WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Robin Moore - The Crippled Eagles

History - 407 reads

, 13:47

Robin_Moore_-_The_Crippled_Eagles.jpg


Robin Moore - The Crippled Eagles


The_Crippled_Eagles.jpgThe Crippled Eagles was the informal name of a group of American expatriates that served in the Rhodesian Security Forces during the Rhodesian Bush War.
The name and emblem came from author Robin Moore, who offered a house in Salisbury as a meeting place for the Americans who served in all units of the security forces, but never had their own unit.
The name "Crippled Eagle" and their badge was meant to symbolise what they considered their abandonment by the US government.

Robin Moore and Barbara Fuca tried to publish a book with the same title, but because of the political controversy the book was refused by publishers and appeared only in 1991, when it was published as The White Tribe.

Rhodesia.jpg

One of the reasons for many of the American citizens who joined the Crippled Eagles was the Soldier of Fortune reports about both the Rhodesian Bush War and the means of entry into the Rhodesian Army. From 1976 to 1980 almost every issue contained one or more articles about the ongoing conflict.The first issue of the magazine in 1975 actually contained two such articles, prompting some Americans to travel to Rhodesia. After 1980, their attention turned to Angola, Soweto and other hotspots around the world.

Approximately 300 Americans, some with previous combat experience in Vietnam and other theatres of war, others with none, volunteered to fight in the Rhodesian Security Forces during the Rhodesian Bush War. They did so not as mercenaries, but as ordinary soldiers, earning a pay packet in local currency equal to that of a Rhodesian regular, under the same conditions of service.
The Americans suffered seven combat fatalities and many others were wounded in combat, some maimed for life. Five served in Rhodesia's most prestigious unit, the Selous Scouts.


Trevor Grundy - Miller Bernard - The farmer at war
Gerritt Marie Mes - Mr. White man what now ?
Gerritt Marie Mes - Now men and tomorrow men
The Cheetah - Souvenir edition
Douglas Reed - The Battle For Rhodesia
Anatomy of terror

Rhodesia - PDF


Rhodesian Bush War - 3 Minute History



Rhodesia Unafraid



Grundy_Trevor_-_Miller_Bernard_-_The_farmer_at_war.jpg







Ernst Hiemer - O cogumelo venenoso

jewelry - 208 reads

, 19:44




Ernst Hiemer - O cogumelo venenoso


Esse material foi traduzido completamente e “ao pé da letra”, somente para fins de estudo - uma vez que é difícil encontrar materiais sobre esse famigerado assunto em nosso idioma que sejam neutros e/ou fiéis aos originais. Não demonstramos interesse em apoiar o conteúdo do mesmo, e nem de fazer apologia a movimento político algum. Assim como não demonstramos em nenhum momento sermos favoráveis a nenhum dos termos ou textos seguintes.
Agosto de 2010


Sumário
O Cogumelo Venenoso
Como reconhecer um judeu ?
Como os judeus vieram a nós ?
O que é o Talmud ?
Por que os judeus se permitem serem batizados ?
Como um camponês alemão foi expulso de sua casa e fazenda
Como os negociantes judeus enganam
A experiência de Hans e eles com um homem estranho
A visita de Inge a um médico judeu
Como o judeu trata os seus empregados
Como 2 mulheres foram enganadas por advogados judeus
Como os judeus torturam os animais
O que Cristo disse sobre os judeus ?
O dinheiro é o deus dos judeus
Como Hartmann se tornou um Nacional Socialista ?
Existem judeus decentes ?
Sem resolver a Questão Judaica não há salvação para a humanidade





Ernst Hiemer - PDF
Ernst Hiemer - Der giftpilz
Ernst Hiemer - The Poisonous Mushroom
Ernst Hiemer - Le Champignon Vénéneux

Julius Streicher - PDF


Ernst_Hiemer_O_cogumelo_venenoso.jpg







Dave Jacke - Edible forest gardens

Spirituality - 173 reads

, 20:32

Dave_Jacke_Edible_forest_gardens.jpg


Dave Jacke - Edible forest gardens
Volume 1 - Volume 2


Edible_forest_gardens.gif


Edible Forest Gardens.com is dedicated to offering inspiring and practical information on the vision, ecology, design, and stewardship of perennial polycultures of multipurpose plants in small-scale settings. We intend this website to grow into an information and networking resource for newcomers, amateurs, students, and serious practitioners and researchers alike.

Forest gardening is an idea whose time has come. We can consciously apply the principles of ecology to the design of home scale gardens that mimic forest ecosystem structure and function, but grow food, fuel, fiber, fodder, fertilizer, "farmaceuticals," and fun. Indeed, we must begin learning to apply ecological principles to the design of our food production systems now—we have surpassed the peak of planetary oil production, so the world of energy descent lies upon us. This sea change in our culture will require that we learn to live within our energetic means and rebuild ecosystems that support human and humane lives without diminishing the ability of the ecosystem to support our children and grandchildren.

While this global problem is huge, most of the solutions available to us are local, personal, empowering, and potentially enlivening, enlightening, and fun. Edible forest gardening is one of these solutions, and we now have the resources at hand to transform our own yards and gardens into productive paradises. We intend this website and the book Edible Forest Gardens that you can buy here to give you the most sophisticated and down-to-earth information available to maximize your success as a forest gardener.

Forest gardens have much to offer on a practical level, and they have much to teach us about how to live in community as free and interdependent beings in a functional way. We hope that you will trust your innate ability to learn and contribute to the larger community of human beings who care about living sanely and humanely as we journey through energy descent. Welcome to the adventure of our lifetimes !

We hope you enjoy what we offer here, and that you will visit often to add your thoughts and experiences to the mix.

Peace and blessings to you and yours.

Dave Jacke
www.edibleforestgardens.com


Agriculture - PDF
Potager - PDF


Edible_forest_gardens_Jacke.jpg







Le Heavy Metal : musique des Blancs

Spirituality - 888 reads

, 12:21

Avantasia - The Scarecrow


Type_O_Negative_Peter_Steele_Vinland.jpg


Le Heavy Metal : musique des Blancs - www.vivaeuropa.info


Heavy Metal contre Black Metal : quelle est la musique des Blancs ?

La question de la musique revient souvent dans les milieux militants dits "d'extrême droite". Certains courants musicaux se sont construits autour des mouvements nationalistes et identitaires. On a souvent reproché à ces groupes, sincères et de bonne volonté, d'être des militants qui font de la musique plutôt que de réels musiciens diffusant un message militant.
Existe-t-il réellement une musique d'extrême droite ? Ou pour être plus précis, sans tomber dans le piège de la terminologie dominante : existe-t-il une musique pour les Blancs racialement conscients ? Une musique qui nous ressemblerait et nous rassemblerait.
Officiellement, ce créneau a longtemps été occupé par la musique RAC (Rock Against Communism), un dérivé de musique punk-rock joué par la scène Skinhead. Les identitaires ont eux adopté le RIF (Rock Identitaire Français), qui en est une version édulcorée. Si les textes traitent clairement de nos sujets : la défense de l'identité, l'Histoire Européenne, la vie militante, etc., la musique, elle, reste souvent un dérivé pauvre d'une sous-culture qui n'est pas à la mesure de nos idéaux.
La musique que l'on appelle communément « classique » aurait bien traduit les particularités de l'âme européenne, mais je peux comprendre qu'une symphonie composée il y a deux siècles ne puisse vibrer en harmonie avec les rêves d'un jeune blanc contemporain.
Il existe pourtant un courant musical moderne qui incarne parfaitement l'Aryanité, à la fois à travers les textes et la musique : c'est le Heavy Metal.

Une musique positive et puissante.

Le Heavy Metal est une branche du Metal, qui en est une version plus percutante et plus rapide. Depuis sa genèse dans les années 80, le Heavy a évolué vers plus de technique et plus de mélodie. Sa version moderne est symphonique, mélodique, puissante et aérienne. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, nous sommes très loin d'une musique lourde, basse, négative ou agressive. En réalité, c'est tout le contraire, c'est certainement la musique la plus positive et la plus entraînante qui soit. Rythmes évoquant de grandes chevauchés, refrains fédérateurs, voix claires et haut-perchées, tout est là pour nous porter vers les hauteurs de la pensée.

Une exigence technique.

La force du Heavy Metal moderne, c'est que les pré-requis techniques pour composer et jouer cette musique sont d'une très grandes exigences. Lorsque des musiciens à la technique moyenne et au talent médiocre tentent de produire du Heavy Metal, le résultat est un désastre et cela ne ressemble d'ailleurs même pas à du Heavy, mais plutôt à du mauvais Rock. La virtuosité et la maîtrise de son instrument sont l'une des grandes quêtes de cet art. Le musicien porte sur scène sa guitare comme une épée enchantée chargée par l'énergie de ses mélodies puissantes et virevoltantes.

Des thématiques Européennes.

Au niveau des thèmes, nous sommes parfaitement dans la continuité de la littérature européenne, depuis Homère et les mythes Arthuriens jusqu'au fantastique de Tolkien. Grandes épopées historiques ou fantastiques, dragons, sortilèges, chevaliers, forêts mystérieuses ou bien monde futuriste, l'univers archétypique de l'Européen est bien là ! C'est l'un des aspects qui me plaisait le plus, lorsque vers l'âge de 16 ans, je découvrais dans certains livrets d'un disque de métal, la carte d'un monde imaginaire où se déroulait l'aventure musicale. Parfois maladroit, « kitch » dirons-nous, l'univers esthétique du Heavy Metal n'est jamais nocif, rarement trop sombre. À la lecture des paroles ainsi qu'à l'écoute des mélodies, nous avons bien là une musique de gentils, ça ne fait aucun doute.

Une musique de Blancs, mais pas que.

Je l'ai dit, tout est blanc dans cette musique, mais certains me répondront qu'elle connaît un énorme succès dans les pays d'Amérique du sud et en Asie. En effet, le genre Heavy Metal est très populaire au Japon, au Brésil, en Colombie, etc. Personnellement, je ne pense pas que cela aille à l'encontre de mon propos car ce sont des civilisations au passé brillant qui peuvent très bien se reconnaître dans les mêmes thèmes que nous, transposés à leur inconscient et emprunts de leurs sonorités respectives.

Politiques malgré eux ?

Malheureusement, peu de groupes de ce genre sont conscients d'être ce qu'ils sont. Certains le sont sans aucun doute, d'autres laissent planer le doute, mais la plupart ont l'air un peu déconnecté de ces questions identitaires, tandis que d'autres tombent dans le confortable discours bien-pensant. De mon point de vue, cela ne change rien. Comme je le dis souvent, le monde est plein de fascistes qui s'ignorent et l'effet sur l'inconscient collectif de nos mythes fondateurs dépasse les questions d'un engagement politique.

Le rôle paradoxale du Black Metal.

En revanche, d'autres semblent être, au moins dans le parti-pris esthétique, parfaitement de notre bord. Vous avez peut-être remarqué qu'il existe un sous-genre du Metal qui flirte parfois avec certaines idéologies « extrêmes », au moins d'un point de vue esthétique ; il s'agit du Black Metal. Le Black Metal est aussi un sous-genre du Metal, il est en quelques sortes son dérivé le plus extrême et le plus sombre. Conceptuellement, on peut imaginer qu'il s'agisse du reflet antagoniste du Heavy Metal. Le « Black » se divise lui-aussi en d’innombrables sous-genres parfois très différents, c'est pour cela qu'il est difficile de parler de ces musiques ou de s'en faire un avis si on n'en connaît pas à fond toutes les subtilités. Certains courants du Black Metal nous livrent aussi des thèmes épiques et une vision enracinée, parfois très inspirée, y compris dans la composition et les arrangements, par la musique folklorique. Malheureusement, ce courant est pollué par une mentalité puérile de provocation et d'égocentrisme.
Une provocation immature qui exploite des thèmes macabres, les plus malsains et graveleux. Une musique d'anti-bourgeois ? Très bien, si cela n'était pas doublé d'ignorance et d'immaturité, trahie par des provocations sur des thèmes historiques et politiques très mal compris et très mal connus.
Le grand défaut du Black Metal à mes yeux (et à mes oreilles) reste son aspect décadent qui le discrédite parfaitement, surtout lorsqu'il se pare d'un décorum inspiré du National-Socialisme ou autre Fascisme européen.
De plus, de part ses tempos ultra-rapides, ses sonorités agressives, ses voix hurlées et son goût pour les enregistrements mal produits, cette musique est vouée à ne pas sortir de sa cave, ce qui arrange certains de ses aficionados « élitistes ». Un immense regret donc, pour une musique difficile d'accès et souvent puérile mais qui est indéniablement non dénuée d’intérêt et parfois de talent.

Le paradoxe, c'est que le milieu fermé du Black Metal fournit celui du militantisme patriote français depuis des années. Les transfuges en France sont en effet nombreux.

La victoire du Heavy.

Rien n'a pu empêcher à cette musique de se répandre auprès d'une population aryenne saine et équilibrée. Touchant bien au-delà du milieu des passionnés, et ce partout dans le monde.
En France le Heavy Metal est totalement inconnu dû au remplacement massif de la population française par des peuples africains et moyen-orientaux. Avec le système de propagande étatique mis en place en corrélation avec l'invasion du pays, la France empêche aux artistes de vivre de leurs musiques s'ils ne sont pas sponsorisés par l'état ; il n'existe donc en France que peu de groupes et ce petit milieu est rongé par le gauchisme "artistique" typiquement français.

Culturellement très encrée en Europe et dans les Amériques, cette musique est jouée par des musiciens de talent possédant une grande maîtrise technique.
Mainstream dans tous les pays à majorité raciale blanche et restés culturellement blancs, il existe même dans les pays scandinaves des groupes de Heavy Metal pour enfants.
La recherche d'une qualité sonore optimale, le soin d'apporter un concept fort à une musique puissante, en a fait la musique emblématique de notre RACE.
Sorti de France, ce n'est ni le punk à croix Celtique, ni le Black Metal de chambre à gaz qui nous incarne, mais bien le Heavy Metal moderne, dans sa forme mélodique et épique, aérienne et grandiose.


Composition : Franck
Arrangements : Professeur Z


Lire aussi : Professeur Z - Heavy Metal thunder from the Gods


Sonata Arctica - Black Sheep



Nightwish - Stargazers









Gaston-Armand Amaudruz - Nosotros los racistas

Spirituality - 210 reads

, 06:00

Amaudruz_Gaston-Armand_-_Nosotros_los_racistas.jpg


Gaston-Armand Amaudruz - Nosotros los racistas


Gaston-Armand AmaudruzPRESENTACION : DEFENSA DE LA RAZA

En la historia contemporánea, casi no hay vocablo que levante tanta emoción y miedo como racismo. Ninguno engendra más infantilismos y cobardías. Ningún problema es más fatal o más provocativo que el problema racial. Y sin embargo, el destino de la humanidad depende sólo de un examen en profundidad de este problema y de su sola, única e indispensable solución.
Es cierto que la palabra racismo ha sido manoseada, apartada de su concepción verdadera por dilettantes o maníacos, y uno se creería bien inspirado al abandonarla. Así, podríamos reemplazar la palabra “racismo” por la de “racialismo” a fin de escapar tal vez a la mala fama. Pero aquello no nos pondría a salvo de una nueva deformación y añadiría al mal de nuestro tiempo (donde el valor y el sentido de. las palabras han caldo en una confusión penosa), dando al mismo tiempo razón a nuestros enemigos. Además, esta adaptación al medio democrático sería sospechosa desde más de un punto de vista. Luego, la honestidad más elemental exige más bien que establezcamos el significado de la palabra racismo en toda su pureza.
Primero, condenamos la discriminación. El hecho de maltratar a un individuo a causa de su raza, de su color, de su idioma o de su religión es muy injusto. Todo el mundo puede estar de acuerdo sobre este punto. Por el contrario, pocas personas se dan cuenta del espantoso peligro engendrado por el antirracismo sistemático. La torpeza y la deslealtad que caracteriza a los políticos han obscurecido y deformado esta situación. Los que se niegan a afrontar este tema capital combaten en realidad contra los que creen defender.
Constatamos que existe, en escala mundial, un complot lúcido que intenta hacer un solo mundo recurriendo a la integración racial. Pero en todos los países donde se ha impuesto esta integración, el resultado fue una discriminación más grande que nunca. Los individuos son así empujados a la sublevación extrema con todo lo que ello comporta de resentimientos, de amarguras, de odios y de matanzas. Constatamos también que el hecho racial es a tal punto poderoso que el mal subsiste aún allí donde la mezcla es admitida, ya que cada grado de mestización hace nacer a menudo una nueva ase social.
En el campo social, los espíritus superficiales y los bienpensantes infantiles se han convertido en juguetes entre las manos de dirigentes que incitan a la violencia racial... ¡en nombre del amor universal! Es urgente que los pueblos tomen conciencia de la insondable imbecilidad de estas tentativas encubiertas bajo el manto del “amor universal”. En efecto, ¡la suerte del Hombre está en juego! El respeto a. la herencia biológica es un principio que es imposible no tomar en consideración cuando se trata de la evolución del hombre. Los que, en nombre de la “fraternidad humana”, hacen desaparecer el patrimonio hereditario de un plumazo, no le impiden actuar. En efecto, la Naturaleza castiga las violaciones de las leyes de la vida, y los antirracistas trabajan a favor de su desaparición combatiéndonos. Que por lo menos esta reflexión los lleve a tolerar nuestras ideas y a respetar la libertad de opinión que ellos proclaman.
El bienestar de la humanidad depende del bienestar de cada raza y recíprocamente, ya que una no puede desarrollarse verdaderamente sin la otra. El racista elimina de su vocabulario la palabra igualdad. La idea misma de igualdad es un absurdo. Los hombres son por esencia desiguales tanto en lo físico, como en lo moral. Sucede lo mismo con las razas. El racista sabe muy bien, que lo que los demócratas llaman prejuicio es un reflejo defensivo normal, comunitario, y que pertenece a cada raza. Sólo trabajando en el sentido de una conciencia racial esclarecida se puede resolver en armonía geográfica y en paz los problemas ligados a la idea de la Sangre.

Dr. Jacques Baugé Prévost. Psy. M.D.,N.MD.
Director INSTITUTO SUPERIOR DE CIENCIAS Psicosomáticas,
Biológicas y Raciales - LAUSANA-MONTREAL


Gaston-Armand Amaudruz - Les peuples Blancs survivront-ils ?
Gaston-Armand Amaudruz - Nous autres racistes
Gaston-Armand Amaudruz - UBU Justicier au premier procès de Nuremberg
Gaston-Armand Amaudruz - PDF

René Binet - Contribución a una ética racista
René Binet - PDF

Jacques Baugé-Prévost - Le celtisme
Jacques Baugé-Prévost - Le défi médical du XXIe siècle
Jacques Baugé-Prévost - PDF








Didi18 un grain de sable - Nouvelle adresse

Various - 279 reads

, 07:07

Didi18_un_grain_de_sable.jpg


Didi18 un grain de sable - Nouvelle adresse :

didi18ungraindesable.ru
Il est visible à cette adresse, et est opérationnel.
Je remercie The Savoisien pour avoir hébergé mon travail gratuitement et sans contrepartie ni contrainte d’aucune sorte - 14/88.


Tempête Infernale : La Mort de l'Allemagne Nazie 1944-1947
Des nouvelles d’Alfred Schaefer
L’hyper connaisseur de ces infâmes procès… Carlos Whitlock Porter
Des vétérans allemands au musée Panzer de Munster
Joseph Goebbels – Dernier discours
L’holocauste, une arme politique contre les Allemands
Le suicide collectif forcé des nations européennes
Interview de Charlotte, Helga et Hans par Diane King
« Chambres à gaz », la rumeur du siècle
Benjamin Freedman expose les juifs, sa conférence de 1961
Janvier 1945, libération d’Auschwitz par les Russes


blut_und_boden.jpg







Radio Melon - Suavelos - Les enfants reproductibles - Spéciale Saint-Valentin

Various - 485 reads

, 17:46



Radio Melon - Suavelos
Les enfants reproductibles - Spéciale Saint-Valentin

Suavelos.eu - Facebook de Radio Melon





Tu pues la France
Pour qui nous battons-nous ?
Message aux jeunes Aryens de France
Sur les traces du véritable Führer, Vlad Tepes
La France a perdue sa guerre civile
Daniel Conversano - Le métissage intercontinental peut et doit être évité
Daniel Conversano - In vino veritas
Daniel Conversano - Que penser des femmes de l'Est ?
La Hongrie, refuge aryen
Arthur Kemp - Bâtir le foyer blanc
Esther Vilar - L'Homme subjugué
Esther Vilar - Le sexe polygame Le Droit de l’homme à plusieurs femmes
La pensée de Rudolf Steiner au sujet de la France
Entretien avec un ex-policier français devenu boulanger en Russie
Précisions sur le "mouvement skinhead"


Mariana - Talk about love



Saint-Valentin







Paul Moray - Ecoverger

Various - 250 reads

, 10:10

Paul_Moray_Ecoverger.jpg


Paul Moray - Ecoverger
Un verger de nature frugale


Origine du verger
L'origine du verger se perd dans la nuit des temps, mais les premières traces écrites apparaissent à l'époque sumérienne (4000 avant J.-C.) du simple fait que les Sumériens sont les « inventeurs » de l'écriture. Le début de la culture de l'olivier se situe également vers cette période. Les jardins suspendus de Babylone, une des sept merveilles du monde, étaient vraisemblablement des vergers en coteaux ou «terrasses».

Une tablette d'argile (vers 2500 avant J.C.) illustre un des premiers cours d'arboriculture connu, mais également une leçon de philosophie ou « mythologie ». Un homme debout (ADA) taille une jeune pousse feuillue verticale — ver — en conservant les pousses latérales, porteuses de fruits. Il arque du pied le sommet de la branche — apex — au-dessus de la femme (EVE) agenouillée sur le sol, tandis qu'un troisième personnage caché derrière le tronc de l'arbre — enfant, serpent ? symbole de sexualité ? — tend à la femme un bâton de pouvoir — pouvoir de procréer ?...

Paradis, mythe ou réalité ?
Au paléolithique — vers 10000 av. U.C. — le passage de la période glaciaire au réchauffement du climat permet l'explosion de nombreuses espèces végétales et animales, notamment dans les régions intertropicales, dont le «croissant fertile» situé entre la Méditerranée et l'Océan Indien.
Chasseur par obligation pendant la période glaciaire, l'homme redescend vers les contrées verdoyantes pour y redevenir cueilleur. Il s'installe le long des fleuves, voies naturelles de communication, y trouve une nourriture abondante dans une zone semi-forestière, s'y sédentarise et se lance peu à peu dans la culture, rapportant de ses pérégrinations divers plantes et fruits comestibles dont il dissémine les graines autour des premiers villages.
Ainsi naquit probablement le mythe du Paradis, « Pa » signifiant en grec « nourriture d'en haut », ressemblant au pictogramme de l'arbre, « Ra » signifiant le retour, le recommencement, la pérennité de l'arbre, «Para» le protecteur, l'arbre protecteur du primate et de l'homme, «Di» signifiant à la fois le soleil diurne, et le Dieu de la vie mais aussi de la mort.
Paradis peut dès lors se traduire par « arbre nourricier protégeant l'homme du soleil » ce que ne renieraient pas les habitants actuels de ces contrées, aujourd'hui désertiques...


Arboriculture - PDF







Michael Grant - The birth of Western civilization

History - 311 reads

, 10:10

Michael_Grant_The_birth_of_Western_civilization.jpg


Michael Grant - The birth of Western civilization
Greece and Rome


Introduction
The tradition that holds us in thrall

Michael Grant
Without Greece and Rome, for better or for worse-and almost certainly, despite all our faults, for worse-we should not be what we are. Their significances crowd in upon us with an insistence that is far too many-sided and complex to be satisfied by simple metaphorical phrases indicating the debt, legacy or heritage that we owe to these sources.
For one thing the influences which, whether we like it or not, hold us in thrall have reached us in many different times and ways, and at every level of consciousness and profundity. In some matters-the classical contribution in the political field, or certain central aspects of the messages of Virgil or Cicero-impingement on the world has been continuous, so that a direct chain of inheritance can be traced all the way through the intervening centuries until the present moment. And yet, even in such basic themes, there have also at many periods been revivals that are due in a larger degree to intentional resuscitation than to the bonds of continuity. When Cola di Rienzi, in the 14th century, tried to restore the antique Roman Republic, this was not only because he was heir to a continuous tradition (though he had the stones of Rome to remind him of this) but because he had 'rediscovered' Livy. Others-Petrarch is perhaps the most famous of themhave often made similar rediscoveries of ancient authors : which really means that they cast the contemporary spotlight upon some part of the almost inexhaustible store, and reinterpreted it in the light of topical preoccupations.


Western Civilization series


The_birth_of_Western_civilization.jpg







Theosophical History

Spirituality - 285 reads

, 09:09

Theosophy_History.jpg


Theosophical History
A Quarterly Journal of Research


Founded in 1985 by Leslie Price and edited since 1990 by James A. Santucci. Theosophical History is now in its 30th year. Theosophical History is an independent scholarly journal devoted to all aspects of theosophy (with and without a capital T). It is unaffiliated with any Theosophical organization.


Theosophical_History.jpg
Annie Besant (1847–1933) wearing the 18th Degree Rosicrucian Jewel. The Jewel originally belonged to Count Alessandro di Caglostro but eventually came into the possession of a number of important Theosophists, including H.P. Blavatsky, H.S. Olcott, Mrs ver Planck, W.Q. Judge, and Rukmini Arundale. Mrs. Besant, the fourth owner of the Jewel, is shown here wearing it in a photograph taken in the year 1902. The photo appears courtesy of Mr. Joseph E. Ross of Ojai, California. The picture appeared on the cover of Theosophical History, Vol. III, No. 3 and is the subject of an article by Nell C. Taylor entitled "The Mysterious Life and Transitions of the Cagliostro Jewel." Ms Taylor and Mr. Ross wish to express their appreciation for the return of the Cagliostro Jewel to the Adyar Theosophical Society Museum and Archives on July 17, 1992.


Theosophy - PDF
Annie Besant - PDF
Helena Blavatsky - PDF
Rosicrucian - PDF

www.theohistory.org







- page 2 of 201 -