WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Category History

Entries feed

Hermann Göring - Germany reborn

, 10:04

Goring.jpg


General Hermann Göring - Germany reborn


This book, written by the man who would ultimately become Adolf Hitler's deputy, was one of the first attempts to explain the National Socialist revolution to non-Germans. Goering, who was simultaneously Minister of the Interior for Prussia, president of the Reichstag, and Reich Commissioner of Aviation, was a famous figure in the Anglo-Saxon world because of his leadership of the "Flying Circus" World War I fighter squadron. He starts out by briefly but skillfully sketching out the background to the coming of power of the NSDAP, from the time of the end of the First World War, through the tumultuous Communist uprisings to the breathtaking political struggle of Hitler in ultimately gaining power against all the odds. Along the way, Goering openly addresses many of the burning issues of the time-from Jewish Communism and cultural subversion to practical economics.
He also forcefully answers common objections made in other nations against tactics and policies employed by the NSDAP in its path to power and afterward. In this way, Goering explains-and makes no apologies for-his founding of the Geheime Staatspolizei (Gestapo, the Secret State Police), which he said was necessary to stamp out the violent subversion employed against the state by the Communist Party. "For ten months Hitler has ruled Germany. How short the time, but how great the achievement! The German peasant's land is no longer a commodity; it has been removed from the clutches of speculative usurers and has again become sacred and inviolate.
"Nearly seven million unemployed looked expectantly and with despairing eyes to Adolf Hitler. Today, after ten months, nearly half of them have work and maintenance. "Thousands of kilometres of great new roads for motor traffic have been planned and work on them has already begun; new canals are to be made, the motor tax has been abolished, insurance premiums lowered, thousands and thousands of new cars are daily being built."


Edda_Goering.jpg


Introduction
01 Germany's Heritage
02 The War
03 The Rebellion
04 Versailles
05 Weimar
06 Finis Germaniae ?
07 Adolf Hitler
08 Black Friday - November 9, 1923
09 The Tactics of Legality
10 The Leader
11 The Brüning Government
12 The Papen Government
13 The Schleicher Government
14 The Victory - January 30, 1933
15 My Task
(a) The Reorganization of the Police
(b) The Organization of the State Secret Police
(c) The wiping out of Marxism and Communism
(d) Prime Minister of Prussia
(e) Aviation
16 The Making of a Nation
17 For Equal Rights, Honour and Peace


Hermann Göring - The 300 Spartans


Hermann_Goring_Europa.jpg


Hermann Wilhelm Göring (12 January 1893 – 15 October 1946) was a World War I fighter pilot ace, a leading member of the NSDAP, and a commander-in-chief of the Luftwaffe. By 1940, he was at the peak of his power and influence; as minister in charge of the "Four Year Plan", he was responsible for much of the functioning of the German economy in the build-up to World War II. Hitler promoted him to the rank of Reichsmarschall, a rank senior to all other Wehrmacht commanders, and in 1941 Hitler designated him as his successor and deputy in all his offices. However, he lost influence during the later stages of the war. After the war, he was the most prominent defendant at the International Military Tribunal.


Swastika.jpg







Carlo Mattogno - Curated lies

, 17:43

Carlo_Mattogno_Curated_lies.jpg


Mattogno Carlo - Curated lies
The Auschwitz museum’s misrepresentations, distortions and deceptions


Since the early 1990s, revisionist historians have published an increasing amount of research about the infamous German facility at Ausch­witz in what is now Poland. This research surpasses the work of the Auschwitz Museum’s own research department in both quantity and quality while failing to find in the tens of thousands of available wartime documents any trace of plans for gas chambers for executing people at Auschwitz or any of its satellite camps.

Because these facts contradict a great body of the history of World War II, Polish researchers at the Auschwitz Museum have been under enormous pressure to respond to this revisionist challenge. In 2014, the museum researchers issued a book, The Beginnings of the Extermination of Jews in KL Auschwitz in the Light of the Source Materials, reprinting 74 original German wartime documents which they claim prove the construction and use of homicidal gas chambers at Auschwitz by the German government and the German civilian and military forces who ran the camp. However, upon examination of the book, none of the “new” evidence or analysis holds water. In its main section, Curated Lies is therefore a point by point refutation of the Auschwitz Museum’s book. This main section is preceded by a section focusing on the Auschwitz Museum’s most coveted asset: the alleged gas chamber inside the Old Crematorium, toured every year by well over a million visitors. We begin Curated Lies therefore by exposing the many ways in which visitors have been deceived and misled by forgeries and misrepresentations committed by the Auschwitz Museum, some of which are maintained to this day.


holocausthandbooks.com

Carlo Mattogno - PDF
Revisionism - PDF








Joseph Goebbels is on Minds.com

, 13:31

Joseph_Goebbels_Minds_com.jpg


Joseph Goebbels is on Minds.com

Follow him for his speeches, declarations, writings, and more.

www.minds.com
YOUR SOCIAL NETWORK


Is it Pagan



The total war



The Führer leads we follow



Life and death 1897-1945



Truth shall triumph







Germar Rudolf - The chemistry of Auschwitz

, 16:37



Germar Rudolf - The chemistry of Auschwitz
www.holocausthandbooks.com


Auschwitz was a center of chemistry. The German chemical industry built gigantic factories for rubber, fuel, lubricants and methanol there, and the SS experimented with natural sources of rubber. But that's not what people associate with the name "Auschwitz." They think of gas chambers and Zyklon B, which are two entirely chemical things as well.

The gas chambers of Auschwitz have been called the epicenter of human suffering. More human beings are said to have died a violent death there than on any other place on earth in the history of mankind.
The biggest crime scene of history, in terms of its death toll, not only demands the utmost respect for its victims, but should also attract the most-intensive attention of forensic researchers to find out what exactly happened, and how. Or so one might think.
Forensic research on Auschwitz, however, has always been controversial. Investigating the gas chamber mass murder is considered a blasphemous act, a way of disturbing the peace of the dead.
While respecting the victims, whether of foul play or of circumstance, this documentary nonetheless tries to conduct Auschwitz research on the basis of the forensic sciences, where material traces of the crime and their interpretation reign supreme. Although it is generally agreed that no autopsy of any victim has ever been performed, most of the claimed crime scenes – the chemical slaughterhouses called gas chambers – are still accessible to forensic examination to a greater or lesser degree. So, how did these gas chambers of Auschwitz look like? How did they operate? What were they used for? In addition, the infamous Zyklon B can also be examined. What exactly hides behind this ominous name? How does it kill? And what effect has it on masonry? Does it leave traces that can be found still today ?

These and many other questions are thoroughly examined in this documentary. The horror of Auschwitz is meticulously dissected, and thus, for the first time, it really becomes comprehensible.


Holocaust handbooks - Revisionist book series



Germar Rudolf - PDF
Germar Rudolf - Videos
Revisionism - PDF


Germar_Rudolf.jpg







Adolf Hitler is on Minds.com

, 22:47

Minds_Hitler.jpg


Adolf Hitler is on Minds.com

Follow him for his speeches, declarations, writings, and more.

www.minds.com
YOUR SOCIAL NETWORK


The man who fought the bank



The international jewish problem



Our enemies today face the entire German Volk



This is National Socialism



The man the jews hate almost as much as Jesus Christ



Judaism is a satanic power



International finance jewry



Unconquerable Waffen SS







Clare Mulley - The women who flew for Hitler

, 07:07

Mulley_Clare_The_women_who_flew_for_Hitler.jpg


Mulley Clare - The women who flew for Hitler
The true story of Hitler’s Valkyries


Hanna Reitsch and Melitta von Stauffenberg were talented, courageous and strikingly attractive women who fought convention to make their names in the male-dominated field of flight in 1930s Germany. With the war, both became pioneering test pilots and both were awarded the Iron Cross for service to the Third Reich. But they could not have been more different and neither woman had a good word to say for the other.
Hanna was middle-class, vivacious and distinctly Aryan, while the darker, more self-effacing Melitta, came from an aristocratic Prussian family. Both were driven by deeply held convictions about honour and patriotism but ultimately while Hanna tried to save Hitler's life, begging him to let her fly him to safety in April 1945, Melitta covertly supported the most famous attempt to assassinate the Führer. Their interwoven lives provide a vivid insight into Nazi Germany and its attitudes to women, class and race.

Acclaimed biographer Clare Mulley gets under the skin of these two distinctive and unconventional women, giving a full - and as yet largely unknown - account of their contrasting yet strangely parallel lives, against a changing backdrop of the 1936 Olympics, the Eastern Front, the Berlin Air Club, and Hitler's bunker. Told with brio and great narrative flair, The Women Who Flew for Hitler is an extraordinary true story, with all the excitement and colour of the best fiction.


Second World War - PDF
Third Reich - PDF


Hitler_Plane.jpg







Dr. William Pierce - The lesson of Haiti

, 07:07



Dr. William Pierce - The lesson of Haiti


Haiti started out as a prosperous colony of France. The Black slaves rebelled and killed all the Whites they could get their hands on. However, most of what the Whites built was intact. What happened next ?
Instead of maintaining it, the Haitians let everything fall into disrepair. Time and time again this process has been repeated : Whites have build up Haiti's infrastructure and the Blacks have let it run down. Poverty, filth, and corruption are unalterable facets of life. When will Whites learn the lesson implied ?


Flag_Haiti.png


Hesketh Prichard - Where black rules white

Dr. William Pierce - PDF

Dr. William Luther Pierce - Hunter - Audiobook
Dr. William Pierce - The Turner Diaries - Audiobook


Haiti_negro.jpg


Dr. William Pierce - VIDEOS

Dr. William Pierce - The jews are our misfortune
Dr. William Pierce - Cosmotheism is the Meaning of Life (Our Cause)
Dr. William Pierce - Out of the Darkness
Dr. William Pierce - Child-Pornography, Exclusively a Jewish Business
Dr. William Pierce - Conditioning for Death
Dr. William Pierce - Vision of a future world
Dr. William Pierce - Toward a Healthy Society
Dr. William Pierce - Why the Jews are Hated
Robert S. Griffin - The Fame of a Dead Man's Deeds

Dr. William Pierce - Media control
Dr. William Pierce - The history of everything
Dr. William Pierce - The jewish corrupters
Dr. William Pierce - How to bring down the house
Dr. William Pierce - The destruction of our World
Dr. William Pierce - Our revolutionary right
Dr. William Pierce - Extreme music
Dr. William Pierce - Lemmings
Dr. William Pierce - The lesson of Haiti
Dr. William Pierce - White altruism
Dr. William Pierce - We are all one race
Dr. William Pierce - What's the most important thing in your life
Dr. William Pierce - Thinking about a White future
Dr. William Pierce - The protocols of the learned elders of Zion
Dr. William Pierce - Do you remenber what started the second world war
Dr. William Pierce - White race suicide
Dr. William Pierce - The truth behind the Katyn forest massacre


Haiti.jpg







Hermann Göring - The 300 Spartans

, 22:30



Hermann Göring - The 300 Spartans
Hermann Göring - 300 Spartaner

Hermann Göring - Germany reborn - PDF
Fascism - PDF


Hermann_Goring.jpg


Adolf Hitler - When this war is over
Adolf Hitler - Videos


Ciné Melon - 300 de Zack Snyder - 2007
Le Ciné Melon sur 300 de Zack Snyder, avec Yann Merkado et Arnaud Lespingal



300.jpg







Grégory Bouysse - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Volume 1

, 14:34

Gregory_Bouysse_Encyclopedie_de_l_Ordre_Nouveau_Volume_1.jpg


Grégory Bouysse - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Volume 1
Histoire du S.O.L, de la Milice Française & des mouvements de la collaboration

Dictionnaire et encyclopédie du S.O.L. de la Milice, des partis collaborationnistes et des français en uniforme allemand.
En guise d'introduction, nous allons expliquer pourquoi ce livre, ou plutôt pourquoi cette série de livres. L'histoire des mouvements de la Collaboration (du fascisme français en général) et des Français sous l'uniforme allemand a fait l'objet de nombreux ouvrages et thèses, de qualité variable.
Certains auteurs ont présenté le sujet au plan national et général (« Histoire de la Milice » de Jacques Delperrié De Bayac ; « Histoire de la Collaboration » de Dominique Venner ; la trilogie de Pierre-Philippe Lambert consacrée aux institutions et mouvements vichystes ou collaborationistes, etc pour ne citer que les meilleurs et les livres les plus marquants). D'autres ont choisi l'approche régionale ou départementale. Ainsi, un certain nombre de départements - trop rares malheureusement - ont eu droit à leur petite histoire locale de la Milice et de la Collaboration (l'Ariège avec André Laurens, la Haute-Savoie avec Michel Germain, le Vaucluse avec Christelle Fageot, le Jura avec Jean-Claude Bonnot, etc). Je n'en citerais pas plus ici, et je laisse au lecteur le soin de se reporter à l'importante bibliographie de fin d'ouvrage.
Mais malgré la qualité et l'aspect fondateur de ces divers travaux, je trouvais personnellement qu'il manquait toujours quelque chose d'essentiel à mes yeux. Une sorte « d'index » des noms (hormis bien sûr les Laval et Cie) et de la documentation. De plus, nombre d'ouvrages ou de monographies donnent des pseudonymes (ou des initiales), et se concentrent sur l'aspect sociologique des « collabos » et des volontaires français (profession, âge, urbain/rural, sexe, etc), oubliant l'aspect purement humain (biographique) et documentaire. Car ces mouvements ont laissé une importante quantité de journaux, documents, discours, que l'on ne peut laisser de côté pour une étude qui se veut exhaustive.
Pourquoi avoir nommé cette série encyclopédique « Encyclopédie de l'Ordre Nouveau » » ? Tout simplement car c'est le titre qui résume le mieux le contenu de cet ouvrage, avec à la fois l'histoire générale de divers mouvements et les parcours individuels des cadres et membres notables de ces mouvements.


Grégory Bouysse sur lulu.com
Encyclopédie de l'Ordre Nouveau - Facebook

Encyclopédie de l'Ordre Nouveau
Histoire du SOL, de la Milice Française & des mouvements de la Collaboration
Volume 1 - Volume 2 - Volume 3 - Volume 4

Waffen-SS Français volume 1 : officiers
Waffen-SS Français volume 2

Légion des Volontaires Français, Bezen Perrot & Brigade Nord-Africaine
Waffen-SS Wallons volume 1 : officiers


Waffen SS - PDF


Gregory_Bouysse_-_Waffen-SS_Francais_-_Volume_1.png


Saint-Loup - Lettre aux vivants

Première partie du dernier chapitre de Les partisans, choses vues en Russie 1941-1942


Je pense à vous, ce soir, longuement, impérieusement, mes camarades légionnaires, parce qu'il fait froid, qu'un brouillard acide traîne sur les quais de la Seine et que la nuit ramène au fond de chaque solitude ses angoisses, ses insomnies, ses désespérances ; je pense à vous tous et plus spécialement à ceux qui furent directement mes amis, à Le Merrer, à Caton, au capitaine Fleury, à l'adjudant Hernu, à Bossu, à "la tomate"; et mes souvenirs se relient d'autant plus facilement à votre présence lointaine qu'il existe un fil conducteur tendu entre chacun de nous par une volonté de sacrifice commune, un même idéal national, de nouvelles mesures de la vie. Oui, c'est l'heure où je suis habituellement près de vous, parce qu'il faut à certains moments rassembler toutes les petites flammes de vie éparses pour entretenir une grande lumière, lutter contre l'ombre qui est si impérieuse, là-bas, autour du four et des tables rustiques de l'isba. C'est l'heure où vous avez besoin de toutes les présences amies, même dispersées, dilapidées joyeusement par l'espace aux quatre coins de l'Europe assiégée par les mers et le continent terrible où la hache des bûcherons en uniforme gris se fraye un passage vers des sources neuves de vie.
C'est l'heure où vous plongez vos nostalgies dans les journaux de France, les lettres de femmes, à la maigre lueur des torches indigènes, et il faut que vous sachiez, par un témoignage venu de France, que moi-même, et tous les camarades démobilisés, nous avons gardé intactes, malgré les mutilations, les blessures ou la maladie, nos volontés de présence, auprès de vous. Car vous avez des droits sur nous; les droits du fort sur le faible, du vainqueur sur le vaincu.

Vous êtes des vainqueurs, puisque vous continuez le combat. Nous ne sommes pas bien nombreux, en France, à savoir ce qu'il représente, et je ne pense pas seulement à l'ennemi classique en armes et uniforme: je pense à la nuit de seize heures qui, quotidiennement, entreprend le siège de vos énergies, au froid qui happe les extrémités et les broie dans sa mâchoire tenace, à la fièvre pétéchiale, à la dysenterie, à la septicémie, au scorbut, au poison des partisans. Les hommes qui sortiront triomphants des steppes russes auront des droits absolus et pourront prétendre à ce que les Allemands appellent "un espace de commandement". Si l'avenir démentait ces espoirs, si les destins du monde étaient encore une fois arrachés des mains des héros, et remis à la discrétion des marchands, il nous faudrait alors désespérer; il serait hautement moral de périr en accumulant la plus grande somme possible de ruines, enveloppés dans les plis du pavillon noir de l'anarchie.
Je pense à vous intensément, parce que je sais combien la France vous abreuve de solitude depuis plus d'un an. Ceux qui prétendent qu'elle est coupée de sa tradition historique se trompent : jamais sa conduite ne fut plus strictement conforme à sa tradition historique que maintenant. Souvenez-vous que tous ceux qui furent les artisans de sa grandeur durent combattre avec, sur leurs arrières, une patrie indifférente, voir hostile : Jeanne d'Arc, La Fayette, Jacques Cartier, le marquis de Montcalm, et Duguay-Trouin, Savorgnan de Brazza et le commandant Marchand, tous livrèrent des batailles de géants contre la volonté formelle de leur pays; Clemenceau mourut dans l'indifférence, Lyautey dut violer ses consignes pour conserver le Maroc en 1914, Mermoz multiplia ses risques sur de vieux avions, René Caillé atteignit Tombouctou avec des ressources misérables, tout cela dans le temps où l'Angleterre faisait bloc derrière ses navigateurs et ses colons. La France possède bien une tradition historique, mais ce n'est pas celle de sa propre grandeur. Et la France continue. Depuis 1940, nous autres légionnaires, nous sommes les seuls qui ayons fait acte de virilité. L'Histoire ne retiendra que pour mémoire tous ces groupements politiques, ces cercles rapprochants, ces mouvements de jeunesse refoulés, ces patronages insexués qui s'agitent, intriguent, femmellisent avec des disputes et des criailleries de vieilles femmes acariâtres. Malgré leurs antagonismes, ils sont solidement liés par leur crainte de la violence et ils sont tous hautement conservateurs car ils répugnent à jouer la seule carte qui puisse donner quelque atout dans la lutte pour une nouvelle hiérarchie des peuples: celle du risque de sa propre vie.

Dans notre aventure, l'aspect de la lutte antibolchevique est simple, accessible à tous. Nous pouvons seulement regretter que dans ce pays, qui est foncièrement antimarxiste, le coup de tonnerre de juin 1941 n'ait pas éveillé des résonances plus vastes. Nous pouvons regretter qu'un peuple comme le nôtre, incroyablement détaché de ses intérêts impériaux et même nationaux, mais prompt à partir en guerre sur des idéologies, à se passionner pour tout ce qui lui est étranger, n'ait pas, cette fois, comme en 1793, éprouvé le besoin de se lever en masse pour des fins à la fois nationales et mystiques. À l'abri du nouveau pavillon "la France seule", chacun dissimule ses petites lâchetés, ses attentismes besogneux, et sa volonté arrêtée de ne plus rien risquer du tout. Sans doute, la défaite de 1940 a-t-elle sonné dans mon cœur, ainsi que dans celui de milliers de camarades le réveil du nationalisme intégral. Notre pacifisme, notre universalisme, ont été frappés à mort par la guerre. Ils ne pourront plus jamais renaître. Tout est devenu simple: un peuple se bat d'abord pour maintenir l'armature de sa propre vie, l'intégrité du sol, la souveraineté de sa langue, l'ensemble de traditions culturelles, familiales, alimentaires, même, qui réunies, forment la nation. Mais le nationalisme intégral n'a pas compris ou voulu comprendre que la lutte contre le communisme était une arme pour sa renaissance. D'abord, parce que la domination des Soviets aurait balayé à tout jamais jusqu'à l'idée même de la nation ; ensuite et surtout, parce qu'une participation de la France aux combats de l'Est ouvrait de nouvelles perspectives. Qui ne comprend qu'avec une armée de 500 000 volontaires notre pays n'était déjà plus le vaincu de 1940, qu'avec 1 500 000 hommes aux côtés de l'Allemagne nos états-majors prenaient une part active à la conduite des hostilités, qu'avec 3 000 000 la France retrouvait une entière liberté de mouvement, et que les six semaines de batailles malheureuses passaient par les profits de pertes de l'Histoire ? Il fallait prendre des risques ? D'accord. C'était dur ? Peut-être. Sanglant ? Certainement. Mais n'oubliez jamais qu'un peuple qui cesse de prendre des risques et de consentir des sacrifices de sang cesse de vivre en tant que peuple. Voilà ce que vous avez appris, mes camarades légionnaires, et voilà la source de vos angoisses du présent. Nous qui avons pris ces risques, nous cesserons peut-être, malgré cela, d'exister en tant que peuple parce que nous n'aurons pas été suivis. En aucun cas, le vainqueur de cette guerre ne redonnera aux Français leur pleine indépendance nationale s'ils se sont contentés de suivre les sacrifices des autres en observateurs. Le point de vue de l'Allemagne, de l'Angleterre, de l'Amérique ou de la Russie concorde certainement sur ce plan.

Je sais ce que vous répondez, mes camarades, qui montez présentement des gardes sous le ciel glacé où les étoiles percent, telles les gouttes d'une cascade figée, les pieds réfugiés dans les bottes de feutre, les épaules ployant sous le poids de la touloupe.

Nous avons fait notre devoir de nationalistes, d'Européens et de révolutionnaires. Personne, et nos chefs ; moins que les autres, ne peut rien nous reprocher. Nous avons été sincères jusqu'aux frontières de la vie et de la mort. Quel que soit le vainqueur de cette guerre, nous pourrons le regarder bien en face, et, en aucun cas, nous ne pouvons plus être vaincus, soit que l'Allemagne triomphe, soit que les Anglo-Saxons l'emportent, et, dans ce cas, nous devrons risquer encore une fois notre vie ; mais, de toute façon, nous avons racheté, pour nous-mêmes, une défaite de la France.
La nuit est claire et glacée, camarades de l'Est, et vous continuez de souffrir. Vos peines de présent vous voilent peut-être les réalités plus hautes de votre condition humaine et qui s'en vont, bien au-delà des notions de vainqueur et de vaincu, vers les profondeurs que je puis explorer, moi qui ai cessé de souffrir. Vous êtes partis à la conquête d'un nouveau Graal, vous êtes les purifiés du présent.
Légionnaires, vous avez pris le départ, les premiers, vers une nouvelle conception de vie. Je dis "nouvelle", parce que l'homme ne peut vivre que d'espoir, mais elle est en réalité très ancienne, parce qu'en fait, rien de nouveau ne sortira jamais du cycle de l'homme sur la terre. Légionnaires, vous êtes les premiers bâtisseurs d'un ordre de chevalerie. D'autres peuples vous ont devancés, et dans une mesure telle que l'écart des possibilités est vraiment effrayant. Mais pour la France, pour la nouvelle France qui brûle dans nos cœurs, vous avez, les premiers, plié le genou, prononcé les vœux d'obéissance, de sacrifices et de pauvreté qui constituent la base solide d'un nouvel ordre, lui-même préfigurateur d'un nouvel homme. Tout ce qui nous manquait depuis notre fier Moyen Age, les règles perdues pour assembler les clefs de voûte de nos cathédrales et qui tiennent toutes, vous entendez bien ? Toutes, dans l'oubli de soi, sont entre vos mains. Qui que vous soyez, quels que soient la médiocrité de votre passé, le poids de vos fautes, vous sortez purifiés de l'épreuve et vous avez pris une avance telle que vous ne serez jamais rattrapés si vous restez fidèles à la règle d'obéissance, de sacrifice et de pauvreté.

Vous représentez non seulement notre honneur, mais aussi notre capital militaire : le seul qui nous reste. Les événements de novembre 1942 ne sont pas accidentels : ils s'inscrivent dans le cadre révolutionnaire. Les derniers régiments de la république et de la défaite ne pouvaient survivre à la république de la défaite : l'instrument militaire d'une politique disparaît avec la faillite de cette politique. Vous êtes l'armée du devenir, d'une France qui reste à créer. Et, comme notre Légion s'est rassemblée autours d'idées dont l'ensemble dessine une conception de vie, elle constitue un ordre comme celui des chevaliers porte-glaive ou des chevaliers du Temple. C'est surtout cela qui est important, qu'il faut affermir, dégager et mettre en œuvre. Car, si la Légion devait cesser le combat avec la fin de la lutte contre le bolchevisme, nous aurions peut-être accompli un geste de politique extérieure, mais nullement réalisé nos buts nationaux. Les partis politiques tels qu'ils existaient avant 1939, tels qu'ils se survivent en 1943, semblent tout à fait impropres à édifier la structure intérieure du pays. Ce qui leur manque, ce ne sont ni les idées, ni les volontés, mais l'occasion d'un véritable combat pour cimenter, par les liens du sang, et du risque affronté en commun, la troupe chargée de supporter le pouvoir.
Vous n'êtes pas une élite intellectuelle et sociale, loin de là, et j'ajoute : heureusement ! Heureusement, car la France est bourrée à craquer d'"intelligences" qui ne se traduisent dans le concret que par de toutes petites velléités d'action, et, ce qu'il est commun de désigner dans la rubrique "élite sociale", ce sont ces classes héréditairement parvenues ou cette aristocratie dégénérée, embourgeoisée, en complète faillite, qui se trahit soi-même sans repos ni trêve depuis 1789. Vous êtes beaucoup plus que tout cela : des hommes de caractère, un type d'hommes qui fait précisément défaut à la France dont l'Université continue de refuser obstinément le remplacement d'une classe de philosophie par un cours de boxe. Enfin – et surtout – vous sortez du peuple, vous êtes des fils du peuple, de ce peuple qu'on dit veule, affaissé sur le souvenirs de ses jouissances. Mais c'est encore dans le peuple – et seulement dans le peuple – que se recrutent les volontaires pour monter au "casse-pipe" ou, de l'autre côté de la barricade, pour affronter les cours martiales. Aussi, malgré votre culture limitée, vos idées politiques simples, je dis que vous êtes bien placés pour devenir les soldats de l'Ordre nouveau, les chevaliers porte-glaive d'un monde qui s'instaure présentement sur le sacrifice des héros et ne peut éclore autrement, même si l'Amérique gagnait la dernière manche, car sa victoire ne pourrait être également que la résultante du sacrifice de ses marins, de ses soldats, de ses aviateurs. Vous êtes bien placés, parce que, justement, cette culture limitée, ces idées politiques simples n'ont pas étouffé, en vous, la force de caractère et les vertus de sacrifice.

Voilà ce que j'avais à vous dire, ce soir, pour vous aider à découvrir en vous votre mission véritable et vous donner la volonté de puissance. Ceux qui me lisent dans les clans hostiles doivent savoir que nous ne sommes pas – que nous n'avons jamais été – des mercenaires de l'Allemagne, mais des hommes hautement sincères et guidés, en dernière analyse, par l'amour de leur pays.


Russie Blanche
Château-Renard, 1942.


Saint-Loup - PDF


Augier_Marc_Saint-Loup.jpg







Trevor Grundy - Bernard Miller - The farmer at war

, 13:31

Farmer_at_war.jpg


Trevor Grundy - Bernard Miller - The farmer at war


Foreword

THIS is a salute to our farmers - white and black farmers and their families who have been in the frontline of the terror war for more than a decade. This is their story told by them.

It is a story of heroism and tragedy, of dedicated determination and tenacity in the face of an unprecedented onslaught on the land. Many have died and many more have been maimed.
Their moral and physical courage is being sorely tried and tested over and again. Lord Moran, who was Sir Winston Churchill's physician for more than a quarter of a century, once wrote: "Courage is willpower ... A man's courage is his capital and he is always spending ..." There is no doubting the willpower of the farming community.

Courage has different faces. There is the courage to stand up and shoot back to drive the raiders from the homestead and land; there is, too, the courage to plough, plant and reap another crop, putting all at risk season after season.
The Farmer at War is also a tribute to those in commerce and industry who provide vital services to agriculture; a tribute to agronomists, extension and veterinary officers in both the public and private sectors; a tribute to the Police and Security Forces. Their combined contribution is incalculable.

Foremost, however, this salute is to the women behind the men — the farming wives. In them lies the strength of our nation.

Denis Norman,
President,
Rhodesia National Farmers' Union
(now the Commercial Farmers' Union)


Robin Moore - The Crippled Eagles
Rhodesia - PDF








- page 1 of 46