WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Category Spirituality

Entries feed

Vive l'Europe - Oleg, le libre païen & Daniel Conversano

, 10:01


Vive l'Europe - Oleg, le libre païen & Daniel Conversano
mai 2017


Commentaire posté sous la vidéo youtube concernant le début de l'entrevue :
Excellente démonstration des activités anti-françaises et pro-islamisation de E&R. Glorification de la conquête musulmane sur l'Europe par E&R. Un soralien est soit un crétin blanc manipulé, soit un traitre, soit un ennemi arabo-africano-islamiste.
Révélation ENORME sur ce bouquin anti-européen et glorifiant la conquête de l'Europe par des peuples hostiles (régulièrement promu et encensé par Alain Soral des ses vidéos mensuelles), présentant les européens défendant leur terre comme des ennemis ! AUCUN patriote français ne peut adhérer encore à E&R.
Promotion du communautarisme et de l'identitarisme islamique, interdiction de la fierté identitaire blanche et européenne. E&R association traître et ennemi aux patriotes aimant la France et l'Europe.


Vive l'Europe - Emissions

Celtes - PDF
Mythologie - PDF
Scandinavie - PDF
Méditation - PDF
Yoga - PDF
Terre Plate

esprit-viking.com
PAGANS TV - Youtube
L'esprit Viking - Youtube








Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer

, 08:08

La_permaculture_de_Sepp_Holzer.jpg


Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer
"L'agriculteur rebelle" d'Autriche - Guide pratique pour jardins et productions agricoles diversifiées

Sepp Holzer - Sepp Holzer’s permaculture
A practical guide to small-scale, integrative farming and gardening


Préface
A chaque fois que mes tournées de conférences me ramènent dans mon pays natal, l'Autriche, je suis très heureux de pouvoir rendre visite à la famille Holzer au Krameterhof et de pouvoir « bavarder » avec Sepp Holzer sur les principes de la permaculture.

La gestion durable, l'économie de recyclage et la permanence de l'environnement sont des notions qui deviennent de plus en plus évidentes dans notre existence. Le sable dans le sablier de l'histoire du monde semble s'écouler de plus en plus vite. Il suffit de citer ici les mots-clés, mondialisation, technologie et croissance économique. Les ressources naturelles de la planète Terre en subissent de plus en plus les conséquences négatives. La population mondiale en constante augmentation contribue également à la surexploitation des sources naturelles de vie de la planète. Les ressources non renouvelables - essentiellement les énergies fossiles, pétrole et gaz - s'approchent de leur fin, ce qui risque d'entraîner des conflits de distribution. Sans parler du changement climatique qui devrait être le défi majeur des prochaines décennies.

Grâce à son économie de recyclage, le mouvement permaculturel, qui grandit à l'échelle mondiale, apporte une contribution constructive à la résolution de tous ces problèmes. Il met en évidence des pistes menant à une société durable et permanente. Des hommes tels que Masanobu Fukuoka, Bill Mollison, David Holmgren et Sepp Holzer, qui développent et font connaître la permaculture, nous présentent des alternatives permettant de vivre avec la nature et non contre elle. Il est fascinant de constater que l'observation de la nature nous amène à la compréhension et à la connaissance. C'est pourquoi de nombreux « permaculteurs » ont en commun un esprit curieux, pragmatique et sainement sceptique. Sepp Holzer est un bon exemple d'homme de métier qui met ses connaissances en pratique. La réussite de ses activités est toujours concluante. Sepp Holzer est un exemple concret de l'expression anglaise « Walk the Talk » ( « fais ce que tu dis » ).

La création d'une culture permanente a pour objectif essentiel de ramener la culture dans l'agriculture. Les agriculteurs et les jardiniers sont les producteurs de produits alimentaires et ils sont, de ce fait, les porteurs de la culture. La destruction du sol élimine également l'agriculteur - et, donc, également la culture. Nos fermes et nos jardins sont les reflets de notre comportement vis-à-vis de la nature. C'est pourquoi nous avons besoin aujourd'hui d'un changement de paradigmes et de nouvelles valeurs orientées vers l'éthique et l'écologie. Pour le dire de manière plus lapidaire, nous avons besoin d'une « biocratie » au sens littéral du terme.

Où exactement ce changement doit-il démarrer ? Par exemple, auprès des enfants dans les écoles, mais avant tout parmi la population urbaine ! C'est le consommateur qui a le plus grand pouvoir dans notre économie de marché orientée vers le profit. C'est lui qui, par son pouvoir d'achat, détermine comment seront utilisées nos ressources. Les livres comme celui présenté ici peuvent être des aides précieuses pour rendre les consommateurs plus conscients des fondements de notre existence. Je suis heureux que Sepp Holzer ait trouvé le temps de transmettre son expérience, sa compréhension et son savoir aux générations futures. J'espère que ce livre nous apportera des conseils utiles sur la voie d'un avenir durable.

Joe Polaischer
Rainbow Valley Farm
Nouvelle Zélande, Juillet 2004


Sepp_Holzer.jpg

Pionnier de l'agroécologie, Sepp Holzer dont la ferme est installée au sud de Salzbourg (Autriche), est à l’origine d’une des plus belles réussites en permaculture. Sa philosophie ? Il faut miser sur la biodiversité et coopérer avec la nature plutôt que la combattre.

En Autriche, depuis le succès de sa biographie éponyme qui s’est vendue à 120 000 exemplaires, on l’appelle l’agriculteur rebelle. Bouille ronde et barbe poivre et sel, coiffé d’un éternel chapeau de feutre, Sepp Holzer témoigne depuis 50 ans qu’un autre paradigme est possible. Qu’il existe des alternatives durables et prometteuses à l’agriculture conventionnelle qui épuise les sols et contribue largement au réchauffement climatique.

Au Krameterhof, sa ferme de 45 hectares perchée à flanc de montagne dans le Lungau, pas de monoculture –c’est « antinaturel » et contre productif martèle t-il- mais une extrême diversité de productions végétales et animales en tous genres : légumes, fruits, champignons, herbes médicinales, poissons, écrevisses, porcs, bœufs etc.

Ici, pas de plantes hybrides qui lient l’agriculteur au semencier auprès duquel il doit racheter chaque année ses semences, mais une profusion de variétés anciennes de légumes, céréales et fruits, goûtus et nourrissants. Pas de combat contre la nature à l’aide de produits phytosanitaires et d’engrais chimiques mais une collaboration respectueuse avec l’écosystème et tous les êtres vivants de l’alpage. « Plus un système est diversifié, plus il est stable. Dans ma ferme, je n’ai aucun problème de surpopulation de nuisibles car la nature est parfaite et maintient un équilibre général», souligne t-il.

Sepp Holzer a longtemps fait figure de « cinglé » aux yeux de ses voisins et été regardé avec suspicion par l’administration qui a multiplié les procédures, tracasseries et procès à son encontre.

Dans le Lungau, sa région natale qualifiée de « petite Sibérie autrichienne », beaucoup pensaient que l’expérience serait de courte durée. Cinquante ans après, le Krameterhof se porte comme un charme. Il emploie 4 collaborateurs à mi temps et écoule sa production en vente directe auprès de particuliers et de restaurateurs. Des 20 hectares de terres, en partie stériles, hérités de son père en 1962, Sepp a fait une ferme prospère de 45 hectares qui attire des visiteurs du monde entier. Ici, la biodiversité n’a jamais été aussi grande comme l’a montré une thèse universitaire publiée il y a quelques années. A Vienne, au ministère de l’agriculture, cette approche demeure pourtant méconnue. Thomas Rech, chargé du programme d’aide aux agriculteurs biologiques (l’Autriche est n°1 pour le Bio en Europe avec 20% de la surface agricole utile), est perplexe. « Une ferme en permaculture dans le Lungau, vous me dites ? ».

Un précurseur de la permaculture

Pour gagner le Krameterhof depuis le village de Ramingstein, il faut emprunter une petite route cabossée en pente raide slalomant entre les sapins et de rares chalets accrochés aux flancs de la montagne. Après avoir franchi le portail de la ferme et longé le potager, on débouche sur une clairière bordée de deux maisons en rondins de bois. L’une d’elles abrite une boutique où des pots de confitures, de miel, et des flacons de sirops et autres eaux de vie de poires made in Krameterhof s’entassent sur les étagères. La clairière jouxte un jardin forestier. Sous la canopée d’arbres fruitiers, l’étage inférieur est occupé par des fruitiers nains et des buissons à baies sous lesquels ont pris place des légumes et des herbes vivaces au niveau du sol, ainsi que des tubercules et des plantes grimpantes. La production d’un tel jardin dépasse largement celle d’une exploitation en monoculture. Comment expliquer une telle productivité ? « Par les synergies et interactions bénéfiques entre toutes ces variétés, par la coopération qui s’établit entre elles», explique, le sourire aux lèvres, Josef Andreas devant une vingtaine de paysans en herbes venus de République Tchèque, tous fondus de permaculture. Blond et joufflu, le fils de Sepp Holzer a repris la ferme en 2009, laissant son père se concentrer sur l’essaimage de sa méthode à l’échelle internationale.

Ouvrir le champ des possibles

La permaculture ? Sepp Holzer recourait à cette approche avant même que le terme ne soit forgé en 1978 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Ses principes de base sont bien connus. Il faut avant tout s’inspirer des cycles naturels, favoriser les interactions entre les éléments et leur multifonctionnalité, créer des structures de petite taille mais de haut rendement et jouer sur la diversité.

La permaculture s’efforce aussi de faire une utilisation judicieuse et efficace des énergies renouvelables disponibles en accord avec le biotope. Sur ses terres étagées de 1100 à 1500 m d’altitude, l’agriculteur autrichien a tout fait pour conserver le plus longtemps possible cette ressource précieuse qu’est l’eau. En canalisant les sources, il a créé plus de 70 mares et étangs. Fidèle à l’un des principes de base de la permaculture, en vertu duquel un élément doit remplir plusieurs fonctions, les plans d’eau et les forts dénivelés ont permis de fournir de l’énergie hydraulique qui alimente toute l’exploitation en électricité. Mais aussi une importante réserve halieutique où s’épanouissent une trentaine de variétés de poissons et d’écrevisses. Ses plans d’eau, et ses kilomètres de terrasses aménagées de façon à pouvoir cultiver sur des pentes raides, ont permis de créer également des microclimats bénéfiques aux cultures. Les pierres et les étendues d’eau accumulent la chaleur pendant la journée, et la diffusent pendant la nuit, réduisant ainsi les écarts de température. Résultat : Sepp Holzer est parvenu à faire pousser des milliers d’arbres fruitiers (pêches, poires, abricots, cerises, etc ) à une altitude (1100 à 1500 m) où ils sont d’ordinaire absents. De même, les experts qui clamaient qu’il était impossible de planter des céréales sur ces alpages ont pu observer que le blé, l’épeautre, l’avoine, l’orge et le seigle y parvenaient à maturité. « Cela ne fonctionne que si l’on emploie des variétés anciennes et robustes. Contrairement aux semences hybrides industrielles, elles s’accommodent de sols pauvres et de températures extrêmes », insiste le paysan rebelle.

Ces céréales anciennes, mieux adaptées aux conditions locales, ont le mérite, en outre, d’être beaucoup plus protéiniques, plus nutritives et plus faciles à digérer. « Sa méthode n’est pas forcément reproductible partout, mais Sepp Holzer a le mérite d’avoir bousculé nos paysages mentaux et ouvert le champ des possibles en montrant que d’autres formes d’agriculture sont possibles », insiste Charles Hervé-Gruyer qui codirige la Ferme du Bec Hellouin en Haute Normandie.

Eric Tariant


Sepp Holzer - PDF

Agriculture - PDF
Potager - PDF


Sepp Holzer's Mountain Permaculture Farm







Gottfried Feder - Manifiesto contra la usura

, 08:08

Gottfried_Feder_Manifiesto_contra_la_usura.jpg


Gottfried Feder - Manifiesto contra la usura y la servidumbre del interés del dinero


Libro esencial para conocer la visión económica del Nazismo. Editado en 1918, en breve tiempo llegó a ser la fuente espiritual del Nacionalsocialismo.
Adolf Hitler mismo escribe en su libro, Mein Kampf (Mi Lucha), al referirse a la historia del origen del Movimiento: "Por primera vez en mi vida escuché una disertación fundamental sobre el capital bursátil y prestamista internacional. Después de haber oído la exposición de Feder, de inmediato me cruzó la mente el pensamiento de haber encontrado ahora el camino hacia una de las premisas más esenciales para la fundación de un nuevo partido. El mérito de Feder residía a mis ojos en que había establecido con desconsiderada brutalidad el carácter tanto especulativo como económico del capital bursátil y prestamista, pero descubriendo su eterna premisa del interés.".

La demanda del quebrantamiento de la servidumbre del interés se halla tan en el centro del programa partidario nacionalsocialista, que toda su concepción está ligada del modo más vivo e íntimo con este Movimiento total.


Gottfried Feder - Das manifest zur Brechung der Zinsknechtschaft
Gottfried Feder - The Manifesto for the abolition of enslavement to interest on money

Gottfried Feder - PDF

Gottfried Feder - Propiedad privada
Gottfried Feder - El programa nacionalsocialista explicado
Gottfried Feder - Los judios
Gottfried Feder - As bases do Nacional Socialismo
Gottfried Feder - Das programm der NSDAP
Gottfried Feder - The programme of the NSDAP


PREFACIO PARA EL 27/13 MILLAR
Hace 13 años apareció El manifiesto para el quebrantamiento de la servidumbre del interés del dinero. Cuando publiqué en ese entonces este escrito, que estaba esbozado en sus puntos esenciales, en medio de las conmociones de los días de noviembre de 1918, yo mismo no podía creer ni esperar cuan inmenso efecto aun iba a producir, pues al poco tiempo llegó a ser fuente espiritual del Nacionalsocialismo. Adolf Hitler mismo escribe en su libro Mein Kampf, al referirse a la historia del origen del Movimiento :
“Por primera vez en mi vida escuche una disertación fundamental sobre el capital bursátil y prestamista internacional. Después de haber oído la exposición de Feder, de inmediato me cruzó la mente el pensamiento de haber encontrado ahora el camino hacia una de las premisas más esenciales para la fundación de un nuevo partido. El mérito de Feder residía a mis ojos en que había establecido con desconsiderada brutalidad el carácter tanto especulativo como económico del capital bursátil y prestamista, descubriendo su eterna premisa del interés. Sus argumentos eran tan justos en todas las cuestiones fundamentales que los críticos de los mismos desde el comienzo menos impugnaban la validez teórica de la idea cuanto más bien ponían en duda la posibilidad práctica de su realización. Sin embargo, lo que así a los ojos de otros era una debilidad de las exposiciones de Feder, constituía en los míos su fuerza”.
Con el objeto de poner otra vez a disposición de nuestros afiliados el texto de referencia, la editorial Franz Eher Nachfolger se decidió a publicarlo nuevamente sin modificaciones. Es posible que en ciertos pasajes la forma de expresión se en 30 cuentre influenciada en gran medida por la conmoción resultante del crimen de noviembre, pero a pesar de ello no considero factible alterar en lo más mínimo la versión primitiva. El libro, por cierto, no es obligatorio para el partido en todos sus detalles; pero las tesis y las predicciones que están asentadas en él, se han cumplido plenamente en todos los puntos sustanciales, y justamente su título con la demanda del quebrantamiento de la servidumbre del interés, se halla tan en el centro del programa partidario nacionalsocialista, que toda su concepción está ligada del modo más vivo e íntimo con nuestro movimiento total.

Munich, pascua de 1932
Braunes Haus. (Casa Parda)
Gottfried Feder


frente-aleman-del-trabajo.jpg







Sagas islandaises

, 07:07

Sagas_islandaises.jpg


Sagas islandaises


Les Sagas islandaises en prose, qui datent pour la plupart du XIIIe siècle, se situent aux frontières de l'histoire et de la légende. Elles rapportent dans un style laconique, avec un humour noir et froid, les exploits des colonisateurs de l'Islande et de leurs descendants.
Sans lyrisme aucun, oscillant entre la banalité du quotidien et la démesure de l'exceptionnel, les auteurs, presque tous anonymes, ont su traduire une grandiose conception de la condition humaine : véritables artisans de leur destin, les personnages préservent, par la vengeance, la réputation qui les sauvera de l'oubli et les fera triompher de la mort.


Scandinavie - PDF
Tradition - PDF
Mythologie - PDF


Seljalandsfoss







Christian Léourier - Contes et légendes de la mythologie celtique

, 13:31

Leourier_Christian_Contes_legendes_mythologie_celtique.jpg


Christian Léourier - Contes et légendes de la mythologie celtique

Des exploits du dieu Lug conduisant les tribus de Dana à la victoire, aux prouesses de Cûchulainn tenant tête à toute une armée, en passant par les amours tragiques de Diarmaid et Grainné, les bardes chantent l'épopée des Celtes et soulèvent un coin du voile qui recouvre les secrets des druides.


Table des Matières :

La Faute du roi Nuada
La Seconde Bataille de Mag Tured
La Quête des fils de Tuireann
Le Prince de L’Abîme
La Cavalière d’Aberth
La Montagne sur la mer
La plus belle femme du monde
La Faiblesse des Ulates
Le Morceau du héros
Le Taureau brun de Cualngé
Un Vol de cygnes
Le Roi sans royaume
Le Mariage de Finn
La Jalousie de Finn
L’ Île des femmes
Le Prince des bardes


Mythologie - PDF
Celtes - PDF







Dave Jacke - Edible forest gardens

, 20:32

Dave_Jacke_Edible_forest_gardens.jpg


Dave Jacke - Edible forest gardens
Volume 1 - Volume 2


Edible_forest_gardens.gif


Edible Forest Gardens.com is dedicated to offering inspiring and practical information on the vision, ecology, design, and stewardship of perennial polycultures of multipurpose plants in small-scale settings. We intend this website to grow into an information and networking resource for newcomers, amateurs, students, and serious practitioners and researchers alike.

Forest gardening is an idea whose time has come. We can consciously apply the principles of ecology to the design of home scale gardens that mimic forest ecosystem structure and function, but grow food, fuel, fiber, fodder, fertilizer, "farmaceuticals," and fun. Indeed, we must begin learning to apply ecological principles to the design of our food production systems now—we have surpassed the peak of planetary oil production, so the world of energy descent lies upon us. This sea change in our culture will require that we learn to live within our energetic means and rebuild ecosystems that support human and humane lives without diminishing the ability of the ecosystem to support our children and grandchildren.

While this global problem is huge, most of the solutions available to us are local, personal, empowering, and potentially enlivening, enlightening, and fun. Edible forest gardening is one of these solutions, and we now have the resources at hand to transform our own yards and gardens into productive paradises. We intend this website and the book Edible Forest Gardens that you can buy here to give you the most sophisticated and down-to-earth information available to maximize your success as a forest gardener.

Forest gardens have much to offer on a practical level, and they have much to teach us about how to live in community as free and interdependent beings in a functional way. We hope that you will trust your innate ability to learn and contribute to the larger community of human beings who care about living sanely and humanely as we journey through energy descent. Welcome to the adventure of our lifetimes !

We hope you enjoy what we offer here, and that you will visit often to add your thoughts and experiences to the mix.

Peace and blessings to you and yours.

Dave Jacke
www.edibleforestgardens.com


Agriculture - PDF
Potager - PDF


Edible_forest_gardens_Jacke.jpg







Le Heavy Metal : musique des Blancs

, 12:21

Avantasia - The Scarecrow


Type_O_Negative_Peter_Steele_Vinland.jpg


Le Heavy Metal : musique des Blancs - www.vivaeuropa.info


Heavy Metal contre Black Metal : quelle est la musique des Blancs ?

La question de la musique revient souvent dans les milieux militants dits "d'extrême droite". Certains courants musicaux se sont construits autour des mouvements nationalistes et identitaires. On a souvent reproché à ces groupes, sincères et de bonne volonté, d'être des militants qui font de la musique plutôt que de réels musiciens diffusant un message militant.
Existe-t-il réellement une musique d'extrême droite ? Ou pour être plus précis, sans tomber dans le piège de la terminologie dominante : existe-t-il une musique pour les Blancs racialement conscients ? Une musique qui nous ressemblerait et nous rassemblerait.
Officiellement, ce créneau a longtemps été occupé par la musique RAC (Rock Against Communism), un dérivé de musique punk-rock joué par la scène Skinhead. Les identitaires ont eux adopté le RIF (Rock Identitaire Français), qui en est une version édulcorée. Si les textes traitent clairement de nos sujets : la défense de l'identité, l'Histoire Européenne, la vie militante, etc., la musique, elle, reste souvent un dérivé pauvre d'une sous-culture qui n'est pas à la mesure de nos idéaux.
La musique que l'on appelle communément « classique » aurait bien traduit les particularités de l'âme européenne, mais je peux comprendre qu'une symphonie composée il y a deux siècles ne puisse vibrer en harmonie avec les rêves d'un jeune blanc contemporain.
Il existe pourtant un courant musical moderne qui incarne parfaitement l'Aryanité, à la fois à travers les textes et la musique : c'est le Heavy Metal.

Une musique positive et puissante.

Le Heavy Metal est une branche du Metal, qui en est une version plus percutante et plus rapide. Depuis sa genèse dans les années 80, le Heavy a évolué vers plus de technique et plus de mélodie. Sa version moderne est symphonique, mélodique, puissante et aérienne. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, nous sommes très loin d'une musique lourde, basse, négative ou agressive. En réalité, c'est tout le contraire, c'est certainement la musique la plus positive et la plus entraînante qui soit. Rythmes évoquant de grandes chevauchés, refrains fédérateurs, voix claires et haut-perchées, tout est là pour nous porter vers les hauteurs de la pensée.

Une exigence technique.

La force du Heavy Metal moderne, c'est que les pré-requis techniques pour composer et jouer cette musique sont d'une très grandes exigences. Lorsque des musiciens à la technique moyenne et au talent médiocre tentent de produire du Heavy Metal, le résultat est un désastre et cela ne ressemble d'ailleurs même pas à du Heavy, mais plutôt à du mauvais Rock. La virtuosité et la maîtrise de son instrument sont l'une des grandes quêtes de cet art. Le musicien porte sur scène sa guitare comme une épée enchantée chargée par l'énergie de ses mélodies puissantes et virevoltantes.

Des thématiques Européennes.

Au niveau des thèmes, nous sommes parfaitement dans la continuité de la littérature européenne, depuis Homère et les mythes Arthuriens jusqu'au fantastique de Tolkien. Grandes épopées historiques ou fantastiques, dragons, sortilèges, chevaliers, forêts mystérieuses ou bien monde futuriste, l'univers archétypique de l'Européen est bien là ! C'est l'un des aspects qui me plaisait le plus, lorsque vers l'âge de 16 ans, je découvrais dans certains livrets d'un disque de métal, la carte d'un monde imaginaire où se déroulait l'aventure musicale. Parfois maladroit, « kitch » dirons-nous, l'univers esthétique du Heavy Metal n'est jamais nocif, rarement trop sombre. À la lecture des paroles ainsi qu'à l'écoute des mélodies, nous avons bien là une musique de gentils, ça ne fait aucun doute.

Une musique de Blancs, mais pas que.

Je l'ai dit, tout est blanc dans cette musique, mais certains me répondront qu'elle connaît un énorme succès dans les pays d'Amérique du sud et en Asie. En effet, le genre Heavy Metal est très populaire au Japon, au Brésil, en Colombie, etc. Personnellement, je ne pense pas que cela aille à l'encontre de mon propos car ce sont des civilisations au passé brillant qui peuvent très bien se reconnaître dans les mêmes thèmes que nous, transposés à leur inconscient et emprunts de leurs sonorités respectives.

Politiques malgré eux ?

Malheureusement, peu de groupes de ce genre sont conscients d'être ce qu'ils sont. Certains le sont sans aucun doute, d'autres laissent planer le doute, mais la plupart ont l'air un peu déconnecté de ces questions identitaires, tandis que d'autres tombent dans le confortable discours bien-pensant. De mon point de vue, cela ne change rien. Comme je le dis souvent, le monde est plein de fascistes qui s'ignorent et l'effet sur l'inconscient collectif de nos mythes fondateurs dépasse les questions d'un engagement politique.

Le rôle paradoxale du Black Metal.

En revanche, d'autres semblent être, au moins dans le parti-pris esthétique, parfaitement de notre bord. Vous avez peut-être remarqué qu'il existe un sous-genre du Metal qui flirte parfois avec certaines idéologies « extrêmes », au moins d'un point de vue esthétique ; il s'agit du Black Metal. Le Black Metal est aussi un sous-genre du Metal, il est en quelques sortes son dérivé le plus extrême et le plus sombre. Conceptuellement, on peut imaginer qu'il s'agisse du reflet antagoniste du Heavy Metal. Le « Black » se divise lui-aussi en d’innombrables sous-genres parfois très différents, c'est pour cela qu'il est difficile de parler de ces musiques ou de s'en faire un avis si on n'en connaît pas à fond toutes les subtilités. Certains courants du Black Metal nous livrent aussi des thèmes épiques et une vision enracinée, parfois très inspirée, y compris dans la composition et les arrangements, par la musique folklorique. Malheureusement, ce courant est pollué par une mentalité puérile de provocation et d'égocentrisme.
Une provocation immature qui exploite des thèmes macabres, les plus malsains et graveleux. Une musique d'anti-bourgeois ? Très bien, si cela n'était pas doublé d'ignorance et d'immaturité, trahie par des provocations sur des thèmes historiques et politiques très mal compris et très mal connus.
Le grand défaut du Black Metal à mes yeux (et à mes oreilles) reste son aspect décadent qui le discrédite parfaitement, surtout lorsqu'il se pare d'un décorum inspiré du National-Socialisme ou autre Fascisme européen.
De plus, de part ses tempos ultra-rapides, ses sonorités agressives, ses voix hurlées et son goût pour les enregistrements mal produits, cette musique est vouée à ne pas sortir de sa cave, ce qui arrange certains de ses aficionados « élitistes ». Un immense regret donc, pour une musique difficile d'accès et souvent puérile mais qui est indéniablement non dénuée d’intérêt et parfois de talent.

Le paradoxe, c'est que le milieu fermé du Black Metal fournit celui du militantisme patriote français depuis des années. Les transfuges en France sont en effet nombreux.

La victoire du Heavy.

Rien n'a pu empêcher à cette musique de se répandre auprès d'une population aryenne saine et équilibrée. Touchant bien au-delà du milieu des passionnés, et ce partout dans le monde.
En France le Heavy Metal est totalement inconnu dû au remplacement massif de la population française par des peuples africains et moyen-orientaux. Avec le système de propagande étatique mis en place en corrélation avec l'invasion du pays, la France empêche aux artistes de vivre de leurs musiques s'ils ne sont pas sponsorisés par l'état ; il n'existe donc en France que peu de groupes et ce petit milieu est rongé par le gauchisme "artistique" typiquement français.

Culturellement très encrée en Europe et dans les Amériques, cette musique est jouée par des musiciens de talent possédant une grande maîtrise technique.
Mainstream dans tous les pays à majorité raciale blanche et restés culturellement blancs, il existe même dans les pays scandinaves des groupes de Heavy Metal pour enfants.
La recherche d'une qualité sonore optimale, le soin d'apporter un concept fort à une musique puissante, en a fait la musique emblématique de notre RACE.
Sorti de France, ce n'est ni le punk à croix Celtique, ni le Black Metal de chambre à gaz qui nous incarne, mais bien le Heavy Metal moderne, dans sa forme mélodique et épique, aérienne et grandiose.


Composition : Franck
Arrangements : Professeur Z


Lire aussi : Professeur Z - Heavy Metal thunder from the Gods


Sonata Arctica - Black Sheep



Nightwish - Stargazers









Gaston-Armand Amaudruz - Nosotros los racistas

, 06:00

Amaudruz_Gaston-Armand_-_Nosotros_los_racistas.jpg


Gaston-Armand Amaudruz - Nosotros los racistas


Gaston-Armand AmaudruzPRESENTACION : DEFENSA DE LA RAZA

En la historia contemporánea, casi no hay vocablo que levante tanta emoción y miedo como racismo. Ninguno engendra más infantilismos y cobardías. Ningún problema es más fatal o más provocativo que el problema racial. Y sin embargo, el destino de la humanidad depende sólo de un examen en profundidad de este problema y de su sola, única e indispensable solución.
Es cierto que la palabra racismo ha sido manoseada, apartada de su concepción verdadera por dilettantes o maníacos, y uno se creería bien inspirado al abandonarla. Así, podríamos reemplazar la palabra “racismo” por la de “racialismo” a fin de escapar tal vez a la mala fama. Pero aquello no nos pondría a salvo de una nueva deformación y añadiría al mal de nuestro tiempo (donde el valor y el sentido de. las palabras han caldo en una confusión penosa), dando al mismo tiempo razón a nuestros enemigos. Además, esta adaptación al medio democrático sería sospechosa desde más de un punto de vista. Luego, la honestidad más elemental exige más bien que establezcamos el significado de la palabra racismo en toda su pureza.
Primero, condenamos la discriminación. El hecho de maltratar a un individuo a causa de su raza, de su color, de su idioma o de su religión es muy injusto. Todo el mundo puede estar de acuerdo sobre este punto. Por el contrario, pocas personas se dan cuenta del espantoso peligro engendrado por el antirracismo sistemático. La torpeza y la deslealtad que caracteriza a los políticos han obscurecido y deformado esta situación. Los que se niegan a afrontar este tema capital combaten en realidad contra los que creen defender.
Constatamos que existe, en escala mundial, un complot lúcido que intenta hacer un solo mundo recurriendo a la integración racial. Pero en todos los países donde se ha impuesto esta integración, el resultado fue una discriminación más grande que nunca. Los individuos son así empujados a la sublevación extrema con todo lo que ello comporta de resentimientos, de amarguras, de odios y de matanzas. Constatamos también que el hecho racial es a tal punto poderoso que el mal subsiste aún allí donde la mezcla es admitida, ya que cada grado de mestización hace nacer a menudo una nueva ase social.
En el campo social, los espíritus superficiales y los bienpensantes infantiles se han convertido en juguetes entre las manos de dirigentes que incitan a la violencia racial... ¡en nombre del amor universal! Es urgente que los pueblos tomen conciencia de la insondable imbecilidad de estas tentativas encubiertas bajo el manto del “amor universal”. En efecto, ¡la suerte del Hombre está en juego! El respeto a. la herencia biológica es un principio que es imposible no tomar en consideración cuando se trata de la evolución del hombre. Los que, en nombre de la “fraternidad humana”, hacen desaparecer el patrimonio hereditario de un plumazo, no le impiden actuar. En efecto, la Naturaleza castiga las violaciones de las leyes de la vida, y los antirracistas trabajan a favor de su desaparición combatiéndonos. Que por lo menos esta reflexión los lleve a tolerar nuestras ideas y a respetar la libertad de opinión que ellos proclaman.
El bienestar de la humanidad depende del bienestar de cada raza y recíprocamente, ya que una no puede desarrollarse verdaderamente sin la otra. El racista elimina de su vocabulario la palabra igualdad. La idea misma de igualdad es un absurdo. Los hombres son por esencia desiguales tanto en lo físico, como en lo moral. Sucede lo mismo con las razas. El racista sabe muy bien, que lo que los demócratas llaman prejuicio es un reflejo defensivo normal, comunitario, y que pertenece a cada raza. Sólo trabajando en el sentido de una conciencia racial esclarecida se puede resolver en armonía geográfica y en paz los problemas ligados a la idea de la Sangre.

Dr. Jacques Baugé Prévost. Psy. M.D.,N.MD.
Director INSTITUTO SUPERIOR DE CIENCIAS Psicosomáticas,
Biológicas y Raciales - LAUSANA-MONTREAL


Gaston-Armand Amaudruz - Les peuples Blancs survivront-ils ?
Gaston-Armand Amaudruz - Nous autres racistes
Gaston-Armand Amaudruz - UBU Justicier au premier procès de Nuremberg
Gaston-Armand Amaudruz - PDF

René Binet - Contribución a una ética racista
René Binet - PDF

Jacques Baugé-Prévost - Le celtisme
Jacques Baugé-Prévost - Le défi médical du XXIe siècle
Jacques Baugé-Prévost - PDF








Theosophical History

, 09:09

Theosophy_History.jpg


Theosophical History
A Quarterly Journal of Research


Founded in 1985 by Leslie Price and edited since 1990 by James A. Santucci. Theosophical History is now in its 30th year. Theosophical History is an independent scholarly journal devoted to all aspects of theosophy (with and without a capital T). It is unaffiliated with any Theosophical organization.


Theosophical_History.jpg
Annie Besant (1847–1933) wearing the 18th Degree Rosicrucian Jewel. The Jewel originally belonged to Count Alessandro di Caglostro but eventually came into the possession of a number of important Theosophists, including H.P. Blavatsky, H.S. Olcott, Mrs ver Planck, W.Q. Judge, and Rukmini Arundale. Mrs. Besant, the fourth owner of the Jewel, is shown here wearing it in a photograph taken in the year 1902. The photo appears courtesy of Mr. Joseph E. Ross of Ojai, California. The picture appeared on the cover of Theosophical History, Vol. III, No. 3 and is the subject of an article by Nell C. Taylor entitled "The Mysterious Life and Transitions of the Cagliostro Jewel." Ms Taylor and Mr. Ross wish to express their appreciation for the return of the Cagliostro Jewel to the Adyar Theosophical Society Museum and Archives on July 17, 1992.


Theosophy - PDF
Annie Besant - PDF
Helena Blavatsky - PDF
Rosicrucian - PDF

www.theohistory.org







Benito Mussolini - The doctrine of fascism

, 11:01

Benito_Mussolini.jpg


Benito Mussolini - The doctrine of fascism


"The Doctrine of Fascism" ("La dottrina del fascismo") is an essay written by Giovanni Gentile, but credit is given to Benito Mussolini. It was first published in the Enciclopedia Italiana of 1932, as the first section of a lengthy entry on "Fascismo" (Fascism).
The entire entry on Fascism spans pages 847-884 of the Enciclopedia Italiana, and includes numerous photographs and graphic images. The Mussolini essay leads off the entry : FASCISMO - Movimento politico italiano creato da Benito Mussolini (v.). DOTTRINA Idee Fondamentali. (the first section of the essay) A second section of the essay is titled : "Dottrina Politica e sociale." The Mussolini entry starts on page 847 and ends on 851 with the credit line "Benito Mussolini."
All subsequent translations of "The Doctrine of Fascism" are from this work. A key concept of the Mussolini essay was that fascism was a rejection of previous models : "Granted that the 19th century was the century of socialism, liberalism, democracy, this does not mean that the 20th century must also be the century of socialism, liberalism, democracy. Political doctrines pass; nations remain. We are free to believe that this is the century of authority, a century tending to the 'right', a Fascist century. If the 19th century was the century of the individual (liberalism implies individualism) we are free to believe that this is the 'collective' century, and therefore the century of the State."


Benito Mussolini - La dottrina del fascismo
Benito Mussolini - La doctrina del fascismo
Benito Mussolini - La doctrine du fascisme

Benito Mussolini - PDF

Fascism - PDF


Mussolini_Benito_doctrine_of_Fascism.jpg







- page 1 of 19