WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Gaston-Armand Amaudruz - Nous autres racistes

Various - Permalink - 2884 reads

, 10:00



Pour l’homme, le diagnostic de Friedrich Ritter est des plus graves. L’arrêt de la sélection naturelle accumule le déchet humain (cf. Manifeste, point 32) jusqu’au moment où celui-ci parvient aux leviers de commande politiques et met l’Etat au service de sa conservation individuelle. Alors que les animaux supérieurs pratiquent couramment le sacrifice individuel (la chatte défendant ses petits jusqu’à la mort, ou l’oiseau sa couvée), le dégénéré humain, inférieur en cela au plus humble chimpanzé, non seulement refuse ce sacrifice, mais sacrifie les générations futures au maintien et l’accroissement de ce déchet. Et Friedrich Ritter passe en revue tous les secteurs de la décadence moderne, dite «civilisation», et met en lumière les actions antisélectives émanant de chacun d’eux. Nous ne pouvons que demander à nos lecteurs de se reporter à ce réquisitoire, car il est difficile d’en prononcer un plus terrible.

Gaston-Armand Amaudruz - Nous autres racistes
Le manifeste social-raciste



DÉFENSE DE LA RACE

Dans l’histoire contemporaine, il n’y a guère de vocable qui soulève autant d’émotion et de peur que celui de racisme. Aucun n’engendre plus d’infantilismes et de lâchetés. Aucun problème n’est plus fatal ou plus provocant que le problème racial. Et pourtant, le destin de l’humanité ne dépend que d’un examen approfondi de ce problème et de sa seule, unique et indispensable solution.
Il est vrai que le mot racisme a été galvaudé, détourné de sa conception véritable par des dilettantes ou des maniaques, et l’on se croirait bien inspiré de l’abandonner. Ainsi, nous pourrions remplacer le mot « racisme » par celui de « racialisme » afin d’échapper peut-être à la mauvaise presse. Mais cela ne nous mettrait pas à l’abri d’une nouvelle déformation et ajouterait au mal de notre temps (où la valeur et le sens des mots sont tombés dans une confusion pénible), tout en donnant raison à nos ennemis. De plus, cette adaptation au milieu démocratique serait suspecte à plus d’un point de vue. Or, l’honnêteté la plus élémentaire exige plutôt que nous rétablissions la signification du mot racisme dans sa pureté.
Nous_autres_racistes.png
Tout d’abord, nous condamnons la discrimination. Le fait de maltraiter un individu à cause de sa race, de sa couleur, de son parler ou de sa religion est très injuste. Tout le monde peut être d’accord sur ce point. Par contre, peu de personnes se rendent compte de l’effroyable danger engendré par l’antiracisme systématique. La maladresse et la déloyauté qui caractérisent les politiciens ont obscurci et déformé cette situation. Ceux qui refusent d’affronter ce sujet capital combattent en réalité contre ceux qu’ils croient défendre.
Nous constatons qu'il existe, à l’échelle mondiale, un complot lucide qui tente de faire un seul monde en recourant à l’intégration raciale. Or, dans tous les pays où l’on a imposé cette intégration, il en est résulté une plus grande discrimination que jamais. Les individus sont ainsi poussés à la révolte extrême avec tout ce que cela comporte de ressentiments, d’amertumes, de haines et de tueries. Nous constatons aussi que le fait racial est à ce point puissant que le mal subsiste même là où le mélange est admis, car chaque degré de métissage fait naître souvent une nouvelle classe sociale.
manisfestes_social-raciste.jpg
Dans le domaine social, les esprits superficiels et les bien-pensants infantiles sont devenus des jouets entre les mains de dirigeants qui incitent à la violence raciale ... au nom de l’amour universel ! Il est grand temps que les populations prennent conscience de l’insondable imbécillité de ces tentatives faites sous le couvert de l’ « amour universel ». En effet, le sort de l’Homme est en jeu ! Le respect de l’héritage biologique est un principe qu'il est impossible de ne pas prendre en considération lorsqu’il s’agit de l’évolution de l’homme. Ceux qui, au nom de la « fraternité humaine », effacent le patrimoine héréditaire d’un trait de plume, ne l’empêchent pas d’agir. En effet, la Nature punit les violations des lois de la vie, et les antiracistes travaillent à leur disparition même en nous combattant. Que cette réflexion, au moins, les pousse à tolérer nos idées et à respecter la liberté d’opinion dont ils se réclament.
Le_manisfestes_social-raciste.png
Le bien-être de l’humanité dépend du bien-être de chaque race et réciproquement, car l’un ne peut vraiment pas s’épanouir sans l’autre. Le raciste chasse le mot égalité de son vocabulaire. L’idée même d’égalité est une absurdité. Les hommes sont par essence inégaux tant au physique qu'au moral. Il en est de même pour les races. Le raciste sait fort bien que ce que les démocrates appellent préjugé est un réflexe défensif normal, communautaire, et qu'il appartient à chaque race. On ne peut résoudre dans l’harmonie géographique et la paix les problèmes qui s’attachent à l’idée du Sang qu'en travaillant dans le sens d’une conscience raciale éclairée.


Dr Jacques Baugé-Prévost, Psy. M.D., N.M.D.
Directeur
Institut Supérieur Des Sciences Psychosomatiques, Biologiques et Raciales



Les ouvrages de Gaston-Armand Amaudruz





AVANT-PROPOS

Depuis quelques années, un drapeau a été déployé sur le monde. Ce n’est pas celui d’une nation, ce n’est pas celui d’un parti mais celui d’une nouvelle sorte d’hommes, armés d’une connaissance nouvelle et qui appartiennent à toutes les nations blanches : ces hommes sont les racistes.

René Binet


L’ONU, L’UNESCO, les grands partis « démocratiques », diverses institutions protestantes, jusqu’à la Fédération luthérienne, réunie à Evian (et trahissant Luther), une foule d’associations culturelles, de municipalités, d’assemblées législatives, jusqu’au Grand Conseil du canton de Vaud en 1962, une nuée de « personnalités » de tout poil, professeurs, scientifiques, écrivains, artistes, pitres, sportifs, prédicateurs, du haut de leur imbécillité individuelle ou collective, ont solennellement condamné le racisme.
Au nom de la démocratie, de l’humanité, de la liberté d’opinion, ces millions de bouches déversent et la haine et la bave, réclament — et obtiennent parfois — la mise hors la loi des « criminels » racistes, l’interdiction de leurs écrits et de leurs paroles, faute de pouvoir les traduire devant un tribunal de Nuremberg et les envoyer au gibet.
Autour du nouveau drapeau qui flotte parmi cette haine, quelques hommes : nous autres racistes ...
Au dehors, les hurlements du désordre et de la décadence ; en nous-mêmes, le calme. Car nous savons.
Nous savons la modernité malade. Sa maladie, elle l’appelle civilisation, progrès, démocratie — sans s’apercevoir que ses seuls progrès se font en direction du tombeau. Elle aspire au bien-être, au « bonheur » ; elle voudrait supprimer la souffrance et, si possible, la mort. Idéaux typiques d’un taré mal à l’aise dans sa peau, profondément malheureux de ce qu’il est, souffrant de ses propres contradictions et terrorisé par la mort qu’il sent déjà rôder autour de lui. L’homme moderne parle d’humanité, de fraternité, d’amour du prochain, de paix, de non-violence, alors qu’il crève de haine. Haine de tout ce qui est sain, noble, fort, généreux, créateur, beau, pur. Haine de la volonté, haine de l’honneur.
Nous savons d’où vient le mal et, seuls, nous en connaissons le remède. Mais nous, minorité raciste, dispersés de par le monde, nous ignorons encore si notre génération sera en mesure d’administrer ce remède. Car notre savoir est peu répandu et nous avons à surmonter le barrage de l’erreur et de la calomnie. Aussi, notre petit livre ne s’adresse pas seulement aux générations actuelles, mais à celles qui suivront.
Nous savons que l’antiracisme, cette forme militante de la décadence, conduit aux grandes catastrophes. La Chine, en un effort exemplaire, s’est dotée de toutes les armes modernes qui, sitôt produites en quantités suffisantes, permettront aux Jaunes de se répandre sur toute la Terre. Et si quelque miracle, in extremis, écartait ce péril, les contradictions internes des démocraties ploutocratiques ou communistes auraient tôt fait d’amener d’autres désastres, pensons par exemple aux grandes famines sur une planète surpeuplée, à la pollution de l’air, de l’eau et du sol qui, certaines limites franchies, pourrait supprimer d’un coup des populations entières ; pensons aussi à l’inexorable dégénérescence des nations « civilisées », qui pourrissent littéralement sur place jusqu’au jour où un simple souffle les balaiera.
Lecteur, garde ce petit livre dans ta bibliothèque ... il s’adresse peut-être aux survivants du XXIe siècle !



Pour plus d'informations

You might also like

George_Lincoln_Rockwell.png

George Lincoln Rockwell - Nazionalsocialismo americano

George Lincoln Rockwell - Nazionalsocialismo americano Questo video è in dedica a uno dei più...

Continue reading

Benrhard_Rust_La_educacion_en_el_Tercer_Reich.jpg

Benrhard Rust - La educación en el Tercer Reich

Benrhard Rust - La educación en el Tercer Reich El siglo XIV fue testigo de tal progreso educativo...

Continue reading

Rimland_Ingrid_Lebensraum.jpg

Ingrid Rimland - Lebensraum !

Ingrid Rimland - Lebensraum ! Book 1 - A passion for land and peace This is the first of three...

Continue reading

Didi18_un_grain_de_sable.jpg

Didi18 un grain de sable - Nouvelle adresse

Didi18 un grain de sable - Nouvelle adresse : didi18ungraindesable.ru Il est visible à cette...

Continue reading

Radio Melon - Suavelos - Les enfants reproductibles - Spéciale Saint-Valentin

Radio Melon - Suavelos Les enfants reproductibles - Spéciale Saint-Valentin Suavelos.eu - Facebook...

Continue reading