Books

Thursday, December 2 2021

Rivarol - Pas d'affolement, Vincent a plus d'un tour dans son sac !

Rivarol Vincent Reynouard.jpg


Rivarol - Pas d'affolement, Vincent a plus d’un tour dans son sac !


RIVAROL : Vous êtes la dernière personne à avoir vu à son domicile londonien Vincent Reynouard avant sa fuite et sa disparition le lundi 25 octobre dernier en milieu d’après-midi. Vous l’avez quitté seulement deux heures avant la descente de la police. Pouvez-vous nous raconter le pourquoi et le comment de votre visite à Londres au militant révisionniste et pouvez-vous nous relater par le menu les 72 dernières heures de Vincent avant les événements du 25 octobre vers 16 h., heure de Londres ?

VALENTIN, responsable des Éditions Critias : Cela fait désormais quelques années que je collabore avec Vincent Reynouard. Au fil des années, nous sommes devenus amis proches et nous nous fréquentions très régulièrement lorsque j’habitais moi aussi à Londres, jusqu’à la crise du Covid.
Fin octobre, j’ai décidé de rendre visite à Vincent, que je n’avais pas vu depuis près d’un an. Il n’était, initialement, pas question de faire une vidéo d’entretien mais seulement de lui rendre une visite de courtoisie le temps d’un week-end. Quelques jours avant mon arrivée, Vincent m’appelait et me proposait de faire une vidéo d’entretien, dans laquelle il dévoilerait à la caméra ses conditions de vie étonnantes. D’abord réticent, j’ai accepté, et nous nous sommes immédiatement mis au travail. Vincent tenait beaucoup à réaliser cette vidéo. Je suis arrivé le vendredi en fin d’après-midi. Le samedi a été entièrement consacré au tournage de la vidéo sur la vie de Vincent, établissant une liste de questions, réalisant des plans, etc.
Le lendemain, nous avons travaillé sur le montage de la vidéo. Pour cette vidéo d’environ une heure vingt, nous avons dû passer un peu moins d’une dizaine d’heures au montage. Il faut savoir que les vidéos de Vincent, très travaillées, prennent beaucoup plus de temps. Pour l’avoir assisté un temps, je peux vous affirmer qu’il n’exagère pas quand il affirme passer son temps à travailler. Le public, en général, n’imagine pas la quantité de travail nécessaire à la réalisation d’une vidéo richement documentée et illustrée, telle que Vincent a l’habitude de faire.
Nous avons donc publié la vidéo du lundi 25 octobre en fin de matinée, vers 11h, heure de Londres, sur YouTube et sur le compte Gab de Vincent. Je partais ensuite à l’aéroport vers 14h et me rendis compte, une fois le réseau WiFi retrouvé à l’aéroport, que Vincent avait essayé de m’appeler une fois à 15h44, sans succès. J’essaie-rais ensuite de le joindre cinq fois en une heure, mais il ne répondrait pas. La cinquième fois, l’appel allait être carrément rejeté. Cela n’est pas dans les habitudes de Vincent, je pressentais qu’il se tramait quelque chose d’inhabituel. C’est au soir, en rentrant chez moi, que j’ai appris la disparition de Vincent et la visite des policiers. Je tiens à rassurer nos lecteurs : nous sommes certains que ce sont des policiers qui ont rendu visite à Vincent, ce jour-là. Il a réussi à leur échapper. Aujourd’hui, tout laisse à penser qu’il essayait de me joindre une dernière fois avant de fuir la police et d’abandonner son téléphone.

R. : Voilà maintenant cinq semaines complètes que nous n’avons absolument aucune nouvelle de Vincent, fûtce de manière indirecte ou subliminale. Sachant que Vincent donne en général des nouvelles, des signes de vie, ce silence total qui se prolonge n’est-il pas alarmant ? Quelles sont les différentes hypothèses, les divers scénarios possibles ? Vous qui le connaissez bien, êtes-vous confiant, et si oui pour quelles raisons ?

V. : À vrai dire, ce n’est pas la première fois que Vincent disparaît ainsi. Peut-être était-il moins connu à l’époque, mais il s’est déjà volatilisé pendant plus de deux mois, avant de réapparaître sur son lieu d’exil, en Angleterre. C’était en 2015. Plus tard, dans une vidéo, Vincent raconterait qu’il était hébergé chez un ami en Belgique. Il n’avait alors donné de signe de vie à personne, pas même à ses plus proches amis. Vous-même, qui connaissiez alors Vincent depuis une quinzaine d’années, ne saviez pas où il était. Aujourd’hui, cela fait cinq semaines que nous sommes sans nouvelles. Je pense qu’il est beaucoup trop tôt pour s’alarmer. Nous ne devons pas sous-estimer Vincent, qui a plus d’un tour dans son sac. Il doit chercher à rester discret pour le moment, mais je n’ai pas beaucoup de doutes sur le fait qu’il se manifestera tôt ou tard. Peut-être pas dans les semaines à venir, certes, mais nous ne devons pas tomber dans la panique ou la paranoïa. Nous devons continuer à relayer son travail et ne pas céder à la peur. Je pense également que le manque de communication et d’informations directes autour de la disparition de Vincent ne joue pas en notre faveur. Cela nourrit des fantasmes et laisse envisager le pire. C’est pourquoi j’ai accepté votre demande d’interview.

R. : D’après vous, Vincent avait-il sérieusement envisagé cette brusque incursion de la police à son domicile londonien ou, du fait qu’il n’y a pas actuellement de loi anti- révisionniste au Royaume- Uni, se pensait-il relativement à l’abri ? Pensez-vous qu’il avait un plan précis en tête en cas de descente de la police chez lui ? Avait-il songé sérieusement à une cavale, à une longue période de clandestinité ?

V. : En décembre 2020, Vincent a déposé une demande auprès des autorités britanniques pour avoir le statut de résident permanent (avec sa vraie adresse postale), et avoir ainsi le droit de rester au Royaume- Uni après le Brexit. Il a déjà expliqué cela dans une vidéo. Parmi les questions auxquelles le candidat au statut de résident permanent doit répondre, il y avait celleci : « Avez-vous des condamnations non purgées dans d’autres pays ? ». Par honnêteté, et aussi parce qu’il se pensait en sécurité dû au fait qu’il n’y a pas en effet de lois anti-révisionnistes en Grande-Bretagne, Vincent a répondu “oui”.
Le délai moyen pour obtenir une réponse du ministère de l’Immigration à ce genre de demande est de trois mois. En octobre 2021, soit plus de dix mois après sa demande officielle, Vincent n’avait toujours reçu aucune réponse. Il savait que cela ne jouait pas en sa faveur et subodorait un refus. Nous en étions venus à la conclusion suivante : les autorités britanniques ne répondraient pas à sa demande, lui laissant de facto le droit de rester en Angleterre tout en ne le lui accordant pas officiellement. Il n’est pas à exclure, dans une hypothèse optimiste, que les policiers soient venus seulement pour lui poser davantage de questions concernant sa demande de résidence.

R. : Au moment de sa disparition, Vincent mettait la dernière main à une étude détaillée, renouvelée et actualisée sur l’affaire d’Oradour-sur-Glane. En savez-vous plus sur les conclusions auxquelles il était arrivé, sur les éléments nouveaux qu’il avait pu trouver ? Pensez- vous que ce travail pourrait avoir un lien, direct ou non, avec sa disparition ?

V. : Quand je le quittais, le lundi 25 octobre à 14h, heure de Londres, Vincent peaufinait en effet son étude sur Oradoursur- Glane. Comme vous le savez, il était question qu’il vous fournît un dossier récapitulatif pour votre procès du mercredi 27 octobre, portant sur le long article du 2 septembre 2020 que vous aviez signé et publié sur Oradour. Je ne souhaite pas, pour l’instant, divulguer les conclusions de Vincent à ce sujet. Je préfère lui donner l’occasion de les divulguer lui-même, il le fera mieux que moi. Il faudra simplement être patient.
Quant au lien supposé entre ce travail et sa disparition, j’en doute fortement. Je pencherais plutôt pour la thèse des autorités britanniques cherchant à le contacter pour des questions d’immigration, ou peut-être une demande d’extradition de la France. À mon avis, c’est un problème spécifiquement légal. Il ne faut pas croire aux revendications de certains journaux ou de certains sites internet, se vantant d’être à l’origine de la disparition de Vincent. Ces personnes pérorent, comme à leur habitude. Il ne faut leur accorder aucun crédit ni leur prêter aucune attention.

R. : Si jamais, à un moment donné, Vincent refait surface, ce que nous souhaitons tous, ne va-t-il pas se trouver en Grande-Bretagne dans une situation impossible, dans une impasse, car s’il milite à nouveau sur Internet par vidéos, s’il a de nouveau la moindre vie sociale, ne risque-t-il pas d’être aussitôt appréhendé puis extradé par la police britannique ? Ne se trouve-t-il donc pas durablement bloqué d’autant qu’il semble également difficile de l’exfiltrer, la Grande-Bretagne étant une île ? Que peut-on faire de concret pour Vincent, selon vous, actuellement ?

V. : C’est un risque en effet. En s’exilant en Grande-Bretagne, Vincent savait que sa liberté sur cette île ne durerait pas éternellement, que celle-ci ne serait qu’un répit de quelques années. Tôt ou tard, il était évident que la France demanderait son extradition, ou qu’une loi anti-révisionniste serait votée par le Parlement britannique. Vincent était donc tout à fait conscient de ce risque. Mais, condamné en France en 2015 à de la prison ferme, il a pu s’exiler au Royaume-Uni. Il a donc su franchir cette frontière.
Je crois que le moyen le plus efficace pour continuer à soutenir Vincent est de diffuser ses travaux, qu’ils soient sous forme de vidéos - que l’on peut trouver sur son blogue - ou sous forme papier - disponibles sur la boutique Sans Concession, qui continue de tourner, et via notre site des Éditions Critias. Comme les lecteurs de RIVAROL l’ont peut-être vu dans la vidéo-interview que nous avons publiée, Vincent consacre toute sa vie et toute son énergie à travailler. Je pense que le meilleur service que nous puissions lui rendre, pour le moment, c’est de diffuser au maximum ce pour quoi il se donne tant.

R. : Vous avez créé et vous dirigez les Editions Critias. Pourquoi ce nom et quel est le but de cette toute nouvelle maison d’édition ? Que proposez-vous à son catalogue ?

V. : Nous avions le projet initial de publier, avec son accord, des textes de Vincent portant sur la philosophie... d’où le nom choisi de “Critias”, en référence au Critias de Platon. Mais notre maison d’édition a rapidement changé d’orientation, surtout depuis les récents événements contés ci-dessus. Nous continuons - et continuerons - à publier des textes de Vincent, certains inédits, mais également à republier des documents historiques concernant, entre autres, la période historique qui nous intéresse, cellelà même qui est l’objet d’étude de Vincent Reynouard : la Seconde Guerre mondiale, et le XXe siècle en général. Ainsi, nous venons de rééditer deux ouvrages méconnus de Philippe Henriot. Le 6 février 1934, contant les tenants et les aboutissants de cette journée funeste, et Ici Radio France, recueillant les allocutions de « l’homme à la voix d’or » sur Radio-Paris. Nous avons trop souvent l’habitude d’entendre un seul son de cloche concernant cette période, les interventions de Pierre Dac à Radio Londres ont totalement occulté celles de son talentueux adversaire de Radio-Paris. Nous éditons également un ouvrage inédit de Vincent Reynouard, Sauver la France et l’Europe, itinéraire idéologique d’un national-socialiste contemporain, dans lequel Vincent détaille son parcours idéologique et explique pourquoi il se définit comme national-socialiste.

Propos recueillis par Jérôme BOURBON.


Philippe Henriot - "Ici, Radio-France"
ici radio france.png

Philippe Henriot - Le 6 février
6 fevrier.png


Jérôme Bourbon - Qu’est devenu Vincent Reynouard disparu depuis un mois sans laisser de traces ?

Philippe Henriot - PDF
Rivarol - PDF

Sunday, November 28 2021

Jean Marquès-Rivière - L'organisation secrète de la franc-maçonnerie

organisation secrète de la franc-maçonnerie.jpg


Acheter la version papier du livre
Jean Marquès-Rivière - L'organisation secrète de la franc-maçonnerie
(Jean-Marie Rivière)


Marques_Riviere,_Jean.jpgJean-Marie Rivière, dit Jean Marquès-Rivière, né le 31 juillet 1903 à Paris et mort le 9 février 2000 à Lyon, est un orientaliste, essayiste, journaliste et scénariste français. Fasciné dans sa jeunesse par le bouddhisme tibétain, la théosophie et le traditionnalisme de René Guénon, il devient, au milieu des années 1920, membre de la Grande Loge de France, avant de rompre, en 1931, avec la franc-maçonnerie et de se tourner vers le fascisme. Sous l'Occupation allemande, il collabore avec les allemands au sein du Service des sociétés secrètes et s'investit dans la propagande anti-maçonnique et anti-sémite avec le film Forces occultes et les expositions Le Juif et la France et La franc-maçonnerie, fossoyeuse de la paix.

Ayant fui à l'étranger dès 1944 et trouvé refuge en Espagne franquiste, il est condamné à mort par contumace et à la dégradation nationale en 1949.


Forces Occultes
Institut d'étude des questions juives - Le Juif et la France
Institut d'étude des questions juives - Le chancre qui a rongé la France
Institut d'étude des questions juives - Le péril juif 3 - Les corrupteurs
Institut d'étude des questions juives - PDF

Les documents maçonniques - PDF
Le Cahier jaune
Henry-Robert Petit - L'émancipation des juifs en France
Franc-maçonnerie - PDF


organisation-secrete-de-la-franc-maconnerie-768x1096.jpg

Friday, October 22 2021

Stephen Goodson - A history of central banking and the enslavement of mankind



Stephen Mitford Goodson - A history of central banking and the enslavement of mankind
AudioBook - PDF


In a ‘History of Central Banking and the Enslavement of Mankind’ ex-South African banker Stephen Goodson explains how the Central Banking “scam” originated, and how those who run it have throughout history used their power to subvert governments, and manufacture wars that not only produced vast profits, but frequently to topple ‘regimes’ whose banking system was not under their control.
The ‘scam’ of the money-lenders is the ability to literally create money from nothing, and then lend and accumulate interest on “credit,” and then re-lend that interest for further interest, in perpetuity, that creates pervasive, worldwide debt, from the individual, to the family, to the entire state.
The ability to operate a fraudulent credit and loan system has long been known, and with all the slickness of a snake-oil salesman, the money-lenders – the same types Jesus whipped from the Temple – have persuaded governments that banking is best left to their private interests.
The cultural and material progress of a civilization will often relate to the degree by which it is free from the influence of debt, and the degradation that results when the money-lenders are permitted to abuse their power. Hence, Goodson shows that both World Wars, the Napoleonic wars, the American Revolution, the rise and fall of Julius Caesar, the regicide of Charles I of England, the overthrow of Gaddafi in Libya and the revolution against Tsar Nicholas, among much else in history relate to this “Hidden Hand”.
If you wish to have a real understanding of history – look for the influence of the bankers. This is the key to understanding the past, the present and the future.

4th Edition - March 2019.


Economy - PDF


Stephen Goodson - A history of central banking and the enslavement of mankind.jpg

Thursday, September 23 2021

Deirdre Manifold - Karl Marx

Karl Marx.jpg


Acheter la version papier du livre
Deirdre Manifold - Karl Marx
Vrai ou faux prophète ?


Le Manifeste Communiste est, dit-on, le plus grand succès mondial de librairie, et il s'en vendrait couramment plus d'exemplaires que de la Bible. Lorsque mourut son auteur Karl Marx, son ami Engels, pour la circonstance, écrivit cette épitaphe : L'humanité s'est réduite d'une tête, et de la tête la plus remarquable de notre temps. La courte étude qui suit est un regard du vingtième siècle porté sur cette remarquable tête et sur l'influence qu'elle a sur notre époque.


Léon Trotski - Staline
Bolchévique - PDF


Vrai ou faux prophète Karl Marx.jpg

Thursday, September 9 2021

The Murder of Little Mary Phagan turner - Mary Phagan Kean - Oscar Turner


Mary Phagan Kean - The murder of little Mary Phagan

This is the true story of the murder of little Mary Phagan by Leo M. Frank, her superintendent at the National Pencil Company; Leo Frank's lynching by outraged citizens after his death sentence was commuted; and the century-long effort by Frank's Jewish co-religionists to exonerate him, ending with his pardon in 1986 by the Georgia Board of Pardons and Paroles - which specifically refrained, however, from exonerating Frank.

In spite of the fact that the author Mary Phagan (now Mary Phagan Kean) is the great-niece of little Mary Phagan, and naturally has strong emotions about the case, this book contains the most balanced account of the case so far, as Ms. Kean has gone back to the complete trial record, and studied it extensively. She corrects the false statements that are used in most accounts to convince readers or viewers of Frank's innocence, while acknowledging that it it impossible to know with 100% certainty that Frank was the murderer.

This audiobook is published with the kind permission of Mary Phagan Kean.


The Mary Phagan Family Website
Leo Frank Archive
Leo Frank Research Library
The American Mercury

The Trial of Leo Frank read by Vanessa Neubauer - Slideshow


The Murder of Little Mary Phagan.jpg

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius