February 2013


Books

Thursday, February 28 2013

Marc Rouannet - L'éclosion révisionniste

Rouannet_Marc_L_eclosion_revisionniste.jpg
Marc Rouannet - L'éclosion révisionniste Livre 1
Le droit de l'historiographie

Marc Rouannet - L'éclosion révisionniste Livre 2
Études de faits et de fantaisies



Mort d'un révisionniste marrane

La très grande majorité des révisionnistes vit cachée. Pour les mêmes raisons qu’eurent de nombreux juifs, interdits de séjour en Espagne par décret royal, et menacés par l’implacable machine de l’Inquisition, qui se firent catholiques au moins pour en avoir les apparences dans la vie publique, tout en gardant au fond d’eux-mêmes leurs conviction personnelles bien ancrées, de très nombreuses personnes, qui avaient été pleinement convaincues par l’argumentation révisionniste, ont compris, en même temps, qu’il fallait le cacher, qu’il existait bel et bien une Inquisition qui pouvait à tout moment réquisitionner le bras séculier, que la révélation d’un état quelconque d’incroyance par rapport aux dogmes officiels était suivi non seulement de poursuites judiciaires, mais surtout de la révocation professionnelle, de l’isolement social, de la stigmatisation individuelle, entraînant divorce, ostracisme et déchéances diverses. Sans bénéfice pour l’avancement du savoir.
Les révisionnistes qui s’efforçaient de vivre ces ruptures à ciel ouvert ne leur en voulaient pas. Ils entretenaient, de façon plus ou moins clandestine, d’excellentes relations avec ces nouveaux marranes. Il y a ainsi tout un chapitre de l’histoire du révisionnisme, qui ne peut pas être écrit. Pourtant il y aurait du plaisir à révéler la pénétration de ce scepticisme bien ciblé dans les milieux les plus divers, parlementaires, surtout socialistes, journalistes, surtout les jeunes, les banquiers, les diplomates, que sais-je encore. Mais notre loi d’airain est et a toujours été de respecter les marranes, de ne rien révéler avant que la vie ne les quitte. Lorsqu’ils arrivent à l’ultime délivrance, les hommes cessent d’avoir peur, de se soucier de leur carrière et de leur avenir, ils abandonnent leurs vanités, le souci de leur famille, le qu’en dira-t-on. C’est l’heure de la vérité.
Marc Rouannet, décédé à Paris le 13 mai 2009, à l’âge de 69 ans, était un de ces nouveaux marranes. Il n’était pas seulement engagé dans la psychanalyse (cf. son « Lacan et Freud » dans Le Magazine littéraire, de février 1977) et les alentours de la psychologie. Il avait, à une époque, activement travaillé à exposer et à faire comprendre les subtilités et les beautés du raisonnement révisionniste. C’est lui, par exemple, qui, vers 1983-84, sous le pseudonyme de Nicolas Rapin, a édité un ensemble de deux volumes polygraphiés, L’Éclosion révisionniste. Le Droit de l’historiographie. De la négation à l’explication de la chambre à gaz d’Auschwitz, qui tournaient autour du grand procès Faurisson (1978-1983). Ils se trouvent aujourd’hui sur l’internet (site de l’aaargh/page « livres »). Il en fournissait de précieuses clés de lecture. Il publiait aussi une brochure anonyme, parue à La Vieille Taupe, L’Holocausticon. Il est juste que notre gratitude s’exprime aujourd’hui et que se complète ainsi le portrait d’un homme qui était attaché à la recherche de la vérité et voulait aussi lui survivre. Paix à son âme.

AAARGH, août 2009.



Pour plus d'informations

Wednesday, February 27 2013

Jean Markale - Carnac ou l'énigme de l'Atlantide

Markale_Jean_Carnac_ou_l_enigme_de_l_Atlantide.jpg

Jean Markale - Carnac ou l'énigme de l'Atlantide


Peu connu par le public, ce livre de Jean Markale tente de démontrer à travers les mythes celtes, voir pré-celtes que les alignements de Carnac et ceux d'Irlande, d'Angleterre, d'Ecosse sont les témoignages d'une ancienne civilisation. Une civilisation qui a précédé les celtes dans ces mêmes pays venus de ce qui fut autrefois le prolongement d'Héligoland. Il décortique le mythe de Platon et cherche des correspondances en enlevant tout le superflu d'un roman épique en ne gardant que l'essentiel.
Touche-t-il du doigt la vérité ? Certes, la terre entre la Bretagne et le Royaume-Uni est en parti sous la mer et que dessous doit reposer des vestiges d'une civilisation (le mythe d'Ys), certes, sur certains Cairns (comme Gavrinis), des signes sont gravés. Oui, il y a eu une civilisation avant les celtes. Une civilisation avancée (sinon comment auraient-ils pu déplacer ses pierres) qui fonda Carnac, la ville du cerf. Certes, cette civilisation légua au moins un Dieu (Kernunnos, toujours le cerf) aux celtes et gaulois mais s'agit-il vraiment de la civilisation Atlantéenne ?

En tout cas, une chose est sûre, ils n'étaient pas de simples chasseurs et cueilleurs comme nous le laisse penser les archéologues.
C'est un livre intéressant que celui de Jean Markale pour ceux qui aiment les théories et la Bretagne. Ne vous laissez donc pas rebuter par la longue liste d'énumération de dolmens, menhirs, cairns, etc, existants dans les pays gaéliques et britons que vous trouverez dans la première partie de l'ouvrage. Les deux autres parties rentrent du vif du sujet et font références aux mythes de la culture celte en cherchant derrière ceux-ci une explication et un parallèle avec le mythe de Platon. on y apprend pleins de choses et on voyage dans le temps à la recherche de ses vrais racines.


Ouvrages de Jean Markale

Monday, February 25 2013

Message aux jeunes Aryens de France

francais_sois_fier_et_silencieux.jpg

Message aux jeunes Aryens de France



Ce texte s'adresse aux jeunes hommes blancs isolés. Aux jeunes souffrant d’extrême solitude. Seuls au milieu du chaos racial qu'offrent les banlieues des villes françaises, et plus généralement tout le sud-est du territoire français. Si tu es un déclassé racial, cherchant comment survivre à un mal que tu as clairement identifié; lis attentivement ces quelques lignes qui te redonneront espoir et foi en l'avenir.


Ta situation d'isolement n'est pas nouvelle, nombreux sont tes frères qui l'ont vécue et en sont sortis triomphants.
Tu te retrouves aujourd'hui dans une classe, un établissement scolaire, une formation professionnelle, où les blancs se comptent sur les doigts de la main. Les seules personnes de ta race que tu côtoies sont tes professeurs ou formateurs, et quelques blancs arabisés.
Dans tes activités extra-scolaires, tu vois des blancs d'un milieu social plus aisé que le tien. Asphyxié par la haine de tes camarades de classe, ces blancs que tu fréquentes quelques heures par semaine sont une bouffée d'oxygène. Cependant il y a un mur invisible entre toi et eux. Une sensation que tu as du mal à définir. Au plus profond de toi tu sais, tu ressens, qu'ils ne pourront jamais être tes "meilleurs amis". Ils ne sont pas comme toi, ce sont des riches. Des blancs qui vivent dans une bulle sociale encore préservée grâce aux gros revenus de leurs parents. Ils ne connaissent rien de ton monde, ignorent tout de tes problèmes, de ce qu'est réellement la France, de tes combats quotidiens.

Tu aimerais toi aussi avoir des copines blanches, mais la seule chose que tu reçois des filles de ta race est du mépris. Tu vaux cent fois plus que tous les garçons qu'elles fréquentent, mais rien n'y fait. Pour ces filles tu es un "pauvre" et un "raciste". Tu ne seras jamais accepté dans leur groupe d'amis car tu briserais leurs confortables illusions.
Elles te voient comme un "pauvre" : c'est le produit de leur éducation familiale.
Elles te voient comme un "raciste" : c'est le produit du formatage de l'éducation nationale et de la télévision.


Tes années scolaires sont interminables. Tu ne penses jamais au futur, à ce que sera ton avenir. Tu es dans la survie. Pourtant ta scolarité va déterminer toute ton existence, c'est pour cela que tu dois te battre, et te battre intelligemment.
Oublie les françaises, oublie les copains, tu n'en n'auras jamais de vrais. Tu es un solitaire car tu es un être supérieur. Supérieur en âme et intelligence aux sous-races et aux autres blancs.
Toute cette jalousie, toute cette haine qui te frappe, tous ces coups qu'ils te donnent, tu dois apprendre à les cristalliser en diamant au plus profond de ton cœur. Ils seront garant du succès de ta vie d'Homme, lorsque tu seras libéré du système carcéral de l'éducation nationale.

Si tu es en "échec scolaire", c'est parce que tu ne reçois de l'aide de personne, ne perds pas confiance en toi. En rupture avec ce système, tu dois malgré tout trouver les forces pour réussir ta scolarité, coûte que coûte, il n'est jamais trop tard. Cela te permettra de facilement quitter la France.
La France elle est morte, oublie la, ton avenir n'y est pas. Passionne toi pour les langues étrangères, même si tes professeurs te dégoûtent profondément. La maîtrise d'autre langues, t'ouvrira les portes du pays de ton choix, où tu pourras fonder une famille et construire un avenir. Tu seras un français cultivé, les plus belles aryennes du monde se battront pour t'avoir. Fidèles et aimantes; tout le contraire des françaises qui sont le produit d'une fin de peuple.
L'éducation nationale est infestée de juifs et de francs-maçons, ils savent identifier et cibler les blancs comme toi pour les tuer dans l’œuf. Ne fais donc jamais confiance à tes professeurs, formateurs ou tuteurs. Donne leur juste ce qu'ils demandent, dis leur ce qu'ils veulent entendre. Apprends à être silencieux dans tes paroles, à être invisible dans tes actions.

Deviens un maître dans la discipline que tu auras choisi d'étudier. Mais ne néglige pas les autres. Soit compétent dans tous les domaines pour devenir un Homme complet. Travaille ton mental comme ton physique, ils sont indissociables. Pour cela pratique un Art Martial. Il t’apprendra à connaître ton corps, à maîtriser tes émotions, à assimiler les lois de la noble hiérarchie. Il te permettra dans la vie de tous les jours d'affiner ton sens critique, de distinguer ce qui est réel de ce qui est propagande et mensonge. Tu seras connecté à des forces ancestrales nobles et pures comme le sang qui coule dans tes veines.


Ta pureté raciale, la pureté de ton sang, c'est la seule chose que t'ont légué tes aïeux, mais c'est le plus beau cadeau qu'ils pouvaient te faire, il vaut tout l'or du monde.
Reste à l'écoute de ton environnement, apprends à connaître la façon dont se comportent les gens. Étudie-les, remarque ce qui les fait réagir. Ils ne changeront jamais, ce que tu apprends aujourd'hui sera toujours valable dans dix ans. Tu prends donc une avance considérable.
Si, de races inférieures ils sont, ne les méprise pas pour autant. Tu es un aryen, et eux, des sous-hommes. Ce qui te paraît facile et évident, ne l'est pas toujours pour eux.
Tes parents, et plus généralement ta famille, ne te comprennent pas, ne leur en veux pas. Ils viennent d'une France qui n'existe plus. Remercie les d'avoir choisi de donner naissance à un être pur, non métissé. Ton aryanité possède un génie créateur infini. Tes ancêtres ont conquis plusieurs fois le monde, tu peux faire de même.


Tu éprouves peut-être le besoin, à cause d'une trop grande solitude, de rejoindre un mouvement politique qui se bat pour ta race, où tu pourras te faire des camarades. Tu as envie de militer, de te battre pour les tiens. Tu peux aller à des réunions, des rencontres ou des conférences. Cependant, ne rejoins jamais aucune organisation. Tous les groupes de "résistants" sont manipulés par les services secrets de l'état. Tu finiras au pire en prison, au mieux avec des ennuis financiers, dans la misère. Les personnes honnêtes qui se sont lancées en politique en France ont toutes fini assassinées ou en prison. Tout est sous contrôle, il est trop tard. Garde toujours en point de mire que ton avenir n'est pas sur le sol français.
Le peu de mouvements honnêtes restants sont des impasses. Ils sont animés par de vrais français, mais qui ont grandi à la campagne ou à la montagne. Ces leaders de groupuscules se sont souvent lancés en politique lorsqu'ils sont arrivés dans les grandes villes pour leurs études. Ils furent alors choqués de n'y voir aucun blanc. Sûrs de leur bon droit, ils se sont lancés en politique. Ils n'avaient pas conscience qu'ils venaient de tout petits villages de quelques milliers d'habitants.
Ces petits villages de blancs, dont sont issus la majeure partie des militants politiques, ne représentent que 10% de la population française. Ils ne font évidement pas le poids face aux 90% restant. Ces masses des grandes villes et de leurs banlieues où il n'y a plus un blanc, où tu n'as jamais eu ta place et où tu n'en n'auras jamais. Ils ne le comprennent pas et s’obstinent dans des combats pour sauver une France qui n'existe plus depuis 40 ans.

Tu es peut être attiré par le mouvement "skinhead". Tiens-en toi le plus éloigné possible ! La mode skinhead est née en Angleterre. L'Angleterre est le poison de l'Europe, elle a toujours combattu contre nous, car elle est contaminée par le juif depuis des siècles. Les skinheads sont des alcooliques qui ne pensent qu'à boire de la bière et à se battre, favorisant la chute de notre race. Ce mouvement est depuis son implantation en France et en Europe, totalement manipulé par les juifs qui l'ont infiltré et neutralisé. Un skinhead est l'exact contraire d'un aryen !


Maintenant, tu sais pourquoi ton avenir n'est pas en France !

Les plaines, les vallées, les côtes, les monts et montagnes appartiennent uniquement à ceux qui se battent pour en jouir, ils ne sont jamais acquis, c'est un combat éternel.
Tant qu'il y aura des sous-races sur la planète Terre, nous devrons nous battre pour préserver notre espace vital. Les Français y ont renoncé en 1945. Le proche avenir de la France est semblable à celui des kabyles d'Algérie. La France est perdue, néanmoins notre race, elle, vit toujours. A travers toi et à travers ton idéal.

Autrefois, l'Afrique du nord, tout comme la vallée de l'Indus en Inde, les hauts plateaux du Moyen-Orient, les rives de la mer noire, de la mer Caspienne et de la mer Méditerranée étaient uniquement peuplés d'aryens. Exactement les mêmes peuples qui sont aujourd'hui envahis en Europe. Ils avaient bâti des royaumes et des civilisations merveilleuses. Les sous-races vinrent alors les parasiter, et les aryens les prirent en pitié, se métissèrent, et disparurent. Qu'en reste-il aujourd'hui ? Rien.
Certains préférèrent s'exiler plutôt que de disparaître, ils partirent s'installer en Europe. Ce sont tes ancêtres. Aujourd'hui l'histoire se répète, mais nous n'avons plus d'autre continent où fuir. Si nous voulons survivre, notre infinie bonté doit être maîtrisée, dispensée uniquement à l'égard de notre race. Sinon, nous disparaîtrons totalement de la surface de la planète.

Apprend à canaliser ton empathie. Elle est la plus grande force de l'aryen, qui seul la possède. Mais cette puissance, la puissance de l'amour, tu dois impérativement l'apprivoiser, sinon elle te détruira de l'intérieur, comme elle détruit actuellement notre race.

La haine ? De l'amour perdu. Dans ces années difficiles d'isolement que tu traverses, cet amour ne pouvant s'exprimer est transformé en haine. Une haine profonde à l'égard de la société, de tes semblables et des sous-races.
Sois fier et silencieux, prends ton mal en patience.
Affine cette souffrance, elle sera le carburant de ta volonté. Volonté qui te permettra de partir loin de la prison à ciel ouvert qu'est la France.

Fais tout cela avec amour, pour l'amour de ta pureté aryenne, de ton sang, de ta race, de tes aïeux, et de ta descendance à venir. Si tu as été mis dans une telle situation, cela va te paraître incroyable mais tu le comprendras plus tard, c'est parce que tu a été choisi par des forces supérieures pour participer à la résurrection de notre race. La race aryenne. Tu es l'un des meilleurs d'entre nous, tu seras plus tard un guide, un éclaireur.
Les nations blanches du reste du monde savent parfaitement ce qui se passe en France, et ne demandent qu'à être informées. Tes paroles, ton expérience, seront reçues dans ces pays comme celles d'un prophète.


Si tu souhaites te cultiver avec des informations sûres, tu peux le faire gratuitement sur ces sites internet :

the-savoisien.com
histoireebook.com
aldebaranvideo.tv
aryanalibris.com
balderexlibris.com
freepdf.info
pdfarchive.info



lebensborn.jpg



ligne.jpg



ManowaR - Defender, Live Magic Circle Festival 2008


When you are old enough to read these words
Their meaning will unfold
These words are all that’s left
And though we’ve never met, my only son
I hope you know
That I would have been there to watch you grow
But my call was heard and I did go
Now your mission lies ahead of you
As it did mine so long ago
To help the helpless ones who all look up to you
And to defend them to the end

Defender

Ride like the wind
Fight proud
You’re the defender
God has sent

Ride like the wind
Fight proud
You’re the Defender
God has sent

Father, father, father
I look up to you and heed thy call
This letter ends my search
I’ll live your dream now passed on to me
And I now wait to shake the hand of fate
Like the dusk awaiting dawn
So wizards cast your spell
With no heart to do me well
So it is written, it shall be

Defender

Ride like the wind
Fight proud, my son
You’re the defender
God has sent





Traduction :

Lorsque tu seras assez grand, pour lire ces mots
Leurs sens se dévoileront
Ces mots sont tout ce qu'il reste
Je pensais que nous ne nous verrions jamais mon fils
J'espère que tu sais, que j'aurai du être là
Pour te voir grandir
Mais mon appel a été entendu, et j'ai dû partir
Aujourd'hui ta mission t'attend
Comme il en fut pour moi, il y a bien longtemps
Aide les opprimés
Qui tous ont besoin de toi
Et défend les jusqu'au bout

Protecteur

Vol comme le vent
Combat avec fierté
Tu es le protecteur
Que Dieu a envoyé

Père, père, père je lève mes yeux vers toi
Et j’entends ton appel
Cette lettre achève ma quête
Je vivrai ton rêve, il se réalisera par moi
Et maintenant, j’attends de serrer la main du destin
Comme le crépuscule qui attend le levée du soleil
Sorciers jeter donc vos sorts
Sans cœur pour m’épauler
C'est donc écrit, que cela soit ainsi

Protecteur

Vol comme le vent
Combat avec fierté mon fils
Tu es le protecteur
Que Dieu a envoyé

Sunday, February 24 2013

L'Encyclopédie faites tout vous-même

L_Encyclopedie_faites_tout_vous-meme.jpg

L'Encyclopédie faites tout vous-même

Mieux, meilleur, moins cher.
Retrouver la qualité de la vie. Manger sain et bon. Faites tout, réparez tout.


Cet ouvrage comprend :

50 photos en couleurs
600 dessins
330 recettes du pain aux produits congelés
Les légumes sans engrais
L'initiation au filage de la laine, aux teintures végétales, au tissage, à la vannerie
Les produits de beauté à base de fruits et de légumes
Des petites réparations... des réalisations
L'isolation thermique


Un ouvrage absolument complet

1 Les conserves d'hier et d'aujourd'hui
2 Les recettes de grand'mère
3 L'installation, l'aménagement
4 Les réparations et l'entretien
5 L'artisanat
6 De la basse-cour au rucher
7 La beauté naturelle
8 Le potager biologique


Pour plus d'informations

Encyclopedie_faites_vous-meme.jpg

Encyclopedie_faites_tout_vous-meme.jpg

Saturday, February 23 2013

Magalion - Le chemin du Père



Magalion - Le chemin du Père
La véritable révélation des pouvoirs de l'Esprit


" En écrivant ce livre qui, j'en suis convaincu, apportera à tous une nouvelle lumière sur la vraie nature de l'Esprit, j'ai surtout pensé à tous ceux, de plus en plus nombreux, qui se débattent dans la jungle de la littérature des sciences dites occultes ou paranormales. Ceux qui sont à la recherche d'un enseignement complet, clair, vrai et simple, leur permettant d'avancer sur le Chemin de la lumière.
Vous trouverez ici la révélation des secrets à connaître pour que tous vos souhaits se réalisent.
Ce livre répond à vos préoccupations et vous indiquent comment mettre en pratique vos connaissances nouvelles dans la vie de tous les jours. Sous une forme facile à comprendre, dépouillé de tout langage technique, hermétique et obscure, il vous apporte les principes fondamentaux d'une transformation positive de la vie, une nouvelle vision des lois qui régissent toute la création, les plus hautes vérités sur l'être humain et sur toute la matière grossière et subtile qui l'entoure. Mais le but premier de cet ouvrage est de vous permettre d'appliquer les secrets qui y sont exposés afin d'améliorer définitivement votre existence.
Une Force magique sommeille en vous, une Force qui vous vient d'un Monde qui vous est encore inconnu, mais que vous allez apprendre à connaître. En développant cette force, vous obtiendrez tous les bienfaits de la vie : Amour, Santé, Paix, Réussite et Bonheur. "

Magalion.


Les ouvrages de Magalion

Friday, February 22 2013

Jean Dauvergne - Le mystère Makhonine



Jean Dauvergne - Le mystère Makhonine
Les dossiers de Jean Dauvergne - 1961

Chaque goutte de pétrole est une goutte de sang
Clémenceau


Energies et mensonges - Conférence Makhonine Face A
Energies et mensonges - Conférence Makhonine Face B



Yvan-Yvanovitch Makhonine en 1932 devant son appareil


Né en Russie en 1895, Yvan Makhonine, se retrouve pendant la guerre de 14/18 dans un centre de recherche d'Etat, à inventer des armes et des munitions de toutes sortes, ce qui lui apporte la fortune.
Vers 1917, il invente le moyen de produire un carburant synthétique, capable de faire fonctionner, sans modification notoire, tous les types de moteurs à explosion habituellement alimentés à l'essence ou autres carburants.
Contrairement à l'essence, ce carburant ne peut pas s'enflammer à froid, mais seulement à chaud comme notre fuel actuel. Mais il ne peut que difficilement s'enflammer par auto allumage, contrairement à l'essence, il peut donc permettre d'augmenter considérablement le rendement des moteurs à explosion par simple élévation de leur taux de compression.

Ce carburant, un peu plus gras que l'essence, ayant l'aspect du gas-oil, est facilement pulvérisable par les carburateurs des moteurs, à condition de les munir de dispositifs de préchauffage électrique de l'air pour faciliter les départs à froid et d'augmenter l'efficacité du moyen habituel de chauffage du corps de ces carburateurs.
Quelques adaptations du poids des flotteurs et des tailles des gicleurs sont à effectuer en raison de la densité de ce produit, nettement supérieure à l'essence, et voisine de 1. Vers 1918, Monsieur Makhonine, construit une locomotive à propulsion électrique dont les moteurs entraînant les essieux des roues sont alimentés par un générateur d'électricité lui-même entraîné par un moteur à explosion à fort taux de compression. Les wagons de ce train sont également équipés de moteurs électriques.
La source d'énergie utilisée est du naphte, pétrole brut ou à peine raffiné de l'époque, celui ci est mis en ébullition dans une chaudière, et ses vapeurs sont aspirées et traitées par un dispositif qui fait l'objet de l'invention avec une particularité jamais dévoilée par M. Makhonine.
D'après les témoins, il sort de ce dispositif une vapeur qui a l'aspect d'une fumée épaisse, et qui alimente directement le moteur à explosion du générateur électrique.
Si cette "fumée" est envoyée dans un appareil de distillation classique, elle se condense en ce fameux carburant qui peut donc être stocké pour son utilisation ultérieure.
Cette locomotive à propulsion électrique, ultra moderne pour l'époque par rapport aux gourmandes locomotives à vapeur, parcourt la Russie avec ses wagons, jusqu'en 1920 ou 1921.
Début 1922, Monsieur Makhonine, avec sa femme (la cantatrice Nathalie Ermolenko) et sa fortune, arrive en France, décidé à faire cadeau de son invention à l'Etat Français.
Pendant plusieurs années, de démonstrations en expertises, il fait fonctionner, avec son carburant et avec succès, tout ce qui est équipé d'un moteur à explosion, automobiles, camions, bateaux, avions etc.
On pourrait écrire des livres sur ce qui se passa pendant ces années, finalement tout s'arrête vers 1927 ou il se retrouve pratiquement ruiné, après avoir très largement subi le sort de beaucoup d'inventeurs.
Après la guerre de 39/40, avec les problèmes d'énergie et la dépendance qu'ils entraînent, il retrouve l'espoir d'intéresser à nouveau à son invention la France, les politiciens et autres décideurs et détenteurs de pouvoir de tout poil, ce qui aurait entraîné des conséquences économiques positives incalculables pour notre pays.
On remarque effectivement quelques sursauts d'intérêt au fil des années pour son carburant, années pendant lesquelles il cherche à développer une ou deux autres inventions, notamment l'avion à géométrie variable, idée dont il semble le réel inventeur. Cette invention sur laquelle il s'obstinera à ses frais finira de le ruiner complètement.
Monsieur Ivan Makhonine, ingénieur, inventeur Russe, décède en France en 1973 dans une maison de retraite pour émigrés Russes démunis, sans avoir dévoilé avec précision le secret de son invention, c'est à dire la technologie exacte de l'appareil qui transformait les vapeurs d'hydrocarbure et autres produits carbonés en une "fumée" condensable donnant ce fameux carburant et ceci avec un énorme rendement, ce que nous sommes incapables de réaliser avec notre science actuelle.
En conclusion, Monsieur Makhonine savait tout simplement fabriquer un carburant idéal qui n'était ni de l'essence ni du gas-oil mais un produit intermédiaire.
Il pouvait fabriquer ce carburant à partir des matières premières les plus impropres à cette opération, c'est à dire des goudrons de houille, les plus mauvais charbons, du pétrole brut, des huiles végétales et tous déchets carbonés ou hydrocarbonés.
Ce que nous savons, c'est qu'il préparait le produit de base avec des moyens qui différaient selon ce produit (voir brevet N°622.036), de façon à en extraire une vapeur qu'il faisait passer dans une sorte de gros tube calorifugé extérieurement - dispositif non décrit dans le brevet - dont l'autre extrémité est raccordée soit directement à un moteur, soit à un appareil de distillation classique d'où sort le carburant.
Ce sont évidemment les détails de ce dispositif, absent du brevet, qui nous sont inconnus.
On sait que les rendements de production de ce carburant exceptionnel étaient d'environ 95 % avec les pétroles bruts et les goudrons de houille. Ces résultats n'ont rien de comparables avec ce qu'on obtient en quantité comme en qualité par les méthodes classiques qui nous sont connues.
Nous savons aussi que les moteurs qui brûlaient ce carburant, en plus de leur rendement exceptionnel, ne semblaient pas polluer, ils ne produisaient ni fumée ni l'odeur désagréable habituelle, mais seulement une sorte de gaz chaud avec une légère odeur agréable.


Pour plus d'informations

Thursday, February 21 2013

Une ville agée de 200 000 ans dans le sud de l'Afrique



Michael Tellinger nous parle de ses recherches sur les ruines d'une cité âgées de 200 000 ans, localisée à la pointe sud de l'Afrique. Elles sont selon ses dires les restes d'une civilisation extra-terrestres.
Ces ruines qu'il étudie avec Johan Heine, sont composées de milliers de structures en pierre. Une des structure monolithique les plus importantes est référencée comme "le calendrier d'Adam".

Michael Tellinger Megalithomania 2011 presentation titled :
Vanishing gold civilisation of Southern Africa





Pour plus d'informations

Les ouvrages de Zecharia Sitchin
La douzième planète


www.michaeltellinger.com


Wednesday, February 20 2013

Georges Bernanos - La grande peur des bien-pensants

Georges_Bernanos_La_grande_peur_des_bien-pensants.jpg


Georges Bernanos - La grande peur des bien-pensants


Ce livre est un hommage à celui que Georges Bernanos appelait mon maître.
Il brosse un tableau critique, féroce de ces notables dont certains ont été glorifiés par une légende républicaine bien écrite et qui n'en demeure pas moins mensongère. Le style de Bernanos, son engagement servi par une intelligence rare posent un regard nécessaire sur une époque qui a plus d'importance sur notre temps qu'on ne le pense.


Ouvrages de Georges Bernanos


http://www.the-savoisien.com/blog/public/img17/.drumont_edouard_m.jpg


Autour du livre d’Édouard Drumont LA FRANCE JUIVE - Tome 1 - Tome 2

S'il est un classique de l'antisémitisme français, c'est bien celui-là !
Il est sous-titré "essai d'histoire contemporaine." Il a valu à son auteur, en même temps que la notoriété, une condamnation à une forte amende et deux duels.

Signalons du même Drumont Édouard (1844-1917) un ouvrage où il décrit la réception de son livre, La France juive devant l'opinion.

Georges Bernanos lui a consacré le livre La Grande peur des bien-pensants. Il appelle Édouard Drumont avec affection « mon vieux maître » ou le « vieux Drumont ».


Les œuvres d’Édouard Drumont


http://www.the-savoisien.com/blog/public/img4/depute_Alger_1898_Edouard_Drumont.jpg

Monday, February 18 2013

La vision du monde d'après Rudolf Steiner





D'après la vision du monde issue des recherches occultes de Rudolf Steiner :



“Dans la conception de l’Homme qui se trouve à la base de l’enseignement Waldorf figurent des connaissances justes et profondes (...) Dans la mesure où la race est une réalité naturelle, il paraît y avoir une concordance intrinsèque (eine wesentliche Übereinstimmung) entre la conception de l’homme du National-Socialisme et celle de Rudolf Steiner.”

(Alfred Baeumler - membre du service de Rosenberg et responsable de la pédagogie NS -, in Gutachten über die Waldorfschulen - Rapport d'expertise sur les écoles Steiner -, 1942)


Les Atlantéens sont la 4e Race-mère (ou 4e Grande Époque). Elle se composait de 7 sous-races, chacune liée à une aire culturelle et un centre de Mystères lié à l'une des 7 planètes. La 5e sous-race atlantéenne est celle des « Sémites originels » (ne pas confondre avec les juifs), un peuple blanc qui possédait la faculté de l’intellect et qui devint le germe de la 5e Race-mère, la Race-mère Aryenne, la nôtre, aussi appelée « grande époque post-atlantéenne ». Cette 5e sous-race était très différente des autres races atlantéennes. Une part de cette 5e sous-race est exclue et « élue », préservée et migre, de l’Atlantide vers l’Est, pour s’installer dans le Caucase près de la mer Morte, sous la direction du Manu de qui ils reçoivent l'enseignement des 7 grandes écoles de Mystères de l'Atlantide.

Les Aryens, les peuples blancs, sont issus de cette 5e sous-race atlantéenne. La civilisation post-Atlantéenne dite Aryenne qui est la nôtre est la 5e Race-mère, issue de la 5e sous-race atlantéenne. Dans le monde post-atlantéen on parle plutôt d'une grande époque divisée en 7 sous-cultures plutôt que d'une "Race-mère" divisée en "sous-races" (selon le vocabulaire théosophique) comme c'était le cas en Atlantide où les races étaient plus fortement distinctes qu'aujourd'hui.

La première civilisation aryenne post-atlantéenne, la plus spirituelle, celle de l’Inde antique, correspond au signe du Cancer. Le symbole du swastika est proche du signe du Cancer (69) qui représente une transition, un vortex, par exemple le passage d’une Grande époque (ou Race-mère) à une autre.

Les Aryens ont apporté le swastika avec eux dans les cultures qu’ils ont fondés de par le monde. Il représente avant tout le dynamisme des organes de perception suprasensible, aussi connus sous le nom de chakras, roues, fleurs de lotus, etc.

Les Aryens ont fondé les grandes cultures post-atlantéennes d’Est en Ouest (1re Inde antique; 2e-Perse antique de -5067 à -2907; 3e-Égypte-Chaldée-Babylone-Hébreux de 2907 à -747; 4e-Gréco-romaine de -747 à -1413; 5e-anglo-germanique de 1413 à -3573, soit l'époque présente qui constitue la culture maîtresse, quintessence de la Grande époque post-atlantéenne; 6e-Russe de 3573 à 5733 qui est le germe de la 6e Race-mère; 7e-Américaine de 5733 à 8000 finissant dans la "Guerre de tous contre tous").

Le bassin culturel indo-européen (aussi appelé indo-germanique) est issu du métissage avec les populations autochtones orientales qui ont adopté la culture aryenne. Les invasions-migrations des peuples de la Mer d’origine illyrienne (Aryens, européens blancs) apportèrent les Runes divines au Sud jusque dans le bassin sémitique qui se servit d’elle pour produire l’écriture phénicienne (J-Y Guillaume, Les runes et le secret initiatique). Ainsi les origines de l’Écriture ne sont pas phéniciennes ou sémitiques mais nordiques et divines. Même la Palestine vient de "Phillistins", et ceux-ci étaient d’origine illyrienne métissée aux sémites, et leur culture était d'origine illyrienne avant de devenir sémitique. Ce que nous faisons remonter au bassin sémitique viendrait donc en fait de l'Europe, de ces aryens venus du Nord. (Les Hébreux ont toujours tout reçu de l’extérieur après l’avoir rejeté.)

Le Graal est lié au zodiaque et, par-là, aux Runes. Le Graal est païen et nordique, pas hébreu ou sémitique. Le courant nordique germano-perse est celui des rois-mages, celui du Sud qu'on rencontre dans le monde indien, égyptien et judéo-chrétien est le courant des prêtres-bergers de l'Église ; c'est au fond la même opposition qu'entre le monde grec hyperboréen et le monde juif sémitique. Le Swastika peut être vu comme étant formé des deux runes Sowelu ϟ réunies par le centre.

Le paganisme grec contient des éléments centraux au manichéisme. D’où leur contact dans la Gnose. Le courant ésotérique, la Gnose, reprend le symbole du swastika en tant que symbole des organes de perception suprasensible. On retrouvait la croix gammée sur la mitre du prêtre de mitra, mais l'Église a effacé les croix gammées comme elle a effacé toute trace de la Gnose. Le swastika se retrouve aussi sur la poitrine de bouddhas, de même que sur le coeur saignant du Christ crucifié (Narbonne, France 4e siècle).

Les "maîtres de sagesse et de l'harmonie des sentiments", les boddhisattvas, sont au nombre de douze, réunis sous la direction de Mani, le plus grand des maîtres, dont Perceval, Roi du Graal, est une réincarnation. Hermès, Wodan-Bouddha, et le maître Jésus (Zoroastre) en font partie, de même que Scythianos (pour l'Europe). Mani a rassemblé les Douze au 4e siècle et au début de l'époque moderne (aboutissant dans le rosicrucianisme) pour qu'ils trouvent des façons de déverser davantage de connaissances spirituelles dans la vie des hommes, cela en opposition au plan du consortium romain qui visait à éradiquer jusque la moindre trace de la Gnose (ex: swastikas) et à diviser la connaissance en foi dogmatique aveugle contre science matérialiste. Les Douze ont concentré leur sagesse en Christian Rose-croix, qui est le 13e. C.R.C. et le Maître Jésus (Zoroastre) sont les maîtres de l'Occident.

Le sang des vieilles tribus germaniques (Goths, Visigoths, Lombards, Suèves, Vandales et Francs) est exceptionnel en ce qu'il est lié au pouvoir de l’Arbre de vie. Ce pouvoir ressuscitera à l'ère moderne dans la pensée des philosophes allemands idéalistes (Hegel, Fichte, Goethe), dans leur pensée pure, et présentement dans le contexte de la Seconde venue du Christ de l’Éthérique, car le peuple allemand est le peuple de Sa Seconde Venue, comme les juifs furent le peuple dans lequel Il s'est incarné. Un nouvel homme naît en nous lorsque nous nous adonnons à la pensée pure.

Le monde teutonique a su rester libre et indépendant du courant des prêtres au Sud, du courant étatique à l'ouest et du courant économique anglais, ce qui lui a permis de concevoir la tripartition sociale (réforme de la division tripartite indo-aryenne en producteurs, guerriers et prêtres), qui était déjà contenue dans le projet social templier, les gardiens du Graal. La tripartition sociale doit permettre la liberté de conscience et la liberté en matière culturelle spirituelle, en la séparant de l’État et de la vie économique fraternelle fondée sur les corporations de métiers. Les Goths (et leur "hérésie" arienne) avaient la plus grande tolérance religieuse et un grand respect de la liberté de conscience, contrairement aux catholiques romains. Cette même tolérance s’est manifestée plus tard dans l’appel des Templiers à séparer les pouvoirs temporel et spirituel pour garantir la liberté de conscience face à l’État, formant ainsi à Jérusalem un pôle d’indépendance spirituelle à l’opposé de Rome, qui était emmêlée dans les affaires temporelles et qui représentait le principe de la foi chrétienne imposée par la force, par l’État (romain). C’est chez les Allemands que sont nés les Rosicruciens. Les rosicruciens viennent de l’ésotérisme chrétien lié à la Gnose, notamment des Cathares (qui représentent un courant de Réforme et liberté anticléricale en France).

La légende (impériale allemande) des Wibelungen est celle de rois-prêtres initiés francs (germaniques) qui cumulaient les pouvoirs temporels et spirituels, possédaient que divers dons telle que la guérison et dont les racines remontaient à l'Atlantide, appelé Niflheim, pays des brumes, qui signifie aussi l'Allemagne (voir l’Anneau du Nibelung de Richard Wagner, basé sur des vieux mythes nordiques). Le nom Wibelungen-Nibelungen a dérivé en Gibelins, ainsi qu’on les appelle depuis les Hohenstaufen, qui désignent les partisans de l’Empereur en opposition aux guelfes, partisans du pape. Les Nibelungen sont présentés dans cette légende comme le berceau de la grande époque post-atlantéenne et les continuateurs de ces rois-prêtres Nibelungen. Leur déclin pousse à de nouvelles initiatives telle que celle de Barberousse (Frédéric 1er Hohenstaufen) qui partit à la recherche du Graal et le rapporta d'Asie. Barberousse, cet initié qui dort toujours depuis sous la montagne en l'attente de son réveil légendaire fut vraiment considéré comme l'héritier des anciens souverains francs originaires du Nibelungen.

Une des familles royales germaniques est la lignée d’Etichon d'Alsace, lié aux mérovingiens et père de St Odile (Sol Dei). Etichon et le courant des mérovingiens pourchassera tout le courant chrétien ésotérique lié à St Odile. Charlemagne et Charibet de Laon fondateur de la fraternité du Graal, viennent de la famille d’Odile, qui a finit par se mêler à toutes les grandes familles royales d’Europe. Perceval, le roi du Graal, est issu de la lignée d’Odile tant du côté de sa mère que du côté de son père. Un centre important du Graal situé au pied du mont Odile faisait partie de l'hoirie personnelle d'Odile avant de devenir le lieu de la Geste du Graal de Perceval de même que l'endroit où il fut élevé par sa mère Herzeloïde (réincarnation de Julien l'Apostat, qui comprit mieux que quiconque le christ solaire païen). C’est là plus tard que Steiner bâtira son Goethanum. Le christianisme ésotérique du moyen âge connaît cet important centre graalique, qui fut un centre druidique plusieurs siècles auparavant. Cagliostro l'a connu. Goethe aussi via le mouvement rosicrucien (lire 'Les Mystères' et 'Le Grand Cophte' sur Cagliostro). Faust, en particulier celui de Goethe est un retour du principe manichéen. Kaspar Hauser était un descendant de la maison de Baden, donc de la famille du Graal de St.Odile, il aurait dû devenir un grand maître rosicrucien et fonder un royaume du Graal dans le Sud de l’Allemagne, mais l'alliance des loges et des jésuites l'en a empêché.

Les Allemands de la 5e époque post-atlantéenne produisent le renouveau, la liberté, la résurrection. La grandeur des 4 premières civilisations post-atlantéennes vient des Aryens (issus de la 5e sous-race atlantéenne, "sémites originels", berceau de la grande époque aryenne/post-atlantéenne) qui ont fondé les grandes civilisations post-atlantéennes, culminant dans la grandeur de la civilisation gréco-romaine et dans l’apport des hébreux-sémites (dont les derniers exemples sont Marx et Lasalle). Mais le monde allemand ne répète rien, il produit le neuf, la liberté. Cette liberté est appelée à se réaliser concrètement dans les temps présents de l'ère spirituelle de Michaël (Soleil, 1879-2233), succédant à l'ère matérialiste de Gabriel (Lune, 1525-1879) et précédant celle terrible d'Oriphiel (Saturne, 2233-2587), qui coïncide avec la fin du petit Kali-Yuga en 189 et avec la Seconde venue du Christ dans l'éthérique. La prochaine époque culturelle, la 6e époque, est appelée la fraternité de Philadelphie et ce sont les Russes qui en sont le germe. Les peuples russes slaves immatures ont été conduits par des Scandinaves, les Varègues qui se sont occupés d’eux comme une bonne nourrice. La fraternité de Philadelphie sera une petite colonie à l'Est, exclue du reste de l’humanité et choisie/élue partout à travers le monde pour traverser les désastres de la guerre de tous contre tous et servir de germe à l’humanité de la 6e Race-mère, de la même manière que la 5e sous-race atlantéenne des « sémites originels » avait été élue pour servir de germe à la 5e Race-mère, la civilisation post-atlantéenne dite aryenne. L’Église de Philadelphie (6e époque post-atlantéenne) sera basée sur la fraternité et l’avènement du manichéisme et du Graal, dans un contexte post-cataclysmique, juste après la guerre de tous contre tous. L'humain est appelé è prendre le relais des dieux et à se diviniser, ainsi le Manu (maître des boddhisattvas) de la 6e Race-Mère sera pour la première fois un être humain évolué alors que toutes les grandes époques et races-mères précédentes, incluant la nôtre, ont été guidées par des Manus surhumains venus des cieux. C'est l'époque où l'humanité réalise le Graal et où le Maitreya atteint l'état de Bouddha. Le Graal représente ce qui est atteint lorsque les organes corporels sont transformés en organes suprasensibles, dont l'un des symboles privilégiés est le swastika. C'est la même chose que la Pierre Philosophale, qui représente la transformation du carbone vil de nos cellules en la pureté diamantesque des organes de perception suprasensible. L'humain purifié retrouve la chasteté des plantes et comme elles il récupère le CO2 poison et recrache l'oxygène pur, ainsi l'Arbre de vie redevient accessible. Ces forces du Graal qui seront liées aux Russes sont celles qu’il faut pour vaincre le Double satanique lié à l’Amérique. La mission du manichéisme se réalise et la race du bien (Église de Philadelphie, Russie) s'oppose à la race du mal (Satan, Amérique), or le manichéisme consiste à transformer et guérir le mal non pas à le combattre. La réalisation du Graal refait de chaque être humain un être auto-reproducteur et immortel par le pouvoir du Verbe, la Parole retrouvée, mettant un terme aux réincarnations. Le dessein de ce plan est la divinisation de l'être humain ("Vous êtes des dieux",Ps82,6; Jn10,34), qui doit devenir la 10e hiérarchie, à la suite des 9 hiérarchies angéliques de Denys l'Aréopagite). Le moi est une goutte de l'océan divin. Il n'est pas dans la tête mais dans le cœur. Son grand secret est que celui-ci est une ouverture directe sur le Dieu suprême.




ligne.jpg



La transmission du Graal :

· Adam
· Enoch
· Melchizedech
· Elie (ensuite Yahvé leur donne une mission lunaire spécifique qui les fait quitter le courant solaire le temps de préparer le corps physique pour l'incarnation du Christ dans Zoroastre-Jésus)
· Zoroastrisme (zoroastre a donné par son corps astral la doctrine d'Hermès et par son corps éthérique la doctrine de Moïse)
· Astrologie chaldéenne
· Sabéens (ex: maître babylonien du nom de Zaratas, qui fut la réincarnation de Zoroastre, et enseigna aux juifs à Babylone)
· Pythagore
· Platon
· Sibylles
· Rois Mages
· Jésus-Christ (-7) grande conjonction Jupiter-Saturne dans constellation du Poisson (J-S-P)
· christianisme johannique
· Paul
· Denys L'Aréopagite
· Julien l'Apostat
· Mani et les manichéens
· Alcuin
· christianisme irlandais-écossais
· Cour d'Haroun al-Rachid
· Trevrizent, Titurel, Kyot-Wilhelm-Guillaume, Perceval roi du Graal (grande conjonction J-S-P, 848 ap.J-C), Perceval de la famille du Graal par son père (comte Andlau) et sa mère (lignée de Etichon d'Alsace, St Odile)
· Wolfram von Eschenbach (source: Kyot)
· Cathares, Bogomiles, Waldenses, Albigeois
· Rose-Croix
· Goethe (il reprend l'étendard étoile dorée des Mages sur fond bleu, identique à celui de Kyot)
· Cagliostro (lire "Le Grand Cophte" de Goethe), épouse Babine Andlau, se servit de la grotte de Trevrizent, qui fut un centre spirituel important avant la Rev française



Détails supplémentaires sur l'être du Christ solaire au cœur du courant du Graal

(Extraits de La Quête du Graal : Wolfram von Eschenbach et la réalité historique, Werner Greub, tr.fr. 2002, v.o. allemande 1974, E.A.R.) :


À cette époque, l'Église réservait au petit peuple la morale plébéienne des bergers de l'Ancien Testament et de saint Pierre et saint Luc, tandis que l'aristocratie connaissait le christianisme royal et solaire d'El-Eleon, de la trichotomie du corps, de l'âme et de l'esprit, des généalogies de saint Matthieu, de l'Apocalypse de saint Jean l'évangéliste, des métempsychoses d'Origène, du Livre de Kells (Iona - 803) des évangélisateurs irlandais, dits "écossais" guérisseurs et voyants, amis des animaux, tels saint Florent, saint Colomban, et de très haute noblesse comme sainte Odile, fille du duc d'Alsace. Solaire et cosmologique, ce christianisme du Graal lié aux mystères de l'Antiquité révèle chez Parzival ses origines grecque, chaldéenne et persane: les Sibylles avec Kundrie, l'astrologie du Flegetanis, l'Ahura Mazda de Zarathoustra avec Mazadan. (Extrait de la Préface du Comte Christian d'Andlau-Hombourg)(...)
Wolfram von Eschenbach nous brosse la ligne directrice du christianisme d'Arabel. Gybourc fait allusion à ces "païens" qui, bien que païens, ne sont pas damnés parce que "chrétiens avant l'ère chrétienne", ils ont annoncé ou préparé le christianisme. Après Adam, elle nous nomme Enoch et Elie, c'est-à-dire deux prophètes qui, comme Melchizédech, étaient "Prêtres du Dieu Très-Haut" , morts non comme des humains, mais qui - après avoir rempli leur mission - "se sont élevés dans les cieux". Ces prophètes supérieurs, au-dessus des êtres humains, servaient le "Dieu Très-Haut". Ils ont fait la transition avec l'ère de Yahvé, ère à laquelle le peuple d'Israël avait reçu la mission - sous la conduite du dieu lunaire Yahvé ou Jehova - de "bâtir le temple de Dieu" pendant trois fois 14 générations. Les prophètes angéliques nommés par Gybourc ne suivaient pas l'enseignement du dieu lunaire Yahvé, mais celui du "Dieu Très-Haut", le Dieu solaire, qui avait décidé de se faire Homme. (...) Les prêtres du "Très-Haut" veillaient à ce qu'on ne perde pas de vue l'objectif global du développement de l'Humanité, tandis que certaines tâches particulières - comme par exemple celles du peuple d'Israël qui avait à accomplir sous la conduite du dieu lunaire Yahvé la mission que leur avait octroyé le "Dieu Très-Haut", le Dieu du Soleil "El-eleôn" - nécessitaient que l'on s'écarta de la grande ligne. Ces prêtres du Dieu Très-Haut, bien au-dessus de la nature humaine c'est-à-dire gardiens des mystères solaires, accomplissaient donc la tâche décrite par Wolfram dans Parzival comme étant celle des gardiens du Graal de l'époque préchrétienne. Ces serviteurs du "Dieu Très-Haut" ne pouvaient pas faire partie de la mission spéciale d'un seul peuple. Ils étaient les représentants de la conduite générale de l'Humanité.(...)
À côté des ces êtres supérieurs, Gybourc nomme également trois hommes "ordinaires" qui, bien que "païens", ne sont pas damnés: les trois Rois mages. Ces "païens" non soumis à la damnation éternelle dont parle Gybourc étaient des représentants de la grande ligne directrice du plan de la Création. Les trois Rois auxquels il est fait allusion à mainte reprise dans Willehalm étaient des "chrétiens de l'ère préchrétienne", c-à-d des païens au service ce de "Dieu Très-Haut" qui - après être devenu Homme - fut appelé le "Christ". Ils ont annoncé le Christ et "lorsque le temps fut venu", ils l'ont cherché pour l'adorer. (...) Les mages du pays du Levant étaient des élèves de Zarathoustra. Ils suivaient une prophétie de Zarathoustra rapportée par la tradition depuis plusieurs siècles. Les initiés à la science zoroastrienne devaient attendre "que le temps soit venu". Et lorsque apparût la constellation de planètes annonçant la venue du "Secours", les disciples de Zarathoustra vivant à cette époque se mirent en route.(...)
Ce n'est pas Mahomet - ou Allah - ni Yahvé que Gybourc-Arabel considère comme le "Dieu Très-Haut", mais bien le Christ, identique à "El Elyon", de l'époque préchrétienne. Ce El-Elyon que, dans sa lettre aux Hébreux (chap7) se rapportant à Melchizédec, Paul désigne comme étant le nom préchrétien du Christ, ce Dieu Très-Haut qui est à Mahomet - ou à Allah - et à Jéhova ce que le Soleil est à la Lune, est celui qui est à l'origine de la conversion d'Arabel (Wh. 310, 19). (...)
Dans la tradition zoroastrienne, ce Rédempteur portait le nom de "Secours" (protecteur). Dans la tradition juive également on donnait au Rédempteur un nom particulier ; on l'appelait le "Messie". Le Christ est le Messie attendu par les Juifs et il est également le secours attendu par les disciples de Zarathoustra. (...)
L'évangéliste Matthieu - devenu chrétien au moment de la venue du Christ - appartenait lui-même à la tradition des Rois. Mattai était un élève de Jésus Ben Pandira. Et il était donc en mesure, lors de la naissance de l'enfant Jésus, de nous décrire l'événement (avec la plus grande facilité et en utilisant des termes astronomiques exacts) comme étant en synchronie avec ce qui se passait dans le ciel et reconnaissable à la triple grande conjonction (note : la conjonction Jupiter-Saturne-Mars). L'évangéliste Jean lui aussi, voit dans le christianisme l'Accomplissement de la doctrine du Logos, déjà traditionnelle dans les cultures antiques. L'Apocalypse s'inscrit dans cette tradition et voit le développement futur de la Terre et de l'Humanité en relation absolue avec l'ensemble de la Création. L'ancienne sagesse des astres s'avère ainsi, dès les origines, comme une des composantes du christianisme. Le christianisme s'est développé en ligne directe à partir des anciennes cultures. Il contenait dès les premiers temps, leur sagesse originelle qu'il a élargie dans le sens du christianisme. Plus tard ce fait tomba dans l'oubli. On n'a plus ressenti le paganisme comme une étape préparatoire mais comme opposé au christianisme.(...)
Après le concile de 553, le christianisme d'église avait pris une direction tout autre que celle qui lui avait été donnée à l'origine. Les hommes qui dirigeaient l'Église à cette époque avaient perdu la compréhension de l'élément cosmique du christianisme et du rapport existant avec les expériences acquises par les anciennes cultures. Origène, qui avait encore cherché à faire la synthèse entre le christianisme et l'Hellade, s'était vu taxé d'hérésie. On a fait fi des performances de pointes de Grecs en matière de philosophie et de poésie en les déclarant "païennes". L'ancienne science des astres n'était plus accessible aux chrétiens de cette époque, et ce qui ne les intéressait plus, ils l'avaient rayé du programme de leur Église. Ils préféraient se concentrer sur la dualité corps et âme à l'exclusion de l'esprit, de l'être humain, à domestiquer surtout les "barbares" passés au christianisme et à les élever dans un premier temps au niveau de l'Ancien Testament. Et pour cela les méthodes mêmes de l'Ancien testament étaient parfaitement indiquées. Ces méthodes se révélant efficaces, elles se sont perpétuées. On oublia que le premier pas devait être suivi du second. Le second n'eut pas lieu et, avec le temps, on finit par oublier le côté spirituel du christianisme. On se concentra sur l'âme. On oublia le Christ, on le perdit pour se limiter à Jésus. (...)

Au IXe siècle, Kyot voulut renouveler ce qui existait déjà aux premiers siècles mais qui avait été perdu au cours de l'histoire. Le côté spirituel du christianisme originel n'avait jamais pénétré la réalité historique. On courait le danger de perdre à jamais le christianisme de Jean. Au IXe siècle, seuls les chrétiens du Graal, dans le secret, prenaient soin de la tradition de Jean dont ils étaient les gardiens. Les Pères officiels de l'Église n'avaient plus aucune compréhension pour les réflexions de l'Évangile selon Jean et l'Apocalypse concernant les rapports du christianisme avec l'ensemble du Cosmos. Ce que Wolfram dit des étoiles dans ses ouvrages passait au IXe siècle aux yeux des Pères de l'Église les plus influents pour des inepties sans preuves. (...)
Longtemps avant (Chrétiens de Troyes) Augustin, le célèbre docteur de l'Église avait réagi de façon semblable à ces "propos vides de sens sur les astres". C'est par Augustin que l'on voit de la façon la plus marquante comment s'est effectué ce passage du christianisme cosmique des premiers temps chrétiens au christianisme sans astres des temps qui suivirent. (...)
Comme tout chrétien de son entourage, Augustin était manichéen. Cela faisait absolument partie de la profession de maître de l'Église à l'époque manichéenne, dans le sens du christianisme de Jean, que d'être astronome et de mettre les événements du macrocosme en rapport avec la vie humaine. (...) À l'époque manichéenne, le prêtre était encore directeur de l'âme et de l'esprit. Cela s'est perdu par la suite. (...) le directeur de conscience s'est spécialisé dan ce qu'il pouvait voir et comprendre. Il a cédé une part de sa tâche au philosophe et à l'astronome pour se spécialiser dans la direction des consciences.(...)
Son talent de génie pour l'élément de l'âme dans la vie humaine, il l'a mis au service de l'aspect pastoral et humain du christianisme, en insistant sur cet aspect, et il a créé une nouvelle profession: celle de directeur des consciences. (...) ce manque de compréhension d'Augustin pour l'astronomie lui fit négliger le Christ cosmique et cet aspect du christianisme de Jean, dont il ne pouvait ni ne voulait se soucier. Au plus profond de son être, il entretenait une aversion pour l'Astrologie comme élément d'un christianisme cosmique. Il préférait le christianisme simple des bergers de l'Évangile de Luc au christianisme des rois de Matthieu sans parler du christianisme cosmique de Jean. (...) Homme franc, il disait avec toute la clarté souhaitable que ces "interminables radotages sur le ciel et les astres et le Soleil et la Lune" l'énervaient parce qu'ils lui paraissaient impossibles à prouver. Cet aveu était une fin de non-recevoir au manichéisme et, par anticipation, à cet aspect du christianisme du Graal qui se trouve encore dans les ouvrages de Wolfram alors qu'il a disparu du Perceval de Chrétien de Troyes. Augustin a renoncé au Christ - et plus tard à Rome - s'est spécialisé dans le côté humain de Jésus de Nazareth.(...)
Encore mieux qu'Augustin, Paul connaissait le caractère éminemment chrétien des religions pré-chrétiennes préparant le christianisme. Paul connaissait davantage de détails. Il savait même quel aspect avait le Christ pré-chrétien. Avant de se faire Homme, le Christ apparaissait aux hommes sous forme de "nuages" de "colonnes de feu" ou de "buisson ardent". Paul le dit expressément dans la lettre aux Corinthiens, chap 10, 1-4: "Car je ne veux pas que vous l'ignoriez, frères: nos pères ont tous été sous la nuée, tous ont passé à travers la mer, tous ont été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer, tous ont mangé le même aliment spirituel et tous ont bu le même breuvage spirituel - ils buvaient en effet à un rocher spirituel qui les accompagnait et ce rocher était le Christ."
Le Christ pré-chrétien a donc guidé les Juifs à leur sortir d'Égypte - Moïse suivait le Christ - et sous une autre forme il a également guidé les cultures iraniennes et les autres cultures préchrétiennes.(...)



Détails sur la famille du Graal :

· Wolfram von Eschenbach, un initié, auteur de Parzival, Wilhelm (Willehalm) et Titurel. Parzival est "la plus grande de toutes les épopées allemandes de ce temps", la source de Steiner sur l'épopée du Graal, meilleure que la version de Chrétiens de Troyes. Son Parzival rapporte, déguisés, des faits historiques concernant des personnalités historiques importantes. Parzifal est une œuvre qui présente les Templiers comme étant les Gardiens du Graal. Le Parzifal de Wolfram incarne clairement l'idéal Templier, signale Steiner. (Selon Steiner, Perceval est la réincarnation de Mani (manichéisme), le plus grand des Maîtres, dont le courant spirituel prépare un avenir lointain) Le maître d'Eschenbach, "Kyot" est historiquement Guillaume d'Orange. Son Parzifal descend de familles nobles germaniques. "...derrière le Duc Guilhem, le Guillaume d'Orange (Guillaume au Court-Nez) bien connu, et ce duc de Willehalm que Wolfram von Eschenbach se plut à désigner, plus tard, sous le diminutif de Kyot de Catalogne, époux d'Arabel et de Josiane en secondes noces, oncle et tuteur de Condwiramur, future épouse de Parzifal et mère de Lohengrin..." "par sa mère Herzeloïde, Parzifal était descendant du duc Étichon d'Alsace (et donc parent de sainte Odile), de par son père Gahmuret, il était d'Andschouwe - ou comme on dit ici d'Atlouwe un Andlau...(...) la ferme d'Arlesheim où Herzeloïde s'était retirée après la mort de son époux - et où Parzifal fut élevé - faisait également partie, depuis l'an 708 de l'hoirie personnelle d'Odile, et comme telle, plus tard, de son cloître. En tant que fils unique d'Herzeloïde, Parzifal en fut le seul héritier." . "...Andlau comme on désigne ce lieu là-bas, dont Barr est justement la capitale au pied du mont d'Odile. C'est de cette vieille terre d'Alsace que le fils de Gahmuret et d'Herzeloïde tirait son lignage et sa noblesse - de ceux comptant parmi les quatre chevaliers héréditaires du saint Empire..." "à la mort de son frère Dambenterre, droit seigneur de Maguelone, c'est à monsieur Guilhem qu'il revint d'assumer la tutelle de sa fille Condwiramur - Condwiramur qui (...) devait justement devenir la femme de Parzifal, la Blanche Fleur et la mère de ses jumeaux Lohengrin et Cardeiz..."(Jean-Yves Guillaume, Le Graal de Montségur, 2006, Éditions Alphée) "Rudolf von Habsburg is a direct descendant of Saint Odilie's brother. Maximilian boasted with pride of this descent. The House of Baden, too, derived thence, and by his marriage with Giselbert, daughter of Lothar I, the Count of Maassgau also united with the House of Brabant (Hessen). So, too, the House of the Dukes of Lothringen were descended through the male line from Eticho. By the marriage of Maria Theresa with Francis I, the House of Habsburg united with that of Lothringen to form what was later the Austrian Empire. Through the female descent they were naturally more and more of the ruling families united with the House of Eticho. The older genealogies show that, for example, the daughter of Hugo von Tours, Adelheid, married as her second husband Count Robert the Strong, Duke of the Franks, and so became the female ancestor of the Capets Kings. Certainly after quite a short time the Capets Kings became connected through the female line with the descendants of Eticho. Thus the son of Hugh Capet, King Robert II of France, married Bertha of Burgundy (vide table to illustrate the relationships of the personalities connected with the Grail Legend at the end of the book). From this marriage were descended the remaining kings of France and of Portugal. (...) As a matter of fact most of the ruling families of Europe were of the race of Odilie. And an old tradition emphasises this. The mission of these family connections was not so much to form a powerful House, i.e. turning a family spirit into a spirit of the times...its task was to expand what is bound up with the family into what is Cosmopolitan. A Gabriel blood-consciousness, which, indeed in some of its branches, bore on its coat of arms the Gabriel lily, was to become the vessel of the world-irridiating Sun impulse. Thus was the Kingdom of God to arise. In the time however during which this should have been accomplished it was neglected... those who are connected with the Grail story are...linked together in a family relationship... One sees, for instance, that Godfrey de Bouillon, whose companion in arms founded the Order of the Knights Templars, stands in a relationship with the family of Odilie. Charibert of Laon, Charlemagne, Hugo of Tours, Charles III, Richardis, Dietrich of Alsace, Philip of Alsace are all within this connection. Philip of Alsace was a master of Chretien de Troyes. His father was the recipient of a blood relic. (…) The task of the Grail family was to expland to world-embracing, cosmopolitan dimensions that once lived only in the blood of a particular group of people. " (Walter Johannes Stein, The Ninth Century and the Holy Grail, 1928) "Over Western Europe, before exoteric Christianity had filtered in from the East, there spread the culture of early european tribes: Goths, Visigoths, Lombardi, Suevi, Vandals and Franks. 'In this ancient Europe a group of human beings had been preserved who had not been taken away from sharing in the Tree of Life; in whom there lived on, so to speak, the trees of life: ash and elm. In Europe something was left over as it were, like a treasured remnant of the forces of life. In these peoples the forces of the Tree of Life to a certain extent still flowed through their blood. One can here understand how there could be a certain similarity between he blood of the Merovingian dynasty in France and the figure of Jesus -- the Luke Jesus-child whose blood was vivified with the full power of the life and chemical ethers, forces of the Tree of Life." "The task of the Grail family was to expand to world-embracing, cosmopolitan dimensions, which once lived only in the blood of a particular group of humanity. The bearers of this bloodline were carefully married into all the royal houses of Europe so that the ego-bearing power of the Tree of Life imbued blood could flow to all of humanity." "It seems that the Grail Family created the potential for what the Knights Templars, especially their inner group, could have stood for. But by their insistence on the continuation of a blood-line perpetrated in the old Gabrielic way, thos who clung to their Merovingian origins betrayed the true task and potential of the Grail Family. (...) If the central concern of the inner Grail Knights was the universality of Christ's blood, then what route did the 'failed' Grail Family take? As Walter Johannes Stein mentionned, the line of Clovis (the Merovingian line - note: direct opponent of the Grail Family - ) had as its emblem the lily connected with the Archangel Gabriel. Spirituality that arises through 'heredity' has for some time brought decadent supersensible forces into the material world. Odilie's true line would have been that of esoteric Christianity, with the rose as a symbol of genuine brotherhood free of hereditary prerogatives and privileges."(Thomas Cawthorne & Sylvia Francke.The Tree of Life and the Holy Grail, 1996, p.71-72)

· Caribert 1er de Laon: Fils de Fénix, roi d'Espagne et héritier de son père du royaume de Hongrie. fondateur de la fraternité du Graal (lignée du Graal), descendant direct du duc d'Eticho (père d'Odile), comme Parzifal. Connu sous le nom de Floris/Fleur, ou la Rose dans la légende de Fleur et Blanchefleur ou Floris et Blanchefleur (La Rose et le Lys). Il fut le grand-père maternel de Charlemagne. · Charlemagne (742-814) d'où vient le nom de la dynastie carolingienne, dont le Saint Empire romain germanique (800) se veut une continuité. Associé à la figure du grand monarque qui doit s'éveiller, qui dort comme envoûté dans la montagne. La grand-mère maternelle de Charlemagne était celle qu'on appelle Blanchefleur (Lily - le Lys) dans la légende de Fleur et Blanchefleur, (La Rose et le Lys).
· Frederick "Barbarousse" (c. 1123-1190), Frederick I von Hohenstaufen Roi des Germains et Empereur du Saint Empire Romain. "Frederick is the subject of many legends, including that of a sleeping hero. He is said not to be dead, but asleep with his knights in a cave in Kyffhäuser mountain in Thuringia, Germany, and that when ravens should cease to fly around the mountain he would awake and restore Germany to its ancient greatness. According to the story his red beard has grown through the table at which he sits. His eyes are half closed in sleep, but now and then he raises his hand and sends a boy out to see if the ravens have stopped flying. " Au cours du haut Moyen-âge, une vielle légende avait fait son entrée dans la poésie allemande: "les Wibelungen". (...) La famille royale franque y est présentée comme le berceau de la race mère post-atlantéenne ulltérieure. (...) Dans les temps plus anciens, les Wibelungen avaient été les rois-prêtres initiés ; les légendes impériales allemandes en perpétuent le souvenir. (...) La légende raconte le voyage de Barberousse en Orient, d'où il doit rapporter la sagesse supérieure, la connaissance, le Saint Graal, que lui remettront les initiés là-bas. - Frédéric 1er nommé Barberousse, 1122-1190, régna de 152 à 1190. Il participa à la 2e et à la 3e croisade, au cours de laquelle il périt. - Dans le mythe des 12e et 13e siècles, l'Empereur est assis ensorcelé, au cœur de la montagne ; ses corbeaux lui apportent les nouvelles du monde. (...) Dans la langue des mystères perses, ils sont le symbole du premier degré de l'initiation ; ils sont donc les messagers des initiés supérieurs. (...) Dans le peuple des Francs, qui fut si heureux de conquérir l'Ouest de l'Europe, il y a une famille de souverains dont l'origine remonte aux temps atlantéens. C'étaient les "Wibelungen" ou "Nibelungen", nom d'où a dérivé plus tard le mot "Ghibellitten", gibelins. (Note: Depuis l'époque des empereurs Hohenstaufen, 1138-1254, c'est ainsi qu'on appelait les partisans de l'Empereur allemand, par opposition aux "Guelfes" partisans du Pape.) On conservait depuis longtemps la mémoire d'une lignée de souverains appartenant au peuple Franc, qui avait son origine dans l'Antique pays des Nibelungen, et qui unissait en elle puissance séculière et pouvoir sacerdotale. C'est pourquoi Charlemagne a souhaité se faire couronner à Rome, pour ajouter une composante spirituelle à son pouvoir politique. (...) Comme on pensait (...) qu'un crépuscule des dieux approchait, une note tragique s'empara de cette lignée de souverains. On disait: ceux qui veulent avoir la connaissance peuvent certes devenir des initiés, mais ils doivent être remplacés par autre chose. Cette idée pris d'abord forme dans la célèbre légende de Barberousse (...) Barberousse fut vraiment considéré comme l'héritier des anciens souverains francs. Les Hohenstaufen étaient les gibelins, les Waiblingen, les Wibelungen, les Nibelungen, par opposition aux "Welfen", aux guelfes. Le récit le plus ésotérique ajoute à la célèbre légende de Barberousse que ce dernier rapporta d'Asie le Saint Graal en Europe. En tant que personnalité physique, il en mourut, et attend à présent. que son temps soit venu. - La légende raconte que Barberousse n'est pas mort mais attend dans le Kyffhauser l'heure de sa résurrection pour sauver l'Allemagne. - Ce récit traduit tous les sentiments qui animaient le Moyen-âge, par rapport à l'antique paganisme et au nouveau christianisme. (...) Barberousse est enfermé dans la montagne, cela signifie qu'ils est un initié. La montagne est le lieu de l'initiation. Le Christ monte avec ses disciples "sur la montagne", il pénètre dans le mystère. Les corbeaux sont le symbole de l'initiation de Barberousse. Dans le rituel initiatique perse, on distingue sept degrés de l'initiation. Les "corbeaux" sont le premier degré de l'initiation personnelle. (...) Barberousse alla en Asie, pour chercher les secrets du Saint Graal, l'initiation du christianisme. Mais il a péri sur le chemin qui menait au Saint Graal.. Il doit attendre "Dans la montagne" que le christianisme puisse faire la jonction avec l'ancienne initiation. Barberousse est allé chercher le christianisme, mais n'en a pas encore conquis l'initiation suprême. Parzival est le nouvel initié christique, la grande figure symbolique qui prend la relève de l'initiation de Siegfried. (...) La légende du lien entre le Parzival, le père et Lohengrin, le fils, rappelle l'importance de la culture citadine. Elsa de Brabant est la représentante des villes, de la conscience citadine. (...) Lohengrin, le fils de Parzival, est l'initié qui a fondé la culture citadine, qui fut envoyé pour féconder la conscience de l'humanité médiévale. Elsa de Brabant incarne la conscience humaine qui aspire à la vérité, fécondée par le monde extérieur, par le principe masculin. La conscience citadine, qu'Elsa représente, doit être fécondée par Lohengrin, par le Saint Graal. L'union de Lohengrin avec Elsa de Brabant est l'union de la culture matérielle avec la mission spirituelle de la 5e sous-race. "



Archange des Celtes et Germains, et le Graal

· "How did that Archangel work, who was once upon a time sent up to Norway with the northern, the Scandinavian peoples, and from whom the various Archangels of Europe — especially those of Western, Central and Northern Europe — received their inspirations? In the world outside it would be reckoned as folly that the very spot in the continent of Europe should be indicated, from whence at one time the greatest impulses streamed forth in all directions, the spot which was the seat of sublime Spirits before the Celtic Folk-Spirit as Celtic Archangel had founded a new Centre in the noble citadel of the Grail. From that spot which in ancient times was the centre for the outpouring of the spirituality of Europe, there also streamed forth that which was first of all given to the Archangel of the Northern peoples as his mission. To the external world it would, as I say, appear folly, if we were to indicate the spot from which radiates that which works into the various Germanic tribes, as that part which now lies over Central Germany, but is really situated above the earth." (Mission of the Folk-Souls, Lecture VII)
· "Thus whereas the corresponding Archangels who were once upon a time sent from the West towards the East, had ascended to the rank of Spirits of the Age, we still have an Archangel in Europe who worked in the Germanic and above all in the Celtic peoples; in those peoples who, at the time when Christianity started, were still spread over a great part of Western Europe, as far as the present Hungary, across South Germany and the Alps. These peoples had the Celtic Folk-spirit for their Archangel. The peoples belonging to the Celtic Spirit were also spread far up towards the north-east of Europe. They were guided by an important Archangel who, soon after the Christian impulse had been given to humanity, had renounced becoming an Archai, a Spirit of Personality, and decided to remain at the stage of an Archangel and to be subordinate in future to the various Spirits of the Age who should arise in Europe. Hence also the Celtic peoples as one combined people dwindled away, because their Archangel had practiced a special resignation and had undertaken a special mission. That is a characteristic example of how in such a case the ‘remaining-behind’ helped to inaugurate special missions. Now what became of the Archangel of the Celtic peoples, when he had renounced becoming a Spirit of Personality? He became the inspiring Spirit of esoteric Christianity; and in particular of those teachings and impulses which underlie esoteric Christianity; the real true esoteric Christianity comes from his inspirations. The secret, hidden place for those who were initiated into these Mysteries was to be found in Western Europe, and there the inspiration was given by this guiding Spirit, who had originally gone through an important training as Archangel of the Celtic people, renounced his further ascent, and had undertaken another mission, that of becoming the inspirer of esoteric Christianity, which was to work on further through the Mysteries of the Holy Grail, through Rosicrucianism. Here you have an example of a renunciation, a remaining behind of one of these Beings of the hierarchies, and at the same time you have a concrete example in which you can at once recognize the significance of thus remaining behind. Although this Archangel could have risen to the rank of an Archai, he remained in that of an Archangel and was able to lead the important current of esoteric Christianity, which is to work on further through the various Spirits of the Age. No matter how these Spirits of the Age may work, this esoteric Christianity will be a source for everything which may again be changed and metamorphosed under the influence of the various Spirits of the Age. Thus we have another example of how such a renunciation taken place, whilst on the other hand we are experiencing in our age the mighty spectacle of Folk-spirits being promoted to the rank of Spirits of the Age." (Mission of the Folk-Souls, Lecture VII)



ligne.jpg



Civilisation celtique berceau de la civilisation européenne

In Europe, if we make use of spiritual sight, we find in that wonderful Celtic culture which really underlies all other European culture the remnant of what arose as a result of the cooperation of the mind of the peoples with the wisdom of the initiates. Today Celtic wisdom has very largely been lost, and can be deciphered only to a certain extent by those who have spiritual vision. Wherever ancient Celticism still shines out as the fundamental basis of other European civilisations, there you have an echo of still older European civilisations which, although their paths were in reality the same, remained with the mighty Zarathustrian culture in so far as the characteristics of their peoples were concerned. (The East in the Light f the West, Lecture 5)



ligne.jpg



Mythologie germanique et anthroposophie

· "Although several things in the Germanic-Scandinavian mythology may appear curiously like the presentations of the Greek mythology, it must nevertheless be said that there is no other mythology on the earth which, in its remarkable construction and unique development, gives a more significant or a clearer picture of the evolution of the world than this Scandinavian mythology, so that this picture may be taken as a preparatory stage for the Anthroposophical picture of the evolution of the world." (Mission of the Folk-Soul, Lecture VII)
· "As a golden thread running through the last few lectures, was the idea that something is contained in the Germanic Scandinavian mythology or teaching of the gods, which in an imaginative form is wonderfully connected with everything we can extract in the shape of knowledge from the spiritual research of our own time. Now that is also one of the reasons why we may hope that the Folk-spirit, the Archangel who extends his educative and directing activity over this country, will permeate with the capacities he has developed in the course of centuries, that which may be called modern philosophy, modern spiritual research, and that from then on, this modern spiritual research will be fertilized in a popular sense. The further we penetrate into the details of the Germanic Scandinavian mythology, the more we shall see how wonderfully the great occult truths are expressed in its pictures such as really is the case in no other mythology." (Mission of the Folk-Souls, Lecture XI)
· "Thus for a long time there still existed the direct perception of the spiritual world, and because it was still so elemental and sprang so directly from clairvoyant experience, there still survived, when Christianity began to spread abroad, this conscious awareness of the spiritual world which was more developed in the Teutonic peoples than in any other. Then they felt that their erstwhile experiences of their original spiritual home were vanishing. And these spiritual experiences were lost when Nordic man received the consolations of Christianity. But Christianity did not offer him any direct vision. He had felt the fate of Baldur much too deeply to be able to console himself for this loss by exchanging Baldur for a God who had descended to the physical plane in order that the children of men who could only perceive on the physical plane, may also be allowed to rise to a consciousness of God. Unlike the peoples of the Near East, the Northern peoples were unable to respond to the words: “Change your mental attitude, for the Kingdom of Heaven is at hand!” In Palestine where Christ was born, there existed only long-lost memories of the fact that once upon a time there had been an old clairvoyance. In the East, the Kali Yuga, the Dark Age, had already lasted for three thousand years, when men could no longer see into the spiritual world. But they always yearned for that world and have ever told of a world which man was once able to perceive spiritually. But it was a world which had now vanished from their sight. Hence they had experienced the spiritual world in a much more distant past than the men of the North, and they only knew from memory that the spiritual world had once been within reach. Hence the peoples of Asia Minor could well understand the words: “Change your mental attitude for the Kingdom of Heaven is at hand!” They could understand the words: “The Kingdom of Heaven is nigh unto you even here upon the physical plane. Seek ye therefore the unique figure who will appear in the land of Palestine, seek ye the Messiah, the Incarnation of the Godhead, through whom you too will be able to find your relation to the Divine, even though you cannot raise yourself above the physical plane. Recognize that Figure in Palestine, know the Figure of Christ!” Those were the profound words of John the Baptist.
The Nordic man, of necessity, felt this differently; for a longer period of time he had experienced much more than the mere memory of a vision into the spiritual world. Hence there arose in him a thought of far-reaching importance, namely: this limitation to the outer physical plane, this darkening of spiritual sight, can only be an intermediate time. There must be a period of probation and man will have to discover what the physical world can teach him. This transition is necessary and he must therefore withdraw from the spiritual world. He must undergo the experience of the phenomenal world as a necessary training. But through this period of probation he will find his way back to that world whence he came. The vision of Baldur will be able to ensoul him again. In other words, the great truth which dawned in the course of the evolution of the Teutonic peoples that the world which was lost to clairvoyant vision would again become visible, he owed to the fact that man felt his sojourn on the physical plane to be a time of transition.
The Initiates had taught Nordic man that a change was taking place in the spiritual world during the intermediate time when he had lost the vision of the spiritual world and in consequence it would one day appear transformed. They explained this to him somewhat as follows: “Formerly you looked into the spiritual world and there you saw the Archangel of Speech, the Archangel of the Runes, Odin, the Archangel of Respiration, and Thor, the Angel of Ego-hood. You were associated with them, and he who is sufficiently prepared will be able to enter the spiritual world again. But it will then appear different; other powers will have been added to it, and the spheres of power and the relationships of power of those old spiritual leaders of the human race will have changed. You will, it is true, see into this world, but you will find it transformed.
What man will then see, the Initiates described to him as a vision of the future — the Vision that will one day appear to man when he is able to see into the spiritual world again, when he will see what has been the destiny of the old Gods and what was their relation to other powers. They described to him this vision of the future as seen by the Initiates when the Luciferic influence will to some extent override that which comes from the Gods and will, in its turn, be overcome. This was their vision of Ragnarok, the Twilight of the Gods. And again we shall see that all the events which were portrayed as future events could not, even down to the smallest details, be portrayed better or more aptly, nor in more fitting terminology than in the wonderful picture of the Twilight of the Gods. That is the occult background to the Saga of the Twilight of the Gods.
In what light, then, should man see himself? He should see himself as one who has received all that stems from earlier epochs as the origin and cause of his evolution. He should thoughtfully assimilate what he received as a gift from Odin, whilst feeling that he himself has undergone the ensuing evolution. He should receive into himself the teaching implanted in him by Odin. He should fight the good fight without delay. The Initiate, the Leader of the Esoteric School, makes that clear, particularly to Nordic man, by calling our attention to the divine-spiritual Being who appears to us so mysteriously, who in fact first plays a definite part in the Twilight of the Gods because he overcomes even that power by which Odin is at first overcome. In the Twilight of the Gods the role of Odin's avenger is a special role. When we understand this role we shall then perceive the wonderful connection between the native talents of the Teutonic peoples and our conception of the vision of the future. All this is expressed in a wonderful way, down to the smallest details in the mighty vision of the Twilight of the Gods. " (Mission of the Folk-Souls, Lecture IX)



· Charles IV de Bohème: dernier initié sur le trône germanique (son château de Karlstein comporte un monument rosicrucien)
· Albrecht von Scharfenberg (tradition de "Titurel", W. von Eschenbach)
· Walther von der Vogelweide (1170-1230, poésie), on trouve déjà chez lui l'esprit anti-papiste, anti-Rome, moderniste d'un Luther longtemps avant la Réforme. Et on y trouve aussi un christianisme intérieur graalique du genre Wolfram von Eschenbach. Il est mentionné dans le Tannhauser de Wagner.
· Tannhäuser, minestrel. Aussi le nom d'un opéra de Wagner dans lequel Wolfram von Eschenbach apparaît.
· Albertus Magnus ('Doctor Universalis')
· Dante ("nordique-dinarique", selon Rauschenberger, 1921) auteur du chef d'oeuvre La Divine Comédie. Liens avec l'ésotérisme templier et les Fidèles d'Amour, qui constituent le pont entre les templiers et les proto-rosicruciens.



ligne.jpg



Mystique rhénane :

· Maître Eckhart
· Jean Tauler
· Henri Suso
· Nicolas de Cuse
· Jean de Ruisbroek (mystique rhéno-flamande)
· Hildegarde de Bingen
· Angelus Silesius (de Silésie, en Europe du Centre, dont une partie est en Allemagne) influencé par les précédents (mystique rhénane).
· "La théologie germanique", Anonyme
· les "Amis de Dieu", Gottensfreund
· Martin Luther (liens évidents avec la rose-croix, son sceau par exemple.)
· Johannes Trithemius de Sponheim, (né Johann Heidenberg) division du temps selon les archanges (Samaël, Gabriel, Michaël, Oriphiel, Anael, etc.) dans leur fonction d'Esprits du temps, reprise par Steiner
· Christian Rosenkreutz dans deux incarnations très rapprochées. Appelé "le mystérieux allemand". Le nouvel initié christique après Parzival... Le premier à vivre l'initiation suprême christique et à ressusciter comme le Christ. Maître, avec Jésus, du courant spirituel occidental.
· Jakob Boehme (le "philosophus teutonicus" ou "Theo-Philosophus Teutonicus", Hegel l'appelle "le premier philosophe allemand")
· Basilius Valentinus (Basile Valentin) = Stefan Rautter (d'Alsace)
· Henricus Madathanus Theosophus, né Adrian von Mynsicht «Les Symboles Secrets des Rose-Croix» (1785). (Selon Steiner, c'est LE texte rosicrucien de la fin du 18e siècle, comme le fut Isis Dévoilée un siècle plus tard.)
· Robert Fludd (non Allemand, mais Steiner souligne que sa philo vient de Paracelse, donc d'Europe du Centre)
· Franciscus Mercurius van Helmont, Flamand (fils de Jean-Baptiste van Helmont)
· Jean-Baptiste Van Helmont
· Comte Michael Maier de Prague
· Daniel Stolz von Stolzenberg (élève de Maier) de Bohème
· Theodor de Bry (fit les gravures des ouvrages rosicruciens et reliés pour Fludd, Maier, Haklyut), de Liège, installé à Francfort



ligne.jpg



Théosophie 18e s. :

· Johann Albrecht Bengel
· Friedrich Christoph Oetinger
· Christian Friedrich Daniel Schubart
· Friedrich Christoph Steinhofer
· Philipp Matthaus Hahn
· Israel Hartmann
· Johann Heinrich Jung-Stilling
· Johann Jakob Moser
· Richard Rothe (sur Oetinger)
· Heinrich Khunrath, médecin et alchimiste allemand
· Knorr von Rosenroth
· Valentin Weigel
· Heinrich Vogel
· Johannes Reuchlin
· Heinrich Cornelius Agrippa von Nettesheim
· Paracelse, né Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim (suisse centrale, au sud de l'Allemagne)
· Comte de St-Germain (Allemand, cosmopolite, "St GERMAIN" est un nom qui parle en soi, comme "Christian Rose-Croix", dont il serait la réincarnation. Un exemple d'apatride. Ses origines exactes sont difficiles à cerner, mais il a baigné dans le milieu allemand. Il est mort en Allemagne; c'est là qu'il faisait ses recherches alchimiques.)
· Le mythe de Faust (inconnu), résurgence grandiose du principe manichéen, selon Steiner.
· La Renaissance italienne serait le fait de descendants d'envahisseurs Goths et Lombards, selon Woltmann (1905)
- Les 3 premiers "manifestes" rosicruciens ont fait leur apparition à Tubingen (Allemagne), les "experts" en attribuent la paternité à 3 Allemands : -
· Johann Valentin Andrae (Les Noces Chymiques, etc.. Écrit rosicrucien alchimique) (son projet rosicrucien fut détruit dans l'oeuf par la guerre de trente ans, opposant les loges aux jésuites, deux déviations inspirées par des éléments de la tradition templière.)
· Tobia Hess
· Christof Besold
· Wilhelm von Schroeder
· Louis-Claude de Saint-Martin (non Allemand, mais Steiner fait remarquer que sa philo vient de Jacob Boehme donc d'Europe du Centre)
· Franz von Baader (étudiant et "successeur" de St-Martin, Jacob Boehme, Paracelse)
· Karl von Eckhartausen, mystique suédois (autre fan de Boehme)
· Novalis, poète du courant romantique. Très spirituel et très estimé par Steiner (réincarnation de Elie, Jean Baptiste, peintre Raphaël, etc.).
· Georg von Welling (1652–1727) écrivain alchimique et théosophique bavarois.
· Karl Julius Schröer: prof que connut Steiner et qui l'a introduit à Faust. né dans ce qui fut autrefois l'empire d'Autriche. A compilé les "jeux de Noël", folklore allemand et autrichien. Il est la réincarnation de Platon. Pas spécifiquement rosicrucien, mais quand même représentant du courant platonicien qui est complété par le (et uni au) courant aristotélicien sous l'égide de la science spirituelle.
· Kaspar Hauser : né à Karlsruhe (où Steiner a donné sa conférence De Jésus au Christ en 1911, qui a déclenché les premières attaques contre lui en provenance des milieux jésuites). "'L'Enfant de l'Europe", descendant de la maison de Baden et héritier légitime, assassiné, aurait dû devenir un grand maître Rosicrucien. Fils du grand duc Karl de Baden et de Stéphanie Beauharnois. Sa mission était de faire de l'Allemagne du Sud un grand centre du Graal. Goethe, Schiller, Herder, Holderlin, etc., avaient préparé le terrain pour ça. Les jésuites et les loges ont voulu empêcher cela en emprisonnant et en tuant plus tard K.Hauser. Après Christian R+C, c'est Kaspar Hauser qui a la plus grande compréhension des souffrances du Christ, selon Steiner. Lié à Rudolf Steiner et à Christian Rosecroix, c'est un être angélique, absolument sans karma.
· Georg Friedrich Daumer, a recueilli la pauvre Kaspar Hauser et l'a éduqué. Selon Steiner Daumer fut "le dernier des Rosicruciens", Kaspar Hauser étant "le premier rosicrucien" car il s'était pas incarné depuis l'Atlantide.
· Richard Wagner, qui combine Beethoven (musique comme parole, expression de ce qui est intérieur) et Shakespeare (le déroulement dramatique, interactions sociales, extérieur).(Et pour ce qui est de Wagner: la tétralogie de L'Anneau du Nibelung, basée sur un très ancien mythe germanique, tétralogie suivie de Perceval comme 5e partie (cet opéra représente le christianisme qui apparaît à la suite du Crépuscule des dieux - par lequel l'âme groupe celte quitte son peuple pour s'occuper de l'ésotérisme chrétien). Wagner s'est intéressé de très près à toutes les légendes liées aux Wibelungen et à celles qui concernaient Frédéric Barberousse, pendant l'été 1848. Il rend compte de ses recherches dans son exposé "Les Wibelungen, histoire du monde tirée de la légende". Ce travail devint plus tard sa tétralogie "L'Anneau du Nibelung".
· Beethoven pour le romantisme en musique: il fait parler la musique, selon Wagner (tel que rapporté par Steiner).
· Bach
· Strauss (Richard Strauss - Also sprach Zarathustra (dans le film 2001 L'odyssée de l'espace) - aucun lien de parenté avec les deux Johann Strauss, père et fils, tous deux appelés les rois de la valse. J. Strauss II: la fameuse valse The Blue Danube/An der schönen blauen Donau)
· Mozart (Autriche)
· Le conte du baron Munchausen
· Le mouvement romantique en général, avec l'Allemagne comme épicentre.



ligne.jpg



- Penseurs philosophes idéalistes ("The group-ego of the Germanic peoples was felt to be the god Thor (...) Thor is the bestower of individual consciousness. In the macrocosm, lightning if the ego-force working within the blood, thunder the ego-substance of thinking. Thor as the storm god worked within these elements and their microcosmic reflection within humanity. The Germanic peoples advanced swiftly through the stage of the intellectual soul under the guidange of the Church in the Middle ages and with the advent of the consciousness-soul age they took on the role of representatives and pioneers of the ego. Their intimate relationship with the thunder god manifested as a rapid ego-development, that was also consciously cosmopolitan. (...) It is among the Germans and Austrian idealists of the eighteenth and nineteenth centuries that the sens of the ego first attains to total clarity.")

· Hegel ("Reconnaître la raison comme la rose dans la croix de la souffrance présente" = rosicrucien!)
· Fichte (père et fils)
· Schiller (éliminé par les loges+les jésuites alliés ensemble)
· Schelling
· Schlegel
· Alexandre von Humboldt et son père Wilhelm von Humboldt (ami de Goethe et Schiller)
· Hölderlin (proche de Hegel, Fichte, Schelling)
· Lessing
· Herder
· Goethe (Rosicrucien et fm) conte de fée Le serpent vert et le Lys, Faust I et II, poème Les Mystères, etc. Sa manière de voir le monde et de faire de la science est à la base de la science spirituelle, anthroposophie, de Rudolf Steiner. Fait très peur aux Jésuites. Savait que la mort de Schiller était un meurtre par les loges, Schiller en savait trop sur leurs complots, notamment sur leur complot contre Kaspar Hauser.


- (Parenthèse : Celtes, Germains, Allemagne du Sud et philosophie idéaliste allemande : "Every single people has its particular task. There above all we find that people, that collection of peoples, that community of peoples whom we know by the name of Celts. The Folk-spirit of the Celts — of whom from former lectures we know that later he received quite different tasks — then had the task of educating the still youthful ‘ I ’ of the peoples of Europe. For this it was necessary that the Celts should receive an education and instruction which was communicated directly from the higher world. Hence it is perfectly true that through their Initiates, the Druid Priests, the Celts did receive instruction from the higher worlds which they could not have acquired by their own strength, and which they then had to hand on further to the other nations.
The collective culture of Europe is a gift of the European Mysteries. The progressive Folk-souls are, as they progress, always the leaders of the collective culture of humanity. But at the time when these Folk-spirits of Europe had to direct men to work from out of themselves, it became necessary that the Mysteries should begin to withdraw. Hence with the withdrawal of the Celtic element there took place a kind of withdrawal of the Mysteries into much more secret depths. At the time of the old Celts there was, through the Mysteries, a much more direct intercourse between the spiritual Beings and the people, because the ‘ I ’ was still united to the group-soul nature, and yet the Celtic element was to be the donor of the ‘ I ’ to the other part of the population. We might therefore say, that before the actual Germanic Scandinavian evolution began, the mystery-education could only be given to European civilization by the old Celtic Mysteries. This mystery-education allowed just so much to come to the surface as was necessary to form a foundation for the whole culture of Europe. Now out of this old culture, through intermingling with the many different races, peoples and subdivisions of peoples, the most varied Folk-souls and Folkspirits were able to fertilize themselves, and they brought the ‘ I ’ into ever different conditions in order to educate it, the ‘ I ’ which has worked its way up out of the foundations of all that lies below the ‘ I ’ of man. (...)
In later times, in the Germanic Scandinavian domains, that which proceeded directly from a gradual, successive evolution of primeval clairvoyance and which had already been poured into the Sentient Soul, had to develop in quite a different way. Hence that current of inwardness, which indeed is only the after-effect of a more inward clairvoyant experience gone through in a former age. The Southern Germanic peoples had in the first place their task in the domain of the Spiritual Soul.
The Græco-Latin age had to develop the Intellectual Soul or Soul of the Higher Feelings. But it had not merely to give the impulse with this soul, it had to work also with a wonderful premature development that was endowed with clairvoyant experience. All this was poured into the Spiritual Souls of the Central European and Northern Germanic peoples. It worked among these souls as an inner capacity, and the Germanic peoples living more to the South had first of all to develop what pertains to the inward preparation of the Spiritual Soul, to fill it inwardly with the consciousness resulting from the old clairvoyance, but transposed on to the physical plane.
The philosophies of Central Europe, those philosophies which were represented by Fichte, Schelling and Hegel as late as in the nineteenth century, are apparently far removed from the sphere of mythology, but they are nevertheless nothing but the result of the most penetrating old clairvoyance, acquired by man when he worked in co-operation with the divine spiritual Beings. It would otherwise have been impossible for a Hegel to have looked upon his ideas as realities, it would have been impossible for him to make the strange statement so characteristic of him, when, in answer to the question, ‘what is the abstract?’, he replied, ‘The abstract is for instance an individual man who performs his daily duties, let us say a carpenter.’ That, therefore, which to the abstract scientist is concrete, was abstract to Hegel. That which to the abstract scientist are mere thoughts, to him were the great, mighty architects of the world. Hegel's world of ideas is the final, the most highly sublimated expression of the Spiritual Soul, and contains in pure concepts that which the Northman still saw as sensible-supersensible, divine spiritual powers in connection with the ‘ I ’. And when the ‘ I ’ was expressed in Fichte, it was nothing but a precipitation of what the God Thor had given to the human soul, now viewed from the Spiritual Soul in what seems to be the simplest of thoughts, the thought ‘I am,’ which is the starting-point of Fichte's philosophy. A straight line of evolution goes from the presentation of the ‘ I ’ by the God Thor or Donar to the old Northern peoples from the spiritual world, down to this philosophy. This God had to prepare all this for the Spiritual Soul in order that the latter might receive its fitting contents, for its task is to look out into the outer world and to work within that world. But this philosophy does not discover merely the external, crude, materialistic experience, it discovers in the external world the contents of the Spiritual Soul itself, and looks upon Nature merely as the other side of idea. Take this on-working impulse, and in it you have the mission of the Northern Germanic peoples in Central Europe." (Mission of Folk Souls, Lecture 10)



ligne.jpg



- Philosophes, penseurs reconnus mondialement (pas forcément liés au rosicrucianisme, mais germains) :

· Kant
· Heidegger
· Schopenhauer
· F. Nietzsche
· E. Haeckel (fortement inspiré par Goethe)
· Brentano
· Husserl
· E. Zeller
· Stirner
· Engels
· Leibniz
· Spinoza (ex-juif néerlandais)
· Carl Jung (il dirigea l'organisation psychanalytique en Allemagne juste avant la guerre), etc.
(plus sur la philo allemande - page anglaise de wiki)



ligne.jpg



Penseurs juifs allemands (loin du rosicrucianisme!) qui ont révolutionné leur domaine d'étude (En fait, leur culture-éducation germanique y est pour beaucoup...) :

· Marx (Steiner a signalé l'importance de sa culture-éducation allemande)
· Freud (sa clientèle: des juifs et surtout des juives névrosé(e)s de Vienne)
· Einstein (le seul allemand que l'histoire récente - fable convenue - retient comme "l'un des plus grands génies de l'histoire du 20e s.")



ligne.jpg



· H.P. Blavatsky : russe mais elle avait aussi dans les veines du sang d'Europe médiane (terme qui désigne l'Allemagne et ses alentours dans la terminologie de Steiner), et ce sang la poussait à contrecarrer tout ce qui venait des loges anglos. C'est ce sang d'Europe centrale (le mot "Central" indique que c'est le Cœur de l'Europe) qui la rendait si dangereuse et donnait tant de fil à retordre aux loges anglos. (p.74 La liberté de penser et les mensonges de notre époque.) Son livre "Isis Dévoilée" est considéré comme LE texte rosicrucien de la fin du 20e siècle, exactement comme le fut un siècle auparavant le texte de Henricus Madathanus Theosophus (1785). Steiner dit qu'à tous les cent ans, depuis quelques siècles déjà, un document authentiquement rosicrucien est mis en circulation.
· Rudolf Steiner (né à la frontière Allemagne-Autriche) sa tripartition est le renouvellement moderne d'une organisation sociale typiquement indo-aryenne et donc typiquement allemand et germanique (contrairement à ce qu'Hitler en dit), comme par exemple la pensée de Hegel sur l'État.
· Le Maitre de Steiner (inconnu)
· Félix l'herbaliste (détient des secrets occultes sur la nature, persécuté par les Jésuites, a prêté à Steiner un livre rosicrucien important, livre mis à l'index par l'Église à cause de son caractère anticlérical)
· Ita Wegman (la 2e en importance dans l'anthroposophie, âme-soeur de Steiner au sens spirituel - ils se réincarnent toujours ensemble pour travailler en complémentarité.)

Anthroposophes : W.J.Stein, G.Waschmuth, K.Konig,Steffen, etc.

· Adolf Hitler (vision du monde à la base de la pédagogie Waldorf reconnue et validée par le gouvernement NS, profs Waldorf ont enseigné dans les 'Goethe Schulen' NS)
· Rudolf Hess (anthroposophe? ou juste enthousiaste de la biodynamie?)
· Ursula Haverbeck (antroposophe comme son défunt mari Werner Georg Haverbeck, le fondateur du Collegium Humanum, mouvement illégal en Allemagne, révisionniste et pro NS qui travailla pour l'Ahnenerbe)
· Bernard Schaub (anthroposophe et révisionniste)



ligne.jpg



Jean-Yves_Guillaume.jpg

Le trajet qu'a suivi Jean-Yves Guillaume, reproduisant les migrations-invasions illyriennes dites des 'Peuples de la Mer', rapportée dans son roman "ING Les 7 seuils d'Atlantis". On voit que ce qui est arrivé en Palestine est une culture d'origine nordique. Guillaume explique sur la signification de ces invasions dans la création de l'Écriture dans son ouvrage sur les Runes "Les runes et le secret initatique". Quant aux origines de Perceval remontant à la noblesse germanique et à la famille du Graal (St Odile) c'est dans "Le Graal de Montségur", qui recoupe en partie les recherches d'Otto Rahn (Croisade contre le Graal, La cour de Lucifer, etc.) qui, au service de la SS, fit un périple à travers l'Europe pour mener des recherches sur le Graal, le paganisme, les Cathares et en particulier le château de Montségur qu'il prenait à tort pour le château du Graal (la Geste du Graal se rapportant à plus de 4 siècles avant les Cathares du 13e siècle, soit au 9e siècle.)



ligne.jpg



Ouvrages de Rudolf Steiner

Ouvrages de Martin Luther

Ouvrages de Johann Valentin Andrae

Ouvrages d'Adolf Hitler

Ouvrages de Louis-Claude de Saint-Martin

Ouvrages d'Otto Rahn

Ouvrages de Franz von Baader

Ouvrages de Friedrich Nietzsche

Ouvrages d'Ernest Haeckel

Ouvrages d'Helena Blavatsky

Friday, February 15 2013

R. A. Boulay - Les Serpents et les Dragons volants



R. A. Boulay - Les Serpents et les Dragons volants
L'Histoire du passé Reptilien de l'Humanité
1990



Pourquoi les anciens Dieux étaient-ils si timides ?

La littérature et la mythologie des anciennes cultures sont remplies avec des comptes de dragons, de serpents volants et autres lézards ailés. Qui étaient ces créatures volantes crachant le feu qui paraît avoir coexisté avec l’homme, quelquefois comme son bienfaiteur mais plus souvent comme son bourreau ?
Elles étaient peut-être seulement que des créatures fabuleuses, le produit de l’imagination fertile de l’homme. D’un autre côté, il est possible qu’elles fussent la manifestation de quelque chose d’autre d’événements si traumatisants et profondément enracinés dans son passé, que la connaissance de leur vraie nature a été inconsciemment supprimée et il n’en reste seulement qu’un souvenir allégorique.
Plusieurs civilisations de ce monde tracent leurs racines ancestrales à de tels dragons, lézards ou serpents volants. Dans la plupart des cas, ils sont crédités d’avoir apporté les avantages de la civilisation à l’espèce humaine. De plus, ils sont souvent décrits comme son créateur réel.
L’homme ancien a décrit ces créatures comme des êtres supérieurs ou des dieux qui pouvaient facilement se déplacer dans les cieux dans leurs "chariots de feu" ou "bateaux du ciel." Ils vivaient habituellement dans une "demeure céleste" et sont souvent descendus pour perturber les affaires de l’homme.
La culture la plus ancienne et importante, celle de Mésopotamie, a probablement été fondée par ces dieux serpents. La colonisation de cette planète par ces créatures est décrite dans un des anciens documents le plus dramatique et significatif la "Liste des Rois Sumériens." Daté du troisième millénaire avant J.-C., ce document fournit la succession des Rois de Sumer et leurs successeurs, la longueur de leurs règnes depuis, ce qui était pour les Sumériens, le commencement du temps quand leurs ancêtres sont venus ici et "descendirent" pour établir plusieurs villes sur la plaine alluviale de la Mésopotamie. S’appelant "Anounnaki," ces Proto- Sumériens sont crédités avec l’établissement de la civilisation occidentale sinon, celle du Monde. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il existe beaucoup d’informations sur ces civilisations les Sumériens, qui furent plus tard remplacés par les Akkadiens et les cultures Babyloniennes. Des nombreux monuments, objets fabriqués et tablettes cunéiformes qui ont été déterrés récemment, il est possible de reconstruire les événements qui se sont déroulés au début de l’espèce humaine.
Il y a aussi plusieurs preuves qui ont été originairement dérivées de la même source mais auxquelles on a donné une interprétation religieuse en étant transmise à travers des canaux sacerdotaux ou religieux. C’est de ce réservoir de sources anciennes que les histoires de l’Ancien Testament furent dérivées.
D’une combinaison de ces anciennes sources séculières et religieuses, il est donc possible de rapiécer ensemble l’histoire de notre descendance qui se trouve dans la venue des dieux serpents étrangers ou des astronautes qui ont colonisé la Terre il y a de cela plusieurs millénaires.
On y découvre que nos ancêtres commencèrent une colonie sur la Terre pour obtenir des métaux pour leur planète. Dans le but de transformer et de transporter ces métaux par vaisseau cargo au vaisseau mère orbitant, ils construisirent cinq villes opérationnelles en Mésopotamie. Une de celle-ci servie comme plate-forme de lancement spatial.
Les Sumériens appelaient ces "dieux" les Anounnaki, littéralement les fils d’Anou, leur dieu principal et leur chef. Les Anounnaki étaient une race extra-terrestre. En réalité, ils étaient une race de reptiles. Ils nécessitèrent une main-d’oeuvre peu coûteuse et, pour cette raison, ils créèrent un homme primitif.
En combinant les caractéristiques du singe homme natal avec leur propre nature Saurienne, ils produisirent "l’Adam" de l’Ancien Testament. Cet Adam était demi-humain et demi-reptile. Cependant, puisqu’il était un clone, il ne pouvait pas se reproduire. Comme les conditions commencèrent à changer sur la Terre et le climat s’assécha, il est devenu nécessaire de modifier l’Adam pour mieux l’adapter au climat variable. L’Homo-Saurien fut modifié et ils lui donnèrent plus de traits de mammifères. Ce fut la "Chute de l’Homme" biblique où Adam a acquis la "connaissance" ou la capacité de se reproduire sexuellement. Comme résultat de cette modification génétique, l’homme a perdu la plupart de son apparence et de sa nature Saurienne, sa peau brillante et écailleuse. Il a acquis des caractéristiques des mammifèresune peau flexible et douce, des poils, le besoin de transpirer et la capacité de se reproduire. Il n’était plus nu. Il devait maintenant porter des vêtements pour son confort et sa protection. À toute fin pratique, l’homme était maintenant un Homo sapiens. L’homme moderne ou l’homme de Cro-Magnon arrivait en scène.
L’homme a bientôt peuplé la Terre comme esclaves pour ces maîtres Sauriens. Il fut testé par les astronautes qui descendirent pour s’accoupler avec les filles de l’homme. Connus dans les Saintes Écritures comme les Néfilim, ils ne produisirent non seulement que des progénitures mélangées, mais ils firent des expériences génétiques qui sont mal tournées et produisirent un grand nombre de formes monstrueuses.
Ce fut une période pénible pour l’espèce humaine, puisque durant cette époque, il était littéralement de la nourriture pour les dieux. C’est le temps des Patriarches bibliques et ses rois dieux sumériens.
L’agitation sur la Terre fut soudainement terminée par le début d’une catastrophe naturelle mondiale, connu comme le Déluge ou la Grande Inondation. À ce moment, les dieux se retirèrent à leurs vaisseaux spatiaux, laissant derrière leurs progénitures semi-divines pour périr avec l’espèce humaine.
Après le Déluge, ils descendirent à nouveau pour établir de nouvelles villes sur les plaines de la Mésopotamie. S’accouplant encore avec l’espèce humaine, ils produisirent une race d’êtres semi-divins pour gouverner leur empire sur la Terre. De plus, une race de dieux guerriers fut établie dans les terres du Levant. Descendant des Néfilim, mais connue par le nom de Rephaim, cette race barbare persécuta l’humanité pendant des milliers d’années et n’a pas été éliminée comme menace jusqu’au premier millénaire avant J.-C.
Dans l’ancienne Mésopotamie, les dieux résidèrent dans un temple sur le dessus d’un ziggourat, une pyramide à étages élevée au-dessus des plaines. Ils y étaient protégés du public et seulement quelques prêtres de confiance y avaient accès. Dans cet endroit, ils mangèrent en secret étant entourés de rideaux, afin que même les assistants prêtres ne puissent les voir. On se demande si leurs manières de table étaient si atroces qu’ils devaient se cacher même de leurs serviteurs. Où était-ce encore beaucoup plus sinistre ?
Dans l’Ancien Testament, le besoin évident du secret est aussi vrai. Pendant l’événement connu comme l’Exode, la divinité vivait dans une tente et n’a jamais été vue ; de plus, elle ne mangeait jamais en public. Des directives spécifiques furent données à Moïse pour la préparation de la nourriture qui était laissée sur un gril près des quartiers de la divinité pour qu’il puisse manger en secret.
Il était défendu aux êtres humains de le voir. Le Dieu dit à Moïse : "Vous ne pouvez pas voir mon visage, parce que l’homme ne peut pas me voir et vivre." Et cette prohibition contre être vu par les êtres humains est portée à l’extrême partout dans les Saintes Écritures. C’est même devenu un ordre de ne pas faire "une image" ou une ressemblance de la divinité.
Donc l’homme est non seulement interdit de voir à quoi son dieu ressemble mais même de faire une image de ce qu’il pensait à quoi il ressemblait. Pourquoi le tabou ? Serait-ce que son logiquement que si les divinités étaient si supérieures et grandes comme les Saintes Écritures l’indiquent, qu’ils seraient flattés et permettraient à l’homme de voir et de copier leur magnificence !
Seulement quelques privilégiés pouvaient même s’approcher des divinités. En Mésopotamie, ils étaient les demi-dieux, la progéniture de l’accouplement d’un dieu ou d’une déesse et d’un être humain. Ceux-ci formaient l’aristocratie, et devaient voir aux besoins des dieux et former une barrière avec l’espèce humaine. Même ces demi-dieux étaient quelque peu étranges en apparence et avaient probablement certaines caractéristiques reptiliennes. Le célèbre Gilgamesh avait par exemple, quelque chose de bizarre dans son apparence qui faisait qu’il était différent des hommes normaux. Les Patriarches bibliques avaient aussi quelque chose d’exceptionnel au sujet de leurs apparences comme est démontré par le comportement absurde de Noé losque son fils l’a vu nu pour la première fois.
Selon la tradition de l’ancienne Babylonie, telle que rapportée par Bérossus, le prêtre Babylonien qui écrit à Athènes durant le troisième siècle avant J.-C., la descendance de l’homme peut être tracée à Oannes, une créature amphibie qui est sortie du Golfe Persique pour enseigner l’art de la civilisation à l’homme.
Bérossus les a appelés "annedoti" signifiant "les répulsifs" en Grec. Il leur fait aussi référence comme "musarus" signifiant "une abomination." La tradition babylonienne croit que la fondation de la civilisation est due à une créature qu’ils considérèrent être une abomination répulsive.
Si la tradition avait été inventée, une attitude plus normale aurait été de glorifier ces créatures comme des dieux splendides ou des héros. Mais le fait qu’ils choisirent de décrire leurs ancêtres de cette manière plaide pour l’authenticité du conte.
L’apparence reptilienne des dieux bibliques fut un secret bien gardé et seulement parfois est-elle perceptible dans l’Ancien Testament, comme par exemple, l’adoration évidente du "séraphin" ou du "serpent effronté" dans l’incident pendant l’Exode. Il y a un plus grand nombre de références, plusieurs d’entre eux explicites, dans la masse de littérature religieuse qui forme la base des livres de l’Ancien Testament.
L’opinion est maintenant accepté que l’Ancien Testament a subi plusieurs annotations et de sélections par les transcripteurs sacerdotaux. Mais, ailleurs dans la littérature religieuse, non sujet à leur influence, on trouve un portrait différent.
Dans le Haggadah, la source de légendes et de traditions orales Juives, il est révélé qu’Adam et Ève ont perdu leur "peau brillante et écailleuse" en mangeant le fruit défendu. Les Gnostiques, rivaux des premiers chrétiens, racontent que comme résultat d’avoir mangé le fruit, Adam et Ève ont acquis la connaissance, en parti le fait de reconnaître que leurs créateurs étaient des "formes bestiales."
Le triste fait est que nous avons créé Dieu dans notre image et pas l’opposé. De cette façon, nous avons caché la vraie identité de nos créateurs.
La plupart des mythologies et des religions du monde font référence à leurs ancêtres comme des serpents volants ou des dragons qui ont apporté les arts et les métiers de la civilisation à l’espèce humaine. Le plus vieux des livres Chinois, le mystérieux "Yi king," déclare que les premiers êtres humains furent formés par l’ancienne déesse Nu Kua (Note de l’éditeur : comparez la linguistique à Ninhoursag !) qui était un dragon. Les empereurs Chinois réclamaient être des descendants de cette déesse dragon.
Les plus vieux et célèbres des classiques Hindous, le "Ramayana" et le "Mahabharata," concernent les rapports de l’homme avec les dieux serpents qui étaient aussi leurs ancêtres. La mythologie Mésoaméricaine et Africaine racontent que des serpents volants et des êtres ressemblant à des dragons descendirent des cieux pour leur enseigner les éléments essentiels de la civilisation.
Les dragons et serpents volants qui se trouvent dans la mythologie ancienne étaient des lézards à grandes jambes qui avaient aussi la capacité de voyager leurs vaisseaux spatiaux. Comment autrement les vieillards pouvaient-ils illustrer ce fait sauf qu’en leurs fournissant des ailes ?
Même l’Ancien Testament décrit que le serpent du Jardin d’Éden était un lézard ou reptile puisque, s’il avait perdu ses mains et ses pieds comme résultat de la Chute de l’Homme, alors logiquement il avait été précédemment un serpent ou un reptile avec ses extrémités.



Pour plus d'informations

Thursday, February 14 2013

David Icke





David Icke - Le Plus Grand Secret - Tome 1
Le livre qui transformera le monde

David Icke - Le Plus Grand Secret - Tome 2
Le livre qui transformera le monde

David Icke - Les enfants de la matrice - Tome 1
Comment une race d'une autre dimension manipule notre planète depuis plusieurs millénaires



Pour plus d'informations






Les théories du complot extraterrestre reptilien sont-elles anti-juives ?


L'article complet sur le blog du Gentil


David Icke est-il antisémite ?
Il y a quelques mois, j’ai assisté à un débat assez incongru entre un ami à moi et des personnes apparemment bien-intentionnées, mais qui dans leur opposition à la juiverie et Israël restent fondamentalement ignorants quant à savoir si oui ou non David Icke — l’auteur-conférencier qui propage la plus étrange théorie du complot que j’aie eu le déplaisir de lire sur le thème des reptiliens intergalactiques polymorphes qui mènent le monde — est anti-juif ou non. Les partisans de la proposition « David Icke est anti-juif » se basent sur la prémisse suivante: puisque David Icke a critiqué Israël et donne une place centrale aux Rothschild dans son étrange « théorie » sur la soi-disant « élite », alors cela signifie qu’il est aussi un adversaire des Juifs.
Je ne propose pas ici de faire une étude exhaustive ou même complète de l’écriture volumineuse et incohérente d’Icke, mais plutôt de résumer ses vues réelles sur le sujet par le biais de ses propres écrits, tout en indiquant si elles peuvent être considérées comme anti-juives ou non.
Tout d’abord, Icke croit en effet que des reptiles intergalactiques polymorphes mènent effectivement le monde et sont engagés dans une diabolique conspiration visant à « asservir l’humanité » comme des « robots » ou des « zombies », ce qu’il assimile généralement à une forme de « fascisme ».
Au centre de la théorie de Icke se trouvent les grands banquiers centraux, ou ce qu’on pourrait appeler la haute finance, qui utilisent la puissance de leur richesse presque infinie (acquise grâce au contrôle des principales monnaies du monde) pour faire avancer le programme reptilien, et se trouve aussi identifié l’agent principal de ces reptiles intergalactiques polymorphes: la célèbre maison de Rothschild. Les Rothschild, comme chaque écolier sait, sont probablement les plus célèbre, et certainement les plus ouvertement publicisés parmi plusieurs grandes dynasties historiques et actuelles de banquiers juifs. À première vue, cela semble vouloir dire que Icke estime que les juifs sont au cœur de cette conspiration intergalactique de reptiles changer de forme, n’est-ce pas ?
C’est le cas, du moins jusqu’à ce que nous lisons ce que Icke dit dans son ouvrage-clé « Le Grand Secret » :
« Les reptiliens se sont servis de la race blanche comme principale voie de contrôle global, mais ils se sont mêlés avec toutes les races, y compris les Chinois, les Japonais, les Arabes et ceux que l’on appelle les Juifs. Tout cela permet aux reptiliens de contrôler des gens et des organisations apparemment sans lien. Il s’agit de la version extraterrestre de membres de la même société secrète travaillant dans de nombreux centres d’influence, tandis que le reste de la population n’a aucune idée qu’ils sont interconnectés. »
Ce qui indique clairement que les juifs en tant que groupe ne font pas partie de « l’élite » telle que Icke la conçoit, mais sont plutôt un groupe humain comme un autre, dont les dirigeants sont remplacés par «croisements» entre les humains et lesdits reptiles intergalactiques polymorphes...


Wednesday, February 13 2013

Rudolf Steiner

rudolf_steiner.jpg

L'origine jéhovique des problèmes communistes et wilsoniens (Ligue des nations et 14 points).

Et ce qui sera caractéristique, c'est que, pour la dernière fois, l'impulsion de Iahvé déploiera des efforts considérables et puissants à travers ce que le prolétariat interprétera comme le socialisme international. C'est pour l'essentiel le dernier rebondissement de l'impulsion de Iahvé. Nous voilà devant ce phénomène singulier : chaque peuple deviendra un peuple de Iahvé, mais prétendra en même temps répandre sur la terre entière son culte de Iahvé, son socialisme.
(...)
Tous les peuples de la Terre devraient ressembler au peuple juif de l'Ancien Testament : c'est l'appel de Woodrow Wilson.

Selon Steiner, Woodrow Wilson serait la réincarnation du bras droit de Mohammed. Wilson est probablement l'homme que Steiner a le plus vertement attaqué publiquement, il n'a jamais tant exprimé de mépris (Steiner était tout sauf haineux) qu'envers cet homme qu'il disait complètement dominé par les ténèbres, mis en pouvoir par les manigances des loges.

Le jeune Steiner, journaliste, n'était pas dans le camp des antisémites (fin du 19e - début 20e s.), même qu'il les jugeait plutôt puérils, mais quelques années plus tard, il a enseigné des choses (perçues spirituellement par lui-même) qui seraient de nos jours qualifiés de racistes et antisémites, notamment quand il décrivait le Juif Errant comme une entité qui existe dans les mondes invisibles, une entité retardataire de nature ahrimanienne (disons satanique-antichristique pour ceux à qui le zoroastrisme ne dit rien) incapable de mourir, errant à la frontière monde sensible et suprasensible (comme le Hollandais volant), et qui règnerait sur les juifs en tant que gardien du judaïsme post-Golgotha.



Le Karma

Mythes et mystères égyptiens

Liberté des idées et forces sociales

L'évangile selon Jean Cycle de douze conférences
L'évangile de Jean Quatorze conférences

Leçons ésotériques Tome 1
Leçons ésotériques Tome 2
Leçons ésotériques Tome 3

Dictionnaire de Christologie

Connaissance Logique Pensée pratique

Autobiographie Volume 1
Autobiographie Volume 2

Les exigences sociales fondamentales de notre temps

Vies successives et Karma



Rudolf Steiner (25 février 1861 à Donji Kraljevec, Croatie/Empire austro-hongrois, - 30 mars 1925 à Dornach, Suisse) est un philosophe, occultiste et penseur social de nationalité autrichienne. Il est le fondateur de l'anthroposophie, qu'il qualifie de « chemin de connaissance », visant à « restaurer le lien entre l'Homme et les mondes spirituels ». Ses adeptes le considèrent généralement à la fois comme un homme de connaissance et un guide spirituel.
Sa doctrine est à l'origine de projets aussi divers que les écoles Waldorf, l'agriculture biodynamique, les médicaments et produits cosmétiques Weleda, le mouvement Camphill et la Communauté des Chrétiens.



Pour plus d'ouvrages de Rudolf Steiner

Tuesday, February 12 2013

Wing-Commander Leonard Young - Deadlier than the H-Bomb



Wing-Commander Leonard Young - Deadlier than the H-Bomb


Having fought against tyranny for thousands of years and having been sustained by a strong faith throughout, first the Druidic and then the Christian, are we now going to let our Christian and British faith and traditions go by default and tamely submit to the worst tyranny the world has ever known?
The author claims that we are in the process of destruction by something deadlier than the H-bomb; something which in our blindness, we are allowing to corrode the props of our culture and civilisation.
Is there a secret plan for the destruction of the Western way of life? Many famous sailors and soldiers have written on this theme. Here a retired Air Force officer comes to similar conclusions. He quotes from a confidential document of the Political and Economic Planning Organisation :

"You may use, without acknowledgement, anything which appears in this broadsheet on the understanding that the broadsheet and the group are not publicly mentioned, either in writing or otherwise. This strict anon­ymity is essential in order that the group may prove effective."

He describes this work of P.E.P. as "Sovietism by stealth". He quotes many famous statesmen in support of his contention. Thus Lloyd George, writing about the inter-national bankers' part in the Versailles Conference :

"They swept statesmen, politicians, jurists and jour­nalists all on one side and issued their orders with an imperiousness of absolute monarchs who knew there was no appeal from their ruthless decrees."

Of the New York Stock Exchange collapse between the wars he quotes Senator L. T. McFadden, Chairman of the U.S. House of Representatives Currency Commission, who declared :

“It was not accidental. It was a carefully contrived occurrence . . . the international bankers sought to bring about a condition of despair here so that they might emerge as the rulers of us all."

Whether you agree with all the author's conclusions you will certainly have to admit that there are forces behind the political scene which are DEADLIER THAN THE H-BOMB


ligne.jpg


1. Early British History
2. The Jews
3. The Khazars
4. The Jews in Britain
5. Money Lending
6. Some Effects of the Usury System
7. Two Jewish Plans
8. The Poison in Britain
9. The Poison in America
10. The League of Nations
11. Hitler
12. The War
13. Winston Churchill
14. The Plot in America
15. The United Nations
16. Post War Britain
17. A Hint from the Bible
18. Famous Men on the Jews
19. Other Means of Assault by the Jews
20. The Remedy
Bibliography


ligne.jpg





Preface

After the Second World War and twenty-nine years in the Services, I retired to civil life. Instead of being able to settle down peacefully, I have found myself in a world in turmoil and in constant dread of the H-Bomb. This dread is being used to terrorise people into all sorts of courses. Like many others, I do not think that atomic war is inevitable. In trying to assess the situation I have come to realise that we are in the process of actual destruction by something deadlier than the H-Bomb; something which in our blindness, we are allowing to corrode the props of our culture and civilisation; insidiously and relentlessly.

In this book I have tried to show the development of the main lines of attack, to sound the alarm and to introduce the reader to a number of other works on the subject which expound various necessary truths and remedies.

Leonard Young - May 1956 Winscombe, Somerset.



Introduction

The events of the last half-century, and particularly the last decade, give us every cause to pause and think where we are going. The transformation which has taken place is stupendous and very much for the worse. The greatest mistake that can be made is to regard events as episodic and that it is just the mistake which our polit­icians, press, historians, economists, etc., persist in making, although it does not require much investigation to realise that there is a design behind events and that we are in the culminating period of a long and carefully prepared plot, which has been carried out with diabolical cunning and remarkable efficiency.

In this booklet an attempt will be made to give an outline of history sufficient to support the above statement. It must be realised that an immense amount of history has been written with the intention of hiding the truth. So a great deal of what is said here may come as a surprise to most people. Also, to cover so much ground in such a small space is very difficult and only an outline can be given. But to enable any reader who may wish to verify what is said or pursue the subject further, a bibliography is given at the end.



For more

Monday, February 11 2013

James Larratt Battersby

Battersby.jpg

James (Jim) Larratt Battersby (1907 - September 29, 1955) is the author of The Holy Book of Adolf Hitler. He was a British fascist who was interned June 1940 during the war. Three years later he was released from interment and developed a religious mania believing Hitler to be Christ returned.
In 1947, he founded The League of Christian Reformers and published a magazine called Kingdom Herald. In addition to The Holy Book of Adolf Hitler he published And The Bishop Said Amen.


The Holy book of Adolf Hitler
The Book of Aryan Wisdom and Laws


See also : Arnold Leese, Oswald Mosley


Friday, February 8 2013

Satanisme à Agen - Reportage TF1 - 5 juillet 2001


Satanisme à Agen - Reportage TF1 - 5 juillet 2001


Le document qui suit est la dénonciation, explicite et frontale, des fameux réseaux pédocriminels-satanistes au journal de 20h00 de TF1.
C'est le cas Véronique.
Il va sans dire qu'il n'a jamais été rediffusé à la télévision.

A Agen, on ne fait pas que des pruneaux, on fait aussi de très bons réseaux sataniques.
A l'heure où la ménagère mange son potage devant le journal télévisé, Patrick Poivre d'Arvor introduit un reportage sur les sectes satanistes, avec sacrifices d'enfants à la clef.
Le reportage fait quasiment 10 minutes, une taille conséquente par rapport au format du JT. Qualitativement, le reportage est moins « spectaculaire » que celui d'Elise Lucet, diffusé environ un an auparavant (mars 2000 : Viols d'enfants : vers la fin du silence ?), mais dans les grandes lignes, il expose les mêmes faits.
Il pourrait donc être considéré comme une sorte de complément à celui-ci.
Il a été diffusé le jeudi 5 juillet 2001.



ligne.jpg


Voici une interview de François Léotard, sur RMC, dans l 'émission « Les grandes gueules » du 7 avril 2005.
Plus généraliste, mais assez intrigante quand même.
En tant qu'ancien ministre de la défense, il explique aux journalistes qu'il y a un "monde occulte, souterrain" qu'ils ignorent complètement, et sur lequel ils refusent de se pencher. A titre d'exemple, il cite le chiffre de plusieurs dizaines de milliers de personnes qui disparaissent dans l'indifférence la plus totale chaque année.

François Léotard - 7 avril 2005



ligne.jpg


Pour plus d'informations


Thursday, February 7 2013

Ninjutsu




Devenez un assassin :

K. Challant - R. Bonomelli - Le Ninja
Les techniques secrètes, la pratique

Yves Thélen - Ninjutsu La Voie du Ninpo
Progression, technique

Master Hei Long - 21 Techniques of Silent Killing

Louis Beam - La Résistance sans chef

Guerre spéciale : Les caches
Les caches, dissimuler des armes et du matériel en temps de guerre relève d'une véritable technique principalement utilisée en guérilla.

Itô Gingetsu - Ninjutsu to Yôjutsu : Saishin Kenkyû
忍術と妖術 : 最新研究
Ninjutsu et techniques surnaturelles : une approche moderne

Kondô Yoshizô - Genjutsu no Rihô
幻術の理法
Les lois du genjutsu





Une silhouette noire apparaît sur les murs du château. Se déplaçant à la vitesse d'un animal sauvage, la silhouette attaque les gardes qui semblent s'effondrer à sa simple approche. Le dos au mur, le Ninja se retrouve encerclé de samouraïs le menaçant de leurs longues lances ... Une lueur aveuglante, un nuage de fumée, et le mystérieux personnage disparaît. Un rire grinçant révèle sa présence sur le toit du donjon, d'où il s'élance en écartant les pans de sa cape.
C'est ainsi que le Ninja est représenté dans les récits populaires japonais et, aujourd'hui, dans le monde entier. Mais qu'est, ou plus exactement, qu'était un Ninja ? Le Ninja existe-t-il encore aujourd'hui ? Quel est son entraînement, que fait le Ninja moderne ? Nous avons décidé de répondre à toutes ces questions pour faire la lumière sur le sujet et illustrer les caractéristiques d'une discipline voilée de mystère et assaillie de préjugés.
Les espions du Japon féodal étaient surnommés Ninja (celui qui se glisse), ou Shinobi. Ils rentraient dans une catégorie spéciale d'individus : regroupés en clans dans plusieurs régions du Japon, mais surtout à lga et à Koga, les Ninja offraient leurs services aux nombreux petits seigneurs locaux, dans des opérations d'espionnage pur ou dans des missions d'infiltration, de meurtre et de propagande. Uniquement loyaux envers ceux qui les payaient, il n'était pas rare de les voir changer de camp (un fait assez courant, même chez les feudataires les plus célèbres de l'époque), quand ils ne travaillaient pas pour deux camps à la fois.

Il existait dans la société Ninja une hiérarchie stricte organisée sur trois niveaux: les Genin, les exécutants, et les Jonin, les chefs, cerveaux qui en général vivaient en un tout autre lieu et sous l'identité de personnes respectables. Ils se chargeaient de l'organisation et trouvaient des missions pour leurs guerriers. Les Jonin (on ne sait pratiquement rien d'eux, juste le norri de quelques-uns d'entre eux, et certains faits dans lesquels ils furent impliqués) recevaient une éducation particulière pour devenir les chefs, les juges et les cerveaux du clan. On affirme dans certaines légendes que les Jonin étaient tous en contact permanent et qu'ils planifiaient ensemble le déroulement de toutes les opérations ; mais il n'existe aucune preuve de ce fait. Entre les Genin et les Jonin, qui n'entraient jamais en contact, se trouvaient les Chunin, les intermédiaires, d'anciens Genin qui faisaient le lien et s'occupaient de la planification tactique.
Les capacités exigées d'un Ninja de la classe la plus basse étaient nombreuses : il devait être maître dans l'art du déguisement, capable de circuler en territoire ennemi sans éveiller les soupçons ; il devait également pouvoir marcher silencieusement à l'insu des sentinelles et pénétrer dans les châteaux les plus protégés ; enfin, s'il était attaqué, il devait savoir se défendre et fuir sans laisser de traces.
Ces capacités qui, dans les récits populaires, sont souvent exagérées au point de paraître surnaturelles, étaient en partie le résultat d'un entraînement intensif commencé dès l'enfance et ne se terminant qu'avec la mort ; elles reposaient pour le reste sur un grand éventail de stratagèmes, de trucs ainsi que sur la méthode particulière au travail de groupe.

Bien qu'ils ne jouèrent qu'un rôle relativement peu important dans l'histoire japonaise, les Ninja furent l'objet d'une grande célébrité populaire, qui tendait parfois à exagérer leurs capacités en attribuant à celles-ci des pouvoirs surnaturels. Haïs, méprisés, et surtout craints des samouraïs et des seigneurs féodaux, qui pourtant les employaient pour de nombreuses missions, les Ninja vécurent constamment dans le danger, tantôt le fuyant, tantôt le créant, mais toujours fidèles à un seul idéal : le mythe de leurs capacités surnaturelles.
Exclus du gouvernement central qui les ignorait et allait jusqu'à interdire que leur nom soit prononcé, les Ninja firent leur apparition au XIXe siècle dans les nombreux romans de cape et d'épée japonais (il paraîtrait même qu'un Ninja aurait réussi à monter à bord de l'un des nombreux navires du commodore Perry, dont l'arrivée au port de Nagasaki en 1871 mit fin au Moyen Age japonais). Ils sont aujourd'hui présents dans les films et les dessins animés.
Aujourd'hui, les admirateurs et les spécialistes du Ninja préfèrent une interprétation plus romantique : le personnage de l'impitoyable mercenaire prêt à toutes les bassesses est remplacé par celui d'un homme libre vivant au contact de la nature, et tirant son enseignement de la sagesse des ermites et des soldats repentis qui lui transmettent l'art de la défense et du combat, mais surtout le secret de la maîtrise de soi. Pour survivre, le Ninja devait mettre ses capacités au service des hommes puissants de son époque, mais il n'était en réalité intéressé que par le dépassement de ses propres limites qui, parfois, débordaient dans le monde de la magie et du surnaturel.



Ouvrages sur les Arts Martiaux

Ouvrages sur les Armes et Explosifs










LA CHINE

L'origine chinoise du Ninjutsu est surtout littéraire : elle est liée aux enseignements stratégiques de Sun Tzu, premier partisan de l'art de la guérilla, qui consacra des chapitres entiers au sabotage et à l'infiltration, ainsi qu'à des textes postérieurs comme les 36 stratagèmes. Le I-King, le livre des mutations, qui a jeté les bases de l'art de la divination, considérée essentielle pour un bon stratège, n'est pas sans avoir eu une certaine influence sur l'art militaire chinois et japonais.
Comme dans beaucoup d'autres domaines, qu'il s'agisse de porcelaine, d'écriture ou de métallurgie, tout ce qui provenait du continent était considéré comme étant de qualité.
Le meilleur exemple de la réputation des produits chinois se trouve dans la préface d'un livre de 1600, le Yoshitsune Tora no maki (livre du tigre, c'est-à-dire livre secret de Yoshitsune) : l'origine du livre y est décrite comme remontant à Hwang Shi Kung (le vieux de la Pierre Jaune, Koseido en japonais) qui l'aurait remis à Chang Liang, l'un des fondateurs de la dynastie Han (208 av. J.-C.)
Chang Liang avait ramassé la sandale qu'un vieil homme voyageant sur une mule avait perdue ; il lui donna rendez-vous, mais le vieux ne se présenta pas et ce, trois fois de suite. Pour pouvoir se faire pardonner, Hwang Shi Kung lui offrit un "livre secret" qui marqua le début de sa renommée.
Le livre fut amené au Japon par le sage Ritoko à l'époque de l'impératrice Jingu Kogo et serait ensuite arrivé jusque dans les mains de l'empereur Seiwa, dont descend la famille Minamoto, pour finir dans celles de Yoshitsune.
Le contenu de ce livre est extrêmement intéressant et, bien que d'origine chinoise, il fit l'objet d'une "japonisation" et il va sans dire que certaines parties sont exclusivement japonaises. On y parle de pratiques magiques, de divination, de stratégie et de nombreuses "techniques secrètes", telles celle qui permet d'échapper à un feu allumé par des ennemis ou encore celle du remède contre une piqûre de flèche empoisonnée, etc.
L'influence chinoise se retrouve également dans les théories des différentes sectes de bouddhisme ésotérique (principalement Tendai et Shingon), qui influencèrent beaucoup les Yamabushi et jouèrent un rôle important dans la création du Shugendo.
Il y eut ensuite des influences, beaucoup moins évidentes mais plus concrètes, de différents groupes de réfugiés qui à plusieurs reprises émigrèrent au Japon depuis le continent.
La plupart d'entre eux étaient des guerriers d'une faction vaincue, et l'histoire des arts martiaux japonais conserve le nom de quelques-uns d'entre eux, comme celui de certains japonais qui revinrent du continent avec des notions de combat.
La préparation d'un guerrier chinois était peut-être plus complète et certainement plus aisée que celle d'un guerrier japonais car elle incluait l'utilisation de l'arbalète, du feu, des poudres à feu, du sabotage et de l'infiltration ; autant de concepts inacceptables pour les membres de la caste des samouraïs mais qui, de par leur utilité pratique, furent rapidement adoptés.
Il est également possible de dire que certains clans Ninja descendaient de groupes de Chinois émigrés : une théorie qui permettrait d'expliquer la séparation nette paraissant exister entre la société japonaise et la culture Ninja, les seuls points communs demeurant les guerres et l'espionnage. Mais il n'existe aucune preuve concrète de cette hypothèse, pas même dans la tradition des clans.
On retrouve la plupart des "trucs" Ninja en Chine, principalement chez les saltimbanques mais aussi chez certaines catégories de moines itinérants, un peu guérisseurs et magiciens, ou encore dans les contes épiques dont les grandes bandes de brigands sont les principaux protagonistes. Mais le phénomène était loin d'avoir, en Chine, toutes les caractéristiques et surtout la popularité dont il bénéficia au Japon. En Chine, il s'agissait plutôt de simples guerriers dotés de capacités particulières, tandis qu'au Japon on trouvait des groupes organisés s'adonnant au même type d'activité mercenaire. En Chine, ce type de guerrier était en général contraint à une vie de hors-la-loi à cause d'une injustice du souverain ou encore par vocation, alors qu'au Japon, on était Ninja par tradition familiale.






LA CORÉE

La péninsule coréenne est la partie du continent asiatique la plus proche des îles japonaises ; les échanges culturels entre les deux pays étaient par conséquent parfaitement naturels même si, bien souvent, ces relations prenaient l'allure d'expéditions armées.
Le roi de Sylla, une des trois régions de la Corée d'autrefois, créa, suite à un rêve prophétique, le Hwarang : groupe de jeunes guerriers choisis, vivant ensemble et auxquels toutes les techniques de combat étaient enseignées. Le Hwarang-do, c'est-à-dire la voie de l'élite des guerriers, avait deux aspects : Jung-do (la voie du sabre), principe d'adhésion aux idéaux les plus nobles du guerrier, et Am Ja (la voie de l'obscurité), par laquelle l'obtention de la victoire justifiait n'importe quel moyen.
Parmi les Hwarang, les plus qualifiés s'appelaient Sool Sa (les cavaliers de la nuit). Ils pratiquaient le Jung-do mais aussi le Am Ja, ainsi que le Un Shin Bop, art du combat caché, lui-même divisé en plusieurs spécialités : art de la dissimulation, de l'infiltration, du pouvoir de l'esprit et de son utilisation, art de marcher, de grimper et de se déplacer sur n'importe quel terrain. Grâce à ses Hwarang, et en particulier aux Sool Sa, le roi de Sylla parvint à conquérir les royaumes limitrophes de Paecke et de Koguryo. La conclusion de la guerre marqua la fin du groupe d'élite : privé d'action, il perdit toute sa puissance et ses chefs furent impliqués dans des complots politiques qui débouchèrent sur la dissolution des bataillons de Hwarang.
Les techniques Hwarang furent cependant transmises et sont d'ailleurs toujours enseignées aujourd'hui. Le plus célèbre représentant du Hwarang-do moderne était Michael Echanis, célèbre pour avoir écrit des manuels d'entraînement à destination de certains corps militaires américains. En 1978 Echanis, alors "conseiller militaire", disparut dans la jungle du Nicaragua, officiellement tué par une bombe.
Il existe également des légendes plus sinistres encore sur les "tigres de la nuit", corps spécial d'assassins aux ordres de l'empereur de Chine, célèbres pour leur façon de se déplacer sans être vus et pour leur maniement d'armes silencieuses et aussi incroyables que la "guillotine volante"· Ces tueurs seraient originaires d'un village précis de la Corée.
On peut facilement penser que des groupes de Coréens, ou de simples individus, émigrèrent au Japon à différentes époques et qu'ils s'établirent dans des régions peu fréquentées où ils purent se mêler à d'autres groupes pour donner finalement naissance aux Ninja; mais il ne s'agit, évidemment, que d'une hypothèse.







LE JAPON

Les premières traces d'espionnage au Japon remontent au VIIIe siècle, époque du règne du prince Shotoku, même si l'on ne parle pas encore spécifiquement de Ninjutsu. En revanche, il est certain que dans les différentes régions montagneuses du Japon, et en particulier à lga et à Koga, vivaient des groupes de familles, peut-être originaires du continent, farouchement indépendantes et sans contacts avec l'extérieur. Parmi les autres groupes de Ninja célèbres, on compte les Shinshu de Nagano, dits Suppa, les Koshu de Yamanashi, ou singes de montagne, les Rikuzen de Sendai, ou bons noirs, les Joshu de Tochigi, dits Rappa.
Parmi ces groupes en marge de la société, on trouve également les Yamabushi : des moines vivant dans les monastères de montagne qui n'avaient aucun scrupule à intervenir dans la politique de la capitale, et qui descendaient armés du mont Hei. Au cours des nombreuses batailles qui, pendant des décennies, opposèrent les Yamabushi au pouvoir central, on peut imaginer que fuyards et vaincus trouvèrent refuge dans les différents villages cachés dans la montagne et qu'ils y enseignèrent leur art guerrier.
Avant l'an 1000 un moine, dénommé En no Gyoia, fonda le Shugendo à partir de préceptes d'origine chinoise et ceci dans le but d'unifier les différents groupes de Yamabushi. Le Shugendo fusionnait les enseignements du bouddhisme ésotérique et une partie du chamanisme japonais appelé Mikkyo, avec une pratique de vie ascétique dans la montagne qui devait amener l'esprit à transcender le corps. Tous ces enseignements, comme plus tard I'Omyodo, sorte de science de la divination également d'origine chinoise, sont considérés fondamentaux pour la naissance de l'art Ninja.
Un autre élément important et souvent négligé fut les lkki, groupes habitant les campagnes, et en particulier l'lkko lkki, ligue religieuse de la secte Jodo qui était organisée militairement. En 1488, cette ligue conquit la province de Kaga qu'elle conserva jusqu'en 1580 ; elle construisit en outre une énorme cathédrale forteresse à Osaka. Il est fort probable que certains de ses éléments, célèbres pour leur fanatisme, leurs capacités guerrières et leur maniement des armes à feu, soient venus grossir les rangs Ninja ; à moins que ce ne soit le contraire et que les grandes capacités guerrières des lkki dérivent en réalité des enseignements Ninja.
Les Ninja représentent donc un groupe d'individus particuliers, uniquement fidèles à leurs chefs directs, et dont les capacités résultent d'un conditionnement physique et psychologique commencé dès l'enfance et ne s'achevant qu'avec la mort. La plupart ne progressait pas vraiment dans le Ninjutsu, se limitant à survivre et à devenir de bons spécialistes. Par contre, les rares éléments qui montraient une aptitude particulière se voyaient enseigner de nouvelles matières comme l'étude de la nature humaine (Satsujin no jutsu, deviner la nature d'un individu d'après son comportement), et parfois même des matières très nobles où la science Ninja fusionnait avec la magie.
En théorie, seuls ceux qui naissaient Ninja pouvaient devenir membres du clan, mais il arrivait parfois que certains individus trouvant l'hospitalité chez ces guerriers de l'ombre offrent à ces derniers leurs services en retour ; et ce fut ce flux constant de connaissances, filtré par des esprits prêts à accueillir et à exploiter tout ce qu'il y avait de nouveau, qui constitua peu à peu les bases de cette discipline unique qu'est le Ninjutsu.



Tuesday, February 5 2013

Six documentaires sur le mensonge holocaustique Vincent Reynouard

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img4/Holocaust_vincent_reynouard_mini.png


Vincent Reynouard
L'holocauste des juifs est un mensonge !
Six films en français, pour s'en rendre compte.


Un cours d'Histoire que vous ne recevrez pas à l'université ou à la télévision.
L'enquête et le procès de Nuremberg.
Des photos ahurissantes.
Les preuves n'auront jamais le droit d'être exposées si tous baissent les bras.
Six parties à ne pas manquer.



1 - La vérité sur Auschwitz
2 - La vérité sur la solution finale
3 - Six millions, les fausses preuves
4 - Les alliés et les rumeurs. Déportés bien traités
5 - Les photos prises en 1945 dans les camps
6 - Les enjeux du combat révisionniste



Pour plus d'informations
HolyWar.org - Repetita iuvant : L'holocauste des juifs est un mensonge !

phdnm.org


Les ouvrages de Vincent Reynouard sur histoireebook.com

Les ouvrages de Vincent Reynouard sur balderexlibris.com

Monday, February 4 2013

Jean Markale - Le cycle du Graal

Holygrail.jpg


Jean Markale - Le cycle du Graal

Première époque - La naissance du roi Arthur
Deuxième époque - Les chevaliers de la Table Ronde
Troisième époque - Lancelot du Lac
Quatrième époque - La fée Morgane
Cinquième époque - Gauvain
Sixième époque - Perceval le Gallois
Septième époque - Galaad et le Roi Pêcheur
Huitième époque - La mort du roi Arthur


Breton né en 1928, Jean Markale est décédé le 24 novembre 2008. Spécialiste reconnu de l'histoire et de la littérature celtiques, il a su par ses efforts de vulgarisation attacher un large public à ses ouvrages. Ses travaux ont porté, entre autres, sur le Cycle du Graal, la forêt de Brocéliande, la grande Epopée celtique, les contes de Bretagne, le personnage de Vercingétorix...


Wiking.jpg


Cette reconstitution chronologique du mythe du Graal, dans le langage d'aujourd'hui, est une nouvelle version complète et lumineuse de l'ensemble des romans de la Table Ronde. Jean Markale, grand spécialiste des légendes médiévales, propose ainsi l'essence des textes originaux, souvent perçus de façon fragmentaire et confuse. Il révèle aussi avec éclat la dimension originelle et immuable d'un mythe qui demeure, pour les hommes en quête de sagesse et d'un monde meilleur, un message d'espérance et de sérénité.


La Naissance du Roi Arthur.
Les origines de la légende : la mystérieuse figure de Merlin, tour à tour inspiré par Dieu et par le diable, «deus ex machina» de tous les événements qui vont se dérouler sur les terres anciennes d'Angleterre et de Bretagne, mais aussi sur l'énigmatique et brumeuse île d'Avalon.

Les Chevaliers de la Table Ronde.
L'ascension et la prise du pouvoir du roi Arthur, protégé par Merlin l'enchanteur : seul, le roi réussit à soulever l'épée Excalibur, gage et symbole de la souveraineté. Il rassemble autour de lui les «chevaliers-servants» pour assurer l'équilibre d'un monde nouveau. Ainsi naît la Table Ronde.

Lancelot du Lac.
Fils de roi, Lancelot du Lac est soustrait à sa mère dans son enfance et élevé par la Dame du Lac dans un palais de cristal, au fond des eaux. Une fois adulte, il devient le héros d'une série d'épreuves héroïques, déjouant les pièges et les embûches de monstres et de démons. Il apparaît bientôt comme le champion des forces bienfaisantes, triomphant du Mal, et parvient à la cour du roi Arthur où il surpasse tous les chevaliers. La reine Guenièvre lui révèle l'Amour.



Chevalier_Quete_Graal.jpg


La Fée Morgane.
Lancelot du Lac a gagné l'amour de la reine Guenièvre. Mais cet adultère l'empêche de devenir le roi du Graal. C'est à son fils Galaad qu'il reviendra d'accomplir son destin. Pendant ce temps, tapie dans la forêt de Brocéliande, la fée Morgane, sensuelle et ambiguë, énigmatique et provocatrice, trouble les cœurs, pervertit les âmes ou les sauve. Elle est la déesse, l'ordonnatrice suprême, la femme éternelle : amante, mère et fille. C'est l'une des images mythologiques féminines les plus rayonnantes que l'imaginaire a créées.




Ouvrages de Jean Markale
Pour plus d'informations sur les Celtes

Sunday, February 3 2013

Léon Degrelle - Un homme face à l'Histoire

Leon_Degrelle_Un_homme_face_a_l_Histoire.jpg


Un homme face à l'Histoire


Entrevues avec Léon Degrelle :

Face et revers, Hitlérien toujours
Entrevues avec Jean-Michel Charlier : Chef de Rex, Le Volksführer
Histoire de l'extrême droite et du nazisme
Le Pardo
Habla Léon Degrelle



Livres à lire de Léon Degrelle :

Tintin mon copain
La campagne de Russie
Les âmes qui brûlent
Le fascinant Hitler
Hitler pour mille ans
Appel aux jeunes européens
Aux armes pour l'Europe
La cohue de 1940
Pourquoi j'ai cru en Hitler


Tous les ouvrages de Léon Degrelle
Toutes les vidéos de Léon Degrelle

Saturday, February 2 2013

Dr. Masaru Emoto - Les messages cachés de l'eau



Dr. Masaru Emoto - Les messages cachés de l'eau


Plus de dix ans ont passé depuis que j'ai commencé à photographier des cristaux d'eau gelée.
J'avais auparavant mené pendant plusieurs années une recherche visant à mesurer les fluctuations ondulatoires de l'eau mais, en initiant mon étude sur les cristaux, j'ai découvert la richesse avec laquelle l'eau peut s'exprimer.
J'ai compris que ces photographies de cristaux représentent, pour nous, une mine de sagesse. Contrairement à l'eau du robinet, l'eau naturelle déploie une collection magnifique de cristaux - d'autant plus lorsqu'elle est exposée à de la belle musique. De même, de fascinantes différences apparaissent dans les cristaux lorsqu'on met l'eau en présence de mots divers tels que "gratitude" ou "stupide." Ces cristaux sont remplis de leçons à tirer concernant la façon dont nous devrions - et devons - vivre.
En juin 1999, j'ai publié une série de photographies dans un ouvrage intitulé Les Messages de l'eau. par le biais d'une petite maison d'édition que je nommai Hado Kyoikusha (Fluctuations ondulatoires Éditions). Alors que je ne destinais pas ce livre auto-publié à une vente à large échelle, le bouche à oreille en fit un best-seller.
C'est un phénomène qui ne se produit quasiment jamais dans le monde de l'édition. j'étais à la fois surpris de voir ce phénomène se dérouler sous mes yeux, et plein de reconnaissance pour les nombreuses personnes qui prirent le temps d'en informer d'autres sur l'existence de ce livre.
Afin de partager mes recherches avec davantage de gens, j'ai fait traduire mon livre du japonais à l'anglais. Ce qui déclencha un succès encore plus grand, et je me mis à recevoir des demandes de Suisse et d'ailleurs, me sollicitant pour donner des conférences.
La publication des photos de ces cristaux, et des nombreux messages qu'elles comportent pour le monde entier, ne pouvait arriver à un moment historique plus approprié, et pourrait bien être le signe d'une époque où les gens sont devenus réceptifs à ces messages. Je remercie Dieu d'avoir reçu l'opportunité de travailler en ce sens.
Je sais la difficulté qu'éprouvent certains vis-à-vis du mot ou concept Dieu. Cet ouvrage porte essentiellement sur l'eau. Et plus votre intelligence de l'eau s'étendra, plus il vous sera difficile de nier l'existence d'un dieu. j'aimerais que vous réfléchissiez à vos sentiments à ce sujet lorsque vous regarderez les photos des cristaux dans ce livre.
Dès que les Éditions Sunmark au Japon me demandèrent d'écrire ce livre, je pris conscience qu'il y avait en moi une multitude de choses merveilleuses dont j'avais envie de parler et, lorsque j'en fis part à Nobutaka Ueki, le président de Sunmark, il m'annonça que c'était cela qu'il désirait justement me voir développer. Il décida même d'envoyer l'un de ses subordonnés, Ryuya Saitou, suivre chacune de mes conférences en Suisse.
Maintenant que ce livre est achevé, je me sens pleinement satisfait. Ce livre m'a offert un "cadre" à partir duquel je peux exposer les théories "ondulatoires" que j'ai étudiées durant plus d'une décennie, ainsi que mes propres expériences, ma recherche orientée sur l'observation du comportement humain et mes réflexions personnelles à propos du cosmos.
Je souhaite, en cette occasion, exprimer toute ma considération à Shinji Tanigawa, président de Kokoro Inc.; à Naoki Uchiki, directeur de la publication chez Sunmark; à Tatsuya Saito, ainsi qu'à toutes les personnes que j'ai interviewées au cours de la rédaction de ce livre.
Je me sens aussi très obligé envers Tetsuya Taguchi, le président précédent de Nichirei lce Inc. qui m'a fourni la majorité des différentes eaux ayant servi à l'élaboration des cristaux présentés dans ce livre.
Mes remerciements à Beyond Words Publishing pour avoir édité la version anglaise de ce livre, ce qui a permis à de nombreux lecteurs du monde entier de s'informer sur notre relation à l'eau.
Je tiens à ne pas oublier d'adresser toute ma reconnaissance à chacun des lecteurs de cet ouvrage. Et, pour finir, je dois dire merci et offrir mes respects à l'eau du cosmos.
Merci.

Masaru Emoto


Voir aussi :
Dr. Masaru Emoto - Le Pouvoir Guérisseur de l'eau
Dr. Masaru Emoto - Instant de vie
Dr. Masaru Emoto - Messages de l'Eau


lourdes_eau_trevise.jpg

eau_cristaux.jpg

eau_cristal.jpg

cristal_eau.jpg

printemps_ete_automne_hiver_eau.jpg

eau_micro_onde.jpg

eau_satan.jpg

eau_crop_circle.jpg

Friday, February 1 2013

Henri Delassus - La conjuration antichrétienne



Henri Delassus
La conjuration antichrétienne
Le Temple Maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l’Église Catholique


La conjuration antichrétienne Tome 1, 2 et 3

L'américanisme et la conjuration antichretienne


Mgr Delassus dévoile tout le plan visant à édifier la République Universelle et une nouvelle religion humanitariste qui en serait le ciment. Essentiel pour comprendre les évènements que nous vivons.
Les Instructions secrètes données à la Haute Vente avaient dit : « Vous voulez établir le règne des élus (de Satan) sur le trône de la prostituée de Babylone (Rome) ; Que le clergé marche sous votre étendard en croyant toujours marcher sous la bannière des clefs apostoliques ».


Mgr Delassus

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius