WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Thomas Winship - Zetetic cosmogony

Sciences - 123 reads

, 07:07

Zetetic_cosmogony.jpg


Thomas Winship - Zetetic cosmogony
Or conclusive evidence that the world is not a rotating-revolving-globe, but a stationary plane circle.


Preface to the seconde edition
Since the first edition of this work - an unpretentious pamphlet of 48 pages - was published, so much interest in the subject has been manifested, that a second edition is without doubt called for. In fact, long after the first edition was exhausted, letters from various parts of the world, were received, asking for copies, which, to our regret, could not be supplied.

In that pamphlet very much of the evidence we had accumulated from various sources had to be omitted, so as to reduce what otherwise would have been a bulky volume to a short treatise; retaining sufficient evidence to convince the minds of those who would take cognizance of and duly estimate proved facts of nature. Our labours have not been in vain. Many have been enabled to see through the delusions of modern astronomy. Letters from various parts testify that, in some cases, men and women have begun to make use of their brain-power, which had been stunted and dwarfed by acceptation, without the slightest proof, of the unscientific, unreasonable, unnatural, and infidel teachings of men foisted upon a credulous public in the name of "Science." Others again, tell that the writers have thrown to the moles and to the bats the world-wide and almost universally believed hoax that we are living on a whirling sea-earth globe, revolving faster than a cannon-ball travels, rushing through "space" at a rate beyond human power to conceive, and flying - with the whole of the so-called solar-system-in another direction twenty times the speed of its rotation.

To the Editors of newspapers, who, whether favourably or unfavourably, reviewed the pamphlet, our thanks are due, and now respectfully tendered.

This edition is sent forth with the assurance of the Divine blessing and the firm conviction that TRUTH IS STRONG AND MUST PREVAIL.

T.W.

12, Castle Buildings, Durban, Natal, South Africa, November, 1899


Winship_Thomas_Zetetic_cosmogony.jpg


CONTENTS
Assumptions
Age of the Earth
Aerönautics
Contrasts
Contradictions
Circumnavigation
Curvature
Canals
Disappearance of Ships
Distances
Fluids
Figure of the Earth
Growth of the Earth
Gravitation
Geology
The Horizon
Level on the term
Lighthouses
The Midnight sun
Motions of the Earth
The moon
Eclipses of the moon
Magnetism
Navigation
The Pendulum
The plurality of Worlds
The Planets
On Parallel lines
Railways
Rivers
Ridicule
The sun
Sun's distance
Sun's diameter
The stars
Star distance
The Season's
Signals
Surveying
Science
The tides
The ultimate conclusion


Flat Earth - PDF


How to awaken people to Flat Earth - Eric Dubay
In this video Eric Dubay from the International Flat Earth Research Society and Luke from Flat Earth Consequences give their advice on how to effectively present other people the concept of Flat Earth without having them instantly cover their ears and stick their tongues out at you. Special thanks to Beyond the Imaginary Curve, Question Everything, Flat Earth Consequences and Revoldo for their videos and activism.



ODD TV - Flat Earth - Viceland - Space spliff
This is my response to Viceland's "Watch This Spliff Fly Into Space", where they seem to think that they proved the earth is round using a fisheye lens.



ODD TV - Flat Earth - An open letter to Cody's Lab







Radio Melon - Les nanas terribles

Various - 191 reads

, 07:07


Radio Melon - Les nanas terribles
Pâques en bonne compagnie !


Radio Melon - Youtube
Radio Melon - Vive l'Europe


nanas_terribles.jpg







Julius Streicher - Testament politique

jewelry - 153 reads

, 13:50

Julius_Streicher_Testament_politique.jpg


Julius Streicher - Testament politique
Ma déclaration
Traduction de l'anglais par Valérie Devon


Par stupidité, méchanceté et lâcheté, certains contemporains ont cru qu'ils pouvaient et même devaient, dégrader et mal interpréter, autant le contenu que la forme de mon travail de 25 ans d´illumination en paroles et texte. La plupart de ces critiques n'ont pas forgé leur opinion selon leur propre connaissance, mais plutôt par le truchement balbutiant servile de l'opinion d'un autre. Ces notes portant sur ce qui fut la période la plus difficile à vivre pour le peuple allemand sont consacrées à la réflexion pour ces contemporains et juges douteux et à tous ceux qui souhaitent les connaitre.

Mondorf au Luxembourg, Maison des détenus,
Été 1945. Julius Streicher


Julius Streicher - Sans solution de la question juive Aucune libération du peuple allemand !
Julius Streicher - PDF

Troisième Reich - PDF








Georges Orwell - Animal farm - 50th anniversary edition

jewelry - 118 reads

, 07:07

Georges_Orwell_Animal_farm.jpg


Georges Orwell - Animal farm
50th anniversary edition


Since its publication in 1946, George Orwell's fable of a workers' revolution gone wrong has been recognized as a classic of modern political satire. Fuelled by Orwell's intense disillusionment with Soviet Communism, Animal Farm is a nearly perfect piece of writing--both an engaging story and an allegory that actually works. When the downtrodden beasts of Manor Farm oust their drunken human master and take over management of the land, all are awash in collectivist zeal. Everyone willingly works overtime, productivity soars and for one brief, glorious season, every belly is full. The animals' Seven Commandment credo is painted in big white letters on the barn. All animals are equal. No animal shall drink alcohol, wear clothes, sleep in a bed or kill a fellow four-footed creature.
Those that go upon four legs or wings are friends and the two-legged are, by definition, the enemy. Too soon, however, the pigs, who have styled themselves leaders by virtue of their intelligence, succumb to the temptations of privilege and power. "We pigs are brainworkers. The whole management and organisation of the farm depend on us. Day and night, we are watching over your welfare. It is for your sake that we drink that milk and eat those apples." While this swinish brotherhood sells out the revolution, cynically editing the Seven Commandments to excuse their violence and greed, the common animals are once again left hungry and exhausted, no better off than in the days when humans ran the farm. Satire Animal Farm may be, but it's a stony reader who remains unmoved when the stalwart workhorse, Boxer, having given his all to his comrades, is sold to the glue factory to buy booze for the pigs. Orwell's view of Communism is bleak indeed, but given the history of the Russian people since 1917, his pessimism has an air of prophecy.
Joyce Thompson


George Orwell - PDF

George Orwell (aka Eric Arthur Blair) was born in Motihari, Bengal, on June 25, 1903, and educated at Eton. From 1922 to 1927 he served in the Imperial Police in Burma. After living in Paris for two years he returned to England, where he worked successively as a private tutor, schoolteacher, and bookshop assistant. Orwell fought on the Republican side in the Spanish Civil War and was severely wounded. During World War II he served in England's Home Guard and worked for the B.B.C. He then joined the Tribune and later became a special correspondent for the Observer. He died in London in 1950.


Farm_Orwell.jpg







Henry Vignaud - Americ Vespuce

History - 149 reads

, 11:11

Vignaud_Henry.jpg


Henry Vignaud - Americ Vespuce
1451-1512
Sa bibliographie. Sa vie. Ses voyages. Ses découvertes. L'attribution de son nom à l'Amérique. Ses relations authentiques et contestées.


Confederate_Louisiana.gifJean Henry Vignaud, né à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) le 27 novembre 1830 et mort à Bagneux le 19 septembre 1922, était un écrivain, journaliste et historien américain de langue française, issu d’une famille du midi de la France.

Professeur de langue française à La Nouvelle-Orléans entre 1852 et 1856, il se lança ensuite dans le journalisme et le théâtre.
Lors de la guerre de Sécession, il fut capitaine du régiment louisianais de l'armée confédérée. Fait prisonnier en 1862, il s'évada et se réfugia à Paris, où il s'installa définitivement. Il reprit sa plume de journaliste.

Il occupa par la suite des postes auprès de délégations des États-Unis en France, et fut premier secrétaire de la Légation des États-Unis de 1882 à 1909. En 1908, il devint président de la Société des Américanistes, et put se consacrer à sa passion : l'étude de Christophe Colomb et de la découverte des Amériques.


Vignaud Henry - Le vrai Christophe Colomb et la légende
La date exacte de la naissance du Grand Génois. Sa famille. Les indications qu'il avait. Toscanelli, prétendu initiateur de la découverte de l'Amérique. L'objet véritable de l'entreprise de 1492.


Henry Vignaud - La lettre et la carte de Toscanelli sur la route des Indes par l'Ouest
Adressées en 1474 au Portugais Fernam Martins et transmises plus tard à Christophe Colomb. Etude critique sur l'authenticité et la valeur de ces documents et sur les sources des idées cosmographiques de Colomb. Suivie des divers textes de la lettre de 1474 avec traductions, annotations et fac-similé.


Henry Vignaud - Etudes critiques sur la vie de Colomb avant ses découvertes
Les origines de sa famille. Les deux Colombo, ses prétendus parents. La vraie date de sa naissance. Les études et les premières campagnes qu'il aurait faites. Son arrivée en Portugal et le combat naval de 1476. Son voyage au Nord. Son établissement en Portugal. Son mariage. Sa famille Portugaise.


Henry Vignaud - Comment l'Amérique fut réellement découverte en 1492
Conférence


Confederate_flag.jpg







Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer

Spirituality - 192 reads

, 08:08

La_permaculture_de_Sepp_Holzer.jpg


Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer
"L'agriculteur rebelle" d'Autriche - Guide pratique pour jardins et productions agricoles diversifiées

Sepp Holzer - Sepp Holzer’s permaculture
A practical guide to small-scale, integrative farming and gardening


Préface
A chaque fois que mes tournées de conférences me ramènent dans mon pays natal, l'Autriche, je suis très heureux de pouvoir rendre visite à la famille Holzer au Krameterhof et de pouvoir « bavarder » avec Sepp Holzer sur les principes de la permaculture.

La gestion durable, l'économie de recyclage et la permanence de l'environnement sont des notions qui deviennent de plus en plus évidentes dans notre existence. Le sable dans le sablier de l'histoire du monde semble s'écouler de plus en plus vite. Il suffit de citer ici les mots-clés, mondialisation, technologie et croissance économique. Les ressources naturelles de la planète Terre en subissent de plus en plus les conséquences négatives. La population mondiale en constante augmentation contribue également à la surexploitation des sources naturelles de vie de la planète. Les ressources non renouvelables - essentiellement les énergies fossiles, pétrole et gaz - s'approchent de leur fin, ce qui risque d'entraîner des conflits de distribution. Sans parler du changement climatique qui devrait être le défi majeur des prochaines décennies.

Grâce à son économie de recyclage, le mouvement permaculturel, qui grandit à l'échelle mondiale, apporte une contribution constructive à la résolution de tous ces problèmes. Il met en évidence des pistes menant à une société durable et permanente. Des hommes tels que Masanobu Fukuoka, Bill Mollison, David Holmgren et Sepp Holzer, qui développent et font connaître la permaculture, nous présentent des alternatives permettant de vivre avec la nature et non contre elle. Il est fascinant de constater que l'observation de la nature nous amène à la compréhension et à la connaissance. C'est pourquoi de nombreux « permaculteurs » ont en commun un esprit curieux, pragmatique et sainement sceptique. Sepp Holzer est un bon exemple d'homme de métier qui met ses connaissances en pratique. La réussite de ses activités est toujours concluante. Sepp Holzer est un exemple concret de l'expression anglaise « Walk the Talk » ( « fais ce que tu dis » ).

La création d'une culture permanente a pour objectif essentiel de ramener la culture dans l'agriculture. Les agriculteurs et les jardiniers sont les producteurs de produits alimentaires et ils sont, de ce fait, les porteurs de la culture. La destruction du sol élimine également l'agriculteur - et, donc, également la culture. Nos fermes et nos jardins sont les reflets de notre comportement vis-à-vis de la nature. C'est pourquoi nous avons besoin aujourd'hui d'un changement de paradigmes et de nouvelles valeurs orientées vers l'éthique et l'écologie. Pour le dire de manière plus lapidaire, nous avons besoin d'une « biocratie » au sens littéral du terme.

Où exactement ce changement doit-il démarrer ? Par exemple, auprès des enfants dans les écoles, mais avant tout parmi la population urbaine ! C'est le consommateur qui a le plus grand pouvoir dans notre économie de marché orientée vers le profit. C'est lui qui, par son pouvoir d'achat, détermine comment seront utilisées nos ressources. Les livres comme celui présenté ici peuvent être des aides précieuses pour rendre les consommateurs plus conscients des fondements de notre existence. Je suis heureux que Sepp Holzer ait trouvé le temps de transmettre son expérience, sa compréhension et son savoir aux générations futures. J'espère que ce livre nous apportera des conseils utiles sur la voie d'un avenir durable.

Joe Polaischer
Rainbow Valley Farm
Nouvelle Zélande, Juillet 2004


Sepp_Holzer.jpg

Pionnier de l'agroécologie, Sepp Holzer dont la ferme est installée au sud de Salzbourg (Autriche), est à l’origine d’une des plus belles réussites en permaculture. Sa philosophie ? Il faut miser sur la biodiversité et coopérer avec la nature plutôt que la combattre.

En Autriche, depuis le succès de sa biographie éponyme qui s’est vendue à 120 000 exemplaires, on l’appelle l’agriculteur rebelle. Bouille ronde et barbe poivre et sel, coiffé d’un éternel chapeau de feutre, Sepp Holzer témoigne depuis 50 ans qu’un autre paradigme est possible. Qu’il existe des alternatives durables et prometteuses à l’agriculture conventionnelle qui épuise les sols et contribue largement au réchauffement climatique.

Au Krameterhof, sa ferme de 45 hectares perchée à flanc de montagne dans le Lungau, pas de monoculture –c’est « antinaturel » et contre productif martèle t-il- mais une extrême diversité de productions végétales et animales en tous genres : légumes, fruits, champignons, herbes médicinales, poissons, écrevisses, porcs, bœufs etc.

Ici, pas de plantes hybrides qui lient l’agriculteur au semencier auprès duquel il doit racheter chaque année ses semences, mais une profusion de variétés anciennes de légumes, céréales et fruits, goûtus et nourrissants. Pas de combat contre la nature à l’aide de produits phytosanitaires et d’engrais chimiques mais une collaboration respectueuse avec l’écosystème et tous les êtres vivants de l’alpage. « Plus un système est diversifié, plus il est stable. Dans ma ferme, je n’ai aucun problème de surpopulation de nuisibles car la nature est parfaite et maintient un équilibre général», souligne t-il.

Sepp Holzer a longtemps fait figure de « cinglé » aux yeux de ses voisins et été regardé avec suspicion par l’administration qui a multiplié les procédures, tracasseries et procès à son encontre.

Dans le Lungau, sa région natale qualifiée de « petite Sibérie autrichienne », beaucoup pensaient que l’expérience serait de courte durée. Cinquante ans après, le Krameterhof se porte comme un charme. Il emploie 4 collaborateurs à mi temps et écoule sa production en vente directe auprès de particuliers et de restaurateurs. Des 20 hectares de terres, en partie stériles, hérités de son père en 1962, Sepp a fait une ferme prospère de 45 hectares qui attire des visiteurs du monde entier. Ici, la biodiversité n’a jamais été aussi grande comme l’a montré une thèse universitaire publiée il y a quelques années. A Vienne, au ministère de l’agriculture, cette approche demeure pourtant méconnue. Thomas Rech, chargé du programme d’aide aux agriculteurs biologiques (l’Autriche est n°1 pour le Bio en Europe avec 20% de la surface agricole utile), est perplexe. « Une ferme en permaculture dans le Lungau, vous me dites ? ».

Un précurseur de la permaculture

Pour gagner le Krameterhof depuis le village de Ramingstein, il faut emprunter une petite route cabossée en pente raide slalomant entre les sapins et de rares chalets accrochés aux flancs de la montagne. Après avoir franchi le portail de la ferme et longé le potager, on débouche sur une clairière bordée de deux maisons en rondins de bois. L’une d’elles abrite une boutique où des pots de confitures, de miel, et des flacons de sirops et autres eaux de vie de poires made in Krameterhof s’entassent sur les étagères. La clairière jouxte un jardin forestier. Sous la canopée d’arbres fruitiers, l’étage inférieur est occupé par des fruitiers nains et des buissons à baies sous lesquels ont pris place des légumes et des herbes vivaces au niveau du sol, ainsi que des tubercules et des plantes grimpantes. La production d’un tel jardin dépasse largement celle d’une exploitation en monoculture. Comment expliquer une telle productivité ? « Par les synergies et interactions bénéfiques entre toutes ces variétés, par la coopération qui s’établit entre elles», explique, le sourire aux lèvres, Josef Andreas devant une vingtaine de paysans en herbes venus de République Tchèque, tous fondus de permaculture. Blond et joufflu, le fils de Sepp Holzer a repris la ferme en 2009, laissant son père se concentrer sur l’essaimage de sa méthode à l’échelle internationale.

Ouvrir le champ des possibles

La permaculture ? Sepp Holzer recourait à cette approche avant même que le terme ne soit forgé en 1978 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Ses principes de base sont bien connus. Il faut avant tout s’inspirer des cycles naturels, favoriser les interactions entre les éléments et leur multifonctionnalité, créer des structures de petite taille mais de haut rendement et jouer sur la diversité.

La permaculture s’efforce aussi de faire une utilisation judicieuse et efficace des énergies renouvelables disponibles en accord avec le biotope. Sur ses terres étagées de 1100 à 1500 m d’altitude, l’agriculteur autrichien a tout fait pour conserver le plus longtemps possible cette ressource précieuse qu’est l’eau. En canalisant les sources, il a créé plus de 70 mares et étangs. Fidèle à l’un des principes de base de la permaculture, en vertu duquel un élément doit remplir plusieurs fonctions, les plans d’eau et les forts dénivelés ont permis de fournir de l’énergie hydraulique qui alimente toute l’exploitation en électricité. Mais aussi une importante réserve halieutique où s’épanouissent une trentaine de variétés de poissons et d’écrevisses. Ses plans d’eau, et ses kilomètres de terrasses aménagées de façon à pouvoir cultiver sur des pentes raides, ont permis de créer également des microclimats bénéfiques aux cultures. Les pierres et les étendues d’eau accumulent la chaleur pendant la journée, et la diffusent pendant la nuit, réduisant ainsi les écarts de température. Résultat : Sepp Holzer est parvenu à faire pousser des milliers d’arbres fruitiers (pêches, poires, abricots, cerises, etc ) à une altitude (1100 à 1500 m) où ils sont d’ordinaire absents. De même, les experts qui clamaient qu’il était impossible de planter des céréales sur ces alpages ont pu observer que le blé, l’épeautre, l’avoine, l’orge et le seigle y parvenaient à maturité. « Cela ne fonctionne que si l’on emploie des variétés anciennes et robustes. Contrairement aux semences hybrides industrielles, elles s’accommodent de sols pauvres et de températures extrêmes », insiste le paysan rebelle.

Ces céréales anciennes, mieux adaptées aux conditions locales, ont le mérite, en outre, d’être beaucoup plus protéiniques, plus nutritives et plus faciles à digérer. « Sa méthode n’est pas forcément reproductible partout, mais Sepp Holzer a le mérite d’avoir bousculé nos paysages mentaux et ouvert le champ des possibles en montrant que d’autres formes d’agriculture sont possibles », insiste Charles Hervé-Gruyer qui codirige la Ferme du Bec Hellouin en Haute Normandie.

Eric Tariant


Sepp Holzer - PDF

Agriculture - PDF
Potager - PDF


Sepp Holzer's Mountain Permaculture Farm







Sigismond de la Chesnaie - Malô Lilâk - Tome 1

jewelry - 179 reads

, 08:08

Malo_Lilak.jpg


Sigismond de la Chesnaie - Malô Lilâk - Tome 1
Autopsie détaillée d'une inversion génocidaire

Ce livre est dédié à toutes les victimes des vrais holocaustes, ceux-là mêmes que l’Histoire essaie de faire passer pour fictifs ou sans importance.


TABLE DES MATIÈRES

Note de l’auteur
Introduction
Chapitre premier
La psychopathologie et l’hystérie juives
Chapitre II
La contagion hystérique juive chez les Goyim
Chapitre III
Témoignages des Goyim à l’appui des « martyrs »
Chapitre IV
Le Journal d’Anne Frank
Chapitre V
L’Audiovisuel au service des « martyrs »
Chapitre VI
Passage au crible ‹négationniste›
A – Carlo Mattogno (1e partie)
B – Carlo Mattogno (2e partie)
C – Carlos Whitlock Porter
D – Les deux rapports Leuchter
Chapitre VII
Dénouement ‹ déconstructionniste ›
Chapitre VIII
Les Allemands des Sudètes et de Bohême-Moravie
Chapitre IX
Les Allemands du territoire central et oriental
A – Province de Silésie
B – Le camp de Zgoda
C – Province du Brandebourg oriental
D – Province de Poméranie
E – Province de Prusse occidentale, Posen, Dantzig
F – Province de Prusse orientale
Chapitre X
Les Allemands ethniques d’Europe centrale et orientale
A – Les Allemands de la Volga et de Russie
B – Les Allemands de Yougoslavie
C – Les Allemands de Roumanie
D – Les Allemands de Hongrie
E – Les Allemands des Carpates (Slovaquie)
F – Les Allemands de la Baltique et de Lituanie
Chapitre XI
L’ Holocauste de la fuite et de l’expulsion : bilan
Chapitre XII
L’Holocauste à Neptune
A – Le ‹ Wilhelm Gustloff ›
B – Le ‹ Goya ›
C – Le ‹ Cap Arcona ›
D – Le ‹ Steuben ›
E – L’ ‹ Orion ›
F – Le ‹ Thielbek ›
G – Le ‹ Karlsruhe ›
H – Le ‹ Neuwerk ›
I – Autres navires
J – Bilan
Chapitre XIII
L'Holocauste à Vulcain
A – Dresde
B – Hambourg
C – Berlin
D – Pforzheim
E – Cologne
F – Magdebourg
G – Darmstadt
H – Cassel
I – Essen, Munich & Heilbronn
J – Nuremberg, Dortmund & Düsseldorf
K – Duisbourg, Francfort/Main & Wurtzbourg
L – Stuttgart, Brême & Mannheim
M – Wuppertal, Gelsenkirchen & Kiel
N – Aix-La-Chapelle, Bochum & Hanovre
O – Schweinfurt & Lübeck
P – Autres cités
Q – Bilan
Chapitre XIV
Les camps de prisonniers et l’holocauste d’Eisenhower
A – Les camps soviétiques
B – Les camps anglais et canadiens
C – Les camps allemands
D – Les camps français & africains
E – Les camps belges, hollandais & luxembourgeois
F – Les camps yougoslaves
G – L’holocauste d’Eisenhower & bilan
Chapitre XV
Martyr et pillage sous l’Occupation
A – Le martyre de la famine et du froid
B – Le supplice des femmes et des enfants
C – Démantèlement industriel, économique et scientifique
D – Pillage culturel, autodafés et destruction des monuments
Chapitre XVI
Abâtardissement et rééducation de la race allemande
Chapitre XVII
Dénouement crypto-historique


NOTE DE L’AUTEUR

Le terme holocauste nous est familier depuis quelque temps seulement après qu’un événement terrible eût prétendument lieu pendant le deuxième conflit mondial, événement aujourd’hui posé en dogme officiel et qui a vu une race de soi-disant bourreaux s’en prendre à une race de soi-disant victimes.
Ce terme désignant donc un génocide, a parcouru au fil de plusieurs décennies un long chemin où il n’a cessé de prendre, suite à des campagnes acharnées de désinformation, de propagande, de manipulation, de lavage de cerveau mais aussi et surtout d’effacement et de camouflage de bon nombre d’éléments factuels, une importance ayant atteint une valeur d’axiome et de dogme donc, où la remise en cause pure et simple de ce qui est balancé comme l’une des pires tragédies qui soient, est devenue passible de se voir frappé d’anathème. Chacun est donc invité sinon fortement encouragé à laisser ses synapses au repos chaque fois qu’un tel sujet refait surface (et ô combien souvent !) afin de réfléchir le moins possible à tout ce qui est présenté au travers de films, documentaires, émissions diverses du petit écran et surtout d’auditions de témoins oculaires auto-proclamés et ce, aux fins d’assimiler autant que faire se peut, le contenu de tant d’inepties.
Le terme holocauste, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne fut pas forgé au sortir de la IIe Guerre mondiale mais existait bien avant. Nous en donnerons une définition tirée d’un dictionnaire, l’édition du Larousse Illustré de 1928‑32, à une époque donc, où cette prétendue catastrophe n’avait pas encore eu lieu. La voici :

“ holocauste n.m. (du grec holokaustos de holos, entier, et kaustos, brûlé)
combustion complète)( sacrifice religieux où la victime était entièrement consumée par le feu (s’est dit surtout chez les Juifs). (le soulignement est le mien)
Fig. Offrande entière et généreuse, sacrifice.
Encycl. Sous sa forme originelle en hébreu (ôlam, kâlil), ce mot signifie « anéantissement par le feu ». Le rit de l’holocauste était très solennel et le Lévitique (i, vi) le décrit minutieusement. La victime devait être un animal mâle, et sans tache. Le prêtre, avoir l’avoir sacrifiée, arrosait l’autel d’airain de son sang, et jetait dans les flammes ses chairs et ses entrailles. Chaque matin dans le temple de Jérusalem, un holocauste ouvrait la série des sacrifices, et, chaque soir, un second la fermait. Aux jours des grandes fêtes, le nombre des victimes offertes en holocauste était considérable.
Les Assyriens et autres peuples de l’Orient offraient également des holocaustes à leurs dieux. C’est sous cette forme que les grecs sacrifiaient aux divinités infernales. ”

L’Ôlam Kâlil des origines, qui s’est vu se moderniser en Holocauste et en Shoah par la suite avec les officiants cette fois passés victimes, a donc subi pour ainsi dire une inversion des pôles quant à sa véritable teneur, où la communauté juive s’est fait passer dans ce prétendu massacre hitlérien pour les plus grands suppliciés de l’Histoire. Le lecteur sera ainsi amené dans cet ouvrage à retrouver le décor à l’endroit et se forger sa propre opinion.


Sigismond_Malo_Lilak.jpg


INTRODUCTION

« On peut mentir un temps à tout le monde, On peut mentir tout le temps à une partie du monde, mais on ne peut pas mentir tout le temps à tout le monde. »

Il est assez bien connu qu’une société basée sur le mensonge et la corruption ne peut durer éternellement car celle-ci se mettra tôt ou tard à vaciller sur des fondations de plus en plus branlantes du fait même de la prise de conscience croissante des populations, pour finir par s’auto-détruire complètement, soit par implosion, par explosion ou ces deux formes combinées. Cette prise de conscience croissante commencera logiquement avec les individus les plus clairvoyants qui, selon leur capacité d’agir et d’influencer autrui, pourra dès lors se répandre par contagion afin que les masses justement soient mises de plus en plus au fait de ce qui était maintenu dans l’ombre. Il va sans dire que nombre de ces lanceurs d’alerte furent mis au ban de la société et ce, d’autant plus que leur position hiérarchique et par voie de conséquence d’influence donc, fut élevée. Toutes les méthodes furent alors employées afin de réduire ces indésirables au silence (assassinat, disparition, suicide provoqué, ostracisme, diffamation, condamnation (...)
Mais voilà qu’à l’ère des médias électroniques, de plus en plus de citoyens peuvent découvrir maintenant ce qui aurait été impossible il y a quelques décennies, grâce notamment à des documents d’importance capitale (comme celles des archives fédérales de Coblence que nous verrons en détail) et bien-sûr à de véritables historiens et chercheurs dont le travail sans relâche en vue de faire triompher la Vérité depuis tout ce temps devrait être cité en exemple. Des spécialistes s’étant donné la peine d’enquêter sur place, de collecter autant de documents et de témoignages que possible, dont certains durent le payer de leur vie ou d’une autre manière, et à qui nous rendons hommage ici. Des témoignages recueillis donc directement à partir de faits vérifiables et non pas sortis d’esprits névropathes et hystériques enclins à toutes formes d’affabulations et de folie imaginaire, celles-là même qui composent encore l’essentiel des « preuves » officielles, ces soi-disant preuves qui permettent encore aujourd’hui à ces esprits malades de se déchaîner sur un peuple, que ce soit au niveau des lois, des réparations de guerre, d’une discrimination impressionnante et d’une accusation de tous les maux notamment grâce à la magie hollywoodienne, et ce, plus de soixante-dix ans après les faits supposés. C’est déjà donner une petite idée du niveau d’obsession maladive de ces esprits tortueux à l’encontre d’un peuple catalogué ainsi de terrible menace pour l’Humanité et les droits de l’Homme. Déjà, pendant la guerre, des hommes politiques et écrivains avaient planifié leur destruction totale avec toutes sortes de calculs inimaginables (qu’on passera en revue dans le second panorama) dont on se demande comment il est possible de considérer les propos d’êtres aussi dégénérés comme paroles d’Evangile. Pourtant, rien ne fut porté à l’atteinte de telles personnes ni à celles des véritables bourreaux de certains camps de concentration vers la fin du conflit, occupés alors par les vaincus et gérés par les vainqueurs. Lorsque des tentatives de ce genre, avec preuves à l’appui, furent faites, comme par exemple celle de demande d’extradition de l’ancien commandant du camp d’extermination de Zgoda-Schwientochlowitz en Pologne en 1945, le Juif Salomon Morel, aux fins d’inculpation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en 1996 puis en décembre 2003 par le tribunal de Katowice qui avait lancé un mandat d’arrêt contre lui, tout cela fut en vain vu que notre commandant s’était réfugié en Israël en 1992, l’année même où il fut entendu une seule fois par la justice suite à une enquête officielle lancée après une investigation au sujet de cet infâme camp polonais. En effet, les autorités israéliennes avaient refusé cette extradition pour motif de prescription car selon elles et d’après Sepp Jendryschik (dont nous aurons l’occasion de reparler beaucoup dans le deuxième panorama), dont le père mourut en 1945 justement dans ce camp, « Morel pourrait être accusé tout au plus de lésions corporelles ». Cette affaire peut d’ores et déjà être close vu que celui qui avait pour nom de guerre chez les partisans juifs, meshugganer, signifiant « maboul », décéda en Israël en 2007 à l’âge de 87 ans et sans aucun doute paisiblement.
Plus de soixante-dix ans donc après ce drame mondial, nous pouvons encore constater l’état de léthargie dans lequel semblent se complaire bon nombre de gouvernements et organismes publics en ce qui a trait à la révélation de ce qui demeure enfoui dans des salles d’archives, des associations de réfugiés ou encore de revues à faible tirage créées par de véritables témoins et victimes ou proches de victimes de cet autre drame du XXe siècle. Bien entendu, ces mêmes gouvernements et organismes publics étant à la solde directe ou indirecte de ceux-là mêmes qui écrivent, font écrire ou supervisent les manuels scolaires ainsi que tout ce qui concerne l’histoire officielle au-travers de magazines à grand tirage, reportages et j’en passe, nous en conviendrons que rien de tout cela n’est en somme surprenant.
C’est dans un tel contexte que certains historiens et puristes en la matière, ayant constaté la teneur incohérente ainsi que moult contradictions de tout cet étalage de « preuves » abracadabrantes à propos de l’histoire relative à la Seconde Guerre mondiale, se sont lancés dans des travaux de recherche foncière aux fins de collecte justement de données difficilement accessibles mais ô combien précieuses, que les grands pontes du politiquement et du socialement corrects s’efforcent de garder cachées, c’est-à-dire celles n’ayant pas encore fait les frais d’un autodafé ou autre destruction. C’est ainsi que le terme révisionniste comme d’autres vocables tels que racisme ou Apartheid devint lui aussi « à la mode » pour se voir connoté négativement par toute la clique des bien-pensants, résolus à mener coûte que coûte la guerre aux « fauteurs de trouble » et autres marginaux. Nous eûmes droit récemment d’ailleurs à un exemple du « chemin à suivre » avec le trépas du « champion » de la lutte contre l’Apartheid, le « grand » Nelson Mandela, ce révolutionnaire « au service des droits de l’homme et de la paix » qui s’est vu recevoir un véritable culte de la personnalité aux quatre coins du globe. En Afrikaans, Apartheid signifie à l’origine « séparation » et s’est vu par la suite imposé une définition plus « conforme » comme « discrimination » ou encore « ségrégation », illustrant mieux l’état d’esprit contemporain. Il faut savoir justement que cette « séparation » qui avait été imposée, avait pris une tournure réaliste dans les années soixante par le Premier ministre de l’époque, Hendrik Verwoerd ; en effet, celui-ci avait tenu compte des différences énormes de culture, de race et autres entre les diverses communautés composant la population sud-africaine, voyant que le mélange d’autant d’ethnies sur un même territoire ne pouvait aboutir à rien de solide et de fructueux. Sa politique considérait donc ces divergences et permettait une partition du pays où lesdites communautés pouvaient avoir leur propre autonomie. Tout cela fut critiqué de vive voix bien-sûr alors qu’une telle politique aurait permis une cohabitation sans doute exemplaire d’autant de peuples différents. C’est encore une fois au nom des droits de l’homme et de la sacro-sainte liberté que ce Premier ministre sud-africain dut disparaître (le 6 septembre 1966 !) afin de laisser la place à quelque remplaçant davantage enclin aux « valeurs démocratiques ». L’exemple de ce pays austral ne vient pas se greffer ici par hasard vu que nous aurons l’occasion, dans le dernier panorama, de mettre en relief un personnage justement natif de cette contrée et dont les révélations croiseront à merveille le chemin de notre pèlerinage.
Pour en revenir donc au sujet qui nous intéresse, nous avons aujourd’hui des antirévisionnistes qui, eux-aussi, sont bien décidés à faire rentrer dans les rangs les quelques brebis ayant osé s’écarter du troupeau. Mettons alors bien les points sur les « i » ici : le terme révisionnisme cherche, comme son nom l’indique, à faire une révision de tout ce qui a pu être rapporté, ici en l’occurrence historiquement, afin d’écarter tout ce qui peut relever du mythe, de la fable et du tabou (généralement créés par les vainqueurs) et d’en dégager une vérité aussi objective que possible. C’est ainsi que l’Histoire est et devrait être logiquement révisionniste, faute de quoi, ce ne serait pas de l’Histoire. Certains avaient d’ailleurs mis en opposition Hérodote qui semblait mêler mythes, légendes et vérités à Thucydide qui s’efforçait de retirer toute part de merveilleux des événements afin d’en extraire quelque chose de cohérent. Bien entendu, les virtuoses du retournement à 180° s’en sont donné à coeur joie afin que, pour les masses, ce qui est vrai passe pour être faux et vice-versa, au même titre que la laideur passera pour belle et le dégénéré mental pour un saint. Nous aurons donc l’occasion de passer en revue dans ce livre les travaux de certains de ces anticonformistes qui, grâce à leur courage, leur ténacité et surtout leur probité intellectuelle, nous permettent d’avancer à grandes enjambées sur le chemin de la Vérité historique qui nous intéresse ici et donc d’élargir le champ de vision de tout un chacun à d’autres domaines connexes ou non.

Le lecteur (re)découvrira d’abord tout un pan de la partie conventionnelle des événements tragiques de la Seconde Guerre mondiale, celle qui bien-sûr est toujours enseignée dans nos bonnes vieilles écoles et semée aux quatre vents, avec quelques morceaux choisis de « témoins oculaires et de survivants de l’Holocauste », un pan donc politiquement correct que nous aurons alors le plaisir de faire voler en éclats lorsque les briques et autres morceaux le constituant seront passés au crible de l’analyse « non-conventionnelle ». C’est seulement après que l’on prendra connaissance de l’identité des vraies victimes de ce conflit au-travers d’un passage en revue de documents qui, heureusement aujourd’hui, gagnent petit à petit en popularité (même si le terme est un peu exagéré). Il nous faudra ensuite essayer de tisser un lien entre des éléments apparemment contradictoires mais en réalité relativement logiques, avec notamment les dessous du Nazisme, pour finir avec une note d’espoir, tirée de certaines visions prophétiques quant à la finalité du monde, ce monde en chute libre et chaotique dans lequel a plongé l’Humanité, un monde vraiment « à l’envers ».

Il faut noter pour terminer que l’ouvrage que vous vous apprêtez à lire est relativement dense, raison pour laquelle celui- ci est abondamment illustré aux fins d’aération du texte (et de l’esprit !). Précisons ici que les grands bonimenteurs de l’Holocauste utilisent évidemment à profusion images et photographies afin de donner un caractère substantiel et « vérifiable » à leurs supputations, raison pour laquelle ils n’hésitèrent pas à en employer de fausses ou d’autres, sans aucun rapport avec le sujet, sachant « qu’une image vaut mille mots ».

Ainsi, par exemple, en montrant la photographie d’un local avec des pommeaux de douche au plafond, accompagnée des commentaires correspondants et surtout en la faisant suivre de la photographie d’une montagne de corps décharnés, sont-ils à peu près assurés de faire avaler la pilule à la majorité des masses de l’existence réelle des chambres à gaz.
En ce qui nous concerne ici en revanche, les reproductions de plans, de photographies ou clichés aériens, de couvertures de livres ou portraits, etc. essaient d’être le plus conformes, adaptées et appropriées que possible au contexte particulier de ce livre (avec des légendes et des nuances parfois ironiques en rapport avec les faits et non pas fonction des lubies et autres délires obsessionnels des défenseurs de la cause holocaustique) et donc, de cet épisode peu glorieux de l’histoire de l’Humanité.
De même, la reproduction de vieilles cartes postales de certains lieux visera à créer un fort contraste entre d’une part, l’impression de paix qui s’en dégage, et les scènes terribles qui s’y déroulèrent par la suite, de l’autre.

L’ouvrage sera composé de 4 panoramas, avec les 3 premiers traitant du passé, et le 4e de l’avenir, avec des petites incursions au présent pour l’ensemble.


Révisionnisme - PDF
Seconde guerre mondiale - PDF
Dresde - PDF


Sigismond_de_la_Chesnaie_Malo_Lilak_Tome_1.jpg







Robert Morse - The detox miracle sourcebook

Sciences - 212 reads

, 17:54

Morse_Robert_The_detox_miracle_sourcebook.jpg


Robert Morse - The detox miracle sourcebook
Raw foods and herbs for complete cellular regeneration
Revitalize every system of your body, maximize the healing power of nature, cleanse toxins, heal the causes of disease


Detox Miracle Sourcebook The only book that is a comprehensive and user-friendly guide to how to totally and completely detoxify the body and effect real healing, and why that is important. Touches on the spiritual dimensions of true health.


Herbalism - PDF
Nutrition - PDF


“You don’t have to accept the ‘death sentence’ offered by other medical systems,” Dr. Morse has told thousands of patients over the years. Since 1972, he has directed a health clinic in Florida, successfully helping people cure themselves of cancer, diabetes, M.S., Crohn’s disease, along with both brain and nerve damage. His “miracle” approach is fully detailed in this comprehensive book.
The cause of illness is poison (acidosis), i.e., toxins from our food, water and air. No genuine healing can proceed in such a toxified environment. Morse’s system is to treat the cause of illness, not the symptoms ! The Detox Miracle Sourcebook shows you how to use raw foods and herbs as of the primary means of detoxification, healing, and ultimate regeneration of weak or diseased cells. This book is called a “sourcebook” because of the vast reference material it contains. The author presents a complete overview of every bodily system and every organ. He details the causes of “breakdown” in each system and recommends natural means – raw foods and herbs -- for cleansing, and then strengthening of each part. Comprehensive charts and tables specify the sources for and uses of vitamins, major minerals, trace minerals, cell salts, herbs, fruits and vegetables, essential oils, phytochemicals.
His chapters on what to expect as you detoxify are especially valuable. Morse describes the natural “side effects” (from the mild to the extreme) of releasing toxins from the body. He explains in commonsense terms how to encourage this “healing crisis” while at the same time maintaining overall balance in the body. He also offers dramatic accounts of how his own patients have healed themselves of chronic and acute conditions by using these methods.
Two detox “miracle” diets are offered as the core of his natural cleansing system. He offers suggestions for the use of fresh juices, recipes for raw foods and a selection of cooked dishes that will gently ease even the timid into the process.
Other outstanding features include: lists of the toxic chemicals commonly found in foods, air, water; a massive glossary of medical and nutritional terms; a Resource Guide for where and how to acquire healthy foods, oils, bodycare products, educational materials, etc.; an extensive Bibliography.







Henry Ford - The international jew - Audiobook

jewelry - 213 reads

, 08:30

Henry_Ford_Audiobook.jpg


Compressed Audiobook edition of The International Jew, by Henry Ford.
The International Jew is a four volume set of booklets or pamphlets published and distributed in the early 1920s by Henry Ford, an American industrialist and automobile manufacturer.

In Spring 1920, Ford made his personal newspaper, The Dearborn Independent, chronicle what he considered the "Jewish menace". Every week for 91 issues, the paper exposed some sort of Jewish-inspired evil major story in a headline. The most popular and aggressive stories were then chosen to be reprinted into four volumes called The International Jew.
It is to be distinguished from The International Jew : The World's Problem which was the headline in The Dearborn Independent and is the name of a collection of articles serialized in The Dearborn Independent.


Henry Ford - The international jew - Audiobook - Archive.org



Volume 1 : The International Jew : The World's Foremost Problem (1920)

Chapters
01 - The Jew in Character and Business
02 - Germany's Reaction Against the Jew
03 - Jewish History in the United States
04 - The Jewish Question—Fact or Fancy ?
05 - Anti-Semitism—Will It Appear in the U.S. ?
06 - Jewish Question Breaks Into the Magazines
07 - Arthur Brisbane Leaps to the Help of Jewry
08 - Does a Definite Jewish World Program Exist ?
09 - The Historic Basis of Jewish Imperialism
10 - An Introduction to the "Jewish Protocols"
11 - "Jewish" Estimate of Gentile Human Nature
12 - "Jewish Protocols" Claim Partial Fulfillment
13 - "Jewish" Plan to Split Society by "Ideas"
14 - Did the Jews Foresee the World War ?
15 - Is the Jewish "Kahal" the Modern "Soviet" ?
16 - How the "Jewish Question" Touches the Farm
17 - Does Jewish Power Control the World Press ?
18 - Does This Explain Jewish Political Power ?
19 - The All-Jewish Mark on "Red Russia"
20 - Jewish Testimony in Favor of Bolshevism


Volume 2: Jewish Activities in the United States (1921)

Chapters
01 - How Jews in the U.S. Conceal Their Strength
02 - Jewish Testimony on "Are Jews a Nation ?"
03 - Jew Versus Non-Jew in New York Finance
04 - The High and Low of Jewish Money Power
05 - "Disraeli of America"—A Jew of Super-Power
06 - The Scope of Jewish Dictatorship in the U.S.
07 - Jewish Copper Kings Reap Rich War-Profits
08 - Jewish Control of the American Theater
09 - The Rise of the First Jewish Theatrical Trust
10 - How Jews Capitalized a Protest Against Jews
11 - The Jewish Aspect of the "Movie" Problem
12 - Jewish Supremacy in Motion Picture World
13 - Rule of the Jewish Kehillah Grips New York
14 - The Jewish Demand for "Rights" in America
15 - "Jewish Rights" Clash With American Rights
16 - "Jewish Rights" to Put Studies Out of Schools
17 - Disraeli—British Premier, Portrays the Jews
18 - Taft Once Tried to Resist Jews—and Failed
19 - When Editors Were Independent of the Jews
20 - Why the Jews Dislike the Morgenthau Report
21 - Jews Use the Peace Conference to Bind Poland


Volume 3: Jewish Influence in American Life (1921)

Chapters
01 - The Jews and the "Religious Persecution" Cry
02 - Are the Jews Victims or Persecutors ?
03 - Jewish Gamblers Corrupt American Baseball
04 - Jewish Degradation of American Baseball
05 - Jewish Jazz Becomes Our National Music
06 - How the Jewish Song Trust Makes You Sing
07 - Jewish Hot-Beds of Bolshevism in the U.S.
08 - Jew Trades Link With World Revolutionaries
09 - Will Jewish Zionism Bring Armageddon ?
10 - How the Jews Use Power—By an Eyewitness
11 - How Jews Ruled and Ruined Tammany Hall
12 - Jew Wires Direct Tammany's Gentile Puppets
13 - B'nai B'rith Leader Discusses the Jews
14 - Dr. Levy, a Jew, Admits His People's Error
15 - Jewish Idea in American Monetary Affairs
16 - Jewish Idea Molded Federal Reserve Plan
17 - Jewish Idea of Central Bank for America
18 - How Jewish International Finance Functions
19 - Jewish Power and America's Money Famine


Volume 4: Aspects of Jewish Power in the United States (1922)

Chapters
01 - How Jews Gained American Liquor Control
02 - Gigantic Jewish Liquor Trust and Its Career
03 - The Jewish Element in Bootlegging Evil
04 - Angles of Jewish Influence in American Life
05 - The Jews' Complaint Against "Americanism"
06 - The Jewish Associates of Benedict Arnold
07 - Benedict Arnold and Jewish Aid in Shady Deal
08 - Arnold and His Jewish Aids at West Point
09 - The Gentle Art of Changing Jewish Names
10 - Jewish "Kol Nidre" and "Eli, Eli" Explained
11 - Jews as New York Magistrates See Them
12 - Jews Are Silent, the National Voice Is Heard
13 - What Jews Attempted When they Had Power
14 - The Jewish Question in Current Testimony
15 - America's Jewish Enigma—Louis Marshall
16 - The Economic Plans of International Jews
17 - A Jew Sees His People As Others See Them
18 - Candid Address to Jews on the Jewish Problem
19 - An Address to "Gentiles" on the Jewish Problem


Henry Ford - PDF
Henry Ford - The international jew
Henry Ford - Der internationale jude
Henry Ford - El judío internacional
Henry Ford - O Judeu Internacional
Henry Ford - Le juif international





Vanguard_News_Network.jpgVanguard Audio Books - Alex Linder
www.alexlinder.com

Vanguard News Network - Audio Book
VNN Forum - The massive
Vanguard News Network - No jews Just right

Aldebaran Video - Audio Book



Audiobook concept







Traian Romanescu - Traición a occidente

jewelry - 189 reads

, 14:53

Romanescu_Traian_Vasiliu_Traicion_a_occidente.jpg


Traian Romanescu - Traición a occidente

traian_romanescu.jpgTraian Vasiliu Romanescu (Gheorgheni, Rumania, 4 de septiembre de 1914 - Comodoro Rivadavia, Argentina, 3 de enero de 2007) es el seudónimo de un intelectual rumano que denunció la existencia de la conspiración Judeo-Masónico-Comunista-Internacional.

A causa de ello fue perseguido y obligado a permanecer en la semi-clandestinidad durante la mayor parte de su vida.





Traición a occidente

En faveur du communisme, l'Occident trahit la franc-maçonnerie et l'ensemble du monde libre. Cette vérité, sans aucun doute, doit être connue de tous ceux qui aiment la liberté et sont prêts à le défendre.

Sous la direction de la communauté juive internationale, qui est une maçonnerie instrument, la trahison fonctionne systématiquement. Avec il était possible révolution communiste en Russie, et après la Seconde Guerre mondiale, a conduit à l'expansion de l'empire bolchevique.

À l'heure actuelle, le clan suprême judeomasónico appelé `pacífica` favorise la coexistence, pour laisser le temps de renforcer le monstre eurasienne. L'objectif est que le bloc soviétique enchâssée asservissement total des centaines de millions d'hommes et dépasse le monde libre dans la force économique et militaire pour étendre sa patte sur les gens qui sont encore hors de son orbite, et sera livré dans le bac traîtres tapi dans tous les pays du monde occidental.


Traian Romanescu - PDF
Amos y esclavos del siglo XX
Subversión internacional
La gran conspiración judía

Traian Romanescu - Biografía







- page 1 of 203