July 2013


Books

Wednesday, July 31 2013

David Duke - The Secret Behind Communism VOSTFR

David Duke - The Secret Behind Communism VOSTFR

Le secret derrière le communisme - PDF

David Duke


ligne.jpg


A collection of Reports on Bolshevism in Russia

The Journal of Historical Review - Volume 06

The Journal of Historical Review - Volume 14

Porter Carlos Whitlock - Made in Russia - The Holocaust

Baigais Gads Latvia Year of horror

Goff Kenneth - Confessions of Stalin's agent

Goff Kenneth - Brain-washed into slavery ?

Godden Gertrude M. - Russia under the red flag

Foster William Zebulon - Toward Soviet America

Klimov Gregory - The terror machine

Kravchenko Victor - I chose freedom

Pinay Maurice - The secret driving force of communism

Wurmbrand Richard - Marx Prophet of darkness

Bakony Istvan - Chinese communism and chinese jews

Smith Gerald Lyman Kenneth - Besieged patriot

Dobbs Zygmund - Red intrigue and race turmoil



ligne.jpg


Israeli Media Reveals The Secret Behind Communism


This historical video shows a mainstream Israeli news-site, YNET NEWS and a courageous Jewish writer who discusses who led the worst genocide and mass murder of all time. It shows the ethnic hatreds behind much of the communist genocide and the same mindset that accompanies the genocide against the Palestinians and the genocide against Israel's biggest enemy at the time, Iraq, which was instigated by America under the control of Zionist extremists such as Madeline Albright. In the video, Zionist extremist Albright, blatantly endorses the murder 500,000 children in Iraq. One of the most eye-opening, powerful videos you will ever see.




Pour plus d'informations


Tuesday, July 30 2013

Maurice Pinay - 2000 ans de complots contre l'Eglise




Maurice Pinay - 2000 ans de complots contre l'Eglise

Maurice Pinay - The secret driving force of communism
Part one of the larger book “Plot Agains the Church” - Library of political secrets
Maurice Pinay - The plot against the Church


This book provides evidence and information on a Jewish-Masonic-Satanic conspiracy to destroy the Catholic Church and Christianity.
The 4 parts of the book are :
Part 1: The Secret Driving Force of Communism, Part 2: The Power Concealed Behind Freemasonry, Part 3: The Synagogue of Satan, and Part 4: The Jewish Fifth Column in the Clergy.


Part 1: The Secret Driving Force of Communism
1. Communism as Destroyer
2. The Creators of the System
3. The Head of Communism
4. The Financiers of Communism
5. Jewish Testimony

Part 2: The Power Concealed Behind Freemasonry
1. Freemasonry, enemy of the Church and Christianity
2. The Jews as founders of Freemasonry
3. The Jews as the leaders of the Freemasons
4. Crimes of Freemasonry
5. Freemasonry as spreader of the Jacobin revolutions
6. Freemasonry favours and spreads Communism

Part 3: The Synagogue of Satan
1. Jewish striving for power
2. More concerning the Jewish religion
3. Curses of God against the Jews
4. Massacres of Jews ordered by God (Bible)
5. Antisemitism and Christianity
6. Christ, the symbol of Anti-semitism, so the Jews assert
7. The Deicide People
8. The Apostles condemn the Jews for murdering Christ
9. Morality of struggle and not deadly defeatism
10. The Jews kill Christians and persecute the Apostles
11. The Roman persecutions were caused by the Jews

Part 4: The Jewish Fifth Column in the Clergy
1. The Octopus strangling Christianity
2. The origin of the Fifth Column
3. The Fifth Column in action
4. Jewry, the Father of the Gnostics
5. The Jew Arius and his heresy
6. The Jews as allies of Julian the Apostate
7. St John Chrysostom & St Ambrose condemn the Jews
8. Saint Cyril conquers Nestor and expels the Jews
9. The barbarian invasion, a triumph of the Arian Jews
10. Catholic victory
11. Toledo Council 3 pulls Jews from public office
12. Toledo Council 4 ex-communicates judaeophiles
13. Negligence in struggle against clandestine Jewry
14. The Church combats secret Jewry
15. It is necessary to destroy the Jewish fifth column
16. Jewish conspiracies punished with slavery
17. Christian-Jewish reconciliation. Prelude to collapse
18. The Jews betray their most loyal friends
19. The Church Councils fight Jewry
20. Attempt to subject Holy Roman Empire to the Jews
21. The Council of Meaux combats the Jews
22. Jewish terror in Castile in the 14th century
23. The Jews betray their best protectors
24. Jewish infiltration in the clergy
25. A Jewish Cardinal becomes Pope
26. Sts. Bernard & Norbert free Church from Jewry
27. A Jewish-Republican revolution in 12th century
28. Jewish revolutions attack Church Tradition
29. Secret Jewry and the Albigensian heresy
30. The Jews and the Waldenses
31. Hildrebrand destroys Jewish theocracy in N. Italy
32. The Jewish fifth column in Russian Orthodox Church
33. The Jews spread the cult of Satan
34. Defence against Jewish revolution of Middle Ages
35. Bishops accused of worshipping Lucifer
36. Clerics excommunicated for supporting heresy
37. Innocent III and 4th Lateran Council
38. Monks, nuns and prelates as secret Jews
39. Judaeo-masonic infiltration of Jesuit Order
40. Conspiracies against history and the rites
41. Errors of the Nazis and Imperialists
42. Popes and saints combat the Jews


Pour plus d'informations

The Catholic gazette - The jewish peril and the Catholic Church

Monday, July 29 2013

Itsvan Bakony - Chinese communism and chinese jews

Istvan_Bakony_Chinese_communism_and_chinese_jews.jpg


Itsvan Bakony - Chinese communism and chinese jews
Library of political secrets 4


The Israelite leader Israel Joseph Benjamin II, Chacham of Israel, after his visit to China at the middle of last century, says in his report on Chinese clandestine Judaism, presented to the western Israelite leaders, that in one epoch the Chinese Jews mixed themselves with the population of the mongolic race through mixed marriages: "They keep their faith with the characteristic tenacity distinguishing the Hebrew race, they even now do not marry but women of their same religion"... "During the war among Tartar and Chinese peoples, a part of them moved to the Che-Kiang province, neighboring that in which our city is located, and became established in Kang Tchou, a city I intend to visit, and the other part is in Amoy in the Fo-Kien province. There are emigrants also in Peking and throughout China". After this, the laborious Chacham referring to what a German Jewish magazine said, talks about a group of Chinese Jews that: "Only one had a real Jewish type, but except for the religion and circumcision, they are completely converted into Chinese by their language , dressing, customs, and habits, they also have Chinese names... It is said that Jews came to China from the north-westem part of India by about the third century after Christ; they first remained secretly in Ning-hia, Hantcheou and Peking, and later became established in Kai-fung-foo". (1) A dangerous fifth column of secret Jews had entered China, who as a result of their total adaptation through the centuries, to the racial and social characteristics of the Chinese people are now dangerously confounded and diluted in the population of that country. It should be noted that although the Israelites of the former celestial Empire are considered among the most mixed with the indigenous race, since the last century they have kept the rigid custom of marrying only among themselves, and the above mentioned Hebrew leader says that they have kept their faith "with the characteristic tenacity that distinguishes the Hebrew race".
The historian of the Chinese Jews, Alexandre Wyllie, in his valuable book called Investigations on the Existence of Jews in China, since the Most Ancient Times to These Days, notes that the existence of the Jews was hidden for the majority, but that, nevertheless, "some accidental observations in Marco Polo's trips, show that Jews were sufficient enough to be able to exert political influence in China and Tartaria". (2) It is natural that a clandestine Judaism as secret as the one functioning in China for the last eighteen hundred years, was not easy for Marco Polo to identify, but the clandestine Jews who themselves know the problem very well, can identify its existence better than anyone else, through Marco Polo's reports in his writings.

CHINESE CLANDESTINE JEWS; MANDARINS, MAGISTRATES AND MILITARY

Rev. H. H. Milman (a protestant) in his History of the Jews, writes of the Chinese: "They were cultivated, and some of them, according to existing inscriptions, have been highly honored by the imperial will and have obtained the rank of Mandarins. One of these inscriptions —dated in 1515— praises the Jews for their integrity and fidelity in agriculture, commerce, magistracy and in the army, and for the adequate observance of their own religious ceremonies".

This clergyman states — after saying that the Chinese Jews revered Confucio's name and followed the Chinese custom of religiously revering their ancestors: "In other aspects they are strictly Jews... They only marry among themselves... They neither do not attempt to do proselitism" (3).

S. M. Perlmann, the Jewish historian, in his History of the Jews in China, London, 1913, also tells of the existence of Chinese Jews in the army and of Mandarins, one of whom, called Chao-Yng Cheng, commanded a section of the army and rebuilt the city of Kai-fung-foo. Hebrew historians agree in ascribing great military talents to the Chinese, Tartaric and Mongolian Jews, and this may explain their infiltration into the Chinese communist army, where they gossip against Chairman Mao Tse-tung and plead for a reconciliation with the Soviet Union, apparently to achieve world communist unity, but in reality to turn Popular China into a satellite dominated by the Jews who lead the Soviet Union. Clandestine Jews infiltrated in the Chinese Communist Party and in the governing and social institutions of the country, work in the same direction. In another passage of his aforementioned book, the Hebrew S. M. Perlmann says that some Chinese Jewish children asked him why the Europeans had so much interest in them, and Perlmann replied: "Because all of us are from the Jewish nation and creed, all of us are descendants of Abraham", despite the fact that in his book he has confessed that: "The appearance of the Jews I interviewed was completely Chinese", except a young fellow who was seventeen years old who "really had something of the peculiar Jewish type." "In their external appearance it was not possible to distinguish them from other Chinese."



Photo published in 1950 by the official Israelite work titled: "Jewish Encyclopedic Handbook" of the Israelite author Pablo Link published by "Israel Editorial" of Buenos Aires. 1950, Jewish year 5710. Page 205. Word: JEW. This picture is published in addition to others of Jews from other countries, under the title: "Some Jewish Types"


The distinguished Israelite historian confesses something that is well known, but which coming from a famous Jewish historian has greater probatory value: that it is not possible in most cases to distinguish the Chinese clandestine Jews —because of their Chinese names and last names, their Chinese racial type and customs— from other Chinese. Although they appear to be a part of the Chinese people, in fact they belong to a foreign nation and people — to the Jewish nation. In other words, they represent an infiltration of the Israeli nation and Israeli imperialism into the heart of the Chinese nation.

It is very interesting to note another statement by this Jewish historian, in reference to those Chinese Jews who did not hide their Israelite identity :



Member of the ultra-secret sect Tiao-Kiu-Kiaou, spread throughout China. Picture published about the middle of the 20th century by the Castilian Jewish Encyclopedia, Jewish official work of utmost authority on Judaism. Published in Mexico, 1948. Third volume. Word China. Page 326, 2nd. column.


"Before ending, I must add to be fair with this old and cultured Chinese nation, that Jews in China have never had to complain about intolerance; they were never under exceptional laws; they were never persecuted or despised because of their religion. They always enjoyed the same rights as the Chinese people." (4).

This Jewish confession is of utmost importance. Israelites say that the slaughters, persecutions and expulsion of Jews from different countries of Christian Europe and the Islamic world, as an alternative to their conversion either to Christianity or to the Islam, forced the Jews both from the European nations and the Mohammedan world to falsely convert themselves to Islam or to Christianity to escape persecution, slaughters or expulsion and to remain in the country in which they were living. Nevertheless, if this were the only explanation from these pretended conversions and for the decision of the clandestine Israelites, to hide their Jewish identity, how can it be explained that in China —where the famous Jewish historian S. M. Perlmann confesses that the Israelites have never been persecuted, and readily denies any case of intolerance— the phenomenon of clandestine Judaism has existed for many centuries up until our days, and Israelites hide their identity to appear as part of the Chinese people? This and other similar cases are proof that while it is true that in many cases Jews have been compelled to sink into clandestinity to escape persecution, expulsion or death, in the majority of the cases it is evident that they have chosen this path as a political strategy to enable them to infiltrate the society of the country in which they live in order to monopolize the leading positions and to bring the host country under their control.

On the other hand this reality has been acknowledged by authorized Israelite writers who have even admitted,in unusual gestures of sincerity, that the clandestine functioning of Judaism has been motivated by political strategy and pragmatic convenience. In this way the Castilian Jewish Encyclopedia, in a rare gesture of sincerity in these sosecret affairs, declares as follows: "Jewish leaders and writers such as Daniel Israel Bonafou, Miguel Cardoso, JoseQuerido, Mardoqueo Mojiaj and others, defended Marranism(Clandestine Judaism) AS A METHOD TO UNDERMINE THE ENEMY'S FOUNDATIONS AND AS A MEANS THAT CONTRIBUTED TO MAKE THE FIGHT AGAINST IT MORE FLEXIBLE". And in another passage — referring to the same clandestine Jews — says that those from Spain considered that "Queen Esther, who did not confess neither her race nor her birth, seemed to be their own model." (5). In this regard it is necessary to remember that the Bible's Book of Esther — whose study is an obligation to all Israelites, eulogises a Jewish girl who pretended to be Persian and hiding her Israelite birth, loyalty and religion, could become the Empress of Persia, and succeed in nominating one of her Jewish relatives as Prime Minister of the Persian Empire — bringing Persia under Jewish rule and destroying any Persians who opposed Israelite domination. The fact that the clandestine Jews — as the above authoritative Jewish document confesses — have mentioned Queen Esther as their model shows that the main reason for the hiding of Judaism has been to accomplish the total infiltration in the country in whose territory the Jews live in order to accomplish what Queen Esther accomplished by the same means — the domination of the nations in which sects of Marranism or Clandestine Judaism function. In China, as in other countries of the world, clandestine Jews — as the mentioned authorized sources confess — obtained high positions as Mandarins, Magistrates and Chiefs of the CHINESE army.

The Jewish leader Israel Joseph Benjamin II, writing at the end of -the last century, describes the situation of the Tartaric Jews living in Siberia, stating that he was informed that "they settled in the Great Tartaria, where they live in freedom and in the best agreement with the natives. The leaders were equally chosen among the Jews and the Tartars and both of them shared the perils of war,but the Jews did not marry the Tartars and strictly adhered their own religious cult. It is worthwhile to observe that they think they are descendants of the tribe of Reuben." (6).

In spite of such descent, the Tartaric Jews have a Tartaric type that enables them to live unidentified among the population, as in the case of the Chinese, Hindi and Negro Jews, etc. But at least since the last century, they practiced racial discrimination against their cordial and kind hosts, refusing to marry them, believing in their own descent from Reuben's tribe. On the other hand, it is worthwhile to notice that the cordial reception given to them by the Tartars, and the freedom which the Tartars gave them, was repaid by the Soviet Jews with great slaughters of the unfortunate Tartars and the subjugation of the rest of them to communist slavery. This is another proof of Hebrew ingratitude to those who offer them friendship !

S. M. Perlmann, the Jewish historian, mentions that one of the Tartaric tribes adopted Jewish kings from a group of immigrants coming from Media and Persia, descendants of the tribes of Simeon, Ephraim and Manasehh. He also states that these immigrant Israelites turned themselves in ferocious nomads and great warriors in Tartaria 17). These Tartaric Jews are at present the bulldogs of the Soviet Jewish regime in Siberia, and it is well known that there are many Jewish-Tartaric officers in the Red Army, for the Chinese and Tartaric Jews differ from those of other nations in possessing great military talents.

These millenary Chinese Jews, who have a Chinese racial aspect, practice Chinese customs, and use Chinese names, have been known to World Judaism, up to the present day, as Chinese Jews Tiao-Kiu-Kiaou. The Israelite leader, Rabbi Jacob S. Raisin, talking about the origin of the word Tiao-Kiu-Kiaou, says as follows: "Some medieval commentators state that when Isahia (The Bible's prophet) forecasted the restoration of 'the land of Sinim' by the Jews, he had in mind those who travelled ten thousand miles from the Jordan through the Caucasus, Turkestan and the Tibet up to the Yellow river in China. Undoubtedly there are indications that centuries before the Christian Age the Jews had trade relations with the 'silk men' (this is the Chinese) who called them Tiao-Kiu-Kiaou, that means those who remove the tendon (referring to the Jewish ceremony mentioned in the Genesis 32-33). Probably Judaism was diffused there by the Radanitas Jews, who went by sea or in caravans, through the Samarkanda route to Khotan to exchange products from Africa and Europe for paper, glass, fine cloths and silk that were produced only in China at that time. They constantly i n creased in number in China producing wise and cultured people." (8).

In general, all Jewish historians who talk about the millenarian Chinese Israelites agree in saying that the origin of the name given to them (Tiao-Kiu-Kiaou) comes from their practice of the above mentioned rite in the Bible for ritual killing, and this was the name given in China to the members of a fraction that (as we will see later), practiced Judaism in an open way. The Castilian Jewish Encyclopedia says that this reference to ritual killing "reveals the pre-rabbinic date of their entrance to the country" (9) or in other words, that the Chinese Jews first arrived in China more than eighteen hundred years ago.

Readers may consult Murray's translation of the travels of Marco Polo with regard to the political and commercial influence of the Chinese Jews in 1286. (10).

On the other hand, the Castilian Jewish Encyclopedia says as follows, regarding public Jews: "Even often confounded with Moslems, they are mentioned in the Chinese Annals for the first time in the 'Yuen Shi' of 1329, because of a law on taxes to heterodoxes, and once more in 1354, when as a result of several revolts, rich Mohammedans and Hebrews were summoned to Peking to serve in the army. In both occasions Jews are called (in the Yuen Shi) Dju-Hudu, maybe a deformation of Yehudim." (11).

In addition to the communities of clandestine Jews spread throughout China, already referred to, there is another Israelite community in the city of Kai-Fung-Foo, former capital of Honan Province, which has been operating in a more or less public way for several centuries, early references to this group being made by Jesuit Missionaries, particularly Father Matteo Ricci, in reports sent to Europe in the XVII Century.

Jewish encyclopedias and other books produced by the Jews for the Gentiles, provide, as I said before, much information on Judaism in respect of those things, which the Jewish imperialists allow the Gentiles to know, but hide, minimize and even misguide the Gentile reader on those affairs which Judaism considers to be POLITICAL SECRETS which MUST BE HIDDEN from the Gentile readers. This is why it is not strange that such encyclopedias and books when speaking of the very ancient Chinese Judaism, usually only talk about the communities that have operated publicly mainly those of Kai-Fung-Foo city. About this community they give much information which is highly interesting; saying that it flourished in other times but is today in painful decadence. The Jewish Encyclopedia, in addition to mentioning the Kai-Fung-Foo community also says that Catholic missionaries of the Seventeenth Century found other public Israelite communities in Hangchao-Foo and OTHER CHINESE TOWNS without expressly saying how many of them they found (12). The Encyclopedia adds that the attention of the Israelite historians has been concentrated mainly in the community of Kai-Fung-Foo, and not on others because of the archeological relics found in an old Synagogue, comprising marble tablets engraved in the Chinese language which help clarify several unknown aspects of the history of Chinese Judaism. These marble tablets are dated 1489, 1512 and 1663 respectively.
That of 1489, referring to the Jewish immigration, states: "Seventy families came from the West offering the Emperor tributes of cotton clothes; he allowed them to settle down in Peen-Lang, this is, Kai-Fung-Foo. In 1163, the Synagogue was built by a certain Yen-too-la, and in 1279 it was reconstructed to a great scale. In 1390, Tai-tsou, founder of the Ming dynasty, gave these Jews lands and additional privileges. In 1421 the Emperor allowed a Jewish physician, highly honored by him, to repair the Synagogue"... The Jewish Encyclopedia gives further information regarding the engravings found in these archeological monuments, which cannot be detailed here due to the brevity of this work. Among them, however, there is an engraving mentioning the Chinese Jews that reads: "They are outstanding in agriculture, commerce, in public positions (magistracy) and in the art of war" (army). In fact, it can be seen that Chinese Jews have stood out in trade, as the Jews have in other countries, and had achieved leading positions in the government, as the Jews have in the Gentile nations. But it seems to be a special characteristic of Chinese Judaism, as many Israelite historians have said — and also these archeological monuments confirm—that Chinese Jews Tiao-Kiu-Kiaou were experts in agriculture. This has allowed them to infiltrate among the peasants, just as their great military talents have also allowed their infiltration in the army, creating a fifth column of Israelite Imperialism infiltrated at all levels in China. This must undoubtedly constitute a serious danger for the Popular Maoist China if it is not found and extirpated, because both the public or hidden Chinese Jews, like all Israelites around the world, are in reality members of a foreign nation and agents of a millenary super-imperialism. As such, their complicity with their Jewish brethren of the Kremlin in their struggle to turn Popular China into a satellite of the Soviet Union, just like the satellite socialist states of Eastern Europe, excepting Albania and Roumania.


From Kai-Fung-Foo in Honan Province in China. Picture published at the beginning of this century, taken from the monumental official Jewish work titled: "Jewish Encyclopedia". Published in New York and London, 1903 edition. Fourth volume, Word: China, Page 36.


Going back to the engravings of the Kai-Fung-Foo Synagogue, another inscription mentions the revolt that overthrew the Ming dynasty that protected Jews. This engraving was built by a Jewish Chinese Mandarin who was later Minister of State of the Emperor, and who had written about Adam's virtues (who was, according to the Bible, the first man created by God) and also about the virtues of Noah, Abraham the Patriarch, of all Israelites and Moses, the founder of the Jewish religion. The engraving made by this Mandarin refers to the fall of the city of Kai-Fung-Foo during that revolt and the destruction of the Israelite Synagogue and slaughter of a number of Jews by the rebels in 1642. The engravings say that Jews had been protected by the Ming Emperors, and had obtained positions in the Government. They also say that in the middle of this disaster a Jewish Chinese Mandarin appeared leading an army, and that this Jewish Mandarin rescued the Sacred Writings (the Bible) that had been thrown into the water by the rebels, reconstructed the city of Kai-Fung-Foo, and that this Mandarin and his brother rebuilt the Israelite Synagogue in 1663. This Jewish Chinese Mandarin had — as both public or clandestine Tiao-Kiu-Kiaou Israelites do — a typical Chinese name. His name was Chao-Yng-Cheng (13).

These engravings, which constitute a historical monument of incontrovertible documentary value, show the great political and military influence that Jews had in China in the XVII Century. Not only did they hold senior positions in the Imperial Government, but they had also Chinese armies under their command.



Photo published in 1950 by the "Jewish Encyclopedic Handbook" of Link. Published by Israel Editorial of Buenos Aires, Argentina. 1950, Jewish Year 5710. Page 97, 2nd. column. Word: China.


The Jewish Encyclopedia says that the Jew Chao-Yng-Cheng was Mandarin of the Chen-Si province (14), that is to say he was the Governor of that Province — clear evidence of Jewish infiltration into the highest positions of the Chinese Government.

The Jewish Encyclopedia, referring the Chinese Jews of Kai-Fung-Foo, also says that many of them: "emigrated — during the war between the Chinese and Tartars — to Kiang-su, Arnoy and Peking; but they do not have synagogues in those places, and that some Jews with English protection, went to Shanghai and Hong Kong, where they practiced the traffic of opium and cotton." (15).

This information provided by the Jewish Encyclopedia, a Jewish document of unquestionable value, makes us see that the opium traffic, which led to the criminal war fought by the British Government against China, not only benefitted British and Indian Jews, but also the Chinese Jews Tiao-Kiu-Kiaou, who also participated in the opium traffic in Shanghai and Hong Kong under the protection of the British government, which as we all know was already a satellite under the control of Jewish Super-Imperialism. Under Jewish control, the British government even sent —betraying the ideals of democracy— its own people to fight and die to protect and expand the Jewish opium trade, so that the Jews might make a profit out of poisoning the Chinese people, and Chinese Jews participated in this trade at the expense of their Chinese hosts.

As Indian Jews and other Israelite communities of the Afro-Asian world were somewhat behind Western Judaism regarding the progress of their religious institutions and internal policies, Western Judaism, during the XIX Century, started a program to adapt the Secret Jewish societies in Africa, East and Southern Asia to the advances of European and American Judaism, not only regarding changes in Jewish religious and social institutions but also with regard to new techniques of infiltration and political control over the Gentile nations, including revolutionary techniques intended to accelerate their domination. The revolutionary potential of the Afro-Asian Israelite communities began to develop progressively during the XIX Century, as Western Judaism sent experienced leaders to train them in all aspects in which they were backward in regard to Western Judaism. Regarding the Chinese Judaism and the Kai-Fung-Foo community, the Jewish Encyclopedia reports that the Western Jews formed a special organization called the "Society for Rescuing the Chinese Jews" whose task was the revival of the Israelite religion among those Chinese Jews (16) that as we have previously studied is the main generator of the Israelite Imperialism in China.

The Jewish Encyclopedia adds that the Jews of Shanghai cooperated with this society. According to Jewish encyclopedias, the formerly flourishing Israelite community of Kai-Fung-Foo, fell into a painful decadence, diminishing the number of its members to the point that they had to sell their Temple. We, as experienced researchers of the history of clandestine Judaism, find and can prove that every time Israelite historians talk about decadence or disappearance of a Jewish community in books which the Gentiles can read (such as encyclopedias and other writings) in most cases — for there are a few exceptions as is natural —what really happens when there is a mass desertion from public Judaism, the majority of "deserters" are just pretending to abandon Judaism in favor of a Gentile religion, while secretly remaining loyal to the Israelite nation and religion. In other words, they merely transfer from Public Judaism to Clandestine Judaism.
Besides the millenary Chinese Tiao-Kiu-Kiaou Jews — both the clandestine ones spread throughout China and those of Kai-Fung-Foo who openly practiced Judaism and who also emigrated, as the already mentioned Jewish book says, to different regions of China — this great nation received other Israelite immigrations which we will mention only briefly because of the limitation of space.

Chavennes, the Orientalist, talks about another Jewish colony established in China between 960 and 1126, composed by Jews that came from India. The Israelite historian, Elkan Nathan Adler, also mentions another Jewish penetration into China, coming from Bokhara through Persia in the XVI Century (17). The first immigrants, according to the Castilian Jewish Encyclopedia "settled down in several Chinese regions."

Since 1840 China has experienced further migrations of Jews from different countries, mainly European. According to the Castilian Jewish Encyclopedia the opening of the so-called "Ports of the Treaty" in 1840, brought a number of English Jews to China from Hong Kong and India. In 1850, Elias David Sassoon, a rich Jewish trader settled in Bombay, India, established a branch of his firm in Shanghai. Born in Baghdad, his father had been Treasurer and banker to the Turkish Governor in that city. Referring to Elias David Sassoon, the Castilian Jewish Encyclopedia says that "he specialized in the trade of opium, among other things" and that when he established his branch in Shanghai, he was followed by the Kadoorie, great Jewish capitalists in Baghdad, and their big enterprises — the Sassoons and Kadoorie's — built a synagogue in Shanghai, founding a new Israelite community which until 1905, was mainly Sephardic. So this new Jewish community had the honor of being founded by the enterprise of a great international Jewish opium dealer, whose son, as millionary as him, used the Moslem name of Abdula when in Baghdad, and used the Christian name of Albert while in London. His Jewish name, the good one always, was David. About this great international capitalist, the Castilian Jewish Encyclopedia says: "Sassoon Albert (Abdula, David) industrialist, banker and philanthropist. Born in Baghdad in 1817, died in Brighton, England, in 1897. Eldest son of David Sassoon and head of commercial and industrial enterprises of the family. He founded one of the biggest textile factories in Bombay, India, donated a great modern dam to the city and established several schools. Member of the Legislative Council from 1867 to 1871 and one of the most outstanding people in the society of Bombay. He frequented the Kings of England and his audience with the Persian Shah in 1889 was one of the events of the English capital. He was ennobled in 1872." The Jews frequently received titles of nobility in England, especially since the long reign of Queen Victory, to such an extent that investigators have shown that most of the titles of Earl, Marquis, Viscount and Lord are presently in the hands of Jewish ennobled families or of ancient aristocratic English families linked with Jewish families. Dukedoms have been Judaized by means of marriages of Jewesses and ancient Dukes, and those Jewesses, with the help of the powerful Israelite communities, have secretly initiated in Judaism the eldest son of that marriage, this is to say, the new Duke. It is not strange, then, that the international Judaism is not in a hurry to overthrow the English monarchy, which is controlled by the Israelite imperialism.

The Russian-Japanese war and the persecutions it originated against the Jews, the failed communist revolt in Russia in 1905, that the Imperial Russian government justly imputed to the Israelites, brought as a consequence the arrival in China of fugitive Russian Jews. In 1917 Russian Jews who arrived to Jarbin and Mukden in Manchuria were antagonized by White Russians who accused the Russian Jews in the country of being originators of the Red Terror in Russia. When the Japanese invasion of China in 1931, many Russian Jews living in China, who were fleeing from the Japanese (who accused them of being communists), were forced to move to Tientsin, Hankow and Shanghai, where they were reinforced by new immigrations of Polish and Roumanian Jews. In 1928 an Israelite community of Ashkenazim Jews joined with the Sephardic community, under the auspices of the lodge, recently formed in Shanghai, of the secret order of world Jewish Masonry called B'nai B'rith, which was in this way starting to extend its tentacles into China. It must be remembered that the self-government enjoyed by the Israelite communities throughout the world, and the ambitions of its leaders to command economic and political power, sometimes provoke deep rivalries between different Jewish communities; some of these remain the secret of the Jews, but others spread scandalously outside. One of the secret goals for which the Jewish Super-Masonry, the B'nai B'rith, was created, was to conciliate rivalries and disagreements and promote harmony and reunification, as it infiltrates among the various Jewish communities possessing different rites. The B'nai B'rith achieved this objective of unification regarding the Jewish Ashkenazim and Sephardic communities of Shanghai.

A new Jewish immigration into China started in 1933; Israelites fled from Germany and Austria harassed by the Nazis. According to the Castilian Jewish Encyclopedia these new Jewish migrants of German origin obtained positions in the administration of the Republic of China. Among them the distinguished Israelite, Dr. Bernhard Weiss, who had been Vice President of the Police in Berlin, was entrusted with the reorganization of the Chinese police by Chiang Kai-shek's government. The Castilian Jewish Encyclopedia adds: "Many German officers of Jewish origin enlisted in Chiang Kai-shek's army. Miriam Karnes, who died during the bombing to Nanking, founded a famous battalion of Chinese women. General Moshe Cohen helped organize the supplying of food, arms and equipment of the armed forces. Other (Jewish) refugees served in the nationalist rows as doctors and nurses. But the great amount of German Jews reached China only after the mournful year of 1938, that brought the Reich's great slaughters, the annexation of Austria and the Sudetes." In 1940, the B'nai B'rith in China was led by an English Jew called Mendel Brown (18).

Jews have also used their women in China to ensnare great leaders, following the rules fixed in the Book of Esther in the Bible already mentioned, which tells how the Jewish Esther, hiding her Israelite origin and religion,beguiled the Persian Emperor into falling in love and marrying her, thus becoming Empress of Persia. From this position, she engineered the appointment of her uncle as the Prime Minister. In China the Song family of Tiao-Kiu-Kiaou Jews obtained great successes in this century by the same means. One of the Song sisters married Dr. Sun Yat-sen, the man who ousted the ancient Chinese monarchy and founded the Republic, becoming the first President. Another sister married Marshall Chiang Kai-shek, President of Nationalist China. Dr. Sun Yat-sen's widow became a member of the Maoist Popular China, where she presently lives and where, with the prestige of being the widow of the national hero, she can undoubtedly help the plans of international Judaism, in ensuring that a clandestine Tiao-Kiu-Kiaou Jew, or at least a Gentile Chinese easily manageable by the Jews, will succeed Chairman Mao Tse-tung when he dies. If this goal can be achieved, the Jewish Racist Imperialists would seize power in Popular China and subjugate that nation to its yoke, reconciling China with the Soviet Union and putting it at the Soviet Union's vassalage — as projected by international Judaism. Up till now the Jews in the Kremlin have failed in their attempts to oust Chief Mao Tse-tung, but they still seek through an internal revolution to substitute his regime for one which would make China a satellite of the Soviet Union.

Despite past failures, the fifth column of clandestine Jews in China does not cease in their conspiracy to encourage the establishment of pro-Soviet gangs in and outside the Chinese communist party and army, deceiving many Gentile military and political leaders who do not know the imperialist background of this maneuver, by exploiting those who are ambitious for command and encouraging the individual resentments that exist in China as in any other country in the world. Besides, the insatiable Jewish imperialism of the Kremlin has conceived the idea that due to the wars in Indochina, a war may start between the United States and Popular China, which would give the Kremlin the possibility of sending armies to China to defend her, as it "defended" Poland from the Nazi oppression and also other East European nations, only to enslave them later.

In its effort to dominate China, the Jewish socialist imperialists of Moscow have even planned (in the event that other resources fail) a military invasion to the Chinese territory, similar to the invasions of Hungary and Czechoslovakia. But to achieve this without serious danger it needs to secure its western frontiers through arrangements with Federal Germany and the other European powers, thus eliminating any possibility of a war on two fronts. It could then withdraw many of the armies it has on the European frontiers, and concentrate all its military strength against Maoist China, to surround her with an iron belt with the help of the Indian government controlled by Judaism and others it wants to align. (Editor's quotation: Please refer pamphlet No. 9 of Political Secrets series, titled: "The Jewish Fifth Column in India". Readers may find information on how Hindi Crypto-Judaism controls that country).

It is urgent that German patriots and other western Europeans do not fall in this Soviet trap, covered under the bait of achievement of peace and security in Europe. If the Kremlin's Jews succeed in invading China and dominating it, they will turn against West Europe, which they have not otherwise dare to invade until they have been able to liquidate Mao Tse-tung's regime, among other reasons, and replace it for another controlled by the Kremlin and World Judaism. German patriots must be more aware than anyone else, for the secret Jew-Communist Willy Brandt is determined to help his Jewish brethren of the Kremlin in these falsely pacific purposes, whose only real objective is that the Kremlin should be left free to invade (if they think it is necessary) Mainland China, for the above-mentioned purposes.

In the case of a successful invasion of China by the Soviet Union, the Soviet plan is to maintain occupation troops in China for an indefinite period of time, under the pretext of defending socialism as it has done in several countries of East Europe. The true and hidden reason is that Jewish Imperialism is convinced that the clandestine Chinese Tiao-Kiu-Kiaou Jews are too scarce number (19), in proportion with the big population of China, to be able to totally dominate China. They would therefore need the support of Soviet troops, as is the case in those East European countries whose Jewish population was so decimated by the Nazis that the Jews are too few to retain power without the aid of Soviet troops.

Judaism projects to control all kinds of governments — monarchist, democratic or communist — but it is an unacceptable tragedy for the Jewish nation (which uses communism to impose its totalitarian domination to mankind), that socialist or communist states should fall and survive in the hands of Gentile rulers, and it will not rest until it has overthrown all Gentile governments, even those that are socialist or communist — either existing now or that may appear in the future — to replace them with governments controlled by the insatiable imperialism of international Judaism.

The Soviet Union is the strongest bulwark of Judaism in the communist camp, due to the high proportion of Jews among the Russian, Ukrainian and other populations of the Soviet Union. Millions of Soviet Jews that control the Party, the Army, the secret police and other repressive organs, keeping the power by themselves, without need of foreign help. So complete is the power in the Soviet Union that it is possible for them to help support their Israelite brethren in the government of other communist countries where they cannot achieve this by themselves.

It is interesting to note that in all nations where the percentage of Israelites is small, in relation to the genuine population of these countries, there is a high rate of mixed marriages between public Jews and the real members of those nations. This question is highly important, because in such cases the Israelite imperialists try, by different means, to increase the number of Jews in those countries to facilitate their conquest and then to maintain control by their own forces.

Thus the Jews increase the Israelite population in a country by promoting mixed marriages between Jewesses and natives of the country they attempt to conquer. According to the Jewish laws, the principle is that mixed marriages of Jews and Gentiles are forbidden; but these laws prescribe certain exceptions, by which mixed marriages may be authorized by the Great Kahal or Regional Supreme Council, to obtain political positions, important espionage positions, or positions of economic or social influence. Such exceptions include the many instances in which Jewesses have married kings, nobles, presidents of republics and other high Gentile leaders, or married owners of great enterprises, newspapers and other institutions Judaism wants to control. In general the marriage of Israelite women to Gentile men are authorized because the millenary Jewish law "Hagada" indicates that Judaism can only be transmitted to children of a mixed marriage through the mother, that is to say, when the mother is a Jewess. But this orthodox "Hagada" law has been over ruled by many Israelite communities, the reformists among others, who also accept as Jews the children of Jewish father and a Gentile mother. The fact that this has caused a controversy between the innovators and the more Orthodox Jewish sects does not invalidate the fact that Jewish communities which accept the children of Jewish father and Gentile mother are still loyal Israelites, and consider the children as Israelites, introducing them, when they are 13 years old, in the secret organizations of totalitarian commands of the synagogal Fraternities, which exist among the Israelite communities of the different countries of the world for the mixed Jews of "stained" blood, and which are led and controlled by those recognized to be of pure blood (even though this recognition does not always correspond to a strict reality). In this way, the descendants of mixed marriages between Jews and Gentiles are effectively organized and controlled by Israelite imperialism and are totally at its service.

It must be stressed that when the Kahal or Regional Jewish Council authorizes a mixed marriage of a Jew or Jewess to a Gentile, they make the individual swear under severe penalties that he or she will do everything possible to have the children introduced at the age of 13 or later, to the community of Israel, in a secret way so that the Gentile husband or wife will be unaware of the introduction. If the Jewish father or mother disregard this oath, in addition to the penalties applied to them, the local and regional Kahal seek the aid of other Jewish relatives, to ensure that the children of those mixed marriages may be prepared and introduced into Judaism and render the oath of obedience to the leaders and of secrecy, in an occult ceremony with impressive rites.

The nazis, dealing with the Jewish problem, mainly as a racial problem, committed a serious mistake when they considered as Germans the descendants of three German grand-parents and only one Jewish grand-father. It is evident that from a superficial racial point of view, such children were predominantly German, but the Jewish problem is not only racial but something much more complex, as the reader may have attested; in fact, as the Tribunal of the Holy Inquisition said, it was enough to have only one Jewish grand-mother, or even only a Jewish great-grand-mother, or even only one great-great-grandmother, for the descendant could be admitted to the Jewish secret societies. And all this because of the reasons we have just mentioned. This is why the laws that ruled Inquisitorial Europe and later Spain and Portugal were justified; they considered as "new christians" and therefore as suspects of Judaism, anyone who two or more centuries back had only one Jewish antecessor, and excluded such people from positions in the government, in the army and the church, even when there were not enough evidence (which was difficult to obtain) that they practiced Judaism in secret. This legislation lasted until the Inquisitorial regime was suppressed.

In China, as in other countries, communities of Ashkenazim, Sephardic, Arab, Indian, Russian, German and Roumanian and other Jews have authorized, since their arrival in China, mixed marriages with Gentile Chinese; children with partially Chinese features came from these marriages, who after getting married with other Gentile persons of the country, had children with more Chinese than Jewish appearance. Later, mixed marriages have increased the number of fifth columnist Israelites, whose racial appearance is Chinese but who in secret are members of the nation of Israel, increasing in this way the clandestine Israelite fifth column. Although we believe that the Chinese population resulting from these mixed marriages may still be small, it would be an important investigation to calculate the number of clandestine Jews in China.



CHINESE JEWS AT THE CEREMONY OF READING THE TORAH


Jewish secret societies, called Synagogal Fraternities, get together at least once a week, on Friday evenings, but in emergency on any other day, to solemnly read and comment a part of the Torah, the five first books of the Bible, and the Bible books of the Prophets, where according the Jewish belief, are the promises God made to Israelites to dominate nations where they settle and the world in general. Following this ceremonial reading and commentary, the members of the secret Fraternity inform the Assembly what they have done to dominate the political, military, economic, social, religious sectors, etc. whose control has been entrusted to the Fraternity by the Local Supreme Jewish Council. They also plan ways in which they can take over leading positions, and intrigue and manoeuvre to eliminate the Gentiles in such positions.

During the Inquisition and the period of Nazi persecution, members of the Jewish clandestine Fraternities infiltrated into those regimes, taking skillful steps to prevent their meetings and operations from being discovered, Judaism has centenary experience in this. This photo shows that Judaism is active in China for its task of conquest.

Photo taken from the Castilian Jewish Encyclopedia. Cited edition. 3rd. volume. Word: China, page 325, first column.

What I have said before about the clandestine Tiao-Kiu-Kiaou Jews is also valid for Manchuria; but regarding this vast Chinese region we will give some additional information regarding public Jews — the Jews who openly admit their identity.

The Castilian Jewish Encyclopedia makes the following statement among others: "The building of the Trans-siberian Railroad brought (to Manchuria) a certain amount of Jewish traders that founded a Jewish community in Jarbin". That after the Bolshevik revolution, many Jews from the Soviet Union emigrated to Manchuria, and were antagonized by the White Russians, who committed several murders. That these new Israelite emigrants "were not delayed to incorporate themselves to the economy of the country as employees, merchants and industrialists"... That the Japanese hostility to Jewish businesses when they occupied Manchuria in 1931, forced the Jews to emigrate to Southern China and other countries. The Castilian Jewish Encyclopedia also adds that in 1931 there were SEVERAL SYNAGOGUES in Jarbin, Mukden and Dairen as well as community philanthropic, cultural, pedagogical and Zionist institutions, etc.

The Japanese did not know the secrets of Judaism, and they tried to eradicate it using wrong methods, similar to those used during almost two thousand years by other nations in the world. In 1942 they closed all Synagogues (20) but they did not know that any time Gentile governments, through the centuries, have used this resource, it has only served to force Israelites to turn from public Jews, identified as such, to clandestine Jews that hide their adherence to the nation of Israel, apparently becoming assimilated among the people in whose land they live; thus being more dangerous. In this way, due to the Japanese mistake, public Judaism in Manchuria massively sunk into clandestinity, except those who emigrated with their enterprises to the south of China and other places.

The fact that in some countries in Europe, and specially in America, there are Jews leading the Maoist organizations, has made some people wrongly believe that Maoist communism is also controlled by the Jewish imperialism. However, what is really happening is that world Judaism — imitating Karl Marx's tactic of annulling Bakunin's international by infiltrating and controlling it with Israelite agents — tries to do the same with the international communist movement that Mao Tse-tung has been creating. These public or clandestine Jews who pretend to be enemies of the Soviet Union and its satellite communist parties, infiltrate and obtain leading positions in Maoist organizations of different countries; little by little they obtain control over many of those organizations or parties often following a genuine struggle against the puppet Moscow parties. But Judaism, as always, will win this game if it succeeds in taking over Maoist parties and organizations throughout the world, just as it won when it succeeded in infiltrating the international movement of the Gentile revolutionary, Michael Bakunin.



CHINESE CHAIR WITH TORAH ROLL


Jews in China use very elaborate chairs to read the Torah in the respective sabbatical ceremony. However, clandestine Judaism, especially in times of danger, avoids using such furniture in their secret ceremonies and meetings, to prevent any Gentiles who might discover the meeting from realizing what is going on. Clandestine Jews have centuries of experience at hiding their secret meetings, and have everything ready to camouflage their meetings to make them appear to be innocent meetings if a Gentile intruder discovers them. In times of the Inquisition, clandestine Jews sometimes used catholic clergymen, who were secret Jews, to arrange for their secret weekly meetings to be held in the curacy of the church or in some other room of the catholic church, under the patronage of these clergymen. In this way if any Gentile discovered the meeting, the clergyman told him that the meeting was composed of faithful catholics of the Parish. In other cases they arranged for secret Jews who had infiltrated into the guilds of artisans to obtain the use of a room in the guild. If the meeting was discovered by somebody, the clandestine Jewish leader of the guild would declare that the meeting was being held to discuss some matter of interest to the guild. Similar secret meetings were arranged on the premises of other reputable Gentile organizations.

Photo taken from the Castilian Jewish Encyclopedia. Cited edition, 3rd. Volume. Word: China. Page 325 first column



(1) Israel Joseph Benjamin II. Chacham of Israel. "Eight Years in Asia and Africa from 1846 to 1855." Hanover Editions 1863. Pages 206-209.
(2) Alexandre Wyllie. "Recherches sur I'existance des juifs en Chine depuis les temps les plus reculés, jusqu'à nos jours". French translation. Paris edition 1864.
(3) H. H. Milman. "The History of the Jews". 3rd. volume. London edition 1868. Pages 166 and 167.
(4) S. M. Perlmann. "The History of the Jews in China". London edition 1913. Pages 24 to 37.
(5) Castilian Jewish Encyclopedia. Mexico, 1948. 4th volume. Word: Spain.
(6) Israel Joseph Benjamin II. Cited work. Cited edition. Page 218.
(7) S. M. Perlmann. "The History of the Jews in China". Cited edition. Pages 29 and 30.
(8) Rabbi Jacob S. Raisin. "Gentile Reactions to Jewish Ideals". New York edition, 1953, page 417.
(9) Castilian Jewish Encyclopedia. Cited edition. Third volume. Word: China. Page 325, 2nd. column.
(10) Marco Polo's trips. Translated and edited by Murray. Page 99.
(11) Castilian Jewish Encyclopedia. Cited edition. 3rd. volume. Word: China. Page 325, 2nd. column.
(12) Jewish Encyclopedia. Published in New York and London, 1903 Edition IV volume. Word: China. Page 34, 1st. column.
(13) Jewish Encyclopedia. Cited edition 4th volume. Word: China. Page 34, 2nd. column.
(14) Jewish Encyclopedia. Cited edition. 3rd. volume. Word: Chao-Yng-Cheng. Page 665, 2nd. column.
(15) Jewish Encyclopedia. Cited edition. Fourth volume. Word: China: Page 36, 1st column.
(16) Jewish Encyclopedia. Cited edition. IV Volume. Word: China. Page 36, 1st. column.
(17) Chavennes and Elkan N. Adler, quoted by the Castilian Jewish Encyclopedia, cited edition, 3rd. volume. Word: China. Page 325, 2nd. column.
(18) Castilian Jewish Encyclopedia. Cited edition. Word: China. Pages 328, 329 and 330, and word: Sassoon David. 9th volume, page 460 2nd. column. Word: Sassoon Albert (Abdula, David) 9th volume, page 460, 2nd. column.
(19) All experts in Chinese Judaism agree that the Tiao-Kiu-Kiaou Jews in China are few, varying opinions from those who state they are more than two million, to Jewish writers that reduce its number to a minimum. This is not strange, for as we said before, it is an ancient and general custom of Jews to hide the real number of Jews in a country and of course of clandestine Jews. But even supposing they were more than two million, their proportion with the Chinese population of seven hundred million inhabitants would be barely three Jews for each thousand, which would be a very small percentage compared with that of the Jews in the Soviet Union. In any case, the fact that Jews always hide to the Gentiles the real amount of Jews in a Gentile nation, especially the number of clandestine Jews, makes it impossible for us to assure that the clandestine Chinese Jews, Tiao-Kiu-Kiaou and other sects, total 2 million people at most. The number may be larger or smaller. Only an investigation using all adequate means to find out the truth, would allow the total localization of Jews and find out the real number of this fifth column in China of a foreign imperialism, conqueror of nations, that acts through super secret societies of clandestine Jews, who as members of the invaded country, are infiltrated in all political, military, cultural, religious and social institutions, until it takes over the governments by exploiting personal ambitions for power and personal resentments; by sowing false ideas to promote discordance, internal division and rebellion; and also by effecting espionage and sabotage to the benefit of foreign powers when this is convenient to the plans of international Judaism for world domination.
(20) Castilian Jewish Encyclopedia. Cited edition. 7th volume, Word: Manchuria. Page 260 1st. column.




jews_china.jpg



Library of political secrets


Itsvan Bakony - La paranoïa judaïque
Itsvan Bakony - La cinquième colonne juive au Japon
Itsvan Bakony - Les juifs cherchent à dominer les nègres
Itsvan Bakony - La cinquième colonne juive en Inde
Itsvan Bakony - La cinquième colonne juive dans l’Islam
Itsvan Bakony - Le communisme chinois et les juifs chinois
Itsvan Bakony - Qu’est-ce que le judaïsme ?

Itsvan Bakony - Paranoid Judaism
Itsvan Bakony - Jews want to dominate the negroes
Itsvan Bakony - The jewish fifth column in India
Itsvan Bakony - The jewish fifth column in Islam
Itsvan Bakony - What is judaism ?



Thursday, July 25 2013

Acquérir la bibliothèque numérique du site Balder Ex-Libris au format DVD


Acquérir la bibliothèque numérique du site Balder Ex-Libris au format DVD

Acheter la bibliothèque Balder Ex-Libris

Vous pouvez acquérir la totalité de la bibliothèque du site Balder Ex-Libris au format DVD.
Elle comprend plus de 20 Go d'e-books, sous forme de fichier PDF.
Des milliers d'ouvrages rares principalement en anglais, censurés et interdits, des centaines d'auteurs.

Balder Ex-Libris



Voir aussi :

Bibliothèque Histoire Ebook
Bibliothèque Aryana Libris

Wednesday, July 24 2013

James Sayers - Can the White race survive ?




James Denson Sayers - Can the White race survive ?
1929


Can the White race survive ? As our magnificent National Capitol building at Washington may look in the year 2500 A. D., if racial amalgamation continues. Our progressive civilization will be smothered; our dark-skinned descendants will slip through the jungle from their huts to gape in wonder at the ghostly relic of the legendary white gods who once filled the land and builded great cities, but who have disappeared from earth.


Sayers_James_Denson_Can_White_race_survive.jpg




Publisher's note

This book is published with no desire to create racial strife but with a hope of building in the hearts of the white people a deeper appreciation and a greater valuation for their heritage. The author of "Can The White Race Survive ?" traces the downfall of once great white civilizations which mixed their blood with their black slaves, thus proving his assertion that the perpetuation of American civilization depends upon the survival of the white race.
At this time when there exists in the United States an open demand, not only from Negroes but from certain self-styled intelligentsia, that all segregation laws be abolished, social equality between the white and blacks be accepted, there is no doubt but that this book will be a stumbling block in the path of this group contending for amalgamation.
"Can The White Race Survive ?" will prove valuable, in the publisher's opinion, to the great body of both white and colored peoples who have the same goal to reach but realize it can only be approached on a parallel basis, that is, the white and black man working together for the benefit of both races but in two different channels which lead to the same end.
The goal is a better American civilization - it can be reached by both races striving parallel but never attained by the amalgamation of the two races.
American civilization will progress just so long as the blood streams of the white and of the inferior races flow in separate channels, but should they ever meet, and of course produce a mongrel race, American civilization will unquestionably perish.
The publishers, therefore, publish this book with a patriotic hope that it will check what is often referred to as the vanishing color line.



For more informations



ligne.jpg


Examples of ruins of civilizations that collapsed after the Aryan race has mixed its blood with the terrestrial subraces.


Machu Picchu
Machu Picchu - Peru

Tormina
Tormina.jpg

Uxmal
Uxmal.jpg

Ur
Ur.jpg

Tikal
Tikal.jpg

Meroe
Meroe.jpg

Teotihuacan
Teotihuacan.jpg

Gizeh
Gizeh.jpg

Bagan
Bagan.jpg

Palenque
Palenque.jpg

Chogha Zanbil
Chogha_Zanbil.jpg

Monday, July 22 2013

Wolfgang Juchem - Truth and justice versus lies and hatred




Wolfgang Juchem - Truth and justice versus lies and hatred
Germany's fate from a German perspective

English translation by Frank Schmidt
Heimat Publishers
Toronto, Canada

First published in German under the title of
"Wahrheit und Recht gegen Lüge und Hetze"
by Wolfgang Juchem of Aktion Freies Deutschland
Hessen-Lichtenau - Germany



It has been said that the first casualty in a war is the truth. This was proven yet again during the two World Wars, and in the 200 or so conflicts in the latter half of this century in which the superpowers were Involved.
The vilification of Germany and defamation of its people can be traced to April 8, 1904 when Britain and France, who had been bitter rivals for centuries, did an about face when they signed their Entente Cordiale, a "friendly understanding" by which they settled their colonial rivalries in order to lay the groundwork for a war against a resurgent Germany, a long time friend and supporter of England. A similar pact was signed with Czarist Russia on August 31, 1907. This Triple Alliance completed the encirclement of Germany by the three mightiest nations on earth and sealed its fate.
Two great wars have been fought by kindred peoples in the belief that they were fighting for a noble cause. In the Allied countries people believed that their way of life was threatened and the Germans were convinced that their very survival was at stake. People in the West who have been subjected to a lifetime of vicious anti-German propaganda that they actually believed the most ludicrous fabrications, may be shocked to learn that Germany as portrayed by the vicious propaganda mills of the West and Hollywood never existed on German soil.
The old adage that there are two sides to every story does not seem to apply anymore. Hopefully this modest pamphlet, although primarily aimed at Germany's betrayed youth, will help open the eyes of people in the English-speaking world who have also been duped by their media.
Only when ignorance and mistrust are replaced by openness, truth and justice will there be hope for permanent peace on earth.
To paraphrase the Bible: "And you shall know the truth, and the truth shall set you free of misconceptions"


Frank Schmidt



For more informations

Sunday, July 21 2013

Jared Taylor sur l’identité Blanche et le vote Blanc

Conférence (en français) de Jared Taylor sur l’identité Blanche et le vote Blanc
(Via le Blog de Louis Darquier)


Des faux nationalistes : islamophobes et sionistes
L’escroc Mark Weber doit céder la direction de l’Institute for Historical Review – Mark Weber Must Resign from the IHR !


Ouvrages de Michael Collins Piper sur le sujet (Anglais) :
The Judas Goats The Enemy Within
The High Priests of War
Best witness

Les ouvrages de Jared Taylor (Anglais)

Jürgen Graf - "La nouvelle question juive" ou la fin de Guillaume Faye
Les ouvrages de Guillaume Faye (Français)
Les ouvrages de Guillaume Faye (Anglais)



Jared Taylor et American Renaissance

Jared Taylor est le créateur d'American Renaissance, un média de diffusion de littérature en opposition à la pensée libérale en matières sociales et d'immigration. C'est dans le contexte charmant d'une maison patrimoniale d’un quartier historique de la région de Montréal que nous eûmes la chance de l'entendre.
Un homme comme lui sera continuellement désigné comme raciste dans le mainstream. L'épithète évoque immédiatement le troglodyte, une personne haineuse et ignorante. Comme cette description peut être éloignée de la vérité! Jared Taylor, Américain sudiste né au Japon, s'exprima dans un français d'élite de plus en plus rare, faisant de lui une personnalité de haute culture européenne, pourrait-on dire. Diplômé de Yale et de l’Institut d’études politiques de Paris, il exerça la profession de journaliste.


L’immigration et la destruction des États-Unis

Comme nous, il se préoccupe de l'immigration légale et illégale qui, selon les projections démographiques, mettra la population américaine de souche en minorité d’ici 2040. Dans cette optique, il est donc logique d’analyser la situation politique des États-Unis, dont la présente border surge qui permettrait aux immigrants illégaux d’obtenir leur citoyenneté. Le fait est qu’en 1986, il y eut aussi amnistie des illégaux sous Ronald Reagan (!). La seule et la dernière, promettaient ses défenseurs. Bien sûr, c'était de la duplicité.
Ce remplacement de population crée en soit une situation électorale où les intérêts des Blancs ne sont pas défendus. Le Parti républicain devint leur parti, car aucun autre électorat ne lui est favorable. Logiquement, le Good Old Party, comme il est nommé, devrait défendre exclusivement les intérêts de ce groupe démographique. Pourtant, non.
Il supporte encore aujourd'hui l'amnistie des illégaux (une autre!), donnant la citoyenneté à des milliers d'individus non-blancs, des Hispaniques principalement, croyant qu'ils seront si reconnaissants qu'ils voteront républicain pour le reste de leurs jours. Mais les amnistiés sont pauvres et profitent des services de l'État, alors que le Parti républicain cherche généralement à diminuer la taille du gouvernement. Les Hispaniques amnistiés par les Républicains voteront massivement démocrate, c'est une certitude.
Appuyé par des statistiques, Jared Taylor démontre comment les perceptions marquées de la vie séparent les Noirs et les Hispaniques d’un côté et les Blancs de l’autre. Une majorité d'Hispaniques et des Noirs croient que la réussite dans la vie ne dépend pas de soi, mais de circonstances extérieures que l'État a la responsabilité de rendre égalitaires. Ils croient que l'État devrait garantir un revenu minimum à chaque citoyen.
Lorsqu'ils seront majoritaires et contrôleront le gouvernement, ils tendront à favoriser ces politiques. Une telle société ira de crise en crise, comme au Tiers-monde. Les Américains d'origine européenne, eux, continueront de porter le système à bout de bras jusqu’à ce que ce ne soit plus possible.


La nation biologique

Les Blancs tendent à favoriser le patriotisme, l'attachement au drapeau et à l'identité du pays. Les États-Unis d'Amérique sont une grande nation, l'œuvre de ce peuple blanc, majoritairement anglo-saxon. Mais les institutions américaines agissent maintenant contre leurs intérêts et c'est une chose dont ils doivent se rendre compte.
Notre conférencier affirme sans ambage l'importance du biologique dans la définition de la nation. Le caractère d'une société est défini par l'hérédité de la population qui la compose, non pas par le caractère de ses institutions qui peuvent être trahies et dénaturées à volonté par les opportunistes du moment.


Comment assurer notre continuation ?

Jared Taylor s'identifie comme Américain, particulièrement Américain du Sud, et ne souhaite pas la disparition de cette identité. Mais en privilégiant par-dessus tout que nos petits-enfants ressemblent à nos grands-parents, il faut envisager que cette descendance ne soit plus possible qu’en dehors de nos nations distinctes. Donc, si la seule manière de rester Blanc était, par exemple, d’émigrer au Québec, et bien va pour le Québec; il deviendrait Québécois.

L'importance du territoire demeure. Pour se préserver, un peuple a besoin d'un territoire où il est clairement majoritaire.
Y a-t-il dilemme? Pan-européanisme ou, au contraire, tribalisme national comme nous le connaissons ? Lorsque nous rencontrons un Jared Taylor, comme l'Anglais nous semble plaisant! Mais bien sûr, l’animosité entre pays européens continue d'être vive de part et d'autre et ce type de projet n’est pas pour demain la veille.
Nous devons donc continuer de travailler sur nous-mêmes, tout en gardant cette porte ouverte lorsque la situation sera aussi critique que dans le sud des États-Unis et ailleurs en Europe.

F.Q.S.
Pour la préservation de notre peuple



Compte-rendu complet de l'événement
www.quebecoisdesouche.info







A White Society : How We Can Get There

Saturday, July 20 2013

Philip Jones - Racial hybridity




Philip Jones - Racial hybridity



The challenge to destroy the white race

Whites must not be so naive as to think that the world will let the White Race retain its racial purity and allow them to find their own destiny apart from the mixed and colored races of the earth. Our right to be racially separate is more important than all the other rights which we have, but the colored world, like Pharaoh in Egypt, refuses to allow us to live independently from the rest of the world.


The jewish challenge

The Jews live by a code which very few people know about. That code, of course, is not the Bible, but the Talmud. The greatest Jewish thinker, Spinoza, summarized this code in his treatise On True Freedom: " 'To obtain that which we demand for our own salvation and our peace, we need no other principle than this, to lay to heart what is for our own interests' " (23:153). Spinoza believed in the saying , "I can, and therefore I may," an attitude which every Jew seems to hold. Since the Jews are racially different from Whites, what is in the best interests of Jews is not what is best for the White Race, therefore the two can never arrive at an agreement leading to peace. We intend to show very clearly, from the mouths of Jews themselves, why Whites must treat race as the most important consideration and why no Jew can ever be considered a teacher or advisor to us.
Dr. Kurth Munzer, in his book "The Way To Zion", said: "We Jews have spoiled the blood of all races. We have tarnished and broken their power. We have made everything foul, rotten, decomposed and decayed." The Jewish author, Maurice Samuel, adds: "We Jews, we, the destroyers , will remain the destroyers forever. Nothing that you will do will meet our needs and demands. We will for ever destroy because we need a world of our own, a Godworld, which is not in your nature to build" (141:155) . Goldsmith says that the Jew "is intent on subverting, on changing, on getting everything in his own hands... He is bent on destroying truth, honour patriotism-everything that stands in the way of a purely materialistic conception of life"(51:388).

The intense hatred which the Jews have for those who embody Christian ideals of law and order is revealed by Hoskins. He says that when the Jewish or Bolshevik, armies took over Russia in 1917 "The Reds gleefully herded together entire families of the Nordic aristocracy and butchered them with scythes, feeding their bodies to the swine... When terms were offered by the Reds granting amnesty to the White armies, they surrendered. After the surrender, in violation of all laws of decency and humanity, the Nordic warriors were lined up before firing squads and shot. Their wives and daughters were herded into large camps to be used as prostitutes by the Communist soldiers" (73:21-23). The Thunderbolt in one of its articles tells more (202:6-8). We might also mention Louis Fitzgibbon's book, "Katyn Massacre", in which he tells about the 14,500 Polish officers killed mercilessly in world War II after surrendering to the Reds of Russia.
Despite these violations, one of the most basic assumptions of the Jews is "human rights" (68:788-789), as if the Jews have somehow earned the right to live freely and the wrongs of the past all been put right. The apparent contradiction is understood when we realize that the Jews communicate through the use of what Hegel termed "dialectics". By using opposite terms, such as "peace" when really they mean "war", the Jews are able to converse in public without the "gentiles" understanding. The call for "human rights" today is thus a call for White slavery and for continued violation of White racial purity. Says Rabbi Siegel: "It means that the Christian, if the Jewish experience is any guide, can expect to be persecuted if he acts on the basis of his beliefs, since what he believes is often likely to be regarded as a threat to the underpinnings of the national society" (168:197).

The following excerpt is from a speech made by Rabbi Emanuel Rabinovich before a special meeting of the Emergency Council of European Rabbis in Budapest, Hungary on January 12, 1952: "The goal for which we have striven so concertedly for three thousand years is at last within our reach, and because its fulfillment is so apparent, it behooves us to increase our efforts and our caution tenfold. I can safely promise you that before ten years have passed, our race will take its rightful place in the world, with every Jew a king and every Gentile a slave... We will openly reveal our identity with the races of Asia and Africa. I can state with assurance that the last generation of white children is now being born. Our control Commissions will, in the interest of peace and wiping out inter-racial tensions, forbid the whites to mate with whites. The white woman must cohabit with members of the dark races, the white men with black women. Thus the white race will disappear, for mixing the dark with white means the end of the white man, and our most dangerous enemy will become only a memory" (125:60-61).

Although the Jews have not actually forced Whites to intermarry yet, this does not mean that they will not try to. We believe that if the infamous Genocide Treaty (bill) becomes law in the United States, Whites will be pressured to intermarry in the interest of peace between the races and for peace in America (to withstand the "Communist" threat). If such a law comes to pass , Whites will have no choice but to resist or die. To the Jews our racial purity represents genocide to themselves and the colored world, while to us race-mixing means genocide to our race. At any rate, this shows us the ultimate issue - and it is not RELIGION, but RACE ! Any compromise on our part on this issue will mean our defeat and demise.
According to Rogers, "A Spanish law of 1348 condemned to death any Jew going with a Christian woman, even though she were a prostitute" (140:5). However, this law was changed , and Whites were finally forced to intermarry with Spanish Jews. The offspring from those marriages may partly account for the existence of the Sephardim. Whites who reacted against the Spanish decree were called Puritans, while Whites named the Jews Chueta, which means "dog or swine" (42 : 157).

That the Jews intend to gain public opinion on their side and force miscegenation upon us is clear. As Arnold Toynbee once said: "America must either be prepared for a state of permanent race war or accept the kind of integration that will work toward complete fusing of the races through interracial marriage. "Toynbee believed that we must all give up our nationalistic ideas, transferring our loyalties to "the whole human race."
Rabbi Abraham Feinberg remarked in Maclean's Review (Sept. 5 , 1967) : "Until we learn to fight our ingrown fears of sexual relations between the races, the end of the race problem will not be in sight... Such a change will involve an insideout remodelling of the White psyche, for our fear of mixed marriages is deeply rooted. But the change must begin sometime. Why not now ?" (203:6).

Perhaps the most important statements made by Feinberg are the following: "If anything, the law should encourage , not forbid, the intermingling of 'bloods.' ... But legislation cannot change the human heart. The only way we can accomplish that, the only way we can achieve a Final Solution to racial prejudice, is to create a melange of races so universal that no one can preen himself on his racial 'purity' or practise the barbarism to safeguard it.

"The deliberate encouragement of interracial marriages is the only way to hasten this process. And it may be that time is growing short. The dominance of our world has begun to shift, like cargo in a listing vessel, from the white races to the colored. The sooner we adjust to this fact, the better it wil l be for our children. For we might well acknowledge, even the most enlightened of us, that we will never completely eliminate racial prejudice until we eliminate separate races" (203:6 - emphasis added). There in a nutshell we have the Jewish challenge to Whites still struggling to maintain their racial purity. Only a conqueror would try to dictate terms such as given above, therefore Whites should wake up to the fact that the Jews are in a state of war against Whites, even when they pretend to be our friends.

ligne.jpg

For more informations

Thursday, July 18 2013

Sacré Moyen-Age




Sacré Moyen-Age
Terry Jones des Monty Python nous guide dans le monde médiéval


Au cours d’une série documentaire de 8 épisodes produite pour la BBC et History Channel, Terry Jones, un des membres des Monty Python (Sacré Graal, La vie de Bryan …) et spécialiste d’histoire médiévale, nous guide dans le monde du Moyen Âge. Au cours de ce voyage à travers l’histoire, il remet en question les mythes et clichés se rapportant à cette période (le moine pieux, la demoiselle en détresse et le noble chevalier…).



1 - Le paysan
Bouseu, ignare, vulgaire, et surtout esclave; il ne faisait pas bon être paysan au moyen âge. Mais si l'on compare avec le citoyen moyen d'aujourd'hui, on risque d'avoir des surprises...


2 - Le moine
Le moine, selon l’idée reçue, consacre sa vie à la prière et au service de Dieu. Toutefois, ceci ne concerne pas tous les moines : certains d’entre eux consacrèrent en effet leur vie à amasser de véritables fortunes…


3 - La demoiselle
Quelle a été la place de la femme au Moyen-Âge : timide, passive, ou encore en détresse ? Pas tout a fait ! La dame du Moyen-Age contrôlait souvent sa vie, ses affaires, et a même pu contrôler des armées. Terry Jones nous décrit ainsi dans cet épisode la femme du Moyen-Âge.


4 - Le Menestrel
Longtemps présenté comme sans intérêt pour l’histoire, le ménestrel médiéval avait une carrière précaire et était souvent impliqué dans des guerres et des intrigues politiciennes…


5 - Le Chevalier
Le chevalier : héros en armure ou simple violeur et pilleur ? Terry Jones lève le voile sur certains côtés obscurs de la Chevalerie et surtout nous révèle la figure emblématique qu’était le chevalier.


6 - Le philosophe
La période médiévale fut longtemps considérée comme une période de superstitions dominée par l’ignorance. Mais les scientifiques du Moyen-Âge, les philosophes, avaient de grandes connaissances du monde, de la nature et même de l’Antiquité. Pour en savoir plus, suivons Terry Jones dans son exploration du philosophe médiéval.


7 - Le hors-la-loi
Les hors-la-loi étaient souvent issus de la noblesse terrienne qui, elle, volait aux pauvres pour donner aux riches.
L’image du pauvre paysan ayant besoin d’un vengeur est non fondée. Les pauvres avaient des avocats qui étaient parfois plus procéduriers que certains avocats d’aujourd’hui ! Se fouler une cheville dans le sillon d’une charrette pouvait être très juteux autrefois…


8 - Le Roi
Pour finir la série en beauté, Terry Jones consacre cet épisode à trois rois d’Angleterre : Richard I (Richard Cœur de Lion) ; Richard II, assassiné pour empêcher une révolte du peuple, Richard III et un mystérieux inconnu.



Voir aussi : Hans Talhoffer - Manuscrit d'Ambras



watt_john_millar_robin_hood_richard_the_lionheart.jpg

Wednesday, July 17 2013

Adrien Arcand - Le communisme installé chez nous




Acheter la version papier du livre - Book Depository - The Book Patch
Adrien Arcand - Le communisme installé chez nous

“Notre devoir devant les faits”
Causerie prononcée à Montréal en 1966


Préambule

Je vous ai dit que le Communisme est solidement installé chez nous. Non pas le Communisme tel que nous le fait voir ordinairement la propagande anticommuniste des enfileurs de mots : c’est à dire un parti communiste à la solde de Moscou, avec des réseaux d’espionnage soviétique, d’agents de Moscou cherchant à voler nos secrets politiques, diplomatiques et militaires, de propagandistes spéciaux infiltrant tous les rouages de l’appareil administratif et social. Ces forces sont connues, la plupart d’entre elles opèrent au grand jour, ont leurs publications, se réunissent régulièrement. C’est le moindre des périls que présente chez nous la conspiration communiste, et il est facile de le mettre hors d’état de nuire.
Le danger communiste que je veux particulièrement souligner à votre attention, c’est le Communisme légal, gouvernemental, administratif, qui opère dans notre pays depuis plus de trente ans, qui nous a plongés dans un communisme actif partiel, en a fait une coutume sociale et nous a préparés au communisme total, intégral, définitif.
C’est en 1917 que les chefs communistes, dont 89 % étaient de sang juif, ont pris le contrôle et l’administration de l’État russe. C’est la même année, 1917, que nos bons démocrates conservateurs et libéraux ont, dans presque tous les pays du monde, implanté le communisme dans l’administration des autres Etats occidentaux.
Comme il est dit dans l’Évangile, il y en a qui crient « Seigneur ! Seigneur ! » mais qui se conduisent et agissent comme des ennemis du Seigneur. De même, en politique, nos bons démocrates libéraux, conservateurs et autres, crient sa cesse contre le Communisme, mais ils ne cessent pas de le servir, de le répandre, de lui donner la protection des gouvernements, des parlements, des lois et des tribunaux. Quand je vous aurai expliqué clairement la justification de mon affirmation, qui peut vous paraître extravagante ou exagérée, vous devrez admettre que vous faites tous du communisme sans le savoir ; que vos gouvernants sont tous des serviteurs zélés de Karl Marx, propageant l’action communiste dans la mesure même qu’ils le condamnent. Et cette admission vous en fera faire une autre ; c’est que vous êtes trahis par une partie de vos gouvernants, tandis que l’autre partie constitue simplement une bande d’aveugle conduisant un peuple aveuglé par leurs mensonges ou par leur ignorance crasse.
Le Communisme n’est pas seulement, comme on est trop porté à le croire, une organisation politique composée de pauvres diables dégoûtés des injustices sociales, des mensonges ou des abus des politiciens véreux ; composée d’intellectuels tarés, névrosés ou décadents ; composée de ceux que le vice attire plus que la vertu ; composée de jaloux, d’en vieux, de haineux, d’insoumis, de révoltés, de repris de justice et de rageurs congénitaux, tous conduits par des chefs juifs qui, eux savent où ils vont. Si ce n’était que cela, le Communisme, un simple coup de balai suffirait à le faire disparaître au fond d’un porte-poussière. Mais le Communisme est beaucoup plus que cela.


Un simple stratagème

C’est un stratagème juif en vue de conduire Israël au pouvoir mondial. Et comme il y a de solides barrières fermant la route à cette ascension juive vers le sceptre mondial, la conspiration communiste a pour but d’ébranler, puis de renverser ces barrières l’une après l’autre. Ces barrières sont la monarchie, la religion, la tradition, l’esprit national, l’esprit familial, l’initiative individuelle, la propriété privée, avec tout appareil des autorités, des droits et des lois qu’ils comportent. Toute la littérature théorique du communisme, de même que son application pratique dans les pays qu’il a subjugués, ne laisse aucun doute là-dessus. L’évangile du communisme, « Manifeste Communiste » de Marx et Engels, livré au monde en 1848, il y a plus d’un siècle, l’affirme solennellement et donne la ligne de conduite à suivre pour parvenir au but final. Il faut affaiblir toutes les institutions politiques, sociales et économiques, au point qu’un simple ébranlement les fera crouler et que le parti communiste, simple instrument de prise de pouvoir, n’aura qu’à se baisser pour ramasser les débris de ces institutions effondrées. Mais tout cela ne peut se produire que si la base originaire et principale sur laquelle toutes les institutions s’appuient :
La propriété privée, a été, sinon détruite, du moins conduite par épuisement à un état de faiblesse impotente. Toute la littérature marxiste ne constitue qu’une incantation sans répit contre la propriété privée, principalement elle qui est représentée par les classes terriennes et agricoles, les classes qui possèdent personnellement, sans caractère anonyme, le petit commerce et la petite industrie, c’est-à-dire la petite bourgeoisie. Le haut est facile à conquérir, du moment que l’on contrôle la Finance Internationale qui fait la valeur des monnaies, que l’on contrôle la force déterminante des prix du marché mondial, que l’on contrôle les grands consortiums intercontinentaux, par lesquels on absorbe à volonté les entreprises qui en dépendent ; le bas est aussi facile à contrôler, quand on le tient à la merci d’un paupérisme constant déterminé par le coût de la vie et, au besoin, par les crises économiques facilement créées, quand on détient les leviers du crédit. Mais le centre, lui, la petite bourgeoisie, est beaucoup moins facile à enrégimenter, à contrôler, à internationaliser, parce que son intérêt est exclusivement local, parce qu’elle est fermement enracinée dans le sol national, parce qu’elle participe plus que toute autre classe à la pulsation du cœur national, parce qu’elle représente les fruits de l’initiative, du travail, de la patience et de l’économie. Dans l’idée du marxisme, c’est elle qu’il faut détruire, et le moyen choisi pour la détruire c’est l’agression sans répit contre son avoir : la propriété privée.


Les dix commandements de Karl Marx

Toutes les institutions au monde, même celle de l’État, sont soutenues par la propriété privée, à laquelle elles font toutes appel, par un moyen ou l’autre. Dès que la propriété privée disparaît, toutes les institutions qui en dépendent tombent d’elles-mêmes ou deviennent des simples instruments de l’État, qui hérite automatiquement de la propriété. Le citoyen lui-même, dépouillé au profit de la propriété publique, ne se trouve plus qu’un esclave de l’État. Aussi longtemps que les citoyens peuvent jouir de la propriété, ils peuvent toujours se défendre contre les attentats à leurs droits ; quand ils n’ont plus rien et sont tous également pauvres, c’est pour eux la servitude totale et définitive sans moyen ni espoir de libération. Dans leur conspiration pour la domination mondiale, les chefs juifs ont tout prévu et, s’ils réussissaient dans l’exécution de leur plan, ils ont parfaitement raison de dire que leur règne sur tous les peuples durerait au moins mille ans.
Dans son deuxième chapitre, le Manifeste Communiste des Juifs Marx et Engels énumère son décalogue, ses dix commandements matérialistes, dont presque tous visent à l’anéantissement de la propriété privée. « Pour commencer, dit le Manifeste, tout cela ne peut être effectué que par le moyen d’agressions despotiques contre la propriété privée et contre les conditions de la production bourgeoise... Ce sont des moyens indispensables pour révolutionner le mode de vie ». Quelques lignes auparavant, le Manifeste Communiste déclare que, « par la politique, il faut travailler à dépouiller la bourgeoisie de tout son capital, par degrés, et de centraliser toute la production dans les mains de l’État ». Le premier commandement de ce décalogue matérialiste réclame l’abolition de la propriété terrienne. En attendant que le Communisme au pouvoir confisque toute propriété terrienne, il faut naturellement (comme pour l’industrie et le commerce), encourager la centralisation de cette propriété en le moins de mains possible, pour qu’au moment voulu, la masse des propriétaires d’hier, dans la rancœur ou l’esprit de vengeance naturels chez les dépossédés, accueille avec plaisir la dépossession de tous au profit de l’État. Les grands organismes du capitalisme international ont, dans tous les pays, des sociétés d’immeubles qui, avec les profits réalisés par la Haute Banque achètent et accumulent tout ce qu’elles peuvent de propriétés immobilières, rurales comme urbaines. En même temps, l’État fédéral devient, à la faveur des guerres ou préparatifs de guerres, détenteur d’une proportion toujours plus vaste de la propriété immobilière du pays.


L’impôt sur le revenu

Le deuxième commandement du décalogue marxiste exige ceci : un impôt sur le revenu, lourd, gradué et progressif. Je répète : Karl Marx, prophète et fondateur du Communisme tel que nous le connaissons aujourd’hui, demande dès 1848, aux fins d’arriver au communisme mondial : un impôt sur le revenu, lourd, gradué et progressif.
Presque tous les pays qui ne sont pas derrière le « rideau de fer », pays qui se disent anticommunistes, ont appliqué sur leur territoire des lois d’impôt sur le revenu, un impôt lourd, gradué et progressif. Et cela depuis 1917, l’année même que Lénine, Trotski et Staline imposaient le Communisme, sous le nom de démocratie populaire, en Russie Soviétique.
Comme condition préparatoire au Communisme universel, Karl Marx, qui s’y connaît en fait de communisme, exige l’impôt sur le revenu ; impôt qui, suivant sa propre définition, constitue une agression despotique sur la propriété privée, impôt qui doit conduire, à la fin, à la ruine de toute propriété privée.
Nous avons cet impôt chez nous, comme il existe en Angleterre, en France, aux États-Unis, en Australie, bref dans toutes les « démocraties ». Jamais les communistes n’ont été au pouvoir chez nous ou dans ces pays. Alors comment se fait-il que nos démocrates libéraux et conservateurs aient pu incorporer pareille loi de sens, d’esprit et de but communistes dans nos statuts, une loi véritablement despotique qu’il n’est pas permis de débattre devant les tribunaux, contre les empiétements de laquelle il n’y a ni recours, ni juges, ni appel, une loi qui place la propriété des citoyens à l’entière discrétion de simples fonctionnaires et bureaucrates ? Vous en aurez la réponse dans quelques instants.
Pour quiconque a étudié le communisme suivant ce qu’il est dans sa sinistre réalité, c’est-à-dire ailleurs que dans les bafouillages orthodoxes de propagande pour ou contre, l’impôt sur le revenu atteint simultanément trois buts communistes.


Trois buts communistes importants

1 - L’impôt sur le revenu dépouille le citoyen de son capital, sous prétexte que c’est un revenu.
Que j’hérite demain d’une vieille tante qui me lègue cent mille dollars ; je puis placer cet argent dans une société commerciale ou industrielle, qui m’en donnera annuellement environ cinq mille dollars. Je n’aurai même pas à me déplacer pour recevoir l’intérêt ou le dividende annuel, qui me sera transmis par la poste. C’est là essentiellement un revenu.
Par ailleurs, que je retire des gages, un salaire, un cachet ou des honoraires soit comme serviteur, ouvrier, artiste ou professionnel, cet argent ne m’est pas donné pour rien. Je dois le gagner, donner une valeur en échange, vendre mon énergie, mes sueurs, mon attention, mon jugement, mon expérience, mon temps, une proportion de la vie que j’ai à vivre. Ce n’est pas un revenu, c’est un échange de valeurs, in échange de capital-activité, de capital-habileté, de capital-création pour du capital-argent. Il est bien paradoxal que, dans cet échange de valeurs, ce qu’on appelle le capital humain soit taxé, et l’autre partie, le capital-argent, ne le soit pas. Gages, salaires, honoraires, à quelques montants qu’ils se chiffrent, ne sont pas des revenus et ne le seront jamais Pourtant, ce sont eux qui portent le fardeau le plus lourd de l’impôt sur le revenu. Et on leur impose ce fardeau par la magie d’un mensonge véritable qui engendre un vol véritable, la plus crapuleuse des escroqueries. Cet impôt de despotisme et de fraude a pour mission d’éliminer graduellement la petite bourgeoisie et d’empêcher les classes pauvres de pouvoir s’élever, comme c’est leur droit, dans l’échelle sociale. Nos démagogues de la démocratie, quand vous leur dites ces choses, vous répondent qu’il faut des revenus à l’État. Certes il en faut, mais au lieu de taxer l’argent gagné et devenu propriété privée des citoyens, au lieu d’aller fouiller leurs poches avant même qu’ils aient pu compter leur gain, on n’a qu’à taxer l’emploi que les citoyens font de l’argent. Je vous en parlerai de façon plus détaillée dans une prochaine occasion.


Le citoyen, employé de l’État

2 - Le deuxième but communiste atteint par l’impôt sur le revenu est de transformer le citoyen en un simple employé de l’État, exactement comme en Russie Soviétique. Le principe est absolument le même, et il n’y a de différence que dans la proportion ou le pourcentage du hold-up perpétré par l’État.
En somme, qu’est-ce que l’impôt sur le revenu veut dire, dans ses fins pratiques ? Ceci. Après douze mois de travail, l’État vous fait comparaître devant lui et, dans sa chinoiserie légaliste, vous dit ceci : « Tu as travaillé pour moi depuis douze mois, rends-moi des comptes. Tu as, par tes activités, retiré telle somme globale. Bien. L’an prochain, je veux que tu continues de travailler pour en gagner autant. Alors, afin que tu vives, je t’alloue tel montant ; pour que ta femme continue de maintenir ton foyer, je t’alloue tel montant pour elle ; pour que tes enfants ne crèvent pas complètement, je t’alloue tel montant par enfant ; pour que tu aies un peu de sécurité et de paix morale durant ton travail, je t’alloue tel montant pour des assurances, des contributions religieuses et charitables. Tout ce qui reste, je le prends, ou j’en prends 20, 30, 40, 60, 80 pour cent, car c’est pour moi que tu as travaillé. Maintenant, retourne à tes occupations et, l’an prochain nous nous reverrons ». Et, ce que l’État arrache à l’ouvrier, ce sont les économies qu’il pourrait faire pour les mauvais jours ; ce qu’il arrache à la petite bourgeoisie, ce sont les réserves nécessaires pour les temps durs. Et la propriété privée des citoyens va se centraliser toujours davantage dans le gouffre sans fond de l’État. En Russie, l’État prend tout le profit de l’activité humaine ; ici, nous avons exactement la même chose, sauf que la proportion de l’escroquerie est inférieure. Il faut nous habituer graduellement au système communiste, et ceux qui chez nous font ce travail, demandé par Karl Marx, ont l’effronterie, l’impudence de se dire anticommunistes ! Nos foules peuvent bien se débattre dans la confusion et les ténèbres, sans plus savoir ce qui se passe dans le monde, quand les gouvernants, les chefs du troupeau, manifestent tant d’inqualifiable ignorance, là où ce n’est pas de la mauvaise foi, du cynisme et de la trahison.


Des peuples de tricheurs

3 - Le troisième but communiste atteint par l’impôt sur le revenu, c’est la généralisation du désordre dans le peuple. Tout système politique respectable, toute forme d’administration, de quelque nom qu’on l’appelle, doit avoir, comme but fondamental, d’instaurer et préserver l’ordre dans la société. L’ordre se manifeste par le respect des lois. L’irrespect, la contemption des lois, est le plus grand désordre dont puisse souffrir une société, et cela d’autant plus que le nombre des hors-la-loi est plus grand. Depuis que je suis sorti du camp de concentration, je me suis fait une marotte de poser cette question à plus de cinq mille personnes de toutes classes et de tous rangs : « Quand vous faites votre rapport d’impôt sur le revenu, devant Dieu devant votre conscience et votre pays, est-ce que vous dites à l’État tout ce que vous devez lui dire, et est-ce que vous lui donnez tout ce que la loi exige que vous lui donniez ? » — Vous vous imaginez les regards, les expressions de visage et les sourires qu’on m’a faits. Mais pas un seul n’a osé me répondre : oui. Je ne blâme pas ces gens d’essayer de se défendre contre ce que Karl Marx appelle « une agression despotique contre la propriété collective ? L’écureuil ne défend-il pas à mort le tas de noisettes qu’il a travaillé à amasser pour ses petits et pour les mauvais jours ? » Il est évident qu’il répugne à nos gens, anticommunistes, de respecter une loi de caractère communiste. Mais il n’en reste pas moins que cette loi a transformé d’innombrables foules, on pourrait dire tout un peuple, en une bande d’éludeurs, menteurs, tricheurs, rédacteurs de faux rapports, parjures au besoin : c’est-à-dire une nation de hors-la-loi. Peut-il y avoir de plus grand désordre dans la société ? Non. Karl Marx et tous ses disciples, chevaliers avant tout du désordre, n’auraient pu faire mieux eux-mêmes !
Dépossession du citoyen, établissement du principe de l’État-patron, révolte larvée contre la loi et désordre social, voilà une oeuvre bien marxiste, bien communiste de nos soi-disant anticommunistes au pouvoir.


Toujours comme à Moscou

Abolition du droit à l’héritage. Autre forme de dépression du citoyen au profit de l’État. Si, comme pour l’impôt le revenu, on ne prend pas encore 100 pour cent de l’héritage laissé à une veuve et à ses orphelins, on prend un pourcentage plus ou moins fort suivant que le défunt a eu plus o moins d’initiative et à plus ou moins économisé.
Le quatrième commandement demande la confiscation de la propriété de tous les émigrants et rebelles. Leurs femmes et enfants innocents sont punis et l’État continue toujours d’absorber la propriété privée. Nos démocraties « anticommunistes » ont observé ce commandement de Karl Marx aussitôt après la récente guerre, plus particulièrement en France.
Le cinquième commandement du décalogue marxiste stipule : Centralisation du crédit dans les mains de l’État, par le moyen d’une banque nationale à capital d’État et d’un monopole exclusif. Ce commandement a été réalisé au Canada en 1932 ; depuis, les banques nationales des « démocraties » irresponsables aux Parlements, ont été toutes reliées sous le monopole mondial de la Haute Banque établie à Dumbarton Oaks en 1943, et une poignée de Juifs détermine ainsi la vie financière des pays enchaînés.
Sixième commandement du Manifeste Communiste de 1848 : Centralisation des moyens de communication et de transport aux mains de l’État. Nous l’avons aussi pour au moins la moitié de tout notre réseau de communications.
Septième commandement : Extension de la propriété d’État aux usines et instruments de production. Le principe est admis ici, comme dans les usines de Chalk River, de Polymer Corp. à Sarnia, et autres, et peut être généralisé à la faveur d’une guerre ou d’une simple période de crise, comme le gouvernement socialiste anglais vient de le faire.
Huitième commandement : Obligation pour tous de travailler, ce qui devient automatique lorsque le citoyen ne jouit plus de la propriété privée. Notez qu’on ne parle pas du droit au travail, car, comme en Russie, le récalcitrant ou insoumis est rayé de la liste des travailleurs et condamné à mourir de faim.
Neuvième commandement : Combinaison de l’agriculture avec l’industrie manufacturière, ce qui sera fait par la conscription de tous les travailleurs et leur incorporation dans des armées de prolétaires et d’agriculteurs. Qu’une nouvelle guerre éclate et, de par l’organisation qu’il a créée notre gouvernement fédéral se verra dans l’obligation d’établir ces armées de travailleurs conscrits. Marx demande aussi une redistribution de populations urbaines et rurales, c’est-à-dire la dépopulation des campagnes.
Dixième commandement : l’instruction gratuite dans des écoles publiques. Si ce n’est plus la famille qui subvient à l’éducation, c’est nécessairement l’État, et le devoir d’éduquer les enfants incombe primordialement à l’État. Automatiquement l’autorité paternelle disparaît pour faire place à l’autorité de l’État sur l’enfant. Et l’école publique, dans le langage marxiste, c’est l’école neutre, sans Dieu ni religion. Le principe de l’instruction libre dans des écoles publiques, contre lequel Québec s’était toujours défendu, nous a été imposé par Monsieur T. D. Bouchard lorsqu’il était le plus important et plus puissant ministre du cabinet Godbout.


Vers le gouvernement mondial

Voilà les dix conditions réclamées par Karl Marx pour préparer et hâter l’avènement du Communisme universel. Et le conspirateur savait exactement où ces préceptes doivent conduire fatalement, quel travail de corrosion de la société et de l’ordre existant ils doivent opérer, quelles inéluctables conséquences ils doivent amener. Ces dix conditions, nous les avons toutes au travail dans notre pays, partiellement ou dans leur totalité. Ce sont les dix piliers fondamentaux du grand édifice communiste. Vous admettrez que c’est plus important et plus grave qu’une bande de braillards qui peut se nommer « le parti communiste », car, même si l’on se débarrassait de ce parti, nous n’en courrions pas moins au Communisme total, en continuant d’observer les dix commandements de l’athée Karl Marx qui font loi chez nous. Nous sommes déjà en plein Communisme, nous en faisons chaque jour, nos lois nous y orientent constamment, l’administration publique nous y pousse. Et vous allez voir bientôt augmenter la vitesse de cette course, de même que la poussée vers le gouvernement mondial.
Mais, direz-vous, comment se fait-il que nos gouvernements aient pu légiférer dans un sens aussi ouvertement communiste, depuis 1917 ? Étaient-ils des naïfs, des ignorants ? Les « suiveux » de la politique en étaient, mais pas les chefs. Les chefs, c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui déterminent la législation et la marche de la nation étaient des complices de Karl Marx, des traîtres. Je veux dire la Franc-Maçonnerie internationale, maîtresse de notre politique, et qui est autant aux mains de la Juiverie que les Internationales prolétaires. Elles visent au même but, ont le même idéal, tendent vers les mêmes fins, suivent les mêmes aberrations. Je ne parle pas des maçons des degrés inférieurs, généralement très honnêtes hommes, qui suivent les Loges dans l’espoir d’avancement personnel ; je parle des chefs, des grades supérieurs, petite minorité qui seule connaît les secrets de la Franc-Maçonnerie. Et quand je parle de Franc-Maçonnerie, je parle de tous les rites et de toutes les obédiences. Prenons la moins nocive de ces sectes, celle qui se présente sous les dehors les plus déistes et les plus honorables, la Franc-Maçonnerie du Rite Écossais.


Le grand serment maçonnique : c’est du communisme

Le général Garibaldi, vainqueur des armées papales eu 1870, avait été initié au 33ème et dernier degré du Rite Écossais. Faute de temps, je ne vous lirai que quelques lignes de la communication des grands chefs lors de son initiation et le serment qu’on lui fit prêter.
Je cite : « Aucun degré ne révèle toute la Vérité ; le voile n’est levé que graduellement devant les yeux des curieux Pour nous du Conseil Suprême, investis du Pouvoir Suprême, et pour nous seulement, la vérité est pleinement révélée et nous fait savoir, voir et sentir que : l’Homme est à la fois Dieu, Pontife et Roi de lui-même. Voilà le sublime secret, la clé de toute science, le sommet de l’initiation. La Franc-Maçonnerie, synthèse parfaite de tout ce qui est humain, est donc Dieu, Pontife et Roi de l’humanité ; c’est ce qui explique son universalité, sa vitalité, sa puissance. Nous, les Grands Chefs, formons le bataillon sacré du Sublime Patriarche, qui est Dieu Pontife et Roi de la Franc-Maçonnerie. Voilà la triple Vérité. » Plus loin, je lis : « Résumons donc clairement, pour vous, la Grande Lumière de la suprême initiation : Vous êtes votre propre Dieu, votre propre Pontife et votre propre Roi. Votre raison est la seule règle de Vérité, la seule clé de la science et de la politique. Vos appétits et vos instincts sont la seule règle du Bien. La seule clé du progrès et du bonheur.
« Vous devez comprendre et interpréter comme suit notre motto sacré : Liberté, Égalité, Fraternité. » Dans une assez longue explication, le conseil suprême enseigne à Garibaldi que Liberté veut dire indépendance de volonté qui ne reconnaît aucune puissance, qui ne se soumet à aucun roi, aucun pape, aucun Dieu. Égalité veut dire que la terre est à tous les hommes également, que personne ne doit avoir plus que son voisin, qu’il faut abolir les contrats, l’héritage, exproprier les compagnies de finance, banques, canaux, transport, assurances, mines, etc. Fraternité veut dire la formation d’un État maçonnique au-dedans de l’État, puis au-dessus de l’État, puis contre l’État. Puis on fait prêter le serment à Garibaldi. Je cite textuellement :
Répétez maintenant après nous notre Serment Suprême : « Je jure de n’avoir aucune autre patrie que la patrie universelle. Je jure de m’opposer fermement, partout et toujours, aux frontières des nations, aux frontières des champs, aux bornes des maisons et des boutiques, et aux liens de la famille ;
« Je jure de renverser, au sacrifice de ma vie, les frontières que les chrétiens humanicides ont tracées avec le sang et la boue au nom de Dieu ;
« Je jure de vouer mon existence entière au triomphe sans fin du progrès et de l’unité universelle, et j’affirme mon adhésion à la négation de Dieu et de l’âme. »
Le même Rite Écossais, par son chef Suprême Albert Pike, avait défini comme suit les trois points maçonniques, à Paris en 1885 : 1er point : Destruction du surnaturel, de l’autorité, de l’activité antimaçonnique ; 2ème point : Matérialisme de la conscience, de l’éducation, de l’État ; 3ème point : Imposition maçonnique sur la famille, sur la nation, sur l’humanité.


La suprême supercherie

Comme on peut le voir, les buts du Communisme et de la Franc-Maçonnerie sont parallèles et identiques, ils cheminent vers le même aboutissement. Il n’y a rien de surprenant à cela quand on sait que les Juifs Marx, Engels et Lasalle, premiers prophètes du communisme, étaient aussi des francs-maçons, de même que le Juif Ricardo, père de l’économisme moderne et chez qui Marx et Engels ont puisé leur théorie de la plus-value (ou profit).
Quand on sait que le judéo-marxisme trône au Kremlin et dirige les pays sous le joug soviétique, quand on sait que la judéo-maçonnerie trône à Lake Success et dirige les gouvernements démocratiques, il n’est pas étonnant que toute l’humanité subisse, partout à la fois, des attaques soit ouvertes, soit cachées et perfides, contre le surnaturel, la religion, l’idée nationale, la tradition, la famille, la propriété privée ; et que le monde entier, dans les deux camps, soit poussé vers la république universelle, un monde de sans-Dieu, de sans-patrie, de sans-famille et de sans-bien.
La plus grande supercherie depuis la chanson du Serpent à Adam et Ève, la plus grande fraude de tous les temps, le plus incroyable attentat contre la Loi Naturelle et la Loi Divine dans toute l’histoire de la création, se déroulent sous nos yeux, perpétrés par des traîtres sous la direction de Judas déicide et apostat.
En voulant servir leur maître, tous ces zélés du Satanisme l’ont dépassé, car si Lucifer dans sa révolte a combattu Dieu sans pouvoir nier Son existence et Son nom, nos convulsés délirants de l’anti-surnaturel, sont allés jusqu’à nier Sa réalité, tant la vanité méningiteuse de leur rationalisme est hystérique et aveugle. Je vous dirai bientôt comment ce colossal appareil de conspiration contre l’être humain, s’effondrera, dans la plus grande cacophonie de craquements, de crépitements et de gémissements que notre planète ait encore entendus.
D’ici là, il est temps encore pour nos politiciens sincères (s’il peut se trouver parmi eux des hommes véritables, des hommes complets), d’éloigner de chez nous, partiellement du moins, les effets de la catastrophe qui s’en vient en galopant.
Au lieu de crier, à l’anticommunisme, qu’ils travaillent à détruire le Communisme installé chez nous par leurs chefs ! Et le seul travail qu’ils peuvent faire, c’est de détruire les dix piliers du Communisme érigés sur notre sol depuis 1917, d’effacer de nos statuts les lois d’esprit et de buts judéo-maçonnico-communistes que nos parlements moutonniers ont approuvés,... en bêlant.

A. A.



Pour plus d'informations sur Adrien Arcand, Führer canadien
Les ouvrages d'Adrien Arcand

Monday, July 15 2013

Helene A. G. - Myths of Northern Lands



Helene Adeline Guerber - Myths of Northern Lands
With Special Reference to Literature and Art



The aim of this handbook of Northern mythology is to familiarize the English student of letters with the religion of his heathen ancestors, and to set forth, as clearly as possible, the various myths which have exercised an influence over our customs, arts, and literature.
As Norwegians, Danes, Swedes, Icelanders, Germans, English, and French all came originally from the same stock and worshiped the same gods, so these tales formed the basis not only of their religious belief, but also of their first attempts at poetry. They are the classics of the North, and deserve as much attention at our hands as the more graceful and idyllic mythology of the South.
The most distinctive traits of the Northern mythology are a peculiar grim humor which is found in the religion of no other race, and a dark thread of tragedy which runs throughout the whole woof. These two characteristics, touching both extremes of the scale, have colored Northern thought, and have left their indelible imprint upon all our writings even to this day.
The mythology of Greece and Rome, growing as spontaneous and luxuriant as the tropical vegetation, came to its full fruition and began to decay before the introduction of Christianity. But Northern mythology, of slower growth, was arrested in mid-career before it had attained its complete development.



For more informations

Friday, July 12 2013

Éric Owens - J’étais prêt à mourir




Éric Owens - J’étais prêt à mourir

Robert S. Griffin – Paroles de blancs :
Traduction française de l’ouvrage One sheaf, One vine Racially Conscious White Americans Talk About Race, chapitre 10.



Eric Owens est un chanteur américain et militant d’extrême‑droite. Un ancien skinhead, il a interprété des chansons non‑politiques dans les cafés et des hymnes politiques lors de rassemblements nationalistes. Contrairement à de nombreux militants de sa génération, Owens a choisi la musique populaire comme moyen d’expression artistique et exécute habituellement des ballades d’inspiration irlandaise.
Il a réalisé deux albums, Folk the system et Res Gestae.

Basée en Californie, Owens a conduit le Aryan International Movement (AIM - Mouvement international aryen), une organisation à but non lucratif visant à aider seulement les blancs.
Il a ensuite rejoint la National Alliance (Alliance nationale). Il est un raciste auto-proclamé, se qu’il définit comme de se soucier de sa race en premier. En 2001, Owens était un employé de l’Institute for Historical Review (IHR), où il s’opposa à un plan présumé par les membres du personnel supérieur de vendre les listes de diffusion à l’Anti-defamation League (ADL - Ligue anti-diffamation).




cosmotheism_trilogy.jpg



Extraits :

L’événement qui fut décisif pour faire de moi un racialiste engagé s’est produit quand j’avais 18 ans. Il y avait un concert racialiste, le premier de ce genre, appelé Aryan Woodstock, dans la vallée de Napa, dans le nord de la Californie. Moi et une bande d’amis qui, à cette époque, étions sympathisants mais pas véritablement racialistes y sommes allés avant tout parce que nous étions des passionnés de musique. Nous lisions un tas de publications racialistes, mais nous pensions qu’elles exagéraient un peu. Vous savez, elles disaient que nous n’avions pas de liberté d’expression, et nous pensions : mais bien sûr que si que nous en avons.
Quand nous sommes arrivés là-bas, les policiers nous ont fait marcher des kilomètres à travers les collines. Il était évident qu’ils faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour entraver notre droit d’expression et de réunion et pour nous harceler de façon à nous faire partir ou à nous ôter toute envie de recommencer. Un tas de communistes et de groupes homosexuels ainsi que la Jewish Defense League étaient là en train d’attaquer certains d’entre nous et la police n’a pas bougé le petit doigt pour aider les personnes attaquées. En fait, les membres de la Jewish Defense League ont frappé un ancien combattant de 96 ans. Et d’autres ont roué de coups un gamin de 13 ans. Des hommes de 45 ans ont martelé de coups de poing un enfant assez jeune pour être leur fils. J’ai compris que ce n’étaient pas des hommes comme mon père. Je ne pourrais pas imaginer mon père et un groupe de ses amis piétiner un garçon de 13 ans. J’étais vraiment furieux.
J’avais le conflit entre les Juifs et les Américains ordinaires juste devant les yeux. Je les voyais essayer de m’empêcher ne serait-ce que d’avoir le droit d’entendre une opinion opposée, je voyais que la police était de mèche avec eux, et je les ai vus attaquer des gens. Je me suis souvenu d’être allé à des concerts de reggae de la mouvance « Black Power » où ils étaient ouvertement et activement pro-Noirs, faisaient l’éloge de (Louis) Farakhan et diffamaient les Blancs. Ça s’était mis en place depuis longtemps mais tout s’est cristallisé lors de ce concert. Ces gens-là sont d’un côté et moi je suis de l’autre. J’ai compris qu’il importe peu de rencontrer un jour un Juif ou un Noir sympa à l’arrêt du bus et qu’ils vous sourient.
Ce qui est en jeu, c’est notre survie et notre façon de vivre. C’est à cet instant que j’ai décidé de consacrer ma vie à créer une société blanche saine et paisible. J’ai encore des convictions pacifistes profondément ancrées mais, aussi étrange que cela puisse paraître, cela ne m’a pas empêché d’être révolutionnaire et partisan de la violence. Ce que je désire, finalement, c’est la paix ; mais parfois, le seul moyen d’avoir la paix c’est de résister et de se battre pour son espace personnel.
Jusqu’à ce concert, je me qualifiais de patriote. Désormais j’étais un raciste. Cela signifiait pour moi qu’il n’y avait plus de temps à perdre et que j’avais une tâche à accomplir, qui était de constituer une patrie pour les Blancs afin que nous puissions avoir un endroit pour vivre et célébrer notre propre identité sans groupes rivaux empiétant sur nos droits ou entrant en concurrence avec nous sur notre propre terre. Si cela pouvait se faire ici aux États-Unis, c’était bien, et si cela devait se faire ailleurs, c’était bien aussi, mais cela devait arriver. Que ce soit en Europe ou sur ce continent, sur le continent tout entier ou dans un seul État, je l’ignorais.
Tout ce que je savais c’est que cela devait arriver et que j’allais aider à le créer et que je m’installerais là où l’on aurait besoin de moi. Je décidai de ne pas être un spectateur dans ce combat.

(...)

J’avais l’habitude de jouer dans les Aryan Fests, qui sont pour l’essentiel des concerts skinheads en plein air, mais j’ai trouvé que je n’atteignais pas les gens de la façon que je voulais. J’avais espéré pouvoir insuffler aux gens un sens plus profond de leur race et de leurs traditions, mais j’ai constaté que je ne faisais que fournir un fond sonore pour la consommation d’alcool et c’est pourquoi j’ai pratiquement arrêté de jouer dans ces endroits-là. J’avais l’impression de perdre mon temps. Maintenant, je joue seulement quand une organisation comme la National Alliance tient un rassemblement. Ce sont des gens qui sont en mesure de comprendre ce que j’essaie de faire.
J’ai commencé à me débarrasser du personnage du skinhead quand j’ai changé de musique. Il était temps pour moi d’aller de l’avant, mais je ressentais encore pour le mouvement skinhead un fort sentiment de loyauté. Il m’a beaucoup apporté, au point de me donner une forte identité blanche, quand j’étais jeune. Le mouvement skinhead est meilleur que le portrait que les médias en tracent, mais il n’est pas aussi bon qu’il devrait être. L’identité skinhead pourrait constituer un tremplin en vue de la création d’un individu blanc vraiment fécond, mais elle ne fait que servir d’oripeau à une jeunesse blanche, cosmopolite et marginale, et ne va pas plus loin que ça. Elle vous pousse à abîmer votre corps. Elle encourage ce qui est violent et primitif. Elle incite à l’alcoolisme poussé à l’extrême.
Elle préfère la prison à l’Université. Elle se fait le chantre de la classe ouvrière au lieu d’appeler les gens à devenir la classe dirigeante. Quand je vois tous ces jeunes qui quittent l’école et se font tatouer les bras comme des Tahitiens, qui se font jeter en prison pour une bagarre avec un Nègre au lieu d’aller à l’Université et de devenir des avocats au salaire annuel de cent mille dollars qui pourraient nous aider à remporter des batailles de vant les tribunaux et à financer des médias pour atteindre notre peuple, je suis vraiment déçu. Les responsables racialistes qui se sont servis du mouvement skinhead ont manqué à leurs obligations envers notre jeunesse en ne la guidant pas dans la bonne direction. En glorifiant la nature violente de cette identité, ils conduisent ces jeunes vers une vie d’alcoolisme, de violence de rue, de prison et d’emplois sans avenir.
Il nous faut des gens instruits au sein du mouvement nationaliste blanc — des avocats, des médecins, des ingénieurs. L’inconvénient de ne pas produire ou attirer ce genre de personnes c’est qu’il y en a trop peu dans le système judiciaire pour défendre nos droits et empêcher nos organisations de se faire démolir par des gens comme le Southern Poverty Law Center. Et cela signifie qu’il y a trop peu de ressources pour financer des médias alternatifs, si bien que nous n’avons pas été en mesure d’atteindre les gens avec notre message aussi efficacement que nous aurions pu. Et les skinheads ne deviennent pas non plus des cadres révolutionnaires. Si vous regardez les révolutionnaires militants, ceux qui s’engagent à fond et créent la violence dans la rue, ce ne sont pas des skinheads. Richard Baumhammer n’était pas un skinhead. C’était un avocat qui fut major de sa promotion. Buford Furrow était ingénieur. Benjamin Smith avait fait d’excellentes études jusqu’à l’épisode qui l’a fait connaître. Si nous remontons plus loin que cela, nous avons Robert Jay Mathews, qui n’était pas un hooligan, ni un amateur de rock ou un ivrogne. C’était un père de famille. Kathy Ainsworth était une enseignante. Sam Bowers était diplômé de l’Université de Californie du Sud.
Je suis allé dans un collège communautaire puis dans une université dans le sud de la Californie, et j’ai obtenu un diplôme avec littérature française et littérature italienne comme matières principales. Au début, je me suis précipité dans des discussions extrêmement animées au sujet de la race et un jour une bagarre a éclaté dans la classe. Les gens n’avaient pas l’habitude d’entendre publiquement les opinions que j’exprimais et quelques-uns des Noirs ont piqué une crise et ont frappé des Blancs dans la classe parce qu’ils avaient manifesté leur accord avec moi. Un de mes amis, qui était également racialiste, a écrit dans un devoir que l’Holocauste était exagéré et le professeur, qui était juif, lui a dit de quitter la classe. Mon diplôme était important pour moi, et je me suis rendu compte que déclencher des bagarres et me mettre à dos les professeurs juifs qui détenaient la clé de mon avenir n’était pas le bon moyen de l’obtenir.
Je me suis donc mis à faire « profil bas » à la fac. Et de toute façon, à l’époque où je suis passé au niveau universitaire, il y avait très peu de Noirs parce qu’ils ne pouvaient pas suivre, alors quand je suis arrivé à un niveau d’enseignement supérieur, je n’ai plus eu affaire à eux.

(...)

Quand j’ai essayé de diriger ma propre organisation, je me suis rendu compte à quel point l’argent est important. J’ai vu combien il est vain d’essayer de diriger une organisation composée de membres incapables de financer les projets du groupe. C’est pourquoi j’essaie d’être dans l’Alliance cette sorte de membre que j’aurais aimé avoir dans ma propre organisation. En plus de ma cotisation, je donne autant d’argent supplémentaire que je peux, et à présent j’essaie de faire carrière de façon à pouvoir donner non pas cent dollars à la fois mais plusieurs milliers de dollars.



Pour plus d'informations



Les ouvrages de Robert S. Griffin en anglais
Les ouvrages du Docteur William Pierce en anglais
Les ouvrages du Docteur William Pierce en français
Les vidéos du Docteur William Pierce



Wednesday, July 10 2013

Peter McHoy - Le guide pratique du jardinage




Peter McHoy - Le guide pratique du jardinage
Un ouvrage de référence pour tout réussir


Un superbe ouvrage de référence à la portée de tous
Plus de 950 photographies originales
Chaque opération et chaque projet développés et expliqués avec la plus grande attention
Toutes les techniques de base - plantation; taille; multiplication - sont clairement exposées pour les arbustes, les arbres, les plantes fleuries, les légumes, les fruits et les plantes aromatiques
Toutes les informations et tous les conseils pour réussir et garder son jardin en excellent état



Pour plus d'informations

Tuesday, July 9 2013

Arthur Kemp - Le mensonge de l'apartheid




Arthur Kemp - Le mensonge de l'apartheid

Traduction du chapitre 1 du livre d'Arthur Kemp,
Lie of the Apartheid and Other True Stories from Southern Africa
Ostara Publications, Burlington (iowa), 2009.



C'est l'un des nombreux paradoxes amers concernant l'Afrique du Sud : la politique d'apartheid — à laquelle les Afrikaners se sont cramponnés pendant des décennies, car ils voyaient en l'apartheid leur seul espoir de salut face à la domination du tiers-monde — était en fait un système inapplicable et impossible à mettre en œuvre, qui conduisit directement à la fin des Afrikaners en tant que force politique dans ce pays.

Les hommes politiques — le Parti national — qui encouragèrent l'apartheid sont les principaux responsables de cette tragédie ; ils offrirent un faux espoir aux Afrikaners, puis, quand survint l'inévitable, ils changèrent de direction et capitulèrent, abandonnant leurs partisans à la férule du Congrès national africain (A N C) avec autant de cynisme qu'ils leur avaient menti auparavant.

Car l'apartheid — en réalité une ségrégation raciale forcée — n'était rien d'autre qu'une illusion, une caricature de la réalité démographique de l'Afrique du Sud, sans parler du fait qu'il était aussi, en définitive et pour dire la vérité, moralement répugnant. Les hommes politiques sud-africains blancs et conservateurs n'ont jamais compris quel était le ressort essentiel du pouvoir politique, à savoir l'occupation physique. Le pouvoir politique découle de l'occupation physique : pas des droits historiques, des titres de propriété, des droits moraux — seulement de l’occupation.
Ceux qui occupent un territoire déterminent la nature de la société de la région en question.



Arthur Kemp - PDF
Pour plus d'informations



Arthur Kemp

Monday, July 8 2013

Claire Martigues - Le pacte de Reims et la vocation de la France


Claire Martigues - Le pacte de Reims et la vocation de la France


Le succès réservé au livre de Pierre Jolivet, faisant écho à la parole de Saint Pie X déclarant : « ...Dites aux Français de faire leurs trésors des testaments de saint Rémi, Charlemagne et Saint Louis », nous incite à publier cette nouvelle étude qui est comme son complément indispensable.
Dans le premier ouvrage, en effet, se trouvent rassemblés les principaux documents concernant la vocation de la France : ils sont comme les « lettres de noblesse » de notre patrie. Or, devant les reniements et les contradictions concernant la vocation de la France, il ne suffit pas d'affirmer, il faut aussi, comme dans un procès, reprendre les grandes lignes, vérifier ce qui était occasionnel et se trouve périmé, et ce qui, au contraire, fait partie intégrante de notre vocation fondamentale.
Ce travail a été réalisé avec scrupule et conscience à la fois par l'auteur Claire Martigues et par un groupe de personnes qui, depuis de longues années, se penche sur ces problèmes. Leur conclusion se dégage avec force, grâce à des documents récents, émanant notamment de Sa Sainteté Pie XII, qui ne permettent pas de douter.
Lorsque saint Pierre reniait son Maître par peur des quolibets d'une humble servante, qui, à ce moment-là, aurait pu penser qu'il deviendrait ce Rocher sur lequel toute l’Église serait bâtie et contre lequel se briseraient, jusqu'à la fin des temps, toutes les forces gigantesques déchaînées contre Elle ?
De même, il ne faut pas juger de la France d'après la situation présente, résultat incontestable de ses reniements et de ses apostasies... Il faut, avec le recul nécessaire, considérer et le passé, et le présent, et l'avenir. C'est alors que de façon éclatante la vocation de la France, Fille aînée de l'Église, s'impose !
Oui, il est proche ce .jour annoncé par Saint Pie X :
« ...Un jour viendra, et il ne tardera guère, où la France, comme autrefois Saul sur le Chemin de Damas, sera enveloppée d'une lumière céleste et où elle entendra une Voix qui lui répétera :
« Ma Fille, ma Fille, pourquoi me persécutes-tu ? »
et, sur sa réponse :
« Qui êtes-vous, Seigneur ? »,
la Voix répliquera :
« Je suis Jésus de Nazareth que tu persécutes ;
il t'est dur de regimber contre l'aiguillon, parce que, dans ton obstination, tu te ruines Toi-même ».
Et Elle, frémissante et étonnée, dira :
« Seigneur, Seigneur, que voulez-Vous que je fasse ? »
Et lui :
« Lève-toi, lave-toi des souillures qui t'ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le Pacte de notre Alliance. Et va, Fille Aînée de l'Église, Nation prédestinée, Vase d'élection, va porter, comme par le Passé, mon Nom devant tous les Peuples et tous les Rois de la terre. »



Pour plus d'informations

Sunday, July 7 2013

Lug





Lug, ou sous sa forme chrétienne l'Archange Saint-Michel, est une divinité celte associé à la lumière stellaire. Lug apparaît en père de la création, véritable spécialiste de la communication et protecteur des arts. Sa fête est célébrée au jour de la Lugnasad, le 1er août et parfois les jours suivants.

Issu du couple indo-européen des Dioscures, les Jumeaux divins, une des plus anciennes figures du panthéon indo-européen; Lug Samildanach « aux multiples arts », par son intervention restaure l'ordre et le droit lorsque les autres dieux sont tombés dans l'oppression.


Lug dans la mythologie celtique gauloise

Lug a pour emblème symbolique la lance, la harpe, le sanglier et la fronde.
L'importance de Lugos, Lugus en Gaule et dans les régions anciennement celtes est attestée par un certain nombre de toponymes dont les plus connus sont Lugdunum (Lyon), Laon en France ou encore Legnica en Pologne actuelle.

Jules César, dans ses Commentaires sur la Guerre des Gaules l'identifie au dieu latin Mercure et le présente comme le plus haut dieu gaulois : « Le dieu qu’ils honorent le plus est Mercure : ses statues sont les plus nombreuses, ils le considèrent comme l’inventeur de tous les arts, il est pour eux le dieu qui indique la route à suivre, qui guide le voyageur. » Les historiens des religions, plutôt qu'une assimilation stricto sensu au Mercure romain, voient dans la description de ce Lugus Mercurius l’équivalent du Lug Samildanach mobilisateur des fonctions souveraines et artisanales.


Multiples fonctions de Lug

Un autre de ses nombreux surnoms est lamfada « au long bras », comme le dieu indien Savitar, l'impulseur aux grands bras « qui assure à chacun sa place » . Cette épithète confirme l'universalité de ses pouvoirs. Il maîtrise la création, les échanges, la pensée et la beauté, c'est un magicien, un guerrier et un artisan qui peut aussi se montrer vindicatif et obscur.

Il possède une lance magique, arme mortelle à chaque coup mais qui sert aussi à l'adoubement royal ; elle est inséparable du Chaudron du Dagda rempli de sang, il faut qu'elle y soit plongée pour éviter qu'elle ne détruise tout autour d'elle ; il se sert aussi d’une fronde redoutable. Pour les arts, il a une harpe qui joue de la musique toute seule, mais dont il sait se servir admirablement : elle peut endormir, faire pleurer ou rire.



Alix Ducret - Les mythologies
Fabrice Mrugala - Les Dieux, la mythologie et la religion celte
Annales du Mont-Saint-Michel



http://www.the-savoisien.com/blog/public/img4/Vallon_Lug.jpg


ligne.jpg

marie.roca.over-blog.com

Avant de vous livrer le nouveau signe qui me fut adressé par Lug-Saint-Michel,
je vous donne un signe de reconnaissance vibratoire pour ceux qui veulent se ranger sous sa bannière triomphante, sous son énergie, celle de l'identité de toujours de la France :
De l'index droit, tracez dans votre paume gauche, une croix à branches égales. Vous ressentirez alors des picotements. Faites ceci au moins une fois par jour; de l'énergie vous sera donnée et cela ne sera pas sans incidence positive sur votre quotidien.

J'ai déjà relaté l'échange que j'ai régulièrement depuis 1994 avec un vaisseau de lumière très particulier, dont je sais qu'il est le vaisseau de Lug-Saint-Michel.

Il y a de cela deux nuits, avant d'aller dormir j'ai ouvert la fenêtre, car je sentais l'appel que je ressens lorsque ce vaisseau est dans le ciel, mais d'habitude, il est assez haut, et visible depuis mon vélux de salle de bains. Le vaisseau était cette fois côté sud-est, près de mon bureau, très bas dans le ciel, donc, visiblement bien plus grand que d'habitude, très brillant, mais je pus en distinguer la forme. Lorsque j'ai ouvert la porte-fenêtre, le vaisseau s'est avancé très vite. Il faisait froid, aussi suis-je rentrée très vite, mais j'ai capté le message suivant : "Le temps est très proche du grand oeuvre."

Il ne reste plus beaucoup de temps; tous, soyez prêts et soyez clairs avec vous-même, dans vos actes et paroles, suivant le principe énoncé par Jésus : "Que ton oui soit oui, que ton non soit non !"

Il est vrai que je demande assez souvent que les choses soient enfin précipitées pour abréger les souffrances infligées par l'esprit du mal, à de braves gens.

Soyons très nombreux à nous raccorder très fortement et avec ferveur à Lug-Saint-Michel, à en ressentir et en capter l'energie et à répondre présent à son appel; ceci s'accompagne de pratiques identitaires ressourçantes et de la franchise de se revendiquer identitaires selon l'identité de notre vieille souche, à savoir en fait : normaux !


Saturday, July 6 2013

Graham Hancock - Robert Bauval - John Grigsby - Le mystère de Mars




Graham Hancock - Robert Bauval - John Grigsby
Le mystère de Mars


Mars est sans aucun doute la planète qui a exercé le plus de fascination sur les hommes. Loin de dissiper le mystère, les clichés pris par les dernières missions spatiales ont en effet fait apparaître une planète à l'histoire tourmentée : une planète "assassinée", coupée en deux par une gigantesque faille, pourvue d'un hémisphère dépecé, et d'un autre marqué par de nets cratères d'impact. Sans parler des reliefs de la plaine de Cydonia, dont l'origine naturelle est fortement contestée, et au sein desquels se détache le célèbre "visage" tourné vers le ciel...
Le mystère de Mars, c'est celui d'une vie dont nul aujourd'hui ne peut dire si elle a totalement disparu. En revanche, de multiples observations permettent d'affirmer qu'elle a existé, sans doute jusqu'à une période assez récente. Certains indices laisseraient même supposer que Mars a jadis abrité une civilisation dont les témoignages architecturaux constituent une sorte de message destiné aux humains. Cet avertissement peut se résumer ainsi : la Terre est menacée d'une catastrophe similaire à celle qu'a connue Mars. L'étude du système solaire laisse justement penser que la chute d'une comète est plus imminente qu'on le croit... Faut-il ignorer ce danger potentiel ? Mars détient-elle la clé qui nous permettra d'échapper à un cataclysme ?
Excellent ouvrage de vulgarisation, riche en données scientifiques et en informations inédites, Le Mystère de Mars ouvre de nouvelles hypothèses vertigineuses quant à notre connaissance de cette planète. Construit comme une enquête, ce livre passionnant, illustré de nombreuses photographies, répondra aux interrogations et aux curiosités suscitées récemment par la "planète rouge".


Œuvres de Graham Hancock




Graham Hancock est l'auteur de Surnaturel, L'Empreinte des Dieux, Le Mystère du grand sphinx et de Civilisations englouties, qui sont tous des best-sellers internationaux.

Audios de Graham Hancock - Vidéos de Graham Hancock


www.grahamhancock.com

Thursday, July 4 2013

Herman de Vries de Heekelingen - Juifs et catholiques

Herman_de_Vries_de_Heekelingen_Juifs_et_catholiques.jpg


Herman de Vries de Heekelingen - Juifs et catholiques
Grasset - 1939


Adversaires et défenseurs des Juifs invoquent souvent l'autorité de l'Eglise. Chacun cherche ce qui lui convient parmi les actes des conciles ou les bulles papales. Perdant de vue les principes généraux, on ne se rend pas compte que ces actes, quoique dissemblables, ne sont nullement contradictoires (nous le constaterons dans le chapitre traitant de l'Eglise) . On exagère ainsi dans l'un ou l'autre sens. Les judéophiles, par exemple, ont réussi ces derniers temps à accréditer l'idée qu'une défense assez vigoureuse contre l'influence juive serait contraire à l'esprit de l'Eglise.
On fait croire au peuple que toute mesure contre les Juifs est une erreur. Les journaux de toutes tendances assurent que l'antisémitisme est une invention diabolique, qu'il est le premier pas vers l'antichristianisme, qu'il est contraire à la charité chrétienne. On oublie complètement qu'il est non seulement permis de se défendre contre les Juifs, mais qu'il est du devoir de tout chrétien de lutter contre leur influence et de contrecarrer leurs plans visant à la suprématie spirituelle et matérielle du judaïsme.
Dans les pages qui suivent, nous présentons le problème juif sous divers aspects. La première partie de chaque chapitre en donnera une description presque uniquement basée sur des déclarations juives, tandis que la seconde partie reproduira l' opinion de membres du clergé catholique, dont la plupart ont occupé un rang élevé dans la hiérarchie de l'Eglise.
Un certain nombre de nos citations étonneront nos lecteurs. C'est à leur intention que nous rappelons que l'Eglise, aussi longtemps qu'elle a pu exercer une influence spirituelle sur les législations civiles, a conseillé de tenir les Juifs éloignés du pouvoir. Certes, l'Eglise a toujours condamné les vexations et les persécutions. L'Eglise n'a jamais songé à interdire le culte juif ; mais elle a constamment rappelé aux chefs d'Etat qu'il fallait écarter les Juifs des fonctions publiques.
L'histoire, depuis la révolution française, a démontré combien cette attitude était justifiée. En chassant Dieu du gouvernement et en ouvrant la porte aux Juifs, on leur a livré le monde.
L'antisémitisme, appliqué par les lois du moyen âge, était accompagné d'une tolérance qui trouvait sa source dans une conviction religieuse. Cette tolérance par conviction religieuse s'étant transformée en une tolérance par indifférence, on ne distinguait plus ce qu'il fallait tolérer de ce qu'il fallait prohiber. On croyait avoir fait son devoir en balbutiant le mot sacré de tolérance. La vraie tolérance de fait exige cependant l'intolérance de principe, alors que maintenant on est tolérant de principe, et souvent intolérant de fait.
L'antisémitisme équilibré et motivé, dirigé par les lois de l'Eglise et des Etats, ayant disparu, un autre antisémitisme a levé la tête. Nous tâcherons d'établir dans les pages qui vont suivre ce qu'il y a de bon et ce qu'il y a de repréhensible dans ce mouvement qui s'impose partout avec une telle force qu'on ne peut plus fermer les yeux devant son évidence.

Nous croyons utile de présenter à nos lecteurs, en fin de volume, les autorités sur lesquelles nous avons appuyé nos appréciations. Dans les notes au bas des pages, les noms d'auteurs juifs sont précédés d'un astérisque, ceux de Juifs baptisés sont précédés d'une croix.



Œuvres d'Herman de Vries de Heekelingen



RACISME


Les Juifs ont toujours excellé dans l'art d'embrouiller les idées les plus simples, lorsqu'ils ont une thèse insoutenable à défendre. Pour mieux altérer les idées, ils corrompent les mots eux-mêmes en leur attribuant un autre sens. On est arrivé, par exemple, à ne plus pouvoir employer le mot race sans courir le risque de se voir attribuer les desseins les plus noirs et des conceptions qui n'ont jamais effleuré l'esprit. Il en est de même pour le mot Aryen. Dès qu'on l'emploie, une clameur s’élève dans le camp juif. Et pourtant sa définition n'est pas difficile. Les Aryens sont des lndo-européens dont le berceau était le haut plateau de l'Iran : ils se partageaient en plusieurs branches. Aryo-Germains, Aryo-Slaves. Aryo-Pélasges. Nous laissons aux ethnologues le soin de définir les caractéristiques des Aryens primitifs et d'établir si les Aryens d'aujourd'hui se rattachent de près ou de loin à ceux de l'antiquité. Il nous suffit de constater que les Aryens actuels n'ont d'après leur origine, rien de commun avec la race sémitique.
Certes, la supériorité de la race aryenne dans l'ordre humain n'implique en rien une inégalité devant Dieu. Le Christ est mort pour tous les hommes : qu'ils soient dolichocéphales ou brachycéphales, ils sont tous appelés par lui. Laissons les Juifs prétendre que les religions ne sont que « la spiritualisation déificatrice de la race , nous ne déifions aucune race, mais nous nions l'égalité des races du point de vue intellectuel, moral ou physique. Personne ne prétendra qu'un Cafre soit aussi doué qu'un Aryen, ou que la moralité des Zoulous soit supérieure à celle des Anglais. Il s'en suit que les races ne sont pas égales, qu'il y en a de plus ou moins douées, de plus ou moins morales, de plus ou moins nobles, enfin, disons le mot : il y a des races supérieures et des races plus ou moins privilégiées.
Dès les premiers chapitres de la Bible, cette différence est annoncée. « Un incident sans portée apparente, l'irrévérence de Cham vis-à-vis de son père... devient l'occasion d'une prophétie sur les destinées qui attendent les descendants de Sem, Cham et Japhet : prédominance politique des nations sorties de Japhet, qui peuplèrent l'occident ; malédiction des races issues de Cham; primauté religieuse des Sémites à qui sera confiée la mission messianique ». Que les descendants de Sem aient perdu cette primauté religieuse lorsque les Israélites, en méconnaissant les prophéties et en rejetant la vérité, sont devenus des Juifs, cela ne nous intéresse pas en ce moment. Il suffit de constater que, dès les commencements, la Bible fait une distinction entre le sort terrestre des trois grandes catégories ou races humaines.

Ce sont les Juifs qui, les premiers, ont pris les mesures les plus rigoureuses pour maintenir la pureté de leur race. Nous avons exposé ailleurs les mesures prises par Esra et Néhémie pour éviter à l'avenir tout mélange de sang " impur " avec le sang juif. Nous nous bornons donc à constater que les mesures prises alors étaient bien plus rigoureuses que celles que le plus farouche raciste pourrait proposer de nos jours. En matière religieuse, on allait même jusqu'à interdire l'exercice du sacerdoce aux prêtres qui ne pouvaient prouver la pureté de leur ascendance juive. Même devant Dieu, à l'encontre de ce que les chrétiens proclament, les Juifs attribuaient une importance au sang. La race primait aussi le savoir. Le grand-prêtre pouvait être un ignorant, mais son sang devait être pur. Nous lisons en effet dans le Talmud que la nuit de la fête des expiations on faisait la lecture de certains livres bibliques devant le grand-prêtre, s'il ne savait pas lire lui-même.
Plus tard, Flavius Josèphe vante l'attention que de son temps, au début de l'ère chrétienne, le sacerdoce juif vouait au choix des alliances et à la pureté de la race. D'après la Mischna, des recherches à cet égard étaient faites par le grand tribunal qui siégeait au temple dans la salle des pierres taillées.
Encore une fois, nous ne sommes pas ethnologue. Nous n'entendons donc pas nous prononcer sur les questions raciales, mais, en historien, nous ne pouvons nous empêcher de demander comment il se fait que les Juifs et les enjuivés attaquent si furieusement la politique raciale de l'Italie fasciste et de l'Allemagne national-socialiste. Si l'on critique le racisme allemand ou italien, on doit également critiquer le racisme juif . Si au contraire, on reconnaît comme légitime la politique raciale séculaire des Juifs, pourquoi ne pas accorder la même légitimité à la politique italienne et allemande ?

Pendant les premiers siècles après la destruction du temple, les circonstances firent que la race juive subit de nombreux apports de sang étranger, mais cela changea bientôt, lorsque les Juifs ne firent plus de prosélytes et qu'ils s'installèrent dans des ghettos. Depuis ce moment, ils se tinrent à nouveau strictement aux règles imposées par Esra et Néhémie. Ils savent aussi très bien profiter des principes raciaux lorsque ceux-ci leur conviennent. soit pour se laver d'une accusation grave, soit pour proclamer la supériorité de leur race ou pour constater les suites désastreuses de certains métissages.
Pour se laver de l'accusation terrible d'avoir crucifié le Christ, le rabbin Joseph Bloch prétend, par exemple, que Ponce Pilate, qui avait seul le pouvoir de faire crucifier Jésus ou de le mettre en liberté, était... de race germanique et qu'il était né à Forcheim, dans le Palatinat bavarois. Disraeli en parlant de la supériorité de la race juive, déclare que les races qui n'évitent pas les mélanges de sang sont appelées à disparaître, et que seules les races pures subsisteront. Et Samedi, hebdomadaire illustré de la vie juive, de s'écrier orgueilleusement : « Onze Juifs de pure race siègent à la Chambre des Lords. Je n'entreprendrai pas d'y découvrir onze purs Aryens ». Enfin, M. Joseph Kastein fait dire à l'un de ses héros qu'il n'a aucune confiance dans les Eurasiens, parce qu'ils constituent une race métissée très douteuse, produit d'un mélange de sang hollandais et sénégalais.
Les Juifs évitent donc d'introduire le sang d'autres races dans la leur, mais il ne leur répugne pas d'infuser leur sang dans celui des autres. Ils sont persuadés que cela ne peut qu'améliorer les autres races ! « Une seule goutte de sang juif, dit Alfred Nossig, exerce une influence pendant une longue suite de générations sur la physionomie spirituelle de familles entières ».
Si les Juifs tiraient les conséquences de leurs principes raciaux, ils avoueraient qu'ils sont une race à part, et nous n'aurions pas à nous plaindre. Mais il en est tout autrement. Selon ses convenances, le même Juif émet des opinions diamétralement opposées. Walther Rathenau, par exemple, écrit que les Juifs sont une race à part, étrangère et isolée, vivant au sein du monde allemand, mais il prétend aussi que les Juifs représentent pour lui une race allemande ! Pour éviter tout soupçon de jouer sur les mots, il vaut la peine de reproduire les deux thèses, soutenues par le même auteur. D'une part : « Au sein du monde allemand vit une race étrangère et isolée. Des hommes vêtus d'une façon voyante et aux gestes vifs et ardents. un clan asiatique dans les sables de la plaine prussienne ... Etroitement unis entre eux, et séparés du reste du monde, ils vivent à demi volontairement dans un invisible ghetto. Ils ne constituent pas un membre vivant de la nation, mais demeurent dans son corps comme un organisme étranger... ».
D'autre part : « Les Juifs représentent pour moi une race allemande, au même titre que les Saxons, les Bavarois ou les Souabes... Pour moi, ce qui décide de l'appartenance à un peuple, à une nation, c'est uniquement le cœur, l'esprit, le caractère et l'âme. A ce point de vue, je place les Juifs entre les Saxons et les Souabes. Ils me sont moins proches que les gens de Prusse ou du Holstein, mais peut-être plus que ceux de Silésie ou de Lorraine. Je ne parle évidemment ici que des Juifs allemands ».
On rencontre la même duplicité chez beaucoup d'autres Juifs. Morris Cohen ( dit Georg Brandès ) qui, plus que nul autre, réunissait les traits caractéristiques des Juifs ( horreur du prêtre, haine du monarque, culte des diverses révolutions ) et qui voyait dans chaque problème une question de race, voulait être considéré lui-même comme Scandinave et Danois. Lorsque M. Léon Blum s'écrie : « Moi qui suis Français, car je suis Français malgré ma race », il crée adroitement une confusion entre le Français qui est Français à cause de sa race et le Français qui n'est « Français » que grâce à la révolution française. Que signifie, en effet, l'étonnante déclaration : « Je suis Français malgré ma race » ? Peut-on fabriquer un Français par décret ? On peut accorder à n'importe qui les droits d'un Français, mais en usant ou en abusant de ces droits on ne devient pas encore Français. Pour être Français, il faut avoir du sang français dans les veines, comme il faut être de sang juif pour être Juif. Le Juif l'a toujours admis, mais il parle volontiers comme M. Blum, lorsque cela lui paraît utile, et lorsqu'il trouve de bonnes âmes pour gober ses affirmations.
Devant une duplicité pareille, il suffit de constater que même « le rituel de la religion juive est destiné à raviver la mémoire de la race et à rendre conscient ce qui dort dans l'inconscience du sang ». La race et la tribu dominent chez les Juifs jusque dans la mort. Dans un cimetière juif, toutes les pierres tombales se ressemblent. « Il n'y a qu'une seule différence : petite est la pierre du pauvre, grande celle du riche ; mais pour tous la disposition de l'inscription est prescrite par la loi, d'abord vient ( toujours l'idée raciale) l'indication de la tribu à laquelle le défunt appartenait, puis son nom et ceux de ses parents, ensuite son état ».
Depuis la naissance jusqu'à la mort, la race domine tout dans la vie d'un Juif.

Quelle est maintenant l'attitude de nombreux auteurs catholiques à l'égard du racisme juif ?
Ils excluent toute différence raciale devant Dieu, mais ils reconnaissent que le baptême ne change pas l'appartenance à la race juive du baptisé. Ils admettent l'existence d'une race distincte et le danger de voir des postes élevés occupés par des individus appartenant à cette race ; ils citent les mesures prises autrefois pour écarter ce danger. Enfin, ils rappellent ce qui nous menace du fait du racisme juif.
« L'affirmation (de saint Paul) qu'il n'y a pas de différence entre Juifs et Grecs ne doit pas être entendue dans un sens libéral comme si, par exemple, cette non--différence découlait de l' égalité des natures humaines. Non, dans l'ordre naturel la différence entre Juifs et Grecs n'est pas effacée et Paul tout à l'heure l'affirmera encore une fois avec insistance. La distinction entre Juifs et Grecs n'est pas effacée par l'unité de la nature humaine, mais par l'unité de la grâce du Kyrios qui est pour tous. Il s'ensuit que la conception catholique, fondée sur la surnature, d'après laquelle il n'existe pas de différence entre Juifs et non-juifs, n'a pas le moindre rapport avec la négation libérale et naturaliste de cette différence ».
Très nombreux sont ceux qui ne distinguent pas entre l'égalité dans le domaine surnaturel et la diversité dans le domaine naturel. Il s'en suit une confusion regrettable à l'égard des conséquences du baptême administré à un Juif. La satisfaction d'avoir amené l'âme d'un Juif à Dieu ne doit pas faire oublier l'influence désastreuse que tant de Juifs baptisés ont exercée sur l'art et la littérature, dans la politique et l'économie. M. Anton Orel, dans un livre paru avec l'imprimatur archiépiscopal, rappelle que « l'Eglise, les croyants et les Juifs convertis sincèrement, ne doivent jamais oublier que le baptême d'un Juif est le baptême d'un individu chargé d'un dangereux virus héréditaire, qui ne peut être admis dans la communauté chrétienne qu'avec la plus grande prudence. Le Juif baptisé doit s'appliquer humblement à ne vivre que pour sa guérison intérieure, et ne doit nullement tâcher de jouer un rôle dans l'Eglise ou la chrétienté ».
L'abbé Louis Ruland rappelle à ce sujet qu'en Espagne, même les clercs de rang inférieur et les sacristains étaient tenus de prouver l'absence de sang juif depuis quatre générations. Le premier biographe de saint Jean de Dieu, fondateur de l'ordre de la Charité, écrit que, malgré que le nom de la mère du Saint ne soit pas connu, on ne doit pas douter de la pureté de son sang, exempt de la flétrissure d'un mélange de sang juif ( utriusque sanguis a Judaeorum commixtionis ignominia purissimus fuit ).
Quelque temps après la fondation de la Compagnie de Jésus un décret prescrivit qu'aucun descendant de la race juive ou sarrasine ne pouvait y entrer. Cette défense absolue fut peu après tempérée en limitant les recherches à cinq générations ( usque ad quintum gradum inclusive ). Ce qui représente cependant trente-deux quartiers ! Il fallait une dispense que le général de l'ordre seul n'avait pas pouvoir d'accorder, mais qu'il pouvait solliciter du Pape.
L'Espagne avait en effet beaucoup souffert de l'envahissement des emplois publics et des hautes charges ecclésiastiques par des Juifs baptisés. L'abbé Joseph Lémann rappelle à ce sujet qu'un grand nombre de Juifs s'étaient glissés partout, grâce à la liberté qui leur avait été laissée de parvenir aux emplois publics, mais surtout grâce à la médecine et aux baptêmes. Pour échapper au danger qui en résultait, l'Espagne fit appel à l'aide du tribunal de l'Inquisition, mais en le dénaturant.
Il est de toute importance de remarquer que, contrairement à ce qu'on prétend en général, ce tribunal ne procédait jamais contre les Juifs de religion juive, mais uniquement, dit l'abbé Balmès, « contre les judaïsants, c'est-à- dire contre ceux qui, après s'être convertis au christianisme, retombaient dans leurs erreurs ». Autrement dit, l'Inquisition ne s'attaquait qu'aux faux-frères qui étaient devenus un danger pour l'Etat et pour l'Eglise. L'abbé Joseph Lémann insiste encore sur ce grave danger. « L'Espagne, outre le poison talmudique qu'elle sentait circuler dans ses veines par tant de faux baptêmes, avait en mains des preuves terribles qu'elle était trahie par les Juifs qui voulaient la livrer aux Maures; empoisonnée par eux au dedans, trahie par eux au dehors ».
Baptisé ou non, les inclinations naturelles du Juif restent les mêmes. « Avec... son instinct d' expansion sur la terre et sa tenacité à s'attacher partout, comme la rouille s'attache au fer, le petit peuple juif, grâce à sa prolification inépuisable pénétra tous les anciens peuples civilisés d'un bout du monde à l'autre... II ne fut aucune vallée, aucune habitation si éloignée, dont les Juifs ne pussent trouver le chemin qui y conduisait. Ce qui les distingue de nos jours de tous les autres hommes, était déjà leur caractère distinctif, il y a 2500 ans ».
C'est donc bien contre les caractéristiques raciales des Juifs que nous avons à nous défendre. Des deux côtés de la barrière, on s'entend pour attribuer aux Juifs l'appartenance à une race spéciale. La Jewish Encyclopedia établit qu'anthropologiquement parlant, les Juifs sont une race d'un type remarquablement uniforme. Le P. Bonsirven conclut également qu'il y a une race juive distincte. « Dans tout Israélite subsiste plus ou moins vibrante, mais toujours vivante, la fibre nationale : il suffira d'une toute petite excitation pour la réveiller et ressusciter du coup le sens national : l'attachement à la race et à la communauté d'Israël ».
Cet attachement n'est pas lié à la foi juive, comme on le suppose souvent. « Il ne faut pas croire dit Mgr Delassus, que le Juif, parce qu'il renie les croyances de ses pères, n'est plus un Juif. Tout en se libérant de sa foi, le Juif conserve et maintient avec un soin jaloux sa nationalité. Les réformistes, aussi bien que les orthodoxes, à quelque échelon qu'ils se soient arrêtés, brûlent également du zèle de tenir haut et ferme l' étendard. national du judaïsme; pas plus ceux-là que ceux-ci n'abandonnent l'idée et l'espoir de soumettre le genre humain tout entier à leur joug ».
Les Juifs sont donc en réalité une race ou, si l'on veut, un peuple dont les « cellules » sont enchâssées dans toutes les nations modernes. Le peuple juif restera ce qu'il a toujours été : « l'ennemi dans la citadelle, attendant d'heure en heure le moment de s'emparer de la cité ». Il continue à être une nation secrète au sein de chaque nation qui l'adopte. Citoyens à la fois et étrangers, les Juifs possèdent pour la conquête matérielle du monde des armes spéciales, et qui suppriment à leur profit toute égalité dans les conditions de la lutte; on s'aperçoit bien quelle erreur ont commise les Etats modernes en les traitant sur le même pied que le reste des citoyens ».
L'abbé Ruland avait raison de déclarer tout récemment que le problème juif est un problème racial dont la solution ne peut être trouvée comme celle d'un problème d'arithmétique, exposé sur le tableau noir d'une école primaire.

Wednesday, July 3 2013

Robert Bauval - Le code mystérieux des pyramides




Robert Bauval - Le code mystérieux des pyramides

Au cœur de la civilisation égyptienne, une énigme enfin résolue :
les pyramides, reflets de la carte stellaire.

Expériences et démonstrations :
des données irréfutables !


Tout autant que sur la manière dont les pyramides furent construites, les archéologues s'interrogent depuis des lustres sur leur disposition : fut-elle le fruit du hasard ou obéit-elle à une rigoureuse logique scientifique dont nous aurions perdu le secret ?
Il a fallu à Robert Bauval de patientes et minutieuses recherches pour résoudre enfin la question : les Égyptiens bâtirent leurs pyramides de telle sorte que leurs implantations reflètent la carte du ciel en épousant exactement leurs convictions religieuses. Grâce aux techniques informatiques les plus modernes d'aujourd'hui, il est parvenu à reconstituer les axes dans lesquels se levaient à leur époque le soleil, la lune et les constellations auxquels le peuple vouait un culte. Et sa démonstration éblouissante nous montre combien les plus grands monuments de l'Égypte furent bâtis avec le souci permanent de façonner le pays comme une cosmogonie et une reproduction fidèle des mouvements célestes.
Dans le sillage du Mystère d'Orion, Robert Bauval clôt ici magistralement une enquête qui lui a demandé des décennies de travail et qui prouve, une fois de plus, à quel haut degré scientifique était parvenue la civilisation égyptienne.



Ouvrages de Robert Bauval
Ouvrages de Graham Hancock


Monday, July 1 2013

Senator Jack B. Tenney - The Zionist Network




Senator Jack B. Tenney - The Zionist Network



Jack B. Tenney was born in St. Louis, Missouri. April 1, 1898. At the age of 10 he came to Los Angeles. California and graduated trom the public schools here. He served with the American Ezpeditionary Forces in France in the Adjutant General's Department until May, 1919, and was stationed at Headquarters Western Department, United States Army, San Francisco, until October 2, 1919. Senator Tenney is a talented musician, with piano and organ bis favorite instruments. His "Mexicali Rose" is still a popularly known selection. In 1935 he extended his versatile talents to the practice of law in the Stats of California. He was admitted to practice law in the Federal courts in 1936, and to the Supreme Court ot the United States in 1945.

Elected to the California Legislature as Assemblyman from the 46th Assembly District, Los Angeles County, in 1936, he was re-elected in the primaries In 1938 and 1940. Seeking the Senate seat a four-year term, he won in the 1942 and 1946 primaries. In 1950, he received both nominations. Republican and Democratic, in the primary and received 1,126,157 votes in the General Election in November.
Serving as Chairman of the Senate Fact-finding Committee on Un-American Activities in California, 1941-1949, he was constantly the target ot forces that sought to destroy the documented work of the committee. The prInted reports of the Committee have been generally accepted tor their accumulation of accurate infomation.



Senator Jack B. Tenney

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius