WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Category jewelry

Entries feed

Hervé Ryssen - Satan in Hollywood

, 20:02




Hervé Ryssen - Satan in Hollywood


On television and in the cinema, Christians are often represented as bigots, narrow-minded, racist and intolerant, even as rapists or assassins. As for the Catholic clergy, it is most often depicted as a landmark of sadists.
Movies containing here or there an anti-Christian charge are counted by tens, and the list is complemented by several films each year.
We must therefore admit that Christianity - and in particular the Catholic Church - is attacked in cinema as neither Islam nor Judaism nor any other community in the world.
For some decades, messages have become more and more explicit and aggressive, as if the weakening of Christianity in the West excited a vengeful hatred for too long.


Satan à Hollywood - Version française


Herve_Ryssen.jpg







André Chaumet - Bolchevisme and bobards Entreprise juive

, 11:20

Chaumet_Andre_Bolchevisme_and_bobards_Entreprise_juive.jpg


André Chaumet - Bolchevisme and bobards Entreprise juive


Libération et "libérateurs"
A chacun son juif, a dit avec humour un de nos chroniqueurs parisiens; Poincaré a eu Franck, Herriot a eu Israël, Clémenceau a eu Mandel, Daladier avait Blum !
Et c'est ainsi que toutes nos équipes gouvernementales étaient profondément animées et inspirées par la grande flamme messianique de la juiverie internationale. Aussitôt au pouvoir M. Blum s'empressa de transformer la doctrine socialiste en doctrine juive.


André Chaumet - Juifs et américains Rois de l'Afrique du Nord








Robert Conquest - The harvest of sorrow

, 11:15

Conquest_Robert_The_harvest_of_sorrow.jpg


Robert Conquest - The harvest of sorrow
Soviet collectivization and the terror-famine


The Harvest of Sorrow : Soviet Collectivization and the Terror-famine is a book by British historian Robert Conquest, published in 1986. It was written with the assistance of historian James Mace, a junior fellow at the Ukrainian Research Institute, who, following the advice of the director of the Institute, started doing research for the book.

The book deals with the collectivization of agriculture in 1929–31 in Ukraine and elsewhere in the USSR under Stalin's direction, and the 1932–33 famine which resulted. Millions of peasants died due to starvation, deportation to labor camps, and execution. Conquest thesis was characterized as "the famine was deliberately inflicted for ethnic reasons" or that it constituted genocide.


Robert Conquest - Kolyma, The Artic death camps

Holodomor - La famine inconnue
Ukrainian famine research committee - Holodomor
Miron Dolot - Execution by hunger The hidden holocaust
Charles Lucieto - Au pays de l'épouvante N° 3








Jean-Antoine Huot - La question juive

, 11:13

Huot_Jean-Antoine_-_La_question_juive.jpg


Jean-Antoine Huot - La question juive

Quelques observations sur la question du meurtre rituel.
Conférence donnée sous les auspices du Cercle Garneau de l'A. C. J. C, a l'Académie St-Joseph de Québec. - 1914





A l'occasion du procès de Kief, les Juifs ont tenté de soulever le monde avec le levier de la presse. On doit reconnaître qu'ils ne sont pas novices dans l'art de manier ce formidable instrument : au temps du procès Dreyfus, il ne manqua pas de journaux d'Europe et d'Amérique dont la parole était d'argent.

Dans la campagne qui vient de finir, la question juive menaçait, semble-t-il, de s'effacer devant la question du procès de Kief, qui n'en est pourtant qu'un épisode.
Or, en réalité, la question juive est plus vivante que jamais, et il est évident que ce n'est pas l'établissement récent de 50,000 Juifs en plein cœur du Canada français qui diminuera, pour nous, la gravité du problème.
Il nous faut donc avoir l’œil ouvert sur la question juive.

Elle est vaste comme le monde, puisqu'il y a des Juifs partout, et vous comprendrez qu'il est impossible de la traiter complètement dans une conférence. Je voudrais seulement, ce soir, essayer d'en fixer les données essentielles.
Importante et discutée depuis longtemps par tout l'univers, cette question, il faut bien l'avouer, à cause des circonstances et des débats récents, est assez délicate à traiter. Aussi, je crois devoir déclarer que, malgré la parfaite bonne volonté et la bonne foi des journalistes, il m'est impossible d'accepter la responsabilité personnelle d'aucun des comptes-rendus de ma conférence qui pourront paraître dans les journaux. Je ne pourrai donc répondre, devant le public, que du texte de ma conférence tel que lu par moi ou publié sous mon nom.
C'est pour les mêmes raisons que j'ai tenu consciencieusement à donner à cette conférence un caractère nettement documentaire, le seul qui convienne à l'étude d'une question d'histoire, comme l'est, pour une bonne part, la question juive.





Le crime rituel juif - PDF

Le meurtre rituel juif - Le culte caché
Jewish ritual murder revisited, The hidden cult - VOSTFR








Yvri - Le sionisme et la juiverie internationale

, 09:11

Ivry_Le_sionisme_et_la_juiverie_internationale.jpg


Yvri - Le sionisme et la juiverie internationale


Définition du sionisme

Dans l’esprit de la plupart des « gentils », le Sionisme est une idée, un mouvement légitime. Certains estiment même qu’on devrait le favoriser croyant y voir seulement la politique du retour et de l’établissement de tous les Juifs en Palestine.
Mais en réalité, et d’après les sources juives, le Sionisme est le mouvement national juif basé sur l’idéal messianique de domination juive mondiale. Cela, nous le trouvons exposé dans nombre d’ouvrages juifs anciens et récents : L’histoire du Sionisme par Nahum Sokolov, Le Sionisme par Richard Gottheil, et dans les traductions des œuvres d’Asher Ginsberg, grand chef sioniste. Les revues et journaux nommément juifs prêchent clairement ce mouvement national d’Israël, basé sur l’idéal de domination juive mondiale.
Le plan juif est si colossal, et ses motifs secrets sont si complètement opposés à toute la psychologie du « chrétien moyen » que nous en restons confondus.
C’est la réaction normale d’auto-défense de l’esprit chrétien, repoussant dans l’ombre de trop sombres images, qui, pendant tant d’années, a contribué, plus que toute autre chose, au succès du plan juif. On ne voulait pas le considérer de près.
Et durant ce temps le programme juif néfaste faisait son chemin, et allait vers sa réalisation d’une façon sûre et méthodique.
Pour compléter la définition sommaire du Sionisme, il faut donner un aperçu de son essence propre.

Déjà, dans les âges anciens, le coté surnaturel de la mission des prophètes de l’Ancien Testament (ils prêchaient un empire mondial, mais spirituel, par le Messie des Juifs), fut déformé par un groupe important d’intellectuels juifs et mis au service de leurs appétits terrestres, surtout vers la fin de l’histoire du Peuple choisi, quelque temps avant la venue du Christ. Ceux-ci rêvaient, dès lors, d’un empire mondial juif, mais terrestre et matériel, contraire à ce règne spirituel de Dieu que prêcha le Christ par l’Église du Nouveau Testament.
Voyez comment Israël Friedlander, sioniste notoire récemment décédé, dans un ouvrage intitulé Passé et Présent, définit cette aspiration des Juifs à la conquête du monde : « Cette solution est généralement appelée messianisme, mais étant donné son but final elle serait plus justement appelée sionisme, bien que ce nom soit d’origine récente. Le Sionisme moderne n’est que la continuation de la doctrine messianique, dégagée de ses coquilles d’oeuf théologiques. »
Dans les Études sur le Nationalisme juif de Léon Simon, sioniste, nous lisons : « L’âge messianique signifie pour le Juif … l’universelle acceptation du Juif et de Javeh, son Dieu à lui seulement ! » « Ce que nous appelons toujours encore nationalisme juif, écrit encore Friedlander dans Passé et Présent, est la résultante directe de l’enseignement prophétique. Et si nous le considérons à cette lumière nous verrons de combien il dépasse le nationalisme bâtard qui regarde comme choses essentielles la simple possession d’un territoire et un gouvernement politique autonome. »


Pour plus d'informations







Vive l'Europe - L'homme aryen vers les étoiles, RaHoWa !

, 18:47



Vive l'Europe - L'homme aryen vers les étoiles, RaHoWa !


Cette semaine, nous recevons Claude, savoisien blanc et fier de l'être. Après avoir milité des années dans des mouvements identitaires en France, notamment dans le sud, il a décidé de faire un tour du monde natio pour déterminer où l'homme européen pouvait le mieux se construire un avenir.

Son expérience de globe-trotter et sa culture sont hors du commun, et peuvent inspirer de nombreux jeunes patriotes en mal de repères.
Si Claude croit qu'en France, plus rien n'est vraiment possible, il n'est pas désespéré du tout, et encourage au contraire les aryens à épouser leur destin, même s'il faut aller le trouver à l'autre bout de la planète.

Bientôt, il révélera peut-être l'étendue de son travail sur la toile, qui est colossale et salutaire pour notre cause.


Je ne partage pas tous ses points de vue, mais j'en partage tout de même beaucoup.

A bientôt, et merci à vous,
VIVE L'EUROPE


Vive l'Europe - Emissions


Vive_l_Europe.jpg







Alexandre Soljenitsyne - The Gulag Archipelago - Audiobook

, 17:30




Alexandre Soljenitsyne - The Gulag Archipelago - Audiobook - PDF

Volume 1


Volume 2


Volume 3



Aleksandr Isayevich Solzhenitsyn; 11 December 1918 – 3 August 2008) was a Russian novelist, historian, and short story writer. He was an outspoken critic of the Soviet Union and communism and helped to raise global awareness of its Gulag forced labor camp system. He was allowed to publish only one work in the Soviet Union, One Day in the Life of Ivan Denisovich (1962), in the periodical Novy Mir. After this he had to publish in the West, most notably Cancer Ward (1968), August 1914 (1971), and The Gulag Archipelago (1973).
Solzhenitsyn was awarded the 1970 Nobel Prize in Literature "for the ethical force with which he has pursued the indispensable traditions of Russian literature".
Solzhenitsyn was afraid to go to Stockholm to receive his award for fear that he would not be allowed to reenter. He was eventually expelled from the Soviet Union in 1974, but returned to Russia in 1994 after the state's dissolution.


Robert Conquest - The Great Terror - Audiobook - PDF



The Great Terror : Stalin's Purge of the Thirties is a book by British historian Robert Conquest, published in 1968. It gave rise to an alternate title of the period in Soviet history known as the Great Purge. Conquest's title was in turn an allusion to the period that was called Reign of Terror (French: la Terreur, and, from June to July 1794, la Grande Terreur -the Great Terror-) during the French Revolution.

One of the first books by a Western writer to discuss the Great Purge in the Soviet Union, it was based mainly on information which had been made public, either officially or by individuals, during the Khrushchev Thaw in the period 1956–1964. It also drew on accounts by Russian and Ukrainian émigrés and exiles dating back to the 1930s. Lastly it was based on an analysis of official Soviet documents such as the census.








Bernhard Schaub - A qui profite la loi antiraciste ?

, 14:12

Bernhard_Schaub.jpg


Bernhard Schaub - A qui profite la loi antiraciste ? - ungraindesable.the-savoisien.com
Bernhard Schaub - Wem dient das Antirassismusgesetz
Retranscription - PDF


Une conférence de Bernhard Schaub. (2009)

En Suisse, nous avons depuis 1994, depuis l'entrée en vigueur de la loi antiraciste, une censure de jure. Je me demande régulièrement comment il est possible qu'un peuple aussi attaché à la liberté et à ses traditions que le peuple suisse soit devenu un peuple de poltrons, de lèche-bottes, de délateurs.

Nous vivons dans un monde virtuel modelé par les médias. Et Schachtschneider dit : "Un pays n'est pas libre lorsque la liberté d'expression y est limitée par des peines sévères."

Le grand Kant a dit, à propos de la liberté d'expression, qu'il fallait pouvoir parler de tout, vrai ou faux. Je ne sais pas ce qui s'est passé exactement lors de l'holocauste, je n'y étais pas. Mais je n'en discute pas, car c'est interdit. On ne peut pas en débattre, même pas scientifiquement. Nous ne sommes pas dans un pays libre.

Si nous acceptons l'évolution des dernières décennies -la décadence, la destruction de notre culture, de notre morale, de ce qui nous est important, de notre religion- alors nous devons accepter la loi antiraciste sans discussion. Si nous refusons cette évolution, il faut abroger la loi antiraciste. Le plus tôt sera le mieux. Mais comment y parvenir ? Ce qui est réconfortant, c'est que l'ennemi commence à battre en retraite. Les informations dont je vous parle, sans pouvoir être trop explicite, se diffusent rapidement.

Code pénal suisse, article 266 : Les atteintes à l'indépendance de la Confédération sont passibles d'une peine de prison de 1 à 5 ans. Il est interdit de porter atteinte à la Confédération du moins tant que l'esprit de Guillaume Tell subsiste en nous.

Nous recevons maintenant un orateur non prévu au programme. Je l'ai rencontré hier pour la première fois. C'est une surprise pour tous (ou presque tous : ma femme et mes enfants ont déjà fait sa connaissance). Comme plusieurs orateurs se sont désistés, j'ai pensé que nous pourrions lui donner la parole.

Ce qui m'a beaucoup frappé dernièrement, c'est la soudaineté avec laquelle on peut être taxé d'antisémite. Je n'ai pourtant jamais rien dit ou pensé qui soit antisémite. Pourquoi me traite-t-on subitement d'antisémite ? Le mot "antisémite" semble être un terme à la mode. Qu'y a-t-il derrière cette accusation ? Que faisons-nous de faux ? J'aimerais en savoir davantage.

Il y a un certain temps, on m'a recommandé Bernhard Schaub, notre orateur surprise. Il vient de Suisse. Il m'a été recommandé, car il pâtit de la censure. J'ai appris qu'il était également taxé d'antisémite, et qu'il avait plus d'expérience que moi en la matière. Bernhard Schaub est né à Berne en 1954. Pendant 11 ans, il a été professeur d'allemand et d'histoire dans une école Rudolf Steiner. En 1993, après une campagne de diffamation sans pareille, il a été licencié pour avoir écrit qu'il fallait étudier l'holocauste de manière objective et neutre. Par la suite, il a été responsable pédagogique à l'école Club Migros à Frauenfeld ; il a aussi perdu cet emploi.

Bernhard Schaub pense que l'indépendance de la Suisse est menacée par les abus d'une loi. Or, comme je l'ai dit précédemment, les atteintes à l'indépendance de la Suisse sont passibles d'emprisonnement. Bernhard Schaub va nous parler d'une loi dont il a le sentiment -ce sont mes mots- qu'elle a été mise en place pour nuire, non pour protéger. Bernhard Schaub va nous parler de la loi antiraciste et demande : à qui profite-t-elle ?

Nous allons maintenant écouter, simplement écouter ce que Bernhard Schaub a à dire sur le sujet. Je prie Bernhard Schaub de monter sur le podium et de nous parler.


Bernhard Schaub - Die froche Botschaft von Teheran und die politischen Folgen
Bernhard Schaub - L'action européenne

Malher Horst - 2005 Zur Lage der Nation
Sylvia Stolz - Fr Sprechverbot Beweisverbot Verteidigungsverbot

Bernhard Schaub (Lebensrune.png 1954 in Bern an der Aare) ist ein deutscher Verleger, Autor sowie politischer Aktivist in der Schweiz. Er setzt sich für die Gruppeninteressen der europäischen Völker sowie für die Bewahrung der europäischen Kultur ein und hat hierzu die Freiheitsbewegung Europäische Aktion ins Leben gerufen.

Bernhard Schaub war ursprünglich Lehrer für Deutsch und Geschichte an Privatschulen in der Schweiz, bevor er 1993 wegen der Publikation eines Buches, in dem er zur neutralen Erforschung der Geschichte der Juden im Dritten Reich aufgerufen hatte, entlassen wurde. Seine Kinder, die damals eine Schule in Schopfheim (Schwarzwald) besuchten, wurden fristlos und in Sippenhaft von der Schule verbannt. Auch eine spätere Anstellung als Pädagogischer Leiter einer Erwachsenenbildungsschule wurde Bernhard Schaub aus ähnlichen Gründen gekündigt.

Bernhard Schaub wirkt für die von ihm gegründete Europäische Aktion als Autor, Redner und Publizist im ganzen deutschen Sprachbereich. Zudem ist er Inhaber des Ghibellinum-Verlages in Dornach (Schweiz), in ihm erscheinen Medien im Themenbereich der Europäischen Aktion.

Im Dezember 2006 nahm Bernhard Schaub in Teheran als Redner an einer von dem seinerzeitigen iranischen Präsidenten Ahmadinedschad einberufenen Konferenz zum Thema des Schicksals der Juden im Zweiten Weltkrieg teil. Im Herbst 2007 verurteilte ihn ein Schweizer Gericht – wegen eines erneuten Aufrufs zur Erforschung dieses Gegenstandes – zu drei Monaten Gefängnis auf Bewährung.

Bernhard Schaub war bis zu dessen Verbot im Jahre 2008 Vorsitzender eines Vereins, in dem sich wegen Meinungsäußerungen Verfolgte der BRD-Justiz zusammengeschlossen hatten. Gemeinsam mit Ursula Haverbeck leitete Bernhard Schaub das wegen unerwünschter Bildungsarbeit von der BRD-Verwaltung verbotene Collegium Humanum.








Siegfried Ellwanger Castan - Holocausto Judeu ou Alemão ?

, 02:02

Siegfried_Ellwanger_Castan.jpg


Siegfried Ellwanger Castan - Holocausto Judeu ou Alemão ?


S. E. CASTAN é brasileiro, nasceu em 30/7/28, em Candelária, Rio Grande do Sul, neto e bisneto de imigrantes alemães. Estudou em Candelária e Santa Cruz do Sul. Trabalhou como operário, aos 12 anos de idade, numa fábrica de botões de madrepérola e posteriormente como auxiliar de escritório numa indústria de laticínios e numa fábrica de caramelos. Em 1946 apresentou-se como voluntário para servir no Corpo de Fuzileiros Navais, no Rio de Janeiro, onde ficou por três anos. Voltando ao Sul, ficou residindo com os pais em Porto Alegre, empregando-se como auxiliar de escritório numa firma importadora e comercial no ramo de ferro e aço, onde chegou ao posto de chefe de vendas, após seis anos de serviços. Posteriormente foi convidado a abrir e dirigir uma filial, em Porto Alegre, de importante organização no ramo de ferros e aços do Rio de Janeiro. Após dez anos e meio nessa função pediu demissão para fundar sua própria firma, explorando, além da parte comercial, importante setor industrial, sempre no ramo de aços. Foi o responsável pela implantação pioneira, no Rio Grande do Sul, de uma fábrica de tubos galvanizados para água, soldados por processo de indução, a primeira trefilação de aço em barras, a primeira laminação de barras de aço em perfis especiais, que anteriormente tinham de ser importados. No setor de material ferroviário sua firma se tornou a primeira a produzir fixações elásticas, desenvolvidas no RGS, para trilhos. Foi também o inventor de placas de apoio para trilhos, em ferro fundido nodular, empregadas nas ferrovias nacionais e também exportadas. Vendeu o controle acionário de sua firma há poucos anos, quando passou a se dedicar quase inteiramente às pesquisas sobre os acontecimentos da Segunda Guerra Mundial.
Viajou várias vezes à Europa, América do Norte, Central e do Sul, visitando a França, Inglaterra, Alemanha Ocidental e Oriental, Áustria, Polônia, Dinamarca, Suécia, Noruega, Holanda, Luxemburgo, Suíça, Itália, Espanha, Portugal, Estados Unidos, México, Cuba, Panamá, Uruguai e Argentina.
Como acontece em todo o mundo ocidental, também este autor, que tem o maior orgulho de sua nacionalidade brasileira, foi diversas vezes tachado de anti-semita, neo-nazista, até de nazista, além de semi-analfabeto, iletrado, etc, por cronistas sionistas e também por menos de meia dúzia de brasileiros precipitados, que nunca ouviram outras versões sobre a Segunda Guerra Mundial. Trata-se inegavelmente de infâmias destinadas a desviar a atenção quanto a FATOS CONCRETOS E CONTUNDENTES, que ele apresenta aos leitores de várias partes do mundo, pois o livro vai ser EXPORTADO do Brasil para os mais diversos países do mundo, em diversos idiomas.

(as). César F. Machado


Siegfried Ellwanger Castan - Holocaust Jewish or German ?
Siegfried Ellwanger Castan - ¿Holocausto, Judío o Alemán?

Siegfried Ellwanger Castan - PDF







John Dietrich - The Morgenthau plan

, 14:38

Dietrich_John_The_Morgenthau_plan.jpg


John Dietrich - The Morgenthau plan
Soviet influence on American postwar policy


The Morgenthau Plan was designed to completely destroy the German economy, enslave millions of her citizens, and exterminate as many as 20 million people. This was the Allies' post-war policy that preceded the Marshall Plan, and it devastated what remained of Germany after the war was officially over. Was this "economic idiocy" — or intentional destruction of a surrendered country? A major criticism of the German population in the war years was that they claimed that they were not aware of the atrocities committed by their government. In mirror fashion, the chapters of this book chronicle events committed by the United States that should be commonly known but are not. Many of these events are denied even now by academics and professional historians who live in a free society.
The current work documents the drafting and implementation of the Plan, and through countless documented quotes from official sources shows that its impact on the German people was well understood.


About the Author
John Dietrich holds a Masters Degree in International Relations and is an expert on postwar conditions in Europe. Upon retiring from the US Army, he served in the Defense Intelligence Agency from 1985 until 1991; he is presently an Immigration Inspector.


One of the most dramatic events of the 20th century was the mass expulsion of ethnic Germans from the territory east of the Oder-Neisse Rivers. As many as 18.1 million people were driven from their homes because of their ethnic background. Somewhere between 2.1 million and 6 million of these people, mostly women and children, perished in what was supposed to have been an “orderly and humane” transition.
Section Two of the Morgenthau Plan, dealing with the "New Boundaries of Germany," stated that: “(a) Poland should get that part of East Prussia which doesn’t go the USSR. and the southern portion of Silesia.” However, even Morgenthau had not envisioned the drastic territorial changes finalized at the Potsdam Conference, where it was agreed that all German land east of the Oder-Neisse Rivers that was not under Soviet administration “shall be under the administration of the Polish state.”
The decision to move the German frontier to the west of the Oder-Neisse Rivers and to expel the inhabitants may have been made during the Yalta Conference.


Léon de Poncins - Les documents Morgenthau
Second World War - PDF


Simon Albert - Les années perdues...
Histoire vécue par un incorporé de force dans la Wehrmacht (armée allemande) et ancien prisonnier du camp de Tambow en Russie

Tempête Infernale : La mort de l'Allemagne Nazie 1944-1947
Thomas Goodrich







- page 2 of 55 -