July 2019


Books

Tuesday, July 30 2019

Matthew Hale - The racial loyalist manifesto

Matthew Hale The racial loyalist manifesto.jpg


Matthew Hale - The racial loyalist manifesto


For over a decade, wrongfully convicted patriot and political prisoner Matthew Hale has languished behind bars due solely to his religious convictions and personal beliefs. Now, the public can read his dynamic and controversial vision for the future in The Racial Loyalist Manifesto.


Reverend Matt Hale is the foremost religious prisoner of conscience in America today. From 1996 until his arrest in 2003, he led the World Church of the Creator, then the fastest growing pro-White organization in America. He was America's most well-known advocate for that cause, appearing numerous times on shows such as Today, Good Morning America, CBS This Morning, and other as well as being known for his public speeches around the country. A graduate of Southern Illinois School of Law and an accomplished classical violinist, he was convicted in 2004 on phony charges of having solicited the murder of Federal District Court Judge Joan Lefkow even though there is no evidence that any such solicitation occured. Nevertheless, this book is proof of the fact that his wrongful imprisonment has failed to stop him from fighting for our White people whom he loves. Now it is our task to place this book into as many hands of our people as possible. Do your part. His website is freematthale.net.


freematthale.org
A WordPress site dedicated to the release of an innocent man we believe was wrongly imprisoned by the Jewish Occupational Government (JOG), more commonly known as the Government of the United States of America, for daring to speak the truth


Matt Hale - PDF


Matt Hale.jpg

Monday, July 29 2019

Pourquoi brûlait-on les rousses ? - Pagans TV



Pourquoi brûlait-on les rousses ?
Pagans TV


La récupération du combat de Jésus contre les juifs, par ces mêmes juifs, à eu pour objectif systématique, et cela dès l'origine du christianisme, de souiller la race blanche, et d'en éliminer les meilleurs éléments, les éléments les plus pures - kill the best gentiles ! - . Que se soit sur le plan biologique ou spirituel, les deux fonctionnant de paire.
Les roux sont des reflets lointains de notre humanité aryenne en voit de génocide total aujourd'hui. Il suffit d'avoir séjourné quelques temps dans des contrés où les roux et les blonds sont nombreux, pour savoir que cette biologie permet d’accueillir en général des âmes hautement supérieures au reste de l'humanité. La destruction de l'aryannité supérieure par les juifs, en attaquant directement sa biologie, permet de limiter l'incarnation des ces âmes amenées à guider et éclairer le reste de l'humanité.

C'est pourquoi les juifs, serviteurs des forces des ténèbres, s'efforcent d’exterminer les blonds et les roux par tous les moyens possibles.


Atlantide - PDF
Runes - PDF
Hyperborée - PDF

esprit-viking.com


Pourquoi brûlait-on les rousses  Pagans TV.jpg

Sunday, July 28 2019

Epstein deep dive - The Right Stuff Radio



Epstein deep dive
The Right Stuff Radio - Bitchute

McFeels and Ethnarch spend the entire episode digging deep on Epstein, Ghislaine, and her father Binyamin, offering some hot takes on where this has been, who's at the top, its purpose, where it's likely heading, as well as some much-anticipated confirmation bias and new discoveries along the way.


The Epstein stuff
The Death Panel continue to look at the Jeffrey Epstein Case, this time focusing on his shady financial past and the lack of information about where his money comes from.

Part 1


Part 2


Part 3



The right stuff - TRS

Ritual murder - PDF
Mind control - PDF
Satanism - PDF

Honest Media Today - Jewish ritual murder revisited - The hidden cult

Brice Taylor - Thanks for the memories
Jim Keith - Mind control World control
Cathy O'Brien - Mark Phillips - Trance formation of America
Svali speaks Breaking the chain
Project mkultra, the CIA's program of research in behavioral modification
Matt Hale - Jewish occult murders
Der Stürmer - Julius Streicher memorial edition
Der Stürmer - The Compilation of Jewish Ritual Murders from before the Time of Christ until 1932
Hellmut Schramm - Jewish Ritual Murder
Willie Martin - The History of Jewish Human Sacrifice
Hermann L. Strack - The Jew and Human Sacrifice
Ariel Toaff - Blood Passover
John Marks - The Search for the Manchurian The CIA and Mind Control
Steven Jacobson - Mind Control in the United States
Kathleen Sullivan - Unshackled


The Right Stuff Radio.jpg

Saturday, July 27 2019

Georges Saint-Bonnet - Conquête de l'absolu - Initiation et pouvoirs

Georges Saint-Bonnet.jpg


Georges Saint-Bonnet - Conquête de l'absolu - Initiation et pouvoirs


Georges Saint-Bonnet (de son vrai nom Louis Pierre Georges Bonnet), né le 31 décembre 1898 à Roanne (Loire) et mort le 17 janvier 1963 dans le 16e arrondissement de Paris, est un homme d’affaires, journaliste, écrivain et haut fonctionnaire puis guérisseur et maître spirituel français.

Georges Saint-Bonnet est issu d'une famille protestante de la Drôme.
Engagé dans l’armée française à la fin de la Première Guerre mondiale, il est grièvement blessé et perd en partie, mais de manière définitive, l’usage d’un de ses poignets. Cela met fin à une carrière de violoniste qui s’annonçait prometteuse.
Avant de devenir journaliste, il est coureur automobile, barman, assureur, agent immobilier et banquier.

Journaliste et écrivain
Vers 1926, il préface des extraits de Mein Kampf et en 1932 il publie Le juif ou l'internationale du parasitisme.
Au début des années 1930, il est rédacteur en chef du périodique Hommes et documents. Il est également rédacteur politique à Paris-Midi.
De 1941 à 1947, il écrit des romans historiques et des romans policiers. Il crée le personnage de l’inspecteur Vasseur qui apparait dans plusieurs de ceux-ci.

Haut fonctionnaire
En juillet 1940, Pierre Laval, qui le connait depuis longtemps, demande à Georges Saint-Bonnet d'exercer une fonction importante auprès du premier gouvernement du Régime de Vichy, il accepte, mais cela ne dure que jusque fin 1940.
Georges Saint-Bonnet a écrit deux livres sur cette période : Vichy grande Grille et Vichy capitale.

Guérisseur et maître spirituel
Après la Deuxième Guerre mondiale, Georges Saint-Bonnet fait un certain nombre de rencontres, dont celle de Charles Parlange, un médecin qui faisait de la guérison mystique, qui l’amènent à se retirer de la vie publique. Des pouvoirs sont apparus chez lui, dont celui de guérison. Vers 1948, il commence à soigner ses semblables selon la tradition de Philippe de Lyon, sans rémunération. Il recevait ses malades dans un petit bureau, leur posait quelques questions, les écoutait ; il parlait un peu, observant des silences entre les phrases, puis les raccompagnait courtoisement jusqu’à la porte. Il a pris en charge au cours des années, des centaines et probablement des milliers de malades. Après quelques années, il cesse d’exercer publiquement ses dons de guérison.

Georges Saint-Bonnet fonde en 1948 à Paris le groupe Unitiste, qui rassemblait en 1953 une cinquantaine de membres à Paris et une trentaine en province. Deux sous-groupes se sont formés en 1956 à Marseille et en 1959 à Neuchâtel. Le groupe Unitiste restera informel. À Paris, Georges Saint-Bonnet donne rendez-vous à ceux qui souhaitent le rencontrer à la brasserie du palais d'Orsay, un hôtel installé dans la gare d'Orsay désaffectée et où il loue une chambre. Plus tard, il donne des cours au groupe Unitiste parisien rue de Grenelle.

L'enseignement unitiste était ouvertement lié à la tradition rosicrucienne. C'était un enseignement ésotérique chrétien. Georges Saint-Bonnet avait une connaissance étendue des traditions occultes : celles de l'Inde et celles de l'Égypte, celles du monde arabe et celles du monde juif, celles enfin et surtout du christianisme. Il renvoyait souvent à elles et citait en particulier Paracelse, Swedenborg, Rudolf Steiner. Il a écrit avoir reçu « le gros de son bagage » de trois hommes qu'il considère comme ses maîtres spirituels : un moine exorciste, un kabbaliste juif et, surtout un grand oncle, Philippe Doumergue (1832-1908), pasteur protestant, également théologien et guérisseur « d'une abondance miraculeuse aussi considérable que le curé d'Ars ». Décédé alors qu'il n'avait que quelques années, le pasteur lui avait transmis sa bibliothèque ainsi qu'un coffre contenant ses enseignements.

Tombé malade au printemps 1962, Georges Saint-Bonnet se retire à Luc-en-Diois où il avait grandi.

Il meurt le 17 janvier 1963 dans une clinique de la rue Benjamin-Franklin dans le 16e arrondissement de Paris.

Son corps repose dans un cimetière familial à Luc-en-Diois.


Georges Saint-Bonnet - Gurdjieff était trop grand pour nous - Cahiers de l'Unitisme

Paracelse - PDF
Emanuel Swedenborg - PDF
Rudolf Steiner - PDF
Georges Gurdjieff - PDF

Adolf Hitler - Mein Kampf
Adolf Hitler - Mein Kampf - The Stalag edition


Louis Pierre Georges Bonnet


Travaux

Mon combat (Mein Kampf), extraits - 1926.
Coline Maillard, comédie-bouffe en 3 actes - 1928.
Pierre Laval. Homme d’État - 1931.
Le juif ou l'internationale du parasitisme - 1932.
Scandales 33, photographies de Brassaï, Caillaud, Heinz von Perckhammer, André Kertész, Germaine Krull, Jean Moral - 1933.
Vichy capitale. Ce que j'ai vu et entendu - 1941.

Romans

Celle qui assassina - 1941.
Le Corset de métal - 1941.
Familia-Hôtel - 1941.
La Belle de Poitiers - 1942.
Marché noir - 1942.
L'ornière - 1942.
Façade (Les enquêtes du commissaire Vasseur) - 1943.
Sang de Paris - 1944.
Faux poulet - 1945.
Les Yeux clairs - 1946.
Coup double - 1946.
Handicap - 1947.

Développement personnel, ésotérisme

Initiation et pouvoirs - 1951.
Dépassement et réalisation - 1956.
Pleins feux sur l'occulte - 1963.

Cahiers de l’Unitisme

N°1 : Comment soigner et guérir sans exercice illégal de la médecine. Principes et procédés de base - 1956.
N°2 : Gurdjieff était trop grand pour nous : Comprendre et utiliser l'enseignement de Gurdjieff - 1956.
N°3 : Comment choisir son yoga. Précisions sur ce que l'on peut attendre du yoga - 1956.
N°4 : Enfin un yoga catholique : Le moyen court, Mme J.B de la Motte Guyon, préface de Georges Saint-Bonnet - 1956.
N°5 : Le tarot des Rose-Croix - 1957.
N°6 : Réussir est un devoir. Être quelqu'un ou Comment se forger une personnalité gagnante - 1957.
N°7 : Ce que l'on voit sans les yeux, Jacques Lusseyran, introduction et notes de Georges Saint-Bonnet - 1958.
N°8 : Guérir à coup sûr - 1958.
N°9 : De la Magie sexuelle. Principes et possibilités, dangers, réalisations - 1959.
N°10 : Joie, pouvoirs, réussite. D'une technique qui décuple les facultés de l'homme - 1960.
La joie vous appartient, préface de Paul Vervisch

Friday, July 26 2019

Les rencontres entre Blancs pour sauver la France et la Civilisation Européenne - WhiteDate.NET



Les rencontres entre Blancs pour sauver la France et la Civilisation Européenne
WhiteDate.NET

WhiteDate.NET - Bitchute
WhiteDate.NET - Gab


WhiteDate



Why us ?


Various ethno-dating websites cater to the needs of Latinos, Indians, Chinese, Japanese, Blacks, Jews and Arabs, yet dating sites exclusively for Whites are almost non-existent.

WhiteDate intends to fill this void by offering people of European descent to find a partner who shares ethnicity but also cultural background as well as similar beliefs supporting long lasting and fulfilling relationships.
We specifically invite men with vision and women with values, who understand that a stable family unit is very desirable as it not only leads to personal fulfillment and happiness but also represents a core asset to a peaceful and prosperous society.
Traditional men are seeking women who have woken up to the power of femininity embracing beauty, softness, and grace, and who trust men to take initiative during the dating game.
Unfortunately, a lot of work needs to be done to de-program the brainwashed minds from feminism and nihilism telling men and women that sexuality is merely a consumer good and that future generations do not matter.

WhiteDate

Nevertheless, we noticed that a general awakening is taking place motivating Millennials and Generation Z to revolt against the narrative imposed by the Western media and education system. They understand that the enforced disconnection from their ancestry and the nudging into consumerism turn them into rootless individuals, like feathers in the wind, always yearning for the next hedonistic stimulus but never finding profound connection nor satisfaction.
Many women had to bear numerous painful experiences before understanding that the myth of equality made them act against the course of nature disenchanting and frustrating men by chasing them and thus depriving men from the pleasure of conquest.
We would like more women to understand that the grandmother rules (@TheRulesBook) were invented to protect women, that these rules are still valid and lead to successful selection of a loving partner.

Naturally we hope that both genders dust off almost forgotten etiquette and behaviour patterns that are necessary to establish and maintain any kind of human relationship. Generously overlooking the question why our education system ‘forgot’ to teach us such important skills, we are determined to catch up as autodidacts.

We wish all European men and women to find love and happiness by building beautiful families and to participate in the continuation of the European peoples, cultures and spirits.


white date.jpg


A Message to Dispirited White Men



Hail Our White Men !



White Date. NET.jpg

Thursday, July 25 2019

Robert Aleksander Maryks - The jesuit order as a synagogue of jews

The jesuit order as a synagogue of jews.jpg


Robert Aleksander Maryks - The jesuit order as a synagogue of jews
Jesuits of jewish ancestry and purity-of-blood laws in the early society of Jesus


In "The Jesuit Order as a Synagogue of Jews" the author explains how Christians with Jewish family backgrounds went within less than forty years from having a leading role in the foundation of the Society of Jesus to being prohibited from membership in it.
The author works at the intersection to two important historical topics, each of which attracts considerable scholarly attention but that have never received sustained and careful attention together, namely, the early modern histories of the Jesuit order and of Iberian purity of blood concerns. An analysis of the pro - and anti-converso texts in this book (both in terms of what they are claiming and what their limits are) advance our understanding of early modern, institutional Catholicism at the intersection of early modern religious reform and the new racism developing in Spain and spreading outwards.


Society of Jesus - PDF

Sunday, July 21 2019

H. B. Isherwood - Racial integration - The rising tide of colour

Isherwood - Racial integration.jpg


H. B. Isherwood - Racial integration - The rising tide of colour


All who are genuinely concerned about the destiny of our nation and people should ponder on what is set out in this book. It is an analysis of what is popularly called The Colour Problem. It is not a comprehensive study of the question but seeks to direct attention to the reality that lies beneath the surface of social tensions which are racial in origin.
The author rests his case on the self-evident truth of the natural inequality of men, that men are not born equal and that because of the varying limitations of their inborn talents they can never be made equal by upbringing, education or artificial law. Amongst these basic inequalities are the genetic racial ones, both of body and mind. The author claims that racial equality is a political myth.
The human races have been brought into being at different times and in different places through complex evolutionary and historical processes by the hand of God, with the result that each race is endowed with unique characteristics by which it can be identified. Colour of skin is the most conspicuous of these, but although it furnishes a natural means of identification it is not the most important of the racial features. Much more important are those associated with character and the brain.
From earliest times there have been migratory movements across the world of men of fundamentally different breeds, but all such movements have been from populated areas to unoccupied or sparsely inhabited areas.
With the present migration into Britain, where the coloured population already exceeds a million and is rapidly increasing, it cannot be argued that immigration can be balanced by emigration on a numerical basis, since the exchange involves quality as well as quantity.
Earlier immigrants entering England such as the Flernings and the Huguenots were of the same racial strain as the English with similar historical and Christian backgrounds and were congenially absorbed into the English community. Jewish immigrants, however, have never sought to be fully integrated, wishing instead to preserve their "racial apartness". No such considerations apply to the dark immigrants now trying to settle in the land.
It may be assumed that the black immigrants will never become an integral part of English society. In any case why should a Sikh, for example, be expected to drop his customs to conform to English Christian standards or a Moslem or a Hindu be required to renounce his traditional faith in order to facilitate his absorption into the community ?
These are the superficial aspects of racial integration representing the social side of the problem. Nevertheless they will tend to bring about a natural segregation of people according to their own kind. If racial minorities can claim the right to enjoy their own company so then can the English majority and their right is a prescriptive one under natural law and therefore paramount. Any attempt by legislation to deprive the English of their inalienable right to discriminate in favour of their own people will surely engender a form of racial hatred that will be difficult to subdue.
Further, the author points out that race-consciousness is not apparent in very young children and only comes into play in adult life as a dynamic urge for survival when races are thrown together in a haphazard way as they have been in England. No Englishman should be criticised if he is repelled by the idea of his daughter consorting with a Negro or a member of any other coloured race. His attitude is a natural one, for it is this sensitive appreciation of pedigree qualities that will insure a worthwhile future for his own race. Racial attitudes, the product of racial attributes, do not in themselves constitute racial prejudice.
Each nation tends to reflect the racial composition of its people : its innate qualities of mind, a common ancestry and history and a shared birthright. The introduction of alien races into such a community disturbs the social balance and perceptibly weakens the nation's will to survive as an entity. This book by giving facts and figures without bias, sounds a warning note to all who would work for the survival of the English way of life.


H. B. ISHERWOOD has made a prolonged study of the Racial problem and believes that it is only by a realistic approach that a better understanding between the peoples of the world can be brought about.
His first book Racial Contours published in 1965 has attracted considerable notice. It is a scholarly work of 423 pages, price 18s. Od. net. " Forceful ... full of meat, dealing with vast problems in a very readable and objective manner." Mankind Quarterly.

This present, but smaller work, Racial Integration, points out the man y fallacies in the arguments of the Integrationalists and it should become a useful Handbook for Social Workers and others who are worried by the rising tide of colour and yet seek to solve the problem with humanity and understanding .


H. B. Isherwood - Race and politics
The myth of racial equality

H. B. Isherwood - Racial contours
The factor of race in Human survival


H. B. Isherwood - PDF

Monday, July 15 2019

Jean Haupt - Le procès de la démocratie

procès de la démocratie.jpg


Acheter la version papier du livre - Amazon - The Book Patch
Jean Haupt - Le procès de la démocratie


Jean Haupt.jpgJean Haupt est né à Oran à la veille de la 1re guerre mondiale, de père lorrain et de mère provençale. Études supérieures (licence d’allemand) à la Faculté des Lettres d’Aix‑en‑Provence. De par ses activités professionnelles — assistant de français à Königsberg (Prusse orientale), lecteur à Reykjavik (Islande), professeur à l’Institut Français de Lisbonne ; puis, après la guerre de 1939‑45, traducteur‑interprète officiel de portugais‑français de la Commission de Coopération Technique en Afrique au Sud du Sahara (CCTA) — il est amené à voyager et à séjourner plus ou moins longuement dans un grand nombre de pays d’Europe, aux régimes politiques les plus divers : Allemagne (avant et après la guerre de 1939‑45), Islande, Norvège, Suède, Finlande, Estonie, Danemark, Angleterre, Italie, Espagne, Portugal, ainsi que, pratiquement, dans tous les pays de l’Afrique Noire, de Madagascar à Sào Tomé, de Dar‑es‑Salam à Luanda, Dakar, Johannesburg, Abidjan, Lourenço Marques, Kampala, Salisbury, Nairobi, Léopoldville, Brazzaville, Pointe Noire, Conakry, Ibadan, etc.
Fixé au Portugal où il exerce, depuis de longues années, la profession de traducteur de nombreux départements officiels, il a traduit, entre autres innombrables ouvrages, dans tous les domaines (art, histoire, littérature, économie, philosophie, politique, etc.), la plupart des discours et les « Principes d’action »de Salazar (éd. Arthème Fayard, Paris), et le célèbre « Sermon de Saint Antoine aux Poissons » du Père Antonio Vieira, prédicateur portugais du XVIe siècle (éd. Bordas, Paris). Il a publié en outre un petit essai de linguistique comparée (« On ne dit pas … On dit … — phraséologie luso‑française », éd. Livraria didàctica, Lisbonne).
S’intéressant passionnément à la politique depuis les bancs du lycée, n’ayant jamais été inscrit à aucun parti, n’ayant jamais posé sa candidature à aucune élection et n’ayant pas l’intention de le faire, il dirige, depuis huit ans, à Lisbonne, les Cahiers Découvertes, publication de langue française au service de l’Occident.
C’est donc en connaissance de cause et en toute objectivité que Jean Haupt dresse ici un réquisitoire documenté, clair, serré, implacable, de la Démocratie. Après avoir analysé successivement les principes et les institutions du régime démocratique — les “ immortels principes ”, le suffrage universel, les partis, le parlement, le gouvernement, le Chef de l’État, il conclut que la démocratie est contraire aussi bien aux intérêts légitimes des citoyens qu’aux intérêts supérieurs de la Nation.


POSTFACE
La présente réédition du « Procès de la Démocratie » qui, nous le souhaitons, ne sera pas la seule, permet de mesurer l’aggravation des problèmes en quarante ans. Jean Haupt avait vu juste, et si la situation est plus que jamais critique, on le doit à la désinformation du grand public. Comparé à l’actualité, le “ Procès ” prend une dimension prophétique.

Victorieuses en 1945, la France et la Grande‑Bretagne ont vite rejoint le rang des vaincus : il ne subsiste que des débris de leurs empires. Restaient, face à face, l’URSS et les États‑Unis, puissances rivales oeuvrant chacune à la perte de l’autre et arborant toutes deux le titre de “ démocratie ”, l’une “ populaire ”, l’autre “ libérale ”. Après l’implosion de l’URSS sous, Gorbatchev, la “ démocratie libérale ” semblait promise à “ hégémonie mondiale, ce qui, en réalité, signifiait la domination du monde par les États‑Unis, plus précisément par les groupes de pression, connus ou occultes, qui confisquent un pouvoir émanant des électeurs. Dès 1989, Washington impose à divers pays d’Europe des lois “ antiracistes ”, souvent agrémentées d’adjonctions antirévisionnistes, qui permettront notamment le chantage du Congrès Juif Mondial et les poursuites pénales contre quiconque doute de “ l’holocauste ”. (Dans les parlements, les groupes de pression priment la volonté des électeurs.)

“ Démocratie ”, claironnent les média ; “ démocratie ”, répète un grand public ahuri. Valeur suprême, indiscutable, la “ démocratie ”, après 1945, a même rallié une importante partie des nationaux‑européens aux États‑Unis par peur de la Russie soviétique. Les pays de notre continent ont laissé passer l’occasion de reprendre des forces, militaires surtout, à la faveur de la lutte sournoise qui paralysait les deux superpuissances. Voici donc plus d’un demi‑siècle que règne l’idole “ démocratie ”. En tous lieux, les plumitifs la présentent comme le bien absolu. Mais nul ne la définit. On nous dit seulement qu’elle se réalise avec le plus de bonheur aux États‑Unis. Les autres souffrent de “ déficit démocratique ” plus ou moins grave, comme la Russie, ou se comptent au nombre des États‑voyous, tel l’Iran. Les États‑Unis réaliseraient “ presque ” à la perfection ce régime capable d’assurer aux peuples un avenir radieux. Le “ presque ” s’impose aujourd’hui, vu les ennuis financiers de la superpuissance, des ennuis qui, de plus en plus, se révèlent un mal rongeant l’ensemble de la société. Les autres pays, éloignés quelque peu de la presque perfection états‑unienne, présenteront des “ déficits démocratiques ” de gravité croissante au fur et à mesure de leur désobéissance à la superpuissance. Seulement le patatras de Wall Street ternit déjà le prestige de la démocratie d’outre‑Atlantique : une des pires variantes d’un régime “ presque parfait ”.
Prenons le cas d’école de naufragés sur une île déserte. Le capitaine, qui connaît son océan “ Pacifique ”, préconisera de construire le village sur une colline. La majorité préférera le littoral proche des cultures. Survient un raz‑de‑marée qui noie les 51 % et donne raison au capitaine et à sa minorité sur la colline ! Rappelons les données. Que veut dire “ démocratie ” ? De quel pouvoir s’agit‑il ? D’un pouvoir exercé par le peuple, pour le peuple, au nom du peuple ?

— “ Par le peuple ” ne se peut que dans de petites communautés où les citoyens, réunis sur la place publique, votent à main levée. Impraticable à l’heure actuelle.
— Un pouvoir “ pour le peuple ”, pour en assurer la survie et l’ascension biologique, c’est‑à‑dire morale et culturelle ? Alors certains souverains, rois ou dictateurs, ont été d’excellents démocrates.
— Enfin un pouvoir “ au nom du peuple ”, variante à la mode où des élus siègent dans une ou deux “ chambres ” et promulguent des lois que nul n’est censé ignorer, mais que personne ne peut connaître.
Il convient aussi de définir le mot “ peuple ”. Si l’on appelle “ peuple ” une horde bigarrée accourue de tous les continents, alors, un gouvernement pour le peuple devient impossible, et le pouvoir en est réduit à retarder les catastrophes. Mais si un peuple est gouvernable, c’est en raison d’une cohésion suffisante : morale, culturelle, intellectuelle ; donc raciale. Au sens viable du terme, “ peuple ” ne réunira que des ethnies d’une même grand‑race. “ Peuple ” n’englobe pas les allogènes naturalisés.
Dans un très petit pays, où les électeurs connaissent ou pourraient connaître la plupart des candidats, le parlement reflétera encore la volonté des électeurs. La Suisse, par exemple, est déjà trop grande pour cela. Le citoyen connaîtra peut‑être un homme de la liste ; deux, avec de la chance. Pour le reste, il vote les yeux fermés et fait confiance au parti. Mais voilà, son parti a besoin d’argent pour la campagne électorale ; les cotisations ne suffisent pas. Un mécène survient et contribue généreusement ; toutefois il demande qu’un ou deux de ses amis figurent sur la liste.
Ainsi, à chaque mécène supplémentaire, la proportion de vrais membres diminue au profit des financeurs. Le pire se produit dans un pays de la dimension des États‑Unis ; car plus grand est le pays, plus grande est l’importance de la ploutocratie. Donc, entre les électeurs et les élus, il y a trop de forces, connues, obscures ou occultes, qui formeront le parlement tout en donnant aux électeurs l’illusion d’un libre choix.
— « Occultes ! Vous donnez dans le complotisme ! », s’écrieront les bien‑pensants. Comme si les complots n’existaient pas ! Car ne l’oublions pas, seuls sont connus les complots qui échouent !
Quel que soit actuellement le régime d’un pays, les groupes de pression exercent une influence néfaste, comme le montrait notamment le professeur Firmin Oulès dans le tome III de « La démocratie économique » (1971). Un groupe disposant de beaucoup d’argent agira sur l’opinion et déterminera souvent le résultat d’élections et de votations. Certes, les intérêts du groupe coïncideront parfois avec l’intérêt général ; dans la règle, ils seront égoïstes. Or Oulès propose de remplacer ces néfastes par des instances indépendantes.
Rappelons qu’Oulès a continué l’oeuvre de l’École de Lausanne, illustrée par Vilfredo Pareto, qui inspira à Mussolini l’instauration des corporations. La solution consiste à mettre en place, entre les administrés et les gouvernants, des instances indépendantes qui protègent les citoyens et déchargent les dirigeants de tâches secondaires. D’où le succès du fascisme et des régimes de même inspiration. Pour mettre hors jeu les groupes parasites, il faut notamment créer des organismes utiles. L’idole “ démocratie ” sert aujourd’hui à démolir les peuples et les races, et à fabriquer, à la “ Frankenstein ”, une humanité grise et sans visage, espérée homogène. Cette vieille illusion se dissipera vite : le chaos racial reformera, mais en désordre, les caractères héréditaires qu’on voulait dissoudre par métissage. Les apprentis sorciers au service de l’idole auront préparé des lendemains auxquels l’humanité pourrait ne pas survivre..

En favorisant systématiquement les allogènes aux États‑Unis, en espérant se les concilier, les détenteurs du pouvoir susciteront un jour des guerres civiles, en réalité raciales, capables d’anéantir la population blanche, ou de l’obliger à se regrouper en attendant des jours meilleurs. Pour l’instant, conscients de leur faiblesse, les maîtres de la Maison‑Blanche cherchent à imposer au reste du monde un chaos racial, si possible plus grave que le leur. Considérons la montée du chaos installé par les apprentis sorciers états‑uniens. Jusqu’où ira le désastre ? Nul ne le sait. En revanche, le chaos offre, des chances nouvelles. Tout se ramène à la lutte entre la vie saine et la vie malade.
Même si désormais l’on met hors d’état de nuire les forces qui, entre l’électeur et l’élu, confisquent le pouvoir, grâce à l’argent et à l’action conjuguée des média, en quoi consisterait l’erreur du “ système ” ?
— À croire que la majorité (les 51 %) a toujours raison. Que l’on consulte la majorité pour un consentement sur des questions générales à la portée du citoyen, d’accord. Mais donnons aux connaisseurs des problèmes ardus les moyens de les résoudre. Pour la sécurité des chantiers, un responsable doit pouvoir exiger la remise en état ou le remplacement d’une grue avant que celle‑ci ne s’effondre. La catastrophe de Mattmark (en Valais, Suisse), qui résulta de l’écroulement d’une partie d’un glacier sur les baraquements des travailleurs du barrage, a révélé l’absence de contrôle quant à la sécurité de l’emplacement choisi. Et ainsi de suite … D’autre part, il est grotesque de faire voter le grand public sur des questions qui présupposent des connaissances de spécialistes.
Faiblesse majeure de la “ démocratie libérale ” : les détenteurs du pouvoir laissent les responsabilités à des électeurs impuissants ; ils peuvent donc tendre à des buts de coterie, de clan, même destructeurs. S’il y a de la casse, celle‑ci retombera sur l’ensemble des citoyens. Exemple : les banques américaines renflouées par l’État : les bonnes affaires pour les banques, les mauvaises pour les idiots utiles !
Il est vain de se demander si la “ démocratie ” pourrait fonctionner correctement sous certaines conditions. Les régimes actuels échouent. Les États corporatifs d’avant‑guerre, eux, avaient réussi, comme le prouve leurs taux de natalité. Quant aux “ démocraties libérales ”, elles ignorent obstinément leur devoir de maintenir les naissances, ce que même certains pays communistes (Allemagne de l’Est, Roumanie) avaient réalisé.
La survie de la race blanche est un problème aux multiples composantes dont la solution devient chaque jour plus difficile. En voici l’aspect politique : les peuples s’organisent eux‑mêmes au niveau communal ou régional, tandis que les nations obéissent à des élites imposées par les forces qui font l’histoire des peuples, des ensembles continentaux, de l’humanité entière. Le pouvoir qui vient d’en‑bas et le pouvoir qui vient d’en‑haut peinent à se rejoindre, faute de corps intermédiaires organiques. Les démocraties libérales d’aujourd’hui ne possèdent que des corps intermédiaires parasites. Comment les remplacer par des organismes constitutionnels utiles ? Il y a là des domaines d’étude, de recherche et de réalisation d’autant plus vastes que s’est aggravé et généralisé le chaos social, moral et culturel dans le monde prétendu libre, c’est‑à‑dire dans la zone encore contrôlée par les États‑Unis, mais qui, en réalité, subit une écrasante dictature, matérielle et spirituelle.. Le tabou “ démocratie ” interdit aujourd’hui l’accès aux problèmes dont dépend la survie des peuples. Il est d’ailleurs remarquable que, par une méthode très différente, les Chinois aient trouvé d’intéressantes solutions. Or comme la Chine est mono‑ethnique, elle a de meilleures chances de dominer le monde.
En 1971, notre ami regretté Jean Haupt publie “ Le procès de la démocratie ”, livre de quelque 180 pages qui commence en ces termes :

« Pour sortir de l’impasse, il faut sortir de la démocratie. ” En 1971, c’était encore le monde bipolaire USA‑URSS avec deux démocraties, la “ libérale ”et la “ populaire ”. Mais l’auteur dénonce déjà leur identité prédatrice. Vingt ans plus tard, les maîtres de la Maison‑Blanche, accédant à l’hégémonie planétaire, laissent tomber le masque “ libéral ” et prétendent imposer la démocratie comme instrument de leur domination par le métissage et la corruption des moeurs. Cela, au besoin, par les bombes, comme en Serbie, en Irak et en Afghanistan, et au nom des Droits de l’homme !
Le message de Jean Haupt a non seulement gagné en actualité, mais son importance augmente encore à l’heure où s’effondre l’hégémonie états‑unienne. Une réédition, non seulement pour les initiés, mais pour la foule des braves gens bernés par les média, aurait un impact salutaire ; elle contribuerait à ramener les peuples d’Europe sur le chemin de l’indépendance à reconquérir. Dans l’immédiat, il faut faire circuler les exemplaires disponibles de ce “ Procès ”.
L’événement fixera l’ordre d’urgence des problèmes dont dépend la survie des peuples européens.

G. A. Amaudruz
Août 2010


Pour plus di'nformations

Sunday, July 14 2019

Monique Delcroix - Dreyfus-Esterhazy - Réfutation de la vulgate

Monique Delcroix Dreyfus-Esterhazy.jpg


Monique Delcroix - Dreyfus-Esterhazy
Réfutation de la vulgate


Certes, l'affaire Dreyfus a fait couler énormément d'encre depuis un siècle. Mais la quasi-totalité des ouvrages sont soumis à ce que Monique Delcroix nomme la "vulgate", c'est-à-dire une manière obligée de raconter l'histoire. Non seulement l'innocence d'Alfred Dreyfus est érigée en dogme, mais de plus un historien "correct" se doit de tenir pour établi que c'est Esterhazy qui a écrit le fameux bordereau ; que le colonel Picquart a découvert fortuitement la culpabilité d'Esterhazy ; que l'état-major a guidé et protégé Esterhazy jusqu'à son procès ; que les dreyfusards n'ont eu aucune relation avec Picquart, ni indirecte avant juillet 1897 ni directe avant janvier 1898, et srictement aucun contact avec Esterhazy.
Or, rien de tout cela n'est acquis. Cette trame correspond à une simple hypothèse, à une explication de l'affaire Dreyfus qui s'avère être très contestable. Une étude extrêmement serrée prouve que l'historiographie officielle a accumulé les silences, multiplié les dissimulations et gommé les incohérences. Des affirmations répétées durant un siècle ne deviennent pas pour autant des vérités et dès que l'on s'affranchit du prêt-à-penser, dès que l'on sort du cadre rassurant de l'histoire toute faite, les questions affluent...
C'est ainsi qu'en filigrane apparaît une autre possibilité que l'on s'est efforcé de dénigrer et de soustraire à l'étude : Esterhazy pourrait bien avoir été stipendié par les défenseurs de Dreyfus pour endosser la paternité du bordereau. Pour la première fois cette hypothèse, qui oblige à reconsidérer le rôle de Picquart et des chefs dreyfusards, est traitée avec le sérieux qu'elle mérite. Le présent ouvrage ne saurait pourtant être qualifié d'antidreyfusard", car il porte également un jugement sévère sur certaines légendes véhiculées par les tenants de la culpabilité de Dreyfus. Ce livre, qui remet en question tout ce que l'on croit savoir de l'affaire Dreyfus et la replonge dans son mystère, s'adresse à des esprits libres.


Dreyfus est coupable !
Henri Dutrait-Crozon - Précis de l'Affaire Dreyfus
Henriette Dardenne - Lumières sur l'affaire Dreyfus
R. L. M. - Histoire sommaire de l'affaire Dreyfus
Louis Cuignet - Souvenirs de l'affaire Dreyfus

Dreyfus - PDF

Hébraïsme - PDF


ligne.jpg


L'affaire Dreyfus en bande dessinée


Dreyfus A1.jpgL'histoire que nous allons raconter est déjà connue dans tout l'univers. C'est celle d'un misérable qui eut l'âme assez vil pour trahir son pays. Il est vrai qu'il était juif.









Dreyfus A2.jpgAu lieu de vendre des lorgnettes ou de filouter à la bourse, a l'exemple de ses pareils, un bandit, nommé Dreyfus, devient officier d'Etat-Major. Il en profita pour vendre nos secrets à l'étranger.









Dreyfus A3.jpgMais bientôt on constata des fuites. Une surveillance très étroite fut organisée et, au bout de plusieurs mois, on acquit la conviction que Dreyfus, nouveau Judas, était coupable du crime de trahison.









Dreyfus A4.jpgConfondu par les témoignages écrasants de vingt-trois officiers, Dreyfus, malgré les efforts désespérés de son avocat Me Demange, fut déclaré coupable à l'unanimité, et condamné à la déportation perpétuelle.









Dreyfus B1.jpgUn pauvre soldat, un peu pris de boisson, qui menace son caporal est impitoyablement fusillé. Le Traitre, lui, eut la vie sauve. Le jour de sa dégradation, il cria qu'il était innocent et qu'on aurait la preuve dans trois ans.









Dreyfus B2.jpgCependant, bientôt après, le remords le prit, et il avoue son crime au capitaine Labrun-Renaud. "Si j'ai livré des documents, dit-il, c'était pour en avoir de plus importants."










Dreyfus B3.jpgAu moment ou on embarquait Dreyfus pour l'île du Diable, les juifs soulevèrent une émeute pour essayer de le faire évader.
Furieux et désespérés, ils crièrent que c'était un martyr, et ils jurèrent qu'il rentrerait en France triomphant.








Dreyfus B4.jpgTrois ans après, selon la prophétie du traître, un sénateur nommé Sheurer-Keutner découvrit tout à coup que Dreyfus était innocent.
D'où lui vont cette inspiration subite ?









Dreyfus C4.jpgUn certain nombre d'hommes politiques, plus ou moins compromis dans le Panama et autres affaires louches, accoururent chez Scheurer.
"Nous ne demandons qu'à croire à l'innocence de Dreyfus, diront-ils; mais il faut d'abord nous éclairer."








Dreyfus C2.jpgLa Vérité leur apparut presque aussitôt entourée d'un éclat métallique qui les convainquit sur-le-champ.
"De la lumière ?" crièrent-ils à pleins poumons; et c'est ainsi que le syndicat fut formé.








Dreyfus C3.jpgMathieu Dreyfus, frère du Traître et industriel en Allemagne ouvrit les hostilités en publiant une lettre dans laquelle il dénonçait le commandant Esterhazy comme le véritable traître.









Dreyfus C4.jpgMais Esterhazy n'était qu'un prétexte.
La bande en voulait à notre armée et à ses chefs, et la vermine juive se colla à la peau de nos généraux, peu habitués à combattre des ennemis de cette espèce.








Dreyfus D1.jpgZola, l'immonde pornographe, dont le père, officier payeur à la légion étrangère, mangez jadis la grenouille, se mit naturellement de la partie.
Condamné par le jury pour outrage à l'armée, il fila à l'étranger pour éviter de faire un an de prison.








Dreyfus D2.jpgUn autre meneur fut ex-colonel, Picquart, l'homme au petit bleu, qui devrait être depuis longtemps au bagne.
C'est pour avoir essayé de déjouer ses abominables intrigues que l'infortuné colonel Henry a fini par être acculé au suicide.









Dreyfus D3.jpgTous les ennemis de la France ont marché la main dans la main avec les amis de Dreyfus.
Les espions Schwartzkoppen et Panizzardi toute l'Allemagne, toute l'Angleterre, toute l'Italie, n'ont cessé de prêcher la révision.








Dreyfus D4.jpgLes Français doivent comprendre par cette effroyable aventure que les juifs sont des êtres insociables et éminemment dangereux pour les pays qui leur ont donné l'hospitalité.
La seule existence qui leur convienne est celle de leur ancêtre Isaac Laquedou, le juif errant.








Cette bande dessinée provient d'un ancien journal français du XIXe siècle, republié dans une encyclopédie historique du milieu du XXe siècle.

Saturday, July 13 2019

Reinout Guépin - One eye in the land of the blind

Reinout Guépin - One eye in the land of the blind.jpg


Reinout Guépin - One eye in the land of the blind
The rediscovery of aether
Based on the life of Viktor Schauberger


This novel tells the amazing story of Free Energy pioneer Viktor Spyrock, a character based on the historical figure of Viktor Schauberger (1885-1958), an Austrian forester and inventor.
It is the baffling saga of a man who endangered his life to accomplish what he called Implosion Technology. An aether technology, based on nature's own processes and similar to the harmony found in nature and life itself. Through this technology he aspired to save the planet from an untimely demise and help humanity take the next step in it's evolution.

Philosophical questions and problems intersperse with detailed descriptions of his devices, based on the content of his own letters. Unexpected parallels with other inventors emerge. Political intrigues shape the inventor's life in the background, and often subject him to inconceivable turns of events.
May this book inspire you !


Olof Alexandersson - Lebendes wasser
Jane Cobbald - Viktor Schauberger
Callum Coats - Living Energies

Viktor Schauberger - Comprehend and copy nature
Viktor Schauberger - Die natur kapieren und kopieren
Viktor Schauberger - Comprendre et copier la nature
Viktor Schauberger - The Energy Evolution

Alick Bartholomew - Hidden nature
Alick Bartholomew - Le génie de Viktor Schauberger
Les Maitres de l'Eau - Viktor Schauberger


Free Energy - PDF


Friday, July 12 2019

Joseph Seeber - Der ewige jude

Deutschland-Literatur-Judaika-Der-ewige-Jude-Lyrik-Epos-1905.jpg


Joseph Seeber - Der ewige jude


Seeber Joseph, Geistlicher und Schriftsteller. Geb. Bruneck, Tirol (Brunico/Bruneck, Italien), 4. 3. 1856; gest. Enns (OÖ), 19. 4. 1919. Sohn eines Taglöhners. Nach der Matura in Brixen (Bressanone/Brixen), 1874, absolv. S. ein Theol.Stud. am Brixener Diözesanseminar (1878 Priesterweihe) und war kurze Zeit in der Seelsorge tätig. Bereits im Sommersemester 1875 an der phil. Fak. der Univ. Innsbruck inskribiert, hörte er 1879–81 v. a. germanist. und klass.-philolog.


Heinz Ballensiefen - Juden in Frankreich
Eberhard Taubert - Le juif éternel
Der Ewige Jude - The Eternal Jew - Movie


Der ewige jude.jpg

Wednesday, July 10 2019

Marie-Antoinette Mulot - Pierre Rousselet-Blanc - Soignez vos animaux par les plantes

Soignez vos animaux par les plantes.jpg


Marie-Antoinette Mulot - Pierre Rousselet-Blanc - Soignez vos animaux par les plantes

Toutes les maladies les plus répandues et les soins correspondant pour nos animaux domestiques et par tranche d'âge.


Marie-Antoinette MULOT dernière herboriste diplômée de France. Auteur de trois grands succès sur les plantes médicinales.
Son amour pour les animaux l'a incitée à écrire cet ouvrage dans lequel vous trouverez : les traitements aux quatre-vingt-quatre affections les plus fréquentes chez nos compagnons fidèles, les conseils de diététique alimentaire, toutes les adresses utiles et de nombreux conseils pratiques.
Un livre original et indispensable à tous les propriétaires d'animaux.

Pierre ROUSSELET-BLANC, vétérinaire, ami de tous les téléspectateurs et de tous les auditeurs.
Son apport dans ce livre est toute sa connaissance du monde animal et son opinion favorable pour une médecine par les plantes dans certains cas.
Un livre où les avis personnels comptent moins que les guérisons observées.


Herbalism - PDF
Animaux - PDF

Wednesday, July 3 2019

Alfred Schaefer - Lettre du 31 mai 2019




Lettre privée d’Alfred Schaefer (traduite de l’anglais), datée du 31 mai 2019


Merci beaucoup pour votre lettre du 4 mai 2019. Elle est arrivée dans ma cellule le 29 mai dernier.
Où en sommes-nous aujourd'hui ?
Nous avons maintenant une vision claire, nous pouvons poser un diagnostic très troublant de notre situation et cette image haute résolution s’imprime dans l’esprit d’un nombre croissant de personnes. Tout ce qui nous avait été soigneusement inculqué pour nous faire croire pour toujours à l’idée d’une extermination industrialisée des Juifs par les Allemands n’est rien d’autre qu’un leurre, une étape de l’agenda juif visant à soumettre les peuples européens.
Ce programme à l’échelle industrielle est appliqué par la race la plus ingénieuse de cette planète. Il est vrai que plus de 90 % de la technologie dont nous bénéficions, qui fait de notre civilisation ce qu’elle est devenue, vient du génie créatif de NOS Blancs. Nous n'avions pas réalisé que nous étions en guerre avec le Juif qui nous a joué ce mensonge insidieux pendant des centaines, voire des milliers d'années. Ou plutôt, que le Juif était en guerre avec nous depuis toujours.
Le traumatisme des deux premiers chapitres de « Judas contre l’Europe », connus sous les noms de Première et Deuxième guerres mondiales, nous a laissés très vulnérables aux infiltrations et à la subversion qui ont conduit à notre situation actuelle. Que voit-on ? Les vaccinations forcées pour nos enfants, considérés en tant que population excédentaire… remplacée par des criminels nègres de faible QI, se croyant chez eux, propagateurs de maladies contagieuses, qui envahissent nos pays pour participer à la frénésie consumériste destinée à nous donner le coup de grâce final.
Le Juif a mis en place toutes les lois, après avoir infiltré nos institutions. Après avoir volé tout l'argent possible pour financer les envahisseurs, il veut nous empoisonner avec des vaccins à base d'agents neurotoxiques rendus obligatoires afin de neutraliser nos défenses et accélérer le déferlement de hordes agressives à la peau foncée encouragées à nous dévorer jusqu'à l'os dans une orgie sans précédent. Le Juif gagne encore plus d'argent à mesure que cette frénésie cannibale progresse. Le Juif a besoin des envahisseurs pour plusieurs raisons. Comme un restaurateur a besoin de clients pour gagner de l'argent, le Juif a besoin des envahisseurs pour gagner encore plus d'argent car ce sont aussi des consommateurs.
Quand on regarde le menu du jour, on s’aperçoit qu’on y est, au sens propre. Dans ce contexte, tout fait sens. Nous avons été anesthésiés et nos cerveaux ont été bassinés pour participer au banquet final. Toutes les objections se brisent sur les démonstrations massives de notre situation désespérante. Celles-ci sont censées se poursuivre jusqu'à ce qu'il ne reste plus assez de muscle en nous pour arrêter ou inverser le processus, qui est celui de NOTRE génocide.
Le Juif a toutefois mal évalué la profondeur notre sommeil, qu’il confond avec le coma ou la mort. Comme un lion qui se fait grignoter par des souris affamées pendant qu'il dort, la morsure des rongeurs finit par le réveiller… Ce n’est alors pas le bon moment pour être une souris ou un Juif parasite. Dans la nature, il y a toujours des bons et des mauvais moments pour toutes les espèces. Par exemple, il était plutôt malsain d’être un Russe pendant la Révolution « russe » lorsque les Juifs ont pris le contrôle de la Russie, ont assassiné les Romanov et environ 100 millions d’Européens blancs pour créer (et faire fonctionner) l’URSS. Les Juifs ont tué tous ceux capables de réfléchir, raison pour laquelle le QI moyen en Russie a chuté d'environ 5 points, dans une opération d’extermination de masse. Quand les Allemands ont essayé d'empêcher cette folie qui voulait submerger toute l'Europe, les Juifs parasites ont incité le monde entier à se jeter sur l'Allemagne. Ce n'était pas le bon moment d’être Allemand en 1945 mais c'était le bon moment pour le Juif parasite, employé au WTC, parce qu’il avait été « élu » pour recevoir un SMS Odigo (?) le 10 septembre 2001 afin qu’il reste à la maison le lendemain. Les Juifs parasites étaient si heureux de voir les Américains brûler vifs que plusieurs d’entre eux ont fêté la mort des Américains et ont dansé au moment où les Tours s’effondraient derrière eux. Ensuite, après que le juif parasite Michael Chertoff eut assuré que tous les Juifs impliqués dans cette attaque avaient pu fuir en Israël, ces Juifs hilares se réjouirent et se vantèrent de leur exploit à la télévision israélienne. En 2001, c’était encore le bon moment pour être Juif. (...)
Les Juifs revendiquent aujourd'hui la responsabilité cumulative des crimes de leurs ancêtres. Cette posture provocante nous oblige à les traiter comme des ennemis déterminés à nous détruire. C'est notre obligation morale de demander justice contre un meurtrier de masse psychopathe, dont la vocation est de nous exterminer ou de nous dégrader au point de ne plus savoir qui nous sommes. (...)
JFH Reuben comprend cela très clairement et ce sont des gens comme lui qui sont les phares de notre espérance. Les Juifs et leurs zombies menacent de l'assassiner. Comme c'est pathétique !!! Ils veulent l’empêcher de faire son devoir !!!
Le retour au bon sens est la clé de nos progrès. Ces menaces ont amplifié notre éveil de façon phénoménale. C'est un exemple de l’effet des « boucles de rétroaction » typiques d'un processus de guérison organique qui se manifeste ainsi. Tout ce qu'ils font maintenant accélère l'éveil. Vous devriez entendre les gens dans cette prison. Surtout les Russes. Ils veulent « traiter » la maladie sans attendre. Pas demain, mais maintenant. Je ressemble à un enfant de chœur comparé à eux. L'énergie contenue dans ces émotions grandit comme un jardin bien fertilisé au printemps. C'est l'énergie qui alimentera et conduira à la guérison finale.
Monika m'a envoyé une longue lettre, avec le texte du discours qu’elle a prononcé aux Etats-Unis. Quel discours étonnant. Elle s’y prend vraiment bien. Rien de tout cela n’aurait été possible s’ils ne nous avaient pas fourni ce spectacle hilarant digne des MUPPET SHOW, un gang de Juifs déguisés en « juges ». Je n’ai jamais tant ri lorsqu’ils vomissaient leur « verdict ». Je profite d’une occasion en or d’organiser des séances d’enseignement privées, dont de nombreuses séances de 60 et 90 minutes avec un membre du conseil d’administration d’Audi. Pensez-vous que cela aurait été possible s'ils ne nous avaient pas poursuivis ? Aucune chance. J’ai toujours dit (cela peut paraître arrogant, mais je m'en fiche) : « Si je n’étais pas moi, je préférerais être mon ami plutôt que mon ennemi. »
Tous ceux de race blanche doivent le dire maintenant. Relevez-vous, faites le job et, une fois le travail accompli, vous pourrez redevenir sympathiques, amicaux et avoir confiance en vous. Avez-vous la moindre idée de la situation de « Oliver Brexit Party Brythonic » ? Il a fait un travail incroyablement bon dans la courte période avant que les Youpins ne le frappent.
J'ai reçu une merveilleuse lettre de JFH (Reuben) et je lui ai répondu. Je souhaite tellement qu'il puisse être actif sur Internet pour répondre à toutes les questions. Les gens pourraient nous accuser par la suite si nous ne faisons pas notre travail de manière satisfaisante ! Quand je vois la tête de ces « leaders occidentaux » j’en suis malade. Comment sommes-nous tombés aussi bas ? Que des chiennes, des lesbiennes et des juifs ! Pas un homme. Le misérable petit Trudeau, avec son ministre de l'immigration somalien nègre. C’est le point le plus bas de l’histoire du Canada. Trump doit se débarrasser de ses Juifs ou il ne survivra pas longtemps.
Je pourrais écrire environ 6 millions de pages sur tout cela, mais je vais terminer maintenant. Jamais dans ma vie je ne pensais me trouver dans une situation aussi polarisée. Nous voyons les hommes de main des Rothschild se liquéfier sous nos yeux. Les gens veulent les tuer, voilà à quel point ils sont détestés. Les gens ont compris que ces salopards veulent leur faire manger de la merde. C’est bien, car ils ne l’avaleront plus.


ligne.jpg

Merci de lui écrire à l’adresse suivante (en allemand ou en anglais) :

Alfred Schaefer
JVA Stadelheim
Stadelheimer Strasse 12
D-81549 München
DEUTSCHLAND

ligne.jpg

Alfred Schaefer - Videos
Alfred Schaefer - PDF

Tuesday, July 2 2019

Jacques Revel - L'horticulture pour tous

Jacques Revel.jpg


Jacques Revel - L'horticulture pour tous
Conseils techniques et pratiques pour la culture florale et le jardinage


Préface de L. Goupilleau
Directeur de l'Enseignement, de la Formation et des Actions Techniques
Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture

A l'usage :
- des lycées, collèges et écoles horticoles
- des centres de formation d'apprentis
- des maisons familiales rurales
- des centres de formation pour adultes
- des centres spécialisés de l'enfance inadapté formant les jeunes aux métiers de l'horticulture
- des sections d'éducation spécialisée des collèges
- des écoles nationales de perfectionnement

Ainsi qu'à tous ceux qui veulent apprendre à cultiver leur jardin.


Potager - PDF


horticulture pour tous.jpg

Grégory Bouysse - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau - Hors-série - Français sous l'uniforme Allemand Partie 2

Encyclopédie de l'Ordre Nouveau.jpg


Grégory Bouysse - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau
Hors-série - Français sous l'uniforme Allemand Partie 2
Sous-officiers & hommes du rang de la Waffen-SS

Extrait PDF - Acheter la version papier du livre sur Lulu.com


Dictionnaire biographique des Français sous uniforme allemand, partie II 344 biographies des plus importantes figures de la Waffen-SS (sous-officiers et soldats), organigrammes complets. Plus de 170 photos.




Grégory Bouysse - PDF
Waffen SS - PDF


Grégory Bouysse - Encyclopédie de l'Ordre Nouveau.jpg

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius