May 2014


Books

Saturday, May 31 2014

Dr. William Pierce - The perils of hobbyism




Dr. William Pierce - The perils of hobbyism


Among racially conscious White Americans there are, unfortunately, a number whose emotional and intellectual development became permanently stalled somewhere around puberty. They are the folks who are attracted to the National Alliance not because it offers them a means to work for the survival and progress of the race, but because they hope it will provide them an opportunity to meet others who also like to dress up in home-made SS uniforms and salute themselves in the bedroom mirror, swap Nazi mementos, and engage in titillating gossip about the so-called "movement." These are the hobbyists, about which rouch more is said in the new Membership Handbook, soon to be published. We try to weed out the hobbyists when they apply formembership, just as we weed out homosexuals and drug abusers, but sometimes one or two of them manage to sneak in nevertheless. Not only are they a potential source of embarrassment if a newspaper reporter ever should get hold of one of them, but they actually can be disruptive by distracting serious, mature members with their juvenile fixation on "movement" gossip and by providing the enemies of our people with information. Our enernies, infact, make very profitable use of these pitiable creatures by taking advantage of their manifest weaknesses. In retum for a few hundred dollars a month for liquor or drugs, they can employ one of them as a "verifier," for example. A "verifier" is a hobbyist who is used to make contact with putative members of a patriotic organization and verify that they are, in fact, members and then to acquire from them the names of other members or other information which might be useful to his employers. The fact that he can dropnames and exhibit some familiarity with "movement" activities and personalities gives him an entrée among other hobbyists which an outsider usually doesn't have.
...


Dr. William Pierce's PDF


cosmotheism_trilogy.jpg

Friday, May 30 2014

A. K. Chesterton - Creed of a Fascist Revolutionary

Creed_of_a_Fascist_Revolutionary.jpg


A. K. Chesterton - Creed of a Fascist Revolutionary


Chesterton.jpgChesterton is more than a brilliant and incisive writer. He is a living symbol of the lost generation, which has found itself again. More than any writer of this time, he expresses in dynamic and passionate prose the resurgent soul of the war generation. He enlisted as a private in the Great War at the age of sixteen.

He rose to command a company on the Somme at nineteen, and to he was decorated with the Military Cross. He fought gallantly for the flag in South Africa after the Great War was ended.

Yet with all his gifts he found no true outlet for his political beliefs or his creative urge until Fascism was born in Britain. Supremely characteristic of the Englishman of 1914, he could find no home but Fascism. There are thousands more of the lost army who find at length their ranks in a cause which they have sought through a long and weary pilgrimage.

Chesterton expresses their fierce disgust and their cold anger in the bitterness of a thousand betrayals. He recaptures also the rapturous spirit of 1914 in their undying march to greater heights and mightier service of the land they love.


A. K. Chesterton's PDF


Chesterton_Arthur_Kenneth.jpg

Tuesday, May 27 2014

Miron Dolot - Execution by hunger The hidden holocaust

Miron_Dolot_Execution_by_hunger_The_hidden_holocaust.jpg


Miron Dolot - Execution by hunger The hidden holocaust

Seven million people in the "breadbasket of Europe" were deliberately starved to death at Stalin's command. This story has been suppressed for half a century. Now, a survivor speaks.


In 1929, in an effort to destroy the well-to-do peasant farmers, Joseph Stalin ordered the collectivization of all Ukrainian farms. In the ensuing years, a brutal Soviet campaign of confiscations, terrorizing, and murder spread throughout Ukrainian villages. What food remained after the seizures was insufficient to support the population. In the resulting famine as many as seven million Ukrainians starved to death.

This poignant eyewitness account of the Ukrainian famine by one of the survivors relates the young Miron Dolot's day-to-day confrontation with despair and death—his helplessness as friends and family were arrested and abused—and his gradual realization, as he matured, of the absolute control the Soviets had over his life and the lives of his people. But it is also the story of personal dignity in the face of horror and humiliation. And it is an indictment of a chapter in the Soviet past that is still not acknowledged by Russian leaders.


Ukraine on Balder Ex-Libris
Lysson Nicholas - Holocaust and Holodomor
Harvest of Despair - The 1933 Ukrainian Famine

Holodomor - La famine inconnue
Charles Lucieto - Au pays de l'épouvante N° 3


Communism_Execution_by_hunger_The_hidden_holocaust.png

Monday, May 26 2014

Joëlle Chautems - Guide des hauts lieux vibratoires de Suisse romande

Joelle_Chautems_Guide_des_hauts_lieux_vibratoires_de_Suisse_romande.jpg


Joëlle Chautems - Guide des hauts lieux vibratoires de Suisse romande
Ressourcement, énergie et soins par la nature et les pierres


Ce guide vous invite à redécouvrir une géographie sacrée de la Suisse romande, en vous emmenant en balade vers des hauts lieux d'énergie.
En répertoriant les anciens sites sacrés et autres lieux mégalithiques disséminés dans nos régions, lieux d'intense activité énergétique, cet ouvrage dévoile le mystère trop souvent méconnu de leurs étonnantes particularités : des taux vibratoires hors du commun.
Les récits d'autrefois disent que ces lieux ont le pouvoir de soigner certains maux, de redonner la jeunesse, la fertilité, la confiance en soi. Craints ou respectés, ils ont toujours inspiré les hommes. Aujourd'hui, redécouverts et étudiés, ils confirment des propriétés naturelles singulières, et sont pour l'homme une source vive de ressourcement et de soin.
Cet ouvrage inventorie, canton par canton, ces lieux sacrés de Suisse romande, au travers d'une approche historique, géobiologique et spirituelle.
A l'heure où les spiritualités se tournent vers l'Orient, joëlle Chautems propose de revenir à notre propre histoire, au vécu de la Terre que nous foulons tous les jours. Elle pose un regard sur une manière de se reconnecter à notre essence, à notre être, à travers la rencontre avec ces lieux emprunts de mémoire.
Un guide pour partir dès maintenant à la découverte de ces lieux souvent oubliés et apprendre à se ressourcer en puisant dans leur force énergétique.

Bonne balade !


joelle-chautems.jpgNée de parents montagnards,
Joëlle Chautems s'est toujours sentie attirée par la nature et les mystères qui l'entourent.


Droguiste-herboriste de formation, elle a exercé en droguerie puis dans un laboratoire de contrôle environnemental. La nature reste au centre de ses préoccupations. Décidé à mêler son approche scientifique avec sa sensibilité aux éléments, elle se tourne vers la géobiologie qu'elle étudie pendant plusieurs années, avant d'en faire son métier.

Elle se découvre à cette occasion un intérêt pour l'histoire et les croyances de la Suisse romande. Aujourd'hui, elle pratique la géobiologie et les soins par la nature, tout en continuant à parcourir les forêts à la recherche de nouveaux trésors.



Géobiologie sur Histoire Ebook



Guide_des_hauts_lieux_vibratoires_de_Suisse_romande.jpg

Sunday, May 25 2014

SS Brigadeführer Léon Degrelle - La cara oculta


Don Juan de la Carlina, la cara oculta de Léon Degrelle

La película reconstruye la vida del líder fascista León Degrelle en España, donde se exilió al finalizar la Segunda Guerra Mundial, a través de los testimonios de las personas que lo conocieron y del historiador francés Korentin Denis. El dirigente político belga, fundador del partido de ideología nazi Rex y vecino de la localidad sevillana de Constantina, donde sus vecinos le conocían como Don Juan, era un hombre culto, refinado, amante de las obras de arte y convertido en agricultor vinícola en su cortijo de La Carlina.





PDF en Español :
Mis aventuras en México
Almas ardiendo
La campaña de Rusia
Historia de Las SS Europeas
Quem era Hitler ?
Su visión


PDF in english :
The Story of the Waffen SS
Letter to the Pope on his visit to Auschwitz
Hitler, Born at Versailles
How Hitler consolidated power in Germany and launched a social revolution
Hitler's social revolution
The enigma of Hitler
My Revolutionary Life
Campaign in Russia


PDF en français :
Les âmes qui brûlent
Tintin mon copain
Pourquoi j'ai cru en Hitler
Qu'est-ce que Rex ?
Lettre au Pape
La campagne de Russie
Le fascinant Hitler
La cohue de 1940
Hitler pour mille ans
Aux armes pour l'Europe
Appel aux jeunes européens
Léon Degrelle persiste et signe
Hitler et les musulmans


PDF de Léon Degrelle sur Free PDF


Europe_SS.jpg


Documents vidéos divers sur et de Léon Degrelle :
Il Nazismo Esoterico
Barcelona 1981
The rest of us we have dreamed of something marvellous
Histoire de l'extrême droite et du nazisme
Face et revers, Hitlérien toujours
Léon Degrelle : Persiste et signe
Entrevues avec Jean-Michel Charlier
L'Ordre SS, Éthique et idéologie
Le Pardo
Habla Léon Degrelle
Qu'est-ce que Rex ?
The Epic Story of the Waffen SS
Le fascinant Hitler
Audios Choisis
How Hitler consolidated power in Germany and launched a social revolution
Hitler, Born at Versailles
La Fin du XXe siècle
Un homme face à l'Histoire
Michael Collins Piper - Leon Degrelle : warrior for the West

Plus de vidéos - Audios divers


Speech of the Belgian Leon Degrelle Rexistenfuehrers in Berlin, 1944

1944 , Speech about battle in Europe


L'Europe contre le bolchevisme


Notre unité est notre salut

Saturday, May 24 2014

Charles Lucieto - Le secret du Fellah N° 12




Les coulisses de l’espionnage international

Les merveilleux exploits de James Nobody
Charles Lucieto - Le secret du Fellah N° 12


Où James Nobody est chargé à une bien singulière mission.

Soucieux, les sourcils froncés et les traits crispés par la colère, le Maréchal Lord Addendy, Haut Commissaire du Gouvernement britannique en Égypte, jeta un long coup d’oeil sur cette île de verdure qu’est Ismaïlia et qui, à mi-chemin de Port-Saïd et de Suez, aux confins imprécis de la Civilisation et de la Barbarie, semble lancer au désert, dont les sables calcinés houlent à l’horizon, un perpétuel défi.
Ici, en effet, tout scintille et tout resplendit. Là, tout n’est que silence et que mort...
Tapie au milieu de ses palmiers et de ses fleurs, qu’arrose à profusion, après avoir traversé le pays de Gessen, de biblique mémoire, l’eau du Nil, Ismaïlia, capitale de cette région si spéciale qu’on appelle le « Canal », abrite tout un monde d’ingénieurs, de contremaîtres et d’ouvriers, dont la seule raison d’être est d’entretenir et d’exploiter la grande et magnifique voie d’eau, qui raccourcit de moitié le trajet entre l’Europe et l’Asie.
De tout temps, les hommes avaient rêvé de faire communiquer entre elles ces deux mers que sont la Méditerranée et l’Océan Indien, mais, tant que n’intervint pas ce grand Français qu’était Charles de Lesseps, cette idée demeura à l’état de projet.
En effet, l’Égyptien Néko, qui vivait 600 ans avant Jésus-Christ, tenta le premier de réaliser le canal Nil—Mer Rouge. Puis, en 1671, ce fut au tour de Leibnitz d’intervenir. Chacun connaît le projet qu’il soumit à Louis XIV, et qui comportait le percement de l’isthme de Suez.
Enfin, vint Bonaparte, qui confia à l’ingénieur Lepère le soin de relier les deux mers. Mais Lepère se trompa à ce point dans ses calculs, qu’il fallut renoncer à les réaliser.
C’est en 1854 seulement que, après dix-huit ans d’études sur le terrain, Charles de Lesseps présentait au Khédive un plan rationnel qui fut adopté deux ans plus tard.
Ainsi que le dit René Vaulande dans l’admirable série d’articles qu’il vient de consacrer à l’Égypte, dans le Journal, « ce coup de pioche dans l’isthme allait avoir un retentissement politique immédiat. « De tout son pouvoir, Lord Palmerston s’opposa à l’ouverture de cette voie qui allait dévier le sens traditionnel des courants commerciaux et stratégiques, et poser, sous un jour tout nouveau, la question méditerranéenne.
« Vaines manoeuvres !
« Bientôt, il ne resta plus à l’Angleterre qu’à s’adapter à la situation de fait... et à en tirer parti. « L’achat par elle des 177.000 actions du Khédive, et son occupation de l’Égypte, firent de ce canal tellement honni un des boulevards les plus jalousement gardés de la puissance britannique. »



Pour plus d'informations


Thursday, May 22 2014

Alexandre Kazantsev - Le messager du cosmos Le martien




Alexandre Kazantsev - Le messager du cosmos Le martien

Récit d'anticipation soviétique
Le météorite de Toungouska serait un vaisseau cosmique martien ?


Kazantsev_Alexandre.jpgAlexandre Kazantsev (1906 - 2002)
Auteur de romans d'aventures et d'anticipation scientifique, dont :
l'Ile en flammes, la Jetée Séverny, le Pont arctique.
Les récits le Messager du Cosmos et le Martien faisant partie du présent recueil, occupent une place à part dans l’œuvre de Kazantsev.
L'hypothèse avancée par Kazantsev dès 1940 comme quoi le météorite des Tongouses serait un vaisseau cosmique martien, avait suscité à l'époque de nombreuses discussions qui ne sont pas encore apaisées.

Frappé par les images qu'il a vu des explosions d'Hiroshima et de Nagazaki, il en vient a penser que la chose qui est tombé en pleine toundra de l'extrême-orient sibérien pourrait bien en fait être une explosion atomique ayant eu lieu plus haut dans l'atmosphère. Et comme à l'époque il n'existait pas de bombe atomique sur terre, l'engin était nécessairement d'origine extraterrestre.
Il écrira sur ce sujet deux nouvelles qui se font suite, qui seront publiées en français dans l'anthologie Le Messager du cosmos, due aux Editions en Langues étrangères de Moscou.



OVNI sur Balder Ex-Libris


Tuesday, May 20 2014

Jorian Jenks - The land and the people

Jenks_Jorian_The_land_and_the_people.jpg


Jorian Jenks - The land and the people
The British Union Policy for Agriculture



FOR at least sixty years Britain's agriculture has been going downhill. Since 1870, when the flood of imports first assumed formidable dimensions, we have lost no less than 6 million acres of ploughland, including 4 million acres of cereals. By no means the whole of this land has been converted into useful pasture, nor can increments in live-stock be said to compensate for the loss. Our sheep are actually fewer by 3 millions, and increases in cattle, pigs and poultry are more than offset by heavy imports of feedingstuffs.

This tragic decline is not due to natural causes. Our land and our climate are still among the best in the world ; our agriculturists of all classes rank equally high ; and we can yet show some excellent examples of intensive farming. The blight which hangs over the countryside is the blight of persistent and deliberate neglect on the part of those responsible for our economic policy. No nation has a greater need of a productive agriculture ; no nation has made less effort to achieve it.

The excuses advanced for this deplorable attitude are palpaple distortions of fact. Thus there is the glib statement that "we cannot feed ourselves," though no serious effort has yet been made to develop the full productivity of our soil, which expert opinion puts at fully double its present output. Again, it is said that people "cannot afford" to pay a fair price for their food, as if the poverty of consumers were the responsibility of producers. Actually the"cheap food" talk comes from vote hunting politicians rather than from the general public. And finally there is the extraordinary assumption that we can live only by selling manufactured goods to the rest of the world in exchange for its surplus foodstuffs, a dangerous assumption indeed at a time when there is a world-wide trend towards self-sufficiency.

The plain truth underlying these specious excuses is that money invested in foreign-trade and international finance exercises a dominating influence over politics. Those who would benefit from a regeneration of our agriculture far outnumber those who derive profit from the international money-system. But because the latter have financial power, and therefore political influence, their interests are given priority. To such depths has " democracy " fallen. Agriculture has been sacrificed ; not because " farming doesn't pay," but because its activities might interfere with the flow of tribute to Mammon.


THE COST OF NEGLECT
Economic decay cannot be localised. The decline of agriculture has affected, not only agriculturists, but the whole community. A "cheap food" policy is in fact a delusion.

(1) For several generations there has been a steady migration of farmers and farm workers from the land to the towns. Since 1921 England and Wales alone have lost nearly a quarter of a million farm employees, and the rate of decline is tending to increase. Since these migrants are forced to compete with urban and industrial workers, the effect on wage-levels and unemployment is obvious.

(2) In the towns themselves malnutrition exists to a degree which amounts to a public scandal in an allegedly prosperous community. Politicians boast that none need starve, but ignore the fact that much of the stale, preserved imported food on which many of our people are forced to exist is little more than " fill-belly." An urban population, living as it does in unnatural surroundings, needs above all else an abundance of fresh, wholesome food to enable it to resist disease and attain full physical development. This it is denied by neglect of agriculture. The divorce from the soil is complete.

(3) The foreign trade on which our economic system is supposed to be based is crumbling away, leaving us the grim legacy of the Distressed Areas. Despite desparate efforts on the part of politicians and bankers, it can never be adequately restored, for the good reason that most of our former customers are now making for themselves the goods which they formerly bought from us. Even in the few markets which remain, the British worker is coming increasingly into competition with cheap Asiatic labour, competition which has been made possible by the export of British machinery and capital. Meanwhile, we have an ever-growing bill for imports, a bill which will become more and more difficult to meet.

(4) Instead of replacing our lost export trade with genuine domestic trade, we have acquired the habit of depending upon a series of " booms." These are artificially engineered by the financial machine as a source of profit to itself and as an outlet for its accumulated funds. They are but temporary and demoralising stimulants, which cannot be an adequate substitute for natural trade between town and country.

(5) We have become the most vulnerable nation in the world, both in the economic and military senses. In periods of abundance our producers are ruined by dumped imports ; in periods of scarcity, our consumers are held to ransom by speculators. A short world harvest, or a financial collapse, can bring us to the brink of starvation ; war with a major Power would soon push us over the edge. No Navy or Air-force, no matter how efficient and well-armed, can guarantee our food-supply so long as two-thirds of it must run the hazards of the seven seas and subsequently enter by a few bottle-neck ports. A government which undertakes the task of national defence without expanding home food-production is guilty of criminal neglect.

Is this then to be the fate of Britain, the Britain of Elizabeth and Victoria, of Drake and Nelson ? To degenerate slowly into a community of town-bred, under-nourished weaklings, a parasite nation dependent for its very existence upon the charity of international financiers, upon the goodwill and forbearance of other and more virile countries ? Or shall we realise in time that there is a way, Mosley's way, in which we can recover national health, security and independence, in short our true nationhood ?

...


Fascism on Balder Ex-Libris


Our_Flag_Is_Going_Forward_Too.jpg

Monday, May 19 2014

Blanche Merz - Haut lieux cosmo-telluriques en Suisse

Blanche_Merz_Haut_lieux_cosmo-telluriques_en_Suisse.jpg


Blanche Merz - Haut lieux cosmo-telluriques en Suisse


Les hauts lieux cosma-telluriques sont des zones dotées d'une puissante énergie naturelle. De tout temps, l'être humain a mis à profit cette énergie, que l'on peut ressentir mais aussi mesurer. Au cours de l'histoire, temples, églises et couvents ont été érigés en ces endroits. On peut également trouver de tels lieux de pouvoir en pleine nature, à proximité de cascades ou de vieux arbres, par exemple.
L'auteur, géobiologue mondialement connue, présente au lecteur plus de cent hauts lieux hors du commun, situés dans tous les cantons suisses. Elle les décrit d'après leur position géographique, culturelle et cultuelle. Les promeneurs en recherche sont invités à expérimenter par eux-mêmes les énergies subtiles qui en émanent.

Blanche_Merz.jpgIngénieur du bâtiment à Lausanne pendant 25 ans, conseillère au Grand Conseil du canton de Vaud durant deux législatures, Blanche Merz a fondé l'Institut de recherches en géobiologie au Château de Chardonne. Chargée d'enseignement dans plusieurs Instituts de recherches à l'étranger, elle a contribué à faire connaÎtre la géobiologie dans le monde entier. Elle s'est donné pour mission d'établir une passerelle entre la physique et la métaphysique. Elle est l'auteur de plusieurs livres, traduits en plusieurs langues, dont "Hauts-lieux cosma-telluriques - Energies subtiles méconnues", réédité à plusieurs reprises, et de "L'âme du lieu- Les Génies de la Nature, un monde parallèle", tous deux parus chez Georg Editeur.

Ce livre Hauts lieux cosma-telluriques en Suisse, paru en allemand sous le titre Orte des Kraft in der Schweiz est un best-seller.

Thursday, May 15 2014

Emmanuel Ratier - Le vrai visage de Manuel Valls

Emmanuel_Ratier_Le_vrai_visage_de_Manuel_Valls.jpg


Emmanuel Ratier - Le vrai visage de Manuel Valls


En moins de trois ans, Manuel Valls est passé de l’anonymat (5,6 % lors de primaire socialiste de 2011) à Matignon. L’histoire de Manuel Valls est une espèce de bluff très largement reconstruit :
Issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d’une famille suisse enrichie dans le trafic de l’or par sa mère, ce fils d’un célèbre peintre catalan nullement anti-franquiste a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l’île Saint-Louis. Ce qui lui a permis de fréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu’il n’était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret, appelé « pacte de Tolbiac », avec deux camarades au très brillant avenir : Stéphane Fouks, aujourd’hui pape des communicants socialistes et responsable du Conseil représentatif des institutions juives de France, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France et ponte de la sécurité urbaine. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes avec lesquels il est demeuré étroitement lié.
Le nouveau Premier ministre…
… est aussi l’incarnation même du nouveau Parti socialiste tel que défini par son think tank Terra Nova :
un pur apparatchik rompu aux jeux d’appareil, à la fois « boboïsé », social-démocrate modéré en apparence mais surtout haineux vis-à-vis de ses adversaires politiques, prêt à toutes les compromissions avec les milieux sarközystes recentrés, libéral rallié au mondialisme, à l’européisme, au métissage et au multiculturalisme. Ce que d’aucuns pourraient appeler l’« after-socialisme » ou socialisme « à l’eau de rose ». Il est bien évidemment membre du club d’influence Le Siècle, mais aussi du groupe mondialiste de Bilderberg. Semblable aux néo-cons américains, en général venus de l’extrême gauche, il est également un soutien fanatique d’Israël, pays avec lequel il s’est déclaré « éternellement lié ». C’est cet individu qui se voit évidemment trôner en 2017 ou 2024 à la présidence de la République.

Table des matières :
Introduction - Manuel Valls par lui-même et par les autres - L’entourage familial de Manuel Valls - Issu de la grande bourgeoisie conservatrice catholique catalane - Un père nullement « réfugié anti-franquiste » - Une famille maternelle enrichie par l’exploitation de l’or colonial - La misère : grandir dans une maison du Marais, face à l’île Saint-Louis - Une seconde femme très ambitieuse - Un pur apparatchik de la politique - Le « pacte de Tolbiac » - Marginaliser le PCF et les gauchistes avec l’alliance socialistes-lambertistes - Initié franc-maçon très jeune - De Rocard à Hollande en passant par Jospin - Membre des cénacles mondialistes - Évry, ou la « petite république vallsienne » - Manuel Valls, Israël et la communauté juive - Manuel Valls, ministre de l’Intérieur - Place Beauvau - Son équipe rapprochée - Une action catastrophique - La répression de La Manif pour tous - La haine des nationaux - Alain Soral et Dieudonné, ennemis publics numéros 1.



Plus d'ouvrages sur Histoire Ebook


Ouvrages d'Emmanuel Ratier au format PDF :

Les guerriers d'Israël
Mystères et secret du B’naï B’rith - Extrait Freud
Mystères et secrets du B'naï B'rith


Wednesday, May 14 2014

Royal Rife - Rife Frequecy




Royal Raymond Rife (né le 16 mai 1888, à Elkhorn, Nebraska (États-Unis) - mort le 5 août 1971) est un chercheur qui a découvert un traitement radio-électrique capable de tuer les bactéries et les virus responsables de cancer.

Grâce à des phénomènes de résonance et avec des appareils électriques générant certaines fréquences, Rife a découvert un nouveau moyen de traitement de certaines maladies dont la tuberculose, puis dès 1922 le cancer.
Certains parlent de « Royal Rife Frequency » pour décrire ces fréquences, et lui parlait de M.O.R. (« Mortel oscillatory rate ») pour décrire la fréquence à laquelle une bactérie ou un microbe explose quand il y est soumis (ex : 1 150 Hz pour une paramécie).
Aujourd'hui, différentes firmes utilisent son nom pour commercialiser des dispositifs thérapeutiques fondés sur ses travaux.


The Rife machine report
Tigchelaar Michael - Rife technology Frequencies, research and conclusions
The Rife frequency book
Rife frequency table master list
Kendall Arthur Isaac - Rife Royal Raymond - Observations on bacillus typhosus in its filterable state
Rife Royal Raymond - History of the development of a successful treatment for cancer and other virus, bacteria and fungi
Giant Rife frequency list
Experimental frequencies 12-10-05
Garff Jeff - A history of Rife's instruments and frequencies
Cross reference list of Rife frequencies
Bare James E. - Understanding our frequencies through harmonic associations





Rife_Frequecy.jpgL'histoire de Royal Rife est d'autant plus vraie qu'incroyable, pourtant on trouvera toujours des incrédules pour prétendre ou nier tout cela.
L'inventeur de génie qu'est Royal Raymond Rife n'est pas un autre Nicolas Tesla ... cette fois-ci une partie de ses découvertes ressort des oubliettes du temps.. où les juifs avaient tenté de l'y maintenir depuis ... 1920!!!! elle ne peut PLUS être enfouie à jamais.
En 1934 Rife avait Trouvé (avec un Grand T) comment guérir le Cancer, ni plus ni moins… Il maîtrisera pour son époque une multitude de disciplines scientifiques, ce qui lui permettra de construire les pièces des instruments nécessaires pour l'avancement de ses propres recherches jusqu'en 1943.
Rife est né le 16 mai 1888 à Elkhorn dans le Nebraska et mourra à 83 ans le 5 Août 1971 au Grossmont Hospital probablement assassiné après avoir fuit à Tijuana au Mexique.
Dès 1920 Rife est le premier chercheur jamais reconnu, à avoir identifié et photographié le virus de la tuberculose.
A partir de 1920 tout s'accélère; après de nombreuses inventions (principalement en optique), il invente un microscope prismatique nommé le microscope universel après plusieurs modèles , ainsi il observera des bactéries et des virus VIVANTS; avec un agrandissement maximum pour le microscope n°3 (Los Angeles Times du matin 27nov.1931pg8) de 1/60.000 avec une résolution de 31.000 lui permettant cette observation du vivant en avance considérable sur son temps, ce qui n'est pas la caractéristique de résolution des microscopes électroniques qui apparaîtront bien plus tard.
Suite à ses expérimentations, il s'aperçoit dés 1915 que les virus ont une fréquence de réfraction à différents spectres lumineux; cette découverte est fondamentale, chaque virus à sa propre fréquence de résonance, Rife tuera alors sous son microscope ces virus vivants qu’il nomme BX et BY (1932) et responsables formellement du cancer selon lui et qui proviennent de bactéries; ce qui ne dénie pas non plus la prolifération cellulaire constatée lors d’un cancer par exemple et qui sera le cheval de bataille de Gaston Naessens plus tard en 1956; tout ceci pouvant s'intégrer à la théorie de Ryke Hamer sur le déclenchement du cancer.
Non loin de s'arrêter là; Royal Rife (avec l'aide incontournable de Phillip Hoyland) fabriquera la machine tueuse de cancer avec un tube à plasma (1929-1943)(sous les spécifications du Docteur Gruner) à décharges (à l'Hélium) utilisant des ondes radio AM (modulation d'amplitudes) en carré après plusieurs niveaux d'amplification pour "casser" les VIRUS de la même manière qu'un verre peut être brisé par un accord en résonance ou même un pont s'écroulant par la marche cadencée d'une troupe. (Ce phénomène est bien connu).
A partir de 1947, rife travaillera avec Verne Thomson un expert en électronique de la police de San Diego et s'écartera de la voie trouvé par Hoyland; l'appareil de 1947 (de Hoyland) attribué à Rife retrouvé par James Bare n'est plus une machine Hoyland, cet appareil construit par Hoyland pour le Dr. Yale, fut modifié par Thomson alors qu'il fonctionnait (contre le cancer) avant la modification, car Rife ne comprenait plus les modifications primordiales de Hoyland (pour guérir le Cancer et non tuer uniquement un ou plusieurs virus sous microscope) pour guérir le Cancer, il semble bien que la voie des multiples harmoniques n'a pas été comprise par Rife.
Les ondes émises par ce type de tube à plasma a la possibilité de détruire aussi des rickettsioses, protozoa, Streptocoque , herpes, Carcinoma, thyphoide, Tetanos, Cancer de source BX et BY et autres fungi. De plus l'appareil Rife-Hoyland a réussi à "casser" des virus de maladies bien différentes et qui ne trouvent pas de solutions aujourd'hui !
Après avoir isolé les virus cancéreux BX par filtration dans un environnement gaz rares, Rife re-créa le cancer chez des rats sains, et cela sur un nombre suffisant de cas en répétant 411 fois l'expérience, ce qui démontrait bien l'hypothèse de causalité virale à la source du cancer !
Un film de 1934 existe et montre la destruction de virus par les ondes émises par le plasma de son appareil, ainsi que les photos du tube originale.
En 1949, le Dr Couche confirmera avec le Dr Hett et Gruner qui suivent ses travaux et utilisent la machine : Le cancer est contrairement aux idées reçues, transmissible et contagieux, mais de faible virulence.
L'histoire de Royal Raymond Rife (Comme pour Antoine Priore) est stupéfiante; il subsiste un rapport sur son microscope au Smithsonian Muséum. Sa machine à "casser" du virus semble avoir été largement décryptée, (ce qui n'est pas le cas de la machine Hoyland), malgré le raid et la destruction du centre de recherche de la Timken Roller Bearing co qui finance Rife et étaient les bénéficiaires de ses recherches; des notes et le laboratoire de Rife ont été perdus et détruits et brulées dans les années 1950. Les pressions politiques se sont exercées sur les scientifiques utilisant la machine RIFE, et malgré un Black-out organisé de la grande presse (dans les mains des Rockfeller), les plans de la machine d'après 1943 à tubes plasma désormais reconstituée, sont disponibles en partie (pour la Machine originale) ou par James E. Bares D.C. et d'autres personnes liés de prêt ou de loin à Raymond Rife.
Les média et la TV nous baratine à épisodes réguliers et bien orchestrés pour une lutte contre le cancer afin de rechercher des solutions pharmaceutiques, mais surtout des DONS d’un généreux public ignare de l’histoire médicale; se sont ces mêmes juifs qui sollicitent leur dons, certains dépensent des millions de $ et œuvrent en coulisse à tous les niveaux décisionnaires et médicales pour que "La Solution" de Royal Raymond Rife ou Gaston Naessens ou Antoine Priore ainsi que les possibilités des microscopes à fréquences lumineuses soit toujours et reste largement inconnue.
Il a fallu à Rife un long chemin d'expérimentations de 40 ans (dans l’isolement, les financements se faisant rares après l’assassinat de Milbank Johnson et la destruction du laboratoire de Rife) avant l’arrivé de l’électronique de puissance, pour trouver une à une les fréquences de résonances pouvant briser 19 virus différents dont la syphilis, la poliomyélite, son virus BX, BY etc... Hélas pour guérir le cancer, il faut plus que tuer des virus sous un microscope, et Hoyland l'avait trouvé.
Ainsi Rife arrivera avec succès à arrêter les cancers de tous les 16 patients en phase terminale auxquels il s'attaque avec Milbank Johnson (avec 100% de réussite) entre 1934 et 1937; grace à Hoyland, mais plus après 1939-43.
Mais les espoirs de cette nouvelle voie seront étouffés par des méthodes kagébistes, car si cette thérapeutique électronique est un bond en avant, elle serait un recule sévère pour le chiffre d’affaire des fabricants de produits chimiques anti-cancéreux et tout le giron de ce jack-pot médicamenteux.
L'invention de Rife dérange énormément, son "aide de camps" après 1943 John Crane sera condamné en 1961 à 10 ans de prison, sans aucun motif de preuve, il en ressortira après trois ans, son innocence reconnue. La liste des questions dans le cadre du procès contre John Crane et soumises à Rife réfugié au Mexique sont révélatrices des intentions des autorités de l’époque de remonter à la source pour tout étouffer, mais pour le compte de qui ?
Milbank Johnson son chef de projets membre de la loge maçonnique Alhambra sous le n°322 et plus tard de la loge Perfection (32ème degré), meurt le 3 octobre 1944, après avoir été empoisonné (Empoisonnement révélé bien plus tard par exhumation), juste avant la conférence de presse où il s’apprête à diffuser les résultats de guérisons TOTALES des 16 patients en phase terminale du cancer qu’ils ont traités. C’est l'infâme Morris Fishbein le président de l’Association Médicale Américaine qui tentera de racheter à Rife son invention, et sera à la source du conflit Rife Hoyland; Rife refuse de vendre à Fishbein car il veux la commercialiser lui-même. Le Docteur Nemens qui a fait des copies de sauvegarde d’une partie des travaux de Rife à quelques kilomètres de son laboratoire est tué chez lui dans un mystérieux incendie. Alors les autres chercheurs amis pourtant de Rife dont l'éminence grise qu'est le DR. Kendall finiront par le renier et prendre une retraite avancée; après monnaie sonnante et trébuchante... 200.000$ de l’époque ! L'AMA de Morris Fishbein saisira et détruira l'une des quatre machines (construite par Hoyland pour Rife) en circulation et en possession du Docteur Hamer, la machine du Docteur Couche soignera deux des seize patients en 1934, le Docteur Gruner n'osera plus utiliser sa machine au Canada de peur du milieu médical et elle se retrouvera chez un marchant en électronique; la machine du Docteur Yale reviendra chez Rife, et seule la machine du docteur Couche soignera avec succès de nombreux patients atteinds de Cancer pendant 22 ans.

Royal Raymond Rife meurt au Grossmont Hospital après avoir reçu « accidentellement, ou probablement volontairement » une dose de Valium, le 11 Août 1971.
Hoyland finira fermier après sa dispute avec Rife et est probablement mort en 1967.
Après la déclaration de Nixon en décembre 1971, les juifs lanceront à coups de milliards la recherche avec un petit "r", contre le cancer, mais une recherche qui les arrange bien, une recherche sans fin qui continue aujourd'hui... probablement appuyé en secret par l'EIS « Epidemiology Intelligence Service » Fondée en 1951 par Alexander Langmuir et branche du CDC « Centers for Disease Control » anciennement « Communicable Disease Center » lui même émanation du "The Rockefeller Syndicate".
Alors oui, faites vos dons... à Jacques Crozemarie and Co… par exemple...
Une recherche sur un inconnu du nom de Rife, ne serait-elle pas profitable ?


Le microscope universel portant le n°3 (composé de 5682 pièces !) de Rife à Prismes de Risley (recherches financé par le milliardaire Henry Timken, dont Rife était le chauffeur) semble avoir été escamoté à jamais, une version plus simple le n°5 « fabriqué pour le Docteur Gonin » se trouve en sécurité dans un musée à accès contrôlés à Londres, peut-être un autre dans la nature qui ressortira sans doute un jour, comme ressort aujourd'hui ses correspondances ainsi que la presse de l'époque témoignage du passé. Le microscope de Gaston Naessen lui existe toujours; Gary Wade semble avoir trouvé les éléments et observations nécessaires à la re-fabrication du microscope Universel de Rife et passer outre la limite de diffraction de Fraunhofer.
Un individu suspect envoyé des Etats-Unis à Londres a tenté de détruire le microscope modèle n°5 de Bertram Gonin.

D’après Gary Wade, c’est le U.S.C. Medical School Special Medical Research Committee qui détruira les résultats probants à 100%, des traitements sur malades du cancer obtenus par Rife et Johnson en 1934,1936,1937 (à qui profite le crime !).
Il semble bien que la clé du secret de Rife et Hoyland pour la destruction du virus Carcinoma ou « cancer » est l’utilisation en carré des deux fréquences radio AM l’une stable, l’autre variable, suivantes :
11.780.000 cycles et 17.045.555 cycles (Rife-Hoyland, 20 novembre 1932) pour donner un total de 28.825.455 cycles ! le tout envoyé vers l’INDISPENSABLE tube à Plasma après plusieurs niveaux d’amplifications et variation de tension ( beaucoup auront tourné autour du pot ! ). Ces deux fréquences en génèrent une troisième implicite ?
Le plus étrange, et toujours inexplicable, l'effet positif de l'onde formé par le plasma de la lampe à décharge de Rife, passe à travers une cage de Faraday, à travers le métal! (sauf le plomb), le béton et agirait donc dans l’ordre du lumineux !

John Crane est mort le 5 Juin 1995 au Vétérans Hospital in LaJoya en Californie il habitait: 4246 Pepper Drive, San Diego, CA 921O5 - USA.
On doit à John Crane des documents très probablement écrits par lui mais signés par Rife et on doit à Hoyland les modifications fondamentales perdues qui ont fait de machine de Rife sa miniaturisation et sa victoire contre le cancer en 1937.
SANS John Crane, ni Ron G. Rockwell (toujours vivant), ni John Marsh (lourdement persécuté), ni Phillip Hoyland et Barry Lynes pour son livre, cette aventure ne serait probablement pas parvenue à la connaissance du public.

Royal_R_Frequecy.jpgD’après Robert Cathey l’un de ses derniers mots fut :

Nous pouvons accomplir tellement de choses, si nous travaillons tous ensemble. Il est certain que Rife et John Crane seraient émerveillés de voir combien leur travail voit fleurir tant de chercheurs indépendants pour que ne soit pas perdu ce chaînon de l’histoire.


D’après les sources de Robert Cathey, le BX virus fut observé sous l’angle de 12 DEG 3/16 d’angle de réfraction du microscope universel, le virus du cancer BX ne résisterait pas à 42 degrés Celsius pendant 24h ; mais résiste au Rayon X, Ultra-violet et infra-rouge !

Sunday, May 11 2014

Helen Smith - Men on strike





Helen Smith - Men on strike
Why men are boycotting marriage, Fatherhood, and the American dream
— and why it matters



Helen_Smith_psychologist.jpgAmerican society has become anti-male. Men are sensing the backlash and are consciously and unconsciously going “on strike.” They are dropping out of college, leaving the workforce and avoiding marriage and fatherhood at alarming rates. The trend is so pronounced that a number of books have been written about this “man-child” phenomenon, concluding that men have taken a vacation from responsibility simply because they can.

But why should men participate in a system that seems to be increasingly stacked against them ?

As Men on Strike demonstrates, men aren’t dropping out because they are stuck in arrested development. They are instead acting rationally in response to the lack of incentives society offers them to be responsible fathers, husbands and providers. In addition, men are going on strike, either consciously or unconsciously, because they do not want to be injured by the myriad of laws, attitudes and hostility against them for the crime of happening to be male in the twenty-first century. Men are starting to fight back against the backlash. Men on Strike explains their battle cry.



Interview of Helen Smith PhD :
Men Are 'On Strike' Throughout The U.S. : What Are The Causes?

Saturday, May 10 2014

Charles Lucieto - Un drame au quartier général du Kaiser N° 11




Les coulisses de l’espionnage international

Les merveilleux exploits de James Nobody
Charles Lucieto - Un drame au quartier général du Kaiser N° 11


Une singulière épidémie...

En bas, par trois fois, un gong sonna...
Sourd et grave, son appel se répercuta du haut en bas de l’immense édifice à travers les appartements, les bureaux, les salles de service et le hall qu’encombraient plantons et cyclistes et parvint enfin jusqu’au colonel comte von Opner, lequel occupait, auprès de Sa Majesté l’Empereur et Roi, les hautes fonctions de chef du Service des Renseignements ; ce service que les agents secrets britanniques avaient baptisé le : K. P. T. S. ... Von Opner qui, plongé dans l’étude d’un volumineux dossier bourré de documents, de plans, de cartes et de photographies, s’efforçait d’en extraire les éléments d’un rapport que, tout à l’heure, il soumettrait à son Auguste maître, jeta sa plume d’un air las, contempla son ouvrage et, tout en hochant tristement la tête, murmura :
« Décidément ! Plus j’étudie cette affaire, moins je la comprends. Et, si je ne savais la chose impossible, je serais tenté de croire que cet être infernal possède à la fois le don d’ubiquité et le don de double vue... « Je veux que le diable m’emporte si j’ai la moindre idée du procédé qu’il emploie pour s’introduire ici, au nez et à la barbe de mes meilleurs agents, y glaner les renseignements qu’il convoite, et semer parmi nous l’épouvante et la mort !
« Ah ! Il est terriblement fort le bougre ! Et je donnerais gros à qui s’emparerait de lui !
« Mais, autant vaudrait essayer de saisir le fluide...
« Gustav Reichsler, qui est bien le plus habile et le mieux doué de mes agents, m’affirme qu’il ne saurait s’agir que de James Nobody...
« Comment cela pourrait-il être, alors que de Berlin on me signale sa présence là-bas et que Ludendorff m’affirme qu’il ne saurait imputer à d’autres que lui, la disparition du dossier contenant son « Plan directeur » ?



Pour plus d'informations


Friday, May 9 2014

Norberto Ceresole




Norberto Ceresole
La conquista del imperio Americano El poder judío en Occidente y en Oriente - 1998

La falsificación de la realidad La Argentina en el espacio geopolítico del terrorismo judío - 1998


Norberto Rafael Ceresole (Buenos Aires, 25 août 1943 – 4 mai 2003) fut un sociologue et politologue argentin.
Il s’est illustré comme l’un des auteurs révisionnistes latino-américains les plus prolifiques. Affichant une proximité idéologique forte avec Robert Faurisson (dont il se déclarait volontiers l’élève et qu’il citait abondamment dans ses écrits) ou Roger Garaudy (qui préfaça l’un de ses livres), Norberto Ceresole se réclamait d’un péronisme autoritaire et « post-démocratique » reposant sur le triptyque « caudillo-armée-peuple ».
Il appartenait à une mouvance politique clairement identifiable comme étant celle du nationalisme révolutionnaire. Ses écrits, où se mêlent culte du chef, dénonciation de la démocratie libérale, antisionisme radical et révisionnisme, lui ont valu d’être reconnu comme un fasciste et antisémite de notoriété internationale. Ils ont exercé une influence significative sur de nombreux cadres militaires latino-américains.


Révisionnisme sur Histoire Ebook - PDF


Thursday, May 8 2014

Les Maitres de la monnaie - VOSTFR

Les Maitres de la monnaie - VOSTFR
The Money Masters


La démoniaque famille Rothschild et son "œuvre" satanique sur la planète Terre depuis 1815.


Documentaire historique non-fictif de 3h30 qui retrace les origines de la structure du pouvoir qui régit les nations du monde d’aujourd’hui. Les Maîtres de la monnaie revient aux sources de l’actuelle crise mondiale. Un discours sur la monnaie, la dette publique et l’étalon or.
Se pose aussi le problème de la tolérance à l’inflation, la question de savoir qui a le droit d’émettre la monnaie, pour le compte de qui, et du prix pour lequel ce "service public" est rendu…



Pour plus d'informations
The Secret of Oz

Herbert Backe - La fin du libéralisme
Economie sur Histroire Ebook


Wednesday, May 7 2014

Zecharia Sitchin - Le livre perdu du dieu Enki




Zecharia Sitchin - Le livre perdu du dieu Enki
Mémoires et prophéties d'un dieu extraterrestre


Les Chroniques terriennes, série à succès de Zecharia Sitchin, nous a dévoilé la version de l’humanité concernant notre création par les anunnaki, « ceux qui des cieux sont venus sur la terre », telle qu’elle fut rapportée sur d’anciennes tablettes d’argile et autres objets sumériens.
Dans Le Livre perdu du dieu Enki, nous découvrons cette saga sous un angle différent à travers le récit autobiographique très élaboré du seigneur Enki, un dieu anunnaki, qui relate l’arrivée sur Terre de ces extra-terrestres depuis Nibiru, la 12e planète. Le but de leur colonisation : l’or qui permettrait de régénérer l’atmosphère mourante de leur planète d’origine. La découverte de ce métal précieux se solde par la création de l’Homo sapiens (l’espèce humaine) par les anunnaki pour extraire cette importante ressource.
Dans ses précédents travaux, Sitchin a rédigé l’histoire complète de l’impact des anunnaki sur la civilisation humaine en temps de paix comme en temps de guerre à partir de fragments dispersés dans des sources sumériennes, akkadiennes, babyloniennes, assyriennes, hittites, égyptiennes, canaanites et israélites : les «mythes» de tous les peuples de l’antiquité dans le Vieux Monde comme dans le Nouveau.

Cependant, ces comptes rendus ne nous livraient pas la perspective des anunnaki. Comment était la vie sur leur planète ? Quels motifs les ont poussés à s’établir sur Terre, et qu’est-ce qui les a éloignés de leur terre d’adoption ?

Convaincu de l’existence d’un livre désormais perdu qui serait à l’origine d’anciens textes sumériens détenant les réponses à ces questions, l’auteur commença sa quête de preuves. À travers l’étude approfondie de sources de première main, il a reformulé les récits dans cet ouvrage pour en faire les mémoires d’Enki, le meneur de ces premiers « astronautes ».



Introduction

Il y a près de 445 000 ans, des astronautes venus d’une autre planète sont arrivés sur Terre à la recherche d’or.
S’écrasant dans l’une des mers de la Terre, ils regagnèrent la rive à pied et fondèrent Eridu, la « Maison construite au lointain ». Le camp initial se développa rapidement pour devenir une véritable Mission Terre, avec un centre de contrôle, un Spatioport, des exploitations minières et jusqu’à une station étape sur Mars.
Confrontés à un manque de main-d’oeuvre, les astronautes eurent recours à des manipulations génétiques pour créer des Travailleurs Primitifs: l’Homo sapiens. Le déluge avait balayé la surface de la Terre, il leur fallait prendre un nouveau départ. Les astronautes devinrent des dieux, apportant à l’Humanité la civilisation, leur apprenant à prier.
Puis, il y a environ quatre mille ans, tous ces progrès furent engloutis dans une catastrophe nucléaire provoquée par les rivalités et les guerres entre les visiteurs.
Ce qui s’est produit sur Terre, et en particulier les événements qui ont suivi l’apparition de l’être humain, a été relaté par Zecharia Sitchin dans la série des Chroniques de la Terre. L’auteur s’appuie sur la Bible, les tablettes d’argiles, les mythes anciens et les découvertes archéologiques. Mais ce qui a précédé les événements qui se sont déroulés sur Terre, ce qui s’est déroulé sur Nibiru, la planète des astronautes, et a motivé leur voyage interstellaire, le besoin d’or, la création de l’homme ?
Quelles émotions, rivalités, croyances, moralité (ou manque de moralité) ont motivé les principaux acteurs de cette saga céleste et spatiale? Quelles relations ont généré des tensions grandissantes sur Nibiru et sur Terre? Quelles tensions sont apparues entre anciens et plus jeunes, entre ceux qui sont venus de Nibiru et ceux qui sont nés sur Terre? Et dans quelle mesure ce qui s’est produit était écrit par la Destinée, un destin dont le passé renferme les clés du futur ?
Ne serait-il pas prometteur que l’un des principaux acteurs, un témoin visuel capable de faire la différence entre le Sort et le Destin, ait écrit pour la postérité le Comment du Pourquoi et le Où du Quand, les Débuts et peut-être la Fin ?
C’est précisément ce que certains d’entre eux ont fait, à commencer par le meneur du premier groupe d’astronautes lui-même.
Spécialistes et théologiens admettent maintenant que les récits bibliques de la Création, d’Adam et Ève, du Déluge et de la Tour de Babel se sont inspirés de textes écrits des milliers d’années plus tôt en Mésopotamie, en particulier par les Sumériens. Ces écrits affirmaient à leur tour tirer leur connaissance d’événements passés (dont certains avaient eu lieu avant l’apparition de la civilisation) et des écrits des Anunnakis (« Ceux qui des cieux vinrent sur Terre »): les « dieux » de l’Antiquité. Un siècle et demi de découvertes archéologiques dans les ruines des civilisations de l’Antiquité a permis de mettre au jour un grand nombre de ces textes, en particulier au Proche-Orient. Les découvertes ont également permis de mesurer l’étendue des textes manquants (les « écrits perdus »), qu’ils soient cités ou suggérés dans les textes trouvés, ou que leur existence passée ait été cataloguée dans les bibliothèques royales ou sacrées.
Les « secrets des dieux » étaient parfois révélés en partie dans les épopées. C’est le cas de l’Épopée de Gilgamesh, qui révèle le débat entre les dieux ayant mené à la décision de laisser périr l’Humanité dans le déluge, ou d’un texte intitulé Atra Hasis, qui relate comment la mutinerie des Anunnakis qui peinaient dans les mines mena à la création des travailleurs primitifs, c’est-à-dire les Terriens. De temps à autre, les meneurs des astronautes eux-mêmes rédigèrent des textes, les dictant parfois à un scribe élu. C’est le cas du texte connu sous le nom d’Erra Epos, dans lequel l’un des deux dieux à l’origine de la catastrophe nucléaire essaie de rejeter la responsabilité sur son adversaire. Parfois, c’est le dieu lui-même qui tient le stylet, comme dans le Livre des secrets de Thot (dieu égyptien de la sagesse), que le dieu a rédigé dans le secret d’une chambre souterraine.
Lorsque le seigneur-dieu Yahvé, selon la Bible, offre les Dix Commandements à Son peuple élu, Il grave de Sa propre main deux tablettes de pierre qu’Il confie à Moïse sur le mont Sinaï. Moïse détruit le premier jeu de tablettes en réaction à l’incident du veau d’or, puis grave lui-même de nouvelles tablettes recto verso pour les remplacer. Il passe quarante jours et de quarante nuits sur le mont Sinaï à graver les mots du Seigneur.
Sans un récit sur le Livre des secrets de Thot, écrit sur un papyrus datant du règne du roi égyptien Khufu (Chéops), l’existence de ce livre serait restée inconnue. Sans les récits bibliques de l’Exode et du Deutéronome, nous n’aurions jamais entendu parler des tablettes divines et de leur contenu. Tout cela aurait été relégué au rang des énigmatiques « écrits perdus » dont l’existence même ne nous aurait jamais été connue. Il arrive que nous sachions que certains textes ont existé sans pour autant connaître leur contenu, ce qui n’est pas moins frustrant. C’est le cas du Livre des guerres de Yahvé et du Livre de Jasher (« Livre de la justice »), qui sont spécifiquement mentionnés dans la Bible.
L’existence de deux livres anciens (textes antérieurs connus du narrateur biblique) peut être déduite dans au moins deux cas. Le chapitre cinq de la Genèse commence par l’affirmation suivante: « Voici le livret du Toledoth d’Adam. » Le terme Toledoth est en général traduit par « descendance », mais pour être plus précis, il signifie en réalité « compte rendu historique ou généalogique ». L’autre cas est celui du chapitre six de la Genèse, lorsque le récit concernant Noé et le Déluge commence par les mots « Voici le Toledoth de Noé ». Il s’avère que des fragments d’un ouvrage connu sous le nom de Livre d’Adam et Ève ont traversé les millénaires sous leur version arménienne, slavonique, syriaque ou éthiopique. Le Livre d’Enoch (l’un des apocryphes qui n’ont pas été inclus dans la Bible canonisée) contient des passages qui, selon les chercheurs, seraient des fragments tirés d’un Livre de Noé bien plus ancien.
L’exemple de la célèbre bibliothèque d’Alexandrie, en Égypte, est souvent cité pour illustrer l’ampleur des livres perdus. Fondée par le général Ptolémée après la mort d’Alexandre en 323 av. J.- C., elle est réputée avoir contenu plus de cinq cent mille « volumes » écrits sur toutes sortes de supports (argile, pierre, papyrus, parchemin). La grande bibliothèque où les érudits se rassemblaient pour étudier les connaissances accumulées a brûlé et fut détruite au cours des guerres qui ont fait rage entre 48 av. J.-C. et la conquête par les Arabes, en 642 apr. J.-C. De ses trésors, il ne nous reste qu’une traduction des cinq premiers livres de la Bible hébraïque en grec et quelques fragments qui ont survécu dans les écrits de certains chercheurs attitrés de la bibliothèque.
C’est seulement ainsi que nous savons que le second roi Ptolémée confia vers 270 av. J.-C. la rédaction de l’histoire et de la préhistoire de l’Égypte à un prêtre égyptien que les Grecs connaissaient sous le nom de Manéthon. Au début, écrit Manéthon, seuls étaient les dieux. Puis apparurent les demi-dieux et enfin, vers 3100 av. J.-C., les dynasties pharaoniques. Le règne des dieux, écrit-il, commença dix mille ans avant le Déluge et se poursuivit pendant des milliers d’années après lui, cette seconde période étant marquée par des combats et des guerres intestines.
Dans les contrées asiatiques soumises à Alexandre, dont le pouvoir tomba aux mains du général Séleucos et de ses successeurs, on essaya de même d’offrir aux savants grecs un compte rendu des événements passés. Bérose, un prêtre du dieu babylonien Mardouk qui avait accès aux librairies de tablettes d’argile dont le coeur était la librairie d’Harran (sud de l’actuelle Turquie), rédigea une histoire des dieux et des hommes en trois volumes qui commence avec la venue de dieux sur Terre 432 000 ans avant le Déluge. Bérose dresse une liste des dix premiers chefs, donnant leur nom et la durée de leur règne. Il rapporte que le premier meneur, habillé en poisson, est sorti de la mer en marchant. C’est lui qui apporta la civilisation à l’humanité. Son nom, transcrit en grec, était Oannes.
Ces deux prêtres rapportèrent donc la venue de dieux célestes sur Terre, évoquant une époque où seuls les dieux régnaient sur Terre et décrivant la catastrophe du Déluge. Leurs récits concordent sur de nombreux points. Dans les quelques fragments de ces trois volumes ayant survécu (à travers des écrits de la même époque), Bérose mentionne l’existence d’écrits datant d’avant le Déluge. Il s’agit de tablettes de pierres qui furent dissimulées dans une ancienne ville appelée Sippar, l’une des cités originelles fondées par les anciens dieux.
Bien que Sippar, comme les autres villes antédiluviennes des dieux, fût submergée et rayée de la carte par le déluge, une référence aux écrits antédiluviens a refait surface dans les annales du roi assyrien Assurbanipal (668-633 av. J.-C.). Jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’ancienne capitale de Ninive n’était connue que dans l’Ancien Testament. Lorsque les archéologues la découvrirent, ils mirent au jour dans les ruines du palais d’Assurbanipal une bibliothèque contenant les restes de quelque 25 000 tablettes couvertes d’inscription. Collectionneur assidu de « textes anciens », Assurbanipal se vante dans ses annales: « Le dieu des scribes m’a accordé le don de la connaissance de son art, j’ai été initié aux secrets de l’écriture. Je suis capable de lire les tablettes sumériennes, pourtant si compliquées. Je comprends les mots énigmatiques gravés dans la pierre avant le Déluge. » Nous savons maintenant que la civilisation shumérienne (ou sumérienne) s’est épanouie dans la région qui est ensuite devenue l’Irak presque un millénaire avant le début de l’ère des pharaons en Égypte, et que ces deux civilisations ont été suivies par celle de la vallée de l’Indus, dans le sous-continent indien. Nous savons également que les Sumériens furent les premiers à rédiger annales et autres récits sur les dieux et les hommes, à partir desquels les autres peuples, dont les Hébreux, ont tiré les textes de la Création, d’Adam et Ève, d’Abel et Caïn, du Déluge, de la Tour de Babel, des guerres et des amours des dieux, comme on peut le voir dans les écrits des Grecs, Hittites, Cananéens, Perses et Indo-européens. Ces écrits anciens prouvent que leurs sources étaient des textes plus anciens encore, certains retrouvés, d’autres perdus.
Le volume de ces anciens écrits est prodigieux. Ce ne sont pas des milliers mais des dizaines de milliers de tablettes d’argiles qui ont été découvertes dans les ruines du Proche-Orient de l’Antiquité. Nombre de ces écrits décrivent certains aspects de la vie quotidienne, dont le commerce, le salaire des travailleurs et les contrats nuptiaux. D’autres, mis au jour principalement dans les bibliothèques des palais, forment les annales royales. D’autres encore, découverts dans les ruines des bibliothèques des temples ou des écoles où l’on formait les scribes, forment un corpus de textes canonisés, une littérature secrète. Ils furent écrits en langue sumérienne puis traduits en akkadien (la première langue sémitique) et autres langues anciennes. Même ces écrits, qui ont plus de six mille ans, font référence à des « livres » perdus (textes inscrits sur des tablettes de pierre).
Le mot « chance » ne suffit pas à qualifier la découverte miraculeuse, dans les ruines des villes et bibliothèques de l’Antiquité, de prismes d’argile recouverts d’informations sur les dirigeants antédiluviens et leurs 432 000 ans de règne combiné auxquels faisait allusion Bérose. Connues sous le nom de Listes des rois sumériens (et exposées au musée Ashmolean à Oxford, Angleterre), les différentes versions ne laissent aucun doute sur le fait que leurs compilateurs sumériens devaient avoir accès à une référence textuelle publique ou canonisée antérieure. Associées à des textes aussi anciens plus ou moins bien conservés, elles suggèrent fortement que la première personne à avoir rapporté l’Arrivée, mais aussi les événements qui l’ont précédée et suivie, devait être l’un de ces meneurs, un participant clé, un témoin visuel.
Parmi ceux qui avaient assisté à ces événements (et qui y avaient en fait participé activement) se trouvait le chef qui s’était écrasé dans l’eau avec le premier groupe d’astronautes. À cette époque, son épithète était E.A. « Celui qui demeure dans l’eau ». Il avait connu la déception de voir le commandement de la Mission Terre confié à son demi-frère et rival EN.LIL (« Seigneur de l’Autorité »), une humiliation atténuée par le fait qu’on lui avait accordé le titre d’EN.KI (« Seigneur de la Terre »). Relégué dans l’E.DIN (« Éden »), loin des villes des dieux et de leur spatioport, le grand scientifique Ea/Enki supervisait l’extraction de l’or dans l’AB. ZU (Afrique du sud-est). C’est lui qui rencontra par hasard les hominidés qui peuplaient ces régions. Lorsque les Anunnakis qui peinaient dans les mines se rebellèrent contre leur sort, c’est lui qui réalisa que la main-d’oeuvre nécessaire pouvait être obtenue en faisant un bond dans l’évolution grâce à la manipulation génétique, et c’est ainsi que naquit l’Adam (littéralement, « Celui qui vient de la Terre », le Terrien). Hybride, l’Adam ne pouvait procréer. Les événements repris dans le récit biblique d’Adam et Ève relatent la seconde modification génétique à laquelle Enki eut recours pour ajouter les chromosomes sexuels nécessaires à la procréation. Et lorsqu’il apparut que l’Humanité avait évolué dans une direction inattendue, ce fut lui, Enki, qui défia le plan de son frère Enlil de la laisser périr dans le Déluge. Le héros de ces événements a été appelé Noé dans la Bible et Ziusudra dans le texte sumérien antérieur.
Premier fils d’Anu, le dirigeant de Nibiru, Ea/Enki connaissait parfaitement le passé de sa planète (Nibiru) et de ses habitants. Scientifique accompli, il transmit les plus importants aspects des connaissances avancées des Anunnakis à ses deux fils Mardouk et Ningishzidda, dieux qui étaient connus par les Égyptiens sous les noms de Ra et Thot. Il joua également un rôle prépondérant dans le partage avec l’Humanité de certains aspects de ces connaissances avancées, en enseignant « les secrets des dieux » à des individus choisis. À deux occasions au moins, ces initiés compilèrent ces enseignements divins en tant qu’héritage de l’humanité, comme il le leur avait été demandé. L’un deux, Adapa, est connu pour avoir écrit l’un des premiers ouvrages perdus, intitulé Écrits sur le temps. Adapa était probablement le fils d’Enki et d’une Terrienne. L’autre, Enmeduranki, a selon toute probabilité inspiré le personnage d’Hénoch dans la Bible, celui qui fut emporté aux cieux après avoir confié à ses fils le livre des secrets divins.
Il est possible qu’une version de cet ouvrage ait survécu dans le livre apocryphe d’Hénoch. Bien qu’il soit le premier-né d’Anu, il n’était pas destiné à succéder à son père sur le trône de Nibiru. Des règles de succession complexes à l’image de l’histoire torturée des Nibiriens accordaient ce privilège au demi-frère d’Enki, Enlil. Dans une tentative de résoudre ce conflit profond, Enki et Enlil furent envoyés en mission sur une planète étrangère, la Terre, dont l’or était nécessaire pour préserver l’atmosphère mourante de Nibiru. C’est dans ce contexte, rendu encore plus complexe par la présence sur Terre de leur demi-soeur Ninharsag (officier médical en chef des Anunnakis), qu’Enki décida de contrer le projet d’Enlil visant à faire périr l’humanité dans le déluge.
Le conflit se poursuivit entre les fils des demi-frères, et même entre leurs petits-enfants. Tous, et en particulier ceux nés sur Terre, étaient confrontés à la perte de la longévité que la lente période orbitale de Nibiru leur aurait procurée, ce qui générait de l’angoisse et exacerbait les ambitions. La tension atteignit son paroxysme au cours du dernier siècle du troisième millénaire av. J.-C., lorsque Mardouk, le premier fils d’Enki et de son épouse officielle, affirma que c’était lui qui devrait hériter de la Terre, et non le premier fils d’Enlil, Ninurta. Ce terrible conflit ponctué d’une série de guerres conduit à l’usage des armes nucléaires, qui entraîna la malencontreuse disparition de la civilisation sumérienne. L’initiation d’individus choisis aux « secrets des dieux » avait marqué l’avènement du clergé, les lignées de médiateurs entre les dieux et le peuple, ceux qui transmettaient la Parole divine aux Terriens mortels. Les oracles, interprétations de la parole divine, allaient de pair avec l’observation des cieux à la recherche de présages. Alors que l’humanité était de plus en plus encline à prendre un parti dans les conflits entre les dieux, les prophéties commencèrent à jouer un rôle. En fait, le terme qui désigne ces porte-parole des dieux qui proclamaient ce qui allait se produire, Nabih, était l’épithète du premier fils de Mardouk, Nabu, qui avait essayé au nom de son père de convaincre l’humanité que les signes divins annonçaient la suprématie future de Mardouk.
Ces changements soulignèrent la nécessité de distinguer le Sort et le Destin. Les proclamations d’Enlil et celles d’Anu n’avaient jusqu’alors jamais été remises en question.
Désormais, on examinait la différence entre NAM (le destin dont la course, comme les orbites planétaires, était prédéterminée et ne pouvait être modifiée) et NAM.TAR (littéralement, un destin que l’on pouvait influencer, briser, changer: le Sort). En se remémorant et en réexaminant la série d’événements et l’apparent parallélisme entre ce qui s’était passé sur Nibiru et ce qui s’était produit sur Terre, Enki et Enlil entamèrent une réflexion philosophique sur ce qui était écrit et ne pouvait être évité, et ce qui n’était qu’une conséquence de bonnes ou mauvaises décisions et du libre arbitre. Le second ne pouvait être prédit, mais le premier pouvait être prévu, en particulier si tout, comme les orbites des planètes, était cyclique, si ce qui s’était produit devait se produire à nouveau, si les Premiers allaient être les Derniers.
La catastrophe nucléaire est un événement crucial qui a exacerbé la réflexion intense des chefs anunnakis et a provoqué le besoin d’expliquer ses causes aux innombrables victimes humaines. Était-ce le Destin, était-ce le résultat du Sort forgé par les Anunnakis ? Pouvait-on désigner un responsable, pouvait-on blâmer quelqu’un ?
Au cours des conseils anunnakis qui précédèrent la catastrophe, ce fut Enki qui se dressa seul contre l’usage des armes interdites. Il était donc important pour Enki d’expliquer aux survivants blessés comment les extraterrestres avaient fini par tout détruire malgré leurs bonnes intentions. Qui d’autre qu’Ea/Enki, qui avait été le premier arrivé et avait été témoin de tout, était le mieux qualifié pour raconter le passé afin de deviner le futur ? La meilleure façon de tout raconter était un rapport d’Enki lui-même écrit à la première personne.
Il ne fait aucun doute qu’il a rédigé son autobiographie. Un long texte (s’étendant sur au moins douze tablettes) découvert dans la bibliothèque de Nippur cite ces paroles d’Enki :

Bientôt la Terre,
largement inondée.
J’approche ses prairies verdoyantes,
Je demande à ce que des monts soient érigés.
Dans un lieu pur je construis ma maison,
et je lui donne le nom qui lui sied

Ce long texte se poursuit par une description des tâches assignées par Ea/Enki à ses lieutenants pour mettre en marche la Mission Terre.
De nombreux autres textes portant sur divers aspects du rôle d’Enki dans les événements qui vont suivre permettent de compléter son récit. Ils comprennent notamment une cosmogonie, une Épopée de la Création qui repose sur le récit d’Enki lui-même et que les spécialistes appellent la Genèse d’Eridu.
Ils comprennent des descriptions détaillées de la création de l’Adam. Ils décrivent la façon dont d’autres Anunnakis et Anunnakies vinrent à Enki dans sa ville d’Eridu pour obtenir de lui le ME, une sorte de disquette où tous les aspects de la civilisation étaient codés. Ils comprennent des textes sur la vie privée d’Enki et ses problèmes personnels, comme le récit de sa tentative de concevoir un fils avec sa demisoeur Ninharsag, ses aventures avec déesses et filles de l’homme, et leurs conséquences imprévues. Le texte de l’Atra Hasis montre comment Anu s’est efforcé d’éviter que les rivalités entre Enki et Enlil s’intensifient, en partageant les domaines terrestres entre eux. D’autre part, les textes qui décrivent les événements ayant précédé le déluge rapportent pour ainsi dire mot pour mot les débats qui ont eu lieu lors du Conseil des dieux au sujet du sort de l’Humanité, mais aussi le subterfuge d’Enki, l’arche de Noé. Ce récit n’était connu qu’à travers la Bible, jusqu’à ce que l’une de ses versions originales mésopotamiennes soit découverte dans les tablettes de l’Épopée de Gilgamesh.
Tablettes d’argile sumériennes et akkadiennes, librairies des temples babyloniens et assyriens, « mythes » égyptiens, hittites et cananéens, mais aussi récits bibliques sont la principale source écrite relatant les affaires des dieux et des hommes. Pour la toute première fois, ces documents dispersés et fragmentés ont été rassemblés par Zecharia Sitchin pour recréer le récit d’Enki en tant que témoin: les mémoires autobiographiques et les prophéties d’un dieu extraterrestre.
Présenté sous la forme d’un texte dicté par Enki à un scribe élu, ce Livre témoin destiné à être révélé le moment venu évoque les instructions données par Yahvé au prophète Isaïe (VIIe siècle av. J.-C.) :

Maintenant va,
écris-le sur une tablette,
grave-le dans un livre,
que ce soit un témoignage pour toujours
et à jamais

En étudiant le passé, Enki lui-même avait entrevu le futur. La notion que les Anunnakis, faisant usage de leur libre arbitre, étaient maîtres de leur propre sort (ainsi que du sort de l’Humanité) a finalement cédé la place à la prise de conscience du fait que c’était la Destinée qui déterminait le cours des événements, et non les paroles ou les actions des Anunnakis. Ainsi, comme l’ont annoncé les prophètes hébreux, les Premiers seront les Derniers.
Les événements décrits par Enki peuvent donc donner naissance à des prophéties. Le Passé sera le Futur.



Ebooks de Zecharia Sitchin en français - PDF
Documentaires vidéos de Zecharia Sitchin
Ebooks de Zecharia Sitchin en anglais - PDF



Monday, May 5 2014

Dr. Axel Stoll - Les Aryens sont des extraterrestres

Dr. Axel Stoll - Les Aryens sont des extraterrestres


Stoll Axel - Hoch-technologie im Dritten Reich
PDF Allemand
Es geht in diesem bemerkenswerten Buch nur zum Teil um Hochtechnologien in Form von für die damalige Zeit neuartigen Flugzeugen, Raketen, U-Booten usw. Gegenstand sind jene Entwicklungen, die der Öffentlichkeit kaum offenbar wurden und die heute als Ausformung revolutionär wirkender Ideen mit beinahe magischem Charakter gelten. Welche Quellen nutzte man dafür ? Griff man auf uralte Erfahrungen aus anderen Kulturkreisen zurück ? War man erfolgreich ? Und was ist von diesen Hochtechnologien in unsere moderne Zeit hinübergerettet worden ?



Stoll Axel - Mannich Arno - Bis heute unterdrückt Das Wissen um die wahre Physik
PDF Allemand
Dies ist kein Geschichtsbuch. Es ist ein Buch für Physiker, Ingenieure und Techniker, aber auch für alle anderen Menschen mit dem berechtigten Anliegen, endlich die Wahrheit über verschwiegene technisch/physikalische, wie auch geschichtliche Zusammenhänge zu erfahren. Die Zeit ist gekommen, da die Menschheit darüber Bescheid wissen muß, was einige Wenige - aus niederen Beweggründen - seit sehr langer Zeit verschweigen. Das hier niedergeschriebene physikalische Wissen finden Sie in keinem „offiziellen“ Physikbuch. Es werden aber nicht etwa haltlose Behauptungen in die Welt gesetzt. Das Besondere dieses Werkes ist, daß jedermann die Stichhaltigkeit der hier gemachten Ausführungen selbst überprüfen kann. Versuchsanordnungen werden genauestens beschrieben und sind mit technischen Zeichnungen und Skizzen versehen, womit Konstrukteure und Modellbauer in die Lage versetzt werden Nachbauten anzufertigen. Hier wird nachvollziehbar erklärt und zeichnerisch dargestellt, was Gravitation, Strom, Magnetismus, Zeit und anderes mehr wirklich ist. Bereits beim Lesen erkennt man, daß hier erstmals die wahren kosmischen Abläufe offenbart werden. Alles ist logisch und leicht verständlich, denn das wirkliche Wissen ist einfach und eher unkompliziert. Das Wort „Kosmos“ bedeutet ja zu deutsch letztlich auch nichts anderes als: Ordnung. Genau erklärt wird hier endlich auch die sagenumwobene Flugscheibentechnologie, also das Funktionsprinzip der sogenannten „UFOs“, Gravitations-Abschirmung, neuartige Antriebe und Wege zur Energiegewinnung, ja sogar Möglichkeiten zur Durchführung von Zeitreisen werden erläutert. Bis heute offiziell nicht verstandene bzw. erklärbare Tesla- und Schauberger-Technologien und die hiermit zusammenhängenden Anlagen und Geräte, wie z.B. die Influenz-Maschine, die Tesla-Turbine, der Klimator, die Repulsine etc. werden vorgestellt und - erstmals zutreffend - bis hin zu den atomaren und molekularen Abläufen, genau beschrieben.




The Aryan Eagle - Aetlantis, Homeland of the Aryan Race !
Ancient Aliens - Saison 1
Ancient Aliens - Saison 2
Ancient Aliens - Saison 3
Ancient Aliens - Saison 4

Sunday, May 4 2014

Jeffrey Hamm - Action replay

Jeffrey_Hamm_Action_replay.jpg


Jeffrey Hamm - Action replay


Action Replay is the remarkable life-story of Jeffrey Hamm as seen through his own eyes. From being a nominal member of the pre-War British Union of Fascists, events soon propelled him forward to become Oswald Mosley's leading exponent in the post-War world - and the subject of at least five fat MI5 files. Admired by many and hated by some, Hamm was the first to call for Mosley to return to active politics after the War.
This started him on a one-way political journey that made him the target of regular physical attack - but earned him the respect of both fellow travellers and sworn enemies alike. Hamm may well have remained a non-active member of the Mosley Movement and spent his life as an unknown secondary school teacher.
But in 1940 a fellow Blackshirt falsely denounced him and the Head of MI5 himself began the man-hunt that detained Jeffrey Hamm in the far-off Falkland Isles. No reason was given for his imprisonment without charge or trial and he was transferred to an internment camp in South Africa - with only 200 German Nazis for company !
After an unsuccessful attempt to escape by tunnel, Jeffrey Hamm was freed and on his return immediately joined the Royal Tank Corps where his conduct was recorded as exemplary.
But MI5 hadn't finished with him yet and ordered his immediate dismissal. Hamm was outraged by his treatment and vowed vengeance against the Government he had come to hate. His pre-War allegiance to Mosley was rekindled - and his course as a swashbuckling political firebrand and constant thorn in the side of successive British governments was set.

An excellent read that tells the story of Mosley's 'Union Movement' from the inside.



Fascism on Balder Ex-Libris


Jeffrey_Hamm.jpg

Friday, May 2 2014

A Phoenix journal




A Phoenix journal - 1989 - 1999

Page 1 - Page 2 - Page 3 - Page 4 - Page 5 - Page 6 - Page 7 - Page 8 - Page 9
Page 10 - Page 11 - Page 12 - Page 13 - Page 14 - Page 15 - Page 16 - Page 17
Page 18 - Page 19 - Page 20 - Page 21 - Page 22 - Page 23 - Page 24 - Page 25


What Are The Phoenix Journals ?

Many People have asked us what the Phoenix Journals are. They contain the true history (his-story) of mankind on this planet as well as detailed information about the most asked about and wondered about subjects (i.e., Spirituality, E.T.'s, our origin, our purpose here on this planet, etc.).
Commander Hatonn, and the other Higher Spiritual Teachers who have authored these Journals, weave spiritual lessons and insights throughout the unveiling of lies which have been deceptively forced upon us, throuhout time, by the Elite anti-Christ controllers. These Journals are the "Dead Sea Scrolls" of our time.

Their importance for the growth of mankind cannot be overstated. They are the textbooks of understanding which God promised us we would have, to guide us through the "End Times".


For more
164472Capture.jpg

Thursday, May 1 2014

Jerry Mander - Four arguments for the elimination of television




Jerry Mander - Four arguments for the elimination of television
1978


A total departure from previous writing about television, this book is the first ever to advocate that the medium is not reformable. Its problems are inherent in the technology itself and are so dangerous - to personal health and sanity, to the environment, and to democratic processes - that TV ought to be eliminated forever.

Weaving personal experiences through meticulous research, the author ranges widely over aspects of television that have rarely been examined and never before joined together, allowing an entirely new, frightening image to emerge. The idea that all technologies are "neutral," benign instruments that can be used well or badly, is thrown open to profound doubt. Speaking of TV reform is, in the words of the author, "as absurd as speaking of the reform of a technology such as guns."


Arguments for the Elimination of Television



Four Arguments for the Elimination of Television (1978) is a book by Jerry Mander, who argues that many of the problems with television are inherent in the medium and technology itself, and thus cannot be reformed.

Mander spent 15 years in the advertising business, including five as president and partner of Freeman, Mander & Gossage, San Francisco, a nationally-known advertising agency.


Four Arguments for the Elimination of Television argues that the technology of television is not a neutral or benign instrument or tool. The author argues that in varied technologies and institutions such as militaries, automobiles, nuclear power plants, mass production, and advertising, the basic form of the institution and the technology determines its interaction with the world, the way it will be used, the kind of people who use it, and to what ends.

The author argues that far from being "neutral," television predetermines who shall use it, how they will use it, what effects it will have on individual lives, and, if it continues to be widely used, what sorts of political forms will inevitably emerge.

The four arguments are :

- While television may seem useful, interesting, and worthwhile, at the same time it further boxes people into a physical and mental condition appropriate for the emergence of autocratic control.
- It is inevitable that the present powers-that-be (or controllers) use and expand using television so that no other controllers are permitted.
- Television affects individual human bodies and minds in a manner which fit the purposes of the people who control the medium.
- Television has no democratic potential. The technology itself places absolute limits on what may pass through it. The medium, in effect, chooses its own content from a very narrow field of possibilities. The effect is to drastically confine all human understanding within a rigid channel.

What binds the four arguments together is that they deal with aspects of television that are not reformable.



Propaganda on Balder Ex-Libris

Michel Desmurget - TV Lobotomie



ligne.jpg


Jewish Media Control


Dr. William Luther Pierce - Videos
Dr. William Luther Pierce - PDF


WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius