The Savoisien

Exegi monumentum aere perennius

Books

Wednesday, April 7 2021

Flat earther reveals the Truth - APMA Podcast


Flat earther reveals the Truth - APMA Podcast


Special Guest Flat Earther Reveals The Truth - APMA Podcast #26
APMA, we have something very special for you this week and we have no doubt you are going to be immensely entertained and allegedly, possibly maybe informed and awoken.
We have the first guest of the show David Weiss and wow, what an episode it is. David is a Flat Earther who so strongly believes that all the information we have been fed as a young earthling has all been a lie.
Watch this episode to find out WHY he thinks this, WHAT his reasoning is and WHO is behind all of this fakery.

This episode has it all ! Laughter, entertainment, questionable theories, conspiracies and a whole other view on our entire existence.

What do you think about David and his theories? Let us know in the comments what number of the spectrum you started off as and what number you ended up as :
0 - The earth is unquestionably round
10 - The earth is flat and David is right

Thank you David for coming onto the pod, even if some of the boys are questioning your theories, you're a sound guy, it was a great episode and it is good to find out more regarding why and what Flat Earthers think !


For more on Flat Earth
APMA Podcast


Flat earther reveals the Truth - APMA Podcast.jpg

Tuesday, April 6 2021

Peter C. Gotzsche - Remèdes mortels et crime organisé

Peter C Gotzsche Deadly medicines and organised crime.jpg


Peter Gotzsche - Remèdes mortels et crime organisé
Comment l’industrie pharmaceutique a corrompu les services de santé


Dans cet ouvrage révolutionnaire, Peter C. Gotzsche lève le voile sur les comportements frauduleux de l'industrie pharmaceutique dans les domaines de la recherche et de la commercialisation et sur son mépris moralement répugnant pour la vie humaine. L'auteur établit des rapprochements convaincants entre l'industrie pharmaceutique et l'industrie du tabac et révèle l'extraordinaire vérité derrière les efforts déployés pour semer la confusion et détourner l'attention du public et des politiciens.
Il s'appuie sur des données probantes et traite de manière détaillée de l'extraordinaire défaillance du système causée par le crime généralisé, la corruption et l'inefficacité de la réglementation pharmaceutique - une réglementation qui, selon lui, doit être radicalement transformée. « Si nous prenons autant de médicaments, c'est principalement parce que les compagnies pharmaceutiques ne vendent pas des médicaments, mais des mensonges à leur sujet. C'est ce qui fait que les médicaments sont si différents du reste... Tout ce que nous savons sur leur compte, c'est ce que les compagnies ont choisi de nous dire et de dire à nos médecins... Les patients ont confiance dans leurs médicaments parce qu'ils extrapolent la confiance qu'ils ont envers leurs médecins et la reportent sur les remèdes que ces derniers leur prescrivent. Ils ne sont pas conscients que les médecins, s'ils en savent long sur les maladies et la physiologie et la psychologie humaines, en connaissent très, très peu sur les médicaments si ce n'est les informations fabriquées de toutes pièces par l'industrie pharmaceutique... Si vous ne croyez pas que le système est hors de contrôle, je vous invite à m'écrire pour m'expliquer pourquoi les médicaments sont la troisième cause de mortalité... Si une épidémie provoquée par une nouvelle bactérie ou un nouveau virus avait fait autant de victimes - ou si elle avait même causé un centième seulement des décès associés aux effets secondaires des médicaments -, nous aurions tout fait pour la contenir. »


Peter C. Gotzsche - Deadly medicines and organised crime
Peter C. Gotzsche - PDF

Médecine - PDF

Monday, March 22 2021

Danzig Baldaev - Drawings from the Gulag

Baldaev Danzig Drawings from the Gulag.jpg


Danzig Baldaev - Drawings from the Gulag


Drawings from the Gulag consists of 130 drawings by Danzig Baldaev (author of the acclaimed Russian Criminal Tattoo Encyclopaedia series), describing the history, horror and peculiarities of the Gulag system from its inception in 1918. Baldaev's father, a respected ethnographer, taught him techniques to record the tattoos of criminals in St. Petersburg's notorious Kresty prison, where Danzig worked as a guard. He was reported to the K.G.B. who unexpectedly offered support for his work, allowing him the opportunity to travel across the former U.S.S.R. Witnessing scenes of everyday life in the Gulag, he chronicled this previously closed world from both sides of the wire. With every vignette, Baldaev brings the characters he depicts to vivid life: from the lowest zek (inmate) to the most violent tattooed vor (thief), all the practices and inhabitants of the Gulag system are depicted here in incredible and often shocking detail. In documenting the attitude of the authorities to those imprisoned, and the transformation of these citizens into survivors or victims of the Gulag system, this graphic novel vividly depicts methods of torture and mass murder undertaken by the administration, as well as the atrocities committed by criminals upon their fellow inmates.

Danzig Baldaev was born in 1925 in Ulan-Ude, Buryatiya, Russia. In 1948, after serving in the army in World War II, he was ordered by the N.K.V.D. to work as a warden in the infamous Leningrad prison, Kresty, where he started drawing the tattoos of criminals. His collection of drawings, which he made in different reformatory settlements for criminals all over the former U.S.S.R. over a period of more than 50 years, have been published by Fuel in three volumes, in the bestselling Russian Criminal Tattoo Encyclopaedia series.


The Chekist
Stanislaw J. Kowalski - Kolyma
Kolyma - The Uncut Documentary
Alexander Solzhenitsyn - The Gulag Archipelago
Aleksandr Solzhenitsyn - 200 years together
Secret History - The Gulag Archipelago
Wasyl Hryshko - The Ukrainian holocaust of 1933
William Luther Pierce - The Genocide at Vinnitsa
Robert Conquest - The Great Terror
Anne Applebaum - Gulag A history
John Noble - I Was a Slave in Russia

Bolchevik - PDF
Communism - PDF

Friday, March 19 2021

The Dimming - Climate Engineering



The Dimming
Exposing the global climate engineering cover-up
Geoengineering Watch


GeoeongineeringWatch.org is pleased to announce the release of our groundbreaking documentary that conclusively exposes the existence of global climate engineering operations.


The Dimming - Climate Engineering.jpg


Global climate engineering operations are a reality. Atmospheric particle testing conducted by GeoengineeringWatch.org has now proven that the lingering, spreading jet aircraft trails, so commonly visible in our skies, are not just condensation as we have officially been told. Over 75 years ago global powers committed the planet and populations to a climate engineering experiment from which there is no return. The intentional dimming of direct sunlight by aircraft dispersed particles, a form of global warming mitigation known as “Solar Radiation Management”, has and is causing catastrophic damage to the planet's life support systems. The highly toxic fallout from the ongoing geoengineering operations is also inflicting unquantifiable damage to human health. Why aren’t scientists or official sources disclosing the ongoing climate engineering operations? Who is responsible for carrying out these programs? What will the consequences be if geoengineering / solar radiation management operations are allowed to continue? The Dimming documentary will provide answers to these questions and many more. Thank you for viewing and for notifying others of The Dimming film release.


Chemtrails - PDF


Shasta_County.jpg

Phoenix.jpg

Scottsdale.jpg

Merseyside.jpg

Tuesday, March 16 2021

Saint-Yves d'Alveydre - Mission des souverains

Saint-Yves Alveydre Mission des souverains.jpg


Saint-Yves d'Alveydre - Mission des souverains
Par l'un d'eux
Acheter la version papier du livre - Book Depository - Amazon - The Book Patch


Une nouvelle version de l'histoire de l'Europe, déployée à partir de la lutte de pouvoir entre les papes et les souverains nationaux. Un ouvrage exigeant, dont le but n'est pas d'apporter de nouvelles connaissances, mais, en changeant la perspective, de réorganiser complètement les connaissances acquises. Cette relecture de l'histoire se termine par le projet d'une constitution européenne, supranationale, basée sur la Synarchie, le plan divin d'un État social terrestre.


Préface
J'expose avec confiance ces pages au plein jour de l'opinion publique.
Dictées par l'amour du bien, elles renferment ma pensée comme souverain chargé d'âmes et de destinées, et je crois cette pensée salutaire. Ma personne, pour le moment, n'importe pas, et ne sortira de l'anonyme que pour entrer en acte, s'il y a lieu d'agir dans le sens que j'indique.
Cette divulgation d'une nouvelle doctrine gouvernementale est déjà, par elle seule, un acte gros de faits à venir, si le besoin de vérité, de justice et de paix sociale qui me l'a dictée, est aussi général que je le pense, à tous les degrés de nos hiérarchies.
Depuis le livre du Prince, le machiavélisme le plus noir a souvent passé, à juste titre, pour être le conseiller secret des rois.
J'ai voulu en quelques pages mettre sous les yeux des peuples et de leurs chefs un nouveau livre d'État : celui du machiavélisme de la lumière. C'est pourquoi lisez, jugez, approuvez ou blâmez : j'écouterai approbations et blâmes, et si les premières dépassent en nombre les seconds, leur chiffre me dira que j'ai bien fait, et qu'il faut se mettre à l'action.
Une pareille action ne saurait avoir le caractère d'une réaction européenne, ni les mystères d'une sainte alliance.
Avant les cabinets, c'est l'opinion publique seule qu'il faut aborder premièrement.
C'est là qu'est la grande force, le seul levier capable de soulever l'Europe de l'ornière sanglante qui la conduit en Amérique.
Si la volonté générale de l'Europe se reconnaît dans cette oeuvre l'accomplissement en est facile.
Nous ne serons alors que les premiers agents d'une irrésistible puissance, sans laquelle notre pouvoir, plus ou moins habile à conserver ce qui est, demeure impuissant à créer ce qui pourrait être. C'est donc à l'opinion qu'il appartient de répondre, si mes voeux ont formulé les siens.
Elle a pour le faire des voies légales, pratiques et sûres : comités, adresses, délégations au chef de l'État, dans chaque État. Si cette pression morale sur les gouvernements acquiert une intensité suffisante, les pouvoirs publics européens devront, par nous, se concerter et agir souverainement pour une fin commune, autre que la conservation de nos droits menacés de diverses manières.
Puis, ce sera aux ministres et aux nations d'entrer en scène et de préparer le pacte fédéral et les institutions destinées à le garder. Aujourd'hui, plus nominaux que réels, les souverains ne sont que les gardiens d'une trêve armée qui ne leur permet pas les oeuvres de la paix. Conservation, destruction : tel est le dualisme qui limite brutalement la souveraineté, d'où toute réforme pourrait procéder.
C'est un cercle fatal qui nous étreint souverains et peuples, et que nous ne pouvons briser tous que par une sincère entente commune, préparée par un grand effort intellectuel et moral. Depuis le traité de Westphalie ou plutôt depuis le Congrès d'Arras, le gouvernement général de l'Europe est un véritable état de siège, dont nous sentons vainement l'écrasante inanité. Tant que ce système subsiste, aucune conception générale de gouvernement digue de nos temps n'est applicable, aucune action généreuse dans le sens des grands mobiles de la Société, des grands intérêts de la Civilisation, n'est pratique.
Sujets de la force, notre seule politique possible est de nous en saisir, sous peine d'en être saisis ; et notre seule activité pratique est une compétition diplomatico-militaire, inter-dynastique et internationale, dont le triomphe toujours éphémère coûte aussi cher, à tous les points de vue, que la défaite.
Valois, Wasa, Bourbon, Hapsbourg , Orange, Romanoff, Hohenzollern, Bonaparte, etc., nous tendons à rééditer périodiquement la même histoire, sans grand profit pour nous-mêmes, ni pour l'Europe ; nous tournons dans le même manège, dans le même champ clos féodal, qu'ensanglantent nos ambitions rivales, nos combats judiciaires, donnant aux peuples le spectacle d'une rixe de gladiateurs qui leur prouve par de perpétuels exemples que l'anarchie préside à nos rapports comme aux leurs. C'est la vie, diront les naturalistes, la vie avec ses luttes instinctives et ses compétitions passionnées.
Cependant l'état propre de l'homme n'est pas cet état de nature, mais l'État Social.

Dans chaque État, les passions et les instincts subissent le frein des lois civiles ; et les États d'une même famille sociale, ceux de la Chrétienté, ne sauraient sans danger demeurer longtemps encore moins contraints, dans leurs rapports mutuels, à la justice et à l'équité, que les individus. Chrétiens dans notre vie privée, civilisés dans nos habitudes domestiques, devrons-nous donc éternellement n'échanger entre nous, dans nos relations fonctionnelles, comme souverains, qu'une politique antichrétienne et barbare, instinctive et féroce, faite de ruse diplomatique, de violence militaire, et dont nos codes nationaux repoussent et poursuivent l'immoralité, quand nos sujets la pratiquent entre eux ?
Nulle intelligence, nulle conscience ne peut répondre affirmativement ; mais il est plus facile de réprouver le mal que d'en connaître exactement les profondeurs, les causes, et de pouvoir y remédier. La Maison européenne, la Chrétienté étant ainsi bâtie, nous sommes forcés d'en subir le statu quo, faute d'un meilleur plan et d'ouvriers pour la rebâtir.
Nous n'en sommes, malgré les apparences, que les premiers locataires, les plus exposés.
Pendant que la guerre permanente règne en haut, la révolution sape les fondations, et nous accule de plus en plus à la conservation matérielle de nos droits dynastiques et des droits de l’État à l'intérieur, de nos droits nationaux au dehors.
Pour le moment, en effet, et tant que la loi de nos rapports est ce qu'elle est, nous ne pouvons faire mieux qu'opposer une conservation matérielle au matérialisme de la destruction, aussi longtemps que les peuples ont assez de bon sens pour rester dans la logique de leur histoire et nous en confier l'application.
Mais nous ne devons pas nous dissimuler qu'ils peuvent cesser d'avoir ce bon sens, pour leur malheur sans doute, mais pour le nôtre aussi. Le matérialisme gouvernemental, et il remonte haut dans l'Histoire, tend partout, dans notre siècle positiviste, à réduire l'État à une sorte de machine anonyme, si bien montée par nous qu'elle semble pouvoir fonctionner d'elle-même, sans principe de vie politique.
Tel est, à proprement parler, le fond de la conception latine du gouvernement auquel les Occidentaux donnent le nom assez chimérique de république.
La France, sous ce rapport, ne varie pas, depuis Danton jusqu'à M. Gambetta.
Il est douteux que les peuples tirent jamais des républiques ainsi comprises, un autre avantage qu'une suppression apparente de la liste civile ; et il en résulte, pour eux, une série d'inconvénients politiques et sociaux, internes et externes, inutiles à relever ici.
Mais supposons un instant que les volontés nationales, plus ou moins surprises par la dogmolâtrie athéologique, par l'archaïsme universitaire, des soi-disant républicains, puissent supprimer partout la vie à la tête des États et réduire ceux-ci à leur simple automatisme administratif : l'Europe en sera-t-elle plus à l'abri de la guerre permanente qui est sa loi générale, les nations européennes échapperont-elles davantage à toutes les conséquences de l'état de siège européen ?
Toutes les déductions de l'Histoire prouvent le contraire.
Si la Révolution, considérant la destruction de ce qui est comme un moyen de faire place à ce qui doit être, avait en réserve un plan réalisable, répondant à la création d'un ordre de choses meilleur, la République, outillage monarchique sans monarque, pourrait prétendre à réaliser une certaine économie de transition.
Tel n'est pas le cas.
Bien plus civile que politique, oeuvre de demi-lettrés absolument dépourvus de toute science sociale, la Révolution n'a rien qui doive nous effrayer outre mesure ; et je crois, au contraire, ses exemples faits pour nous rassurer sur notre utilité pratique et nous démontrer que les vraies réformes ne peuvent venir que de nous.
Cette révolution n'est qu'une poussée bruyante d'une certaine partie, non satisfaite, des classes moyennes, sur des cadres créés par nous, et beaucoup trop satisfaisants pour qu'on les supprime.
À l’avant-garde des autres nations, la France est pour nous tous un théâtre d'observation dont les expériences portent leurs enseignements et leurs conclusions.
La Monarchie y est évincée, mais l'État y reste intact, tel que Louis XI l'a médité, tel que Richelieu l'a voulu, tel que Colbert l'a créé.
Nul ne songe à le détruire, chacun ambitionne de l'occuper.
La Révolution fait la poussée ; la République organise la substitution ; un fauteuil remplace le trône ; la couronne ne disparaît que pour faire place à un chapeau ; au sceptre succède une canne, en attendant un sabre, et tout est dit.
Pourtant, par moments, la Révolution semble se faire plus menaçante, et de civile qu'elle est, elle paraît, sous le nom de socialisme, vouloir revêtir un certain caractère antisocial. Sentant vaguement le néant pratique de sa dogmolâtrie de son athéologisme universitaire, elle essaie d'y remédier en poussant ses archaïsmes jusqu'aux extrêmes ; mais, impuissante à rien créer, elle renouvelle de vieilles histoires, se divise contre elle-même, et oppose à l'État traditionnel, la Commune, tradition du moyen âge et des Étienne Marcel. Que nous annonce cette réédition non corrigée ?

Le voici :
Une nouvelle poignée de demi-lettrés, trouvant que la politique est la carrière de ceux qui n'en ont pas, s'improvisent les interprètes des dernières classes pour les exploiter à leur profit. L'Europe s'effraie, et elle a tort.
Laissons passer ces saturnales renouvelées des Romains, et concluons. Ce n'est encore qu'une nouvelle poussée tendant à une nouvelle substitution.
Tout ce monde peu nombreux, oisif, inexpérimenté, plus despotique que jamais nous ne le fûmes, ne veut gouverner ex abrupto que pour être quelque chose d'officiel : président, ministre, tribun, colonel de garde nationale, maire, commissaire de police, sergent de ville ou garde champêtre.
Chaque demi-bachelier paresseux se sent en poche une lettre de change sur les fonds publics.
La fonction visée, l'oripeau poursuivi, à grand renfort de phrases sonores, ne sont que le symbole de l'émargement au budget. Ce que je viens de dire aboutit à ce qui suit :
C'est qu'il en serait ainsi partout, en Allemagne comme en France, en Russie comme en Allemagne, en Autriche, en Angleterre, partout en un mot.
Car toutes nos nations organisées sur le même plan, ayant érigé sur ce plan l'État, ne peuvent avoir que ce genre de république, sous peine de n'avoir pas de républicains. En définitive, ce sera toujours l'état de siège national au dedans, mais plus grossier, plus gros de discordes civiles ; et ce sera plus que jamais l'état de siège européen planant sur toutes les nations du continent, mais plus lourdement et avec des résultats plus sanglants et plus onéreux. Car la politique sérieuse est une science faite de tact et d'expérience, une synthèse pratique de connaissances nombreuses, de traditions et de prudence, et tout cela ne s'improvise ni par des suffrages démagogiques, ni par des discours, ni par de soi-disant changements de gouvernement. Les États républicains d'Europe se heurteraient encore plus brutalement que sous nos vieux étendards, et enfantés par le vent populaire, ils engendreraient les plus désastreuses tempêtes. Nos liens de famille modèrent encore un peu la loi de ruse et de violence qui nous gouverne tous, le choc diplomatico-militaire de nos États armés les uns contre les autres.
Toutes les réformes réelles sont venues de nous, et je crois que nous seuls pouvons désarmer la guerre et organiser la paix publique, si nous savons, forts de la volonté de nos peuples, faire passer à l'État Social nos pouvoirs généraux européens, et fonder sur ses véritables bases l'Empire de la Civilisation.
Telle est notre vraie raison d'être, notre réserve supérieure d'utilité, la mission qui lie nos destinées à celles des nations et qui, seule, comme le prouvera ce livre, est la conclusion pratique des gestations sanglantes mais progressives de notre vieille Europe et de son histoire.


Saint-Yves d'Alveydre - La France vraie Tome 1
Saint-Yves d'Alveydre - La France vraie Tome 2
Saint-Yves d'Alveydre - Mission des juifs - Tome 1
Saint-Yves d'Alveydre - Mission des juifs - Tome 2

Marquis Saint-Yves d'Alveydre
Saint-Yves d'Alveydre - PDF


Mission des souverains.jpg

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius