WAWA CONSPI - Blog



mercredi, décembre 17 2014

L’or en rouble… Une leçon pour tous les épargnants en cas de chute d’une monnaie

rouble_crise.png

« L’or en rouble… Une leçon pour tous les épargnants en cas de chute d’une monnaie !! »


Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Mon Dieu qu’une monnaie peut vite s’effondrer ! La Russie n’est pas un petit pays. La Russie a une grande histoire et la Russie d’aujourd’hui est infiniment plus moderne et développée que celle qui est restée dans l’imaginaire de beaucoup après la chute du mur de Berlin et 70 années d’expérience communiste en grande partie ratée.

Le peuple russe est un peuple très bien formé, très cultivé, avec de nombreuses technologies de pointe, en particulier militaires. Se dire que l’effondrement de la monnaie russe auquel nous assistons aujourd’hui est impossible chez nous, pour nous, que l’euro, notre euro est irréversible est aussi stupide que de croire que ce qui arrive aux Grecs (l’austérité) n’est pas en route dans tous les autres pays européens membres de la zone euro et en France également !
Un effondrement de plus de 50 % de la valeur du rouble en moins d’un an !!

Comme nous l’apprend cet article de France Info, « les Russes regardent leur rouble s’effondrer. La devise russe a perdu 10 % lundi et 20 % mardi. Il s’agit de sa plus forte baisse depuis la crise financière russe de 1998, qui a profondément marqué les esprits. Cette nouvelle chute porte à plus de 50 % sa baisse face au dollar depuis le début de l’année. L’euro a dépassé le seuil inimaginable de 100 roubles et le dollar 80 roubles.

Face à la situation, hors contrôle, la banque de Russie a annoncé dans la nuit une hausse de 6,5 points de son taux directeur à 17 %, contre 10,5 % auparavant et 5,5 % au début de l’année. La situation est « critique » a ajouté la banque centrale dans l’après-midi, annonçant de nouvelles mesures à venir. « La banque centrale va avoir beaucoup de mal à stabiliser le rouble tant que la forte baisse des cours du pétrole continuera, donc cette hausse de taux très offensive pourrait ne pas suffire », estimait Vladimir Miklachevski, économiste de Danske Bank ».

En moins d’un an, les taux d’intérêts, bas pour les Russes, à 5,5 % sont passés à 17 %. La monnaie a perdu 50 % de son « pouvoir d’achat ». Il s’agit là de variations dramatiques et également d’une véritable attaque organisée en grande partie par la finance anglo-saxonne contre la Russie qui pourrait fort bien finir par dégénérer en déclenchant une avalanche de contre-mesures économiques russes, mais tel n’est pas le sujet de mon édito aujourd’hui.

Le sujet que je voulais traiter à travers l’exemple de la crise russe c’est la vitesse potentielle d’un effondrement monétaire et évidemment, le comportement de l’or dans ce cas.

Il y a un an, il fallait 30 roubles pour un dollar. Aujourd’hui, il en faut 80 ! C’est donc un appauvrissement majeur pour les épargnants russes.
Le rouble s’effondre et l’or s’envole !

Le graphique qui illustre cet édito est le graphique de l’évolution des cours de l’or exprimés en roubles depuis le début de l’année et, au fur et à mesure que le rouble s’effondre, l’or s’envole. Pourtant, celui qui regarde les cours de l’or depuis Paris en dollars pense qu’il baisse (il devrait en plus les regarder en euro, vu qu’ici nous utilisons des euros et pas des dollars pour notre vie quotidienne, et se rendrait compte qu’en euro l’or ne baisse que de très peu et reste même très stable). Mais de Moscou et d’ailleurs en Russie (c’est aussi valable au Japon), je peux vous assurer que la perspective sur l’or est radicalement différente. L’or, là-bas, s’envole littéralement et évolue de façon inversement proportionnel à la chute des devises concernées (yen ou rouble).

Il y a un an, il fallait 32 000 roubles pour une once d’or et hier, au plus haut de la journée, nous sommes montés à 94 820 roubles pour une once d’or pour clôturer aux environs de 87 000 roubles.

La leçon que vous devez retenir en tant qu’épargnant, et en particulier dans le cas d’un scénario d’attaque des marchés sur l’euro afin de tester la détermination de la BCE et la volonté de l’Allemagne de « sauver » l’euro à tout prix y compris au prix d’une impression monétaire importante, c’est que l’or ne vous enrichira pas comme il n’enrichit actuellement pas fondamentalement les Russes. Non, l’or protège la valeur de votre monnaie. L’or s’apprécie autant que la monnaie baisse, l’or protège votre pouvoir d’achat, il est par nature la monnaie. Il est par nature la valeur refuge. L’or ne se triche pas, l’or stocke la valeur sur de longues périodes et permet d’amortir considérablement les chocs monétaires réguliers intrinsèques aux monnaies papiers et aux spéculations de marché.

L’épargnant russe qui, au moment où nous parlons, est détenteur d’or et a su couvrir ses actifs monétaires avec une enveloppe suffisamment importante d’or physique peut regarder non pas avec plaisir sa monnaie s’effondrer (on n’est jamais heureux dans ces cas-là) mais peut garder une relative sérénité par rapport à la stabilité de son patrimoine et de son pouvoir d’achat. Il est dans une situation nettement meilleure que celui qui ne détient que de la monnaie à la banque ou des actions en Bourse qui dévissent depuis plusieurs semaines. L’épargnant qui n’a que des actifs financiers classiques du type épargne, action, obligation est en train de boire le bouillon sur tous les fronts et seul l’or lui assure de la stabilité.

Je ne saurais donc que trop vous inviter à méditer très sérieusement sur ce qu’il se passe en Russie, à savoir un accident monétaire majeur auquel vous assistez en direct. Vous pouvez y voir le comportement de l’or en temps réel et voir qu’il joue pleinement son rôle lorsque l’on retraite tout cela des effets de change liés à sa cotation en dollars. Évidemment, nous savons tous que cela n’arrive qu’aux autres et que nous n’avons rien à craindre puisque la « trajectoire » est bonne et que notre gouvernement garde le « cap ». Nous ne craignons rien, même pas la retraite finalement à 64 ans en attendant plus ou encore même une baisse des pensions désormais évoquée sans la moindre gêne. Mais nous ne pourrons pas payer des retraites aussi élevées pour des retraités aussi nombreux, même en allongeant la durée de cotisation de deux ans, alors que bien sûr le nombre de cotisants au système s’effondre à la même vitesse que l’emploi et que le nombre de chômeurs s’envole. Évidemment, tout se passera bien, nos mamamouchis voient la croissance partout, mais pas nous. Qu’importe, tout ira bien puisque l’on veut vous vendre le fait que tout ira bien.

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT


« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.



Les prophéties de Nicolaas Van Rensburg
Maria Orsic est de retour
Survie sur Aryana Libris

lundi, décembre 15 2014

Jacques Grimault - La révélation des pyramides et autres secrets - Meta TV

Jacques_Grimault.jpg

Jacques Grimault - La révélation des pyramides et autres secrets - Meta TV

Jacques Grimault auteur de la série "La révélation des pyramides" est invité sur la libre antenne pour nous révéler en profondeur les secrets qu'il a découvert en Égypte.
Il fait le lien avec une histoire de l'humanité qui prendrait ses racines dans une version occultée par la l'historiographie officielle.

www.metatv.org

Jacques Grimault sur Aldebaran Video
La révélation Des Pyramides






dimanche, décembre 14 2014

Esther Vilar - Le sexe polygame Le Droit de l’homme à plusieurs femmes

Esther_Vilar.jpg
Esther Vilar

Le sexe polygame
Le Droit de l’homme à plusieurs femmes
Pour une nouvelle virilité
L'Homme subjugué

The polygamous sex
The manipulated man

O sexo polígamo
O homem domado

Modelo para un nuevo machismo
Las matemáticas de Nina Gluckstein
El varón polígamo
El varón domado

Der dressierte mann
De gedresseerde man


Esther Vilar est née en 1935 à Buenos Aires où ses parents avaient émigré, venant d’Allemagne. Elle a poursuivi à la fois des études de psychologie et de sociologie, et des études médicales. Devenue médecin, elle a par la suite cessé d’exercer. Ses ouvrages, L’Homme subjugué, Le Sexe polygame, Pour une nouvelle virilité, ont obtenu un succès considérable dans le monde entier.

Le Sexe polygame est un livre sur l’amour. Son auteur, Esther Vilar, est une féministe, certes, et même une super féministe... mais à contre-courant !

Pour elle, ce ne sont pas les hommes qui portent la véritable responsabilité des maux dont souffre la condition féminine. Elle accuse les femmes — occupées depuis toujours à manipuler les intentions de l’homme en vue d’en tirer le maximum de profit. L’amour, en effet, repose sur deux instincts : sexualité et protection. L’instinct sexuel est satisfait par un « partenaire sexuel », l’instinct de protection par un « objet à protéger ».
Or, ces deux satisfactions étant incompatibles, la femme a opté pour le rôle d’objet à protéger, elle s’est faite femme enfant par opportunisme, pour obtenir de l’homme, devenu « père nourricier », la protection matérielle à laquelle elle aspire. Imparfaite dès lors en tant que partenaire sexuelle, elle amène l’homme à chercher toujours ailleurs — de femme en femme... — ce qu’il ne trouve pas sous son propre toit.

Pamphlet cinglant, d’une humeur impitoyable, Le Sexe polygame retrouve les causes profondes du sous-développement du « deuxième sexe », et celles de la polygamie du « sexe fort ». En persuadant les femmes que la barbarie en amour a fait son temps, en remettant enfin d’aplomb leurs idées sur la condition féminine, il les incitera peut-être à sortir de l’esclavage.


A lire ou relire : Tu pues la France

Esther Vilar - Interview 1975 - English
Esther Vilar - Interview 1975 - German


Vilar_The_manipulated_man.jpg

vendredi, décembre 12 2014

Die van Rensburg Prophezeiungen

Deutschland Erwacht - Teil 1 Die van Rensburg Prophezeiungen
Deutschland Erwacht - Teil 2 Weltkrieg und Das goldene Zeitalter
Deutschland Erwacht - Teil 3 Im Flugscheiben-Wunderland

Willie Martin - Van Rensburg Nicolaas - 2011
Les prophéties de Seer Nicolaas van Rensburg
Seer Nicolaas van Rensburg et Sainte Hildegarde de Bingen



Un vrai prophète ? Le cas Nicolaas Van Rensburg

nicolaas-van-rensburg.jpgNikolaas Van Rensburg est né le 30 août 1864 sur une ferme près de Wolmaranstad en Afrique du Sud (AS) et il est mort en 1926.
À l' age de 7 ans, il ne va que pour 20 jours à l' école car son père en a besoin pour son travail à la ferme. Il apprendra l' écriture par la Bible avec l' aide de sa mère.
Ce sera le seul livre qu' il lira tout au long de sa vie durant 55 ans.

C' est vers 7 ans que se développent ses dons de voyance. Dès 1914, il prédit qu'à la fin de la 1ère guerre mondiale, une terrible épidémie tuera plus d'humains que la guerre elle même (grippe espagnole).

En raison de ce don, il aidera en 1899 et plus tard aussi les généraux boers (blancs d'Afrique du sud originaires de Pays-Bas) à mener une excellente stratégie devant les britanniques, dans ce que l’on a appelé « la guerre des boers de 1899 à 1902 » , « les britanniques étant bien supérieurs en nombres » et cela, en voyant le déplacement de leurs troupes et en évitant ainsi leurs pièges. Il sera dit de lui qu'il est l'un des personnages les plus importants de cette époque historique (1900).

Bien que participant à presque toutes les actions, jamais il n'utilisera une arme contre l'ennemi (britannique), son rôle étant plus celui d'un conseiller et pour la troupe, de réparateur d'âmes.

Il sera très apprécié mais verra aussi la défaite des boers au cours de cette phase ce qui lui vaudra des ressentiments de certains politiciens. C'est au cours de cette révolte (1900) que les dons de voyance de Van Rensburg atteindront leur paroxisme.

1 - Il voit les camps de concentration britanniques en Afrique du Sud où mourront plus de 26,000 civils boers, de faim, de soif, d'épuisement et de maladies.

2 - Ainsi, il prédit non seulement pour l'Afrique du Sud mais aussi pour l'Europe.

3 - Il voit la 1ère Guerre Mondiale avec l' Allemagne qui la perdrait.

4 - Il voit l'utilisation des U Boot (sous-marins allemands).

5 - La monté et la chute du communisme.

6 - L' indépendance de l'Irlande, de l'Inde, de l'Afrique du Sud,

7 - Il voit une Allemagne militariste mais dont il n'invoque aucune responsabilité principale de cela à la 2ème Guerre Mondiale.

8 - Il voit aussi la nouvelle défaite allemande ainsi que les bombardements des villes allemandes et les massacres de populations dont il rend l'Angleterre principalement responsable (Dresden etc…).

9 - Il voit le tribunal de Nuremberg et les exécutions des principaux dirigeants allemands.

10 - Le partage de l'Allemagne.

11 - La constitution de l'ONU.

12 - La constitution de l'Union Européenne.

13 - Le Nouvel Ordre Mondial.

14 - Il voit l’église catholique traîtresse.

15 - Il voit Tchernobyl.

16 - Il voit la chute du mur de Berlin.

17 - La réunification allemande.

18 - Le meurtre de Diana.

19 - Les guerres du Golf 1 et 2.

20 - L’élection d'Angela Merkel (1ère femme chancelière allemande).

21 - Il voit aussi la fin de l' Apartheid et le gouvernement noir de Nelson Mandela, etc...

Après les prophéties déjà réalisées, ici maintenant, les prophéties non encore accomplies et ce, le plus en ordre possible. (cet article est issu d'une source datant de 2006, d'autres faits ont eu lieu depuis ! - j'y est mis un * (YH)

1 - Le flux grandissant des étrangers en Europe, qui va provoquer des conflits entre les autochtones et les immigrants. (* - problèmes immigrations en Italie, France, Allemagne-Autriche, Royaume-Unis)
2 - Une terrible guerre en Afrique, qui va empirer.
3 - Un formidable crash économique mondial. (* prévu depuis 2001 (minimum) et en cours depuis 2007)
4 - La guerre civile dans tous les pays d'Europe. Avec une misère incroyable.
5 - La destruction du Japon par un tremblement de terre. (* catastrophe de 2011 - toujours en cours et non résolue - Fukushima)
6 - L'assassinat d'un dirigeant communiste en dehors d'un grand bâtiment.
7 - La 3ème Guerre Mondiale qui se passera très rapidement et comme suit :

A - Au début au Printemps, départ de la Russie. La guerre est rapide et extrêmement destructrice. (Ici une alerte avec les événements de fin hiver-printemps 2014)
B - Les troupes US et britanniques sont annihilées en Europe. Les USA se retirent.
C - Les Russes atteignent la frontière espagnole, écrasant les troupes françaises au passage.
D - Les Anglais trahissent le pacte avec les USA en collaborant avec les Russes.
E - Les USA reconnaissent la trahison et attaquent les Britanniques au Proche- Orient.
F - Les Russes attaquent par la Turquie et aussi l'Irak.
G - De terribles combats auront aussi lieu en Israël et en Syrie. Utilisation d'armes de destructions massives dont des bombe-sa.
H - Après avoir atteint la frontière espagnole, le monde entier pensera que les Russes ne peuvent plus être arrêtés.
I - C'est là qu'apparaît une puissance allemande inconnue de nos jours (Vril-Gesellschaft ou Schwarze Sonne ?), utilisant des armes secrètes formidables mettant un terme à la suprématie russe. Ces armes sont un développement direct d'armes secrètes allemandes datant de la fin de la 2ème Guerre Mondiale et utilisées par une «autre Allemagne secrète», qui les mit au point.
J - Les USA se joignent à ces Allemands et bombardent l'Angleterre. Aucun abri ne pourra résister à leurs bombes.
K - Après avoir gagné la guerre en Europe, les Allemands passent à l'Afrique où ils rétablissent l'ordre et permettent la constitution d'un état Boer.
L - Au même moment un homme fort et juste prend la direction de l'Allemagne.
M - Après cette guerre, certains pays en Europe et surtout à l'Est sont quasiment annihilés.

8 - Après tout cela, La Russie, la France, Israël, les USA, mais surtout l'Angleterre ne jouent quasiment plus aucun rôle.
9 - L' Angleterre et les Juifs, dont les manigances des deux première guerres mondiales seront dévoilées et jugées.
10 - Les Anglais sont chassés par ces Allemands mais aussi par les autres nations (par exemple, l'Irlande) de partout et ne seront plus, nulle part, en sécurité.
11 - Le pays Boer (Afrique du Sud) devient très fort économiquement et beaucoup d'états africains s'y joignent. Il devient aussi un pays très religieux (ou spirituel) mais pas fanatique.
12 - L'anglais, en tant que langue disparaît presque complètement.
13 - Beaucoup d'Européens émigrent en Afrique du Sud.
14 - L'Allemagne devient LA puissance mondiale et est respectée de tous.
15 - L' Écologie devient une priorité.

Van Rensburg déclara au sujet de la puissance secrète allemande qu'il ne devait pas en dire plus. Qui a dit, à l'époque - vers 1900 -, à Van Rensburg, de ne pas en dire plus et pourquoi ?
Voyage dans le temps par cette puissance ou Loi divine et impérative ? Curieusement ces visions coïncident avec celle des voyants Waldviertel, d'Aloïs Irlemaier et de la grande Hildegarde von Biggen). Dans les livres, on y voit aussi que :

16 - Le rôle de la Chine y est également présenté.
17 - Il y a un chapitre spécial sur les sept calamités touchant l'Angleterre, décrites en détail.
24 - Un formidable Tsunami en Asie.
18 - La destruction totale de New York à la suite d'une catastrophe naturelle.
19 - Et finalement, l’arrivée d'une énorme Comète apportant la Paix sur Terre avec elle.

Il dit que tous ces événements à venir auront, entre autres, comme signal de départ la mort du premier président noir élu en Afrique du Sud (Nelson Mandela, décédé le 05-12-2013), et que celui-ci ou Thabo Mbeki mourra de mort violente et que ce sera le signal, après la mort de Mandela (ou de Mbeki), de formidables massacres sur les blancs.

Johannesburg sera le point culminant, mais les noirs se massacreront aussi entre eux, le tout manipulé par des juifs (Kissinger et Compagnie ou Baron de Londres).

En fin de vie, van Rensburg aura de plus en plus de visions sur l'après 2000.

On y apprend des choses sur la situation mondiale :
1 - La montée de l'islamisme en Inde et en Afrique mais aussi un peu partout.
2 - La dégringolade totale des mœurs avec tout ce que l'on sait de la promiscuité sexuelle moderne, de la prostitution, de la pédophilie, etc...
3 - Un certain retour du communisme.
4 - La folie actuelle des Etat-Unis contre l'Orient qui va se terminer à coup de bombes atomiques probablement en Iran (il écrit Turquie mais sous entend l'ancien empire Ottoman du 13eme siècle donc l'Irak et l'Iran).
5 - Un attentat probable atomique, du jamais vu en Angleterre et la liquidation de la couronne et de la reine actuelle par… les teutons (se dit des Allemands).


Le prophète a un peu révélé comment s'est passé pour lui l'apparition subites de ces visions, vers l'âge de 15 ans à priori :

"Van Rensburg et son frère ont été réquisitionnés pour participer à la deuxième guerre anglo-boer du général du Toit. Il a toutefois été désarmé et n'a jamais tiré un coup de feu, mais a prononcé un flux de prophéties qui s'est poursuivie tout au long de la guerre. Il expliquera plus tard qu'un visiteur nocturne l'aurait réveillé un jour seulement avant le déclenchement de la guerre, avec un message disant que son travail était maintenant consacré à Dieu. Après la rencontre, il a été en proie à une peur qui ne se dissipera pas. Lorsque son état ​​perturbé a continué pendant leur séjour à Kimberley, ses supérieurs le renvoyèrent à la maison. Sa vie étant sans relief, il est retourné au siège de Kimberley, où une vision lui a révélé la défaite et les pertes en vies que la guerre apporterait. Peu de temps après, peut-être à Graspan, son état ​​de visionnaire est permanent quand une vision lui révèle peu de temps avant qu'un ami soldat va être blessé à ses côtés. Van Rensburg a ensuite voyagé avec le général Piet Cronje, mais a échappé à l'encerclement par les forces britanniques à Paardeberg. Par la suite il a voyagé avec différents commandos, où un certain nombre de prédictions exactes, servant à éviter les britanniques ou tendre des pièges, apparemment établissent sa réputation.

Un rapport de ses visions attire l'attention du général de la Rey, qui a recruté Van Rensburg pour son commando.

Sa mère s'est aperçue de ses visions même lorsqu'il était un enfant en bas âge, et a remarqué que cela semblait le déranger. Le général Hertzog l'a décrit comme quelqu'un de distrait en permanence par un labyrinthe d'images et de symboles. En tout, quelque 700 visions ont été enregistrées.

La nature de ses visions s'est toujours préoccupée du bien-être de la Boere, des Pays-Bas et de l'Allemagne, et a été vécue par lui comme une imagerie visuelle pouvant être interprétée par la suite. Lorsque l'image de la plante sisal (l'agave) s'est produite dans ses visions, il l'a par exemple interprété comme un présage d'une importante réunion, une assemblée ou le parlement. Il est considéré par certains pour avoir fait beaucoup de prédictions précises d'événements locaux, y compris annonçant la mort de général Koos de la Rey et la transition politique de l'Afrique du Sud après sa propre mort. Parfois ses visions ont également concerné les événements internationaux, dont le début de la Première Guerre mondiale et la montée du communisme. Il était incapable d'interpréter certaines de ses propres visions. Celles-ci, par écrit, sont encore ouvertes à l'interprétation, et considérées par comme se rapportant à des événements futurs.

Le soldat Boer Deneys Reitz a publié des rapports sur la guerre des Boers, qui contiennent un compte rendu objectif et coloré de l'une des prédictions du devin (extraits) :

"... Un prophète, un personnage étrange, avec une longue barbe fleurie et des yeux fanatiques sauvages, qui rêvait des rêves et prétendait posséder des pouvoirs occultes. J'ai personnellement été témoin de l'une des prédictions alors que nous étions rassemblés autour de la corbeille de l'Assemblée générale. Van Rensburg exposait sa dernière vision à un auditoire silencieux. Il a parlé d'un combat entre un taureau noir et un taureau rouge, jusqu'à ce qu'enfin le taureau rouge soit vaincu à ses genoux, se référant à la Grande-Bretagne. Les bras tendus et les yeux en feu, il a soudainement appelé : Regardez ! Qui vient ?, et, levant les yeux, nous avons aperçu un cavalier au lointain s'avancer vers nous. Quand il est arrivé, il a produit une lettre du général Botha, situé à des centaines de miles.

Le Général de la Rey l'a ouverte et a dit : "Les hommes, croyez-moi, le fier ennemi est humilié ". La lettre contenait des nouvelles disant que les Anglais avaient proposé une conférence de paix. " Venant immédiatement après la prophétie, ce fut un moment dramatique et j'ai été impressionné, même si je soupçonne que van Rensburg avait à un certain stade géré la scène. De part la sincérité du général, il ne fait aucun doute qu'il croyait fermement dans les prédictions du devin."


Yves Herbo Traductions, Sciences-F-Histoires, 22-03-2014


nicolaas_van_rensburg.jpg


Whites To Rule South Africa Again ?

Nicolaas Van Rensburg - PDF
Prophétie sur Histoire Ebook
Prophecy on Balder Ex-Libris

mercredi, décembre 10 2014

Soraloscopie - Dr Salim Laïbi - Kontre Kulture PDF

alain_soral_argent.jpg

Les ouvrages de Kontre Kulture au format PDF
Ex-Libris Lenculus

« le droit de propriété intellectuelle vient du droit des lumières, auquel nous sommes opposés »
E&R

Listes des ouvrages au format PDF censurés suite à des plaintes émanants d'Alain Soral :
Sutton Antony Cyril - Wall Street et l'ascension de Hitler
Song Hongbing - La guerre des monnaies
Hillard Pierre - Chroniques du mondialisme
Ratier Emmanuel - Le vrai visage de Manuel Valls
Soral Alain - Sociologie du dragueur
Makow Henry - Illuminati
Mullins Eustace Clarence - Les secrets de la Réserve Fédérale
Soral Alain - La vie d'un vaurien
San Giorgio Piero - Survivre à l'effondrement économique
Soral Alain - Abécédaire de la bêtise ambiante
Soral Alain - Vers la féminisation ?
Soral Alain - Comprendre l'Empire
Soral Alain - Abécédaire de la bêtise ambiante - Extraits
Soral Alain - Misères du Désir
Ratier Emmanuel - Les guerriers d'Israël
Ratier Emmanuel - Mystères et secrets du B'naï B'rith
Ratier Emmanuel - Mystères et secret du B’naï B’rith - Extrait Freud

Listes des ouvrages au format PDF mis à disposition gratuitement sur internet par des bénévoles dont le très lumineux Lenculus, et réédités à prix d'Or par Alain Soral sans avoir à fournir le moindre travail, et clamant le contraire.
Liste non exhaustive :
Reed Douglas - La controverse de Sion
Léon Bloy - Le Salut par les Juifs
Renan Ernest - Qu'est ce qu'une nation
Ford Henry - Le juif international
Bainville Jacques - Histoire de France
Maurras Charles - Enquête sur la monarchie suivie de Une campagne royaliste au "Figaro" et Si le Coup de force est possible
Gustave le Bon - Psychologie des foules
Edouard Drumont - La France juive
Augustin Crampon - La Sainte Bible
Jean-Jacques Rousseau - Textes choisis
Weininger Otto - Sexe et caractère
Hosein Imran Nazar - Jérusalem dans le Coran
Sombart Werner - Les juifs et la vie économique
Talmeyr Maurice - La Franc-Maçonnerie et la Révolution française
Chansonnier étudiant
Bernard Lazare - L'antisémitisme, son histoire et ses causes
Marx Karl - La question Juive
Thoreau Henry David - Walden ou la vie dans les bois
Pierre-Joseph Proudhon - La pornocratie
Abraham Léon - La conception matérialiste de la question juive
Alphonse Toussenel - Les juifs Rois de l'époque
Théodore Kaczynski - La société industrielle et son avenir
André Gaillard - Les racines judaïques de l'antisémitisme
Georges Sorel - Introduction à l'économie moderne
Hans-Joachim Zillmer - L'erreur de Darwin
Ezra Pound - Le travail et l'usure
Pierre Kropotkine - L'entraide Un facteur de l’évolution
Georges Politzer - Principes élémentaires de philosophie
Kadhafi Mouammar - Le Livre Vert
Les Cahiers du Cercle Proudhon


Soraloscopie Episode 4 - Diagnostic intellectuel



Soraloscopie Episode 3 - Diagnostic politique



Soraloscopie Hors-Série



Soraloscopie Episode 2 - Diagnostic financier



Soraloscopie Episode 1 - Diagnostic psychiatrique



Dr Salim Laïbi

lundi, décembre 8 2014

The Majdanek gas chamber myth

majdanek_gas_chamber_myth.jpg


The Majdanek gas chamber myth


The Majdanek gas chamber myth debunks the “Gas Chambers Disguised as Shower Rooms” propaganda coup.

Majdanek was the first major concentration camp liberated by the victorious Allies. Upon capture by the Soviet Union, original propaganda claimed that 2 million were murdered in a “factory of death” which included seven homicidal gas chambers.

However, Majdanek was captured largely intact and a large amount of documentation and physical evidence helps to acquit the Germans of the “Gas Chambers disguised as shower rooms” blood libel.

The original, outrageously inflated propaganda death toll has precipitously dropped, and 5 of the 7 originally alleged “homicidal gas chambers” have been admitted to never have served as homicidal gas chambers.

“The Majdanek Gas Chamber Myth” demolishes the Holocaust exterminationist “Gas Chambers Disguised as Shower Rooms” propaganda hoax and shows how Majdanek is a microcosm of the larger Holocaust Hoax.

Watch THE MAJDANEK GAS CHAMBER MYTH, a new documentary from the filmmaker of THE LAST DAYS OF THE BIG LIE and THE TREBLINKA ARCHAEOLOGY HOAX.


holocausthoaxmuseum.com

Revisionism on Balder Ex-Libris - PDF

The last days of the big lie
The jewish gas chamber hoax
The Treblinka archaeology hoax


dimanche, décembre 7 2014

William Pierce - Le port d’armes en Allemagne, 1928-1945

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img11/Adolf_Hitler_pride.jpg


Le port d’armes en Allemagne, 1928-1945
par le Dr. William Pierce (traduit par Lucien Relith)



Il existe un lieu commun, parmi les défenseurs du second amendement de la constitution américaine, selon lequel le gouvernement national-socialiste de l’Allemagne d’Hitler ne permit pas la possession privée des armes à feu. Les États totalitaires, ont-ils appris dans les cours d’éducation civique de leurs lycées, ne font pas confiance à leurs citoyens et craignent de leur permettre de détenir des armes à feu.
C’est pourquoi on entend souvent dire : « Tu sais, la première chose que les nazis ont faite quand ils sont arrivés au pouvoir, ça a été de rendre le port d’armes illégal » ou « La première chose qu’Hitler a faite en Allemagne, ça a été de confisquer tous les flingues ».

On peut comprendre pourquoi beaucoup de propriétaires d’armes américains veulent croire à cela. Ils voient dans les efforts actuels de leur propre gouvernement pour leur retirer le droit de posséder et de porter des armes la limitation d’un élément essentiel de leur liberté et un pas vers la tyrannie ; ils souhaitent associer ceux qui en veulent à leurs armes à ce qu’il y a de plus négatif. Adolf Hitler a été diabolisé continuellement pendant les 60 dernières années par les mass media américains, et on peut être sûr qu’aucun homme politique, aucun membre du gouvernement ne voudrait être comparé avec lui. Si la campagne en faveur de la confiscation des armes peut être présentée de manière convaincante comme quelque chose qu’Hitler aurait approuvé, alors elle est effectivement néfaste. L’identification avec le national-socialisme de l’inclination à dénier aux citoyens le droit de posséder et de porter des armes a été renforcée récemment par d’astucieuses publicités dans les magazines qui montraient Adolf Hitler le bras tendu pour effectuer un salut romain en dessous du slogan « All in favor of gun-control raise your right hand » Que tous ceux qui sont contre le port d’armes lèvent la main droite. Un groupe Juif, Jews for the preservation of Firearms Ownership (JPFO), assez agité relativement à sa taille, s’est distingué par son zèle à promouvoir l’idée selon laquelle la campagne actuelle contre le port d’armes aux États-Unis avait ses racines dans l’Allemagne hitlérienne. Ce groupe est allé jusqu’à affirmer dans plusieurs articles publiés dans des revues populaires lues par d’enthousiastes partisans du port d’armes, que l’actuelle législation restrictive proposée par le gouvernement américain était modelée sur une loi promulguée par le gouvernement du Troisième Reich : la loi Allemande sur les Armes (Waffengesetz) du 18 Mars 1938.
Là encore, nous pouvons comprendre les intentions du JPFO. Beaucoup de propriétaires d’armes non-Juifs savent bien que le mouvement visant à restreindre leurs droits est dirigé et promu, principalement, par des Juifs, si bien que le sentiment anti-juif a progressé parmi eux. Ils savent que les médiats aux ordres, qui sont à peu près unanimement acquis à la limitation ou à l’abrogation du second amendement, sont largement sous l’influence des Juifs et ils savent que les élus du congrès les plus virulents contre ce dernier sont aussi des Juifs. Il est naturel, pour un groupe comme le JPFO, d’essayer de limiter les dégâts, de tenter d’éviter que le sentiment anti-juif ne devienne encore plus fort parmi les possesseurs d’armes. Leur stratégie consiste à détourner la faute de leurs congénères des médiats et du gouvernement pour la rejeter sur leurs pires ennemis – les nationaux-socialistes – ou en tout cas d’embrouiller suffisamment les faits pour maintenir le public dans la confusion.

Malheureusement pour ceux qui voudraient relier le contrôle des armes avec Hitler et les nationaux-socialistes, tout ce sur quoi se basent leurs efforts est faux. La législation allemande relative aux armes à feu sous Hitler, loin de bannir leur propriété privée, facilita leur possession et leur port en abrogeant ou en améliorant les lois restrictives qui avaient été prises par le précédent gouvernement, qui était de centre-gauche et comptait un certain nombre de Juifs.


William_Luther_Pierce_armes_Allemagne.jpg


Pour plus d'informations
Ouvrages de William Luther Pierce
Vidéos de William Luther Pierce



http://www.the-savoisien.com/blog/public/img11/Adolf_Hitler_autographe.jpg

vendredi, décembre 5 2014

101 Reasons : Liberty Lives in New Hampshire


101 Reasons : Liberty Lives in New Hampshire
Full length film


"101 Reasons: Liberty Lives in New Hampshire" is a documentary adaptation of the Free State Project's list of 101 Reasons to Move to New Hampshire, which was written in 2002 by Michele Dumas.

The FSP is an effort to move 20,000 liberty-minded people to a low populated state that has an existing pro-freedom culture. In 2003, participants of the FSP voted for the "Live Free or Die" state, New Hampshire, as its destination.

For over 12 years the 101 Reasons list has helped inspire thousands of activists and entrepreneurs to sign up for the FSP and continue New Hampshire's reputation as a beacon for liberty.


Tu pues la France
Message aux jeunes Aryens de France
Précisions sur le "mouvement skinhead"


Liberty_Lives_in_New_Hampshire.jpg

mardi, décembre 2 2014

Adolf Hitler - Ma doctrine



Adolf Hitler - Ma doctrine
Texte traduit et établi par François Dauture et Georges Blond


Aucun Français n'a le droit d'ignorer le « phénomène Hitler », phénomène qui subordonne soixante-dix millions d'hommes à la volonté d'un seul.
Or, Hitler est pratiquement un inconnu pour la France. Mein Kampf, son livre de base, n'y est pas vendu. Il importe, quelque position sentimentale que l'on prenne à l'égard du chancelier allemand, que l'on connaisse clairement ses idées, grâce à un livre composé avec un souci d'impartialité absolue et dont l'auteur a officiellement autorisé la publication.
Nous avons considéré comme notre devoir, plus encore comme notre devoir de Français que d'éditeur, de combler une immense lacune.

L'EDITEUR.


Adolf Hitler - Vidéos
Adolf Hitler - PDF


heil-hitler.jpg

Miguel Serrano - The golden cord
Miguel Serrano - Los OVNIs de Hitler contra el nuevo orden mundial
Miguel Serrano - NOS Book of the Resurrection
Adolf Hitler - Mein Kampf
Léon Degrelle - La cara oculta
Adolf Hitler - The greatest story never told
Wilhelm Bauer - German economic policy
Hitler's Victory - A Final Appeal For Peace and Sanity
Colin Jordan - Hitler was right !
Légende de l'Atlantide - VOSTFR
Léon Degrelle - How Hitler consolidated power in Germany
Third Reich Videos
Léon Degrelle - Hitler, Born at Versailles

lundi, décembre 1 2014

Donald Day - Onward Christian soldiers

Onward_Christian_soldiers_Day.jpg


Donald Day - Onward Christian soldiers
1920-1942 : propaganda, censorship and one man's struggle to hearld the truth

22 year in Europe as Baltic correspondent for the Chicago tribune
with an introduction by Walter Trohan, former chief of The Tribune's Washington bureau

Suppressed reports of a 20-year Chicago Tribune correspondent in eastern Europe from 1921


I feel that in fighting the Jewish-Bolshevik regime of Russia that Germany is performing a service for Western civilization which will be properly appreciated and recognized in the future.


Introduction

Truth or myth, which is met more often in our media today? It is difficult, if not impossible, to state definitively. Although both stem from a common root-freedom of the press-the differences vary from honest mistakes to deliberate or unwitting falsifications with the result the end product is more often fiction than information.
Freedom of the press is regarded as the palladium of democracy, vital to the pursuit of happiness, the quest for liberty, the need for justice, the advancement of education and the growth of affluence, with a leavening of fair play for all. Yet, totalitarian powers claim the encouraging watering of a truly free press makes their claimed paradises bloom; although state power no matter how seductively described in the Lorelei songs of a controlled press leads inevitably to ruthless physical power.
It is most difficult at anytime for any reporter to winnow truth from falsehood, wishful thinking, selfish representation and calculated deceit in his eternal search for misfeasance and malfeasance in and out of power politics. Lately, the reading public has been exhibiting more and more distrust of those in control of the arteries of information, so much so that many think freedom of the press may be in danger of death from swallowing its own lies.
Perhaps much of this is due to the fact that too many newsmen today are confident they know the sociological import of a story before they leave the office and do not bother with searching for facts. Or because newsmen are committed to a political direction, so that they believe themselves to be the possessors of a magical touchstone by which they can measure any facts. Or because wherever they may land in a troubled world, they have pre-established in their own minds just who are the good guys and who are the bad guys, so that they become instant experts without concern about mores or motivations. And also because many news gatherers of today delude themselves that it isn't the story so much as the way they write it or mouth it that is important. Many delude themselves that they are writing literature, something like Shakespeare or that they are thundering lines of blank verse something like Sir Henry Irving. Needless to say, they are not.
This conflict between society and the media, which wields massive power over minds without responsibility, is not new. It is an old story and one especially evident in the reporting of news from Soviet Russia from the reporting of the Bolshevik revolution in 1917, through wars hot and cold, to the dark and bloody ground of today.
All this is by way of prelude to Donald Day, a newsman, who was a prophet without honor to many in his own country because he strove to tell the truth when others in his arena of Eastern Europe were myth making. Not only was he without honor in much of his own country, especially the intellectual community, but he was hardly welcome in other lands, influenced by the long propaganda arm of the Kremlin, which had branded him in its black book offoreign correspondents as "highly · unreliable.'' This opinion was shared by many of his reportorial peers in America. I am one of few living men who knew him. He had my respect and admiration when he was working and this has grown since his death. One of his fellow correspondents, Walter Duranty of The New York Times was widely regarded as the sage of Moscow and the most informed man on the Communist experiment, so much so that the National Geographic Society aceepted without question his statement that the Reds had constructed a second railroad line, parallel to the Trans Siberian railroad, and sketched it in on their maps until time proved it a myth. Duranty wrote his own story under the title, I Write As I Please, but some thought it should have been entitled, "I Write To Please The Kremlin Censors." Duranty's book is all but forgotten, while this book of Day's lives again.
Day came from a newspaper family so that the older traditions of the craft were instilled in him from the cradle. He was born in Brooklyn Heights, NY, in 1896, the second of five children, three boys and two girls. His parents were John I. Day and Grace Satterlee, the father being racing editor of the New York Morning Telegraph. The fourth child of this marriage of a Congregationalist father and an Episcopalian mother was the late Dorothy Day, the Catholic convert and activist, who founded the New York newspaper, The Catholic Worker, and St. Joseph's House of Hospitality for the unfortunate. A younger brother, John, was a newsman with the Hearst organization in New York.
The family came west before World War I when the father took an editorship with the long defunct, Chicago lnterocean. Donald and Dorothy attended Robert Waller high school. Dorothy graduated at the age of 16 and won a scholarship to the University of Illinois, where she became a member of the Socialist party and still later, in California, of the Communist party, being one of the pioneers of that movement in this country.
In 1927, a half dozen years after Donald began exposing the chinks in the Communist proletarian program, Dorothy became a convert to Catholicism and began blending the teachings of the man of poverty, St. Francis of Assisi, with the call of Karl Marx to workers to rise and strike off their chains. How much her decision to abandon Communism was due to Donald may never be known. Dorothy's followers who regard her as a candidate for canonization, hold the discovery of the evils of the system was her own and Donald is not here to speak for himself.
On leaving high school, Donald, with the help of his father, became a reporter for the Chicago City News Bureau, a press service financed by the various Chicago newspapers, It is said he joined the staff of The Chicago Tribune to cover labor about the same time as the dashing and flamboyant Floyd Gibbons, one of the more famous correspondents of World War I. About the time America entered the war, Donald had returned to New York, where he served as sporting editor of The Morning Telegraph. He enlisted in naval aviation on Friday 13th, August, 1917, which did not prove an unlucky date for him as he survived two training plane crashes.
After the war he joined The New York World as labor editor. In 1921 he was invited to visit Russia by Ludwig Martens the unofficial Kremlin envoy in this country which then did not have diplomatic relations with Moscow. Martens had been asked to leave this country. Day accompanied Martens and his party to Riga, Latvia, where he sought a visa to Russia as the representative of an American news agency. When the visa failed to arrive the news agency disclaimed Day and stranded him in Riga. Day got in touch with Gibbons then director of The Tribune's European staff and was hired to report from Eastern Europe and to continue his attempt to get a Russian visa which had been promised by Martens but denied by Moscow.
From his Riga listening post, Day sent the fttst stories of the Russian famine. He was tireless in interviewing those fleeing Russia and got the first reports of life in the boasted Red Eden. He was the first to interview Americans who were released from Soviet prisons at the instigation of the American government on the recommendation of Herbert Hoover who headed a relief program which not only saved millions of Russian lives but doubtless saved the Bolshevik regime itself.
In his work Day had some of the glamor of the Richard Harding Davis era of foreign correspondence. He worked with Lithuanian irregulars in the seizure of the Memel territory in 1923. He was there when Estonian Communists undertook their bloody attempt to overthrow the Government. He was the confidant and advisor of many figures in the new governments of his area. For 21 years he was on hand in Latvia, Estonia, Lithuania, Poland and Finland. He covered both Finnish-Russian wars; that for liberation in 1917 and that which was a prelude to World War II. He sent many graphic accounts of warfare in sub-zero weather.
Through 21 years Day sought regularly to get the once promised visa. Almost as regularly he was approached by Red agents, who told him he would get the visa if only he would write favorable articles for some months, and if he would agree to report on the activities of governments with which he was familiar.

This Day would not do. He considered the invitation one to join the Soviet espionage apparatus. His dispatches were giving his readers a picture of life in the new republics, all of which had won independence through bitter and even bloody struggles with Russia. These countries had established themselves, not by grants of aid from the outside but by their own efforts. These countries allowed Day to write without censorship, while in Russia correspondents were required not only to submit to censorship but to report to the foreign office every three months for consideration ofthe extention of their visas. If they displeased the Soviets, their visas were withdrawn. For this reason, The Tribune elected to withdraw George Seldes, its Soviet-ingratiating correspondent from Moscow and leave the coverage of Russia to Day in Riga.
By the test of time Day's dispatches stand out as not only more truthful but more informative than those of his Moscow contemporaries. During his stay in Riga, Day married. Donald's father had attempted to disuade his son from following in his footsteps, warning him he would never get rich in the newpaper trade and advising him to marry a rich widow, since his boy was a handsome and attractive fellow. On his marriage, Day cabled his father: "Dear Dad: Have followed your advice. Have married a widow, but she isn't rich."
Under the shadow of World War ll, Day encountered trouble in Pol~nd for the dispatches he was turning out. Polish newspapers in America complained to PAT, the government owned news agency, that it seldom covered the important stories Day was sending his paper. The nervous government's answer on the eve of war was to bar Day from his annual visits to the country without giving any explanation.
In 1940, just before its takeover, Moscow succeeded in dominating the Latvian government. One of the first acts of the new regime was to order Day out of the country at full cabinet meeting. It was more of an escape than an expulsion for Day, because he was aware that he and his wife might be detained at a moment's notice. They dodged Red tanks and infantry as they made their way to Tilsit, on the German border, along the road Czaritza Catherine built from Riga. They ended up in Finland. When Finland allied itself with Nazi Germany in the summer of 1942, Day moved to Stockholm. In August of that year Michael McDermot, then information officer for the State department, called me in to The Tribune's Washington Bureau to say the department had information from Stockholm that Day was about to defect to Germany and suggested that The Tribune recall Day for consultation to thwart such a move. A visitor's visa was made available to Mrs. Day.
On August 25, 1942 The Tribune cabled Day to return at the earliest possible moment. When no answer was received, several similar messages followed. Subsequently I learned from Day that he had no intention then of defecting to Germany but felt subjected to harrassment by the department. On September 1, he wired from Helsinki asking for leave without pay or that he be placed on pension, saying he had applied to enlist in the Finnish army.

Evidently in cooperation with the American embassy in Stockholm, the Swedish government notified Day his passport had lapsed. He was then a man without a country as far as the United States was concerned. He did tum up in Germany a year later, where he became a commentator on the Nazi propaganda radio, but he confined himself to praising Finnish athletes and lauding the bravery of Finn troops in their war with Russia. At the end of the war, when the Justice department examined Day's scripts, no treason could be found, such as marked the broadcasts of Americans who aligned themselves with Nazis in Germany and Fascists in Italy. While he was in Germany, Day continued his self-declared war against Communism even under American detention. He was released by the American government after careful combing of his broadcasts revealed no taint of treason. Day returned to Finland with his wife.
Two years before his death in Helsinki, September 30, 1966, of a heart attack, Day called my attention to a story he had uncovered in a German counter-intelligence camp.
He was given the story by Andreas Hofer, former Nazi gauleiter for southern Tyrol. Hofer was a direct decendant of the Austrian peasant leader of the same name, who led the abortive Tyrolean revolt against the French under Napoleon in 1810 and was executed. In 1943 Andreas told Day he saw that Germany could not win the war and concluded that the only thing that could save Germany and Europe from the Communist menace was a negotiated peace. He suggested the German general staff concentrate all western war prisoners in some valleys of upper Bavaria, which would have deterred allied bombardment of that region. The area was to be strongly fortified, under the plan, and held as a last ditch defense to force a negotiated peace.
The German high command rejected the plan at the time it was put forward, but in 1944 Hofer was called upon to prepare the plan, which he did. Somewhere along the line, Hofer reported, his plan was turned over to a Russian spy, and the Russian high command altered the plan to make it appear that the Bavarian fortress was already completed, which alteration deceived military leaders in Washington and London when the Russians turned it over. Hofer was induced to tell his story to Rodney C. Minott, an American historian, who wrote a book on the information, entitled: Tlte Fortress That Never Was.
"Gen. George Patton, whose reconnaisance planes had repeatedly scanned the area without dscovering any signs of fortification," Hofer said, "knew the American general staff had been deceived. He thought the next best thing to capturing Berlin would be to take Prague. He pressed on through upper Bavaria and reached the suburbs of Prague before he was ordered to halt his advance and retire to upper Bavaria. "This clever use of espionage by the Russians enabled them to divert the most powerful striking force of the American invasion army on a false tangent, enabling the Russians to reach Berlin first. This resulted in the loss of Czechoslovakia, the division of Austria and Germany, and the creation of an isolated Berlin.''
At the time of Day's last sreat scoop, I endeavored to interest a Tribune editor into taking Day back, at least as a stringer, as I was advised by mutual Finnish friends that he had fallen upon hard times. This effort failed, to my lasting sorrow, partly because the editor was preoccupied with his own great man image and partly because I was not persuasive enough. I could not sell my belief that The Tribune owed a measure of justice to a sreat reporter and a fine man. So, at this late date, I am privileged to light this candle to his memory.

Walter Trohan
Columbia, Maryland
October 30, 1981


For more informations

- page 1 de 151


WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Par la connaissance, nous les briserons !