangers, de ces métèques, de ces milliers d'apatrides qui étaient à l'origine de tous nos maux. Ils avaient voulu la guerre. Ils nous l'avaient amenée. Il fallait qu'ils s'en aillent. Le plus vite possible, le plus loin possible. C'est le deuxième but que je m'étais fixé en prenant mes fonctions: envoyer tous ces gens faire chez eux ce qu'ils essayaient de faire chez nous !

L’Express : Comment ça, chez eux ? En 1942, le peuple juif n'avait pas de patrie !

L. Darquier : Je veux dire : là-bas, je ne sais où, en Pologne. Le projet était de leur donner un territoire quelque part par-là. Ainsi, ils auraient cessé d'être des apatrides ! C'est ce que je voulais, moi : la fin du Juif errant. Qu'enfin, après deux mille ans, ces gens-là ne soient plus des étrangers partout où ils se trouvaient.

L’Express : C'est stupéfiant. Pour un peu, vous m'expliqueriez qu'Auschwitz se situe dans le droit-fil de la Déclaration Balfour !

L. Darquier : Auschwitz... Auschwitz... Vous savez, on en a beaucoup raconté sur Auschwitz ! Il faudrait commencer par savoir ce qui s'est réellement passé à Auschwitz.

L’Express : Un million de morts. Parmi eux, d'innombrables enfants. Tous gazés.

L. Darquier :: Non, non, non... Ça, vous ne me le ferez jamais croire. C'est encore cette satanée propagande juive qui a répandu et entretenu cette légende. Je vous répète que les Juifs sont toujours prêts à tout pour qu'on parle d'eux, pour se rendre intéressants, pour se faire plaindre. Je vais vous dire, moi, ce qui s'est exactement passé à Auschwitz. On a gazé. Oui, c'est vrai. Mais on a gazé les poux.

L’Express : Qu'est-ce que vous voulez dire ?

L. Darquier : Je veux dire que lorsque les Juifs sont arrivés au camp, on les a fait déshabiller, comme il est normal, avant de les conduire à la douche. Pendant ce temps là, on désinfectait leurs vêtements. Après la guerre, les Juifs ont fait circuler partout des photographies montrant du linge entassé ou pendu à des fils. Et ils gémissaient... « Regardez, disaient-ils, c'est le linge de nos frères que l'on a exterminés ! » C'était faux, bien sûr. Mais, que voulez-vous, ils sont comme ça, les Juifs. Il faut toujours qu'ils mentent.

L’Express : C'est bien ce que je disais : vous êtes unique dans votre genre. Eichmann lui-même ne niait pas l'existence de la solution finale. Vous, si. Vous étiez pourtant au courant.

« Note de service de l'Office central de sûreté du Reich IV B 4, 11 juin 1942.

Une conférence a eu lieu à laquelle assistaient, outre le soussigné SS Hauptsturmfùhrer Dannecker, les responsables des sections juives de Bruxelles et de La Haye.

Objet : Des raisons militaires s'opposent, cet été, au départ des Juifs d'Allemagne vers la zone d'opération de l'Est.

Aussi le Reichsführer SS a-t-il ordonné de transférer au camp de concentration d'Auschwitz. une plus grande quantité de Juifs en provenance de l'Europe du Sud-Est ou des régions occupées de l'Ouest. La condition essentielle est que les Juifs, des deux sexes, soient âgés de 16 à 40 ans. 10% des Juifs inaptes au travail pourront être compris dans ces convois.

Décision. Il a été convenu que 15 000 Juifs seraient déportés des Pays-Bas, 10 000 de Belgique et 100 000 de France, y compris la zone non occupée. »

L’Express : Vous ne trouvez pas que ce simple texte, qui a nécessairement atterri sur votre bureau, implique, de manière à peine voilée, la solution finale ?

L. Darquier : Non. Je vous répète que la solution finale est une invention pure et simple. Est-ce que vous connaissez quelqu'un qui ait jamais vu, ce qui s'appelle vu, une chambre à gaz ?

L’Express : Des milliers de survivants d'Auschwitz. Sans compter les commissions d'enquête des Alliés après la guerre, et tous les visiteurs du musée d'Auschwitz. Moi, entre autres.

L. Darquier : Elle a été fabriquée après coup, votre chambre à gaz. Vous ne m'en ferez pas démordre.

L’Express : C'est probable, en effet. Vous n'en démordrez pas. Maintenant, ces photos, vous les avez déjà vues ?

(Je tente de lui faire voir des photographies montrant des corps de femmes et d'enfants que l'on vient de sortir de la chambre à gaz. Il se détourne.)

L. Darquier : Je ne veux même pas les voir. Ce sont des photos truquées. Vous savez, je suis très bien renseigné. Je sais qu'après la guerre les Juifs ont fabriqué des faux par milliers et, comme je vous le disais tout à l'heure, ils ont intoxiqué la terre entière avec ces faux. Vous êtes une de leurs victimes parmi des millions.

L’Express : Bon. Maintenant, pourriez-vous me dire ce que sont devenus ces gens-là ?

(Je feuillette devant lui le livre de Klarsfeld, une sorte d'annuaire de la déportation.)

Que sont devenus les mille déportés du trente-troisième convoi— je prends cet exemple parmi d'autres — qui a quitté la gare de Drancy le 11 septembre 1942? Que sont devenus Daniel Belchatowski, 10 ans, Solange Grinsztein, 2 ans, Raymonde Hubermann, 7 ans ?

L. Darquier : Comment voulez-vous que je le sache? Ce n'était pas mon boulot de savoir ce que devenaient les Juifs après. Mon travail était exclusivement administratif. J'étais un haut fonctionnaire français. J'ai toujours veillé à ce que le problème des Juifs en France soit résolu par les Français. Et, croyez-moi, ce n'était pas facile. Il fallait toujours louvoyer entre Pierre Laval et ce fou furieux de Dannecker. Entre ces deux-là, il était presque impossible de faire du bon boulot. Si c'était à refaire, je vous le dis tout de suite, je refuserais.

L’Express : Votre réponse appelle plusieurs questions. Voici la première : qu'entendez-vous exactement par faire du bon boulot ?

L. Darquier : Trier le bon grain de l'ivraie. Protéger les Juifs français, je vous l'ai déjà dit. D'ailleurs, je vais vous surprendre. Savez-vous que j'avais beaucoup d'amis juifs? Par la suite, en raison des événements, ils ont cru bon de me battre froid. C'est la vie. Je ne leur en veux pas. D'autant plus que certains d'entre eux m'ont aidé, je vous raconterai cela plus tard. Pour revenir à votre question, faire du bon boulot, cela consistait à empêcher les Allemands de prendre en main les affaires juives. S'ils l'avaient fait, c'aurait été la catastrophe.



darquier.jpg

Monday, June 17 2013

Guide pratique des remèdes naturels

Guide_pratique_des_remedes_naturels.jpg

Guide pratique des remèdes naturels
Des centaines de conseils santé


Des plantes médicinales pour lutter contre l'aérophagie, des bains de soleil pour soigner les mycoses cutanées, des cataplasmes d'argile pour combattre la cellulite, une alimentation riche en huile de germes de céréales pour freiner la chute des cheveux, la relaxation pour calmer l'angoisse, autant de moyens simples de se soigner proposés par le GUIDE PRATIQUE DES REMÈDES NATURELS.

Réalisé avec le professeur Pierre CORNILLOT, médecin et directeur du département des Médecines naturelles de la faculté de médecine de Bobigny, l'ouvrage répond bien à l'attente de l'homme moderne, qui, souvent éloigné de son milieu originel, cherche de plus en plus dans le large éventail des ressources offertes par la nature des remèdes aux maux du quotidien.

Le GUIDE PRATIQUE DES REMÈDES NATURELS sera pour vous un fidèle compagnon, que vous pourrez interroger à votre guise. Au fil de ses 332 pages, il invite chacun à mieux se connaître pour mieux se prendre en charge et préserver ainsi ce capital si précieux qu'est la santé.



Pour plus d'informations


Guide_pratique_remedes_naturels.jpg

Saturday, June 15 2013

Evola Julius - Synthèse de doctrine de la race

evola_race.jpg


Evola Julius - Synthèse de doctrine de la race


Prolongement à la fois "critique et constructif " du Mythe du Sang, cet ouvrage expose la formulation complète et cohérente de la vision de la race du philosophe de la Tradition Julius Evola, celle-ci s'ordonnant selon les trois degrés de l'enseignement traditionnel : le corps, l’âme et l'esprit. Essai révolutionnaire qui récuse à la fois les théories racistes de son époque et l'idéologie égalitaire des Lumières.

Paru en Italie en 1941.


Pour plus d'informations

Friday, June 14 2013

Les rats maudits

europe_action.jpg


Les rats maudits



Combien de fois, jeunes militants, avons nous écouté avec fascination les récits de nos anciens, ceux qui étaient en faculté quand nous étions en maternelle, ou même pas nés. Que d'épisodes incroyables, d'opérations épiques, d'anecdotes drolatiques ! Combien de coups tordus, de coups donnés, de coups reçus ! Tant de dates emmêlées, de sigles mythiques, de noms prestigieux, qui s'enchevêtrent sans qu'on puisse les relier entre eux... Quel brouillard ! Quelle est la date de la dissolution d'Occident ? qui a créé Ordre Nouveau ? comment est né le GUD ? d'où sort ce sympathique rat noir ? A quoi ressemblaient les affiches du Front de la Jeunesse ? Heureusement, il y a toujours l'ancien qui connaît une partie des réponses. Et les autres ? Qui faut-il consulter pour savoir ? Un fabulateur de l'Événement du Jeudi ?
Pour avoir vécu cette frustration, nous avons décidé d'aller chercher l'information à sa source. C'est-à-dire chez ceux qui ont fait les événements : les anciens chefs militants. Pas les « grands chefs », mais ceux qui étaient responsables sur le terrain. Nous les avons interrogés durant des heures, nous avons épluché des quintaux de publications, photographié des dizaines d'affiches, consulté des milliers de tracts et de documents souvent inédits... Et nous avons trouvé les réponses à nos questions.
Non pas les réponses des historiens spécialistes de l'extrême droite, nourris de rapports de police et de ragots, mais la vérité brute racontée par ceux qui l'ont vécue. Un regard de l'intérieur, mais lucide, sans concession ni langue de bois, débarrassé de tout souci d'autojustification. Victoires et défaites, plans géniaux et erreurs grossières, rien n'a été occulté.
Trente années de nationalisme étudiant ont été disséquées pour essayer d'en extraire le maximum de dates, d'événements, d'anecdotes permettant de redonner vie à cette grande saga.
Au terme de ce travail, nous avons rencontré le grand témoin, le grand acteur, celui qui a toujours été là aux côtés de ces étudiants pas comme les autres : le rat noir. Rat maudit et craint par les gauchistes, rat adoré et célébré par des générations de militants.
Imaginez que ce rat qui a survécu aux pires épidémies de gauchisme et de bienpensance vous raconte son incroyable histoire... Vous y êtes ?

Alors tournez la page.



vlaams_rechts.jpg



Mai 58 - Mai 68
L'enfance du nationalisme moderne


LA CLASSE 60 SE MANIFESTE

On peut faire remonter les débuts de l'ère moderne du militantisme nationaliste étudiant à l'année 1954. C'est cette année-là que se crée le mouvement Jeune Nation, qui se donne pour emblème la croix celtique, sans se douter que celle-ci restera le lien qui unira durant plus de quarante années des générations et des générations de combattants nationalistes, en France comme ailleurs en Europe.
Solidement organisé, très actif sur le terrain, doté d'un corps de doctrine dont les inspirations demeurent d'actualité, Jeune Nation n'aura qu'une brève carrière, au cours de laquelle il développera une intense (et souvent violente) agitation anticommuniste. Il est en pointe dans la lutte pour l'Algérie française. Ses militants, très présents à l'université d'Alger, jouent un rôle non négligeable dans les événements du 13 mai 1958, qui sonnent le glas de la IVe République. Jeune Nation n'y survivra pas : le mouvement est dissous dès le 15 mai. Il se poursuit à travers le mensuel qui porte son nom, et se réorganise en février 1959 sous l'appellation de Parti Nationaliste. Mais ce dernier est interdit sitôt constitué.
Les militants formés à cette école vont alors fournir une contribution de premier plan aux luttes insurrectionnelles, puis clandestines, qui atteignent leur paroxysme en 1961-1962 avec l'OAS. Les deux principaux animateurs de Jeune Nation échouent en prison, Dominique Venner dès 1961, Pierre Sidos l'année suivante.
Décapité, le mouvement nationaliste n'est pas mort pour autant. Entre-temps, le 1er mai 1960, des lycéens et étudiants proches de Jeune Nation, révoltés par le vote d'une motion pro-FLN par le congrès de l'UNEF, se réunissent dans une brasserie parisienne pour créer la FEN : Fédération des Étudiants Nationalistes. Son texte fondateur, publié l'été suivant, « Le manifeste de la classe 60 », fait écho à la célèbre « Lettre à un soldat de la classe 60 » de Robert Brasillach.
Durant les années qui suivent, la FEN se développe, malgré des conditions qui sont les pires qui soient. Les cadres de Jeune Nation et de l'OAS, du moins ceux restés en vie, sont presque tous en prison ou en exil. La féroce répression menée par le régime gaulliste semble avoir anéanti la mouvance nationaliste. La droite d'opposition, même parlementaire, sort assommée de la défaite. Les jeunes étudiants de la FEN se retrouvent seuls à porter le flambeau. C'est une expérience qui les marquera à jamais, et un tournant capital : désormais, pour les deux décennies à venir, le nationalisme va s'identifier en priorité à la jeunesse.


D. Venner théoricien du nationalisme moderne.

Dominique_Venner.jpg


L’ECOLE FEN

Le wagon FEN s'accroche tout naturellement à la locomotive Europe-Action, mouvement lancé début 1963 par Dominique Venner enfin sorti de prison. Les textes dont il est l'auteur ou l'inspirateur principal réactualisent de fond en comble la théorie et la stratégie d'un nationalisme révolutionnaire qui tourne la page de l'époque coloniale et s'élargit à l'Europe : « Pour une critique positive », rédigé en prison, et « Qu'est-ce que le nationalisme » ?, publié en mai 1963, qui restera jusque dans les années 70 une référence indépassable pour tout notre courant.
Le symbole choisi par la FEN est le casque d'hoplite. Moins facile à tracer que la croix celtique, il n'est pas conçu pour être bombé sur les murs. Il symbolise la fidélité aux plus anciennes sources de la civilisation occidentale en même temps que l'exaltation des valeurs militaires spartiates, et correspond bien à l'esprit de cette FEN qui se méfie de l'activisme brouillon et se préoccupe de formation intellectuelle et physique. Mais elle ne dédaigne pas de montrer sa force quand l'occasion s'en présente. Les distributions de tracts menées autour de la Sorbonne se concluent parfois par d'homériques bagarres, où les communistes apprennent que s'attaquer aux nationalistes à cinq contre un ne constitue nullement une garantie de succès.
Éthique de l'honneur et du dépassement de soi, célébration des racines et du sang, camps-écoles, feux de solstice toute une culture se met en place dès cette époque. Elle s'exprime dans le mensuel Europe Action et dans les Cahiers Universitaires, la remarquable revue bimestrielle de la FEN. On y remarque notamment la signature d'un jeune homme qui fera parler de lui, Fabrice Laroche, alias Alain de Benoist.
Cette culture typiquement FEN et Europe-Action ne va pas parfois sans outrances ni sans sectarisme. En particulier lorsqu'elle théorise la distinction entre « nationaux » et nationalistes, les premiers étant décrits comme des patriotards sentimentaux, conservateurs velléitaires et crédules, tandis que les seconds se doivent d'être des soldats politiques disciplinés, purs et durs, et ont vocation à devenir le fer de lance qui guidera les nationaux vers la révolution nationaliste. On est en présence de quelque chose qui ressemble à un léninisme de droite, et qui va durablement imprégner notre courant d'idées.



viva_la_muerte.jpg

hrvatska_vas_zove.jpg

volk_word_staat.jpg

Thursday, June 13 2013

Précisions sur le "mouvement skinhead"

skinheads_nationaux_socialistes.jpg

Passer sa vie en prison avec des nègres et des magrébins pour un Fred Perry...

Quelques précisions sur le "mouvement skinhead" suite à l'affaire Clément Meric :

Le mouvement skinhead vient d'Angleterre, produit des bas fonds londoniens, de clochards anglais. Les successeurs des S.A. seraient donc des toxicomanes habillés de la tête aux pieds de marques juives ou nègres, cultivant un "mode de vie" ouvrier anglo-saxon. C'est, l'exact opposé de ce qu'a été le Troisième Reich allemand. C'est l'exact opposé de ce qui a fait l'Europe, qu'elle soit celte, scandinave, ou slave.
Raffinement, pureté, virilité, grâce, sapience, courage et bonté ne sont donc pas au programme. Si les skinheads d'aujourd'hui, dans certaines régions de France sont moins portés sur la bière que dans les années quatre-vingt, ce mouvement reste fondamentalement un mouvement de déchets biologiques et de cas sociaux. Nous sommes loin, très loin des Waffen S.S..

La simple analyse du style vestimentaire adopté par ce mouvement en révèle l’immense escroquerie :

1 - Le crane rasé : en Europe, historiquement, les personnes ayant le crâne rasé sont les esclaves, pratique démocratisée par Rome la juive. Les romains, qui recevaient leurs commandements des juifs, rasaient systématiquement les européens faits esclaves (aux cheveux longs et souvent barbus, symbole de liberté) avant de les envoyer aux galères, ou autre mouroir.

2 - Le jean Levi's : Levi's signifie Levi Strauss.

3 - Le bombers : uniforme de l'armée de l'air des Etats-Unis d'Amérique. La même qui déversa des millions de bombes sur L'Europe de 1942 à 1945. La même qui atomisa le Japon à deux reprises (alliés des européens).

3 - Les rangers : chaussures de l'armée de terre américaine, la même qui pilla, viola, massacra l'Europe lors de la fin de la seconde guerre mondiale.

4 - Fred Perry : un juif anglais.

5 - Lonsdale : marque d'équipement de boxe portée par les boxeurs nègres.

6 - Ben Sherman : un juif.

Etc., etc., il est à noter que toutes ces marques sont excessivement chères, les maigres économies des skinheads servent donc à engraisser des sociétés anglo-juives et juives-américaines.



Si la France est l'agent négrificateur de l'Europe, l'Angleterre et ses colonies en sont les matons, qui répriment systématiquement toute tentative de libération de la race aryenne en Europe.

La dissolution de tous les groupuscules à tendance fascisante en France et en Europe, serait la meilleure chose qui pourrait arriver à notre race. Seuls les vrais, les purs et durs, continueraient le combat, et ce de façon totalement occulte.
Les groupes qui luttent efficacement contre notre extermination, sont les cellules clandestines autonomes, inconnues de tous; comme l'ont été en Allemagne les nazis du N.S.U., et de nombreux autres aux Etats-Unis. Pour ne pas être fiché et surveillé par l'état il suffit de se réunir sans téléphones portables, de ne pas raconter sa vie sur internet, et de ne pas se rendre aux réunions en voiture ou transports en communs (les voitures modernes sont toutes équipées de mouchards). Les francs-maçons ne se réunissent pas avec leurs téléphones portables... Le silence est le mot d'ordre de toutes les sectes et ordres satanisants. Ces fraternités ne sont jamais ennuyées car les fonctionnaires sensés appliquer la justice savent qu'ils seraient très rapidement éliminés s'ils s'en prenaient à eux.
La plupart des tueurs à gage en France proviennent de la communauté des romanichels, même à leur petit niveau, avec des facultés intellectuelles très limitées, ils ne sont jamais mis en danger, car les juges savent qu'ils seraient automatiquement assassinés par le restant de la Famille. C'est la mise en pratique du sens véritable du mot fraternité, ou tribalisme.

Si vous voulez lutter contre la matrice juive, il suffit de conserver le logiciel qu'elle a programmée en vous pour la vie de tout les jours, et de vous reprogrammer en profondeur sur votre A.D.N. celte, votre seul, unique et véritable logiciel, pour lutter clandestinement contre elle, cela vous reconnectera avec l'Univers.
Les juifs ainsi que toutes les races sémites sont le fruit du brassage de tous les excréments des races originelles. Leurs génomes sont totalement dégénérés et donc instables, c'est pour cela qu'ils ne produisent rien, et au mieux passent leurs temps à blablater.
Nous aryens, sommes des créateurs, nous ne sommes pas faits pour blablater mais pour agir et construire. Il faut arrêter de prendre part aux pilpouls et salamalecs des juifs et de leurs affinitaires. Le seul argument auquel le juif n'a jamais su nous répondre et ne pourra jamais répondre, est notre glaive.
Toutes les civilisations qui survivent encore aujourd'hui, que ce soit en Europe ou en Asie, ont connues des hauts et des bas. Lorsque qu'elles étaient sur le point de disparaitre, elles formèrent des ordres occultes avec pour mission de lutter en sous-marins, c'est-à-dire la plupart du temps assassiner et semer la terreur chez les oppresseurs, sapant ainsi les bases des structures de l’ennemi... C'est ce que pratique toujours aujourd'hui les israéliens et anglo-américains pour installer le chaos chez leurs opposants.

Les derniers aryens d'Europe en auront-ils encore la force ?

Les mouvements populaires de type "manif pour tous" ne servent strictement à rien. Et si, dans 4 ou 9 ans le Front National accédait au pouvoir et stoppait l'immigration, la France assimileraient les populations africaines et finirait donc bougnoulisée, comme le furent les kabyles ou la péninsule ibérique. Si des révoltes explosaient à la suite des élections et tournaient à l'avantage des blancs, les anglo-saxons les materaient. Il est fortement préférable que l'UMPS reste au pouvoir pour que les derniers vrais aryens de France soient obligés de quitter le territoire sous la masse toujours grandissante des sous-races, pour aller perpétuer ce qui reste de leurs cultures ailleurs, seule garantie de leur survie. Sinon, la seule chose qui restera de la France et de la francophonie sera le Québec.
La France dans l'état actuel des choses est perdue, elle serra au mieux nettoyée par une force étrangère lorsqu'elle aura totalement rejoint les pays du quart-monde; comme à tenté de le faire le Troisième Reich dans un autre contexte. Ou au pire restera une pustule purulente en Europe, comme peux l'être Turin dans l'Arc Alpin.



Voir aussi :
Message aux jeunes Aryens de France
Tu pues la France




ligne.jpg




A découvrir :
Who We Are du Docteur William Pierce


Les vidéos du Docteur William Pierce

L’œuvre du Docteur William Pierce en anglais

L'œuvre du Docteur William Pierce en français

Tuesday, June 11 2013

Graham Hancock - Surnaturel Rencontres avec les premiers enseignants de l'humanité




Graham Hancock - Surnaturel
Rencontres avec les premiers enseignants de l'humanité


Au terme d'une quête passionnante qui le mène des grottes ornées du sud-ouest de l'Europe aux abris sous roches d'Afrique du Sud, et à la prise de substances psychoactives, telles que l'ibogaïne en Afrique ou l'ayahuasca de la jungle amazonienne, l'auteur tente de comprendre comment et pourquoi, voici moins de 50 000 ans, l'humanité a soudainement inventé l'art et la religion.
Se dessine alors progressivement l'hypothèse selon laquelle notre ADN recèlerait un «code» permettant d'accéder à un autre monde, une autre dimension... Serait-il possible que derrière l'évolution se cache une intelligence que nous commençons seulement à comprendre ?
Cet ouvrage unifie, en une théorie nouvelle et singulière, les témoignages d'enlèvements par des extraterrestres ou par des fées, les expériences mystiques, les rencontres des chamans avec des esprits, ainsi que les magnifiques dessins et figurations, mi-animales mi-humaines, de nos ancêtres du paléolithique supérieur. Ce lien surprenant, à la fois universel et surnaturel, conduit le lecteur aux frontières du fantastique.


Œuvres de Graham Hancock




Graham Hancock est l'auteur du Mystère de Mars, L'Empreinte des Dieux, Le Mystère du grand sphinx et de Civilisations englouties, qui sont tous des best-sellers internationaux.

Audios de Graham Hancock - Vidéos de Graham Hancock


www.grahamhancock.com

Monday, June 10 2013

Eustace Mullins - Les secrets de la Réserve Fédérale

Eustace_Mullins_Les_secrets_de_la_Reserve_Federale.jpg


Eustace Mullins - Les secrets de la Réserve Fédérale



A propos de l'auteur

Eustace Mullins était un ancien combattant de l’US Air Force, qui a effectué trente-huit mois de service actif durant la Deuxième Guerre Mondiale. Né en Virginie, il a fait ses études à Washington et à l'Université de Lee, à l'Université de New York, à l'Université de l'Ohio, à l'Université du Dakota du Nord, à la Escuelas des Bellas Artes (San Miguel de Allende, Mexico) et à l'Institut des Arts Contemporains à Washington-DC.
Le livre original, publié sous le titre Mullins On The Federal Reserve, fut commandé par le poète Ezra Pound en 1948. Ezra Pound fut prisonnier politique pendant 13 ans et demi au St. Elizabeth's Hospital de Washington-DC (une institution fédérale pour les fous). Sa libération fut permise en grande partie grâce aux efforts de M. Mullins.
Les recherches à la Bibliothèque du Congrès ont été dirigées et passées en revue quotidiennement par George Stimpson, le fondateur du Club de la Presse Nationale de Washington, dont le New York Times a dit, le 28 septembre 1952, qu'il était "Une source de référence très appréciée au Capitole. Les officiels du gouvernement, les parlementaires et les journalistes allaient le voir pour s'informer sur n'importe quel sujet".
Publié en 1952 par Kasper & Horton (New York), le livre original fut la première révélation circulant au plan national sur les réunions secrètes des banquiers internationaux qui se déroulèrent sur l'île de Jekyll, en Géorgie, entre 1907 et 1910, où fut rédigé le projet du Federal Reserve Act de 1913.
Au cours de quarante années qui suivirent, l'auteur a continué à rassembler de nouvelles informations encore plus saisissantes sur le passé des personnes qui ont orienté la politique de la Réserve Fédérale.
Les nouvelles informations collectées au fil des ans, à partir de centaines de quotidiens, de périodiques et de livres, donnent un aperçu corroborant des relations qu'entretiennent entre elles les maisons bancaires internationales. Pendant qu'il effectuait ses recherches, Eustace Mullins faisait partie du personnel de la bibliothèque du Congrès des États-Unis. Par la suite, Mullins fut conseiller en financement d'infrastructures de transport pour l'Institut Pétrolier Américain, consultant en développement hôtelier pour Institutions Magazine et directeur de la rédaction pour les quatre publications du Motor Club de Chicago.



Avant-propos du traducteur

Alors que j'effectuais des recherches pour la rédaction d'un article sur le Groupe de Bilderberg, je me suis rappelé que dans les oubliettes de mon capharnaüm informatisé, traînait quelque part une copie de "The Secrets of the Federal Reserve". Je l'avais déjà parcourue en diagonale et je savais que j'y trouverai des informations sur les deux personnages américains qui avaient créé en 1952 la branche américaine du Bilderberg, David Rockefeller Jr. et Averell Harriman.
Rockefeller apparaissait au centre de toutes les entreprises de contrôle planétaire, Council on Foreign Relations (le CFR), Commission Trilatérale (qu'il créa en 1973), Université de Chicago (créée par son grand-père)... et, à présent, le Bilderberg. Averell Harriman, de la banque Brown Brothers, Harriman, avait quant à lui financé une partie de la machine de guerre nazie et échappé en 1942 à des poursuites pour intelligence avec l'ennemi, pour devenir dès 1945, à la mort de Franklin Roosevelt, l'ambassadeur des États-Unis auprès de la Grande-Bretagne.
Je repris donc la lecture des «Secrets de la Réserve Fédérale» et la nature des choses m'a commandé d'en faire la traduction. Au fur et à mesure que je progressais dans mon ouvrage, je découvrais des secrets plus explosifs les uns que les autres et, tel un cyberinsecte internetivore, je vérifiais les sources d'Eustace Mullins en dévorant la toile, tout en étoffant son étude pour mes besoins personnels.
Depuis que j'avais lancé mon modeste site de géopolitique, «Questions Critiques», j'étais toujours à la recherche dans la presse et la littérature anglophones de clés de compréhension que je pouvais mettre en ligne en français sur mon blog.
Là, j'étais servi ! Les pièces de ce gigantesque puzzle commençaient à s'ajuster et je pouvais enfin établir le lien entre certains aspects obscurs de l'Histoire et la manière dont fonctionne le monde aujourd'hui. J'avais sous les yeux la preuve que le sort des peuples se décide en coulisses.
Dans les Secrets de la Réserve Fédérale, Eustace Mullins nous offre une lecture passionnante de cette page d'Histoire qui s'est écrite entre le crépuscule du 19è siècle et la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Il nous apporte un éclairage saisissant sur les puissants qui se cachent derrière le «Novus Ordo Sæculorum», le nouvel ordre du monde, et comment ils ont construit la Mondialisation, telle que nous la connaissons aujourd'hui.
Bousculant les thèses propagandistes du «politiquement correct», l'auteur plonge au coeur de cette vaste entreprise politico-économicomédiatique et nous livre les secrets qu'il a découverts au cours de plus de trente années de recherches. D'abord, l'expédition secrète de Jekyll Island où a été forgé le projet d'une banque centrale américaine, qui deviendra ce qu'on appelle aujourd'hui familièrement «la Fed».
Ensuite, une étude minutieuse des personnages centraux de la conspiration de la réserve fédérale, avec son lot de trahisons, de complots, d'alliances, de mariages et de fortunes colossales accumulées.
Enfin, les liens secrets qui unissaient entre eux les grands banquiers de l'époque, qui contrôlaient non seulement les richesses de la planète mais aussi la décision politique. On apprend comment s'élisent les présidents des États-Unis et comment la stratégie financière de haute-voltige permet de manipuler les peuples. Il est impossible de sortir intact d'une telle œuvre majeure, tant ce que nous croyions savoir de l'histoire contemporaine y est magistralement remis en cause.
Ce livre offre une telle révision de l'histoire contemporaine, que celui qui cherche à appréhender le monde avec discernement y trouvera non seulement de quoi nourrir sa curiosité et combler un grand nombre de lacunes, mais il en sortira bouleversé.
Les quatre premiers chapitres exposent avec minutie la façon dont les banquiers et leurs complices au Congrès des États-Unis mirent en oeuvre la conspiration qui conduisit à la création de la Réserve Fédérale des États-Unis. Cette partie de l'ouvrage pourra sembler aride à beaucoup de lecteur, mais elle est essentielle pour comprendre l'état d'esprit qui animait ces personnages, parfois hauts en couleur, qui ont cherché à capter toutes les richesses du monde. Mais cette conspiration n'aurait jamais pu voir le jour si une autre conspiration plus vaste, à l'origine de la finance moderne qui plonge aujourd'hui le monde dans un marasme économique et financier comparable en dimension à la crise des années trente, n'avait existé.
Les chapitres cinq, six et sept démêlent l'écheveau de cette gigantesque cabale et nous conduisent dans les grandes capitales européennes de la finance, d'abord à Londres et à Paris, puis à Berlin, depuis les guerres napoléoniennes jusqu'à l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler en Allemagne.
Le reste de l'ouvrage est consacré au décryptage des événements qui ont marqué la première moitié du 20ème siècle, jusqu'à la Deuxième Guerre Mondiale, et le rôle qu'y ont joué les grands financiers internationaux : la Première Guerre Mondiale, la grande crise agricole de 1920 aux États-Unis et la Grande Dépression de 1929.
Eustace Mullins, décédé à l'âge de 87 ans le 2 février 2010, tenait à ce que la version française de «The Secrets of the Federal Reserve», reprenne dans l'intégralité la dernière version de son ouvrage qu'il a terminée en 1991.

Jean-François Goulon, Août 2010.



Pour plus d'informations



Saturday, June 8 2013

Lakhovsky – Un génie jalousé en France




En 1923, Georges Lakhovsky part du principe que la cellule est un système émetteur/récepteur comparable au système de radiodiffusion, pour lui dans ce système les filaments conducteurs sont les chromosomes et les chondryomes, ces système conducteurs sont en résonance avec les champs de force externes à l'être humain : la cellule vibre, elle est "dialogue" avec l'extérieur.
Partant de ce principe, il invente l'oscillateur à ondes multiples, un appareil qui émet des fréquences électromagnétiques avec 2 antennes, une émettrice et une réceptrice, un homme se place entre les 2 antennes et reçoit cette "soupe d'émission" qui se situe entre 75 K Hertz et 8 Giga Hertz, cette appareil, G. Lakkhovsky s'en sert pour soigner des cancers chez les animaux, les végétaux et les êtres humains.
Il a soigné beaucoup de cancers de la peau, l'hypotension, des inflamations chroniques, des ulcers au niveau des jambes, neurasténies, névralgies, des ottites, des paraplégies, protatites, etc, etc.

Son appareil est revitaliseur car "il nous remet en résonance avec nos vibrations d'origines, celles qui nous relient au cosmos, l'univers, les planètes."



Lakhovsky Georges - Radiations et ondes Sources de notre vie
Lakhovsky Georges - Le secret de la vie
Lakhovsky Georges - La science et le bonheur
Lakhovsky Georges - Longévité L'art de vivre vieux sans souffrir

Bousquet Jacqueline - Nature et cause des maladies
Bouchon stérilisateur Lakhovsky

Schema elettrico originale Oscillatore a onde multiple Lakhovsky
Lakhovsky Georges - Radiations and waves Sources of our life
Lakhovsky Georges - The secret of life



georges_lakhovsky.jpg


Un génie jalousé en France

Il y a quelques semaines nous avons rapidement présenté un dossier sur Georges Lakhovsky dans notre blog (Bulletin du 12 avril 2013, rubrique « Dossier »). À présent nous complétons ce dossier sur ce personnage qu’on peut qualifier de génie. Si Lakhovsky gagne aujourd’hui en connaissance et reconnaissance c’est à travers sa thérapie basée sur les circuits oscillants et surtout sur son invention la plus importante et la plus révolutionnaire pour son époque, l’oscillateur à longueurs d’onde multiples (OLOM). Sans délaisser l’apport thérapeutique, nous souhaitons, quant à nous, mettre l’accent sur d’autres idées de Lakhovsky audacieuses mais non dépourvues de fondement et peu abordées dans les écrits récents. Lakhovsky n’est pas un simple « génie des anneaux » comme le titre d’un ouvrage récent peut le laisser entendre. C’est un inventeur-né, un chercheur infatigable qui prête attention à tout ce qui se passe dans la vie car il s’intéresse à tout. On peut dire que Georges Lakhovsky est à la fois un philosophe, un humaniste, un écrivain, un industriel, un mécène, un guérisseur avec ses anneaux et son oscillateur à longueurs d’onde multiples, un théoricien, un chercheur, un savant.


On ne peut que se réjouir du regain d’attention du public, quelque peu averti certes, sur Georges Lakhovsky à l’heure actuelle.

blog.danco.org





lakhovsky.jpg

Friday, June 7 2013

Dr. William Pierce - The History of everything


Dr. William Pierce - The History of everything


Dr William Luther Pierce III (September 11, 1933 – July 23, 2002) was the leader of the White nationalist organization the National Alliance and a principal ideologue of the white nationalist movement. First educated as a physicist, he later worked with George Lincoln Rockwell, the founder of the American Nazi Party. Pierce became well known as the author of a novel, The Turner Diaries (1978), written under the pseudonym Andrew Macdonald. He founded the religion of Cosmotheism, an admixture of panentheism, and promoted White nationalism, and White survival world-views.


Dr. William Pierce - Videos, speeches, and audiobooks
Dr. William Pierce in english
Dr. William Pierce en français


Dr. William Pierce - The Destroyers
Dr. William Pierce - Black Inventors
Dr. William Pierce - Why Marriage fail today
Dr. William Pierce - Our Revolutionary Right


For more


William_Pierce_Aldebaran.jpg


Thursday, June 6 2013

Robert Bauval - Graham Hancock - Le mystère du Grand Sphinx




Robert Bauval - Graham Hancock - Le mystère du Grand Sphinx
A la recherche du patrimoine caché de l'humanité


Le Grand Sphinx de Gizeh cherche-t-il à délivrer aux hommes un message depuis longtemps oublié ? Grâce à une simulation informatique de la carte du ciel des temps anciens, Robert Bauval a brisé le code astronomique caché dans l'alignement des trois pyramides de Gizeh : elles forment une image précise de la position des étoiles du Baudrier d'Orion en... 10500 avant J.-C. Or cette révélation va à l'encontre des théories admises par les égyptologues orthodoxes quant à la conception de ces monuments.
Robert Bauval et Graham Hancock posent alors des questions troublantes : d'où viennent les marques d'érosion sur le Grand Sphinx ? Quelles preuves a-t-on que ces monuments ont bien été conçus par les pharaons, alors qu'ils exigent des compétences techniques qui les dépassaient ? Que cache la mystérieuse porte tout récemment découverte dans un conduit abandonné de la Grande Pyramide ?
Si l'on se réfère aux textes des Anciens relatifs au « Premier Temps » de la civilisation égyptienne, selon lesquels une caste de « gardiens » apporta la connaissance à l'humanité, il faut alors envisager une toute nouvelle hypothèse : le sphinx et les pyramides dessineraient une véritable « carte du trésor » qui devrait nous révéler les secrets des origines...



Robert Bauval est ingénieur et astronome, spécialiste de l'Égypte. Il a déjà publié Le Mystère d'Orion. Graham Hancock, grand voyageur et journaliste pour The Economist, a publié plusieurs ouvrages, dont L'Empreinte des dieux. Le Mystère du Grand Sphinx est la première collaboration de ces deux chercheurs déjà remarqués pour l'originalité de leurs travaux respectifs.


Ouvrages de Robert Bauval
Ouvrages de Graham Hancock

Wednesday, June 5 2013

Etienne Guillé - Le langage vibratoire de la vie

Maman_Fabien_Le_tao_du_son.jpg


Etienne Guillé, agrégé de physiologie-biochimie, docteur ès sciences, est enseignant-chercheur à l'Université Paris-Sud. Il est l'auteur de L'Alchimie de la vie et de L'Energie des Pyramides et l'homme.


Etienne Guillé - Le langage vibratoire de la vie
l'alchimie de la vie


Etienne Guillé confronte les données actuelles de la Science en biologie et en médecine, aux données de la Tradition en utilisant le crible de la méthode générale d'analyse des systèmes. Le bilan de cette confrontation est sans ambiguïté : les données traditionnelles sont beaucoup plus performantes que les données scientifiques et fournissent en conséquence des modèles de l'univers beaucoup plus proches de la réalité que la Science actuelle.
L'étude des caractéristiques vibratoires des hiéroglyphes égyptiens et des Authioth hébraïques, l'application systémique des propriétés élémentaires du couple : Support vibratoire (SV) / Energie vibratoire (EV) défini dans L'Alchimie de la vie, aboutissent à la découverte d'un nouveau langage vibratoire. Ce langage est basé sur les émissions vibratoires de séquences d'ADN réalisant des conformations spécifiques dans les cellules de tous les êtres vivants. Les propriétés numériques et balistiques de ce langage le rendent parfaitement apte à décrire la constitution visible et invisible de l'être vivant.
L'application de ce langage à toutes sortes d'événements de la vie et de ses perturbations, décrit à la fois par la Science et la Tradition, permet d'aboutir à une conclusion surprenante : tout être vivant serait le support de deux sortes d'hérédité : une hérédité matérielle portée par la molécule d'ADN, liée à l'arrangement linéaire de ses nucléotides et une hérédité vibratoire venant se superposer à la première et l'animant par des énergies spécifiques...
Le langage vibratoire ainsi défini, donne la possibilité d'appréhender la vie dans toutes ses manifestations. Toutes les unités élémentaires détentrices de vie peuvent être caractérisées par la trilogie Corps, Ame, Esprit et nommées à l'aide des forces opposées et complémentaires structurant le processus de l'incarnation.
Une des conditions nécessaires pour réussir à comprendre et donc à vaincre ces fléaux de l'humanité actuelle que les cancer, le SIDA, la sclérose en plaques, etc., semble être l'éveil de ce langage par lequel l'homme assure et utilise pleinement ses liens avec l'ensemble de l'univers.

Tuesday, June 4 2013

Guy Tarade - Les veines du dragon ou la magie de la terre

Guy_Tarade_Les_veines_du_dragon_ou_la_magie_de_la_terre.jpg


Guy Tarade - Les veines du dragon ou la magie de la terre


Notre planète est parcourue par un réseau de courants électriques qui est en quelque sorte son système nerveux, avec ses centres d'énergie et ses zones d'influence. Partout dans le monde, les Anciens ont imaginé des monuments capables de capter et de focaliser ces fluides souterrains, car ces radiations ont une influence marquante sur la santé et le comportement des humains.
En Europe, en Asie, en Afrique, en Amérique centrale, de telles constructions attestent cette réalité. Aujourd'hui, la science moderne prouve que certains dolmens ou menhirs n'ont pas été implantés au hasard, mais sur des zones radiantes actives que les détecteurs électroniques révèlent. Ces "veines du dragon" sont liées à la magie de la terre.
Lorsqu'on sait les maitriser, ses influences conduisent à une régénération du corps et de l'esprit ainsi qu'à une fécondation de la nature. C'est ce que démontre Guy Tarade dans cet ouvrage, après avoir retrouvé ces hauts lieux mystérieux et sacrés de l'humanité.



guy_tarade.jpg


Ecrivain, conférencier, fondateur de Centre d'étude et de recherches d’éléments inconnus de civilisations, globe-trotter, Guy tarade a parcouru le monde, des rives du Gange à celles du Nil, et de l'antique Mexique à la Chine légendaire. Très attaché à la tradition et passionné d'hermétisme, il a interrogé d'archaïques sites archéologiques qui lui ont révélé d'étonnantes annales de pierre. Ses enquêtes restituent le passé à travers ce qu'il a de plus précieux : son humanisme magique que peu à peu, la science moderne redécouvre et confirme.



ligne.jpg


Certains lieux magiques situés entre la frontière du visible et de l’invisible nous procurent un sentiment de bien-etre et d’harmonie.
Depuis la nuit des temps, ces endroits privilégiés ont été associes aux choses sacrées, aux énergies cachées de notre planète. Les civilisations qui nous ont précédé ont peut-être réussi a tirer profit de ces énergies subtiles, véritable zones d’échanges entre le tellurisme de notre planète et le rayonnement cosmique.
En Occident, les peuples du néolithique détenaient un savoir sur les fluides souterrains, ceux qui sont des forces cachées au plus profond de la Terre. Les monuments et les sites, qu’ils nous ont laisses en héritage, seraient, en effet, des instruments d’une science ancestrale. Ces monuments (menhir, dolmen..) ont défié les siècles.
Le dragon est une énergie tellurique qui circule sous terre. Les énergies du dragon sont parfois malfaisantes mais le dragon est également relié a l'énergie de l’eau, source de vie. Animal mythique et symbolique en Chine, le dragon est un symbole de pouvoir, grand vivificateur du yin et du yang, qui personnifie le couplage entre le ciel et la terre. En France, on dénombre 4000 dolmens et 2000 menhirs.
Les cathédrales ont succédé aux pierres levées, qui sont de véritables « caisses de résonance psychique ».
La voie de la terre se manifeste en ces lieux sanctifies et les énergies telluriques jaillissaient comme une source bienfaisante de ces caisses de résonance.



Pour plus d'informations

Monday, June 3 2013

Herman de Vries de Heekelingen - Israël

De_Vries_De_Heekelingen_Herman_Israel_Son_passe_Son_avenir.jpg


Herman de Vries de Heekelingen - Israël
Son passé, son avenir - 1937



" Aucun homme, écrivain, politique ou diplomate, ne peut être considéré comme mûr tant qu'il n'a pas abordé carrément le problème juif. "

Wickham Stead



Depuis plus de deux mille ans, le problème juif agite le monde, Plus ou moins virulent, selon les époques et les pays, l'antisémitisme a existé de tout temps là où les Juifs formaient une minorité assez importante. Il s'est basé tour à tour sur des éléments religieux ou économiques, nationaux ou racistes. Il arrive aussi que l'antisémitisme n'a pas de base rationnelle et qu'il n'est facteur que d'un état d'âme purement émotif.
On s'est ingénié à combattre le judaïsme par le baptême, par la persécution, par le meurtre, par l'expulsion, par l'expropriation, par l'émancipation, par l'assimilation. Que n'a-t-on pas essayé pour le vaincre ou l'anéantir ? Toujours sans résultat durable. Les juifs sont plus nombreux, plus puissants, plus riches que jamais.
Cette race serait-elle donc indestructible ? Nous le croyons. Serait-elle donc invincible dans son ensemble ? nous le croyons également. Le problème juif est-il donc insoluble ? Non, nous ne le croyons pas, surtout à l'heure qu'il est. Nous pensons, au contraire, qu'il doit être possible d'établir les raisons pour lesquelles on n'a jamais réussi à le résoudre. Malgré l'écrasante majorité des non-juifs et toute la peine qu'ils se sont donnée pour en venir à bout, ils n'ont jamais pu arriver à un résultat définitif. Logiquement, on doit attribuer ces échecs continus à une seule cause : un diagnostic défaillant du mal dont on souffrait entrainant des remèdes inefficaces et inopérants.



Œuvres d'Herman de Vries de Heekelingen


Valls_et_le_talmud.jpg

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius