WAWA CONSPI - Blog



dimanche, avril 19 2015

Nick Cook - The hunt for zero point

Nick_Cook_The_hunt_for_zero_point.jpg


Nick Cook - The hunt for zero point
Inside the classified world of antigravity technology


This riveting work of investigative reporting and history exposes classified government projects to build gravity-defying aircraft--which have an uncanny resemblance to flying saucers.

The atomic bomb was not the only project to occupy government scientists in the 1940s. Antigravity technology, originally spearheaded by scientists in Nazi Germany, was another high priority, one that still may be in effect today. Now for the first time, a reporter with an unprecedented access to key sources in the intelligence and military communities reveals suppressed evidence that tells the story of a quest for a discovery that could prove as powerful as the A-bomb.

The Hunt for Zero Point explores the scientific speculation that a "zero point" of gravity exists in the universe and can be replicated here on Earth. The pressure to be the first nation to harness gravity is immense, as it means having the ability to build military planes of unlimited speed and range, along with the most deadly weaponry the world has ever seen. The ideal shape for a gravity-defying vehicle happens to be a perfect disk, making antigravity tests a possible explanation for the numerous UFO sightings of the past 50 years.

Chronicling the origins of antigravity research in the world's most advanced research facility, which was operated by the Third Reich during World War II, The Hunt for Zero Point traces U.S. involvement in the project, beginning with the recruitment of former Nazi scientists after the war. Drawn from interviews with those involved with the research and who visited labs in Europe and the United States, The Hunt for Zero Point journeys to the heart of the twentieth century's most puzzling unexplained phenomena.


Viktor Schauberger - The Energy Evolution
Alick Bartholomew - Le génie de Viktor Schauberger
Les Maitres de l'Eau - Viktor Schauberger

samedi, avril 18 2015

SS-Obergruppenführer Walther Darré - El mercado organizado vence a la crisis internacional

Darre_Walther_Richard_El_mercado_organizado_vence_a_la_crisis_internacional.jpg


El mercado organizado vence a la crisis internacional
Walther Darré Ministro de Agricultura del IIIer Reich

Discurso pronunciado por Walter Darre, en setiembre de 1940.
(Texto oficial impreso por el Ministerio de Propaganda del III Reich).


Walther Darré, nació en Buenos Aires, Argentina. Hijo de Richard Darré. A pesar del apellido vasco-frances era alemán. Había llegado a la capital Argentina alrededor de 1890 para abrir la oficina local de Engebert Hardt & Co, una compañía de comercio agrícola.
En Buenos Aires conoció y se casó con Emilia Lagergren, una argentina de ascendencia sueca y alemana. Tuvieron cuatro hijos en la Argentina. El primero de ellos fue Ricardo Walther Oscar Darré, nacido el 14 de julio de 1895. Darré curso sus estudios escolares en el colegio Alemán de Belgrano.

En el año 1909 Darré es enviado a estudiar en Alemania donde fue alumno de un colegio evangelista. Al poco tiempo fue enviado pupilo al Wimbledon Kings College School, en Inglaterra. Luego ingresa en el colegio Witzenhausen , donde se entrenaba a los jóvenes que luego irían a colonizar los territorios alemanes en África. Estos planes debieron ser abandonados cuando comenzó la Primera Guerra. Darré fue alistado. Luchó en Francia como oficial y recibió varias condecoraciones. Luego de la guerra, Darré se recibió de ingeniero agrónomo y administró algunos campos en Alemania hasta el año 1922, cuando ingresó a la Universidad de Halle y se recibió de biólogo. En la primavera de 1930 Darré se recluyó en la casa de la familia Schultze-Naumburg en Saaleck para escribir su obra máxima "Der Neuadel aus Blut und Boden", (La Nueva Nobleza de la Sangre y el Suelo).
Este libro llego a manos de Himmler, el cual se hace amigo de Darré y al poco tiempo lo incluyo en las SS , para que siguiera con sus estudios y sus investigaciones.
Cuando Hitler llega al poder nombra a Darré como ministro de Agricultura. El 29 de setiembre de 1933 Darré inició una revolución agrícola con una ley que le valió una gran popularidad a Hitler entre los agricultores.

La ley creaba la figura del Bauer (campesino) cuyo Erbhof (bien hereditario) era indivisible, inajenable, heredable solamente por el hijo primogénito, inembargable, no hipotecable y estaba exento de impuestos.
Como ministro de Agricultura, Darré se convirtió en el Reichsbauernführer(Führer de los Campesinos del Reich). Algunos puntos principales de la ley :
• Sólo quien es de sangre alemana o de razas asimiladas puede ser campesino. Quien, por sus antepasados paternos o maternos, tiene sangre judía o de color, no es de sangre alemana o de razas asimiladas.
• Antes que la hija tienen derecho a la herencia los nietos, el padre, los hermanos, los sobrinos y sobrinos nietos. El sexo masculino tiene la prioridad.
• Se contemplan los casos de pobreza inmerecida en los cuales los hijos menores tienen derecho a habitar el Erbhof del primogénito.
• Tanto el bien hereditario como su cosecha agrícola son inembargables por una deuda de dinero.
• La ley llevaba las firmas del canciller del Reich, Adolf Hitler, y del Ministro de Agricultura R. Walther Darré.
En abril de 1945, al finalizar la guerra, es apresado por las tropas estadounidenses.
Luego del "Circo de Nuremberg" que duro hasta el año 1946, se sucedieron otros juicios contra industriales y comerciantes, y años mas tarde contra civiles. En el juicio Wilhelmstrasse Darré enfrentó varios cargos. El 11 de abril de 1949, cuando el juicio llegó a su fin, se lo absolvió de conspirar para emprender una guerra agresiva y de los cargos de crímenes contra la humanidad. Se lo declaró culpable, sin embargo, de ser miembro de las SS y de robar alimentos de áreas ocupadas para entregarlos al consumo alemán. Fue sentenciado a siete años de cárcel, pero se lo excarceló en 1950, pocos años antes de su muerte.


Richard Walther Darré - PDF

Richard Walther Darré - La raza
Richard Walther Darré - Política racial NacionalSocialista
Richard Walther Darré - El campesinado aleman

Richard Walther Darré - La Race
Richard Walther Darré, père fondateur de l'écologie


Walther_Richard_Darre.jpg

vendredi, avril 17 2015

Leo Frank Case - Atlanta Georgia Greatest Murder Mystery 1913 - Audiobook

Leo_Frank_Case_Atlanta_Georgia_Greatest_Murder_Mystery_1913.jpg


Leo Frank Case - Atlanta Georgia Greatest Murder Mystery 1913
Audiobook - Mega.co.nz


The Frank Case, Inside Story of Georgia's Greatest Murder Mystery
Complete History of the Sensational Crime and Trial, Portraits of Principals

Published by the Atlanta Publishing Company
Atlanta, Georgia - 1913


Leo Frank Case - The Murder of Mary Phagan
Page 1 - Page 2

Leo Frank and the Birth of the ADL Anti-Defamation League of B'nai B'rith

The Murder of Mary Phagan - Miniseries



01 Title Page
02 Table of Contents
03 Preface
04 Chronology of the Crime
05 Chapter I - Crime Discovered
06 Chapter II - Police Reach Scene
07 Chapter III - Frank Views Body
08 Chapter IV - Mother Hears of Murder
09 Chapter V - Crime Stirs Atlanta Leo
10 Chapter VI - Leo Frank is Arrested
11 Chapter VII - The Inquest Starts
12 Chapter VIII - Frank's Story
13 Chapter IX - Dictograph Incident
14 Chapter X - Conley Enters Case
15 Chapter XI - Conley in School
16 Chapter XII - Racial Prejudice Charge
17 Chapter XIII - Plants Charged to Frank
18 Chapter XIV - South's Greatest Legal Battle
19 Chapter XV - The State's Chain
20 Chapter XVI - Perversion Charged
21 Chapter XVII - Salacious Stories Admitted
22 Chapter XVIII - Frank's Alibi
23 Chapter XIX - Attorneys Threatened
24 Chapter XX - Frank's Own Story
25 Chapter XXI - Lawyers Laud and Denounce Frank
26 Chapter XXII - Fear of Lynching Precedes Verdict


mercredi, avril 15 2015

Henry Coston - Le livre noir de l'épuration

Henry_Coston_livre_noir_epuration.jpg


Henry Coston - Le livre noir de l'épuration


En 1944, tandis que les armées alliées libéraient la France de l'occupant allemand, des scènes horribles se déroulaient à Paris et en province. Près d'un million de français des deux sexes et de tout âges étaient jetés en prison. Plus de cent mille partisans du maréchal Pétain ou militants politiques favorables à la collaboration franco-allemande étalent exécutés sommairement, parfois après avoir subi d'abominables tortures.
Aux atrocités révoltantes des ennemis allaient succéder les cruautés effroyables de français déchainés contre d'autres français. Pour ceux qui l'ont oublié, pour ceux qui, trop jeunes, ne l'ont Jamais su, Le livre noir de l'épuration établit le bilan de la terreur 1944-1945.


Henry Coston - PDF

Les technocrates et la synarchie
La finance juive et les Trusts
L'Argent et la Politique
Ceux qui tirent les ficelles
La "trahison" de Vichy 1940


Coston_Henry.jpg

mardi, avril 14 2015

Olivier Mathieu - Comment peut-on être provocateur



Olivier Mathieu - Comment peut-on être provocateur ?
Autocritique et apologie

A Jose Luis Jerez Riesco


«Etre absolument personnel... dire les choses les plus abstraites de la façon la plus corporelle et la plus sanglante, l'histoire tout entière comme si elle était vécue et soufferte personnellement».
(Friedrich Nietzsche).

Derrière moi, j'ai entre autres cinq ans de journalisme, deux bouquins préfacés, une trentaine de conférences, une biographie d'Abel Bonnard aujourd'hui achevée après plusieurs années de travail; devant moi, cent projets, des livres en préparation. J'ai signé dans Rivarol, Ecrits de Paris, Marianne, Aspects de la France, la Nouvelle Revue de Paris, J'ai tout compris, Eléments, Panorama, Matulu, Spectacle du monde, Présent, National-Hebdo, Itinéraires, Minute, et à l'étranger, dans Elemente, Vouloir, Orientations. Aujourd'hui, je me retrouve à Europa-Kervreizh de Yann-Ber Tillenon, et je viens de publier mon premier article dans Diaspad. J'éprouve le besoin, ici, de dire pourquoi et comment. Non point par narcissisme, mais pour que ma propre histoire puisse servir, si peu que ce soit, aux membres actuels ou futurs du Mouvement européen. Je crois que j'ai le droit de parler.

Cinq ans de journalisme. J'ai été attaqué dans la presse belge (voir Le Soir de Bruxelles des 5-6 et 8 octobre 1985 ), dans la presse française (voir notamment L'Evénement du jeudi du 26 mars 1987). J'ai reçu des lettres de menaces de mort d'organisations juives comme de groupuscules d'extrême-droite. je crois, oui, être un homme libre. Et voici que le journal interne du G.R.E.C.E., Le Lien, vient de m'agresser à son tour en me traitant de «provocateur». Alors, je crois que j'ai le devoir de parler.

Libre, je le suis et veux l'être, mais la liberté individuelle et collective est toujours à conquérir, à travers une lutte qui n'aura de fin qu'à notre dernier jour. Je ne m'estimerai jamais assez libre. L'homme européen, le révolutionnaire véritable se construit peu à peu ; ses doutes, ses échecs, ses errances le mènent vers sa vérité, et vers la vérité. «Deviens qui tu es ! », nous exhortait le grand Friedrich Nietzsche. Et Pindare, le plus grand des poètes lyriques grecs (né en 518 avant l'ère chrétienne) avait écrit : «Sois tel que tu as appris à te connaître ! »

De mon enfance, très schématiquement, je conserve les images que voici : les premières années de ma vie, approximativement jusqu'à l'âge de six ans, je les ai passées dans des chambres d'hôtel, parce que ma mère était pauvre. Parfois, enfant clandestin, je changeais d'hôtel chaque jour. Ainsi je me revois, dans les rues, tenant la main de ma mère, pourchassé par les insultes des patrons furieux de n'avoir pas été payés. Je pourrais multiplier de tels exemples. Tels sont en effet mes souvenirs de l'âge où rien ne s'oublie, Ma mère n'a jamais touché d'allocations familiales. La seule fois où un huissier est venu la voir, ce fut pour lui demander d'en payer, des allocations ! Nourrisson, ma baignoire était une bassine de fer. Il pleuvait sur moi à travers le premier toit que j'eus. Je ne me complais absolument pas à évoquer cela - que j'ai vécu dans ma chair. Je dis simplement que les «Droits de l'Homme», c'est cela qu'ils ont fait pour moi. C'est-à-dire rien. Tout ce que la Démocratie m'a proposé, ce fut de me mettre à l'Assistance publique. J'y ai échappé d'un cheveu. Merci, Démocratie !

Dès lors, j'ai été un marginal, un exclu, un paria. Très tôt, par conséquent, j'ai senti L'ennemi. J'ai choisi, intuitivement, instinctivement, mon camp. La démocratie m'a inspiré la répulsion. Entre huit et douze ans, je jouais au ballon, quelquefois, avec des camarades. Mais, habile et adroit, je traversais sans difficulté le terrain jusqu'au but adverse sans que nul de mes adversaires ne parvienne à me faire perdre le contrôle de la balle, tandis que mes partenaires, de leur c ôté, m'adressaient de grands signes désespérés pour que je les fasse participer au jeu. En vain ! Et il se passait alors, invariablement ceci : les deux équipes se liguaient et se ruaient ensemble contre moi. C'est ainsi que je fus bien souvent roué de coups, et que les enfants de mon âge me jetèrent du sable dans les yeux. Ils avaient raison ! Raison de dire : «Le football est un sport collectif». Mais ils ajoutaient : «On est en démocratie». Et c'est cette petite phrase-là qui faisait mal, qui fait toujours mal. Je n'étais pas, moi, en démocratie. Tous avaient une télévision qui les attendait avec ses feuilletons américains à la maison ; tous allaient à l'école, où ils apprenaient l'américain, le franglais et les chambres à gaz. «On est en démocratie ! » Il ne s'agissait pas d'un ballon de foot. Il s'agissait que ma mère, eût-elle eu les moyens d'acheter une télévision, n'en voulait pas, ne voulait pas de la propagande euroccidentale. On ne m'a jamais gavé d'imposture. Il s'agissait que je n'allais pas à l'école - je ne suis jamais allé à l'école. Il s'agissait que j'étudiais le latin, le grec et l'allemand - des langues européenne - et que je lisais Drieu, Rebatet, Brasillach, Vallès, Sorel et Céline. Il s'agissait que, dès l'âge de quatre ans, j'avais dit ; «Je suis fasciste ». Les adultes souriaient ou s'offusquaient. Je laissais sourire et s'offusquer.

Et puis, j'ai été pendant des années, malade, alité, sans amis ; je suis resté seul, des jours entiers, dans l'appartement vide, pendant que ma mère allait travailler. Et je lisais - tel était mon seul plaisir d'enfant sans jouets - dans le journal, avant de les découper et de les coller dans un cahier, les articles qui concernaient la traque immonde dont était victime Klaus Barbie (pour ne parler que de lui) de la part des Wiesenthal et autres Klarsfeld, crapules et compagnie. Et des larmes coulaient sur mes joues. On pourchassait Barbie comme on m'avait jeté hors des chambres d'hôtel que ma mère ne pouvait payer, on pourchassait Barbie parce que le plus grand nombre, les imbéciles, les salauds, les vainqueurs étaient «en démocratie». Voilà ce que je voyais. Voilà ce que je vois. Vae victis.

Sautons quinze ou vingt ans : quinze ou vingt ans plus tard, devenu journaliste, je me suis aperçu que le journaliste, dans tout l'Euroccident, était le pire valet de ce système, qu'il le soutienne ou prétende le combattre. Le journaliste, à Paris, en France, aujourd'hui, n'est aucunement libre d'écrire ce qu'il veut. Il écrit ce que son rédacteur en chef veut qu'il écrive. Il écrit ce que le lecteur et le financier du journal auquel il collabore veulent lire. Le journaliste, soi-disant d'opposition, est parfaitement toléré, il faut le savoir, par le système qu'il attaque et qui le nourrit. A condition de ne pas aller trop loin. Dès qu'un homme dépasse la limite de ce qui est permis, on le fait taire, en saisissant sa publication (les Annales révisionnistes), en l'accablant d'amendes (Faurisson), de peines de prison (Freda en Italie), en l'asphyxiant financièrement, en l'empêchant de travailler.

J'ai, pour ma part, traversé des années mauvaises. Des années de malaise. Obligé, pour des raisons financières, de collaborer à des journaux dont je ne partageais absolument pas l'idéologie, je craignais de m'y enliser, ce qui amenait heureusement des ruptures brutales (par exemple quand j'ai quitté le journal reagano-papiste Présent en déclenchant une polémique lors de la parution d'un article de moi dans le numéro 1 de J'ai tout compris), avec tel ou tel organe de presse du système occidental, mais pas avec ce système lui-même. J'avais, comme on dit, «le cul entre deux chaises». Ce qui expliquait que je m'enferrais inutilement dans des questions de personnes, et que des problèmes «sentimentalo-gélatineux», pour reprendre une expression, crue mais exacte, de Yann-Ber Tillenon, finissaient par me préoccuper davantage que ma réflexion sur l'avenir du Mouvement européen.

A partir du moment où il s'avérait que je ne pouvais m'exprimer véritablement, ni seulement traiter les sujets de mon choix nulle part, j'avais certes progressivement décidé d'abandonner le journalisme, mais sans parvenir à m' y résoudre totalement. C'est à ce moment que j'ai rencontré le G.R.E.C.E. et Alain de Benoist, en qui j'ai d'abord profondément et sincèrement cru. Païen, je l'avais toujours été. Mais une trop longue prostration dans les milieux réactionnaires commençait, je le confesse volontiers, à me rendre vulnérable aux séductions trompeuses du système euroccidental. Je dois au G.R.E.C.E., el plus particulièrement à Guillaume Faye d 'être resté fidèle à mes intuitions d'enfant, quant à l'opposition. la guerre, l'antinomie qui existe entre Europe et Occident.

Au début de 1986, j'ai donc préfacé Les Modérés d'Abel Bonnard aux Editions du Labyrinthe, ouvrage qui a été l'un des meilleurs suce ès de cette maison. A l'époque, Alain de Benoist et moi-même envisagions de travailler ensemble à une œuvre sur Georges Sorel, puis de publier, toujours au Labyrinthe, ma biographie d'Abel Bonnard. Comment en est-on arrivé, à peine deux ans plus tard, à ce que Le Lien conseille aux cercles grécistes de ne plus m'inviter à parler ? La réponse est complexe : plusieurs paramètres y interviennent, où il faudrait distinguer l'histoire propre du G.R.E.C.E. ; sa situation présente, avec le départ de l'un de ses plus brillants animateurs, Guillaume Faye ; ma propre histoire personnelle. J'ai cru, longtemps, que les dysfonctionnements du G.R.E.C.E. étaient dus à des causes conjoncturelles, au refus d'une certaine «vieille garde» de tout apport de sang neuf ; j'ai toujours été étonné, par exemple, par l'incapacité de nombreux intellectuels du GRECE à donner toute leur mesure aux talents des nouveaux venus ; on pourrait encore évoquer, au-delà de fautes de gestion et de procédés plus ou moins incorrects voire aberrants concernant la rétribution des divers employés, la confusion entre les responsables idéologiques et les responsables (?) financiers et d'énormes fautes humaines. Mais je crois que la leçon est claire, et qu'une phrase suffit : les dysfonctionnements du G.R.E.C.E. sont dus à des causes structurelles et Le G.R.E.C.E, tel qu'il est aujourd'hui, a failli à sa propre mission (après avoir accompli, il est vrai, un énorme travail). On ne peut qu'adhérer complètement aux analyses qu'a publiées Yann-Ber Tillenon (et auxquelles je renvoie) sur les rapports qu'entretiennent les paramouvements et le Mouvement européen ; sur les missions qui auraient pu, peuvent et doivent être les leurs désormais ; ou encore sur la différenciation public/privé dans l'attitude de certains, euroccidentaux pendant la semaine et nazillons boutonneux le week-end. Je m'explique.

En ce qui me concerne, le procès Barbie, exutoire de la haine collective des champions de l'intelligentsia judéo-parisienne et de la bonne conscience, des professionnels de l'indignation généreuse, des signeurs de pétitions qui ne prennent jamais que les armes des croisades sélectives, des roitelets de l'esprit qui, dès le kidnapping de Barbie en Bolivie, et même bien auparavant, avaient d'ores et déjà distribué les bons et les mauvais points, décidé du verdict et dicté les modes (Shoah), la parodie du procès Barbie, dis-je, m'a écœuré. Barbie est pour moi le symbole de l'innocent condamné par les impudiques. Innocent parce que, à supposer qu'ils ne soient pas simplement des fantasmes juifs, les faits reprochés à Barbie - au nom des lois écrites dont parlait Sophocle à travers Antigone - sont des faits de guerre. Et ce n'est pas à la paix de juger la guerre ! Innocent parce que la notion de crime contre l'humanité» est aberrante, surréaliste, ubuesque, kafkaïenne, dénuée de signification, sans portée juridique. Innocent parce que cet homme, menottes aux poings, était l'image même de l'humilité noble et farouche, de la résignation sereine. Les mains entravées de Klaua Barbie étaient belles : fait qui, dans un système vraiment juste, aurait dû suffire pour que l'acquittement soit prononcé. D'office.

Je dis, j'écris ceci pour une raison très simple. C'est que moi, je signe et publie ce que je pense. Tel quel, que cela plaise ou choque, je m'en moque. Mais je récuse tout nazebroquisme. Je ne suis pas d'extrême-droite : le national-socialisme appartient à notre capital historique. Je suis national-socialiste, non dans le passé, certes, mais dans l'avenir. Je ne prends pas Adolf Hitler pour le Diable. Par contre, ceux qui pensent comme moi, mais préfèrent leur feuille de paye, leur standing, l'entretien de leur petite amie ou le paiement de leur maison de campagne, destinée à leur ébats nostalgiques et à leurs solstices, aux idées qui sont censée nous être communes, ceux-là, je les appelle nazebroques. Je ne les nommerai pas. Tout le monde les connais, tout le monde les aura reconnus. Lâches, ou simplement idiots qui ne se rendent pas compte que, à quelque compromission "métapolitique" qu'ils s'abaissent, ils ne gagneront que le mépris de l'adversaire. On peut considérer mes écrits comme ceux d'un fou, comme penser que Yann-Ber Tillenon manie la langue-de-bois. Peu importe. Je m'assume. Libéralisme et socialisme, U.S.A. et U.R.S.S., paramouvements de type G.R.E.C.E. et système euroccidental, ce sont toujours les deux équipes de football liguées contre le Mouvement européen. Dans mon "enfance, je l'ai dit et le répète, j'ai été un révolté. A ce que les gens normés, conformistes, non libérés de la rationalité de l'adversaire, me disaient, je répondais : «je sais». Cela horripilait, cet enfant qui prétendait d'avance tout savoir. Mais aujourd'hui, je crois qu'en effet, je savais. Je sais que je savais. Dans Evola, dans Guenon, dans Abel Bonnard, dans Mussolini il est dit, sous des formes diverses, cette vérité incontournable : il y a ceux qui croient et ceux qui savent. Alors j'écris ceci, comme j'ai écrit ma biographie d'Abel Bonnard, pour ceux qui savent.

J'ai une constatation à faire. Au G.R.E.C.E., la plupart des gens, aussi loin que je m'en souvienne rétrospectivement, me paraissent avoir passé leur temps à me reprocher de ne pas porter de cravate... Cela est révélateur de la hauteur des réflexions et préoccupations de ce milieu. De Guillaume Faye, par contre, je garde une autre image. Je lui serait toujours redevable de m'avoir simplement répondu, un soir où je me posais des questions sur mon avenir immédiat, où je réfléchissais devant une alternative périlleuse, en me récitant «Le Loup et le Chien» de La Fontaine. Guillaume Faye venait de me prouver qu'il avait tout compris...

Exclu par les uns, trahi par les autres, tel est peut-être mon destin, J'en ai souffert longtemps, mais je n'en souffre plus. La démocratie est l'alliance des malhabiles, des idiots, des inférieurs, des incapables contre tout ce qui est grand, noble, pur. Les enfants qui, aujourd'hui me jetaient du sable dans les yeux sont ceux qui, aujourd'hui, avortons de la bourgeoisie euroccidentale, s'abrutissent devant Shoah. Ce sont eux, encore, petit bourgeois, fonctionnaires, rédacteurs stipendiés de la prétendue "grande presse" qui m'excluent de leurs sectes...
Un journaliste de gauche m'a traité, il y a peu, d' "historien amateur". En effet, il y a deux sortes d'historiens, les historiens officiels (Vidal-Naquet, B.H.L., Gallo, etc.) qui défendent le point de vue des vainqueurs de 1945, et les historiens amateurs qui plaident pour un traitement historique normal du national-socialisme et de toute l'histoire européenne, Je revendique donc le titre d'historien "amateur" avec force et orgueil. Quant à ceux qui me traitent de "provocateur", je leur répondrai que je suis ravi de cette appellation, venant d'eux, qui assurément sont tout sauf des provocateurs : on relira par exemple l'article de Michel Marmin dans le Monde, après l'attentat de la rue Copernic, ou celui d'Alain de Benoist dans le Quotidien de Paris, pour se désolidariser de son ancien comptable Henri Roques. Je préfère "provoquer" que cirer les pompes. La vie est provocatrice !
Car si j'élève la voix, je poserai la question : de-quel droit me jugez-vous ? De quelle autorité vous érigez-vous en juges ? Vous qui n'avez rien réussi ! Vous qui n'avez rien tenté !
Aujourd'hui, les choses sont radicalisées, les coupures nettes. Il est logique que les matuvus et les matulus, les sous-hussards, les faux dandies, les poétereaux de Saint-Germain-des-Prés, les arrivistes, les philosophes ratés qui ne seront jamais que des compilateurs m'aient repoussé. Société et européenne embryonnaire et société euroccidentale sont en place. La guerre est déclarée. Sans sécurité sociale ni chômage, dos au mur et travaillant sans filet, comme Faye, je respire mieux depuis quelques mois et semaines ! Parce que, poussé dans mes contradictions par le système d'une part, par l'amitié dialectique de Yann-Ber Tillenon d'autre part, et enfin par moi-même, je suis désormais sur la voie de la cohérence politique et poétique avec moi-même.
Voici le moment venu d'achever cette autocritique quelque peu sommaire et succincte, qui n'engage que moi-même. Je voudrais la dédier, tout imparfaite qu'elle soit, à Guillaume Faye, qui m'a enseigné une vertu capitale : l'indifférence, et à Yann-Ber Tillenon, bourlingueur et - mieux que cela en ces temps submergée par le néo-primitivisme - barbare. Nous espérons l'avènement d'une société européenne, la notre, celle du Mouvement européen.


Olivier MATHIEU
23 juillet 1987


Révisionnisme - PDF E-book


shoah_memoire_juif.jpg

dimanche, avril 12 2015

Graham Hancock - Civilisations englouties Tome 2

Graham_Hancock_Civilisations_englouties.jpg


Graham Hancock - Civilisations englouties Tome 2
Découvertes et mystères


Depuis toujours, l'archéologue Graham Hancock se passionne pour l'origine de l'humanité. A ses yeux, les mythes et les légendes façonnés par les civilisations les plus anciennes puisent leurs sources dans des réalités historiques. Que s'est-il passé exactement sur la Terre à la fin de l'ère glaciaire, lorsque le niveau des mers s'est mis à augmenter en submergeant des continents ? Pour lui, le doute n'est guère possible : des civilisations entières, dont on n'a pas encore retrouvé trace, ont été englouties.
Fort de cette conviction, il s'est donc muni de radars très puissants et des moyens d'investigation les plus modernes pour explorer pendant de longues années, avec une extrême minutie, le fond des mers et des océans. Ses conclusions sont stupéfiantes. Car, réfutant les assertions des archéologues les plus autorisés, qui ne s'étaient pas privés de prendre ses initiatives à la légère, il a découvert de troublants vestiges aux emplacements mêmes où les mythes les plaçaient : dans la mer du Bengale et l'océan Indien, sur les côtes japonaises, en mer Méditerranée et dans l'océan Atlantique.
De quoi ébranler bien des idées reçues et remettre en cause les données scientifiques les plus communément admises.


Graham Hancock - PDF
Civilisations englouties Tome 1
L'empreinte des Dieux
Surnaturel Rencontres avec les premiers enseignants de l'humanité
Le mystère du Grand Sphinx
Le mystère de Mars

Robert Bauval - Le code mystérieux des pyramides
Michael Cremo & Richard Thompson - L'histoire secrète de l'espèce humaine
Marie Roca - Les Géants

Histoire Interdite - PDF
www.grahamhancock.com

mercredi, avril 8 2015

Pierre Dortiguier - Les mythes nordiques



Pierre Dortiguier - Les mythes nordiques

Pierre Dortiguier revient sur tous les mythes nordiques scandinaves qui ont forgé la mentalités des peuples du nord de l'Europe.
L'occasion de découvrir une partie du patrimoine culturel des germains et de leurs traditions.


Tilak Lokamanya - The Arctic Home in the Vedas
Hyperborée sur Balder Ex-Libris
Hyperborée sur Free PDF

Mythes nordiques - PDF
Mythology - PDF
Runes - PDF

Joseph-Arthur de Gobineau - Histoire d'Ottar Jarl
Joseph-Arthur de Gobineau - PDF
Augustin Barruel - PDF

Viktor Rydberg - Teutonic Mythology Gods and goddesses of the Northland
R. J. Stewart - PDF
Dr. William Pierce - Who We Are
Dr. William Pierce - Vision of a future world
Jacques de Mahieu - PDF
L'Allemagne un voisin méconnu et pourtant si proche







La libre antenne du lundi au vendredi de 21h à minuit sur www.metatv.org

mardi, avril 7 2015

Docteur C. Nancy - Hitler contre Juda

Hitler_contre_Juda.jpg

Docteur C. Nancy - Hitler contre Juda


Standarte_Adolf_Hitlers.png
Avant-propos

Ce livre est dédié à tous ceux, qui ont combattu sous l'emblème de la Croix Gammée, aux Germains, aux Latins, aux Slaves, aux Asiatiques, aux païens, aux Catholiques et aux musulmans, pour qui cette croix représente l'esprit et le culte du Sol Invictus et du feu, du renouveau cyclique de la Nature, de la tolérance religieuse, de l'indépendance de l'esprit et de la renaissance de l'âme; de cette âme qui en fait n'est que la Race vue de l'intérieur.
Il est dédié à tous ceux, qui sont morts, pour que survive leur race, c-à-d notre chaîne de vies indo-européenne. A tous ceux, qui se sont engagés corps et âmes pour combattre le Mal Absolu, l'Antéchrist, la bête bolchevique immonde représentée encore actuellement par le Mondialisme judéo-maçonnique et marxiste.
Il est dédié à tous ceux, qui furent mes amis; à l'écrivain Marc Augier (plus communément connu sous le pseudonyme de Saint-Loup), à l'ethnologue Jacques de Mahieu, à mon très intime Emile Müller, spiess à la Sturmbrigade Wallonie, à l'obersturmführer Roger de Goy, ce véritable gentilhomme, à Vierendeels, cet autre untersturmführer à mon ami et regretté Henri Simon de la Sturmbrigade FRANKREICH; dédié aussi aux deux commandeurs, que j'ai connus, au tribun Léon Degrelle et au modeste Jef François.

Dédié aussi à tous ceux, qui survécurent, mais qui 50 ans après la défaite de l'Allemagne continuent à combattre pour leur idéal tout en gardant leur foi dans l'homme exceptionnel, qui fût leur chef. A toute cette élite guerrière indo-européenne, qui malgré l'adversité vécut toujours spirituellement en faisant le Bien et en se dévouant pour les peuples d'Europe; de ce fait, elle n'a nul besoin du secours qu'apportent les sacrements aux ignorants, ni de la reconnaissante condescendance de la tourbe médiocratique et démocratique actuelle.

Ce livre pour expliquer aux jeunes générations, qui ne connaissent de ces temps héroïques que la médiocrité mensongère distillée, jour après jour, par des médias entièrement subordonnés au mondialisme, ce que fut réellement Hitler, le Führer, à qui tous ces guerriers prêtèrent serment de fidélité jusque dans la mort. Ce chef exceptionnel, auquel les survivants restent encore fidèles, malgré les persécutions inquisitoriales, que fait régner sur eux la pieuvre mondialiste. Cette inquisition née du judéo-christianisme contre le monde païen et qui persécute sans pitié tous les esprits libres et indépendants. Depuis Juda, c'est toujours la même bête immonde, la même pieuvre tentaculaire, qui opprime les cerveaux, et qu'il faudra bien finir par écraser sans plus aucune pitié. Car jusqu'à ce jour elle a toujours bénéficié de la naïveté, de la bonté et de la tolérance de ses victimes; victimes qu'elle a même le culot de taxer d'intolérance.

Ce livre doit actuellement rester anonyme à cause des lois liberticides concoctées en France par les judéo-maçons Fabius et Gayssot et en Belgique par les frères maçons juifs Moureau-Erdekens ; en Allemagne par la scandaleuse loi sur les «délits d’opinion » et même en Suisse, dans cette soi-disant démocratie idéale, par l’article 261 bis, qui obligea l’honnête chercheur historien Jürgen Graff a s’exiler en Iran. Mais le moment est venu d'éclairer la jeune élite indo-européenne, qui se lève, pour que tous comprennent le sens du combat de leurs aînés et de leurs ancêtres contre la pieuvre malsaine du mondialisme apatride, qu'ils devront combattre à leur tour s'ils veulent rester des hommes libres.


Nazi_Collaboration.jpg


Chapitre I : Hitler était-il antisémite ?
Chapitre II : Hitler homme et chef de croisades Antibolcheviques
Chapitre III : Hitler et l'économie
Chapitre IV : Hitler l'homme, le légaliste
Chapitre V : Hitler l'homme de paix
Chapitre VI : Hitler victime, des dégénérés et des corrompus
Chapitre VII : Hitler chef de guerre
Chapitre VIII : Hitler l'homme trahi
Chapitre IX : Conclusions


Führer - PDF
Waffen SS
Économie
Troisième Reich


Lancelot.jpg

lundi, avril 6 2015

Jacques de Mahieu - Le grand voyage du dieu-soleil

De_Mahieu_Jacques_Le_grand_voyage_du_dieu-soleil.jpg


Jacques de Mahieu - Le grand voyage du dieu-soleil

Bien avant Christophe Colomb les Vikings découvrent l'Amérique.
Ce livre d'aventure et de science en apporte les preuves formelles.


Jacques de Mahieu est né à Paris en 1915 et mort à Buenos Aires en 1990. Argentin d'origine française, docteur en Science Politique et en Sciences économiques.
Jacques de Mahieu est également connu pour avoir fait partie de la 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne pendant la seconde guerre mondiale.
Sa passion de connaître et son goût de l'érudition lui ont valu d'être Doyen de la Faculté des Sciences Politiques et Recteur de l'Université des Sciences Sociales d'Argentine. Il fut entre autres; Docteur ès Sciences Politiques, licencié en Philosophie et Docteur en Médecine Honoris Causa.
Son livre, «Le Grand Voyage du Dieu-Soleil» témoigne de sa curiosité universelle. Il parcourut le continent Sud-Américain et récolta toutes les preuves, les traces de la pénétration Viking dans le monde pré-colombien, et ses découvertes inédites furent innombrables.

Aussi bien du point de vue archéologique (similitude architecturale, inscriptions runiques) que du point de vue des ressemblances ethnologiques (les indiens blancs), le professeur de Mahieu apporte avec «Le Grand Voyage du Dieu-Soleil» les preuves formelles de l'arrivée, cinq siècles avant Christophe Colomb, des Drakkars Vikings en Amérique.


vikingos_america.gif

Jacques de Mahieu - Précis de Biopolitique
Jacques de Mahieu - La Agonia del Dios Sol
Jacques de Mahieu - El imperio vikingo de Tiahuanacu
Jacques de Mahieu - El gran viaje del Dios-Sol
Jacques de Mahieu - La geografía secreta de América
Jacques de Mahieu - I Templari in America
Jacques de Mahieu - Os Vikings no Brasil

Jacques de Mahieu - Vidéos
Jacques de Mahieu - PDF


jacques-de-mahieu.jpg

dimanche, avril 5 2015

How the jews betrayed mankind Volume 2 - Monsters of Babylon

Monsters_of_Babylon.jpg


G_d - How the jews betrayed mankind Volume 2 of 3 volumes
Monsters of Babylon (1200 BC to 1000 AD)


We Jews have spoiled the blood of all the races of Europe. Taken as a whole, everything is Jewdified. Our ideas animate everything. Our spirit reigns over the world. We are the Lords.
Dr. Kurt Munzer, The Way to Zion

If Satan himself, with all of his super-human genius and diabolical ingenuity at his command, had tried to create a permanent disintegration and force for the destruction of the nations, he could have done no better than to invent the Jews.Willis Carto


Chapter 1 Big Money Spawns the Chosen Ones
Chapter 2 Babylonia, the Cradle of Judaism
Chapter 3 The Corrupting Impact of Judaism on True Religion
Chapter 4 Secret Powers of the Ancient People
Chapter 5 Pagans and Idolaters, Much Holier than Jews
Chapter 6 The Devil’s Truth and the Hebrew Bible
Chapter 7 The Israelians Were Not Fooled by Jewish Abracadabra
Chapter 8 The Training Manual for Murderers, Thieves, Loan Sharks and Other Jewish Heroes
Chapter 9 The Fraudsters Known as the Later Prophets
Chapter 10 BEFORE JESUS – the Greeks, Persians, Romans and Jews
Chapter 11 The Gospels According to G_d
Chapter 12 AFTER JESUS – the Greeks, Persians, Romans and Jews
Chapter 13 Muslim Werewolves Howling at the Moon God
Chapter 14 The Fiendish Lawyers of Judah
Appendix A How to Develop Your Qi and Live Within Your Holy Spirit
Appendix B Loan Shark Rates for Short Time Loans


Volume 1 - The sumerian swindle

- page 1 de 159


WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Par la connaissance, nous les briserons !