WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

CEDADE - La mujer en la familia

Spirituality - 190 reads

, 07:07

CEDADE_La_mujer_en_la_familia.jpg


CEDADE - La mujer en la familia


CONCEPTO DE FAMILIA y MATRIMONIO

Es evidente que la mujer en la familia desempeña un importante papel que no puede dejar de ser tenido en cuenta, ni minimizado. Para nosotros, la familia es la institución social por excelencia; en ella se basa la sociedad y su actuación se proyecta en el contexto social.

La base de la familia la constituye el matrimonio. En el matrimonio encuentran los cónyuges, de modo natural, el mutuo complemento de su capacidad y aptitudes no sólo en el orden físico y material, sino también en el orden moral y espiritual, mucho más importante.
La pareja responsable acude al matrimonio libremente, es decir, sin mediar coacción de ningún tipo, se conoce y se quiere lo suficiente, - y está lo suficientemente formada - como para decidirse a constituir una familia, llevando ello implícito la procreación, educación de los hijos y la ayuda mutua, que son los fines primordiales de todo matrimonio, ya los que debe tender.
Son móviles de tipo espiritual los que deben inducir a la pareja a contraer matrimonio. Ha de dejarse llevar por el amor, la afinidad racial y una cierta afinidad de caracteres y aficiones, y no por motivos materiales, como pueda ser por razón de intereses, por un enamoramiento pasajero, o simplemente por la atracción física, motivos estos perecederos e inconsistentes.
Decimos que la pareja que contrae matrimonio está lo suficientemente madura como para darse perfecta cuenta de que de su unión nacerán hijos a los que habrá que criar y educar. En base a esta madurez y en beneficio de estos hijos, propugnamos el ineludible deber de todos los ciudadanos próximos a contraer matrimonio de someterse a un examen médico completo que les despejará la incógnita de posibles y lamentables nacimientos de seres desgraciados. De la misma manera que para entrar a desempeñar según qué oficios el Estado o la Empresa exigen un reconocimiento médico a los aspirantes, así la pareja debe asegurarse de su estado de salud, ya no sólo en beneficio propio, sino en el de sus hijos, de esos seres inocentes, que, sin culpa ninguna, se encuentran en este mundo teniendo que soportar dolores, malformaciones o taras que hubieran podido evitarse en su mayoría de haberse sometido sus padres a un reconocimiento médico previo.
Constituido el matrimonio en la forma que propugnamos, la familia se asentará sobre una base firme, sobre unos cimientos sólidos y aunque se sucedan incidentes entre la pareja, fruto natural y lógico de la convivencia, el matrimonio no naufragará porque el amor y la comprensión se impondrán a la situación conflictiva.

Como en las diversas facetas de la vida, tanto el hombre como la mujer tienen en la familia una específica misión que cumplir, sin que la actuación de uno supere o sea inferior a la del otro, tratándose simplemente de actividades distintas, pero complementarias.
Hoy día se habla mucho de que la familia está en crisis, y debemos reconocer que, efectivamente son muchas las familias que, por diversas causas no se llevan bien; que en su seno no reina el clima hogareño, de amor y amistad que debe imperar en toda familia bien avenida.
Las causas de las crisis familiares son muchas y variadas y arrancan del origen mismo de la familia. Si se parte de la base de considerar el matrimonio como una institución al servicio del macho, si es tomado como una institución puramente animal que tiende únicamente a la satisfacción de los placeres sexuales; si es tenido únicamente como un sistema idóneo para transmitir la propiedad; o es conceptuado como institución opresiva para la mujer, llegándose incluso a afirmar que “las mujeres no serán liberadas hasta tanto no se liberen de la familia”, es evidente que tanto el matrimonio como la familia han de pasar por un periodo de crisis que los suma en el estado en que ahora se encuentran.
A estas causas hay que añadir la propaganda y publicidad que se hacen en torno a las crisis familiares, fenómeno bastante generalizado hoy día que consiste en no poner ninguna cortapisa tanto para el hombre como para la mujer en pregonar a los cuatro vientos y tendenciosamente el fracaso de su matrimonio, los problemas con los hijos, etc. A estas causas, hemos de agregar la falta de principios morales y éticos que se dan en los cónyuges; para quienes la familia no constituye el fin de su vida sino una obligación más que se han creado y que, siendo una realidad, tienen que afrontarla.
Dentro de la comunidad integral que constituye la familia, tanto el hombre como la mujer tienen funciones específicas. Las sociedades europeas son un ejemplo de cultura patriarcal. Dentro de la familia, la autoridad se la concedemos al padre, no al hombre; es decir, al hombre en tanto en cuanto es padre de familia. Ello no significa que el hombre pueda decidir a su libre albedrío la actuación de la familia, sino que, de común acuerdo con la esposa debe ordenar la conducta a seguir por los hijos.
El hombre, en la familia debe procurar el sustento de su esposa e hijos, siendo él quien debe ausentarse del hogar para trabajar. Sin embargo, si el presupuesto familiar no alcanzara y la mujer por dicho motivo se viese obligada a trabajar fuera de casa, dado que, en este caso tanto el hombre como la mujer realizarían un trabajo remunerado a cuenta de terceros, al reintegrarse de nuevo al hogar, sería misión de ambos realizarlas tareas domésticas, pues ambos lógicamente llegarán cansados de la jornada laboral, debiendo en consecuencia desempeñar conjuntamente los quehaceres domésticos.
Vemos muy claras las funciones que debe realizar fundamentalmente la mujer en la familia. La maternidad es sin duda alguna la función femenina por excelencia, puesto que solo la mujer está capacitada para dar a luz. La maternidad es un acto de creación maravilloso; es el más bello atributo de la mujer y el único que le permite realizarse plenamente. Solo mentes egoístas pueden considerar la maternidad como un obstáculo. El amor que une a la madre y al hijo antes y después del nacimiento es indestructible. La lactancia incrementa, si cabe, esta unión entre ambos. Es muy importante que las madres deseen amamantar a sus hijos, debiendo sentirse muy dichosas de poder hacerlo. Actúa contra natura y es egoísta la madre que, aún antes de dar a luz, opta por no amamantar a su hijo... y ¡cuántos casos conocemos hoy día de madres que, sólo por pensar en sí mismas, ya sea por conservar la línea o por resultarles incómodo, renuncian a este maravilloso don natural para negarles a sus hijos el mejor de los alimentos !

También vemos que dentro del hogar, el papel de la mujer es básico. Lo ideal es que la mujer esté al cuidado de los hijos y de la casa. Otro problema es que, los recursos económicos sean suficientes para que, en la sociedad materialista que nos rodea, la mujer pueda permanecer todo el día al cuidado del hogar. La misión de la mujer en el hogar es importantísima si desempeña su cometido siendo consciente de que su actuación repercute en la sociedad. La idea de ama de casa que apoyamos es la de mujer ideal, la verdadera, la completa; la que como madre sabe señalar el horizonte a la nueva generación; la que, como esposa ha de participar a todos los niveles en el rol social de su marido; la que, en el hogar, debe realizar una labor creadora, original; siendo consciente de la responsabilidad que sobre sí gravita al depender de ella la felicidad de su esposo e hijos; debiendo además disponer de tiempo para cultivar su espíritu. La mujer que así actúa constituye el alma de la familia, es imposible que en su hogar reinen desavenencias, por el contrario, la convivencia entre todos los miembros será pacífica, no habrá peleas entre el matrimonio ni enfrentamientos con los hijos; por este bello ideal es por el que la mujer debe luchar con todas sus fuerzas, es decir, para mantener bien firmes los cimientos de su familia impidiendo por todos los medios su destrucción, ya que destruir la familia significa destruir las estructuras sociales que la forman, los valores que la inspiran, las formas mentales que la justifican, datando dichas estructuras, valores y formas mentales del principio de los tiempos.
La madre de familia numerosa, es muy difícil que pueda dedicar algo de su tiempo a otras tareas que no sean las propias del ama de casa, no obstante, ha de hacer todo lo posible para dedicar su tiempo libre a ocupaciones espirituales, como pueden ser la buena lectura, escuchar música clásica, etc.
La situación de madres trabajadoras que han de compartir su trabajo fuera de casa con el propio del hogar, se sucede repetidamente en las sociedades capitalista y comunista, y hace que se vea como normal que la madre deje a sus hijos en una guardería o colegio la mayor parte del día. En nuestro Estado, la madre de familia numerosa no tendrá necesidad de ganar un sobresueldo mediante la realización de un trabajo extra, porque el propio Estado, consciente de la importante misión que tiene para con sus hijos, subvencionará a las familias numerosas, concediéndoles la ayuda moral y material necesario.
El trabajo de la mujer al cuidado de su casa y de sus hijos no debe socializarse.
La mujer tiene en el hogar, al frente de su familia un importante cometido que desempeñar, más importante que el que pueda desarrollar en cualquier oficina, fábrica o taller, por lo tanto, creemos que lo verdaderamente progresivo es que la mujer, consciente de la gran responsabilidad que sobre ella pesa en la educación de sus hijos y en el mantenimiento de la felicidad conyugal, no ha de exigir que su trabajo sea remunerado ni estar sindicada -aspiraciones reivindicadas por algunos grupos feministas- sino que debe entregarse alegre, decidida y enteramente al desempeño de esta alta misión.


CEDADE - PDF







Radio Melon - Les enfants terribles - Les Coqs de l'Est

Various - 224 reads

, 07:07

Saint-michel_kiev.jpg


Radio melon - Les enfants terribles - Les Coqs de l'Est

Radio Melon sur Facebook
coqs-de-lest.weebly.com
Un Français en Ukraine - Youtube
suavelosoppidum.com





Radio Melon - L'Ukraine avec Flo des Coqs de l'Est


Radio_Melon_-_Les_enfants_terribles_Les_Coqs_de_Est.jpg







Grégory Bouysse - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Volume 1

History - 205 reads

, 14:34

Gregory_Bouysse_Encyclopedie_de_l_Ordre_Nouveau_Volume_1.jpg


Grégory Bouysse - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau Volume 1
Histoire du S.O.L, de la Milice Française & des mouvements de la collaboration

Dictionnaire et encyclopédie du S.O.L. de la Milice, des partis collaborationnistes et des français en uniforme allemand.
En guise d'introduction, nous allons expliquer pourquoi ce livre, ou plutôt pourquoi cette série de livres. L'histoire des mouvements de la Collaboration (du fascisme français en général) et des Français sous l'uniforme allemand a fait l'objet de nombreux ouvrages et thèses, de qualité variable.
Certains auteurs ont présenté le sujet au plan national et général (« Histoire de la Milice » de Jacques Delperrié De Bayac ; « Histoire de la Collaboration » de Dominique Venner ; la trilogie de Pierre-Philippe Lambert consacrée aux institutions et mouvements vichystes ou collaborationistes, etc pour ne citer que les meilleurs et les livres les plus marquants). D'autres ont choisi l'approche régionale ou départementale. Ainsi, un certain nombre de départements - trop rares malheureusement - ont eu droit à leur petite histoire locale de la Milice et de la Collaboration (l'Ariège avec André Laurens, la Haute-Savoie avec Michel Germain, le Vaucluse avec Christelle Fageot, le Jura avec Jean-Claude Bonnot, etc). Je n'en citerais pas plus ici, et je laisse au lecteur le soin de se reporter à l'importante bibliographie de fin d'ouvrage.
Mais malgré la qualité et l'aspect fondateur de ces divers travaux, je trouvais personnellement qu'il manquait toujours quelque chose d'essentiel à mes yeux. Une sorte « d'index » des noms (hormis bien sûr les Laval et Cie) et de la documentation. De plus, nombre d'ouvrages ou de monographies donnent des pseudonymes (ou des initiales), et se concentrent sur l'aspect sociologique des « collabos » et des volontaires français (profession, âge, urbain/rural, sexe, etc), oubliant l'aspect purement humain (biographique) et documentaire. Car ces mouvements ont laissé une importante quantité de journaux, documents, discours, que l'on ne peut laisser de côté pour une étude qui se veut exhaustive.
Pourquoi avoir nommé cette série encyclopédique « Encyclopédie de l'Ordre Nouveau » » ? Tout simplement car c'est le titre qui résume le mieux le contenu de cet ouvrage, avec à la fois l'histoire générale de divers mouvements et les parcours individuels des cadres et membres notables de ces mouvements.


Grégory Bouysse sur lulu.com
Encyclopédie de l'Ordre Nouveau - Facebook

Encyclopédie de l'Ordre Nouveau
Histoire du SOL, de la Milice Française & des mouvements de la Collaboration
Volume 1 - Volume 2 - Volume 3 - Volume 4

Waffen-SS Français volume 1 : officiers
Waffen-SS Français volume 2

Légion des Volontaires Français, Bezen Perrot & Brigade Nord-Africaine
Waffen-SS Wallons volume 1 : officiers


Waffen SS - PDF


Gregory_Bouysse_-_Waffen-SS_Francais_-_Volume_1.png


Saint-Loup - Lettre aux vivants

Première partie du dernier chapitre de Les partisans, choses vues en Russie 1941-1942


Je pense à vous, ce soir, longuement, impérieusement, mes camarades légionnaires, parce qu'il fait froid, qu'un brouillard acide traîne sur les quais de la Seine et que la nuit ramène au fond de chaque solitude ses angoisses, ses insomnies, ses désespérances ; je pense à vous tous et plus spécialement à ceux qui furent directement mes amis, à Le Merrer, à Caton, au capitaine Fleury, à l'adjudant Hernu, à Bossu, à "la tomate"; et mes souvenirs se relient d'autant plus facilement à votre présence lointaine qu'il existe un fil conducteur tendu entre chacun de nous par une volonté de sacrifice commune, un même idéal national, de nouvelles mesures de la vie. Oui, c'est l'heure où je suis habituellement près de vous, parce qu'il faut à certains moments rassembler toutes les petites flammes de vie éparses pour entretenir une grande lumière, lutter contre l'ombre qui est si impérieuse, là-bas, autour du four et des tables rustiques de l'isba. C'est l'heure où vous avez besoin de toutes les présences amies, même dispersées, dilapidées joyeusement par l'espace aux quatre coins de l'Europe assiégée par les mers et le continent terrible où la hache des bûcherons en uniforme gris se fraye un passage vers des sources neuves de vie.
C'est l'heure où vous plongez vos nostalgies dans les journaux de France, les lettres de femmes, à la maigre lueur des torches indigènes, et il faut que vous sachiez, par un témoignage venu de France, que moi-même, et tous les camarades démobilisés, nous avons gardé intactes, malgré les mutilations, les blessures ou la maladie, nos volontés de présence, auprès de vous. Car vous avez des droits sur nous; les droits du fort sur le faible, du vainqueur sur le vaincu.

Vous êtes des vainqueurs, puisque vous continuez le combat. Nous ne sommes pas bien nombreux, en France, à savoir ce qu'il représente, et je ne pense pas seulement à l'ennemi classique en armes et uniforme: je pense à la nuit de seize heures qui, quotidiennement, entreprend le siège de vos énergies, au froid qui happe les extrémités et les broie dans sa mâchoire tenace, à la fièvre pétéchiale, à la dysenterie, à la septicémie, au scorbut, au poison des partisans. Les hommes qui sortiront triomphants des steppes russes auront des droits absolus et pourront prétendre à ce que les Allemands appellent "un espace de commandement". Si l'avenir démentait ces espoirs, si les destins du monde étaient encore une fois arrachés des mains des héros, et remis à la discrétion des marchands, il nous faudrait alors désespérer; il serait hautement moral de périr en accumulant la plus grande somme possible de ruines, enveloppés dans les plis du pavillon noir de l'anarchie.
Je pense à vous intensément, parce que je sais combien la France vous abreuve de solitude depuis plus d'un an. Ceux qui prétendent qu'elle est coupée de sa tradition historique se trompent : jamais sa conduite ne fut plus strictement conforme à sa tradition historique que maintenant. Souvenez-vous que tous ceux qui furent les artisans de sa grandeur durent combattre avec, sur leurs arrières, une patrie indifférente, voir hostile : Jeanne d'Arc, La Fayette, Jacques Cartier, le marquis de Montcalm, et Duguay-Trouin, Savorgnan de Brazza et le commandant Marchand, tous livrèrent des batailles de géants contre la volonté formelle de leur pays; Clemenceau mourut dans l'indifférence, Lyautey dut violer ses consignes pour conserver le Maroc en 1914, Mermoz multiplia ses risques sur de vieux avions, René Caillé atteignit Tombouctou avec des ressources misérables, tout cela dans le temps où l'Angleterre faisait bloc derrière ses navigateurs et ses colons. La France possède bien une tradition historique, mais ce n'est pas celle de sa propre grandeur. Et la France continue. Depuis 1940, nous autres légionnaires, nous sommes les seuls qui ayons fait acte de virilité. L'Histoire ne retiendra que pour mémoire tous ces groupements politiques, ces cercles rapprochants, ces mouvements de jeunesse refoulés, ces patronages insexués qui s'agitent, intriguent, femmellisent avec des disputes et des criailleries de vieilles femmes acariâtres. Malgré leurs antagonismes, ils sont solidement liés par leur crainte de la violence et ils sont tous hautement conservateurs car ils répugnent à jouer la seule carte qui puisse donner quelque atout dans la lutte pour une nouvelle hiérarchie des peuples: celle du risque de sa propre vie.

Dans notre aventure, l'aspect de la lutte antibolchevique est simple, accessible à tous. Nous pouvons seulement regretter que dans ce pays, qui est foncièrement antimarxiste, le coup de tonnerre de juin 1941 n'ait pas éveillé des résonances plus vastes. Nous pouvons regretter qu'un peuple comme le nôtre, incroyablement détaché de ses intérêts impériaux et même nationaux, mais prompt à partir en guerre sur des idéologies, à se passionner pour tout ce qui lui est étranger, n'ait pas, cette fois, comme en 1793, éprouvé le besoin de se lever en masse pour des fins à la fois nationales et mystiques. À l'abri du nouveau pavillon "la France seule", chacun dissimule ses petites lâchetés, ses attentismes besogneux, et sa volonté arrêtée de ne plus rien risquer du tout. Sans doute, la défaite de 1940 a-t-elle sonné dans mon cœur, ainsi que dans celui de milliers de camarades le réveil du nationalisme intégral. Notre pacifisme, notre universalisme, ont été frappés à mort par la guerre. Ils ne pourront plus jamais renaître. Tout est devenu simple: un peuple se bat d'abord pour maintenir l'armature de sa propre vie, l'intégrité du sol, la souveraineté de sa langue, l'ensemble de traditions culturelles, familiales, alimentaires, même, qui réunies, forment la nation. Mais le nationalisme intégral n'a pas compris ou voulu comprendre que la lutte contre le communisme était une arme pour sa renaissance. D'abord, parce que la domination des Soviets aurait balayé à tout jamais jusqu'à l'idée même de la nation ; ensuite et surtout, parce qu'une participation de la France aux combats de l'Est ouvrait de nouvelles perspectives. Qui ne comprend qu'avec une armée de 500 000 volontaires notre pays n'était déjà plus le vaincu de 1940, qu'avec 1 500 000 hommes aux côtés de l'Allemagne nos états-majors prenaient une part active à la conduite des hostilités, qu'avec 3 000 000 la France retrouvait une entière liberté de mouvement, et que les six semaines de batailles malheureuses passaient par les profits de pertes de l'Histoire ? Il fallait prendre des risques ? D'accord. C'était dur ? Peut-être. Sanglant ? Certainement. Mais n'oubliez jamais qu'un peuple qui cesse de prendre des risques et de consentir des sacrifices de sang cesse de vivre en tant que peuple. Voilà ce que vous avez appris, mes camarades légionnaires, et voilà la source de vos angoisses du présent. Nous qui avons pris ces risques, nous cesserons peut-être, malgré cela, d'exister en tant que peuple parce que nous n'aurons pas été suivis. En aucun cas, le vainqueur de cette guerre ne redonnera aux Français leur pleine indépendance nationale s'ils se sont contentés de suivre les sacrifices des autres en observateurs. Le point de vue de l'Allemagne, de l'Angleterre, de l'Amérique ou de la Russie concorde certainement sur ce plan.

Je sais ce que vous répondez, mes camarades, qui montez présentement des gardes sous le ciel glacé où les étoiles percent, telles les gouttes d'une cascade figée, les pieds réfugiés dans les bottes de feutre, les épaules ployant sous le poids de la touloupe.

Nous avons fait notre devoir de nationalistes, d'Européens et de révolutionnaires. Personne, et nos chefs ; moins que les autres, ne peut rien nous reprocher. Nous avons été sincères jusqu'aux frontières de la vie et de la mort. Quel que soit le vainqueur de cette guerre, nous pourrons le regarder bien en face, et, en aucun cas, nous ne pouvons plus être vaincus, soit que l'Allemagne triomphe, soit que les Anglo-Saxons l'emportent, et, dans ce cas, nous devrons risquer encore une fois notre vie ; mais, de toute façon, nous avons racheté, pour nous-mêmes, une défaite de la France.
La nuit est claire et glacée, camarades de l'Est, et vous continuez de souffrir. Vos peines de présent vous voilent peut-être les réalités plus hautes de votre condition humaine et qui s'en vont, bien au-delà des notions de vainqueur et de vaincu, vers les profondeurs que je puis explorer, moi qui ai cessé de souffrir. Vous êtes partis à la conquête d'un nouveau Graal, vous êtes les purifiés du présent.
Légionnaires, vous avez pris le départ, les premiers, vers une nouvelle conception de vie. Je dis "nouvelle", parce que l'homme ne peut vivre que d'espoir, mais elle est en réalité très ancienne, parce qu'en fait, rien de nouveau ne sortira jamais du cycle de l'homme sur la terre. Légionnaires, vous êtes les premiers bâtisseurs d'un ordre de chevalerie. D'autres peuples vous ont devancés, et dans une mesure telle que l'écart des possibilités est vraiment effrayant. Mais pour la France, pour la nouvelle France qui brûle dans nos cœurs, vous avez, les premiers, plié le genou, prononcé les vœux d'obéissance, de sacrifices et de pauvreté qui constituent la base solide d'un nouvel ordre, lui-même préfigurateur d'un nouvel homme. Tout ce qui nous manquait depuis notre fier Moyen Age, les règles perdues pour assembler les clefs de voûte de nos cathédrales et qui tiennent toutes, vous entendez bien ? Toutes, dans l'oubli de soi, sont entre vos mains. Qui que vous soyez, quels que soient la médiocrité de votre passé, le poids de vos fautes, vous sortez purifiés de l'épreuve et vous avez pris une avance telle que vous ne serez jamais rattrapés si vous restez fidèles à la règle d'obéissance, de sacrifice et de pauvreté.

Vous représentez non seulement notre honneur, mais aussi notre capital militaire : le seul qui nous reste. Les événements de novembre 1942 ne sont pas accidentels : ils s'inscrivent dans le cadre révolutionnaire. Les derniers régiments de la république et de la défaite ne pouvaient survivre à la république de la défaite : l'instrument militaire d'une politique disparaît avec la faillite de cette politique. Vous êtes l'armée du devenir, d'une France qui reste à créer. Et, comme notre Légion s'est rassemblée autours d'idées dont l'ensemble dessine une conception de vie, elle constitue un ordre comme celui des chevaliers porte-glaive ou des chevaliers du Temple. C'est surtout cela qui est important, qu'il faut affermir, dégager et mettre en œuvre. Car, si la Légion devait cesser le combat avec la fin de la lutte contre le bolchevisme, nous aurions peut-être accompli un geste de politique extérieure, mais nullement réalisé nos buts nationaux. Les partis politiques tels qu'ils existaient avant 1939, tels qu'ils se survivent en 1943, semblent tout à fait impropres à édifier la structure intérieure du pays. Ce qui leur manque, ce ne sont ni les idées, ni les volontés, mais l'occasion d'un véritable combat pour cimenter, par les liens du sang, et du risque affronté en commun, la troupe chargée de supporter le pouvoir.
Vous n'êtes pas une élite intellectuelle et sociale, loin de là, et j'ajoute : heureusement ! Heureusement, car la France est bourrée à craquer d'"intelligences" qui ne se traduisent dans le concret que par de toutes petites velléités d'action, et, ce qu'il est commun de désigner dans la rubrique "élite sociale", ce sont ces classes héréditairement parvenues ou cette aristocratie dégénérée, embourgeoisée, en complète faillite, qui se trahit soi-même sans repos ni trêve depuis 1789. Vous êtes beaucoup plus que tout cela : des hommes de caractère, un type d'hommes qui fait précisément défaut à la France dont l'Université continue de refuser obstinément le remplacement d'une classe de philosophie par un cours de boxe. Enfin – et surtout – vous sortez du peuple, vous êtes des fils du peuple, de ce peuple qu'on dit veule, affaissé sur le souvenirs de ses jouissances. Mais c'est encore dans le peuple – et seulement dans le peuple – que se recrutent les volontaires pour monter au "casse-pipe" ou, de l'autre côté de la barricade, pour affronter les cours martiales. Aussi, malgré votre culture limitée, vos idées politiques simples, je dis que vous êtes bien placés pour devenir les soldats de l'Ordre nouveau, les chevaliers porte-glaive d'un monde qui s'instaure présentement sur le sacrifice des héros et ne peut éclore autrement, même si l'Amérique gagnait la dernière manche, car sa victoire ne pourrait être également que la résultante du sacrifice de ses marins, de ses soldats, de ses aviateurs. Vous êtes bien placés, parce que, justement, cette culture limitée, ces idées politiques simples n'ont pas étouffé, en vous, la force de caractère et les vertus de sacrifice.

Voilà ce que j'avais à vous dire, ce soir, pour vous aider à découvrir en vous votre mission véritable et vous donner la volonté de puissance. Ceux qui me lisent dans les clans hostiles doivent savoir que nous ne sommes pas – que nous n'avons jamais été – des mercenaires de l'Allemagne, mais des hommes hautement sincères et guidés, en dernière analyse, par l'amour de leur pays.


Russie Blanche
Château-Renard, 1942.


Saint-Loup - PDF


Augier_Marc_Saint-Loup.jpg







James Simpson - Reynard the fox

Various - 178 reads

, 14:32

James_Simpson_Reynard_the_fox.jpg


James Simpson - Reynard the fox


One of the greatest characters of medieval literature, the trickster Reynard the Fox, comes to life in this rollicking new translation.

What do a weak lion king, a grief-stricken rooster, a dim-witted bear, and one really angry wolf have in common ?

The answer is they’ve all been had by one sly fox named Reynard. Originally bursting forth from Europe in the twelfth century, Reynard the Fox—a classic trickster narrative centered on a wily and gleefully amoral fox and his numerous victims in the animal kingdom—anticipated both Tex Avery and The Prince by showing that it’s better to be clever than virtuous. However, where The Prince taught kings how to manipulate their subjects, Reynard the Fox demonstrated how, in a world of ruthless competition, clever subjects could outwit both their rulers and enemies alike.

In these riotous pages, Reynard lies, cheats, or eats anyone and anything that he crosses paths with, conning the likes of Tybert the Cat, Bruin the Bear, and Beilin the Ram, among others. Reynard’s rapacious nature and constant “stealing and roving” eventually bring him into conflict with the court of the less-than-perceptive Noble the Lion and the brutal Isengrim the Wolf, pitting cunning trickery against brute force. Unlike the animal fables of Aesop, which use small narratives to teach schoolboy morality, Reynard the Fox employs a dark and outrageous sense of humor to puncture the hypocritical authority figures of the “civilized” order, as the rhetorically brilliant fox outwits all comers by manipulating their bottomless greed.

As James Simpson, one of the world’s leading scholars of medieval literature, notes in his introduction, the Reynard tales were ubiquitous, with translations in every major European language and twenty-three separate editions between 1481 and 1700 in England alone. However, despite its immense popularity at the time, this brains-over-brawn parable largely disappeared. Now, for the first time in over a century, the fifteenth-century version of Reynard the Fox reemerges in this lively translation.

Readers both young and old will be delighted by Reynard’s exploits, as he excels at stitching up the vain, pompous, and crooked and escapes punishment no matter how tight the noose. Highlighted by new illustrations by Edith E. Newman, Simpson’s translation of the late Middle English Caxton edition restores this classic as a part of a vital tradition that extends all the way to Br’er Rabbit, Bugs Bunny, and even Itchy and Scratchy. As Stephen Greenblatt writes in his foreword, Reynard is the “animal fable’s version of Homer’s Odysseus, the man of many wiles,” proving that in a dog-eat-dog world the fox reigns supreme.

JAMES SIMPSON is the Donald P. and Katherine B. Loker Professor of English at Harvard University and an editor of The Norton Anthology of English Literature. He lives in Cambridge, Massachusetts.


Simpson_James_Reynard_the_fox.jpg







Radio Melon - L'Ukraine avec Flo des Coqs de l'Est

Various - 261 reads

, 07:07


Radio Melon - L'Ukraine avec Flo des Coqs de l'Est


Radio Melon sur Facebook
coqs-de-lest.weebly.com
Un Français en Ukraine - Youtube
suavelosoppidum.com


Ukraine_Flo_Coqs_de_l_Est.jpg







Dr. William Luther Pierce - Chasseur

Various - 247 reads

, 06:06

hunter-william-pierce.jpg


Dr. William Luther Pierce - Chasseur
(Andrew Macdonald)


Il y a une différence de taille entre Ben Klassen et William Pierce : Ben Klassen apporte des solutions à la Race Blanche. Le premier livre de Ben Klassen, LA RELIGION ÉTERNELLE DE LA NATURE (1973), est divisé en deux parties clairement distinctes. La première partie identifie la cause de nos problèmes, et la seconde partie est entièrement consacrée à l'apport de solutions.

43 ans après sa sortie, LA RELIGION ÉTERNELLE DE LA NATURE n'a toujours pas été traduite en français; cela n'a rien de surprenant : les livres de Ben Klassen mettent en relief l'imprévoyance (pour ne pas dire la médiocrité) des penseurs d'extrême droite en France. - RAHOWA 73





William Luther Pierce - PDF
William Luther Pierce - VIDEOS & AUDIOS

William Luther Pierce - Hunter
William Luther Pierce - Cazador
William Luther Pierce - Hunter - Audiobook

William Luther Pierce - Les carnets de Turner
William Luther Pierce - The Turner Diaries
William Luther Pierce - Los diarios de Turner
William Luther Pierce - O diário de Turner
William Luther Pierce - The Turner Diaries - Audiobook

William Luther Pierce - Who We Are








Julius Streicher - Ohne lösung der Judenfrage keine Erlösung des deutschen Volkes

jewelry - 246 reads

, 08:08

Julius_Streicher_Ohne_losung_der_Judenfrage_keine_Erlosung_des_deutschen.jpg


Julius Streicher - Ohne lösung der Judenfrage keine Erlösung des deutschen Volkes

Der jude siegt mit der lüge und stirbt mit der wahrheit.


Julius Streicher war ein nationalsozialistischer Politiker. Er war Gründer, Eigentümer und Herausgeber des antisemitischen Hetzblattes Der Stürmer.





Julius Streicher - PDF
Julius Streicher - Audios & Videos

Julius Streicher - Mein bekenntnis
Julius Streicher - Kampf dem Weltfeind
Julius Streicher - Exposición del asesino plan judío contra la humanidad no judía
Julius Streicher - Lucha contra el enemigo del Mundo
Julius Streicher - Reichstagung in Nürnberg 1933
Julius Streicher - Testament politique - Livre audio
Julius Streicher - Testament politique
Julius Streicher - Sans solution de la question juive Aucune liberation du peuple allemand !







Alex Gleason - Is the bible from heaven ? Is the earth a globe ?

Flat Earth - 278 reads

, 08:08

Alex_Gleason_Flat_Earth.jpg


Alex_Gleason.jpgAlex Gleason - Is the bible from heaven ? Is the earth a globe ?

Does modern science and the bible agree ?

Also an accurate chronology of all past time, containing a classification of all the eclipse from creation.

Authenticated by the British astronomical association of London, England.



For more informations
Flat Earth - PDF







Eric Dubay - The greatest lie of all time


Wolves in sheep’s clothing have pulled the wool over our eyes. For almost 500 years, the masses have been thoroughly deceived by a cosmic fairy-tale of astronomical proportions. We have been taught a falsehood so gigantic and diabolical that it has blinded us from our own experience and common sense, from seeing the world and the universe as they truly are. Through pseudo-science books and programs, mass media and public education, universities and government propaganda, the world has been systematically brain-washed, slowly indoctrinated over centuries into the unquestioning belief of the greatest lie of all time.


Eric Dubay - Flat Earth longest distance proofs







Lagueyrie Annie - Permaculture Le guide pour bien débuter

Spirituality - 294 reads

, 13:10

Lagueyrie_Annie_Permaculture_Le_guide_pour_bien_debuter.jpg


Lagueyrie Annie - Permaculture
Le guide pour bien débuter

Jardiner en imitant la nature
Complice de son environnement
Foisonnant, comestible et un brin sauvage
Un jardin augmenté à l'énergie communicative


Lagueyrie_Annie_Permaculture.jpg


Travailler avec la nature et non contre elle, telle est la force de la permaculture qui vous permet de décupler les possibilités de votre jardin tout en réduisant vos efforts ! Sans engrais chimiques ni pesticides d’aucune sorte, économe en eau et utilisant au mieux l’énergie solaire, votre jardin devient hautement comestible pour toute la famille, débordant de légumes et de fruits savoureux, d’herbes aromatiques mais aussi de plantes sauvages essentielles. Plus que respectueux de l’environnement, il favorise la vie d’une abondante faune très utile qui travaille avec vous, aussi bien dans le sol que sur les plantes.

Ne cherchez plus : la permaculture est la méthode qui vous manquait !


Potager - PDF
Survie - PDF


Permaculture_Le_guide_pour_bien_debuter.jpg







Trevor Grundy - Bernard Miller - The farmer at war

History - 278 reads

, 13:31

Farmer_at_war.jpg


Trevor Grundy - Bernard Miller - The farmer at war


Foreword

THIS is a salute to our farmers - white and black farmers and their families who have been in the frontline of the terror war for more than a decade. This is their story told by them.

It is a story of heroism and tragedy, of dedicated determination and tenacity in the face of an unprecedented onslaught on the land. Many have died and many more have been maimed.
Their moral and physical courage is being sorely tried and tested over and again. Lord Moran, who was Sir Winston Churchill's physician for more than a quarter of a century, once wrote: "Courage is willpower ... A man's courage is his capital and he is always spending ..." There is no doubting the willpower of the farming community.

Courage has different faces. There is the courage to stand up and shoot back to drive the raiders from the homestead and land; there is, too, the courage to plough, plant and reap another crop, putting all at risk season after season.
The Farmer at War is also a tribute to those in commerce and industry who provide vital services to agriculture; a tribute to agronomists, extension and veterinary officers in both the public and private sectors; a tribute to the Police and Security Forces. Their combined contribution is incalculable.

Foremost, however, this salute is to the women behind the men — the farming wives. In them lies the strength of our nation.

Denis Norman,
President,
Rhodesia National Farmers' Union
(now the Commercial Farmers' Union)


Robin Moore - The Crippled Eagles
Rhodesia - PDF








- page 2 of 207 -