WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Category jewelry

Entries feed

Liste des organisations maçonniques et occultes interdites et fermées par les SS et la Gestapo

, 12:05


Liste des organisations maçonniques et occultes interdites et fermées par les SS et la Gestapo


Hitler et les Nazis étaient-ils des occultistes ?


Hitler_Germany.jpg


Nous ne permettrons pas aux gens à l’esprit mystique ayant une passion pour l’occulte d’explorer les secrets du monde au-delà du raisonnable dans notre mouvement. De telles personnes ne sont pas des Nationaux Socialistes, mais quelque chose d’autre – dans tous les cas, quelque chose qui n’a rien à voir avec nous.

Adolf Hitler
Nuremberg, 1938


Voici une liste d’organisations maçonniques / occultes interdites que les SS et la Gestapo firent fermer :

– La Grande Loge Symbolique de l’Allemagne, ainsi que ses loges sœurs
– Les Franc-maçons du Soleil Levant, Hambourg, ainsi que ses loges sœurs
– La Grande Loge du Soleil, Bayreuth, ainsi que ses loges sœurs
– La Grande Loge Maçonnique concorde, Darmstadt, ainsi que ses loges sœurs
– La Grande Loge fédérale de l’Union Éclectique, Frankfort, ainsi que ses loges sœurs
– La Grande Loge d’Hambourg, ainsi que ses loges sœurs
– L’Ordre Chrétien Allemand de Saxe, Dresde, ainsi que ses loges sœurs
– L’Ordre de la Cathédrale Chrétienne allemande, Leipzig, ainsi que ses loges sœurs
– La Grande Loge Mère Nationale à 3 globes, Berlin ainsi que ses loges sœurs
– La Grande Loge de Prusse, appelle à l’amitié, Berlin, de même que ses loges sœurs.
– L’Ordre des Étranges Compagnons
– L’Ordre des Druides
– L’Ordre du Réchabite
– La Grande Loge « Le Droit Humain » (co-franc-maçonnerie)
– La Loge Maçonnique Internationale des Travailleurs
– La Franc-maçonnerie des Travailleurs
– Le temple à ciel ouvert la Finnière, Winkelloge à Leipzig
– La Loge du Créateur « Colonis » e.v.
– L’Ordre des Chevaliers du Saint Graal, Berlin
– La Société d’Anthropomorphisme
– Le mouvement Mazdaznan
– Ebdar (La Confrérie Assermentée des rites anciens)
– L’Ordre du Saint Graal
– Dans l’est de Patmos, l’organisation de Bo Yin Ra
– L’Ordre Oriental des Templiers (O.T.O)
– La Confrérie de Saturne (y compris la Société d’Études Ésotériques)
– L’Ordre des Illuminati (fondé en 1896)
– L’Association d’Orion (les tables Adonis, secte du Dr. Musallam Sattler)
– La Société Rosicrucienne d’Allemagne
– La Médaille du Graal (secte Norusnin)
– La Grande Loge du « Vrai Chemin », Hanovre
– « Chemin vers la Lumière », Magdeburg, loges spirituelles
– Le Sanctuaire Suprême des Rites Écossais de la Franc-maçonnerie d’Allemagne
– La Franc-maçonnerie Swedenborgienne
– Les Templiers de l’Orient
– L’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée
– Rite Misraïm 90°
– Rite Memphis de l’Orient 97°
– L’âge et le rite accepté de Heredom
– Fraternité Hermétique de la Lumière
– La Fraternité rosicrucienne
– La Nouvelle Église Gnostique
– Les Nouveaux Illuminati
– L’École Générale Pansophique
– La société Pansophique
– L’Association des Franc-maçons allemands, Leipzig
– L’Association Maçonnique « Paroles et Actes » de Francfort
– L’Association des Jeunes Maçons « Les Disciples de George Squires » de Dresde

Reinhard Heydrich ordonna au Service de Sécurité (SD) et à la Police Secrète (Gestapo) de saisir les documents des organisations occultes le 20 juillet 1937 et des loges Franc-Maçonnes le 23 avril 1938. Aleister Crowley avait sagement quitté l’Allemagne en 1932. Eugène Grosche, le fondateur de la Fraternité de Saturne, a fui les « Nazis » pour se réfugier en Suisse et Karl Germer, le meilleur ami d’Aleister Crowley, s’est retrouvé dans un camp de concentration en 1937. Les raisons de son arrestation qui lui furent annoncées étaient :

« Vous avez soutenu les activités subversives de la Franc-Maçonnerie, résidant maintenant à l’étranger, en ayant gardé un contact permanent ; et en répandant ses enseignements vous avez tenté de recruter des disciples pour lui en Allemagne. »


Sources :
didi18ungraindesable.ru
Peter-Robert Koening dans ses écrits Les Esclaves Doivent Servir, les Templiers du Reich.

A lire :
Dieter Schwarz - Freemasonry

1938, défilé à Nuremberg avant le discours d’Adolf Hitler sur la politique de l’Allemagne.
Nuremberg_Hitler.jpg







Macron Leaks

, 13:53

Macron_Leaks.png


Macron Leaks - archive.org
Archives download


French candidate Macron claims massive hack as emails leaked

Leading French presidential candidate Emmanuel Macron's campaign said on Friday it had been the target of a "massive" computer hack that dumped its campaign emails online 1-1/2 days before voters choose between the centrist and his far-right rival, Marine Le Pen.
Macron, who is seen as the frontrunner in an election billed as the most important in France in decades, extended his lead over Le Pen in polls on Friday.
As much as 9 gigabytes of data were posted on a profile called EMLEAKS to Pastebin, a site that allows anonymous document sharing. It was not immediately clear who was responsible for posting the data or if any of it was genuine.
In a statement, Macron's political movement En Marche! (Onwards!) confirmed that it had been hacked.
"The En Marche! Movement has been the victim of a massive and co-ordinated hack this evening which has given rise to the diffusion on social media of various internal information," the statement said.
An interior ministry official declined to comment, citing French rules that forbid any commentary liable to influence an election, which took effect at midnight on Friday (2200 GMT).
The presidential election commission said in statement that it would hold a meeting later on Saturday after Macron's campaign informed it about the hack and publishing of the data.
It urged the media to be cautious about publishing details of the emails given that campaigning had ended, and publication could lead to criminal charges.
Comments about the email dump began to appear on Friday evening just hours before the official ban on campaigning began. The ban is due to stay in place until the last polling stations close Sunday at 8 p.m. (1800 GMT).







Dieter Schwarz - Freemasonry

, 13:28

Dieter_Schwarz_-_Freemasonery.jpg


Dieter Schwarz - Freemasonry
Ideology Organisation, and policy

With a foreword by the Chief of the Security Police and Security Service
SS - Obergruppenfuehrer and General of the Police Dr. Kaltenbrunner
Berlin 1944 - Central Publishing House of the NSDAP


PART I : HISTORICAL FOUNDATIONS

Chapter 1. The Jewish Oriental Foundations
1. The Jewish oriental foundations

Chapter 2. Development Of Freemasonry Outside Germany In The 18th Century
1. Development out of the English working lodges in the 17th and 18th centuries (nonguild members in the stone cutters guilds - origin of the word Freemason - the Grand Lodge Of London in 1717 - the Ancient Duties)
2. The development of Freemasonry in France (the Enlightenment and thought of the French Revolution - the penetration of Jews into the English and French lodges - Jewish institutions in the higher degrees) Development of Freemasonry in Germany up to the emancipation of the Jews
a) The English line of influence
b) The Romanic line of influence
c) The development of German Freemasonry along the lines of speculative philosophy (German idealism in the 18th century - change in the meaning of Freemasonry - Goethe and Freemasonry - the age of the German Wars Of Liberation)

Chapter 3. Development Of Freemasonry In The 19th And 20th Century
1. The participation of Freemasonry in the Revolutions of 1789, 1830, and 1848 (the Masonic mission of France - Democracy and Republic - the Restoration - 1830 - 1848 - Napoleon III and the Masonic opposition)
2. Penetration of the Jews into bourgeois society with the help of the lodges (struggle of the Jews for equality - Masonic humanitarianism and tolerance on the Jewish Question - The Jewish lodge in Frankfurt am Main in 1807 - Admission of Jews at Birkenfeld in 1845)
3. Developments outside Germany from 1870 to 1914
4. The attitude of German Freemasonry during this period

Chapter 4. International Freemasonry And The World War
1. The attitude of the lodges in the Entente States (slander of Germany and its allies - Masonic Congresses - Masonic peace propaganda)
2. Attitude and opinions of Freemasons in Germany (influence of the lodges and their work of corruption - Internationalist thought - The Field Lodges)


PART II : ORGANISATION, WORKING METHODS, AND AIMS OF FREEMASONRY

Chapter 1. Organisation
1. The John Lodges as the lowest degree
2. The higher degree lodges
3. The connection between John Freemasonry and Higher Degree Freemasonry
4. Supranational organisations of Freemasonry
5. Masonic organisations in Germany, former Austria, former Czechoslovakia, and former Poland :
a) in Germany
b) in former Austria
c) in former Czechoslovakia
d) in former Poland

Chapter 2. Organisations Similar To Freemasonry
1. Odd Fellows
2. Order Of Druids
3. Schlaraffia
4. Rotary Club

Chapter 3. Disguised Work Of Freemasonry In Other Organisations
1. Disguised work of Freemasonry in other organisations

Chapter 4. Ideological Aims
1. The basic concepts of Freemasonry (humanitarianism and tolerance - international chain of brotherhood - denial of racial and national differences - Masonic cosmopolitanism, liberalism, and democracy)
2. Educational methods of Freemasonry (aims of education - effects and methods of Masonic education - ritual - symbolism - Masonic speeches, signs, and building blocks - Masonic writings)

Chapter 5. Relationship Between Freemasonry And Other Supranational Powers
1. Freemasonry and the Church (Freemasonry as anti Church - struggle between Catholicism and Freemasonry - Papal bulls banning Freemasonry - attempts at union - Conference of Aachen of 1928)
2. Freemasonry and Jewry
3. Freemasonry and Marxism (Freemasonry as the bourgeois, democratic liberal vanguard of Marxism - Communism and Freemasonry - Masonic statements on Communism)


PART III : FREEMASONRY AS A FORM OF OPPOSITION TO NATIONAL SOCIALISM

Chapter 1. Freemasonry And Fascism
1. Freemasonry and Fascism (Fascism's struggle against the Green Snake - Anti Freemasonry Law of 1925 - Grand Master Torrigiani against Fascism - Mussolini on Freemasonry)

Chapter 2. Freemasonry And National Socialism
1. National Socialist Leaders on Freemasonry (Adolf Hitler - Alfred Rosenberg - Hermann Güring - Reich Leader Buch)
2. Decrees and Directives of branches of the State and Party against the lodges, and of the Party against Masonic lodges and organisations in Germany
3. National Socialism's struggle against Freemasonry (voluntary dissolution of the lodges, the attitude of the old Prussian lodges - lodge defence committees)
4. World Freemasonry's struggle against National Socialism (topics of discussion at Masonic and emigrant congresses - boycott propaganda - the work of the People's Front)
5. Summary (irreconcilable conflict between National Socialism and Freemasonry)


Dieter Schwarz - PDF


Dieter_Schwarz_World_Jewry.jpg


Forward To The 1st, 2nd, 3rd, And 4th Editions
The intent of the present work is to deal with the principal problems of Freemasonry in a concise manner. It makes no claim to completeness; rather, it intends to provide documentation based on authentic materials from the archives of the Security Service of the Reich Leader Of The SS and Secret State Police, thereby educating the public to the danger posed by Freemasonry over the past several centuries. A detailed description of the irreconcilable conflict between the ideology of Freemasonry and that of National Socialism, based on the fullness of the available archive material, must be left to later works.
Heydrich SS-Obergruppenführer - 1938.

Forward To The 5th Revised Edition
In 1942, World Freemasonry celebrated the 225th anniversary of its founding. Like the 200th anniversary, the 225th anniversary was celebrated during wartime -- during a war for which World Freemasonry was once again partly responsible. But how different is the situation of Freemasonry compared to 1917! Then, it stood at the height of its influence and enjoyed immeasurable political power. Today, by contrast, it is being called upon to render an account : the healthy Folks of Europe have overcome the corrupting poison of the Masonic ideology; the powerful forces of Freemasonry have suffered serious reverses, and must furthermore expect that their days are numbered in Europe.
Political developments since the publication of this text have confirmed the correctness of the statements made in it. Once again, World Freemasonry has given rise to forces directed against all racially healthy movements, simultaneously creating the impetus for a total extinction of those movements.
An awareness that the rejuvenated Folks of Europe must remain alert to the disintegrating corruption of liberal Masonic thought in order to prevent any regrouping and renewed grab for power, has impelled the author to publish a revised and supplemented edition for the German and European Folks, in order to make a small contribution to the total spiritual healing of the European community of Folks.
Dieter Schwarz - 1942.

Forward To The 6th Edition
Among the spiritual forces secretly working in the camp of Germany's enemies and their allies in this war, as in the last, stands Freemasonry, the danger of whose activities has been repeatedly stressed by The Leader in his speeches.
The present brochure, now made available to the German and European Folks in a 6th edition, is intended to shed light on this enemy working in the shadows. Though an end has been put to the activities of Masonic organisations in most European countries, particular attention must still be paid to Freemasonry, and most particularly to its membership, as the implements of the political will of a supragovernmental power. The events of the summer of 1943 in Italy demonstrate once again the latent danger always represented by individual Freemasons, even after the destruction of their Masonic organisations. Although Freemasonry was prohibited in Italy as early as 1925, it has retained significant political influence in Italy through its membership, and has continued to exert that influence in secrecy. Freemasons thus stood in the first ranks of the Italian traitors who believed themselves capable of dealing Fascism a death blow at a critical juncture, shamelessly betraying the Italian Nation. The intended object of the 6th edition of this brochure is to provide a clearer knowledge of the danger of Masonic corruption, and to keep the will to self defence alive.
Dr. Kaltenbrunner SS-Gruppenfьhrer General Of The Police - 1943.







Julius Streicher - Testament politique

, 13:50

Julius_Streicher_Testament_politique.jpg


Julius Streicher - Testament politique
Ma déclaration
Traduction de l'anglais par Valérie Devon


Par stupidité, méchanceté et lâcheté, certains contemporains ont cru qu'ils pouvaient et même devaient, dégrader et mal interpréter, autant le contenu que la forme de mon travail de 25 ans d´illumination en paroles et texte. La plupart de ces critiques n'ont pas forgé leur opinion selon leur propre connaissance, mais plutôt par le truchement balbutiant servile de l'opinion d'un autre. Ces notes portant sur ce qui fut la période la plus difficile à vivre pour le peuple allemand sont consacrées à la réflexion pour ces contemporains et juges douteux et à tous ceux qui souhaitent les connaitre.

Mondorf au Luxembourg, Maison des détenus,
Été 1945. Julius Streicher


Julius Streicher - Sans solution de la question juive Aucune libération du peuple allemand !
Julius Streicher - PDF

Troisième Reich - PDF








Georges Orwell - Animal farm - 50th anniversary edition

, 07:07

Georges_Orwell_Animal_farm.jpg


Georges Orwell - Animal farm
50th anniversary edition


Since its publication in 1946, George Orwell's fable of a workers' revolution gone wrong has been recognized as a classic of modern political satire. Fuelled by Orwell's intense disillusionment with Soviet Communism, Animal Farm is a nearly perfect piece of writing--both an engaging story and an allegory that actually works. When the downtrodden beasts of Manor Farm oust their drunken human master and take over management of the land, all are awash in collectivist zeal. Everyone willingly works overtime, productivity soars and for one brief, glorious season, every belly is full. The animals' Seven Commandment credo is painted in big white letters on the barn. All animals are equal. No animal shall drink alcohol, wear clothes, sleep in a bed or kill a fellow four-footed creature.
Those that go upon four legs or wings are friends and the two-legged are, by definition, the enemy. Too soon, however, the pigs, who have styled themselves leaders by virtue of their intelligence, succumb to the temptations of privilege and power. "We pigs are brainworkers. The whole management and organisation of the farm depend on us. Day and night, we are watching over your welfare. It is for your sake that we drink that milk and eat those apples." While this swinish brotherhood sells out the revolution, cynically editing the Seven Commandments to excuse their violence and greed, the common animals are once again left hungry and exhausted, no better off than in the days when humans ran the farm. Satire Animal Farm may be, but it's a stony reader who remains unmoved when the stalwart workhorse, Boxer, having given his all to his comrades, is sold to the glue factory to buy booze for the pigs. Orwell's view of Communism is bleak indeed, but given the history of the Russian people since 1917, his pessimism has an air of prophecy.
Joyce Thompson


George Orwell - PDF

George Orwell (aka Eric Arthur Blair) was born in Motihari, Bengal, on June 25, 1903, and educated at Eton. From 1922 to 1927 he served in the Imperial Police in Burma. After living in Paris for two years he returned to England, where he worked successively as a private tutor, schoolteacher, and bookshop assistant. Orwell fought on the Republican side in the Spanish Civil War and was severely wounded. During World War II he served in England's Home Guard and worked for the B.B.C. He then joined the Tribune and later became a special correspondent for the Observer. He died in London in 1950.


Farm_Orwell.jpg







Sigismond de la Chesnaie - Malô Lilâk - Tome 1

, 08:08

Malo_Lilak.jpg


Sigismond de la Chesnaie - Malô Lilâk - Tome 1
Autopsie détaillée d'une inversion génocidaire

Ce livre est dédié à toutes les victimes des vrais holocaustes, ceux-là mêmes que l’Histoire essaie de faire passer pour fictifs ou sans importance.


TABLE DES MATIÈRES

Note de l’auteur
Introduction
Chapitre premier
La psychopathologie et l’hystérie juives
Chapitre II
La contagion hystérique juive chez les Goyim
Chapitre III
Témoignages des Goyim à l’appui des « martyrs »
Chapitre IV
Le Journal d’Anne Frank
Chapitre V
L’Audiovisuel au service des « martyrs »
Chapitre VI
Passage au crible ‹négationniste›
A – Carlo Mattogno (1e partie)
B – Carlo Mattogno (2e partie)
C – Carlos Whitlock Porter
D – Les deux rapports Leuchter
Chapitre VII
Dénouement ‹ déconstructionniste ›
Chapitre VIII
Les Allemands des Sudètes et de Bohême-Moravie
Chapitre IX
Les Allemands du territoire central et oriental
A – Province de Silésie
B – Le camp de Zgoda
C – Province du Brandebourg oriental
D – Province de Poméranie
E – Province de Prusse occidentale, Posen, Dantzig
F – Province de Prusse orientale
Chapitre X
Les Allemands ethniques d’Europe centrale et orientale
A – Les Allemands de la Volga et de Russie
B – Les Allemands de Yougoslavie
C – Les Allemands de Roumanie
D – Les Allemands de Hongrie
E – Les Allemands des Carpates (Slovaquie)
F – Les Allemands de la Baltique et de Lituanie
Chapitre XI
L’ Holocauste de la fuite et de l’expulsion : bilan
Chapitre XII
L’Holocauste à Neptune
A – Le ‹ Wilhelm Gustloff ›
B – Le ‹ Goya ›
C – Le ‹ Cap Arcona ›
D – Le ‹ Steuben ›
E – L’ ‹ Orion ›
F – Le ‹ Thielbek ›
G – Le ‹ Karlsruhe ›
H – Le ‹ Neuwerk ›
I – Autres navires
J – Bilan
Chapitre XIII
L'Holocauste à Vulcain
A – Dresde
B – Hambourg
C – Berlin
D – Pforzheim
E – Cologne
F – Magdebourg
G – Darmstadt
H – Cassel
I – Essen, Munich & Heilbronn
J – Nuremberg, Dortmund & Düsseldorf
K – Duisbourg, Francfort/Main & Wurtzbourg
L – Stuttgart, Brême & Mannheim
M – Wuppertal, Gelsenkirchen & Kiel
N – Aix-La-Chapelle, Bochum & Hanovre
O – Schweinfurt & Lübeck
P – Autres cités
Q – Bilan
Chapitre XIV
Les camps de prisonniers et l’holocauste d’Eisenhower
A – Les camps soviétiques
B – Les camps anglais et canadiens
C – Les camps allemands
D – Les camps français & africains
E – Les camps belges, hollandais & luxembourgeois
F – Les camps yougoslaves
G – L’holocauste d’Eisenhower & bilan
Chapitre XV
Martyr et pillage sous l’Occupation
A – Le martyre de la famine et du froid
B – Le supplice des femmes et des enfants
C – Démantèlement industriel, économique et scientifique
D – Pillage culturel, autodafés et destruction des monuments
Chapitre XVI
Abâtardissement et rééducation de la race allemande
Chapitre XVII
Dénouement crypto-historique


NOTE DE L’AUTEUR

Le terme holocauste nous est familier depuis quelque temps seulement après qu’un événement terrible eût prétendument lieu pendant le deuxième conflit mondial, événement aujourd’hui posé en dogme officiel et qui a vu une race de soi-disant bourreaux s’en prendre à une race de soi-disant victimes.
Ce terme désignant donc un génocide, a parcouru au fil de plusieurs décennies un long chemin où il n’a cessé de prendre, suite à des campagnes acharnées de désinformation, de propagande, de manipulation, de lavage de cerveau mais aussi et surtout d’effacement et de camouflage de bon nombre d’éléments factuels, une importance ayant atteint une valeur d’axiome et de dogme donc, où la remise en cause pure et simple de ce qui est balancé comme l’une des pires tragédies qui soient, est devenue passible de se voir frappé d’anathème. Chacun est donc invité sinon fortement encouragé à laisser ses synapses au repos chaque fois qu’un tel sujet refait surface (et ô combien souvent !) afin de réfléchir le moins possible à tout ce qui est présenté au travers de films, documentaires, émissions diverses du petit écran et surtout d’auditions de témoins oculaires auto-proclamés et ce, aux fins d’assimiler autant que faire se peut, le contenu de tant d’inepties.
Le terme holocauste, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne fut pas forgé au sortir de la IIe Guerre mondiale mais existait bien avant. Nous en donnerons une définition tirée d’un dictionnaire, l’édition du Larousse Illustré de 1928‑32, à une époque donc, où cette prétendue catastrophe n’avait pas encore eu lieu. La voici :

“ holocauste n.m. (du grec holokaustos de holos, entier, et kaustos, brûlé)
combustion complète)( sacrifice religieux où la victime était entièrement consumée par le feu (s’est dit surtout chez les Juifs). (le soulignement est le mien)
Fig. Offrande entière et généreuse, sacrifice.
Encycl. Sous sa forme originelle en hébreu (ôlam, kâlil), ce mot signifie « anéantissement par le feu ». Le rit de l’holocauste était très solennel et le Lévitique (i, vi) le décrit minutieusement. La victime devait être un animal mâle, et sans tache. Le prêtre, avoir l’avoir sacrifiée, arrosait l’autel d’airain de son sang, et jetait dans les flammes ses chairs et ses entrailles. Chaque matin dans le temple de Jérusalem, un holocauste ouvrait la série des sacrifices, et, chaque soir, un second la fermait. Aux jours des grandes fêtes, le nombre des victimes offertes en holocauste était considérable.
Les Assyriens et autres peuples de l’Orient offraient également des holocaustes à leurs dieux. C’est sous cette forme que les grecs sacrifiaient aux divinités infernales. ”

L’Ôlam Kâlil des origines, qui s’est vu se moderniser en Holocauste et en Shoah par la suite avec les officiants cette fois passés victimes, a donc subi pour ainsi dire une inversion des pôles quant à sa véritable teneur, où la communauté juive s’est fait passer dans ce prétendu massacre hitlérien pour les plus grands suppliciés de l’Histoire. Le lecteur sera ainsi amené dans cet ouvrage à retrouver le décor à l’endroit et se forger sa propre opinion.


Sigismond_Malo_Lilak.jpg


INTRODUCTION

« On peut mentir un temps à tout le monde, On peut mentir tout le temps à une partie du monde, mais on ne peut pas mentir tout le temps à tout le monde. »

Il est assez bien connu qu’une société basée sur le mensonge et la corruption ne peut durer éternellement car celle-ci se mettra tôt ou tard à vaciller sur des fondations de plus en plus branlantes du fait même de la prise de conscience croissante des populations, pour finir par s’auto-détruire complètement, soit par implosion, par explosion ou ces deux formes combinées. Cette prise de conscience croissante commencera logiquement avec les individus les plus clairvoyants qui, selon leur capacité d’agir et d’influencer autrui, pourra dès lors se répandre par contagion afin que les masses justement soient mises de plus en plus au fait de ce qui était maintenu dans l’ombre. Il va sans dire que nombre de ces lanceurs d’alerte furent mis au ban de la société et ce, d’autant plus que leur position hiérarchique et par voie de conséquence d’influence donc, fut élevée. Toutes les méthodes furent alors employées afin de réduire ces indésirables au silence (assassinat, disparition, suicide provoqué, ostracisme, diffamation, condamnation (...)
Mais voilà qu’à l’ère des médias électroniques, de plus en plus de citoyens peuvent découvrir maintenant ce qui aurait été impossible il y a quelques décennies, grâce notamment à des documents d’importance capitale (comme celles des archives fédérales de Coblence que nous verrons en détail) et bien-sûr à de véritables historiens et chercheurs dont le travail sans relâche en vue de faire triompher la Vérité depuis tout ce temps devrait être cité en exemple. Des spécialistes s’étant donné la peine d’enquêter sur place, de collecter autant de documents et de témoignages que possible, dont certains durent le payer de leur vie ou d’une autre manière, et à qui nous rendons hommage ici. Des témoignages recueillis donc directement à partir de faits vérifiables et non pas sortis d’esprits névropathes et hystériques enclins à toutes formes d’affabulations et de folie imaginaire, celles-là même qui composent encore l’essentiel des « preuves » officielles, ces soi-disant preuves qui permettent encore aujourd’hui à ces esprits malades de se déchaîner sur un peuple, que ce soit au niveau des lois, des réparations de guerre, d’une discrimination impressionnante et d’une accusation de tous les maux notamment grâce à la magie hollywoodienne, et ce, plus de soixante-dix ans après les faits supposés. C’est déjà donner une petite idée du niveau d’obsession maladive de ces esprits tortueux à l’encontre d’un peuple catalogué ainsi de terrible menace pour l’Humanité et les droits de l’Homme. Déjà, pendant la guerre, des hommes politiques et écrivains avaient planifié leur destruction totale avec toutes sortes de calculs inimaginables (qu’on passera en revue dans le second panorama) dont on se demande comment il est possible de considérer les propos d’êtres aussi dégénérés comme paroles d’Evangile. Pourtant, rien ne fut porté à l’atteinte de telles personnes ni à celles des véritables bourreaux de certains camps de concentration vers la fin du conflit, occupés alors par les vaincus et gérés par les vainqueurs. Lorsque des tentatives de ce genre, avec preuves à l’appui, furent faites, comme par exemple celle de demande d’extradition de l’ancien commandant du camp d’extermination de Zgoda-Schwientochlowitz en Pologne en 1945, le Juif Salomon Morel, aux fins d’inculpation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en 1996 puis en décembre 2003 par le tribunal de Katowice qui avait lancé un mandat d’arrêt contre lui, tout cela fut en vain vu que notre commandant s’était réfugié en Israël en 1992, l’année même où il fut entendu une seule fois par la justice suite à une enquête officielle lancée après une investigation au sujet de cet infâme camp polonais. En effet, les autorités israéliennes avaient refusé cette extradition pour motif de prescription car selon elles et d’après Sepp Jendryschik (dont nous aurons l’occasion de reparler beaucoup dans le deuxième panorama), dont le père mourut en 1945 justement dans ce camp, « Morel pourrait être accusé tout au plus de lésions corporelles ». Cette affaire peut d’ores et déjà être close vu que celui qui avait pour nom de guerre chez les partisans juifs, meshugganer, signifiant « maboul », décéda en Israël en 2007 à l’âge de 87 ans et sans aucun doute paisiblement.
Plus de soixante-dix ans donc après ce drame mondial, nous pouvons encore constater l’état de léthargie dans lequel semblent se complaire bon nombre de gouvernements et organismes publics en ce qui a trait à la révélation de ce qui demeure enfoui dans des salles d’archives, des associations de réfugiés ou encore de revues à faible tirage créées par de véritables témoins et victimes ou proches de victimes de cet autre drame du XXe siècle. Bien entendu, ces mêmes gouvernements et organismes publics étant à la solde directe ou indirecte de ceux-là mêmes qui écrivent, font écrire ou supervisent les manuels scolaires ainsi que tout ce qui concerne l’histoire officielle au-travers de magazines à grand tirage, reportages et j’en passe, nous en conviendrons que rien de tout cela n’est en somme surprenant.
C’est dans un tel contexte que certains historiens et puristes en la matière, ayant constaté la teneur incohérente ainsi que moult contradictions de tout cet étalage de « preuves » abracadabrantes à propos de l’histoire relative à la Seconde Guerre mondiale, se sont lancés dans des travaux de recherche foncière aux fins de collecte justement de données difficilement accessibles mais ô combien précieuses, que les grands pontes du politiquement et du socialement corrects s’efforcent de garder cachées, c’est-à-dire celles n’ayant pas encore fait les frais d’un autodafé ou autre destruction. C’est ainsi que le terme révisionniste comme d’autres vocables tels que racisme ou Apartheid devint lui aussi « à la mode » pour se voir connoté négativement par toute la clique des bien-pensants, résolus à mener coûte que coûte la guerre aux « fauteurs de trouble » et autres marginaux. Nous eûmes droit récemment d’ailleurs à un exemple du « chemin à suivre » avec le trépas du « champion » de la lutte contre l’Apartheid, le « grand » Nelson Mandela, ce révolutionnaire « au service des droits de l’homme et de la paix » qui s’est vu recevoir un véritable culte de la personnalité aux quatre coins du globe. En Afrikaans, Apartheid signifie à l’origine « séparation » et s’est vu par la suite imposé une définition plus « conforme » comme « discrimination » ou encore « ségrégation », illustrant mieux l’état d’esprit contemporain. Il faut savoir justement que cette « séparation » qui avait été imposée, avait pris une tournure réaliste dans les années soixante par le Premier ministre de l’époque, Hendrik Verwoerd ; en effet, celui-ci avait tenu compte des différences énormes de culture, de race et autres entre les diverses communautés composant la population sud-africaine, voyant que le mélange d’autant d’ethnies sur un même territoire ne pouvait aboutir à rien de solide et de fructueux. Sa politique considérait donc ces divergences et permettait une partition du pays où lesdites communautés pouvaient avoir leur propre autonomie. Tout cela fut critiqué de vive voix bien-sûr alors qu’une telle politique aurait permis une cohabitation sans doute exemplaire d’autant de peuples différents. C’est encore une fois au nom des droits de l’homme et de la sacro-sainte liberté que ce Premier ministre sud-africain dut disparaître (le 6 septembre 1966 !) afin de laisser la place à quelque remplaçant davantage enclin aux « valeurs démocratiques ». L’exemple de ce pays austral ne vient pas se greffer ici par hasard vu que nous aurons l’occasion, dans le dernier panorama, de mettre en relief un personnage justement natif de cette contrée et dont les révélations croiseront à merveille le chemin de notre pèlerinage.
Pour en revenir donc au sujet qui nous intéresse, nous avons aujourd’hui des antirévisionnistes qui, eux-aussi, sont bien décidés à faire rentrer dans les rangs les quelques brebis ayant osé s’écarter du troupeau. Mettons alors bien les points sur les « i » ici : le terme révisionnisme cherche, comme son nom l’indique, à faire une révision de tout ce qui a pu être rapporté, ici en l’occurrence historiquement, afin d’écarter tout ce qui peut relever du mythe, de la fable et du tabou (généralement créés par les vainqueurs) et d’en dégager une vérité aussi objective que possible. C’est ainsi que l’Histoire est et devrait être logiquement révisionniste, faute de quoi, ce ne serait pas de l’Histoire. Certains avaient d’ailleurs mis en opposition Hérodote qui semblait mêler mythes, légendes et vérités à Thucydide qui s’efforçait de retirer toute part de merveilleux des événements afin d’en extraire quelque chose de cohérent. Bien entendu, les virtuoses du retournement à 180° s’en sont donné à coeur joie afin que, pour les masses, ce qui est vrai passe pour être faux et vice-versa, au même titre que la laideur passera pour belle et le dégénéré mental pour un saint. Nous aurons donc l’occasion de passer en revue dans ce livre les travaux de certains de ces anticonformistes qui, grâce à leur courage, leur ténacité et surtout leur probité intellectuelle, nous permettent d’avancer à grandes enjambées sur le chemin de la Vérité historique qui nous intéresse ici et donc d’élargir le champ de vision de tout un chacun à d’autres domaines connexes ou non.

Le lecteur (re)découvrira d’abord tout un pan de la partie conventionnelle des événements tragiques de la Seconde Guerre mondiale, celle qui bien-sûr est toujours enseignée dans nos bonnes vieilles écoles et semée aux quatre vents, avec quelques morceaux choisis de « témoins oculaires et de survivants de l’Holocauste », un pan donc politiquement correct que nous aurons alors le plaisir de faire voler en éclats lorsque les briques et autres morceaux le constituant seront passés au crible de l’analyse « non-conventionnelle ». C’est seulement après que l’on prendra connaissance de l’identité des vraies victimes de ce conflit au-travers d’un passage en revue de documents qui, heureusement aujourd’hui, gagnent petit à petit en popularité (même si le terme est un peu exagéré). Il nous faudra ensuite essayer de tisser un lien entre des éléments apparemment contradictoires mais en réalité relativement logiques, avec notamment les dessous du Nazisme, pour finir avec une note d’espoir, tirée de certaines visions prophétiques quant à la finalité du monde, ce monde en chute libre et chaotique dans lequel a plongé l’Humanité, un monde vraiment « à l’envers ».

Il faut noter pour terminer que l’ouvrage que vous vous apprêtez à lire est relativement dense, raison pour laquelle celui- ci est abondamment illustré aux fins d’aération du texte (et de l’esprit !). Précisons ici que les grands bonimenteurs de l’Holocauste utilisent évidemment à profusion images et photographies afin de donner un caractère substantiel et « vérifiable » à leurs supputations, raison pour laquelle ils n’hésitèrent pas à en employer de fausses ou d’autres, sans aucun rapport avec le sujet, sachant « qu’une image vaut mille mots ».

Ainsi, par exemple, en montrant la photographie d’un local avec des pommeaux de douche au plafond, accompagnée des commentaires correspondants et surtout en la faisant suivre de la photographie d’une montagne de corps décharnés, sont-ils à peu près assurés de faire avaler la pilule à la majorité des masses de l’existence réelle des chambres à gaz.
En ce qui nous concerne ici en revanche, les reproductions de plans, de photographies ou clichés aériens, de couvertures de livres ou portraits, etc. essaient d’être le plus conformes, adaptées et appropriées que possible au contexte particulier de ce livre (avec des légendes et des nuances parfois ironiques en rapport avec les faits et non pas fonction des lubies et autres délires obsessionnels des défenseurs de la cause holocaustique) et donc, de cet épisode peu glorieux de l’histoire de l’Humanité.
De même, la reproduction de vieilles cartes postales de certains lieux visera à créer un fort contraste entre d’une part, l’impression de paix qui s’en dégage, et les scènes terribles qui s’y déroulèrent par la suite, de l’autre.

L’ouvrage sera composé de 4 panoramas, avec les 3 premiers traitant du passé, et le 4e de l’avenir, avec des petites incursions au présent pour l’ensemble.


Révisionnisme - PDF
Seconde guerre mondiale - PDF
Dresde - PDF


Sigismond_de_la_Chesnaie_Malo_Lilak_Tome_1.jpg







Henry Ford - The international jew - Audiobook

, 08:30

Henry_Ford_Audiobook.jpg


Compressed Audiobook edition of The International Jew, by Henry Ford.
The International Jew is a four volume set of booklets or pamphlets published and distributed in the early 1920s by Henry Ford, an American industrialist and automobile manufacturer.

In Spring 1920, Ford made his personal newspaper, The Dearborn Independent, chronicle what he considered the "Jewish menace". Every week for 91 issues, the paper exposed some sort of Jewish-inspired evil major story in a headline. The most popular and aggressive stories were then chosen to be reprinted into four volumes called The International Jew.
It is to be distinguished from The International Jew : The World's Problem which was the headline in The Dearborn Independent and is the name of a collection of articles serialized in The Dearborn Independent.


Henry Ford - The international jew - Audiobook - Archive.org



Volume 1 : The International Jew : The World's Foremost Problem (1920)

Chapters
01 - The Jew in Character and Business
02 - Germany's Reaction Against the Jew
03 - Jewish History in the United States
04 - The Jewish Question—Fact or Fancy ?
05 - Anti-Semitism—Will It Appear in the U.S. ?
06 - Jewish Question Breaks Into the Magazines
07 - Arthur Brisbane Leaps to the Help of Jewry
08 - Does a Definite Jewish World Program Exist ?
09 - The Historic Basis of Jewish Imperialism
10 - An Introduction to the "Jewish Protocols"
11 - "Jewish" Estimate of Gentile Human Nature
12 - "Jewish Protocols" Claim Partial Fulfillment
13 - "Jewish" Plan to Split Society by "Ideas"
14 - Did the Jews Foresee the World War ?
15 - Is the Jewish "Kahal" the Modern "Soviet" ?
16 - How the "Jewish Question" Touches the Farm
17 - Does Jewish Power Control the World Press ?
18 - Does This Explain Jewish Political Power ?
19 - The All-Jewish Mark on "Red Russia"
20 - Jewish Testimony in Favor of Bolshevism


Volume 2: Jewish Activities in the United States (1921)

Chapters
01 - How Jews in the U.S. Conceal Their Strength
02 - Jewish Testimony on "Are Jews a Nation ?"
03 - Jew Versus Non-Jew in New York Finance
04 - The High and Low of Jewish Money Power
05 - "Disraeli of America"—A Jew of Super-Power
06 - The Scope of Jewish Dictatorship in the U.S.
07 - Jewish Copper Kings Reap Rich War-Profits
08 - Jewish Control of the American Theater
09 - The Rise of the First Jewish Theatrical Trust
10 - How Jews Capitalized a Protest Against Jews
11 - The Jewish Aspect of the "Movie" Problem
12 - Jewish Supremacy in Motion Picture World
13 - Rule of the Jewish Kehillah Grips New York
14 - The Jewish Demand for "Rights" in America
15 - "Jewish Rights" Clash With American Rights
16 - "Jewish Rights" to Put Studies Out of Schools
17 - Disraeli—British Premier, Portrays the Jews
18 - Taft Once Tried to Resist Jews—and Failed
19 - When Editors Were Independent of the Jews
20 - Why the Jews Dislike the Morgenthau Report
21 - Jews Use the Peace Conference to Bind Poland


Volume 3: Jewish Influence in American Life (1921)

Chapters
01 - The Jews and the "Religious Persecution" Cry
02 - Are the Jews Victims or Persecutors ?
03 - Jewish Gamblers Corrupt American Baseball
04 - Jewish Degradation of American Baseball
05 - Jewish Jazz Becomes Our National Music
06 - How the Jewish Song Trust Makes You Sing
07 - Jewish Hot-Beds of Bolshevism in the U.S.
08 - Jew Trades Link With World Revolutionaries
09 - Will Jewish Zionism Bring Armageddon ?
10 - How the Jews Use Power—By an Eyewitness
11 - How Jews Ruled and Ruined Tammany Hall
12 - Jew Wires Direct Tammany's Gentile Puppets
13 - B'nai B'rith Leader Discusses the Jews
14 - Dr. Levy, a Jew, Admits His People's Error
15 - Jewish Idea in American Monetary Affairs
16 - Jewish Idea Molded Federal Reserve Plan
17 - Jewish Idea of Central Bank for America
18 - How Jewish International Finance Functions
19 - Jewish Power and America's Money Famine


Volume 4: Aspects of Jewish Power in the United States (1922)

Chapters
01 - How Jews Gained American Liquor Control
02 - Gigantic Jewish Liquor Trust and Its Career
03 - The Jewish Element in Bootlegging Evil
04 - Angles of Jewish Influence in American Life
05 - The Jews' Complaint Against "Americanism"
06 - The Jewish Associates of Benedict Arnold
07 - Benedict Arnold and Jewish Aid in Shady Deal
08 - Arnold and His Jewish Aids at West Point
09 - The Gentle Art of Changing Jewish Names
10 - Jewish "Kol Nidre" and "Eli, Eli" Explained
11 - Jews as New York Magistrates See Them
12 - Jews Are Silent, the National Voice Is Heard
13 - What Jews Attempted When they Had Power
14 - The Jewish Question in Current Testimony
15 - America's Jewish Enigma—Louis Marshall
16 - The Economic Plans of International Jews
17 - A Jew Sees His People As Others See Them
18 - Candid Address to Jews on the Jewish Problem
19 - An Address to "Gentiles" on the Jewish Problem


Henry Ford - PDF
Henry Ford - The international jew
Henry Ford - Der internationale jude
Henry Ford - El judío internacional
Henry Ford - O Judeu Internacional
Henry Ford - Le juif international





Vanguard_News_Network.jpgVanguard Audio Books - Alex Linder
www.alexlinder.com

Vanguard News Network - Audio Book
VNN Forum - The massive
Vanguard News Network - No jews Just right

Aldebaran Video - Audio Book



Audiobook concept







Traian Romanescu - Traición a occidente

, 14:53

Romanescu_Traian_Vasiliu_Traicion_a_occidente.jpg


Traian Romanescu - Traición a occidente

traian_romanescu.jpgTraian Vasiliu Romanescu (Gheorgheni, Rumania, 4 de septiembre de 1914 - Comodoro Rivadavia, Argentina, 3 de enero de 2007) es el seudónimo de un intelectual rumano que denunció la existencia de la conspiración Judeo-Masónico-Comunista-Internacional.

A causa de ello fue perseguido y obligado a permanecer en la semi-clandestinidad durante la mayor parte de su vida.





Traición a occidente

En faveur du communisme, l'Occident trahit la franc-maçonnerie et l'ensemble du monde libre. Cette vérité, sans aucun doute, doit être connue de tous ceux qui aiment la liberté et sont prêts à le défendre.

Sous la direction de la communauté juive internationale, qui est une maçonnerie instrument, la trahison fonctionne systématiquement. Avec il était possible révolution communiste en Russie, et après la Seconde Guerre mondiale, a conduit à l'expansion de l'empire bolchevique.

À l'heure actuelle, le clan suprême judeomasónico appelé `pacífica` favorise la coexistence, pour laisser le temps de renforcer le monstre eurasienne. L'objectif est que le bloc soviétique enchâssée asservissement total des centaines de millions d'hommes et dépasse le monde libre dans la force économique et militaire pour étendre sa patte sur les gens qui sont encore hors de son orbite, et sera livré dans le bac traîtres tapi dans tous les pays du monde occidental.


Traian Romanescu - PDF
Amos y esclavos del siglo XX
Subversión internacional
La gran conspiración judía

Traian Romanescu - Biografía







Dr. William Luther Pierce - La vérité derrière le massacre de la forêt de Katyn

, 14:41



KatynWilliam Luther Pierce
La vérité derrière le massacre de la forêt de Katyn


1943, Staline ordonne de falsifier son crime de Katyn.

Alors que se déroule la Conférence de Téhéran (28 novembre au 1er décembre 1943) durant laquelle Roosevelt et Churchill trahissent la Pologne en la livrant à l'Union soviétique, oubliant que le Gouvernement polonais en exil fait partie des Alliés, Staline ordonne au NKVD-KGB de falsifier son crime pour qu'il soit attribué aux Allemands.


Im Wald Von Katyn








Dr. William Luther Pierce - Vidéos
The history of everything
Les juifs corrupteurs
Les protocoles des sages de Sion
Le judaïsme talmudique
Winston Churchill expose les juifs
White altruism
Le naufrage du Wilhelm Gustloff
Atrocités Alliées
Le don de la vie
L'Europe s'éveille

Dr. William Luther Pierce - Livres PDF



William_Luther_Pierce_Europe_eveille.jpg







Carlos Dinen - Plan sionista-marxista de conquista mundial

, 13:31

Dinen_Carlos_Plan_sionista-marxista_de_conquista_mundial.jpg


Carlos Dinen - Plan sionista-marxista de conquista mundial


Qué es el “COMUNISMO”’? Consultado el diccionario, leemos que el comunismo es un sistema de organización política, económica y social en que se establece la ABOLICIÓN de la propiedad privada y se la reemplaza por una comunidad de bienes pertenecientes a todo el pueblo. Pero ésta es pura propaganda, destinada a engañar y crear confusión, porque la FINALIDAD del comunismo causa horror a quienes poseen la jerarquía cerebral capaz de entender la parte oculta del terrorífico plan. Los judíos sionistas Carlos Marx y Federico Engels crearon los fundamentos del moderno comunismo, y su heredera es la Israel Sionista Mundial, la que verdaderamente dirige la expansión del comunismo a nivel mundial, y utiliza la propaganda, la mentira y el engaño para entronizar tal régimen de vida en todos los países, en especial en Europa Occidental y Norteamérica, y en CHILE y ARGENTINA, logrando hacer creer que es un régimen de Igualdad, Libertad y Fraternidad. ¿Qué es verdaderamente el “COMUNISMO”, aplicado primeramente en Rusia Soviética por el judío sionista Nicolás Lenin, y qué fines persigue? He aquí la respuesta.

El año 1919, un corresponsal del diario londinense “GLOBE”, llamado GEORGE PITTER WILSON, visitó Rusia estudiando lo que allí estaba pasando, y llegó a la siguiente conclusión : “EL COMUNISMO SIGNIFICA LA EXPROPIACIÓN DE TODAS LAS NACIONES CRISTIANAS, DE MODO QUE NINGÚN CAPITAL QUEDARÁ EN MANOS CRISTIANAS, Y LOS JUDÍOS EJERCERÁN A SU ANTOJO EL PODER ECONÓMICO MUNDIAL”. Y HENRY FORD, en su libro EL JUDÍO INTERNACIONAL, llegó a idéntica conclusión: “LOS JUDÍOS SIONISTAS PERSIGUEN APODERARSE DE TODOS LOS CAPITALES DEL MUNDO, Y ES INDISCUTIBLE QUE HACE LARGO TIEMPO VAN POR BUEN CAMINO PARA LOGRARLO” (Cap.II) Y los judíos sionistas Marx y Engels, en “EL MANIFIESTO COMUNISTA”, Capítulo Segundo –riéndose a carcajadas, pues les encantaba mofarse a costa del bajo coeficiente intelectual de los obreros-, señalan en un DESAPERCIBIDO pasaje : “EL RASGO DISTINTIVO DEL COMUNISMO NO ES LA ABOLICIÓN DE LA PROPIEDAD EN GENERAL, SINO LA ABOLICIÓN DE LA PROPIEDAD BURGUESA”. ¿Qué es la “propiedad burguesa”? Respuesta : Es la propiedad capitalista no judía. Lo que la Revolución Comunista persigue -lo que la actual Israel Sionista Mundial persigue-, con su plan de conquista mundial, es “ABOLIR” el poderío de todos los capitales privados no judíos, grandes y pequeños, pero dejando intactos, sin tocar, los capitales judíos (sociedades anónimas), transformándolos en único monopolio asociado mundial. (La “Asociación”, “capitalistas individuales o asociados”, leer El Capital, Tomo I, Capitulo XXIII).

En efecto, en la “Revolución Bolchevique”, 1000% dirigida por judíos, todos los capitales expropiados a la burguesía racial rusa, propiedad territorial, fábricas, bancos, empresas navieras, ferrocarriles, etc., todos esos capitales, repito -mediante el burdo embuste de crear un Área de Propiedad Social y de construir la “Sociedad Socialista”-, y utilizando al proletariado como mero títere sin derechos, todos esos capitales privados pertenecientes a burgueses no judíos fueron traspasados a propiedad de las sociedades anónimas hebreas, como premio por financiar la Dictadura del Proletariado. Así como la Revolución Francesa abolió la propiedad feudal en provecho de la naciente propiedad capitalista burguesa, así la Revolución Comunista abolió la propiedad burguesa en provecho de la propiedad capitalista judía.

El plan judío sionista, utilizando la estrategia disolvente marxista, envenena las clases, siembra odio, rencor y discordia, azuza a proletarios contra burgueses, enfrentándolos en una lucha de clases a muerte, despoja y esclaviza simultáneamente a ambos, resultando al final el único beneficiado, al apropiarse la riqueza global. Todos los capitalistas y terratenientes de sangre rusa, en una feroz matanza de exterminio, fueron fusilados, ahorcados o acuchillados, mientras la aristocracia capitalista israelita permaneció bien escondida entre bastidores, hasta apropiarse las cuantiosas riquezas del gigantesco territorio ruso. La familia del Zar Nicolás II, la Zarina, sus CUATRO jóvenes y hermosas hijas y su hijito ENFERMO, fueron masacrados por cinco diputados soviéticos, todos judíos, a fin que ningún miembro de la familia real pudiera, a futuro, reclamar el trono. Sólo quedó con vida el proletariado inofensivo incapaz de oponer resistencia, lo mismo que sucedió después con la aniquilada Alemania hitleriana y Europa Oriental. El Estado Mayor del Ejército Zarista fue pasado por las armas. Lo mismo la Nobleza rusa. Descabezaron biológicamente Rusia. El actual ESTADO DE ISRAEL, entronizado en Palestina, sólo es una pantalla para desviar la atención y ocultar su verdadero plan de conquista mundial, que persigue imponer el régimen de vida comunista a todas las demás razas de la tierra. No se han escuchado las advertencias de Hitler y Henry Ford, quien escribió: “Ningún banquero judío de Rusia fue molestado, en tanto que a los no judíos se les pasó por las armas.

El bolcheviquismo no suprimió el capitalismo; sólo traspasó los capitales no judíos a manos judías, y éste es en realidad el único y exclusivo objetivo, tanto del socialismo, como del anarquismo y del bolcheviquismo” (Cap.XXV). El régimen de vida comunista, con sus tarjetas nominativas de racionamiento y su proletarización colectiva, sólo se aplica a los no judíos, para arrancarles plusvalía, trabajo gratis no retribuido. El régimen de vida comunista jamás se ha aplicado al pretendido “Pueblo Elegido” de Jehová, el dios de Israel. De la iglesia judeocristiana de Roma nadie puede esperar nada, fanáticamente judía de religión, es la aliada indirecta de la expansión judío-comunista, retrogradada mentalmente, irremediablemente lesionada. Las Naciones no judías, incluyendo EEUU. e Inglaterra, gracias a una científica propaganda y lavado de cerebros, son incompetentes para entender este plan judío de conquista mundial, y para rematar, ni siquiera creen que éste existe. Israel está reformando astutamente, sin provocar recelo ni desconfianza alguna, el sistema monetario y financiero mundial, la administración política y administrativa, conforme al Plan Invisible, aboliendo el billete bancario por futuros bonos proletarios de “madera” de barracas colectivas para cerdos. Este plan perverso, una terrible venganza contra todas razas no judías, está actuando entre nosotros, y no cejará hasta hundirnos en la más terrible esclavitud, aplicando el MAL en su plenitud, y no cejará hasta desintegrar nuestra dignidad volatizándola. Sorprende cómo éste Plan Invisible ha logrado engañar al supuesto “Imperio” Anglosajón -Norteamérica e Inglaterra-, que serían las últimas Naciones en caer.

SANTIAGO DE CHILE, 23 Mayo DEL 2007 - ganchodellobo.blogspot.hu


Carlos Dinen - PDF







- page 2 of 57 -