WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Radio Melon - Les "ladies" terribles

Various - 200 reads

, 07:07



Radio Melon
Les "ladies" terribles

Présidentielles 2017, la dernière ligne droite !
Freya et Lucie sont dans la place !!!

Radio Melon


Radio_Melon_ladies_terribles.jpg







Macron Leaks

jewelry - 475 reads

, 13:53

Macron_Leaks.png


Macron Leaks - archive.org
Archives download


French candidate Macron claims massive hack as emails leaked

Leading French presidential candidate Emmanuel Macron's campaign said on Friday it had been the target of a "massive" computer hack that dumped its campaign emails online 1-1/2 days before voters choose between the centrist and his far-right rival, Marine Le Pen.
Macron, who is seen as the frontrunner in an election billed as the most important in France in decades, extended his lead over Le Pen in polls on Friday.
As much as 9 gigabytes of data were posted on a profile called EMLEAKS to Pastebin, a site that allows anonymous document sharing. It was not immediately clear who was responsible for posting the data or if any of it was genuine.
In a statement, Macron's political movement En Marche! (Onwards!) confirmed that it had been hacked.
"The En Marche! Movement has been the victim of a massive and co-ordinated hack this evening which has given rise to the diffusion on social media of various internal information," the statement said.
An interior ministry official declined to comment, citing French rules that forbid any commentary liable to influence an election, which took effect at midnight on Friday (2200 GMT).
The presidential election commission said in statement that it would hold a meeting later on Saturday after Macron's campaign informed it about the hack and publishing of the data.
It urged the media to be cautious about publishing details of the emails given that campaigning had ended, and publication could lead to criminal charges.
Comments about the email dump began to appear on Friday evening just hours before the official ban on campaigning began. The ban is due to stay in place until the last polling stations close Sunday at 8 p.m. (1800 GMT).







Dieter Schwarz - Freemasonry

jewelry - 289 reads

, 13:28

Dieter_Schwarz_-_Freemasonery.jpg


Dieter Schwarz - Freemasonry
Ideology Organisation, and policy

With a foreword by the Chief of the Security Police and Security Service
SS - Obergruppenfuehrer and General of the Police Dr. Kaltenbrunner
Berlin 1944 - Central Publishing House of the NSDAP


PART I : HISTORICAL FOUNDATIONS

Chapter 1. The Jewish Oriental Foundations
1. The Jewish oriental foundations

Chapter 2. Development Of Freemasonry Outside Germany In The 18th Century
1. Development out of the English working lodges in the 17th and 18th centuries (nonguild members in the stone cutters guilds - origin of the word Freemason - the Grand Lodge Of London in 1717 - the Ancient Duties)
2. The development of Freemasonry in France (the Enlightenment and thought of the French Revolution - the penetration of Jews into the English and French lodges - Jewish institutions in the higher degrees) Development of Freemasonry in Germany up to the emancipation of the Jews
a) The English line of influence
b) The Romanic line of influence
c) The development of German Freemasonry along the lines of speculative philosophy (German idealism in the 18th century - change in the meaning of Freemasonry - Goethe and Freemasonry - the age of the German Wars Of Liberation)

Chapter 3. Development Of Freemasonry In The 19th And 20th Century
1. The participation of Freemasonry in the Revolutions of 1789, 1830, and 1848 (the Masonic mission of France - Democracy and Republic - the Restoration - 1830 - 1848 - Napoleon III and the Masonic opposition)
2. Penetration of the Jews into bourgeois society with the help of the lodges (struggle of the Jews for equality - Masonic humanitarianism and tolerance on the Jewish Question - The Jewish lodge in Frankfurt am Main in 1807 - Admission of Jews at Birkenfeld in 1845)
3. Developments outside Germany from 1870 to 1914
4. The attitude of German Freemasonry during this period

Chapter 4. International Freemasonry And The World War
1. The attitude of the lodges in the Entente States (slander of Germany and its allies - Masonic Congresses - Masonic peace propaganda)
2. Attitude and opinions of Freemasons in Germany (influence of the lodges and their work of corruption - Internationalist thought - The Field Lodges)


PART II : ORGANISATION, WORKING METHODS, AND AIMS OF FREEMASONRY

Chapter 1. Organisation
1. The John Lodges as the lowest degree
2. The higher degree lodges
3. The connection between John Freemasonry and Higher Degree Freemasonry
4. Supranational organisations of Freemasonry
5. Masonic organisations in Germany, former Austria, former Czechoslovakia, and former Poland :
a) in Germany
b) in former Austria
c) in former Czechoslovakia
d) in former Poland

Chapter 2. Organisations Similar To Freemasonry
1. Odd Fellows
2. Order Of Druids
3. Schlaraffia
4. Rotary Club

Chapter 3. Disguised Work Of Freemasonry In Other Organisations
1. Disguised work of Freemasonry in other organisations

Chapter 4. Ideological Aims
1. The basic concepts of Freemasonry (humanitarianism and tolerance - international chain of brotherhood - denial of racial and national differences - Masonic cosmopolitanism, liberalism, and democracy)
2. Educational methods of Freemasonry (aims of education - effects and methods of Masonic education - ritual - symbolism - Masonic speeches, signs, and building blocks - Masonic writings)

Chapter 5. Relationship Between Freemasonry And Other Supranational Powers
1. Freemasonry and the Church (Freemasonry as anti Church - struggle between Catholicism and Freemasonry - Papal bulls banning Freemasonry - attempts at union - Conference of Aachen of 1928)
2. Freemasonry and Jewry
3. Freemasonry and Marxism (Freemasonry as the bourgeois, democratic liberal vanguard of Marxism - Communism and Freemasonry - Masonic statements on Communism)


PART III : FREEMASONRY AS A FORM OF OPPOSITION TO NATIONAL SOCIALISM

Chapter 1. Freemasonry And Fascism
1. Freemasonry and Fascism (Fascism's struggle against the Green Snake - Anti Freemasonry Law of 1925 - Grand Master Torrigiani against Fascism - Mussolini on Freemasonry)

Chapter 2. Freemasonry And National Socialism
1. National Socialist Leaders on Freemasonry (Adolf Hitler - Alfred Rosenberg - Hermann Güring - Reich Leader Buch)
2. Decrees and Directives of branches of the State and Party against the lodges, and of the Party against Masonic lodges and organisations in Germany
3. National Socialism's struggle against Freemasonry (voluntary dissolution of the lodges, the attitude of the old Prussian lodges - lodge defence committees)
4. World Freemasonry's struggle against National Socialism (topics of discussion at Masonic and emigrant congresses - boycott propaganda - the work of the People's Front)
5. Summary (irreconcilable conflict between National Socialism and Freemasonry)


Dieter Schwarz - PDF


Dieter_Schwarz_World_Jewry.jpg


Forward To The 1st, 2nd, 3rd, And 4th Editions
The intent of the present work is to deal with the principal problems of Freemasonry in a concise manner. It makes no claim to completeness; rather, it intends to provide documentation based on authentic materials from the archives of the Security Service of the Reich Leader Of The SS and Secret State Police, thereby educating the public to the danger posed by Freemasonry over the past several centuries. A detailed description of the irreconcilable conflict between the ideology of Freemasonry and that of National Socialism, based on the fullness of the available archive material, must be left to later works.
Heydrich SS-Obergruppenführer - 1938.

Forward To The 5th Revised Edition
In 1942, World Freemasonry celebrated the 225th anniversary of its founding. Like the 200th anniversary, the 225th anniversary was celebrated during wartime -- during a war for which World Freemasonry was once again partly responsible. But how different is the situation of Freemasonry compared to 1917! Then, it stood at the height of its influence and enjoyed immeasurable political power. Today, by contrast, it is being called upon to render an account : the healthy Folks of Europe have overcome the corrupting poison of the Masonic ideology; the powerful forces of Freemasonry have suffered serious reverses, and must furthermore expect that their days are numbered in Europe.
Political developments since the publication of this text have confirmed the correctness of the statements made in it. Once again, World Freemasonry has given rise to forces directed against all racially healthy movements, simultaneously creating the impetus for a total extinction of those movements.
An awareness that the rejuvenated Folks of Europe must remain alert to the disintegrating corruption of liberal Masonic thought in order to prevent any regrouping and renewed grab for power, has impelled the author to publish a revised and supplemented edition for the German and European Folks, in order to make a small contribution to the total spiritual healing of the European community of Folks.
Dieter Schwarz - 1942.

Forward To The 6th Edition
Among the spiritual forces secretly working in the camp of Germany's enemies and their allies in this war, as in the last, stands Freemasonry, the danger of whose activities has been repeatedly stressed by The Leader in his speeches.
The present brochure, now made available to the German and European Folks in a 6th edition, is intended to shed light on this enemy working in the shadows. Though an end has been put to the activities of Masonic organisations in most European countries, particular attention must still be paid to Freemasonry, and most particularly to its membership, as the implements of the political will of a supragovernmental power. The events of the summer of 1943 in Italy demonstrate once again the latent danger always represented by individual Freemasons, even after the destruction of their Masonic organisations. Although Freemasonry was prohibited in Italy as early as 1925, it has retained significant political influence in Italy through its membership, and has continued to exert that influence in secrecy. Freemasons thus stood in the first ranks of the Italian traitors who believed themselves capable of dealing Fascism a death blow at a critical juncture, shamelessly betraying the Italian Nation. The intended object of the 6th edition of this brochure is to provide a clearer knowledge of the danger of Masonic corruption, and to keep the will to self defence alive.
Dr. Kaltenbrunner SS-Gruppenfьhrer General Of The Police - 1943.







Dr. William Luther Pierce - Appel à une élite spirituelle

Various - 183 reads

, 21:23




Dr. William Luther Pierce - Appel à une élite spirituelle
Le conservatisme ou le radicalisme ?


Les groupes conservateurs et de droite s’inquiètent d’un certain nombre de problèmes contemporains : la mixité scolaire obligatoire, le fiscalisme, le contrôle des armes, la criminalité urbaine, l’inflation. Il s’y opposent de plusieurs façons : par des manifestations de rue, de la propagande écrite sur tracts, journaux et magazines, en faisant du lobbying ou en s’investissant dans les campagnes électorales. Ils gagnent ainsi des partisans auprès de ceux qui sont les plus opposés à ces développements.

En général, plus un problème est spécifique, concret et immédiat, plus le public répond de façon massive et enthousiaste aux appels de la droite. Certaines organisations ad hoc montées contre la mixité scolaire obligatoire (en anglais busing, en référence aux autocars qui transportaient les élèves blancs dans les écoles à majorité noire, et réciproquement) ont revendiqué plus d’un million de membres à un moment donné. Il me semble que la National Rifle Association, le plus grand groupe opposé au contrôle des armes, a plus d’un million de membres à ce jour.

Les gens qui ont rejoint les groupes contre la mixité scolaire obligatoire l’ont fait en général parce qu’ils se sentaient directement menacés par une menace spécifique et concrète. Les gens qui soutiennent la NRA pour son opposition à l’enregistrement et à la confiscation des armes à feu pensent – à bon droit – que leur droit fondamental à l’auto-défense est en passe de leur être retiré.

Mais quand le problème est moins immédiat ou plus abstrait, les groupes de droite peuvent toujours être soutenus – mais pas tant que cela. La politique étrangère américaine au Proche-Orient et en Rhodésie est terrible, mais rencontre beaucoup moins d’opposition organisée que la mixité scolaire obligatoire ou le contrôle des armes.

Des problèmes encore plus abstraits, comme le métissage ou l’immigration non-blanche occupent une bonne part de la rhétorique de droite, mais cette rhétorique ne rencontre presque pas de répondant dans le public.

Comme tout le monde a observé cette constante, les individus ou groupes qui veulent être soutenus pour une raison ou une autre, légitime ou non, concentrent leur propagande sur les problèmes immédiats, spécifiques, concrets. Cela fait gagner les élections. Et cela accroît le fond de caisse des « conservateurs » cupides.

Mais curieusement, ces problèmes immédiats, spécifiques et concrets demeurent et s’aggravent malgré tout. Comment est-ce possible ?

Comment se fait-il que malgré la présence de tant de gens dans les organisations opposées à la mixité scolaire obligatoire, il y ait chaque année de plus en plus de circonscriptions scolaires qui sont forcées par les tribunaux fédéraux d’aller chercher en autocar les enfants blancs pour les mettre dans des écoles noires ?

Comment se fait-il que malgré toute la rhétorique déployée contre le fiscalisme, et malgré le nombre si important de conservateurs et de droitiers dans les organisations anti-fiscalistes, les impôts sur le revenu et les taxes d’habitation et les impôts fonciers empirent chaque année ?

En fait, il y a deux façons de soulever la question. Nous pouvons dire qu’il y a de plus en plus de mixité scolaire obligatoire, malgré tous les mouvements d’opposition, parce que les ennemis de l’Amérique blanche veulent abâtardir le pays et parce qu’ils sont plus forts que les opposants à la mixité scolaire, avec tout leur argent et leur mainmise sur les médias, et parce qu’ils ont glissé leurs agents dans le système judiciaire fédéral depuis des années, qu’ils ont lavé le cerveau du public et que les conservateurs ne savent pas travailler ensemble, et ainsi de suite. Et nous pourrions diagnostiquer la question du fiscalisme et du contrôle des armes de la même façon.

Mais analyser de cette façon les mécanismes de la lutte n’est pas mon propos pour ce soir. Car il y a une question plus générale et fondamentale, qui est la suivante : pourquoi les ennemis de l’Amérique blanche n’arrêtent-ils pas de gagner ? Pourquoi sont-ils plus forts que leurs opposants ? Comment diable ont-ils pu nous mettre à ce point un sac sur la tête ? Pourquoi la majorité blanche perd-elle toujours ?

La réponse, que nous devons bien comprendre ce soir, est celle-ci : les droitiers, les conservateurs et la majorité blanche en général, ont perdu bataille après bataille – et sont en train de perdre la guerre – parce qu’ils n’acceptent le combat que lorsqu’il s’agit de choses immédiates, spécifiques et concrètes – en particulier celles qui les affectent personnellement. Telle est la réponse que nous devons comprendre.

Comme je discutais avec notre invité Ed Fields, après la dernière réunion, il me parla d’un discours qu’il avait prononcé lors d’un rassemblement contre la mixité scolaire obligatoire tenu à Louisville, Kentucky, l’an passé. Il parlait depuis dix minutes, m’a-t-il dit, de l’importance de préserver la race blanche, de sauver la culture blanche, d’arrêter l’immigration non-blanche et d’arrêter les mariages mixtes, lorsqu’il fut interrompu par un cri poussé dans les rangs de la foule : « Mais on s’en fout de ces conneries ! Dites-nous plutôt comment arrêter ces autocars ! »

Bon, je reconnais qu’il s’agit d’un cas extrême. La plupart des opposants à la mixité scolaire obligatoire et la plupart des blancs ordinaires et honnêtes se préoccupent des choses dont leur parlait Ed Fields. Mais ils ne s’en préoccupent pas assez pour que cela les arrache à leur poste de télévision et mène à des rassemblements, au risque d’être traités de « racistes » par une meute de médias juifs glapissants, escortés de leurs bataillons de gauche. Ils ne produiront cet effort et ne prendront ce risque que pour s’opposer à quelque chose qu’ils perçoivent comme une menace immédiate et personnelle.

De la sorte, les grands groupes conservateurs et de droite se concentrent sur ces choses – les plus immédiates, concrètes et personnelles – tandis que la race blanche continue de perdre la guerre.

Le problème est une question de motivation, de priorités et de valeurs.

La grande majorité des non-gauchistes, c’est-à-dire des gens qui n’ont pas rejoint avec armes et bagages le camp ennemi – ne songent pas à gagner la guerre. Ce qu’ils veulent, c’est éviter de devenir à leur tour des victimes.

Aucune armée dans l’histoire n’a gagné une guerre avec ce genre de motivation. Nous n’échappons pas à cette loi.

Quand un homme doit résoudre un problème personnel, un vrai, alors l’intérêt personnel est une motivation valable. Mais quand une race toute entière rencontre un problème majeur, l’intérêt personnel n’est plus une motivation valable, et ne résoudra pas plus le problème posé à la race que l’attitude « chacun pour sa peau » ne permet à une armée de gagner une guerre, ou même une bataille.

Malgré ce fait, les organisations conservatrices et droitières continuent de s’adresser à cet intérêt personnel, puisque c’est par ce biais que l’on obtient une réponse immédiate.

Le fond du problème, le voici : celui qui est contre la mixité scolaire obligatoire est en général quelqu’un de globalement satisfait de l’ordre des choses qui l’environne. Résolvons ce problème d’autocars scolaires, pense-t-il, et retournons à notre poste de télévision. Ou bien : faisons échec à cette loi sur le contrôle des armes, et reprenons nos affaires courantes.

Si vous lisez les publications conservatrices, vous sentirez l’odeur fétide de cette attitude. American Opinion, le journal de la John Birch Society, dégage cette pestilence à plein nez, tout comme l’hebdomadaire publié par le Liberty Lobby.

Ils en veulent beaucoup à la bureaucratie fédérale à cause de ses empiètements dans leur existence. Ils ne veulent pas que le gouvernement se mêle de leurs droits de propriété. Ils veulent qu’on les laisse tranquilles pour qu’ils puissent continuer à se faire de l’argent et à le dépenser à leur guise, sans aucune interférence.

Il est évident que la dernière chose qu’ils désirent, c’est la révolution. Pourquoi ? Car cela apporterait une nuisance bien plus grande que tous les autocars scolaires, les contrôles des armes et des impôts fédéraux mis ensemble. Cela les ferait vraiment quitter leur poste de télévision.

N’oubliez pas qu’il y a littéralement des dizaines de millions de gens, dont une bonne partie de conservateurs et de patriotes américains, qui s’inquiètent vraiment de savoir si Liz va quitter John et revenir avec Dick ou si les Dodgers vont gagner le championnat.

J’ai dit qu’il s’agissait d’un problème de valeurs. Je vais vous donner quelques exemples parlants. Dans American Opinion, il y a quelques mois, il y avait un article qui se plaignait de la politique fédérale de relogement. L’auteur, qui ne voulait surtout pas passer pour raciste, expliquait qu’aucun conservateur n’avait d’objection contre le fait d’avoir des voisins noirs, pour autant qu’il s’agisse de noirs bienveillants, calmes, et de classe moyenne. Il disait que les conservateurs préféreraient avoir comme voisins des noirs travailleurs et de la classe moyenne que des blancs pauvres, ou comme il le dit, des blancs assistés.

Le reproche que les conservateurs font à la mixité scolaire obligatoire, c’est, disait-il, qu’elle est obligatoire, car les conservateurs ne veulent pas qu’on leur dise qu’ils doivent avoir des voisins noirs, surtout des noirs assisté, sales et imprévisibles, qu’ils voient exactement de la même façon que les blancs pauvres.

Certes, nous ne nions pas que certains noirs peuvent faire des voisins plus calmes, propres et ordonnés que certains blancs. Et si l’on ne s’intéresse qu’à cela – en plus du fait de refuser que le gouvernement nous dicte notre conduite – nous pourrions être d’accord avec la Birch Society.

Mais nous croyons – nous croyons tous ici, je l’espère – qu’il y a quelque chose de plus grave, de bien plus grave, dans le problème de la mixité forcée, que la question de la propriété et de l’indépendance vis-à-vis du pouvoir gouvernemental. Notre hiérarchie des valeurs est fondamentalement différente de celle de la Birch Society.

Cependant, trop de gens ne voient que les ressemblances superficielles entre les Birchers et nous, à cause de certaines ressemblances de points de vue sur certains sujets.

Je vais vous donner un autre exemple. Dans le numéro de cette semaine de Newsweek, il y a un éditorial signé par un conservateur blanc qui se plaint de la façon ridicule dont les tribunaux et les bureaucraties fédérales – en particulier la Commission pour l’Égalité à l’Embauche – tournent les lois pour favoriser les minorités au détriment de la stricte justice. La discrimination à l’envers, dit-il, est anti-américaine.

Nous avons tous entendu les Juifs crier la même chose dès que les Noirs ont commencé à exiger leur part d’emplois dans des secteurs où les Juifs sont sur-représentés, comme le journalisme ou l’enseignement supérieur. Chez les Juifs, c’est de l’égoïsme pur et simple, puisqu’ils applaudissent tous la discrimination à l’envers quand c’est un plombier, un électricien ou un métallurgiste blanc qui doit céder sa place à un noir, un chicano ou un asiatique.

Mais je ne crois pas que le conservateur blanc qui a écrit dans Newsweek s’inquiète de ce qu’un nègre lui prenne son emploi. Il s’inquiète de ce que les Juifs, les gauchistes hantés par la culpabilité et les politiciens corrompus qui lorgnent sur le vote des minorités poussent trop loin le bouchon du racket de « l’égalité », au point de provoquer un retour de bâton parmi les Blancs, qui pourrait défaire ce que les lois fédérales sur l’égalité étaient censées faire, à savoir créer une société sans discrimination, aveugle aux couleurs.

Il voit que les fanatiques de la Commission pour l’Égalité à l’Embauche forment un nid de frelons ourdissant le conflit racial, la division et l’hostilité. Faire violence à toute chose au nom de l’égalité, dit-il, désunit les États-Unis et dissocie les éléments de son mélange, ce qui conduit au trouble et au désordre. À l’image des autres conservateurs, il ne veut pas de troubles. Il veut l’unité, la prospérité et la paix à n’importe quel prix.

Bon, peut-être faut-il être charitable et ne pas accuser ces conservateurs de n’être motivés par rien d’autre que l’égoïsme et le matérialisme. Peut-être que ce bonhomme de Newsweek est un patriote qui souhaite par dessus tout des États-Unis paisibles et vraiment unis, sans aucun rapport avec ce que cela implique sur ses revenus et son train de vie. Il croit peut-être aussi qu’un gouvernement vraiment aveugle aux couleurs, qui ne discrimine ni les Noirs ni les Blancs, ferait une Amérique forte et paisible. Peut-être qu’il croit sincèrement à ces choses-là, comme c’est le cas de beaucoup de conservateurs, à n’en pas douter.

Mais même s’ils avaient raison – ce que je ne crois pas, en dernière analyse – leur hiérarchie des valeurs et des priorités est complètement fausse.

La prospérité et l’harmonie sont de belles et bonnes choses. La paix est un bien – mais pas la paix à tout prix, et certainement pas la paix au prix de l’abâtardissement racial.

Et de fait, nos valeurs sont si différentes de celles des conservateurs que la paix n’aurait toujours pas un grand prix à nos yeux, même si nous étions absolument certains qu’elle ne mènerait pas à l’abâtardissement. Même si le pays ou le monde pouvait être divisé en petites enclaves pour les Noirs, pour les Blancs, les Chicanos, les Juifs et ainsi de suite, chacun respectant les droits de son voisin et restant sagement à l’intérieur de son périmètre. Cela, je le répète, c’est le rêve d’une âme conservatrice, et c’est un rêve faux.

Notre rêve est un rêve de progrès, le rêve d’un progrès illimité qui parcourt les siècles, les millénaires et les éons qui sont encore devant nous. Ce n’est pas un rêve de paix conservateur, pas un rêve ovin de bien-être, de consommation et de sûreté, mais le rêve de l’accomplissement de notre Destin, qui tend vers la Divinité. C’est le seul rêve digne des hommes et des femmes de notre race ; c’est l’esprit du Créateur, c’est l’Élan Universel qui nous saisit de l’intérieur et qui s’exprime dans notre âme raciale.

Vous savez qu’il en est ainsi ; vous savez que c’est le seul rêve qui nous convient et que ce je vous dis est vrai. Cependant, quand vous quitterez cette assemblée ce soir, je crains qu’il ne soit encore trop facile pour vous de retomber dans les vieilles habitudes de pensée, dans les chemins de pensée erronés.

J’ai cette inquiétude parce que je reçois sans arrêt des lettres de nos membres, qui ont payé leurs cotisations et qui reçoivent régulièrement leurs bulletins, mais qui apparemment ne comprennent pas ce qui est écrit dans ces bulletins. Ce sont des enseignants, des policiers, des avocats – des gens pour qui notre message ne doit pas être trop abstrait ou trop compliqué à comprendre – mais ce sont aussi des gens qui sont profondément insérés dans la société d’aujourd’hui, qui sont impliqués au jour le jour avec d’autres gens, dont les valeurs et les idéaux proviennent de leurs postes de télévision.

Et comme nos valeurs s’opposent en tous points à celles de la télé, il peut être difficile pour certains des nôtres de faire la transition, de nettoyer les toiles d’araignées conservatrices qui leur collent à l’esprit, de façon à ce que notre rêve, le rêve de l’âme raciale blanche, leur parle haut et fort.

Il est plus facile pour nous autres, ici dans le cadre de notre petite communauté, de comprendre la Vérité, et il se peut que beaucoup de nos membres, éparpillés sur le continent – tout autour du monde en fait – doivent bénéficier du renforcement moral qu’amène avec soi le fait de vivre et de travailler avec d’autres personnes qui partagent ce rêve, avant de pouvoir accéder au même degré de compréhension que nous.

Je suis sûr que pour certains, cela sera nécessaire, bien que pas pour tous. Chez certains, le rêve est si puissant qu’il leur suffit de recevoir nos publications et d’écouter les cassettes de nos assemblée, autrement dit d’être membres de notre communauté par l’esprit, même s’ils ne peuvent pas en être par la chair.

Le problème demeure toutefois : si notre rêve est un rêve radical, le rêve des masses est un rêve conservateur.

Nous voulons une révolution qui provoque une transformation permanente de nos valeurs, de nos priorités et des buts de notre société, et qui jette les fondements de l’édification d’un monde nouveau. Quant à eux, ils désirent mettre fin rapidement à certains ennuis concrets et spécifiques, pour pouvoir revenir à leur télé.

Même le moins égoïste et le plus réfléchi des conservateurs basera son programme sur les valeurs de la télé, la philosophie de la télé et la religion de la télé. Au mieux, ils souhaitent annuler les changements sociaux et raciaux des dernières décennies et restaurer l’ordre qui existait avant la dernière guerre.

Vous voyez qu’une très grande distance nous sépare, la distance qu’il y a entre notre Vérité et la façon matérialiste et conservatrice de voir les choses. Mais cependant, ils sont des nôtres. C’est dans ce vivier, dans les larges masses, que nous devons recruter de nouveaux membres, dont dépend la croissance et même la survie de notre communauté.

Nous n’avons certes pas atteint le point où nous pouvons nous permettre de nous emmurer, nous et nos enfants, et nous séparer du reste de la société, d’isoler notre communauté de la Babylone juive qui nous environne pour nous reposer sur nos propres forces pour édifier notre communauté. Il se pourrait que nous n’atteignions jamais ce point. Par conséquent, il nous faut réduire cette distance qui nous sépare des conservateurs.

Comment faire ? Faudra-t-il porter un masque conservateur tout en continuant à distribuer nos tracts et à publier un journal qui parle de mixité scolaire obligatoire, de contrôle des armes et de quotas raciaux à l’embauche, des monopoles médiatiques et d’autres choses encore, qui intéressent les conservateurs – comme nous l’avons fait – mais sans les accents radicaux qui les effraient, les troublent ou les ennuient ?

Est-ce qu’il faut déradicaliser notre apparence publique ? Devenir une sorte de force d’appoint conservatrice ?

Souvenez-vous, nous parlions il y a peu des façons de rendre plus facile et moins effrayante l’incorporation de nos sympathisants. Nous avions évoqué la nécessité de croître plus vite que nous ne le faisons aujourd’hui. Mais il y a autre chose à prendre en compte.

Il y a des douzaines de groupes conservateurs en activité, qui sont expérimentés, bien financés et bien organisés. Une partie d’entre eux sont tenus par des conservateurs authentiques, des hommes qui pensent et qui sentent comme ceux qu’ils cherchent à recruter.

Faut-il se mettre en tête que nous autres, qui sommes des outsiders qui pensons et sentons sur une longueur d’onde complètement différente, nous aurions les moyens de les battre à ce jeu-là ? Je ne le pense pas.

Et même si nous réussissions mieux qu’eux, en étant plus malins, plus énergiques ou plus cyniques que les autres, aurions-nous remporté un véritable succès ?

Nous aurions gagné une structure, mais sans fondation, une structure qui ne tiendrait que par des faux-semblants. Est-ce que c’est à cela que nous aspirons, en fin de compte ? Je ne le crois pas.

Ceci dit, je n’écarte certainement pas l’utilisation de fronts et d’organisations ad hoc. Ce sont des outils bons et utiles, qu’il va falloir employer à un certain stade de notre développement.

Mais pour la réalisation de nos buts à long terme, pour le véhicule principal de notre révolution, pour l’organisation qui incarne le Vérité fondamentale exprimée dans notre Affirmation, nous devons nous reposer sur du granit, pas sur du sable. Et cette fondation doit être cimentée de confiance, non de faux-semblants.

Nous ne réduirons pas l’écart entre notre communauté et les masses de notre peuple en nous faisant passer pour ce que nous ne sommes pas. Nous avons commis cette erreur dans le passé, en essayant de courir deux lièvres à la fois, en essayant d’être à la fois conservateurs et radicaux. Si vous voulons corriger cette erreur à l’avenir, ce sera en abandonnant les prétentions conservatrices. Il faudra le faire, pour que nous soyons parfaitement crédibles dans nos tentatives de recrutement.

Par conséquent, ce qu’il nous reste à faire, c’est d’allumer un phare de vérité et de toujours tendre une main amicale aux masses de notre peuple qui ne partagent pas encore notre point de vue. Mais ne faisons aucun compromis avec les faussetés qui gouvernent leurs vies pour le moment. Ne leur laissons pas croire que pour nous, la mixité scolaire obligatoire, les impôts ou les quotas raciaux soient des questions vraiment fondamentales. Disons clairement à tous que ces choses-là ne sont que des symptômes de la maladie, et qu’on ne guérit pas une maladie en traitant ses symptômes.

Ce que cela implique pour nous aujourd’hui et à l’avenir, tant que nous travaillons dans une seule organisation et que nous ne sommes pas encore en état de constituer des fronts, c’est ceci : nous consacrerons nos ressources à ce qui est fondamental et dans une très grande mesure, nous laisserons les autres groupes attaquer les symptômes. Nous nous concentrerons sur notre tâche qui est de toucher les masses de notre peuple avec notre Vérité dans sa forme la plus fondamentale, et nous laisserons la NRA combattre le contrôle des armes et le National States Right Party combattre la mixité scolaire obligatoire, tout en leur souhaitant le meilleur.

Pour le dire autrement, nous serons radicaux sans compromis et non pas conservateurs. Évidemment, si le mot « radical » vous fait encore peur, vous pouvez le remplacer par « fondamental » – ce qui veut dire exactement la même chose.

Est-ce que cette stratégie a un sens, à l’heure où nous avons un besoin désespéré de faire croître notre nombre ? Est-il raisonnable de tenter de toucher des gens qui sont dominés par le matérialisme avec un message essentiellement spirituel ? Est-il sensé d’être plus radical encore, alors que certains de nos membres pensent encore dans les catégories du conservatisme ?

Bon, je vous concéderai volontiers que, si nous prêchons aux masses, nous savons que seule une minorité, seule une élite spirituelle, est capable de répondre à notre message. Nous voulons allumer un phare et le faire brûler du plus puissant éclat qu’il est possible, pour qu’il darde ses rayons sur tout notre peuple, mais nous savons que seul un petit nombre d’individus verra notre lumière, comprendra notre Vérité et y répondra. Je le concède bien volontiers.

Les choses ont toujours été ainsi. Toutes les révolutions grandes et positives de l’histoire humaine, toute élévation consciente qui a été faite sur le Chemin infini de la Vie, symbolisé par notre Rune, a été l’oeuvre d’une minorité, d’une élite. Les masses ne font pas les révolutions, ce sont les minorités conscientes et agissantes qui les font.

Nous n’espérons pas transformer en révolutionnaires idéalistes des masses égoïstes et matérialistes, mais nous cherchons à réveiller, à inspirer et à recruter cette petite partie de notre peuple, en qui l’Étincelle Divine brûle déjà et leur illumine l’âme et l’esprit, au point qu’ils sont capables de saisir notre Vérité. Et la façon d’y parvenir est de leur présenter notre Vérité de la façon la plus pure, la plus simple et la plus claire possible – non pas de se déguiser en conservateurs, ce qui ne produirait que de la confusion.

Nous voulons que tous sachent que nous avons compris que ce qui importe n’est pas de savoir si nous allons pouvoir élire un gouvernement qui ne cherchera pas à nous imposer des quotas raciaux, ou si nous allons pouvoir être enfin tranquilles chez nous, mais si la Vérité qui est l’âme raciale de notre peuple pourra vaincre les faussetés étrangères qui nous dominent aujourd’hui, afin que la Vérité nous guide sur notre Chemin vers les hauteurs, sur le Chemin de l’Auto-réalisation du Créateur – à ceci près que cette fois-ci nous en seront les agents pleinement conscients – et que nous reprenions notre marche incessante vers la Destinée qui nous échoit.

C’est cela qui importe, c’est cela qui doit être réalisé. Tout le reste, tous les objectifs conservateurs, se résoudront d’eux-mêmes ou deviendront sans importance.

Je le répète, la question immédiate n’est pas de savoir si nous devons être plus radicaux ou plus conservateurs pour croître davantage, mais de savoir comment présenter notre radicalisme – notre Vérité – de la façon la plus attirante, comment éviter la confusion, comment minimiser les réactions négatives, comme rassurer les timides et les hésitants.

Nous savons que nous jetons un très grand filet et que nous aurons peu de prises. Mais nous voulons être sûrs d’attraper tous ceux qui sont aptes à être attrapés. Et la seule façon de les attraper, c’est de leur présenter la Vérité pure et non frelatée.


Dr. William Pierce - PDF
Dr. William Pierce - Videos





Source : caesartort.blogspot.hu
Traduction blancheurope.com







Thomas Winship - Zetetic cosmogony

Sciences - 225 reads

, 07:07

Zetetic_cosmogony.jpg


Thomas Winship - Zetetic cosmogony
Or conclusive evidence that the world is not a rotating-revolving-globe, but a stationary plane circle.


Preface to the seconde edition
Since the first edition of this work - an unpretentious pamphlet of 48 pages - was published, so much interest in the subject has been manifested, that a second edition is without doubt called for. In fact, long after the first edition was exhausted, letters from various parts of the world, were received, asking for copies, which, to our regret, could not be supplied.

In that pamphlet very much of the evidence we had accumulated from various sources had to be omitted, so as to reduce what otherwise would have been a bulky volume to a short treatise; retaining sufficient evidence to convince the minds of those who would take cognizance of and duly estimate proved facts of nature. Our labours have not been in vain. Many have been enabled to see through the delusions of modern astronomy. Letters from various parts testify that, in some cases, men and women have begun to make use of their brain-power, which had been stunted and dwarfed by acceptation, without the slightest proof, of the unscientific, unreasonable, unnatural, and infidel teachings of men foisted upon a credulous public in the name of "Science." Others again, tell that the writers have thrown to the moles and to the bats the world-wide and almost universally believed hoax that we are living on a whirling sea-earth globe, revolving faster than a cannon-ball travels, rushing through "space" at a rate beyond human power to conceive, and flying - with the whole of the so-called solar-system-in another direction twenty times the speed of its rotation.

To the Editors of newspapers, who, whether favourably or unfavourably, reviewed the pamphlet, our thanks are due, and now respectfully tendered.

This edition is sent forth with the assurance of the Divine blessing and the firm conviction that TRUTH IS STRONG AND MUST PREVAIL.

T.W.

12, Castle Buildings, Durban, Natal, South Africa, November, 1899


Winship_Thomas_Zetetic_cosmogony.jpg


CONTENTS
Assumptions
Age of the Earth
Aerönautics
Contrasts
Contradictions
Circumnavigation
Curvature
Canals
Disappearance of Ships
Distances
Fluids
Figure of the Earth
Growth of the Earth
Gravitation
Geology
The Horizon
Level on the term
Lighthouses
The Midnight sun
Motions of the Earth
The moon
Eclipses of the moon
Magnetism
Navigation
The Pendulum
The plurality of Worlds
The Planets
On Parallel lines
Railways
Rivers
Ridicule
The sun
Sun's distance
Sun's diameter
The stars
Star distance
The Season's
Signals
Surveying
Science
The tides
The ultimate conclusion


Flat Earth - PDF


How to awaken people to Flat Earth - Eric Dubay
In this video Eric Dubay from the International Flat Earth Research Society and Luke from Flat Earth Consequences give their advice on how to effectively present other people the concept of Flat Earth without having them instantly cover their ears and stick their tongues out at you. Special thanks to Beyond the Imaginary Curve, Question Everything, Flat Earth Consequences and Revoldo for their videos and activism.



ODD TV - Flat Earth - Viceland - Space spliff
This is my response to Viceland's "Watch This Spliff Fly Into Space", where they seem to think that they proved the earth is round using a fisheye lens.



ODD TV - Flat Earth - An open letter to Cody's Lab







Radio Melon - Les nanas terribles

Various - 330 reads

, 07:07


Radio Melon - Les nanas terribles
Pâques en bonne compagnie !


Radio Melon - Youtube
Radio Melon - Vive l'Europe


nanas_terribles.jpg







Julius Streicher - Testament politique

jewelry - 314 reads

, 13:50

Julius_Streicher_Testament_politique.jpg


Julius Streicher - Testament politique
Ma déclaration
Traduction de l'anglais par Valérie Devon


Par stupidité, méchanceté et lâcheté, certains contemporains ont cru qu'ils pouvaient et même devaient, dégrader et mal interpréter, autant le contenu que la forme de mon travail de 25 ans d´illumination en paroles et texte. La plupart de ces critiques n'ont pas forgé leur opinion selon leur propre connaissance, mais plutôt par le truchement balbutiant servile de l'opinion d'un autre. Ces notes portant sur ce qui fut la période la plus difficile à vivre pour le peuple allemand sont consacrées à la réflexion pour ces contemporains et juges douteux et à tous ceux qui souhaitent les connaitre.

Mondorf au Luxembourg, Maison des détenus,
Été 1945. Julius Streicher


Julius Streicher - Sans solution de la question juive Aucune libération du peuple allemand !
Julius Streicher - PDF

Troisième Reich - PDF








Georges Orwell - Animal farm - 50th anniversary edition

jewelry - 221 reads

, 07:07

Georges_Orwell_Animal_farm.jpg


Georges Orwell - Animal farm
50th anniversary edition


Since its publication in 1946, George Orwell's fable of a workers' revolution gone wrong has been recognized as a classic of modern political satire. Fuelled by Orwell's intense disillusionment with Soviet Communism, Animal Farm is a nearly perfect piece of writing--both an engaging story and an allegory that actually works. When the downtrodden beasts of Manor Farm oust their drunken human master and take over management of the land, all are awash in collectivist zeal. Everyone willingly works overtime, productivity soars and for one brief, glorious season, every belly is full. The animals' Seven Commandment credo is painted in big white letters on the barn. All animals are equal. No animal shall drink alcohol, wear clothes, sleep in a bed or kill a fellow four-footed creature.
Those that go upon four legs or wings are friends and the two-legged are, by definition, the enemy. Too soon, however, the pigs, who have styled themselves leaders by virtue of their intelligence, succumb to the temptations of privilege and power. "We pigs are brainworkers. The whole management and organisation of the farm depend on us. Day and night, we are watching over your welfare. It is for your sake that we drink that milk and eat those apples." While this swinish brotherhood sells out the revolution, cynically editing the Seven Commandments to excuse their violence and greed, the common animals are once again left hungry and exhausted, no better off than in the days when humans ran the farm. Satire Animal Farm may be, but it's a stony reader who remains unmoved when the stalwart workhorse, Boxer, having given his all to his comrades, is sold to the glue factory to buy booze for the pigs. Orwell's view of Communism is bleak indeed, but given the history of the Russian people since 1917, his pessimism has an air of prophecy.
Joyce Thompson


George Orwell - PDF

George Orwell (aka Eric Arthur Blair) was born in Motihari, Bengal, on June 25, 1903, and educated at Eton. From 1922 to 1927 he served in the Imperial Police in Burma. After living in Paris for two years he returned to England, where he worked successively as a private tutor, schoolteacher, and bookshop assistant. Orwell fought on the Republican side in the Spanish Civil War and was severely wounded. During World War II he served in England's Home Guard and worked for the B.B.C. He then joined the Tribune and later became a special correspondent for the Observer. He died in London in 1950.


Farm_Orwell.jpg







Henry Vignaud - Americ Vespuce

History - 230 reads

, 11:11

Vignaud_Henry.jpg


Henry Vignaud - Americ Vespuce
1451-1512
Sa bibliographie. Sa vie. Ses voyages. Ses découvertes. L'attribution de son nom à l'Amérique. Ses relations authentiques et contestées.


Confederate_Louisiana.gifJean Henry Vignaud, né à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 27 novembre 1830 et mort à Bagneux le 19 septembre 1922, était un écrivain, journaliste et historien américain de langue française, issu d’une famille du midi de la France.

Professeur de langue française à La Nouvelle-Orléans entre 1852 et 1856, il se lança ensuite dans le journalisme et le théâtre.
Lors de la guerre de Sécession, il fut capitaine du régiment louisianais de l'armée confédérée. Fait prisonnier en 1862, il s'évada et se réfugia à Paris, où il s'installa définitivement. Il reprit sa plume de journaliste.

Il occupa par la suite des postes auprès de délégations des États-Unis en France, et fut premier secrétaire de la Légation des États-Unis de 1882 à 1909. En 1908, il devint président de la Société des Américanistes, et put se consacrer à sa passion : l'étude de Christophe Colomb et de la découverte des Amériques.


Vignaud Henry - Le vrai Christophe Colomb et la légende
La date exacte de la naissance du Grand Génois. Sa famille. Les indications qu'il avait. Toscanelli, prétendu initiateur de la découverte de l'Amérique. L'objet véritable de l'entreprise de 1492.


Henry Vignaud - La lettre et la carte de Toscanelli sur la route des Indes par l'Ouest
Adressées en 1474 au Portugais Fernam Martins et transmises plus tard à Christophe Colomb. Etude critique sur l'authenticité et la valeur de ces documents et sur les sources des idées cosmographiques de Colomb. Suivie des divers textes de la lettre de 1474 avec traductions, annotations et fac-similé.


Henry Vignaud - Etudes critiques sur la vie de Colomb avant ses découvertes
Les origines de sa famille. Les deux Colombo, ses prétendus parents. La vraie date de sa naissance. Les études et les premières campagnes qu'il aurait faites. Son arrivée en Portugal et le combat naval de 1476. Son voyage au Nord. Son établissement en Portugal. Son mariage. Sa famille Portugaise.


Henry Vignaud - Comment l'Amérique fut réellement découverte en 1492
Conférence


Confederate_flag.jpg







Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer

Spirituality - 293 reads

, 08:08

La_permaculture_de_Sepp_Holzer.jpg


Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer
"L'agriculteur rebelle" d'Autriche - Guide pratique pour jardins et productions agricoles diversifiées

Sepp Holzer - Sepp Holzer’s permaculture
A practical guide to small-scale, integrative farming and gardening


Préface
A chaque fois que mes tournées de conférences me ramènent dans mon pays natal, l'Autriche, je suis très heureux de pouvoir rendre visite à la famille Holzer au Krameterhof et de pouvoir « bavarder » avec Sepp Holzer sur les principes de la permaculture.

La gestion durable, l'économie de recyclage et la permanence de l'environnement sont des notions qui deviennent de plus en plus évidentes dans notre existence. Le sable dans le sablier de l'histoire du monde semble s'écouler de plus en plus vite. Il suffit de citer ici les mots-clés, mondialisation, technologie et croissance économique. Les ressources naturelles de la planète Terre en subissent de plus en plus les conséquences négatives. La population mondiale en constante augmentation contribue également à la surexploitation des sources naturelles de vie de la planète. Les ressources non renouvelables - essentiellement les énergies fossiles, pétrole et gaz - s'approchent de leur fin, ce qui risque d'entraîner des conflits de distribution. Sans parler du changement climatique qui devrait être le défi majeur des prochaines décennies.

Grâce à son économie de recyclage, le mouvement permaculturel, qui grandit à l'échelle mondiale, apporte une contribution constructive à la résolution de tous ces problèmes. Il met en évidence des pistes menant à une société durable et permanente. Des hommes tels que Masanobu Fukuoka, Bill Mollison, David Holmgren et Sepp Holzer, qui développent et font connaître la permaculture, nous présentent des alternatives permettant de vivre avec la nature et non contre elle. Il est fascinant de constater que l'observation de la nature nous amène à la compréhension et à la connaissance. C'est pourquoi de nombreux « permaculteurs » ont en commun un esprit curieux, pragmatique et sainement sceptique. Sepp Holzer est un bon exemple d'homme de métier qui met ses connaissances en pratique. La réussite de ses activités est toujours concluante. Sepp Holzer est un exemple concret de l'expression anglaise « Walk the Talk » ( « fais ce que tu dis » ).

La création d'une culture permanente a pour objectif essentiel de ramener la culture dans l'agriculture. Les agriculteurs et les jardiniers sont les producteurs de produits alimentaires et ils sont, de ce fait, les porteurs de la culture. La destruction du sol élimine également l'agriculteur - et, donc, également la culture. Nos fermes et nos jardins sont les reflets de notre comportement vis-à-vis de la nature. C'est pourquoi nous avons besoin aujourd'hui d'un changement de paradigmes et de nouvelles valeurs orientées vers l'éthique et l'écologie. Pour le dire de manière plus lapidaire, nous avons besoin d'une « biocratie » au sens littéral du terme.

Où exactement ce changement doit-il démarrer ? Par exemple, auprès des enfants dans les écoles, mais avant tout parmi la population urbaine ! C'est le consommateur qui a le plus grand pouvoir dans notre économie de marché orientée vers le profit. C'est lui qui, par son pouvoir d'achat, détermine comment seront utilisées nos ressources. Les livres comme celui présenté ici peuvent être des aides précieuses pour rendre les consommateurs plus conscients des fondements de notre existence. Je suis heureux que Sepp Holzer ait trouvé le temps de transmettre son expérience, sa compréhension et son savoir aux générations futures. J'espère que ce livre nous apportera des conseils utiles sur la voie d'un avenir durable.

Joe Polaischer
Rainbow Valley Farm
Nouvelle Zélande, Juillet 2004


Sepp_Holzer.jpg

Pionnier de l'agroécologie, Sepp Holzer dont la ferme est installée au sud de Salzbourg (Autriche), est à l’origine d’une des plus belles réussites en permaculture. Sa philosophie ? Il faut miser sur la biodiversité et coopérer avec la nature plutôt que la combattre.

En Autriche, depuis le succès de sa biographie éponyme qui s’est vendue à 120 000 exemplaires, on l’appelle l’agriculteur rebelle. Bouille ronde et barbe poivre et sel, coiffé d’un éternel chapeau de feutre, Sepp Holzer témoigne depuis 50 ans qu’un autre paradigme est possible. Qu’il existe des alternatives durables et prometteuses à l’agriculture conventionnelle qui épuise les sols et contribue largement au réchauffement climatique.

Au Krameterhof, sa ferme de 45 hectares perchée à flanc de montagne dans le Lungau, pas de monoculture –c’est « antinaturel » et contre productif martèle t-il- mais une extrême diversité de productions végétales et animales en tous genres : légumes, fruits, champignons, herbes médicinales, poissons, écrevisses, porcs, bœufs etc.

Ici, pas de plantes hybrides qui lient l’agriculteur au semencier auprès duquel il doit racheter chaque année ses semences, mais une profusion de variétés anciennes de légumes, céréales et fruits, goûtus et nourrissants. Pas de combat contre la nature à l’aide de produits phytosanitaires et d’engrais chimiques mais une collaboration respectueuse avec l’écosystème et tous les êtres vivants de l’alpage. « Plus un système est diversifié, plus il est stable. Dans ma ferme, je n’ai aucun problème de surpopulation de nuisibles car la nature est parfaite et maintient un équilibre général», souligne t-il.

Sepp Holzer a longtemps fait figure de « cinglé » aux yeux de ses voisins et été regardé avec suspicion par l’administration qui a multiplié les procédures, tracasseries et procès à son encontre.

Dans le Lungau, sa région natale qualifiée de « petite Sibérie autrichienne », beaucoup pensaient que l’expérience serait de courte durée. Cinquante ans après, le Krameterhof se porte comme un charme. Il emploie 4 collaborateurs à mi temps et écoule sa production en vente directe auprès de particuliers et de restaurateurs. Des 20 hectares de terres, en partie stériles, hérités de son père en 1962, Sepp a fait une ferme prospère de 45 hectares qui attire des visiteurs du monde entier. Ici, la biodiversité n’a jamais été aussi grande comme l’a montré une thèse universitaire publiée il y a quelques années. A Vienne, au ministère de l’agriculture, cette approche demeure pourtant méconnue. Thomas Rech, chargé du programme d’aide aux agriculteurs biologiques (l’Autriche est n°1 pour le Bio en Europe avec 20% de la surface agricole utile), est perplexe. « Une ferme en permaculture dans le Lungau, vous me dites ? ».

Un précurseur de la permaculture

Pour gagner le Krameterhof depuis le village de Ramingstein, il faut emprunter une petite route cabossée en pente raide slalomant entre les sapins et de rares chalets accrochés aux flancs de la montagne. Après avoir franchi le portail de la ferme et longé le potager, on débouche sur une clairière bordée de deux maisons en rondins de bois. L’une d’elles abrite une boutique où des pots de confitures, de miel, et des flacons de sirops et autres eaux de vie de poires made in Krameterhof s’entassent sur les étagères. La clairière jouxte un jardin forestier. Sous la canopée d’arbres fruitiers, l’étage inférieur est occupé par des fruitiers nains et des buissons à baies sous lesquels ont pris place des légumes et des herbes vivaces au niveau du sol, ainsi que des tubercules et des plantes grimpantes. La production d’un tel jardin dépasse largement celle d’une exploitation en monoculture. Comment expliquer une telle productivité ? « Par les synergies et interactions bénéfiques entre toutes ces variétés, par la coopération qui s’établit entre elles», explique, le sourire aux lèvres, Josef Andreas devant une vingtaine de paysans en herbes venus de République Tchèque, tous fondus de permaculture. Blond et joufflu, le fils de Sepp Holzer a repris la ferme en 2009, laissant son père se concentrer sur l’essaimage de sa méthode à l’échelle internationale.

Ouvrir le champ des possibles

La permaculture ? Sepp Holzer recourait à cette approche avant même que le terme ne soit forgé en 1978 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Ses principes de base sont bien connus. Il faut avant tout s’inspirer des cycles naturels, favoriser les interactions entre les éléments et leur multifonctionnalité, créer des structures de petite taille mais de haut rendement et jouer sur la diversité.

La permaculture s’efforce aussi de faire une utilisation judicieuse et efficace des énergies renouvelables disponibles en accord avec le biotope. Sur ses terres étagées de 1100 à 1500 m d’altitude, l’agriculteur autrichien a tout fait pour conserver le plus longtemps possible cette ressource précieuse qu’est l’eau. En canalisant les sources, il a créé plus de 70 mares et étangs. Fidèle à l’un des principes de base de la permaculture, en vertu duquel un élément doit remplir plusieurs fonctions, les plans d’eau et les forts dénivelés ont permis de fournir de l’énergie hydraulique qui alimente toute l’exploitation en électricité. Mais aussi une importante réserve halieutique où s’épanouissent une trentaine de variétés de poissons et d’écrevisses. Ses plans d’eau, et ses kilomètres de terrasses aménagées de façon à pouvoir cultiver sur des pentes raides, ont permis de créer également des microclimats bénéfiques aux cultures. Les pierres et les étendues d’eau accumulent la chaleur pendant la journée, et la diffusent pendant la nuit, réduisant ainsi les écarts de température. Résultat : Sepp Holzer est parvenu à faire pousser des milliers d’arbres fruitiers (pêches, poires, abricots, cerises, etc ) à une altitude (1100 à 1500 m) où ils sont d’ordinaire absents. De même, les experts qui clamaient qu’il était impossible de planter des céréales sur ces alpages ont pu observer que le blé, l’épeautre, l’avoine, l’orge et le seigle y parvenaient à maturité. « Cela ne fonctionne que si l’on emploie des variétés anciennes et robustes. Contrairement aux semences hybrides industrielles, elles s’accommodent de sols pauvres et de températures extrêmes », insiste le paysan rebelle.

Ces céréales anciennes, mieux adaptées aux conditions locales, ont le mérite, en outre, d’être beaucoup plus protéiniques, plus nutritives et plus faciles à digérer. « Sa méthode n’est pas forcément reproductible partout, mais Sepp Holzer a le mérite d’avoir bousculé nos paysages mentaux et ouvert le champ des possibles en montrant que d’autres formes d’agriculture sont possibles », insiste Charles Hervé-Gruyer qui codirige la Ferme du Bec Hellouin en Haute Normandie.

Eric Tariant


Sepp Holzer - PDF

Agriculture - PDF
Potager - PDF


Sepp Holzer's Mountain Permaculture Farm







- page 2 of 204 -