December 2012


Books

Monday, December 31 2012

Jüri Lina - Architects of Deception



Jüri Lina - Architects of Deception
The Concealed History of Freemasonry

Jyri Lina.com


When the book "Under the Sign of the Scorpion" was published, I did not expect it to be a great success, because I knew that most people, due to the enormous influence of the freemasons over the schools, the mass media and other key institutions, had lost their ability to think independently. It became clear, however, that there were some who had managed to stay clear of the influence of all these lies and understood that something was wrong in contemporary society. These people found answers to their questions in "Under the Sign of the Scorpion". They had already surmised that a malicious power was behind the process of destruction, which affects us all, but they needed more facts.
People in different countries have read "Under the Sign of the Scorpion" and have become curious about the background of international freemasonry. But they knew too little about the frightening history and essence of this secret society. This showed the need for a comprehensive book about the dark history, ideology and activities of freemasonry, which would act as a complement to "Under the Sign of the Scorpion". Thus there was a demand, which led to that this new book about freemasonry was written.
During many years, I have gathered large amounts of important facts, documents and rare source material, which have never been published in ordinary (that is, officially sanctioned) history books. With the help of these facts, a completely different picture of major world events emerges. Without details about the true history of freemasonry, it is very difficult to orientate oneself in today's world. For this reason, I chose to collect all the "forgotten" and concealed information and thereby re-create the true history that our masonic leaders have stolen from us.
Our civilization has failed in many crucial areas. These failures have been aggravated by the fact that those who have understood the reason for our troubles refuse to speak out. Others have failed to realize the obvious - that hidden economic forces have acted behind the carefully painted scenes and, virtually unopposed, manipulated us towards our present desperate situation. We have been frightened and weakened, and for this reason the enemies of humanity have succeeded with their treacherous conspiracy.
The hidden forces were unable to act freely without first removing important facts from our history. By referring to this concealed information, it has been possible to clearly identify the masonic forces, which have done everything in their power to transform our world into Hell on Earth.
We have been damaged mentally, physically and genetically. We have begun to prefer darkness to light. Most of us have chosen to believe in the illusory myths of the freemasons and assisted in the fight against those who have attempted to reveal the true facts. Far too many of us choose to defend these dark forces. The evil forces are close to victory. Those who defend these forces must also share the responsibility for their crimes against humanity. Many of us have become victims of the freemasons and our personal greed.
This book attempts to give an overall picture of the circumstances that have led to the distressing setbacks, which have afflicted us, especially during the last 300 years.
In order to orientate ourselves, we must finally dare to call those events and these persons by their real names, despite the fact that those responsible have become stronger than ever and officially deny their involvement in all these serious and unforgivable crimes against humanity. The freemasons' internal sources, however, do not deny these crimes.
I will present such concealed facts to make it possible to draw some amazing conclusions and to reveal to every seeker of truth who our tormentors really are. Not being aware of these facts is in itself an evil, because ignorance serves evil. It is for this reason that our rulers want us to believe that a lack of historical knowledge and ignorance about the secrets of nature constitutes true knowledge.
Those who do not examine the different aspects of the conspiracy will remain incapable of understanding the world. To them everything appears dim and mysterious. Even the ancient Romans said: "Magna est veritas et praevalebit." ("The truth is great and it will triumph.")
The freemasons have always been enamoured with large social structures and superstates. They have called the violent social upheavals, which were actually brought about by their grand lodges under the leadership of masonic grand masters, "great popular revolutions". The Swiss psychologist Carl G. Jung stated: "The larger the organizations, the more inevitable are their immorality and blind stupidity." (Carl G. Jung, "Die Beziehungen zwischen dem Ich und dem Unbewussten", Darmstadt, 1928) We also have clues about what will happen within the European Union - the freemasons' latest creation. Jung stated in the same book: "The larger a society or confederacy, the greater the amalgamation of collective factors - which is typical of every large organization - will rest upon conservative prejudices to the detriment of the individual, the more aggravated the moral and spiritual degeneration of the individual."
Apparently different ideologies have been forced upon us. In actual fact, we have all the time been dealing with different aspects of one and the same ideology - illuminism, propagated by international freemasonry. Only insecure individuals and weak ideologies and religions need to resort to violence in order to assert themselves - Judaism, Islam, communism, national socialism, and others.
The hylozoists, who follow the teachings of Pythagoras, have never resorted to violence, nor have the Buddhists. This fact alone shows the value of their philosophical teachings, which can help those souls who seek the truth. For this reason, the freemasons despise the teachings that represent goodness and spiritual development.
The socialists (the freemasons' most effective servants) are particularly prone to using violence in their attempts to murder the soul. They consider it more effective and beneficial to murder the soul rather than the body. The communists got nowhere by destroying people's bodies. Under the symbol of the Illuminati and freemasonry - the red rose - the socialists are after our souls. The French author Romain Rolland stated: "The murderers of the soul are the worst."
The socialists are well aware that their falsification of history leads to a society without history. The Russian-Jewish socialist Alexander Herzen stated in the 1850s: "There is nothing more repugnant than a falsification of history on the orders of those in power." Marx put his finger on the most important method of the Illuminati: "If you can cut people off from their history, they can be easily persuaded."
While we may ascertain that our leaders conceal facts with the assistance of corrupt "historians", we must realize that this falsification of history is part of the conspiracy, since those who control our history also control our future, according to the British author George Orwell. And those who control our present also control our past.
All these "isms" are just useful tools for the dark masonic forces that often use various shady ideologies to fill the gaps in their attempted construction of "a better world for us all". This is why the freemasons wish to destroy everything connected with "the old", that is traditions and common sense.
I have visited many powerful lodges all over the world in order to become acquainted with the freemasons' own material and works. Original sources are the most reliable. It is my opinion that the freemasons, with their unnatural organization, stand on the brink of a vast catastrophe. This book shows how and above all why.

Juri Lina
Stockholm, October 2004

Sunday, December 30 2012

Alexandre Bertrand - La religion des Gaulois Les druides et le druidisme



Bertrand Alexandre - Nos origines
La religion des Gaulois, les druides et le druidisme

Alexandre Louis Joseph Bertrand (11 juin 1820, Paris - 8 décembre 1902, Saint-Germain-en-Laye).
Archéologue, il est un des pionniers de l'archéologie gauloise et gallo-romaine, fondateur et premier directeur, pendant 35 ans, du Musée des antiquités nationales, membre de l'Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres).
Après une mission de trois ans à Babylone, il est membre de l'École française d'Athènes en 1849, puis professeur de rhétorique à Rennes de 1851 à 1857.
À partir de 1858, il travaille à la préparation de l'ouvrage de Napoléon III, et participe aux fouilles d'Alise-Sainte-Reine.

La_religion_des_Gaulois_Les_druides_et_le_druidisme.jpg

Pour plus d'informations sur les Celtes

Saturday, December 29 2012

Jörg Lanz von Liebenfels - Theozoology



Jörg Lanz von Liebenfels - Theozoology
Or the science of the sodomite apelings and the divine electron
An Introduction to the most ancient and most modern philosophy and a justification of the monarchy and the nobility


Jörg Lanz von Liebenfels (July 19, 1874 - April 22, 1954) was a Austrian occultist, former Cistercian monk and founder of the Ariosophy movement. He was a friend of student of Guido von List. Lanz von Liebenfels helped found the "Guido-von-List-Gesellschaft" (Guido von List society) in 1905 and in 1907 he founded the "Ordo novi templi" (Order of the New Templars). He published the magazine Ostara, Briefbücherei der Blonden und Mannesrechtler from 1905 till 1930.

He was born on July 19, 1874 in the Penzing district of Vienna in what was then Austria-Hungary, as the son of schoolmaster Johann Lanz and his wife Katharina, née Hoffenreich. His parents were middle class, and his fathers ancestors had been burghers in Vienna since the early 18th century.

Lanz became a monk in the Cistercian order in 1893, assuming the name Georg and living in the Heiligenkreuz monastery. In 1894, he claimed to have been "enlightened" after finding the tombstone of a Knight Templar, and began developing his theories of "blue-blond aryanism" and "lower races". He left the monastery in 1899; although Lanz claimed that this was due to "growing nervousness", the official documents recorded "carnal love" as the reason, something that may have contributed to his later anti-feminism.

In his essay "Theozooly or inheritance of gross aberration sodomites and elektron of the Gods" (1905), Liebenfels explores various scientific theories and ideas current in his time to confirm their theories of race. That same year published an article titled "Antropozoon Bible," in which he argues that in a home, there were two quite distinct and humanities outside of one another. On the one hand, we find the "Children of the Gods" (Teozoa) and on the other hand the "Children of Men" (Antropozoa). The first were the Aryans, with a pure spirituality; other races came from biological evolution of animals. So Liebenfels explained the "adamic fall" as a union of sex with each other. At the root of this fall, the Aryan race could get into miscegenation, losing divine powers, the higher order and paranormal abilities such as telepathy or clairvoyance, among others. The process of racial mixing made these qualities limited to a few descendants of Aryans, which recover Aryan racial purity equivalent to recover the spiritual nature of the early Aryans.

This was outlined in its "Theosofy and Assyrian gods" (1907) : "They female animals very beautiful but descendants of others who had no soul or intelligence. They made monsters, evil demons. " Liebenfels asserts that the Atlantis was divided into pure species and bestial, corresponding to the first and the first anthropoid apes anthropomorphic second: "The fatal error of anthropoids, the fifth root of the Aryan race-homo sapiens-had repeatedly been mixed with the descendants of apes. " In this vein, Goodrick-Clarke said that "the consequence of such sins, then institutionalized as satanic cults, was the creation of several mixed racess, threatening the sacred authority of the Aryans." The men-gods original error was similar to that found in Genesis-6, when "the sons of God come down to earth and mate with the daughters of men."

His interest in the latest discoveries, such as X-rays, radioactivity and radio, Liebenfels led him to develop a "scientific theology," in which the gods represented the highest form of life and were possessing special powers and Reception transmission of electrical signals from the bodies located in the pineal and pituitary glands, which then would have been stunted. This regression or reversal, as we have said, stemmed from the union of men with men-gods and beasts-miscegenation.

The figure of Christ was fascinated to Liebenfels, who saw it as a pure Aryan exponent, and interpreting fragments Apochraphal came to say that the powers of which was endowed came from "elektrón divine", a kind of cosmic force electro-which will also be known as vril. The message of salvation of Christ interpreted as a project purification of the Aryan race, which included the necessary destruction of a corrupt world to restore the original Golden Age. With this objective should be to purify and preserve the racial integrity of the Aryan race, as well as launching a great crusade against the threat and the expansion of "demonic races." By adopting a eugenic doctrine, it would in practice to revive the Aryan, the Aryan race in its most extreme original purity.

The magazine was founded in 1905 by Lanz, Ostara (name of the German goddess of Easter spring) took a huge spread in the German countries, reaching runs over 100,000 copies. It appeared in two series, from 1905 to 1917, eighty-nine numbers and published from 1922 to 1927, with twelve more numbers. There are many indications that Hitler read with great interest in his youth and the same Liebenfels asserts that the future Führer then, when I lived in Vienna, was personally in touch with him to get some copies missing in his collection. This publication interested in the issue of religion and race, wrote occult and ideologues who called for revolt against the "subhuman races" and in particular against the Jews, who since the financial power, and enslaving would extort the West and in particular the German nation . Salvation is obtained by the rescue of ancient aryan wisdom which had been spread by ancient civilizations as Hiperbórea and Atlantis.

Ostara offered a hope of redemption conducting a policy providing safeguards to the Aryan race of subhuman races, which would later the ideological basis of eugenics national socialist. In a paragraph of this magazine, Liebenfels states that "the Aryans are the masterpiece of the gods and are endowed with supernatural powers and paranormal, emanating from" centres of power "and" power bodies "that confer absolute supremacy over any other creature. " In his theology, Lanz von Liebenfels also used astrology and defined the history of mankind as a "war between races," whose final eschatological was clearly evident in their horoscopes. From the years 1960 to 1968 planned an invasion of Europe by arias races not to be the harbinger of destruction of the world system. Since then, it would have to develop a racial regeneration. This will be followed by a new millennium guided by a kind of Aryan Church, in which an elite initiated in the secrets of the "aryanism" guide the destiny of the world. The ideal of a caste of "warrior monks" as the Knights Templar, was the antecedent of the Order Black shape later that the SS.

As List, also Joseph Lanz von Liebenfels was influenced by the example of the Knights Templars, as the founder of the Cistercian Order, which had served in his youth, was Bernardo de Claravall, promoter and ideologue of the Order of the Knights Temple. Following its wake, in 1907, founded the Lanz von Liebenfels ONT (Order of the New Temple), located in the castle Burg Werfenstein and 25 December the same year, the winter solstice, flew the banner of the Order with a swastika sun. The aim of this was to promote racial awareness through archaeological and historical research, religious studies and the restoration of the ancient rituals wotánicos. The castle has worked to create an anthropological museum and monument of the Aryan race, which would be completed later by the organization-SS Ahnenerbe. For Liebenfels, rebuild the Order of the Temple was tantamount to creating a brotherhood worthy of receiving the Holy Grail in custody. What was the Holy Grail for ariósofos?: An energy accumulator, which issued the "electron of the gods", aimed at maintaining its powers above and transcendent.

The O.N.T. Was divided into various degrees: priest, Prior cofrade and others who differed by symbols sewn in their robes. Despite its elitist nature, his ideas were widespread in Germany and Austria, especially after the development teozoológica Christian, in which the Grail was assimilated to "elektrón", the divine power of the Aryans. The theories of racial Lanz von Liebenfels are based on his idea of regeneration and recovery of the Aryan race.


Ostara - PDF
Jörg Lanz von Liebenfels - PDF

Friday, December 28 2012

Roger Pollaco de Ménasce - Entrevue fin 2009



Rare entrevue avec Roger Dommergue, sévèrement censurée lors de ses premières diffusions.
Remise en ligne sur Rutube.


E-books de Roger Dommergue Polacco de Ménasce :

La fin du judéo cartésianisme
J'ai mal de la Terre
Dossiers secrets du XXIème siècle
Comment méditer l'athéisme et la réincarnation ?
Ce que des Juifs importants ont affirmé au sujet des Juifs Ce que des Goyim célèbres ont confirmé
Auschwitz : Le silence de Heidegger
Le martyre et l'holocauste des nègres par les juifs trafiquants esclavagistes


Pour plus d'informations sur Roger Dommergue

Voir aussi : L'enfant ce glandulaire inconnu de Jean Gautier

Thursday, December 27 2012

Yann Moncomble - Du viol des foules à la Synarchie ou le complot permanent

Moncomble_Yann_Du_viol_des_foules_a_la_Synarchie_ou_le_complot_permanent.png
Yann Moncomble - Du viol des foules à la Synarchie ou le complot permanent
1983


Bien que beaucoup — intentionnellement ou non clament partout que la synarchie n’est qu’un « mythe » ou une « fable », nous n’hésitons pas à affirmer le contraire et nous démontrons que la synarchie, doublée du viol psychique des foules par la propagande politique, est toujours là, tapie dans l’ombre et bien plus puissante que jamais.
Qu’elle plaise ou non, l’histoire est l’histoire et, comme le dit très justement Raymond Abellio :
« Notre époque de mass-média transforme la subjectivité de l’histoire, qui ne fit longtemps problème que pour les philosophes, c’est-à-dire le petit nombre, un instrument universel de viol et de façonnement de la conscience des foules et par conséquent en facteur politique essentiel et même primordial. »

Cette étude est donc une tentative historique visant à replacer le phénomène synarchique dans son véritable contexte, contexte qu’avait fort bien compris Roger Mennevée, le premier homme à avoir étudié sérieusement la synarchie, lorsqu’il écrivait en 1948 :
« La mort de M. Coutrot permet de couvrir bien des responsabilités et de dissimuler une activité nouvelle actuelle qui ne tend plus à conquérir le pouvoir en France, puisqu’on l’a, mais à étendre sa domination sur l’Europe et sur le monde, sous les masques d’un Fédéralisme Européen ou d’un Gouvernement Mondial. »


Pour plus d'informations

Voir aussi du même auteur :
Les professionnels de l'antiracisme
Le Pourvoir de la drogue dans la politique mondiale

Du-Viol-Des-Foules-A-La-Synarchie-Ou-Le-Complot-Permanent.jpg

Wednesday, December 26 2012

Rousseau Jean-Jacques - Textes choisis


Jean-Jacques Rousseau - Textes choisis

Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes.
Du Contrat Social.
Projet de constitution pour la Corse.


Il importe extrêmement de ne souffrir dans la république aucun financier par état : moins à cause de leurs gains malhonnêtes qu’à cause de leurs principes et de leurs exemples, qui trop prompts à se répandre dans la nation détruisent tous les bons sentiments par l’estime de l’abondance illicite et de ses avantages, couvrent de mépris et d’opprobre le désintéressement, la simplicité, les mœurs et toutes les vertus.

Gardons-nous d’augmenter le trésor pécuniaire aux dépens du trésor moral ; c’est ce dernier qui nous met vraiment en possession des hommes et de toute leur puissance, au lieu que par l’autre on n’obtient que l’apparence des services mais on n’achète point la volonté. Il vaut mieux que l’administration du fisc soit celle d’un père de famille et perde quelque chose que de gagner davantage et être celle d’un usurier.

Rousseau "Projet de constitution pour la Corse".


Pour plus d'informations

Tuesday, December 25 2012

Miguel Serrano - Adolf Hitler The Ultimate Avatar



Miguel Serrano - Adolf Hitler The Ultimate Avatar

Hitler lost a battle, not a war


Foreword

This is not a Book; it is musical mystery and mysticism, Darkness and Light: Esoteric symbolism, Astral Travel, Master and Pupil and so much more. A Book describing the ongoing, titanic and eternal battle between Gods and Devils – between a Dark Force, a Satanic Spirit and a coming, or returning Hyperborean, Aryan Age.
To understand this obscure tome, this esoteric masterpiece, one needs to have read Savitri Devi – at least her The Lightning and the Sun. There is an affinity between the two authors, both intellectual and spiritual. They were friends and met both in India and Externstein, Germany. Both regarded Jews as the physical incarnation of the Dark Force of the Demiurge.
Like Serrano, Savitri Devi, “the High Priestess of Hitlerism”, was convinced Hitler was an Avatar, the penultimate Avatar. She quotes Hans Grimm, who recalled his meeting of an hour with AH in 1928 at which the latter admitted “he was not the one”. He was “preparing the way for the one – the bare essential work of preparation”. Devi believed that “the one” Kalki would have Hitler’s spirit, but be “less Sun and more Lightning” – more merciless.
It is interesting that neither author, despite their intimate knowledge of the Bhagavad-Gita, mentions 2012 – that year of cosmic significance for Aryan Man: the beginning of transition from Kalyuga to Kritayuga. Small circles around ever bigger ones: cycles spanning millions of years, dictating alternating Ages of High Culture and degeneration. Nothing can stop this Wheel of Time.

The Memory of the Blood

This is a central theme in the Book: crucial for the understanding of this epic, Spiritual Odyssey. A Voice, harking from a distant, primordial past, still lingers in those Aryans still loyal to their Race. A Voice beckoning the Hyperborean Archetype, urging those attuned to it to a final, finite fight to the finish, against the Eternal Enemy. A Spiritual battle comparable to the Mahabharata – a battle closing a cycle and opening another.
The Jewish Collective Unconscious is always exclusive, fanatic, intolerant, divisive producing chaos. It hurls downwards, spiraling into ever deeper Kalyuga... “The truth of the Jew is the organic lie” – Rosenberg. And hence the absence of any afterlife in Judaism: neither Heaven nor Hell. “And when a Jew dies, nothing remains – he is devoured by the Lord of Darkness”.
Serrano and Jung respected each other, though Serrano criticizes Jung’s description of The Memory of the Blood in psychoanalytical (Jewish) terms: The Collective Unconscious. Jung describes Hitler as a “Spiritual vessel, a semi deity, a myth: The man with the strongest Will that ever existed. German politics is not made, it is revealed through Hitler.”
For Serrano, Hitler has to be described in hermetic language to be understood. He had a mysterious power that caused terror in Goebbels: “At times, I think the Fuhrer is not human”. Since birth, Hitler was predestined, committed to his mission. He sublimated his sexual drive into a love for Germany. He was the Hyperborean Archetype, chosen to reinforce the Memory of the Blood – the Eternal Return of the Archetype.
And Ancient Wisdom tells us that the Great Man chooses his birthplace, his destiny. He incarnates the Collective Self of superior mankind. He stands heroically alone and prepares the dawn of the next Time Cycle. And even if He fails, other Great Men, not born out of circumstances, but predestined, chosen, Men above Time, who see the struggle in a cosmic sense, will continue the fight. For eternal things originate in darkness and silence – and they will endure.
Serrano believes that Hitler will reincarnate into Kalki at the extreme moment. He will awaken the dream, infuse heroism in those that remain loyal – and He will save the Race. For, as He said: “If I win the war, I will have given a mortal blow to the Jew. If I lose the war, their triumph will only be for a brief time.” Hitler lost a battle, not a war.

Master and Pupil

Only when the pupil is ready, does the Master appear. There is a synchronicity, a strange coincidence. Over time, the pupil is guided, coached into contact with the Divine. He joins an Elite Priesthood that blesses, not washes. An interiorized itinerary of magic, rite, ritual and ceremony, performed to perfection.
The Master-Pupil relationship is Archetypal, since time immemorial. It never changes and the pupil obeys blindly – he must. And moments of inspiration are fleeting; they pass in an instant and must be grasped. Like when Serrano visited the SS Castle at Wewelsburg and had that powerful, mystical experience. And like Parsifal, one becomes “pure like a madman”.
Serrano is anti-Semitic, or more precisely, anti Jewish, but not in a petty, personal way. He is anti Jewish in Spirit and perceives Them as the spiritual antipode to the Aryan. Jews enforced a rigid, racial code for millennia before which, in comparison, the National Socialist Racial Creed seems childish.
And Serrano honored his mysterious, enigmatic Master, remaining loyal to him and his Fuhrer till his dying breath. He searched for the Grail, from Externstein to Montsegur, India to Antarctica, the peaks of Chile and the Himalayas – he searched. And he met valid personages: Jung, the Dalai Lama, Nehru, Julius Evola, Savitri Devi, Nita de Pierrefeu, Ezra Pound, Remer, Rudel, Reitsche and others. And if Savitri Devi is “Hitler’s High Priestess”, Serrano will ever be remembered as the High Priest of Esoteric Hitlerism.
This is not a Book for everybody. One needs a predisposition, an intuition to begin to understand it. With every pore of one’s body, as an open window to the gusts of timeless, Immemorial Truths. A difficult, arduous journey at the end of which the reader, enriched, feels a deep sense of debt and gratitude to the Translator who offered this Treasure.

Norman Lowell
The Sacred Island of Melita
22nd Sept 2011



Soli Deo Gloria

Here is my translation from the Spanish of Miguel Serrano's immortal masterpiece, "Adolf Hitler: The Ultimate Avatar". Below, the first section consists of the descriptive paragraphs on the back cover of the book. Even though the book is somewhat slow to begin, it offers Europeans an incomparable overview of our Aryan history and mythos. Probably none of us will agree with everything Serrano has to say and might wish he had phrased some passages differently. That does not affect the truth that every word in this Holy Scripture of the Western Aryans is exactly as it should be for the specific purposes for which Serrano wrote them. It speaks to the Ages with an incomparable message no one but Miguel Serrano could ever have sung.
And, with that, we here together commence one of the greatest adventures that shall ever be known to our Aryan Folk: Adolf Hitler: The Ultimate Avatar


Miguel Serrano
Born in 1917 in Santiago de Chile
Travelled to Antarctica 1947-1948
Ambassador to India from 1953-1962
Ambassador to Yugoslavia from 1962-1964
At the same time accredited in Romania and Bulgaria
Ambassador to Austria from 1964-1970
Ambassador to the International Atomic Energy Agency
and to the U.N. Agency for Industrial Development




The title of this book has its origins in the Hindu conception of a god or deity, especially Vishnu, the Preserver in the Trilogy of Hinduism: Brahma being the Creator and Shiva the Destroyer. Vishnu is an ancient Vedic God, Aryan, white and blond whose residence is in the North Pole. Avatar is a Sanskrit word. So far there have been nine incarnations within the three great divisions of time made by Hinduism. The last three known incarnations are heroic-religious, corresponding to Rama, Krishna and Buddha. The tenth, that of Kalki, riding a white horse, will close the Kali-Yuga, the Iron Age of the Greeks, the Darkest Age, which is to say, the present time. He will appear within the vortex of the final catastrophe and will come to judge. The author of this book argues this incarnation of the divinity Vishnu-Wotan is announced by Adolf Hitler ( "The Man to Come" ) who has already made his glowing appearance and must return with his Ultimate Battalion (the Wildes Heer, Furious Order of Wotan-Odin) on the edge of catastrophe, to save his Folk and judge their enemies.
Miguel Serrano is not alone in holding this view. Savitri Devi kept it in India almost as a new religion. The author of this book introduces the essence of what he has already defined as Esoteric Hitlerism, developed in his previous work "The Golden Band." "Adolf Hitler: The Ultimate Avatar" is an ópera magna as well as an autobiography, as the author recounts his youth, his first political battles, the transformation of the Popular Front and of Nazism in Chile in the thirties, analyzing these forgotten and still obscure decades for the first time, even though they are the origin and cause of Chilean political events up to 1970. Miguel Serrano also refers to the military coup of 1973. Especially remarkable is his analysis of the Second World War.
This book amounts to a revision and true transmutation of all values, to use Nietzsche's expression. A total transfiguration of History, a lightning bolt of Eternity Against Time.


Miguel Serrano - PDF

Iron Savior - Forevermore

Iron Savior - Forevermore

Hello, is anybody out there
People can't you hear
Can't you hear my cry
Listen it's time to leave the nightmare
I'm calling out for all of you
From beyond our space and time

Rise and be free
From the darkest of dreams
And let us be forever
An eternal flame
And forevermore our union will remain

Now I see the rising evening star
Shining down on earth
Like always been before

Take my hand
This is our Promised Land
And let us be forever
An eternal flame
And forevermore our union will remain

I have no fear
And now for all of us
The end is drawing near

The power of destiny we hold in hand
The spirit of freedom that will never end
For all eternity we hold the flame
And forevermore our union will remain


Triumph_of_the_will_leni_riefenstahl.jpg

Monday, December 24 2012

Georges Vacher de Lapouge - L'Aryen



Georges Vacher de Lapouge - L'Aryen Son rôle social

Cours libre de science politique Professé à l'université de Montpellier
(1889-1890)


Le combat de Vacher de Lapouge contre les Juifs diffère du combat des nationalistes :
Le seul concurrent dangereux de l'Aryen, dans le présent, c'est le Juif. La question juive ne se pose cependant pas à mes yeux de la même façon qu'à ceux des antijuifs, et de Drumont en particulier, si nous prenons l'affaire du côté français. Pour Drumont et ses amis, l'Aryen c'est l'indigène, le Français de nation, c'est-à-dire en fait le brachycéphale plus ou moins pur ou mélangé d'Europœus, résultat des longues sélections du passé. Par la Révolution le brachycéphale a conquis le pouvoir, et par une évolution démocratique ce pouvoir tend à se concentrer, en théorie, dans les classes inférieures, les plus brachycéphales. L'antisémitisme politique a pour but de conserver l'œuvre de la Révolution, et d'empêcher le passage du pouvoir entre les mains des Juifs, et plus généralement des étrangers. Sur cet antisémitisme politique se greffe l'antisémitisme économique, forme du protectionnisme, et l'antisémitisme religieux, forme du cléricalisme.
L'Aryen tel que je l'ai défini est tout autre, c'est l’Europœus, une race qui a fait la grandeur de la France, et qui est aujourd'hui rare chez nous et presque éteinte. C'est une race, non pas un peuple, et les peuples qui s'y rattachent, Anglais, Hollandais, Américains sont des étrangers, et plutôt des ennemis pour nous. La question telle que je la comprends est donc surtout de savoir qui, des Anglais et des Américains ou des Juifs, possède le plus de chances dans la lutte pour l'existence. Dans ces conditions nous autres Français sommes intéressés dans la question comme le lièvre dont on discute la sauce, et notre sauce à venir peut être juive, sans que le succès définitif des Aryens soit compromis.
Le problème ainsi posé comporte une explication qu'il ne faut pas différer. Si Europœus est bien une race zoologique, les Juifs sont plutôt une race ethnographique, et par suite le problème n'est pas identique en théorie à celui de la concurrence d'Europœus et d'Asiaticus, par exemple, ou d'Europœus et du brachycéphale Alpinus. En pratique cela n'a pas une grande portée. Si les Juifs sont une race factice, ils ont été poussés par leur mode d'existence à un degré d'unité psychique égal à celui des races zoologiques les mieux déterminées, et si l'incohérence zoologique se reflète dans la psychologie du Juif, cette instabilité même est une caractéristique de leur psychologie.

Vacher de Lapouge considère que l’antisémitisme chrétien est un phénomène mineur par rapport à un antisémitisme laïc, qui est bien plus ancien et plus conforme à la Raison :
La nation juive contemporaine est le meilleur exemple de convergence psychique : l'indice varie de 77 en Algérie à 83 en Pologne, les Juifs sont blonds, les Juifs sont bruns, mais partout ils sont les mêmes, arrogants dans le succès, serviles dans le revers, cauteleux, filous au possible, grands amasseurs d'argent, d'une intelligence remarquable, et cependant impuissants à créer. Aussi dans tous les temps ont-ils été odieux, et accablés de persécutions qu'ils ont toujours mises sur le compte de leur religion, mais qu'ils semblent avoir méritées par leur mauvaise foi, leur cupidité et leur esprit de domination. Si l'on réfléchit que l'antisémitisme est bien antérieur au christianisme, qu'il remonte au moins au XVème siècle avant notre ère, il est difficile de voir dans le supplice du Christ la cause unique de la haine dont ils ont été poursuivis par les chrétiens.

Pour la conquête du monde par les races supérieures, le Juif est l’ennemi de l’Aryen. Le catholicisme et la démocratie libérale sont les alliés des Juifs. Le seul obstacle sérieux à la domination juive est le socialisme.
Tel qu'il est, avec ses défauts balancés au point de vue de ses destinés futures par de hautes qualités intellectuelles et un vif esprit de race, le Juif apparaît bien comme un concurrent sérieux de l'Aryen dans la conquête du monde. Il ne faut pas cependant se faire d'illusions sur l'étendue de ses chances limitées dans l'espace et le temps. (...) Le caractère ubiquiste de la nation juive, unique et partout présente, lui permet de se superposer aux multiples nations de race inférieure, et de constituer au-dessus d'elles une puissante unité gouvernante. Les Juifs peuvent devenir pour la moitié de l'Europe ce que sont les Anglais dans l'Inde. La conquête de la France, plus facile en raison de la constitution du pays et de l'absence d'aristocratie organisée, se poursuit en ce moment sous nos yeux. Avoir fait cette conquête sans bruit, sans bataille, sans répandre une goutte de sang, l'avoir faite sans autres armes que les millions des Français et les lois du pays, cet exploit est plus merveilleux que ceux d'Alexandre et de César. (...) Les peuples catholiques ont si bien conscience de la cause de leur déchéance (…) qu'ils sont disposés à tout souffrir des Juifs. Plutôt que de reprendre le joug de l'Église, ils accepteront la domination nouvelle, si pleine d'inconnu qu'elle soit. (...)
A mesure que le régime ploutocratique - si mal appelé démocratique - se développera en Europe, on peut donc s'attendre à voir se développer une puissante féodalité juive, maîtresse du sol, des usines et du capital, profondément séparée du peuple par la religion, la race et l'orgueil. Le seul écueil sur lequel puisse se briser la destinée de la nation juive serait celui du socialisme, mais de longtemps ce danger n'est plus à craindre. Beaucoup de socialistes estiment que le mouvement de concentration des richesses entre les mains des Juifs doit être favorisé par tous les moyens. C'est le procédé le plus sûr et le plus doux de parvenir à la nationalisation des moyens de production. Il suffira de frapper une classe peu nombreuse, étrangère et détestée. Au sein du parti ouvrier j'ai moi-même propagé cette idée. Le raisonnement n'était pas mauvais, mais les Juifs l'ont fait aussi et se gardent. Il n'y a pas de révolution socialiste possible tant que dureront les formidables armées d'aujourd'hui, dont la fonction, il faut bien le dire, est plutôt de maintenir le régime ploutocratique contre les tentatives de révolution intérieure que de défendre chaque pays contre son voisin. Il suffirait donc aux Juifs de se réserver les charges de judicature et les hauts emplois militaires pour maintenir leurs sujets dans la soumission, comme les Français font en Indo-Chine et les Anglais dans l'Inde.
Je crois que la domination juive ne sera pas plus douce que le fut celle des Carthaginois. Le sang est au fond le même, la psychologie la même. On voit trop le Juif obséquieux qui demande, on oublie le Juif arrogant qui commande. Il y a chez cet être, à double face, de la femme qui ruse et caresse pour corrompre, du prêtre hautain et dominateur. Si les Juifs fournissent très peu de criminels de sang, et une proportion si forte de voleurs, de faussaires et d'escrocs, ils sont plus vindicatifs que doux, et ce qu'ils craignent c'est le gendarme et le juge. Depuis la Commune, une seule fois le peuple et l'armée se sont trouvés aux prises. C'était à Fourmies, et un Juif fit ouvrir le feu. Je crois que la répression des tentatives des ouvriers, des paysans aussi que l'oppression pousserait à l'émeute, serait souvent terrible, dans un but exemplaire. Un feu en rafale couchant des centaines de cadavres à terre en trente secondes calmerait les esprits très au loin. Et si l'armée nationale, bien que très disciplinée, encadrée de chefs juifs ou dévoués entièrement au régime de la ploutocratie juive, laissait cependant à désirer, il serait aisé de faire faire les plus dures besognes par les régiments jaunes ou noirs, dont la base de recrutement serait assurée par les vastes colonies apportées par la France et l'Allemagne.

Stratégies de la guerre des Juifs contre les Aryens :
Est-il probable que les Juifs aillent plus loin, parviennent à se substituer à la population indigène éliminée par la misère ou autrement ? Je ne le crois pas. Le Juif est de nature incapable de travail productif. Il est courtier, spéculateur, il n'est pas ouvrier, pas agriculteur. Organisé pour s'emparer habilement du fruit du travail d'autrui, le Juif ne peut exister sans une population bien plus nombreuse d'inférieurs qui sèment, récoltent, tissent et construisent pour lui. S'il n'est pas la première aristocratie du monde, il est certainement la mieux adaptée à la vie parasitaire. Prédateur, rien que prédateur, il est un bourgeois, il ne peut, ne veut être qu'un bourgeois.
Le Juif, obéissant à ses aptitudes prodigieuses de spéculateur et d'escroc, traite toute affaire politique comme une spéculation ou une escroquerie. Il ne voit que le résultat immédiat, que l'avantage direct, sans s'inquiéter des répercussions. C'est le parfait opportuniste, jamais il ne se doute que l'avenir est fils du présent, il ne vit que dans et pour le présent. C'est pourquoi sa direction politique n'est pas seulement immorale, mais encore et surtout destructive (...)
Les Aryens n'ont donc pas à se préoccuper de la concurrence des Juifs dans la direction des peuples. Quand même le rêve politique de l'ambition juive viendrait à se réaliser, chose possible en somme dans cette période de l'histoire où l'intérêt économique est seul pris en considération, le désordre et l'anarchie mettraient promptement à la discrétion des peuples guerriers de race blonde les États qui auraient accepté la domination sémitique. Si grandes que soient les forces des peuples soumis à sa direction, le Juif se chargera lui-même de les désorganiser, de les détruire, et de faire partie belle à ses adversaires.


Pour plus d'informations





Préface

Ce volume reproduit la sténographie de mon cours de 1889-90. J'ai passé près de deux ans à le transcrire et le documenter, remplaçant d'une manière constante les références du manuscrit par les plus récentes. Si grande que soit la masse des matériaux nouveaux, je n'ai eu presque rien à changer au fond ni à la forme. J'ai seulement adouci l'emphase oratoire de certains passages. Ce qui impressionne le plus au cours gagne quelquefois à être écrit autrement.
Les obstacles apportés à la diffusion de mes idées n'auront servi qu'à les faire venir au jour avec des preuves plus complètes à l'appui. De ces idées, beaucoup ont paru, quand je les émettais en chaire, des boutades d'un esprit paradoxal. Il a fallu peu d'années pour que la plupart se trouvassent vérifiées par la marche des événements, qui se précipitent avec une rapidité foudroyante, substituant un monde nouveau à· celui de notre jeunesse. Plus d'une page paraîtra écrite sous la pression de faits récents, qui fut simplement arrachée à un mémoire antérieur, lue et commentée au cours. L'avenir, et plus prochain qu'on ne pense, se chargera de vérifier d'autres thèses hardies et de réaliser d'autres prévisions, trop contraires à l'état de choses, actuel mais croulant, pour être acceptées autrement que comme des paradoxes par des gens nourris du passé.
Si j'ai le temps de le faire, je publierai encore le cours de 1890-91, Le Sémite, son rôle social. Je me demande cependant si, au bout de dix ans, il n'est pas meilleur de récrire que de rajuster un livre. Cela, en tout cas, est plus court. .l'ai d'ailleurs autre chose à publier d'abord : le progrès de l'âge et des infirmités me presse. Je voudrais pouvoir faire pour l'éthique sélectionniste ce que j'ai fait pour la politique. Un premier volume, Contre la morale, attend déjà depuis Cinq ans. Il comprend l'étude historique et critique des prescrits et des prohibitions des diverses morales ; il paraîtra bientôt. Le second, La plus grande conscience, contiendra l'exposé des prescriptions de la morale sélectionniste.
Comme celui des Sélections, l'esprit du présent livre est moniste et sélectionniste. Le lecteur pourra retenir les faits sans retenir la doctrine, c'est à lui d'en juger comme il lui conviendra. Je dois d'ailleurs faire remarquer combien les idées sélectionnistes ont fait de progrès, même en France, depuis la publication des Sélections. En Amérique, on est passé déjà aux applications. Chez nous, on va moins vite, mais on commence à s'émouvoir. Ceux qui parlent d' Homo Alpinus et de sélections sociales ne comprennent pas tous ni toujours ce qu'ils disent, mais ils sentent que de ce côté peut se trouver la solution des inquiétants problèmes de l'heure présente.
Le trouble des idées est profond. La faillite de la Révolution est éclatante. La ploutocratie laisse tomber son masque démocratique, et on se demande si la démocratie est possible. Sous le nom de République, l'Empire continue, et l'on se demande si les formes politiques valent contre le tempérament des peuples. Le conflit des races commence ouvertement, dans les nations et entre les nations, et l'on se demande si les idées de fraternité, d'égalité des hommes n'allaient point contre des lois de nature; On commence à se douter que les sentiments ont juste une valeur sentimentale, que l'évolution des peuples est régie par des lois inflexibles.
Un grand changement s'annonce et ce n'est pas le cours de Rhétorique sociale du Collège de France qui rendra leur force aux idées du Contrat social et de l'Encyclopédie. Demain, il y aura deux camps en présence : celui des écoles métaphysiques, religieuses ou anticléricales, et celui des écoles scientifiques, dont le sélectionnisme est pour le moment l'expression bien imparfaite encore, mais la plus adéquate.
La science sociale s'intègre. Elle naît par morceaux, comme toute science. Elle est loin d'être au point où l'on pourra en faire la philosophie. Qui oserait faire la philosophie de la chimie, science déjà plus parfaite et centenaire? On ose pourtant faire de la sociologie, c'est-à-dire de la philosophie de la science sociale, mais on commence à avoir honte de l'oser, comme on aurait honte de parler aujourd'hui d'alchimie. Il est trop tôt, et surtout trop tard. La phase métaphysique est finie, les fantaisies ne sont plus de mise. L'économique avance, l'histoire comparée des institutions progresse, l'anthropologie appliquée commence à jeter un peu de lumière sur les causes naturelles des échecs politiques des deux derniers siècles.
C'est de ce côté que doivent porter les efforts. Après l'économique, l'anthropologie est venue resserrer le cercle qui étreint la prétendue liberté humaine : nous sommes loin du temps de Rousseau ! Par ces sciences nous apprenons au moins ce qui est impossible. Cela nous force à limiter nos ambitions et nous donnera sans doute plus tard le moyen de réaliser le possible. Il est inutile de se heurter avec obstination aux lois naturelles. Vouloir les supprimer est une pensée d'enfant, mais les connaître est apprendre à les réaliser. L'art politique viendra de la science.
En vain l'on pourra multiplier les chaires et les sophistes pour la défense des préjugés de l'autre siècle. Le passé est passé, ce qui est mort est mort. La politique sentimentale idéaliste du christianisme a vécu. Aux fictions de Justice, d'Egalité, de Fraternité, la politique scientifique préfère la réalité des Forces, des Lois, des Races, de l'Evolution. Malheur aux peuples qui s'attarderont dans les rêves!
En vain l'on essaie d'entraver les recherches qui tendent à découvrir les lois scientifiques de l'évolution sociale. Les ouvriers sont à l’œuvre, sur tout le globe, et nul, qu'il soit homme ou coterie, n'a la main si longue qu'elle puisse s'abattre sur tous. On peut détruire ou laisser détruire des documents scientifiques, fermer un cours, empêcher la publication d'un livre, supprimer au besoin un savant, on ne supprime pas la science.

Rennes, La Chapelle-Boby, 20 août 1898.

Sunday, December 23 2012

Céline Renooz - L'ère de vérité Le Monde Celtique


Céline Renooz - 1926
L'ère de vérité, Histoire de la pensée humaine et de l'évolution morale de l'humanité à travers les ages et chez tous les peuples
Livre 4 - Le Monde Celtique, Celtes et Latins

Les Hyperboréens.
Les Atlantes.
Les grandes Déesses celtiques. La science immortelle qu'elles ont créée.
Les Champs Elysées, appelés Médiomatrices, centre de la civilisation mondiale jusqu'à la Gaule romaine.
Ram, le grand perturbateur.
Les cités lacustres, refuge des persécutées.
La véritable origine de Rome.
La Mythologie grecque, caricature de l'histoire de la Celtide.
Les noms des femmes supprimés. La Déesse Hémoera, devient Homère.

Céline Renooz

Saturday, December 22 2012

Dr. Bill Warner - L'Islam, pourquoi nous avons peur

Dr. Bill Warner on islam (Bill French)
Why We Are Afraid, A 1400 Year Secret

L'histoire de l'islam en Europe et comment elle nous affecte aujourd'hui, basée sur des chiffres et des faits que vous ne verrez jamais ailleurs.
Ces preuves expliquent pourquoi nous avons peur de l'Islam; peur de l'Islam en théorie et en pratique.


Pour plus d'informations :
Humpfrey Prideaux - La vie de Mahomet ou l'on découvre amplement la vérité de l'imposture
Vincent Serralda - Le combat de Mohamet
Léon Godard - Soirées algériennes, corsaires, esclaves et martyrs de Barbarie
Pierre-Joseph Dumont - Histoire de l'esclavage en Afrique
Aymeric de Bainville - Gerbe d'Orties
Charles Amblont - La vraie nature de l'islam
Aldeeb Abu-Sahlieh Sami Awad - Mutiler au nom de Yahvé ou d'Allah


Ouvrages en rapport avec l'Islam


Les musulmans sont entrés pour la première fois en 714 dans ce qui était la France à l'époque. Ils se sont emparés de Narbonne, qui est devenue leur base pour les 40 années suivantes, et ont pratiqué des razzias méthodiques. Ils ont ravagé le Languedoc de 714 à 725, détruit Nîmes en 725 et ravagé la rive droite du Rhône jusqu'à Sens.
En 721, une armée musulmane de 100.000 soldats mit le siège devant Toulouse, défendue par Eudes, le duc d'Aquitaine. Charles Martel envoya des troupes pour aider Eudes. Après six mois de siège, ce dernier fit une sortie et écrasa l'armée musulmane qui se replia en désordre sur l'Espagne et perdit 80.000 soldats dans la campagne.
On parle peu de cette bataille de Toulouse parce qu'Eudes était mérovingien. Les capétiens étaient en train de devenir rois de France et n'avaient pas envie de reconnaître une victoire mérovingienne.
Les musulmans ont conclu alors qu'il était dangereux d'attaquer la France en contournant les Pyrénées par l'est, et ils ont mené leurs nouvelles attaques en passant à l'Ouest des Pyrénées. 15.000 cavaliers musulmans ont pris et détruit Bordeaux, puis les Pays de la Loire, et mis le siège devant Poitiers, pour être finalement arrêtés par Charles Martel et Eudes à vingt kilomètres au nord de Poitiers, en 732.
Les musulmans survivants se sont dispersés en petites bandes et ont continués à ravager l'Aquitaine. De nouveaux soldats les rejoignaient de temps en temps pour participer aux pillages. (Ces bandes n'ont finalement été éliminées qu'en 808, par Charlemagne)
Les ravages à l'Est ont continué jusqu'à ce qu'en 737 Charles Martel descende au sud avec une armée puissante, et reprenne successivement Avignon, Nîmes, Maguelone, Agde, Béziers et mettent le siège devant Narbonne. Cependant, une attaque des Saxons sur le nord de la France a obligé Charles Martel à quitter la région.
En 759 enfin, Pépin le Bref reprit Narbonne et écrasa définitivement les envahisseurs musulmans. Ces derniers se dispersèrent en petites bandes, comme à l'Ouest, et continuèrent à ravager le pays, notamment en déportant les hommes pour en faire des esclaves castrés, et les femmes pour les introduire dans les harems d'Afrique du Nord, où elles étaient utilisées pour engendrer des musulmans.
La place forte des bandes se situait à Fraxinetum, l'actuelle Garde-Freinet. Une zone d'environ 10.000 kilomètres carrés, dans les Maures, fut totalement dépeuplée.
En 972, les bandes musulmanes capturèrent Mayeul, Abbé de Cluny, sur la route du Mont Genèvre. Le retentissement fut immense. Guillaume II, comte de Provence, passa 9 ans à faire une sorte de campagne électorale pour motiver tous les Provençaux, puis, à partir de 983, chassa méthodiquement toutes les bandes musulmanes, petites ou grandes.
En 990, les dernières furent détruites. Elles avaient ravagé la France pendant deux siècles.
La pression musulmane ne cessa pas pour autant. Elle s'exerça pendant les 250 années suivantes par des razzias effectuées à partir de la mer. Les hommes capturés étaient emmenés dans des camps de castration en Corse, puis déportés dans les bagnes du Dâr al islam, et les femmes d'âge nubile dans les harems. Les repaires des pirates musulmans se trouvaient en Corse, Sardaigne, Sicile, sur les côtes d'Espagne et celles de l'Afrique du Nord.
Toulon a été totalement détruite par les musulmans en 1178 et 1197, les populations massacrées ou déportées, la ville laissée déserte.
Finalement, les musulmans ayant été expulsés de Corse, Sicile, Sardaigne, du sud de l'Italie et de la partie nord de l'Espagne, les attaques sur les terres françaises cessèrent mais elles continuèrent sur mer.
Ce n'est qu'en 1830 que la France, exaspérée par ces exactions, se décida à frapper le serpent à la tête, et à aller en Algérie détruire définitivement les dernières bases des pirates musulmans. Vous savez ce qu'est devenue ensuite l'Algérie, et l'histoire ne s'est pas figée.
Ce qu'il y a de frappant, c'est qu'entre 714, la première entrée, et 1830, l'écrasement définitif des pirates barbaresques, il s'est écoulé plus d'un millénaire, ce qui montre qu'ils ne renoncent jamais.


Terre et peuple Bourgogne

Friday, December 21 2012

Conan le Barbare

Conan_Reptilian.jpg


Encore enfant, Conan assiste impuissant au massacre de ses parents par le cruel Thulsa Doom, et est réduit en esclavage.
Enchaîné à la roue de douleur, il y acquiert une musculature peu commune qui lui permet, adulte, de gagner sa liberté comme lutteur.
Désireux d'assouvir sa soif de vengeance, il part accompagné de deux voleurs, Subotai et Valeria, à la recherche de Thulsa Doom...


Réalisateur : John Milius
Acteurs : Arnold Schwarzenegger, James Earl Jones, Max von Sydow
Année de production : 1982
Titre Original : Conan the Barbarian


Conan le Barbare ( version française, OST, etc )



Conan's prayer to Crom
Crom, I have never prayed to you before.
I have no tongue for it.
No one, not even you, will remember if we were good men or bad.
Why we fought or why we died.
No. All that matters is that two stood against many.
That's what's important.
Valor pleases you, Crom, so grant me one request.
Grant me revenge !
And if you do not listen, then the Hell with you !


Les TROIS VÉRITABLES TOMES de CONAN :

Conan Tome 1 Conan le Cimmérien

"Sache, ô Prince, qu'entre l'époque qui vit l'engloutissement de l'Atlantide et des villes étincelantes... il y eut un Âge insoupçonné, au cours duquel des royaumes resplendissants s'étalaient à la surface du globe... Mais le plus illustre des royaumes de ce monde était l'Aquilonie, dont la suprémacie était incontestée dans l'Occident rêveur? C'est en cette contrée que vint Conan, le Cimmérien - cheveux noirs, regard sombre, épée au poing, un voleur, un pillard, un tueur, aux accès de mélancolie tout aussi démesurés que ses joies - pour fouler de ses sandales les trônes constellés de joyaux de la Terre."

Conan est l'un des personnages de fiction les plus connus au monde. Robert E. Howard l'a créé en 1932 et avec lui, l'heroic fantasy. Ce héros, ainsi que la puissance évocatrice de l'écriture de son auteur, a eu et a toujours une influence majeure, au moins égale à celle de Tolkien, sur tout l'imaginaire occidental.
Pourtant, les nouvelles du Cimmérien n'ont jamais été publiées telles que son auteur les avait conçues. Elles ont été réarrangées, réécrites, modifiées, artificiellement complétées après sa mort.
C'est pourquoi le livre que vous tenez dans vos mains est un événement.
C'est le premier de trois volumes qui rassemblent l'intégralité des aventures de Conan, présentées dans l'ordre de leur rédaction, restituées dans leur version authentique à partir des manuscrits originaux, avec des traductions nouvelles ou entièrement révisées. Elles s'accompagnent de nombreux inédits, ainsi que d'articles et de notes sur l'oeuvre de Robert E. Howard et l'univers de Conan par Patrice Louinet, qui en est l'un des plus éminents spécialistes internationaux.
Un ouvrage absolument exceptionnel, superbement illustré par le célèbre dessinateur Mark Schultz.


Robert E. Howard


Conan Tome 2 L'heure du dragon

L'écuyer accourut à son aide, mais Conan l'écarta d'un geste brusque. - Donne-moi cet arc ! dit-il en grinçant des dents, montrant un puissant arc et un carquois qui étaient suspendus à un mat de la tente.
- Mais, majesté ! s'écria l'écuyer en proie au plus grand désarroi. La bataille est perdue ! Il sied à un roi de se rendre avec la dignité que l'on attend d'une personne de sang royal !
- Je n'ai pas de sang royal ! Je suis un barbare et le fils d'un forgeron !

C'est le deuxième de trois volumes qui rassemblent l'intégralité des aventures de Conan, présentées dans l'ordre de leur rédaction, restituées dans leur version authentique à partir des manuscrits originaux, avec des traductions nouvelles ou entièrement révisées. Elles s'accompagnent de nombreux inédits, ainsi que d'articles et de notes sur l'oeuvre de Robert E. Howard et l'univers de Conan par Patrice Louinet, qui en est l'un des plus éminents spécialistes internationaux.
Un ouvrage exceptionnel superbement illustré par Gary Gianni.


Conan Tome 3 Les clous rouges

- Mon oncle était à Venarium lorsque les Cimmériens ont déferlé sur les remparts. Les barbares ont surgi sans prévenir des collines en une horde sauvage et ont pris Venrium d'assaut avec une telle furie que personne n'aurait pu leur résister. Hommes, femmes et enfants furent massacrés. Venarium fut réduite à un tas de ruines carbonisées, ce qu'elle est encore de nos jours. Les Aquiloniens furent repoussées de l'autre côté des Marches et depuis ils n'ont plus jamais cherché à coloniser la Cimmérie. Mais tu parles de Venarium sur un ton familier. Tu y étais peut-être ?
- J'y étais, grogna l'autre. Je faisais partie de la horde qui a déferlé sur les murailles. Je n'avais pas encore vu quinze hivers, mais déjà on répétait mon nom autour des feux de camp lors des conseils.
- Mais alors, tu es - toi aussi - un barbare ! s'exclame-t-il involontairement.
L'autre acquiesça, sans en prendre ombrage.
- Je suis Conan, un Cimmérien.

Voici le dernier des trois volumes qui rassemblent l'intégralité des aventures de Conan, présentées dans l'ordre de leur rédaction, restituées dans leur version authentique à partir des manuscrits originaux et dans de nouvelles traductions. Elles s'accompagnent de nombreux inédits, ainsi que d'articles et de notes sur l'oeuvre de Robert E. Howard et l'univers de Conan par Patrice Louinet, qui en est l'un des plus éminents spécialistes internationaux. Un ouvrage exceptionnel, superbement illustré par Gregory Manchess.

lancers_conan.jpg

Thursday, December 20 2012

Ernest Bosc - Histoire nationale des Gaulois sous Vercingétorix



Ernest Bosc et L. Bonnemère
Histoire nationale des Gaulois sous Vercingétorix


Dans nos lycées, dans nos collèges, dans tous nos établissements d'instruction, les professeurs semblent prendre à tâche d'exalter et de glorifier César, le grand perturbateur romain, le destructeur de l'indépendance nationale de nos pères.
D'après ces maîtres, les Gaulois n'étaient que des sauvages, ne possédant aucun art, aucune littérature, en un mot, des barbares indignes de tout intérêt.
Entrainés par leur enthousiasme au delà de toutes limites, beaucoup seraient tentés d'appliquer au terrible proconsul ce vers un peu modifié de notre bon la Fontaine :

"Vous leur fîtes César,
En les battant beaucoup d'honneur."

D'après ces mêmes maîtres, imbus d'un classissisme outré, nos pères n'auraient possédé les éléments de la civilisation qu'après et grâce à la conquête des Gaules par les Romains. Et si d'un côté nos professeurs sont si durs pour les Gaulois, d'un autre côté ils ne tarissent pas en fait d'éloges sur la civilisation romaine. Elle était considérable en effet cette civilisation, elle avait atteint, il est vrai, un haut degré d'intensité, surtout au moment de l'entrée en scène de César. Mais était-elle donc si remarquable, si enviable cette civilisation romaine ?



Nous ne le pensons pas et nous espérons bien le démontrer dans le cours de cette étude historique. Nous reconnaissons volontiers que les Romains, sous la République, avaient accompli de grandes choses, qu'ils étaient arrivés en quelques siècles à fonder une grande nation au milieu de laquelle fleurissaient les sciences, les arts et les lettres. Mais à partir de César, cette même nation renfermait dans son sein les germes d'une décadence profonde; c'est là un fait incontestable, et qui justifie cette pensée de Montesquieu, à savoir : que tout ce qui a atteint le faîte de la grandeur est voisin de la décadence.
En effet, si les arts étaient florissants et prospères, si sous Auguste ils atteignirent (l'architecture surtout) leur apogée, nous pouvons bien dire avec quelque apparence de raison que, dès l'époque de César, le peuple romain reniant tout son passé, ses austèrés et antiques croyances, ne vivant que pour satisfaire ses passions et ses plaisirs, le grand peuple romain était bien dégénéré. Sa civilisation à cette époque a été une des plaies du monde, c'est là encore un fait évident, incontestable, aujourd'hui surtout que les études historiques ont progressé et que nous connaissons beaucoup mieux le monde romain.


Pour plus d'informations sur les Celtes
Les ouvrages d'Ernest Bosc

Wednesday, December 19 2012

Paschal Beverly Randolph


Paschal Beverly Randolph en français
Paschal Beverly Randolph en anglais

Paschal Beverly Randolph (October 8, 1825 – July 29, 1875) was an American medical doctor, occultist, Spiritualist, trance medium, and writer. Randolph is notable as perhaps the first person to introduce the principles of sex magic to North America, and, according to A.E. Waite, establishing the earliest known Rosicrucian order in the United States.

Tuesday, December 18 2012

Louis Beam - Le Multiculturalisme



Louis Beam - Le Multiculturalisme

Outil pour diviser pour mieux régner
Introduction pour les novices

Aucune nation ne naît multiculturelle. Le multiculturalisme est une situation artificielle autant que malsaine qui ne peut affecter que les États en déclin général. Un État multiculturel porte au plus profond de lui les germes d’une future destruction nationale.
Toutes les nations multiculturelles aboutirons à un état de délabrement politique, moral, économique et social. L’avidité et la corruption caractériseront le gouvernement ainsi que les mesures oppressives dirigées contre les citoyens. Le mensonge et la tromperie seront le fond de commerce des médiats, des politiciens et des institutions éducatives. Tels sont les indicateurs de l’avènement du multiculturalisme.
Dans les temps modernes, le multiculturalisme est institué du haut vers le bas comme un outil de la haute classe dirigeante et utilisé pour pousser un ou plusieurs groupes raciaux ou ethniques contre un autre. Le chaos culturel qui s’ensuit sert les desseins politiques, les objectifs économiques et les besoins de puissance des élites dirigeantes et de leurs commanditaires. Cette technique a été développée par les idéologues marxistes qui ont utilisé le multiculturalisme en Russie pour diviser et vaincre la résistance à l’établissement d’un État communiste. Le résultat final de leur prise de contrôle réussie fut l’assassinat de trente millions d’êtres humains dans la seule Union soviétique. Beaucoup plus ailleurs.
Les mêmes cabalistes internationaux qui ont soutenu Lénine, Trotzky et Staline comme chefs multiculturels de l’Etat soviétique à partir de leurs établissements bancaires de New York, soutiennent de la même façon les chefs multiculturels des États-Unis, du Canada et d’Europe aujourd’hui. Un réseau interconnecté de fondations telles que Ford et Carnegie, d’empires bancaires internationaux tels que Rockefeller et Rothschild, et d’organismes gouvernementaux qu’ils contrôlent fermement travaillent en tandem avec les relais de la propagande contrôlée comme le New York Times, CBS et Hollywood, pour promouvoir, favoriser et encourager le multiculturalisme aujourd’hui. Bien que les exemples utilisés dans cet essai traite principalement des États-Unis, le même processus avec les mêmes méthodes sont employés ailleurs. C’est par là une preuve prima facie d’une cabale qui favorise le multiculturalisme comme un outil pour atteindre ses objectifs.
Le multiculturalisme est utilisé comme un marteau pour forger les peuples dociles qui composeront les États obéissants du Nouvel ordre mondial. Comme arme de guerre politique moderne, le multiculturalisme a peu d’équivalents, ce qui explique son utilisation actuelle contre toute l’Europe occidentale, les États-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Le morcellement délibéré de ces nations et la perte de l’identité nationale et de projet qui aboutit à des groupes politiques en conflit sert de tremplin à un gouvernement mondial. Et qui donc composera ce gouvernement mondial ? Une classe dirigeante consistant en une « hiérarchie économique » remplacera la « hiérarchie naturelle » de la philosophie du XIXe siècle. Une force qui considère les pays et les gens qui y vivent d’abord comme des cibles économiques à exploiter, et ensuite comme des cibles militaires devant être vaincues si elles résistent.
Il ne faut pas se laisser abuser par l’apparence trompeuse des gogos enthousiastes de gauche qui sont le plus souvent, mais pas toujours, considérés comme les porte-parole de la splendeur du multiculturalisme. Les partisans libéraux du multiculturalisme ne sont rien d’autre que des parasites opportunistes à cheval sur le dos d’un champignon social attaquant le corps politique. Puisque certains libéraux incohérents ont été les porte-parole du multiculturalisme, ils ne devraient pas être considérées comme représentant les principaux courants libéraux, pas plus que ne devraient l’être de soi-disant conservateurs tels que Bob Dole et Newt Gingrich parlant au nom des constitutionnalistes et des populistes. Le véritable instigateur, l’élite invisible qui promeut le multiculturalisme telle une arme de guerre, sont tout sauf libéraux, progressistes ou démocratiques. Au contraire, ce sont des tyrans sociaux mondialistes qui convoitent plus de puissance, plus de richesse, et plus de contrôle sur les gens – ils se moquent complètement de l’opinion de ceux qu’ils veulent gouverner.
Les plans des élites prévoient un gouvernement mondial dictatorial composé d’États fédérés par la force, qui, à proprement parler, sont des États policiers sans frontières. L’Organisation des Nations unies servira de vitrine commerciale et de visage public à ceux qui dans les coulisses manipulent les événements mondiaux. Leur projet économique est une plantation mondiale de travailleurs supervisés par des sociétés transnationales qui ne se soucient pas plus des droits de l’homme de ceux qui produisent leurs produits ou services que Staline de ses travailleurs misérables. Les États vassaux devront produire les biens et s’assurer de l’obéissance de leurs sujets en considérant toute opposition à l’État policier sans frontières comme du terrorisme. C’est ainsi que se dérouleront les meilleures années. Dans les mauvais périodes, quand les sociétés multinationales élitistes seront incapables de maintenir le contrôle, la puissance militaire de l’OTAN sera utilisée pour imposer l’obéissance par des États non-alignés.

Méthodes utilisées et leur effet

Tout comme les publicités télévisées sont faites par ceux qui profiteront de leur diffusion, le multiculturalisme est favorisée dans un pays par ceux qui entendent tirer profit de son acceptation.
Ceux qui prônent le multiculturalisme sont appelés mutliculturalistes et se trouvent être généralement de ceux qui possèdent le moins de culture personnelle. Comme un arbre qui meurt perd ses feuilles et est attaqué par les champignons et les vers de la décomposition, ainsi est une nation minée par les multiculturalistes. La culture dominante est attaquée de toutes parts. Ce n’est pas tant un résultat de la malignité qu’une nécessité. Par la diffamation, le nivellement et l’affaiblissement de la culture dominante, un environnement est créé pour les troubles sociaux, politiques, économiques qui produisent le changement qui bénéficiera aux promoteurs d’un État multiculturaliste. Si le gouvernement et les médiats de masse mettent en avant sans relâche les questions de race, de sexe, et de diversité plutôt que les vrais problèmes qui devraient être abordés, il y aura une division croissante de la société dans le même sens. C’est exactement ce que les partisans du multiculturalisme veulent.
L’instabilité sociale, causée par une érosion constante des normes et des valeurs, couplée avec une ruée sur des opportunités économiques raréfiées par l’affrontement des groupes ethniques, produit exactement l’aliénation et le conflit nécessaire pour la mise en place d’un État multiculturel. En outre, l’absence de normes et de valeurs communes conduit à la désorganisation individuelle, qui entraîne un comportement asocial. C’est le cadre vital d’existence d’un État multiculturel. En un mot : l’anomie.
Comme outil politique, le multiculturalisme a plusieurs applications. Il est utilisé pour empêcher un consensus national parmi l’électorat. La confluence de vues divergentes sur la vision de la vie, les cultures, les croyances, les religions, les habitudes ethniques, etc., alimente une rivière tourbillonnante de mécontentement que le multiculturaliste chevauche. C’est une méthode parfaite pour s’assurer qu’il ne puisse y avoir à l’avenir d’entente, d’unité, et un désir de destin commun parmi les gouvernés. Le multiculturalisme représente une forme de base du « diviser pour mieux régner », au profit du gouvernement corrompu et ses commanditaires.
Le multiculturalisme est également un outil financier utilisé pour niveler socialement et économiquement une population ciblée. Lorsqu’il est mis en oeuvre, il conduit en fait à une bataille pour les ressources qui se raréfient autant que les opportunités économiques, avec un gouvernement favorisant le travail bon marché. Un flux continu de travailleurs pauvres est assuré grâce à l’immigration (légale et illégale) qui, en travaillant pour de moindres rémunérations, entraîne sans cesse les salaires vers le bas. Pour la grande majorité des citoyens le niveau de vie n’augmentera pas, mais, au contraire, diminuera constamment.
En règle générale :
Le degré de multiculturalisme dans une société est directement proportionnel à la corruption au sommet du système politique et inversement proportionnelle à l’unité nationale.
En d’autres termes : le multiculturalisme aura réussi autant que le pays aura échoué.
Le multiculturalisme peut en outre être utilisé comme « outil de transition » pour faire passer une population ciblée d’une forme de gouvernement à une autre. Quand une situation politique de cupidité, de corruption massive, et la divergence des objectifs est couplée à une condition sociale de drogue, de violence et de mécontentement, il existe ainsi le parfait environnement pour un changement de gouvernement vers un système qui sert au mieux les intérêts à long terme de l’élite dominante. Observer qu’à la fois le problème et la solution sont fournis par les mêmes personnes permet de comprendre pourquoi la CIA importe quelque cent milliards de dollars de cocaïne et autres drogues aux États-Unis. Cela explique dans le même temps que le FBI, l’ATF*, mais aussi, des agences fédérales gouvernementales plus secrètes sont impliqués dans le terrorisme intérieur ou sa dissimulation. Dès lors, ce que l’on croyait à tort être des événements indépendants apparaissent avec leur fil conducteur et leur but communs.
Dans le milieu délétère du multiculturalisme existe la possibilité d’une propagande pour rééduquer le peuple en une entité plus malléable. Une population ciblée sera façonnée mentalement par de nouvelles formes d’éducation publique dans les écoles, l’endoctrinement des médiats et par les discours des élites. Ainsi placé dans un creuset de nécessité économique et de pression sociale, les citoyens libres deviennent des masses découragées, s’adaptant et acceptant les changements fondamentaux de l’évolution nationale comme une solution de survie. Pour les réticents, la soumission par la force s’ensuivra sous forme de sanctions juridiques déguisées en loi anti-drogue, anti-terrorisme, ou anti-haine. Tout cela conduit vers ce que George Orwell a si bien prédit dans son livre 1984 :
« Il est à peu près certain que nous entrons dans une ère de dictatures totalitaires — une ère où la liberté de pensée commencera par être un péché mortel, avant de devenir une simple abstraction vidée de tout sens. »
On engendre une société dans laquelle ceux qui ont le comportement le plus asocial, le style de vie le plus déviant, ou sont en situation d’échec personnels sont ceux auxquels le gouvernement accorde le plus. Ce n’est pas un hasard ! Ce n’est pas la maladresse du gouvernement, ni n’est une déviance du libéralisme, c’est le résultat d’une préméditation, d’une intention, d’un objectif. Un programme défendu par les deux administrations républicaines et démocrates dont les bailleurs de fonds sont les mêmes. C’est le programme d’un gouvernement qui est tombé définitivement entre les mains des forces du mal. Ne pas reconnaître ce point essentiel conduira à prendre éternellement des chemins détournés, ou blâmer inutilement ceux qui n’ont pas le pouvoir de changer le cours des événements. La colère dirigée contre les libéraux, les Noirs, ou les gens de couleur est gaspillée. C’est la réorganisation du gouvernement du bas vers le haut qui serait productive.
Le multiculturalisme, comme la drogue, est une arme insidieuse. Elle détruit à la fois l’âme et le corps d’un peuple. Tous les liens avec la famille, la communauté et le peuple dans son ensemble sont détruits par ces deux opiacés de l’esprit humain. Les deux sont diffusés par le haut par l’élite mondialiste décidés à créer un ordre mondial dont le pouvoir est tel que ses sujets n’y ont aucun potentiel de résistance.
Par sa nature même chaque État policier naissant cherche à exploiter à la fois la puissance de l’État et le peuple pour sa propre volonté. Lorsque des appels sont lancés au moyen de slogans mystérieux tels que la guerre contre le crime, la drogue, le terrorisme, la haine, la pauvreté, etc. la signification réelle est « abandonnez le pouvoir à l’État et applaudissez au viol de votre liberté ». En résumé : le multiculturalisme est un autre programme conçu pour créer les sujets d’un État policier sans frontières. Lorsque la « guerre contre la drogue » s’ajoute à la « guerre contre le terrorisme », le monde d’Orwell d’une guerre sans fin est réalisé. Ce serait leur monde, leurs ordres ; rien de nouveau : la volonté despotique est aussi vieille que l’humanité elle-même.
L’antithèse du multiculturalisme est la solidarité morale, religieuse et culturelle entre les habitants d’une nation. Croire en lui-même est le bien ultime d’un peuple. Une cohésion qui produit une vision nationale, avec des limites claires de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas dans les affaires d’une nation, tout en permettant les différences naturelles entre les individus. Le multiculturalisme comme arme de guerre devient inopérant et est rejeté d’ un tel environnement.
Une première étape nécessaire vers la guérison consiste à examiner la politique, la politique sociale, et la gouvernance issus de Washington avec une nouvelle vision, enfin éclaircie après toute une vie de fausses informations et de tromperies propagées par l’élite dirigeante. Prétendre plus longtemps que les prostitués de la classe politique de Washington, vendus, corrompus, vous représentent vous, ou qui que ce soit d’autre, équivaut à taillader votre propre poignet avec une lame de rasoir. Une attitude autodestructrice peut vous offrir le statut de « classe protégée par le gouvernement » via les lois pour la diversité, mais il ne vous sauvera pas vous, votre famille, ou votre nation.
Les États-Unis, le Canada, et la majeure partie de l’Europe sont gouvernés par des politiciens dont on peut dire au mieux qu’ils sont des hommes de piètre réputation, chacun étant là pour piller l’État. Une chose est claire, la classe dirigeante américaine d’aujourd’hui est beaucoup plus proches du point de vue idéologique d’un gouvernement mondial dirigé par une poignée de privilégiés qu’elle ne l’est du monde de la Révolution américaine ou de la Convention constitutionnelle de 1789. Pourtant, l’esprit de 1776 vit encore sur cette terre. Une fois de plus, la rébellion contre les tyrans et dans l’obéissance à Dieu est en marche. Écoutez attentivement et vous entendrez au loin sonner la cloche de la liberté, appelant ses vaillants fils et ses nobles filles à son secours. Ils ne distinguent ni la gauche, ni la droite, mais seulement la trahison. Et ils n’auront pas peur de répondre à l’appel. Que les tyrans tremblent. Et même si le Ciel doit s’écrouler, que justice soit faite.


Pour plus d'informations

Monday, December 17 2012

Robert Brasillach - Les raisons d'un engagement



Robert Brasillach - Les raisons d'un engagement
Mémorandum écrit par Robert Brasillach pour la préparation de son procès
1945

Le texte présenté ici est un mémorandum écrit par Robert Brasillach à la prison de Fresnes dans l’attente de son procès. Le prisonnier se préparait, avec l’aide de ses compagnons de cellule, à répondre aux questions qui pourraient lui être posées au tribunal. À la barre, Robert Brasillach ne put s’expliquer que sur certains points ; le Mémorandum détaille ces points et il contient des développements sur les questions qui ne furent pas abordées durant le procès. Il permet de comprendre les motivations de Robert Brasillach durant la Collaboration et éclaire la destinée de l’écrivain entraîné dans la tourmente de la guerre, fasciné par la force des jeunesses fascistes mais fermement attaché aux principes du nationalisme français.
Dans ce document, plus politique et biographique que judiciaire, Robert Brasillach revient sur ses relations avec les Allemands depuis son retour de captivité jusqu’à son refus de partir en Allemagne en 1945, son soutien à la Légion des volontaires français, sa méfiance vis-à-vis de la Milice, ses rapports avec le gouvernement de Vichy, la crise de Je suis partout, la justification de son antisémitisme, etc. Ce Mémorandum n’était pas destiné au public, mais son intérêt explique sa publication dans les OEuvres complètes de Robert Brasillach. L’original a été perdu, le texte a été reconstitué à partir de deux copies dactylographiées. Quelques mots manquants, insérés entre crochets, ont été restitués par Maurice Bardèche, dont nous avons conservé les notes. Elles ont été intégrées avec la mention « NDMB » avec celles que nous avons ajoutées en fin de livret. Les commentaires inscrits dans la marge par Robert Brasillach ont été transformés soit en inter-titres, soit en notes de bas de page.


Pour plus d'informations
Brasillach_Robert.jpg

Saturday, December 15 2012

More Guns, Less Crime



John R. Lott Jr. - More Guns, Less Crime
Understanding Crime and Gun-Control Laws

Does allowing people to own or carry guns deter violent crime? Or does it simply cause more citizens to harm each other? Directly challenging common perceptions about gun control, legal scholar John Lott presents the most rigorously comprehensive data analysis ever done on crime statistics and right-to-carry laws. This timely and provocative work comes to the startling conclusion: more guns mean less crime. In this paperback edition, Lott has expanded the research through 1996, incorporating new data available from states that passed right-to-carry and other gun laws since the book's publication as well as new city-level statistics.

Interview with John Lott

For more


L'Amérique, contrairement à l'Europe de l'ouest, reste un pays de libertés.

Friday, December 14 2012

Léon Degrelle - Qu'est-ce que Rex ?



Léon Degrelle - Qu'est-ce que Rex ?
Lettre aux Français

En 1936, Léon Degrelle est invité en France. Le jeune chef de Rex doit y prendre la parole pour présenter son mouvement, et apporter à la France le soutien de la Belgique. Mais depuis quelques semaines, le gouvernement a été accaparé par le Juif Blum et ses coreligionnaires ; ils appliquent une dictature sourde : les ligues nationalistes sont interdites, les réunions d'opposition sont interdites, les chefs politiques sont emprisonnés.
Léon Degrelle lui-même sera arrêté manu militari et expulsé de France. C'est dans ce contexte qu'il écrit cette Lettre aux Français, faute d'avoir pu lui-même s'adresser directement aux Français.


Puisqu’il ne m’est plus permis de parler aux Français, il me faut bien me contenter de leur écrire...
Le mot « Français » fait monter tant de regret en nos coeurs !... Pour les Wallons de ma patrie, la France, c’est notre langue, notre culture, notre civilisation... Dites, c’était tout de même un morceau de notre âme, et Ronsard, comme Musset et Montaigne, comme Maurras, étaient à nous comme aux Lorrains ou aux Provençaux. À quoi bon le nier ? Nous souffrons d’être traités en France comme des indésirables et des parias.
Quand je me suis retrouvé, l’autre matin, sur un quai de gare, entre deux gendarmes, comme un malfaiteur, j’ai regardé longtemps les rails qui glissaient dans le brouillard en me disant : « Tout de même, comment a-t-on pu en venir là ?... Nous n’avons plus le droit de respirer l’air de France, de retrouver là-bas les sources d’une de nos deux cultures, d’entendre chanter en Touraine ou dans les Landes les mêmes mots qu’au bout des plateaux liégeois ou au fond des bois ardennais... »
Et, replié sur moi-même, je pensais à nos morts étendus en terre française, près desquels je ne puis même plus prier et me recueillir...
Tout cela vingt ans après que les marches wallonnes furent baignées du sang de nos bûcherons et de nos mineurs, mêlé à celui de vos chasseurs alpins.


***

Il ne faut pas le nier. Un lourd malaise pèse sur les relations franco-belges.
Il est né d’abord de cette légèreté avec laquelle tant de Français traitent des choses étrangères.
Nous n’étions pas les « petits Belges ».
Nous étions un peuple où, pendant deux mille ans, on a lutté et on est morts pour des libertés et pour des vertus.
Un peuple qui a résisté ainsi, qui a souffert et trimé, qui a tenu tête à tout le monde, un peuple comme celui-là est un grand peuple, qui a le droit d’être connu autrement, en France, que par M. Beulemans et par « Manneken-Pis ».
Mais tout cela pouvait s’arranger.
De grands échanges intellectuels entre Français et Wallons, et de profonds contacts populaires peuvent adoucir très vite ces malentendus, si aigus soient-ils aujourd’hui.
Le drame est ailleurs.
Il est essentiellement politique. Au fur et à mesure que la France glisse à gauche, elle détruit chez nous ses amitiés.
Le pacte franco-soviétique a fauché les relations franco-belges. Choisir Moscou, c’était nous chasser.
Il ne faut plus se faire la moindre illusion. Dans la mesure où la France lie son sort à celui des Soviets, elle devient un danger pour notre peuple et pour la civilisation.
Pas un paysan, pas un ouvrier, pas un père de famille de notre sang ne périra pour les Soviets : nous en faisons le serment devant nos morts de l’Yser et devant les berceaux de nos enfants. Alors, comprend-on que nous ne voulions à aucun prix être liés à un pays qui, par son alliance avec Moscou, pourrait nous conduire à un conflit qui ferait, au prix de combien de morts nouveaux, le jeu monstrueux des Soviets ?...
Pour retrouver la confiance des Belges, la France doit d’abord « se retrouver elle-même », rejoindre ses vertus, sa ligne d’âme, se débarrasser de la corruption soviétique.
Une France régénérée, c’est la consolidation de l’Europe et c’est, à nouveau, la communion fervente, dans une même culture, des Wallons et des Français.
Une France marxiste, c’est la Belgique roulée en boule, en garde contre un péril, hélas ! Trop réel...


***

Cet isolement pourrait avoir des répercussions très graves.
Un pays d’entre-deux comme la Belgique peut remplir un rôle magnifique de terre de rencontre entre les peuples du Nord et le peuple français.
Il lui faut, pour accomplir cette mission, les traiter tous avec un égal « fair-play », ne se laisser marcher sur les pieds par personne, ne point se laisser traiter en vassal ou en avant-garde sacrifiée, mais permettre, dans une compréhension commune, à des peuples de génies si divers, de se servir, pour se connaître et pour apaiser leurs querelles, de notre pivot européen.
La France en a besoin, comme les autres pays qui nous entourent.
Mais il y a un minimum de confiance. Ce minimum, le marxisme français ne l’inspire plus à la Belgique.
Plus que n’importe qui, nous devons craindre une emprise nouvelle du socialisme et du communisme à Paris.
Nos révolutionnaires n’attendent que cela. Leurs fiefs du Hainaut et le Nord français ne forment qu’un long bassin rouge. La victoire des gauches chez vous, c’est aussitôt l’infiltration chez nous, puis les vannes rompues.
On a trop vu le Front populaire passer armes et hommes au Frente Popular.
À notre frontière, l’appui des marxistes français serait infiniment plus rapide et plus fort.
Une dictature de gauche en France, c’est un danger constant pour notre paix intérieure, avec tous les risques de conflit européen que peut déchaîner le pacte franco-soviétique.
Un peuple qui fut saigné vingt fois comme le nôtre a le devoir d’être prudent et de monter la garde.
Français, n’est-ce pas naturel ?


***

Ne cherchez pas d’autres explications.
Ne liez point Rex à Berlin. Berlin n’a rien à faire de Rex. Nous voulons nous entendre avec tous nos voisins et organiser avec tous les peuples régénérés la résistance au communisme. Mais nous ne sommes et ne serons jamais au service de personne. Nous aimons notre pays. Point, c’est tout. Notre attitude vis-à-vis de l’étranger n’est dictée que par le souci de notre peuple et de la civilisation européenne.
Et c’est parce que ce souci nous tourmente que nous désirons tant voir s’opérer demain, Français, dans votre Patrie, une rédemption aussi foudroyante que celle de Rex est en train d’apporter en Belgique.
Ah ! Voir les Français sous la conduite d’un chef qui soit vraiment le point de concentration des volontés populaires, retrouver, un par un, le sens de la famille, de la terre et de la dignité du travail ! Rebâtir, eux aussi, l’État grâce à des corporations et à un pouvoir populaire et fort !
Rétablir entre les classes, enfin solidaires, des liens réels basés sur la justice sociale, sur la responsabilité des élites, sur l’humanisation du labeur !
Permettre, dans la famille, dans le métier, dans la vie morale et spirituelle, l’épanouissement de la personnalité humaine !
Rendre à un pays la pureté et la jeunesse, la joie de vivre et de devenir meilleur, la passion du devoir dans la communauté nationale !
C’est parce que Rex, par-delà son vaste programme politique, économique et social, a rejoint les âmes, leur a donné la fraîcheur et le feu, c’est parce que sa mystique a permis à nouveau à un peuple de respirer et d’espérer, que demain Rex aura conquis et sauvé la Belgique.
Français, nous étions jeunes, pauvres, inconnus de tous en commençant. Et à trente ans nous allons être les maîtres !
Dans la vie, tout est facile, tout réussit trop vite. On n’a même pas le temps de lutter, ni de souffrir...
Quand on veut gagner, on gagne !

Toujours !
À coup sûr !
Français, pour sauver demain la France, retrouvez aujourd’hui déjà des âmes de vainqueurs !

Léon Degrelle, 19 octobre 1936,
Publié dans Je suis partout, n° 309, 24 octobre 1936.



Pour plus d'informations

Thursday, December 13 2012

The ugly truth about the ADL



The ugly truth about the Anti-Defamation League
The Editors of Executive Intelligence Review


A Call to Arms

You are holding in your hands a powerful weapon in the war to free the United States of the scourge of drugs, dirty money, and New Age perversion. In this book you will learn how the Anti-Defamation League of B’nai B’rith (the ADL) has been, and is today, a leading agent to spread all of these evils.
So once you’ve read this book, you can’t just sit back. You have an obligation to share it with others. And they must keep up the process.
If we do it right, a geometric progression will be set into motion. Each reader should sell books to at least three friends. If each of those friends contacts three others, that will make nine readers. If they do their job, that will give us 27 readers, and on and on. If no one breaks the chain, in ten levels of expanded sales, we can reach 14 million people !

For more

Tuesday, December 11 2012

Perspectives conjecturales et jugements sur l'Horizon 1989



Georges Ponge-Helmer
Perspectives conjecturales et jugements sur l'Horizon 1989
Tome 1

Centre d'études et de gestion financières (C.E.G.F.)
Théories et application aux événements du passé
Exploration anticipatrice du futur
Essai prévisionnel basé sur la dynamogénie numérale, sur lacyclologie universelle et sur l'arithmosophie.

Révision - Gérance - Surveillance des portefeuilles - Titres - Renseignements et conseils financiers
Direction des opération de bourse



La boucle cyclique se referme sur le nationalisme européen

Au lendemain de 1848, Victor Hugo qui n'était pas mauvais Français, déclarait, ouvrant le Congrès pour la paix: "Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous nations du continent, sans perdre de vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure et vous constituerez la fraternité européenne absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne. La Lorraine, l'Alsace, toutes nos provinces se sont fondues dans la France. Un jour viendra où il n'y aura plus d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits s'ouvrant aux idées. Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le véritable arbitrage d'un grand Sénat souverain qui sera en Europe ce que le Parlement est à l'Angleterre, ce que la Diète est à l'Allemagne, ce que l'Assemblée législative est à la France".
Comme nous préférons cette façon de penser et de s'exprimer, malgré son romantisme dépassé, au réalisme stérile des pragmatiques ! Ce qui, chez Victor Hugo, n'était que vision généreuse, est aujourd'hui nécessité urgente. Seuls des attardés accrochés à des conceptions dépassées, peuvent croire encore que c'est dans le cadre des nations qu'il est possible de résoudre les problèmes qui se posent aux hommes d'aujourd'hui et plus spécialement aux Européens. C'est dès lors un singulier idéal politique que celui de l'indépendance totale alors que tout oblige à la coopération et conduit à l'interdépendance. Ni la défense, ni l'économie, ni les problèmes plus modernes comme l'environnement ou le tiers monde ne peuvent encore être résolus dans le cadre de la nation. Refuser cette vision des choses, c'est préparer un avenir détestable. De quels peuples donc se compose l'Europe? D'Anglais, d'Allemands, de Français, d'Espagnols, d'Italiens ? Que nenni ! Ces nationalités modernes sont à peine sorties des langes. Il faut certainement quatre ou cinq millénaires pour que se précise une psyché collective. L'âme de nos peuples prend sa source dans le berceau même de l'Histoire. Depuis les brumes préhistoriques, l'Europe est tenue par quatre grande : races : les Nordiques, les Subnordiques ou Dinariques, les Alpins et les Méditerranéens, soit deux races blondes et deux races brunes. Les Nordiques ont produit les Germains ou Scandinaves, puis, par fusion avec une race mongoloïde, les Slaves. Les Subnordiques fusionnant avec les Alpins, ont produit les Celtes ou Gaulois. Enfin les Méditerranéens ont produit les Ibères ou Latins.
Germains, Slaves, Celtes, Latins, voici les vrais peuples de l'Occident, aux psychologies fondamentales différentes et sur bien des points opposées entre elles :
A chaque fois que l'un d'eux a voulu s'imposer aux trois autres, l'Europe a saigné pour rien, et cette utopie semble heureusement abandonnée de nos jours, sauf peut-être incomplètement par les Slaves soviétiques, derniers venus sur la scène de l'Histoire. Mais ce serait remplacer cette chimère par une autre que de vouloir confondre tous les Européens. Nous ne sommes pas identiques, loin de là, et chacun de nos grands peuples doit s'épanouir selon ses propres voies, dans l'intérêt même de la civilisation. Il convient d'harmoniser des personnalités diverses et non de les enfourner dans le même moule sous prétexte d"'union sacrée", que ce moule soit la "Sainte Eglise de Rome" de Maurras ou quelque autre chose. Ne pas admettre cela, c'est perdre toute chance de sauver l'Occident.
Tous les faits idéologiques de l'Histoire sont en réalité des faits ethnologiques et doivent être comme tels restreints à l'ethnie qui en est la source. C'est pourquoi toute idéologie à prétention universelle est grosse de catastrophes, et peu importe qu'elle se dise chrétienne, maoïste ou marxiste ou autre chose. Elle ne peut en effet aboutir qu'à l'une ou l'autre de ces deux formes également destructrices : ou bien elle est vraiment universaliste et elle produit la disparition des caractères et des identités dans le nivellement grégaire et robotique, ou bien son universalisme reste intentionnel sans qu'elle réussisse à se couper de ses racines ethniques, et elle n'est plus alors que le fer de lance d'un impérialisme qui prétend imposer à tous la culture, les idées et les mœurs d'un seul peuple. Ce dernier cas est évidemment le plus fréquent, pour ne pas dire qu'il est la règle, car la nature est tenace et les internationalistes, si sincères qu'ils puissent être parfois, ne parviennent pas à dépouiller si aisément le génie du peuple dont ils sont issus. Il est donc aujourd'hui indispensable d'examiner d'un œil neuf l'Histoire de l'Occident et les vastes mouvements qu'elle dessine lorsqu'on la contemple d'assez haut.
Le premier constat qui s'impose à l'esprit est celui-ci. Les quatre principales races historiques dont nous venons de faire état ont tour à tour tenté de gouverner l'Europe entière et ont toutes les quatre échoué en ce sens qu'elles n'ont pas engendré, malgré des succès parfois spectaculaires une Nation Europe durable.
Ce furent d'abord les Celtes qui, voici environ vingt-deux siècles, tinrent toute l'Europe, de l'Irlande à l’embouchure du Danube. A noter qu'ils s'abstinrent de créer un empire centralisé autant que de produire une religion ou idéologie réputée universelle. Vinrent ensuite les Latins avec l'empire romain centraliste. Dans le domaine idéologique, l'empire fit d'abord porter ses efforts sur le syncrétisme arbitraire et systématique de toutes les religions des peuples absorbés (ce qui était les dénaturer toutes) puis adopta pour sauver l'unité de l'Empire, le christianisme comme doctrine unique et l'imposa sans partage.
Les grandes invasions "barbares" instaurèrent après cela, la domination des Germains sur tout l'Occident. L'Empire Franc de Charlemagne, puis le Saint-Empire d'Othon le Grand et de Charles-Quint furent les expressions les plus caractérisées de la tentative impériale des Germains. Sur le plan idéologique, ils reprirent le christianisme, l'adaptèrent tant bien que mal à leur propre personnalité, puis l'imposèrent par l'épée aux peuples européens qui en étaient encore préservés. Mais le puritanisme germanique ne pouvant s’accommoder de la mentalité latine et réciproquement, la naissance du protestantisme était inévitable et Martin Luther, en même temps qu'il rendait aux Latins leur idéologie, donnait aux Germains la leur. Le protestantisme allait accompagner partout les colonies germaniques: aux Etats-Unis, en Afrique du Sud ou en Australie.
Enfin se manifestèrent les Slaves, eux aussi impérialistes, avec les Tsars d'abord et les Soviets ensuite. Idéologiquement les Slaves tentèrent en premier lieu une adaptation du christianisme, mais c'est avec le marxisme (ce super-protestantisme) qu'ils allaient trouver leur véritable religion et le support intellectuel de leur entreprise.
Marquant la fin d'un grand cycle-(entre l'an 2010 et 2030)-(l'année zodiacale de 2160 ans), l'époque moderne aura vu, en l'espace d'un siècle et demi, une récapitulation rapide et précise de ces quatre tentatives ethno-hégémoniques, de 1789 à 1945.
La Révolution Française fut le dernier avatar de l'expansion gauloise et elle marqua très fortement toute l'Europe. Napoléon 1er fut le dernier des empereurs romains, et il dévoya l'énergie des armées françaises révolutionnaires tout comme les potentats de Rome avaient jadis utilisé dans leurs légions celle des guerriers de la Gaule. Adolph Hitler déclencha l'ultime feu d'artifice de l'impérialisme germanique, en même temps que son expression idéologique la plus complète et la plus poussée. Joseph Staline porta enfin jusqu'à ses extrêmes possibilités la domination slave. Elle n'ira pas plus loin, s'étant heurtée à l'empire germanique des Yankees comme jadis la tentative d'Attila se heurta à l'empire latin.
La boucle est achevée. Nous entrons dans une ère nouvelle; sera-ce, à nouveau, aux Celtes de parler? Car la leçon à tirer de ces deux millénaires peut l'être par nous mieux que par d'autres et à l'avantage de tous. Cette leçon, elle est claire : ces multiples guerres inutiles qui non seulement n'ont pas fait l'Europe, mais nous ont amenés à l'âge de la décadence, du désordre et de la confusion, ont démontré l'utopisme et l'inanité à la fois des prétentions impériales et des croisades idéologiques. L'Occident veut être uni, certes, mais il n'acceptera jamais d'être uniforme.
Or, les Celtes qui, au temps de leur splendeur n'ont point fait d'empire, ni exporté de religion, semblent en se sens avoir été au plus près de la compréhension du génie de l'Occident. Il serait peut-être à souhaiter que ce soit à eux de définir et de proposer la formule philosophique et politique de l'avenir occidental, celle qui reconnaitra et respectera toutes les personnalités ethniques.



Chapitre 1 : L'horaire des révolutions
Conscience et histoire
La société française du XVIIIème siècle en butte au mal de vivre
Les origines occultes de la révolution de 89
Le "maçon" au pied du "mur de l'argent"
L'odeur du sang
Le roi devait mourir
la révolte contre Dieu
La terreur ou les logiques d'un massacre
L'esprit de Coblence
Les révolutions veulent être vues de loin
Vive la chair à canon
La France "éclatante de richesses" est morte, vive la France "puissance moyenne"
Il ne doit plus s'agir de restauration mais d'instauration

Chapitre 2 : L'arbre cyclo-historique de la France
Les guerres de religion franco-françaises sous l'éclairage cyclique
Suivez l'aigle !
Michel l'archange contre Mikhail le reformateur

Chapitre 3 : Le périple millénaire de "La Sainte Russie" autour d'un "soleil rouge"
La france de Clovis et la Russie de Vladimir on été baptisées avec les mêmes eaux
"La troisième Rome" sur les bords du Dniepr
"Ce n'est pas du coté du soleil que l'éclipse fait de l'ombre"

Chapitre 5 : L'Europe du pouvoir dans le monde
"L'empire contre la nation Française"
La boucle cyclique se referme sur le nationalisme européen



Voir aussi :
Perspectives conjecturales et jugements sur l'Horizon... 1986

Monday, December 10 2012

Hellmut Schramm - Jewish Ritual Murder


Hellmut Schramm - Jewish Ritual Murder
A Historical Investigation
Translation by Regina Belser

Old Canaan was well acquainted with human sacrifice. We may leave it as an open question whether the remains of children's bodies, which have been found in Tanaak and Mutesellim in house-tombs, came from child sacrifice or the deceased children were simply buried there in the house, as the culture of Assur perhaps did. A genuine instance of human sacrifice by the King of Moab is found in II Kings 3:27, in which the king is under attack by the Israelites and: "Then he took his eldest son, who was supposed to succeed him as king, and sacrificed him as a burnt offering on the wall. Then a great anger came against Israel, and they withdrew from him and returned unto their own land." This is certainly striking at the very least. One asks oneself why the people of Israel withdrew because of this sacrifice. This becomes clear when we recall that the old Hebraic religiosity dealt with human sacrifice. In II Judges 2:27-40, it is told how Jephtha sacrificed his daughter. In I Kings 16:34 we have a case of genuine building-sacrifice (Many cultures sacrificed either a human being or animal during construction of a major structure such as a temple or bridge, and often sealed up the living creature in the walls.): "At the same time Hiel of Beth-El built Jericho. It took of him his eldest son Abiram when he laid the foundation and his youngest son Segub when he set the gates; according to the word of the Lord which he spake through Joshua, the son of Nun."
In the same category belongs the remarkable judgement of God (I Samuel 14:24-46) on account of which Jonathan was supposed to die for Yahweh. The people, however, rescued him. These are all accounts which occur later than the sacrifice of Isaac (Genesis 22), which is frequently interpreted as representing the overturning and replacement of human sacrifice by animal sacrifice among the Israelites. Animal sacrifice, however, does not replace and supplant human sacrifice; rather it represents it. If there is not a human available for sacrifice or if he is supposed to be spared, an animal can be taken.
Smith-Stübe brings out quite a number of such examples from the ancient East, but also among other peoples who knew the practice of human sacrifice. In Egypt the sacrificial animal was provided with a signet which shows the image of a chained man who has a sword at his throat. Plutarch tells that, according to a report of Aristodemos, during a plague in Sparta an eagle took from the priest the sacrificial knife with which he wanted to sacrifice the maiden Helen, and laid the knife upon a young cow. Apollodorus reports (Bibl. I, 9, i) that during a famine the son of Athamas, named Phrixus, was supposed to be sacrificed together with his sister. His mother Nephele rescued him on a ram.
In so far as a sacrificial animal can take the place of an actual intended human sacrifice as its representation, Jewry is not distinguishable from other peoples who have known human sacrifice. But it most conspicuously has retained this custom for a very long time. On the Day of Atonement, Yom Kippur, the Jewish father of the family takes a piece of female fowl for each female family member, and a rooster for every male family member and says: "Let this be my release, this be my exchange (the substitute, which steps in my place), this be my propitiatory offering." The custom is grounded in the regulation Leviticus 16:2-19: "And (God) spoke (to Moses): Say to thy brother Aaron, that he might not go at any time into the sanctuary behind the curtain before the seat of mercy, which is upon the ark, that he might not die; for I shall appear in a cloud upon the seat of mercy. Thusly shall he enter: with a young bullock for a sin-offering (= scapegoat) and with a ram for a burnt offering. And he shall put on a coat of linen and have linen breeches about his nakedness and gird himself with a linen girdle and have upon him a linen head-covering; for these are holy garments; and he shall bathe his flesh with water and put them on. Then shall he take two he-goats from the congregation of the children of Israel for a sin-offering and a ram for the burnt offering. And Aaron shall bring the bullock, his sin-offering, that he might atone for himself and his house. And he shall take the two he-goats and place them before the Lord, before the door of the tabernacle of the congregation. And he shall cast lots over the two hegoats, one lot for the Lord and the other for the scapegoat. And he shall sacrifice as a sin-offering the he-goat on which falls the lot of the Lord. But the hegoat, upon which falls the lot for the scapegoat, he shall take living before the Lord, that he may be reconciled and let the he-goat go into the wilderness for a scapegoat. And he shall therefore bring the bullock of his sin-offering and reconcile himself and his house and slaughter it. And he shall take a basin full of burning embers from the altar which stands before the Lord, and bring his hand full of crushed incense behind the curtain. And put the incense upon the fire before the Lord, that the cloud of incense might cover the mercy seat, which is upon the testimony, that he might not die. And take from the blood of the bullock and sprinkle it upon the mercy seat in the front with his finger; but before the mercy seat he shall sprinkle seven times with his finger from the blood. After this, he shall slaughter the he-goat, the sin-offering of the people and bring its blood behind the curtain and do with the blood as he did with the blood of the bullock and with it also sprinkle upon and before the mercy seat. He shall therefore reconcile the sanctuary from the uncleanness of the children of Israel and from their transgression in all their sins. He shall also therefore do this to the tabernacle of the congregation; for they are unclean who surround it. No man shall be in the tabernacle of the congregation when he enters to make atonement in the sanctuary, until he comes out; he shall therefore reconcile himself and his house and the whole congregation of Israel. And when he goes out to the altar which stands before the Lord, he shall reconcile it and shall take from the blood of the bullock and from the blood of the he-goat and put it upon the horns of the altar round about. And he shall sprinkle from the blood upon it with his finger seven times and purify it and hallow it from the uncleanness of the children of Israel."
One should not press these biblical theories of the scapegoat too far, however. For why, today, is not a he-goat, but a rooster offered? As Rabbi Isidor Scheftelowitz attests to us in his dissertation Das stellvertretende Huhnopfer (The Representative Hen-sacrifice), (Isidor Scheftelowitz: Das stellvertretende Huhnopfer. Inaugural-Dissertation, Gießen, 1914) this Kaporoh-sacrifice on the 10th of Tishri, the Day of Atonement, continues to be practiced. Why just a rooster or a hen? Well, because "hen" in Hebrew is called gèber — and "man" is also gèber. Nothing could be clearer. The hen is an excellent representative for a human being. Is it the only one? In the year 1530 a (XIV) baptized Jew by the name of Antonius Margaritha published a book which excited sensation at the time (Der gantz Jüdisch glaub mit sambt eyner grüntlichen und wahrhaftigen anzeygunde, aller satzungen, Ceremonien, gebeten, heimliche und öffentliche gebreuch usw. Leipzig 1530, 2.A., gemehr und gebessert. Daselbst. Melchior Lotther. 1531. 109Bll. (Neu)Herausgegeben von Chr. Reineccius, Leipzig. 1705) (The entire Jewish belief together with a true and basic report of all doctrines, rites, prayers, secret and public traditions, etc. Leipzig 1530 2.A., enlarged and improved. Melchior Lotther. 1531. 109 pages. New edition by Chr. Reinccius, Leipzig. 1705). In this book he says expressly that for a sin-offering one "ain affen zu solchem nemen soll, dann der selb, sehe ainem Menschen am aller geleychesten" ("should take for such an ape, for that would seem most like a human being").
According to Oskar Goldberg's book Die Wirklichkeit der Hebräer (The Reality of the Hebrews) (1925), Maimonides has mistaken the essence of Yahweh as (being) that of a god directed against the order of Nature. In this debate Goldberg, an authentic Chacham ha Yisroel, becomes at once very candid and stresses: "What is the reason for eating? For the building of the body. Therefore the equation follows between sacrifice and eating, that the performance of sacrifice serves the formation of the divine organism. It says expressis verbis in the Pentateuch (The first five books of the Old Testament: Genesis, Exodus, Leviticus, Numbers, and Deuteronomy; these are the so-called Mosaic books, which contain Mosaic Law.) — the sacrifice is designated as lechem Elohim (the Hebrew translated literally is: "bread of the Lord") — as the dish for the Lord." And now appears a highly significant passage. Goldberg emphasizes: "In conjunction with the laws of cleanliness and uncleanliness it should also be shown how an ethical law is derived from a ritual. The proscription 'Thou shalt not murder' is, by its character, an ethical law — yet nonetheless it is a ritual. The Torah (Torah = Pentateuch) establishes this proscription by saying: 'The blood of the murdered man makes the land a hypocrite.' What does this mean? As pointed out, the blood of the sacrificial animal serves the formation of the divine organism. It is essential to the history of religion, that the Jews were the first people in the world capable of ritual, who exclusively used sacrificial animals. All other ritual-competent peoples of antiquity were dependent upon human sacrifice. That could not be otherwise, because their ritual became effective only through human sacrifice. For them, man and beast originate out of the same supernatural arrangement of Nature; therefore a beast cannot step into the place of a man. On the contrary: The Totem-animal is holy and inviolable. Abraham was the first to achieve sacrificing a ram in the stead of his son.
In view of these things, it is unimportant that ancient peoples in times of their religious decline already placed animal sacrifice next to human sacrifice, just as it is a matter of indifference that before Abraham there were already great individuals who made use of animals for sacrifice, as for example Abel (Hewel), whom one can simply call the inventor of this type of sacrifice. The essential point remains this, that the divine organism can make use only of animal sacrifice — whereas human sacrifice sets off in him the hostile and powerful effects which come from the natural order. Through the killing of a human being the incarnation of a foreign, hostile natural order is abetted. Therefore, says the Torah: 'The blood of the murdered makes the land a hypocrite.' That means: through such an act as murder the land appears as something different from what it is in reality. The land pretends to be the realm of manifestation of the Divinity presenting itself in the world — but in reality it is the point of invasion of an alien, hostile power of nature. — That Jewry so taken up with Apologetics would have had reason to occupy itself with this explanation; for the proscription against killing a man out of ritual-reasons is the true 'refutation' of ritual-murder."
Here Goldberg is playing hide-and-seek. He knows just as well as we do, that it is exactly the Gentile who is an animal according to Jewish law. The Talmud says explicitly: "You are called men, but the worldly peoples are not called men (but rather cattle)..." (Baba meçia 114b and similar passages). That the Gentile is a beast, has never seriously been contested by any Talmudist. Now if animal sacrifice is pleasing to Yahweh, then accordingly ritual-murder is legally justified, only the sacrifice of a Jew would be a sin against the ritual laws.
"For the life of the body is in the blood, and I have given it unto you upon the altar, that your souls might be reconciled by it. For the blood is the atonement, because the life is in it" (Leviticus 17:11). Even the dismemberment of the sacrificial victim, which is typical of ritual-murder, and the dispatching of portions into other Jewish congregations, is already covered in the Old Testament. "And he took a pair of oxen and dismembered them and sent (them) into all regions of Israel through messengers and let it be said: whoever does not follow Saul and Samuel, thus shall it be done unto his cattle" (I Samuel 11:7), or the story of the Levite who wanted to stop at night with his concubine in Bethlehem, whom the inhabitants of Bethlehem, "evil knaves" wished to rape (to clarify: the men wanted to anally rape the Levite) and who delivered up to them (in his stead) his concubine; she was abused to death by the Bethlehemites: "When he returned home, he took a knife and laid hold on his concubine and cut her up, along with her bones, into twelve pieces and sent them unto all borders of the kingdom" (Judges 19:29).
So much did Jewry have the reputation in antiquity of ritual-murder, that this horrible suspicion was even transferred to the early Christian Church. Not only the Jews, but also the early Christians were accused of slaughtering children, and that a newborn child, strewn with flour, was offered as a mystical symbol of initiation to the knife of whoever wanted to be accepted into the sect, and the blood drunk by him before those present. One may leave it an open question whether or not we have here a matter of exaggeration and calumny; certainly a considerable portion of the early Christians upheld circumcision and other Jewish traditions. That they were held in suspicion of also committing the horrifying practice of ritual-murder is at least psychologically understandable, even if that, which Daumer states in his Geheimnisse des christlichen Altertums (Mysteries of Christian Antiquity) probably can by no means fully pass the test of criticism. Worthy of note, at any rate, are the remarks of Origen (Contra Celsum 1 §31): "The voluntary death of a man is a means of averting disasters and pestilence, plague, barrenness and the like." It is also unusual when Augustine says (Expositiones in Psalmos 103): "Our works the heathens may see, but not our sacraments." Why not? What was there to hide? These things might have haunted (the Church) up until the Middle Ages, and it might easily explain many a strange aspect of them.
What has been missing until the present has been a thorough account of ritual-murder from the sources. We now have this, based upon reports and trial documents as the result of the industrious and thorough work of Dr. Hellmut Schramm. The number of those who really work in the area of the Jewish Question scientifically in depth and at the same time without compromise and proceed without ties to the clergy, is not great. In reality, it is much smaller than one might think. Often one will have the right instincts, another will have correct scientific methods, but both together are rarely found. Thus it is to be saluted that here in one serious work a sharp weapon has been forged for us from brittle material for the discovery of Jewry.
Jewry is biologically hereditary criminality, religious syncretism with a strong share of demonic belief. Who struggles against Jewry, that man "does the work of the Lord" and fights a godly battle. A valuable part of this struggle lies before us here, and I wish for him, that it might have much success. Berlin, at the beginning of the war year 1941

Professor Doctor Johann von Leers


For more

Sunday, December 9 2012

Julius Evola - La métaphysique de la Guerre



Julius Evola - La métaphysique de la Guerre


Le principe général, auquel il serait possible d’en appeler pour justifier la guerre sur le plan de l’humain, c’est « l’héroïsme ». La guerre – dit-on – offre à l’homme l’occasion de réveiller le héros qui sommeille en lui. Elle casse la routine de la vie commode, et, à travers les épreuves les plus dures, favorise une connaissance transfigurante de la vie en fonction de la mort. L’instant où l’individu doit se comporter en héros, fut-il le dernier de sa vie terrestre, pèse, infiniment plus dans la balance que toute sa vie vécue monotonement dans l’agitation des villes. C’est ce qui compense, en termes spirituels, les aspects négatifs et destructifs de la guerre que le matérialisme pacifiste met, unilatéralement et tendancieusement, en évidence. La guerre, en posant et faisant réaliser la relativité de la vie humaine, en posant et faisant aussi réaliser le droit d’un « plus que la vie », a toujours une valeur anti-matérialiste et spirituelle.
Ces considérations ont un poids indiscutable et coupent court à tous les bavardages de l’humanitarisme, aux pleurnicheries sentimentales et aux protestations des paladins des « principes immortels » et de l’Internationale des héros de la plume. Cependant, il faut reconnaître que pour bien définir les conditions par quoi la guerre se présente réellement comme un phénomène spirituel, il faut procéder à un examen ultérieur, esquisser une sorte de « phénoménologie de l’expérience guerrière », en distinguer les différentes forme et les hiérarchiser ensuite pour donner tout son relief au point absolu qui servira de référence à l’expérience héroïque.
Pour cela, il faut rappeler une doctrine qui n’a pas la portée d’une construction philosophique particulière et personnelle, mais qui est à sa manière une donnée de fait positive et objective. Il s’agit de la doctrine de la quadripartition hiérarchique et de l’histoire actuelle comme descente involutive de l’un à l’autre des quatre grades hiérarchiques. La quadripartition, dans toutes les civilisations traditionnelles – ne l’oublions pas – donna naissance à quatre castes distinctes : serfs, bourgeois, aristocratie guerrière et détenteurs de l’autorité spirituelle. Ici, il ne faut pas entendre par caste – comme le font la plupart – une division artificielle et arbitraire, mais le « lieu » qui rassemblait les individus ayant une même nature, un type d’intérêt et de vocation identique, une qualification originelle identique. Normalement, une « vérité » est une fonction déterminée définissent chaque caste, et non le contraire. Il ne s’agit donc pas de privilèges et de modes de vie érigés en monopole et basés sur une constitution sociale maintenue plus ou moins artificiellement. Le véritable principe d’où procédèrent ces institutions, sous formes historiques plus ou moins parfaites, est qu’il n’existe pas un mode unique et générique de vivre sa propre vie, mais un mode spirituel, c’est-à-dire de guerrier, de bourgeois, de serf et, quand les fonctions et les répartitions sociales correspondent vraiment à cette articulation, on se trouve – selon l’expression classique – devant une organisation « procédant de la vérité et de la justice ». Cette organisation devient « hiérarchique » quand elle implique une dépendance naturelle – et avec la dépendance, la participation – des modes inférieurs de vie à ceux qui sont supérieurs, étant considérée comme supérieure toute expression ou personnalisation d’un point de vue purement spirituel. Seulement dans ce cas, existent des rapports clairs et normaux de participation et de subordination, comme l’illustre l’analogie offerte par le corps humain: là où il n’y a pas de conditions saines et normales, quand d’aventure l’élément physique ( serfs ) ou la vie végétative ( bourgeoisie ) ou la volonté impulsive et non-contrôlée ( guerriers ) assume la direction ou la décision dans la vie de l’homme, mais quand l’esprit constitue le point central et ultime de référence pour les facultés restantes, auxquelles il n’est pas pour autant dénié une autonomie partielle, une vie propre et un droit afférent dans l’ensemble de l’unité.
Si l’on ne doit pas génériquement parler de hiérarchie, mais il s’agit de la « véritable » hiérarchie, où celui qui est en haut et qui dirige est réellement supérieur, il faut se référer à des systèmes de civilisation basée sur une élite spirituelle et où le mode de vivre du serf, du bourgeois et du guerrier finit par s’inspirer de ce principe pour la justification suprême des activités où il se manifeste matériellement. Par contre on se trouve dans un état anormal quand le centre se déplace et que le point de référence, n’est plus le principe spirituel, mais celui de la classe servile, ou bourgeoise, ou simplement guerrière. Dans chacun de ces cas, s’il y a également hiérarchie et participation, elle n’est plus naturelle. Elle devient déformante, subversive et finit par excéder les limites, se transformant en un système où la division de la vie, propre à un serf, oriente et compénètre tous les autres éléments de l’ensemble social. Sur le plan politique, ce processus involutif est particulièrement sensible dans l’histoire de l’Occident jusqu’à nos jours. Les Etats de type aristocratico-sacral ont été remplacés par des Etats monarchicoguerriers, largement sécularisés, eux-mêmes supplantés par des Etats reposant sur des oligarchies capitalistes ( caste des bourgeois ou des marchands ) et finalement par des tendances socialistes, collectivistes et prolétaires qui ont trouvé leur épanouissement dans le bolchevisme russe ( caste des serfs ). Ce processus est parallèle au passage d’un type de civilisation à un autre, d’une signification fondamentale de l’existence à une autre, si bien que dans chaque phase particulière de ces concepts, chaque principe, chaque institution prend un sens différent, conforme à la note prédominante.
C’est également valable pour la « guerre ». Et voici comment nous allons pouvoir aborder positivement la tâche que nous proposions au début de cet essai: spécifier les diverses significations que peuvent assumer le combat et la mort héroïques.


Ouvrages en français de Julius Evola
Ouvrages en anglais de Julius Evola

Pour plus d'informations

Saturday, December 8 2012

La Cinquième Colonne en France



La Cinquième Colonne en France

Liste des juifs qui ont des postes importants en France


La liste suivante constitue un simple échantillon de personnages juifs qui pourrait facilement être allongée, notamment si on y ajoute d'autres industriels puissants et des universitaires influents. De nombreux secteurs de l'économie, de la politique (Sarkozy, DSK, Fabius...) et des centres de recherches vitaux sont entièrement dominés par des Juifs, même parfois si, en apparence, on retrouve encore des non-juifs à leur tête :

- ABECASSIS, Eliette. Ecrivaine. Fille d'Armand Abécassis, spécialiste du judaïsme issu d'une famille juive du Maroc.
- ABEHSERA, Charles. Industriel du textile (Morgan) né dans une famille juive du Maroc.
- ADLER, Alexandre. Journaliste et documenteur de télévision. Après avoir été militant communiste, il est devenu l'un des principaux propagandistes de la domination planétaire américano-sioniste. Son épouse, Blandine Kriegel est conseillère à l'Elysée.
- AFFLELOU, Alain. Industriel, né dans une famille juive du Maroc.
- AÏDENBAUM, Pierre. Maire PS du IIIe arrondissement de Paris. Milliardaire socialiste.
- ANCONINA, Richard. Comédien, issu d'une famille juive de Tunisie.
- ARDITI, Pierre. Comédien, né d'un père juif. Marié à la comédienne juive Evelyne Bouix.
- ARTHUR (ESSEBAG Jacques, dit). L'animateur reconnu pour être "le plus con de la radio et ensuite, de la télé" (et aussi le plus vulgaire et le plus avide de tout, en particulier d'argent !) est né au Maroc dans une famille juive.
- ASSAYAS, Olivier. Cinéaste, fils de Jacques Rémy. Frère du comédien Michka Assayas.
- ATTALI, Jacques. Banquier et écrivain, né en Algérie. Il est le fils d'un riche parfumeur algérois qui aurait voulu être rabbin. La famille s'est installée en France en 1956. Jacques Attali devient le conseiller spécial de Mitterrand dès le 11 mai 1981, puis, le président de la Banque européenne de développement où ses "largesses" pour lui-même et ses amis font scandale. Il a fait l'apologie de la puissance financière juive et milite pour l'entrée de la Turquie en Europe. Son frère Bernard Attali était PDG d'Air France avant de se mettre au service des entreprises américaines opérant dans les rachats d'entreprises stratégiques en France.
- AYACHE, Alain. Patron de presse dans le genre "people", issu d'une famille juive d'Algérie.
- AZOULAY, Jean-Luc. Juif originaire d'Algérie. Cofondateur avec son compatriote Claude Berda du groupe AB, produisant des films et animations télévisuelles destinées à la jeunesse.
- BACRI, Jean-Pierre. Comédien, issu d'une famille juive d'Algérie.
- BADINTER, Robert. Alors qu'il était avocat de la LICRA contre Robert Faurisson, Mitterrand en fit son ministre de la justice en 1981. Président du Conseil Constitutionnel en 1986. Il siège toujours au Conseil représentatif des institutions juives et du Fond social juif unifié. Sa seconde épouse, Elisabeth Badinter, est la fille du publiciste milliardaire Marcel Bleustein-Blanchet (Publicis Groupe SA).
- BALASKO, Josiane (BALASCOVIC, dite). Actrice et cinéaste, née dans une famille juive venue de Yougoslavie. Belle-soeur de Richard Berry et mère de la comédienne Marilou Berry.
- BARZACH, Michèle. Ancien ministre de la Santé de Chirac. Née au Maroc dans une famille juive ashkénaze, elle a été compromise dans le scandale du sang contaminé par le sida.
- BENAZERAF, José. Issu d'une famille juive du Maroc, il est devenu le principal promoteur du cinéma pornographique en France.
- BENGUIGUI, Jean. Comédien, originaire d'Algérie.
- BENMAKHLOUF, Alexandre. Ancien conseiller de Jacques Chirac à la mairie de Paris. Ancien directeur de cabinet de l'ancien Garde des Sceaux Jacques Toubon.
- BERRI, Claude (LANGMANN, dit). Acteur-producteur de cinéma. Père de l'acteur-producteur Thomas Langmann et de l'acteur Julien Rassam.
- BERRY, Richard (BENGUIGUI, dit). Comédien, né d'une famille juive d'Algérie.
- BORLOO, Jean-Louis. Ministre d'origine juive de Chirac. Marié à Béatrice Schönberg (née Szabo), présentatrice à France 2.
- BRAUMAN, Rony. Un des fondateurs de Médecins sans Frontières. Ses prises de positions en faveur des Palestiniens lui ont valu des critiques virulentes de la part des autres juifs.
- BREDIN, Jean-Denis. Né Hirsch-Bredin, devenu Bredin par décret du 16 mars 1950, ancien associé de Robert Badinter et académicien antiraciste. - BREITMAN, Zabou. Actrice et réalisatrice de cinéma. Fille de l'acteur-réalisateur Jean-Claude Deret.
- BRUEL, Patrick (né BENGUIGUI). Chanteur, acteur et joueur de Poker professionnel issu d'une famille juive d'Algérie.
- BRUNI, Carla. Issue d’une famille d’Italie. Mariée à Nicolas Sarkozy.
- BUFFET, Marie-Georges. Ministre communiste de la jeunesse et actuellement 1° secrétaire du PCF. Son nom de jeune fille est Kosellek. Son directeur de cabinet Gilles Smadja, militant communiste, ancien chef du service société du journal l'Humanité.
- CAMBADELIS, Jean-Christophe. Fils de diamantaire originaire de Grèce. Spécialiste de la lutte contre "l'extrême-droite". Membre du PS.
- CAMUS, Jean-Yves. Journaliste goy converti au judaïsme et qui, dans l'espoir de se faire accepter, fait de la surenchère de sionisme en se montrant enragé contre "l'extrême-droite".
- CARLOS (DOLTOVITCH Jean-Christophe, dit). Chanteur, issu d'une famille juive venue de Russie. Sa mère était Françoise Dolto, médecin psychanalyste.
- CHABAT, Alain. Comédien, issu d'une famille juive d'Algérie.
- CHARVET, David (GUEZ, dit). Acteur et chanteur, issu d'une famille juive de Tunisie.
- CHEMLA, Elisabeth. Journaliste au Nouvel Observateur et à Proche-Orient Info, originaire d'Algérie. Elle s'est fait re-marquer par son ultra-sionisme hystérique.
- CHEVENEMENT, Jean-Pierre. Ancien ministre socialiste et candidat à l'élection présidentielle de 2002 et de 2007, issu d'une famille (juive ?) originaire d'Allemagne installée à Belfort. Son épouse, la sculpteuse Nisa Grunberg est née en Egypte dans une famille juive et ses enfants sont juifs pratiquants.
- CHOURAQUI, Elie. Cinéaste, issu d'une famille juive d'Algérie.
- CIGANER-ALBENIZ, Cécilia. Son père, André Ciganer, né Aron Chouganov, en Moldavie, est issu d'une famille de propriétaires terriens juifs. À sa prime adolescence, il quitte son pays et parcourt l'Europe muni d'un passeport d’apatride. Il rencontre en Espagne sa future épouse et mère de Cécilia, Teresita (dite Diana) Albeniz, petite-fille du compositeur Isaac Albéniz dont Cécilia adoptera le nom de famille. Mariée à Nicolas Sarkozy dont elle divorcera en 2007. Se marie en mars 2008 au publiciste juif Richard Attias.
- CIXOUS, Hélène. Universitaire et militante féministe. Sa mère était juive d'Allemagne et son père juif algérien.
- COPÉ, Jean-François. Ancien secrétaire général adjoint du RPR, maire de Meaux et ministre.
- DAENINCKX, Didier. Romancier médiocre et mouchard professionnel pour le compte du Mossad. On lui a attribué comme nom de code "l'ahuri des poubelles".
- DANIEL, Jean (BENSAÏD, dit). Essayiste et journaliste, responsable du Nouvel Observateur. Né dans une famille juive d'Algérie. Confident de François Mitterrand.
- DARMON, Gérard. Comédien, issu d'une famille juive d'Algérie.
- DASSAULT, Serge. Fils de Marcel Dassault (auparavant Bloch). Industriel multicarte. 3e fortune de France.
- DAYAN, Josée. Réalisatrice de cinéma, née en Algérie.
- De FONTENAY, Geneviève. Née Mullman, d'une famille juive de Lorraine. Présidente du Comité Miss France (et autres comités mondains du même genre).
- DEBRE, Michel. L'ancien Premier ministre (décédé) du général de Gaulle a renoué avec ses racines juives au crépuscule de sa vie. Il était petit-fils du grand rabbin Simon Debré, originaire d'Alsace. Parmi ses enfants, on peut citer Jean-Louis Debré, Président de l'Assemblée nationale très proche de Chirac et Bernard Debré, urologue, ancien député et ministre de la Coopération.
- DERAI, Yves. Directeur des programmes de la radio BFM (dirigée par Alain Weil), la radio du big business qui n'hésite pas à inviter ses auditeurs à aller à la fête de Lutte ouvrière. Ancien directeur de Tribune juive (1993-1998).
- DERRIDA, Jacques. Ecrivain (décédé en 2004), issu d'une famille juive d'Algérie.
- DESIR, Harlem. Premier leader de SOS-Racisme, devenu ensuite député " européen " du groupe socialiste. Son père est d'origine martiniquaise et sa mère juive d'Alsace.
- DRAI, Pierre. L'ancien Président de la cour de cassation est également président de l'Association des Amis de l'univer-sité de Jérusalem.
- DRAY, Julien. Politicien né dans une famille juive d'Algérie. Il milite à la Ligue communiste révolutionnaire jusqu'en 1982. Devenu agitateur professionnel pour le compte du parti socialiste, il est avec Harlem Désir à l'origine de la création de SOS-Racisme. Il avait défrayé la chronique en achetant en liquide une montre de 250.000 francs (plus de 38.000 €).
- DREYFUS, Tony. Député-maire PS du Xe arrondissement de Paris.
- DRUCKER, Michel. Animateur de télé, issu d'une famille juive de Roumanie. Son frère Jean Drucker (décédé en 2003) était PDG de télévision (Société Française de Production, Antenne 2 et ensuite M6). Ce dernier laisse deux filles, Marie Drucker, présentatrice vedette à France 3 et Léa Drucker, comédienne.
- DRUON, Maurice. Secrétaire perpétuel de l'Académie Française. Neveu de l'écrivain Joseph Kessel dont la famille juive est originaire de Lithuanie.
- ESSEL, André. Militant trotskyste. Fondateur de la FNAC avec le milliardaire franc-maçon Max Théret.
- ESTIER, Claude. Ex-président du groupe socialiste au Sénat. Né Claude Hasday Ezratty dans une famille juive d'Algérie, il a obtenu de changer son nom en Estier en 1983. Ami personnel de Mitterrand.
- FABIUS, Laurent. Ancien Premier ministre et Président de l'Assemblée nationale socialiste, compromis dans le scandale du sang contaminé par le virus du sida. Son père, André Fabius, était un richissime marchand de tableau. Sa mère, née Strasburger, est issue d'une famille de bijoutiers juifs de Francfort. Il est le principal promoteur de la loi Fabius-Gayssot de 1990 qui a mis fin à la liberté d'expression en France, et ensuite celle de 1996, qui institue la délation pour permettre aux associations "antiracistes" sous domination juive d'imposer la terreur de la pensée unique.
- FERRAT Jean (TENENBAUM, dit). Chanteur et communiste militant.
- FERRO, Marc. Historien médiatique. Juif par sa mère, née Nelly Fridmann.
- FERRY, Luc. Ancien ministre de l'éducation nationale et essayiste médiatiquement réputé.
- FIELD, Michel. Animateur télé. Ancien leader communiste.
- FINEL, Lucien. Né Finkelstein. Maire du IVe arrdt. de Paris.
- FINKELKRAUT, Alain. Essayiste médiatique et sioniste intransigeant.
- FITERMAN, Charles (CHILEK, dit). Ancien ministre communiste. Fils d'immigrés juifs polonais naturalisés en 1934.
- FRIEDMANN, Jacques. Inspecteur général des finances. Il est depuis quarante ans le plus proche confident de Jacques Chirac. En 1986, il a réussi à convaincre le Premier ministre de renoncer à la réforme du code de la nationalité destinée à freiner l'immigration.
- GAINSBOURG, Charlotte. Fille de Serge Ginsburg, juif dont la famille est venue de Russie. Epouse de l'acteur-réalisateur Yvan Attal.
- GAUBERT, Patrick. Député européen et président de la LICRA, association ultra-sioniste comptant parmi ses membres d'honneur Jacques Chirac (et auparavant, François Mitterrand).
- GEISMAR Alain. Principal leader de mai 1968 avec Daniel Cohn-Bendit, autre juif. Devient par la suite Inspecteur général de l'Education nationale. Il se définit (Passages, octobre 1990), comme "issu d'une famille de Juifs alsaciens, des deux côtés, paternel comme maternel". Son père, inspecteur de la Banque de France, fut permanent du Consistoire israélite.
- GIROUD, Françoise (née GOURDJI). Journaliste et ministre, née dans une famille juive originaire de Turquie. Elle a disparu en 2003.
- GLUCKSMANN, André. Essayiste d'extrême-gauche devenu sioniste enragé.
- GLUCKSTEIN, Daniel. Secrétaire général du Parti des "Travailleurs" (trotskyste).
- GOLDANEL, Gilles-William. Avocat sulfureux, président de l'Association France-Israël dont la devise est : "A son attitude à l'égard d'Israël, on peut juger de la valeur spirituelle d'un people". Cette association sioniste fut fondée en 1929 sous l'égide des plus hautes autorités de l'Etat français (Président de la République, Président du Conseil des ministres).
- GOLDMAN, Jean-Jacques. Chanteur-compositeur, né des parents juifs, d'Allemagne pour sa mère et de Pologne pour son père.
- GROSSER, Alfred. Universitaire, né dans une famille juive de Francfort. Apologiste de l'Allemagne national-masoschiste pour le public français.
- GUEDJ, Nicole. Avocate et ministre UMP née en Algérie. Membre du CRIF, de la LICRA et autres organisations communautaires juives.
- GUETTA, David. Animateur de boîte de nuit fréquentée par le "Tout Paris". Né dans une famille juive originaire du Maroc, il est marié à une entraîneuse sénégalaise.
- HALIMI, Gisèle. Leader féministe devenue ensuite ambassadeur de France à l'Unesco. Née en Tunisie sous le nom de Zeiza Giselle Taïeb. Elle reçut l'autorisation de changer son nom par le décret paru au Journal officiel du 7 mars 1996. Son fils, Serge Halimi est essayiste, spécialisé dans la critique des médiats et de la mondialisation mais évitant soigneusement de s'attaquer à la mainmise juive.
- HANIN, Roger (LEVY, dit). Comédien, né en Algérie. Il a adopté comme pseudonyme le nom de jeune fille de sa mère. "Mon vrai nom, c'est Lévy. Mon père s'appelle Joseph Lévy. Ma mère Victorine Hanin. A l'origine, c'était Ben Hanine. C'est une fille Azoulay. Je suis 100 % casher sur le plan génétique. Je suis fils de communiste et petit-fils de rabbin. Je me sens très juif." (Actualité juive, 4 décembre 1987). Ayant épousé la productrice de cinéma Christine Gouze-Rénal, il a eu pour beau-frère François Mitterrand.
- HALPHEN, Eric. Magistrat sulfureux et politicien.
- HALTER, Marek. Romancier juif originaire de Pologne. Chantre larmoyant (dans le genre croco !) de la préservation multi-séculaire de l'identité biologico-ethnique judéo-khazar.
- HAZAN, Adeline. Ancienne présidente du très gauchiste syndicat de la Magistrature. Née d'un père juif égyptien, elle fait partie du "premier cercle" de Jospin, qui l'a chargée des problème de "La Ville".
- HERZOG, Philippe. Il est le fils d'Eugène Herzog, ingénieur chimiste juif yougoslave immigré en France en 1927. Il était le principal économiste du Parti communiste "français".
- HOSSEIN, Robert (HOSSEINHOFF, dit). Acteur et cinéaste.
- JEAMBAR, Denis. Directeur de la rédaction de L'Express. Comme il l'a expliqué à Tribune juive (14 mars 1996), il descend d'une famille juive du Comtat Venaissin : "Je suis d'origine juive par ma mère, bien que baptisé. Je me sens très attaché à Israël." Ancien directeur général d'Europe 1, il fait du combat contre l'extrême-droite une de ses priorités.
- JOSPIN, Lionel. L'ancien premier ministre socialiste (ancien militant et taupe trotskyste) est issu d'une famille protestante mais ses deux épouses, successivement Elisabeth Dannenmuller et Sylvianne Agacinski sont juives et donc aussi ses trois enfants.
- JOUFFA, Yves. Ancien responsable socialiste. Enfermé au camp de Drancy en 1941-42, il en devient l'un des auxiliaires du gardiennage. Pour échapper à la déportation, il adhère ensuite à l'UGIF (organisation juive pro-Vichy) où son père était trésorier. De 1984 à 1991, il préside la Ligue des Droits de l'Homme.
- JOXE, Pierre. Petit fils de l'écrivain Daniel Halévy et fils de l'ancien ministre gaulliste Louis Joxe qui s'était converti au protestantisme. Pierre Joxe, militant marxiste, était inscrit à la CGT en 1981. Longtemps ministre socialiste.
- KAHN, Jean-François. Journaliste né d'un père juif. Bien que se déclarant catholique et... agnostique, il a toujours milité aux côtés des Juifs. Il a pour frère Axel Kahn, biologiste.
- KAREL, William. Cinéaste documenteur franco-américain né en Tunisie. Il a vécu une dizaine d'années en Israël.
- KARMITZ, Marin. Président du MK2 Group (premier distributeur indépendant français) et président de la Fédération national des distributeurs de films, il a été à la pointe du boycott français du film La Passion de Mel Gibson.
- KASSOVITZ, Mathieu. Acteur et cinéaste. Né dans une famille juive originaire de Hongrie. Il est marié avec l'actrice antillaise Julie Mauduech, héroïne de "Métisse".
- KEPEL, Gilles. Universitaire, spécialiste médiatiquement réputé de l'islam.
- KIEJMAN, Georges. Avocat, ministre de la justice sous Mitterrand dont il était très proche. Egalement membre du Conseil de surveillance du journal Le Monde.
- KLARSFELD, Serge. Avocat devenu célèbre comme "chasseur de Nazis" (en fait, quelques vieillards impotents, abandonnés de tous !). Son fils, Arno Klarsfeld est aussi avocat, célèbre, lui, pour son arrogance et sa médiocrité.
- KNOEBEL, Marc. Ancien vice-président de la LICRA. Militant sioniste fanatique payé par le Centre Simon Wiesenthal (USA), il ambitionne de devenir grand inquisiteur sur internet, par l'intermédiaire notamment de son officine "J'accuse !". Il cherche à faire interdire tous les sites critiquant Israël et les Juifs.
- KONOPNICKI, Guy. Activiste communiste devenu ensuite sioniste. Issu d'une famille d'immigrés juifs originaires de Pologne. Membre fondateur de SOS Racisme, il en démissionne le 18 janvier 1991 pour protester contre les positions pacifistes du mouvement pendant la guerre du Golfe. "Cette fois, je le dis sans honte, j'ai applaudi lorsqu'un déluge de feu est tombé sur l'Irak". Le soutien au Tiers-monde passe après l'intérêt d'Israël.
- KOUCHNER, Bernard. Un des fondateurs de Médecins sans Frontières, devenu ensuite ministre du gouvernement socialiste. En 1981, il a apporté son soutien au Renouveau juif pour faire battre Valéry Giscard d'Estaing. Nommé administrateur du Kossovo par Kofi Annan (Secrétaire général ghanéen de l'ONU), il a des responsabilités directes dans l'expulsion (parfois accompagnée de massacres) de plus de 150.000 serbes de leur pays d'origine. Marié à la journaliste Christine Ockrent.
- KRASUCKI, Henri (Henoch, dit). Ancien secrétaire général de la CGT en 1982. Comme Simone Veil, présenté comme gazé à Auschwitz en 1943.
- KRAWCZYK, Gérard Acteur et réalisateur de cinéma.
- KRIVINE, Alain. Leader trotskyste, né dans une famille juive venue d'Ukraine.
- LALONDE, Brice. Son grand-père, Roger-Raphaël Lévy, et son père, Alain-Gauthier Lévy, ont changé leur nom en La-londe après la Seconde Guerre mondiale (décret du 16 février 1950). Sa mère, née Forbes, a été naturalisée française. Le milliardaire Malcolm S. Forbes, ainsi que John Kerry, candidat à la présidence américaine contre G.W.Bush comptent parmi ses cousins. Elevé dans un milieu bourgeois (père gros industriel du textile), il a longtemps milité à l'extrême-gauche, notamment à l'UNEF, dont il était le président.
- LANG, Jack. Ministre socialiste né dans les Vosges dans une famille juive. Son épouse, née Buczynsky est issue d'une famille juive de Pologne. Leurs enfants ont reçu une éducation juive et participent activement à la vie de leur communauté d'origine.
- LANZMANN, Claude. Directeur des Temps Modernes (avec Jean-Paul Sartre) et faiseur de films documenteurs (dont Shoah) au profit du sionisme.
- LEEB, Michel. Amuseur public, célèbre pour ses sketches caricaturant les Noirs.
- LELOUCH, Claude. Cinéaste, né d'un père juif originaire d'Algérie.
- LELLOUCHE, Pierre (ALLOUCHE, dit). Né dans une famille juive de Tunisie. Proche conseiller de Chirac, il est Président de l'Assemblée Parlementaire de l'OTAN depuis 2004.
- LEPAGE, Corinne. Avocate, devenue ministre de l'environnement du gouvernement Juppé. Elle est la fille de Jacqueline Schulman et de Philippe Lévy, autorisé à changer son nom en Lepage par décret du 18 février 1950.
- LEVI-STRAUSS, Claude. Anthropologue et membre de l'Académie française. Longtemps porte-parole de l'antiracisme officiel avant d'être débordé par l'antiracisme extrémiste au point d'être accusé maintenant de tendances... racistes.
- LEVITTE Jean-David. Conseiller diplomatique de Jacques Chirac de 1995 à 2000. Il est depuis lors le représentant de la France auprès de l'ONU.
- LEVY, Bernard-Henri. Ecrivain médiocre passant pour "philosophe" par la grâce des médiats. Né en Algérie d'un père juif, devenu millionnaire grâce notamment à l'exploitation du bois en Afrique et en Amazonie. C'est aussi un des proches de Nicolas Sarkozy, après avoir été proche de Mitterrand. Il se targue volontiers d'avoir beaucoup contribué à l'imposition de la terreur antiraciste en France. Sa fille, Justine Levy est romancière.
- LEVY, Laurent. Avocat du MRAP, marié à une musulmane. En septembre 2003, ses deux filles défraient la chronique en s'affichant voilées à l'école, avec son appui.
- LEVY, Maurice. Il est l'héritier spirituel de Marcel Bleustein-Blanchet, fondateur de Publicis, première agence de publicité en France. Sa famille est originaire du Maroc.
- LEVY, Raymond. Ancien président de Renault, aujourd'hui président du conseil de surveillance de Lagardère. Il entretient des relations privilégiées avec Dominique Strauss-Kahn.
- LINDON, Vincent. Acteur et réalisateur de cinéma. Appartient à une famille juive originaire de Pologne (Lindenbaum) et des Pays-Bas (Citroën). Son oncle, Jerôme Lindon était le directeur des Editions de Minuit.
- LIPIETZ, Alain (LIPIEC). Député européen des Verts. Issu d'une famille juive originaire de Pologne.
- LUSTIGER, Mgr. (Aaron et ensuite Jean-Marie) Ce cardinal et archevêque de Paris s'est lui-même défini comme étant "à la fois juif et Chrétien". Et se croyant drôle : "Vous savez, il y a en France deux grands rabbins, un séfarade, Joseph Sitruk, et un ashkénaze, moi !". Et pour finir : "On ne peut pas, (on) ne doit pas convertir les juifs", "Je suis juif et je le resterai", "Je me sais juif". (Documentation Catholique, 1 mars 1981, n° 1803, p. 139-140). Membre également de l'Académie française.
- MACIAS, Enrico (Gaston GHRENASSIA, dit). Chanteur juif originaire d'Algérie.
- MARCEAU, Marcel (MANGEL, dit). Mime comédien.
- MARCUS, Gérard. Richissime propriétaire d'une des plus importantes galeries de tableaux à Paris. Membre du bureau politique du RPR depuis 1985. Président du groupe d'amitié parlementaire France-Israël.
- MAY, Mathilda (HAIM, dite). Comédienne née d'un père juif de Turquie.
- MELENCHON, Jean-Luc. Ancien ministre et sénateur socialiste. Il a constitué un cabinet très axé à gauche (du Jourdain ?). Attachée de presse : Valérie Atlan, ancienne présidente de l'Union des Etudiants juifs de France à Montpellier, ancienne responsable de la communication à SOS Racisme. Conseiller aux conditions et aux cadres de vie des élèves : Eric Benzekri, ancien cadre trotskyste. Conseiller technique pour les relations sociales : Daniel Assouline, qui dirigea avec son frère David la Ligue ouvrière révolutionnaire, une chapelle troskyste.
- MEMMI, Albert. Ecrivain juif originaire de Tunisie. Imposé par les médiats comme spécialiste du racisme et porte-parole de... l'anti-colonialisme.
- MILLER, Claude. Réalisateur de cinéma.
- MILLER, Gérard. Psychanalyste et homme de télévision, issu d'une famille juive originaire de Pologne. Il est devenu médiatiquement célèbre pour sa morgue.
- MINC, Alain (MINKOVSKI, dit). Technocrate mondialiste proche du parti socialiste. Il est issu d'une famille juive de Pologne, naturalisé français en 1947. Il occupe le poste stratégique de président de la Société des lecteurs du journal Le Monde.
- MOATI, Serge. Cinéaste documenteur et animateur télé né dans une famille juive originaire de Tunisie. Dans "La haine antisémite" (1991), il étale sans retenue sa haine envers tous ceux qu'il accuse d'antisémitisme.
- MOCKY, Jean-Pierre (MOKIEJWSKI, dit). Cinéaste, né dans une famille juive originaire de Russie.
- MOÏSE, Alex. Secrétaire Général de la Fédération Sioniste et membre du Collectif citoyen antiraciste. Condamné pour "incitation à la haine" après s'être envoyé lui-même des menaces antisémites afin ensuite de pouvoir porter plainte contre l'antisémitisme. Un petit "dérapage" révélateur, constituant le sommet de l'iceberg...
- MORIN, Edgar. Sociologue. Issu d'une famille juive de Grèce. Il a été longtemps militant antiraciste. A partir de 2003 cependant, il a été violemment attaqué par les autres juifs qui lui reprochent de critiquer Israël et l'ont ensuite fait condamner pour... racisme !
- MOSCOVICI, Pierre. Ancien militant trotskyste, devenu ensuite ministre socialiste des affaires européennes. Vice-président du Parlement européen. - MOUSTAKI, Georges. Chanteur d'origine juive né en Egypte.
- NEÏERTZ, Véronique. Ex-ministre socialiste. Mariée à Patrick Neïertz, Directeur général de Christian Dior.
- NOIR Michel. Juif par sa mère, Rose Dreyer. Ancien ministre de Chirac et maire de Lyon. Sa carrière politique fut ensuite compromise par une affaire de corruption.
- OLIVENNES Denis. Président de Canal Plus France (juin 2000) après en avoir été le directeur général. Il s'appelait Olivensztein avant 1960.
- OURY, Gerard (TANNENBAUM Max-Gérard, dit). Cinéaste, marié à l'actrice Jacqueline Roman, née Yacowlew. Père de Danièle Thompson et grand-père de Christopher Thompson.
- PARIENTE, Patrick. Industriel du textile (Naf Naf), issu d'une famille juive de Tunisie.
- POLAC, Michel. Journaliste et cinéaste de télévision, né à Paris (XVIe) au sein d'une riche famille de Juifs polonais. Il s'est toujours affiché comme un militant d'extrême gauche.
- POLANSKI, Roman. Cinéaste, de père juif polonais.
- PONCELET, Christian. Le président RPR du Sénat s'est confié à Tribune juive (17 février 1999) pour s'inquiéter de "la montée de l'antisémitisme en France et en Europe". Il a précisé : "Je n'oublie pas qu'il y a des "Kahn" dans ma famille".
- PULLICINO, Gérard. Producteur et Réalisateur (films, télévision, clips) né dans une famille juive de Tunisie.
- RAEL (VORILLON Claude, dit). Gourou des raëliens, juif par son père.
- REGINE (Zylberberg-Choukroun). Chanteuse et tenancière de cabaret.
- REZA, Yasmina. Ecrivaine, né d'un père juif de Russie et d'une mère hongroise.
- ROTMAN, Patrick. Romancier et cinéaste documenteur, professionnel de l'incitation permanente à la haine des Allemands.
- ROUSSO, Henri. Universitaire, grand inquisiteur anti-révisionniste à Lyon.
- SARKOZY, Cécilia. Voir à CIGANER-ALBENIZ.
- SARKOZY, Nicolas. Juif par sa mère qui est originaire de Grèce et hongrois par son père, de qui il hérite son baptême catholique. Les Juifs le considèrent toujours comme l'un des leurs et il se garde bien de les démentir. Son frère, Guillaume Sarkozy a été vice-président du MEDEF, syndicat des patrons français.
- SARRAUTE, Claude. Journaliste, fille de Nathalie Sarraute (Tcherniak), issue d'une famille juive de Russie.
- SCHAPIRA, Pierre. Conseiller PS de Paris et vice-président du Conseil économique et social.
- SCHNEIDERMANN, Daniel. Ancien journaliste au Monde et présentateur sur France-5 de l'émission "Arrêts sur images". Bien que prétendant avant tout décrypter les images, à plusieurs reprises, il a été surpris en flagrant délit de désinformation, en particulier lorsqu'il s'agit de défendre Israël ou son instrument américain.
- SCHRAMEK, Olivier. Directeur de cabinet de Lionel Jospin (1999). "Athée quoique d'origine juive" (VSD, 28 avril 1989). Il est le petit neveu d'Abraham Schramek qui fut ministre de l'Intérieur du Cartel des Gauches.
- SCHWARTZENBERG, Roger-Gerard. Ministre de la recherche du gouvernement Jospin. Cousin de Léon Schwartzenberg, autre ministre, décédé en 2003.
- SERVAN-SCHREIBER, Jean-Jacques. Journaliste et homme politique, appartenant à une puissante famille juive d'Alsace. Fondateur de l'Express avec Françoise Giroud. Parmi les membres influents de sa famille, on peut citer Jean-Louis Servan-Schreiber, fondateur de L'Expansion et directeur de Psychologies magazines, Brigitte Gros, journaliste et politicienne (décédée en 1985) et Christine Collange, journaliste.
- SINCLAIR, Anne (née SCHWARTZ, épouse LEVAÏ, puis STRAUSS-KAHN). Journaliste, née à New-York en 1948. Elle est la fille de Robert Schwartz, puissant homme d'affaires, autorisé par décret du 3 août 1949 à prendre le patronyme de Sinclair.
- SITRUK, Joseph. Grand rabbin de France, né en Algérie. Le 13 octobre 2000, il a été surpris en flagrant délit de mensonge public en annonçant à la radio l'assassinat à Paris de 6 jeunes juifs, pour essayer de détourner l'attention sur l'assassinant par la soldatesque israélienne d'un enfant palestinien. Ceci confirme bien l'adage : menteur comme un rabbin !
- SORMAN, Guy. Journaliste et essayiste, chantre du néo-libéralisme. Ses prises de positions critiques vis-à-vis d'une certaine juiverie lui ont valu bien des "incompréhensions".
- STOLERU, Lionel. Ancien ministre socialiste. Membre du Bilderberg Group, proche du milliardaire escroc Robert Max-well qui était également juif. Il est le fils de Fernande Blum et d'Elie Stoleru, né dans une famille juive de Roumanie.
- STORA, Benjamin. Ecrivain, issu d'une famille juive d'Algérie.
- STRAUSS-KAHN, Dominique. Ancien ministre socialiste de l'Economie, des Finances et de l'Industrie. Son père est juif ashkénaze, et sa mère, Jacqueline Fellus, juive de Tunisie. Voici comment il a composé son cabinet, en 1997 : Responsable des entreprises publiques : Stéphane-Paul Frydmann. Responsable des affaires politiques : Gilles Finckelstein (aussi responsable de la cellule arguments de Lionel Jospin). Attachée parlementaire : Michèle Sabban (chargée des déplacements de Lionel Jospin).
- SULITZER, Paul-Loup. Signataire de romans à succès écrits par des nègres. Fils de Jules Sulitzer, immigré juif de Roumanie. Il s'est retrouvé mêlé à plusieurs affaires louches, sanctionnées pénalement.
- SUSSFELD, Alain. Directeur général d'UGC. Proche ami de Michel Drucker.
- TAGUIEFF, Pierre-André. Essayiste pompeux aux travaux passablement confus par souci de les faire passer pour "savants". Né d'une mère d'origine polonaise et d'un père juif de Russie. Cela lui permet de se prétendre "non-juif", comme J.-F.Khan. Mais de par tous ses engagements, il est entièrement au service du sionisme le plus radical, sous prétexte d'"antiracisme", cette "forme de régression mentale" qu'il avait lui-même dénoncé. Beaucoup de ses ouvrages, commandités par les responsables juifs, sont en fait des produits collectifs. Souvent illisibles, ils ne sont pas destinés à convaincre mais à intimider, afin de faire taire.
- TALAR, Charles. Producteur (musique, comédie, etc.), né dans une famille juive de Tunisie.
- TEISSIER, Élizabeth (HANSELMANN Germaine, dite). Actrice de film érotique et astrologue mondaine (consultée notamment par Mitterrand), née dans une famille juive d'Algérie.
- TIMSIT, Patrick. Cinéaste, comédien et amuseur public, issu d'une famille juive d'Algérie.
- TODD, Emmanuel. Essayiste, fils du journaliste Olivier Todd, petit-fils de Paul Nizan.
- TRIGANO, Gilbert. Fondateur du Club Méditerranée. Issu d'une famille juive d'Algérie.
- TRUFFAUT, François. Cinéaste. Né d'un père juif qu'il n'aurait jamais connu.
- TRISTAN, Anne. Directeur de publication de Ras l'front, l'un des principaux journaux qui font leur beurre en traînant dans la boue les militants nationalistes. Son vrai nom est Anne Zelansky.
- TUBIANA, Michel. Président de la Ligue des Droits de l'Homme (2000-2005).
- VEIL, Simone. Ancienne ministre UDF et Présidente de l'Assemblée européenne. Longtemps tenue pour morte à Auschwitz par la propagande juive. Surnom : l'Avorteuse, ce dont elle semble très fière.
- VICTOR, Pierre (Benny Levy, dit). Agitateur maoïste des années 60-70, devenu secrétaire de Jean-Paul Sartre qu'il convertit plus ou moins au judaïsme. Décédé en 2003 en Israël où il s'était replié avec la caisse des organisations "prolé-tariennes" qu'il contrôlait.
- VIDAL-NAQUET, Pierre. Médiocre historien helléniste, devenu champion de l'inquisition juive contre le révisionnisme historique. Il a déclaré haïr Robert Faurisson et aurait aimé l'assassiner mais il lui manque le courage de passer aux actes.
- WERTHEIMER, Gerard et Alain. Principaux actionnaires de Chanel. 4e fortune de France.
- WIEVIORKA, Michel. Sociologue, gourou de l'antiracisme médiatique avec sa femme, l'historienne de salon Annette WIEVIORKA. Juifs originaires de Pologne.
- WOLINSKY, Georges. Dessinateur humoriste. Sa mère, née Bembaron était juive tunisienne et son père juif polonais.
- ZARAI, Rika. Chanteuse et gourou médiatisé de "médecine douce".
- ZARDI, Dominique. Ecrivain et Acteur, ayant joué dans plus de 300 films.
- ZARKA Pierre. (Ancien) numéro 2 du Parti communiste "français". Il est issu d'une famille d'origine juive de Tunisie.
- ZEITOUN, Ariel. Producteur de films, né dans une famille juive de Tunisie.
- ZERAH Dov. Ancien directeur de cabinet de Corinne Lepage. Devient ensuite chef de cabinet du commissaire européen Edith Cresson à Bruxelles. Pour rappel, voici quelques autres célébrités juives plus ou moins contemporains qui ont pesé lourd dans les affaires et la société françaises.
- Althusser, Louis : Universitaire marxiste psychopathe et maître à penser.
- Anouk Aimée (Françoise Dreyfus) : Comédienne
- Barbara (Monique Andrée Serf) : Chanteuse
- Aron, Raymond : Sociologue et maître à penser.
- Beregovoy, Pierre : Premier ministre socialiste, né dans une famille juive originaire d'Ukraine.
- Berger, Michel (Hamburger, dit) : Chanteur-compositeur.
- Cassin, René : Juriste et politicien, principal rédacteur de la Déclaration des Droits de l'Homme.
- Celan, Paul (Antschel, dit) : Ecrivain.
- Dac, Pierre (André Isaac, dit) : Humoriste et acteur.
- Distel, Sacha : Chanteur décédé en 2004. Né d'une mère juive.
- Gary, Romain (Roman Kacew, dit) : Ecrivain.
- Gainsbourg, Serge (né Lucien Ginsburg) : Chanteur-compositeur et acteur.
- Jankelevitch, Vladimir : Ecrivain haineux, créateur du thème de l'"unicité de la shoah".
- Lazareff, Pierre : Grand patron de la presse française jusqu'à sa mort en 1972.
- Lemarque, Francis (Nathan Korb, dit) : Chanteur.
- Lévinas, Emmanuel : Ecrivain et maître à penser talmudiste.
- Marcel, Gabriel : Essayiste catholique (né d'une mère juive).
- Mayeur, René : Président du Conseil sous la IVe République.
- Maurois, André (Emile Salomon Wilhelm Herzog, dit) : Ecrivain.
- Mendès-France, Pierre : Président du Conseil sous la IVe République. Modèle de Mitterrand.
- Moch, Jules : 8 fois ministres de la IVe République.
- Montant, Yves (Ivo Livi, dit) : Comédien et chanteur. Issu d'une famille juive d'Italie.
- Perec, Georges : Ecrivain né dans une famille juive originaire de Pologne.
- Pierre-Bloch, Jean : Président de la LICA/LICRA durant 24 ans.
- Poliakov, Léon : Historien de l'antisémitisme, passablement faussaire.
- Rodinson Maxime : Historien marxiste, spécialiste de l'islam.
- Signoret, Simone (née Kaminker) : Comédienne
- Spire, André : Ecrivain et activiste sioniste.
- Zitrone, Léon : Animateur télé.


Pour plus d'informations

Holywar.org


Friday, December 7 2012

Conspiracy against Freedom - Liberty lobby

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img13/adl_conspiracy_Liberty_lobby.png

Conspiracy against Freedom - Liberty lobby
A documentation of one campaign of the Anti-Defamation League against freedom of speech and thought in America

Dedicated to the thousands of unsung patriots who have fought a losing battle for the things they believed in,
and who have been ultimately silenced by an never saw,
and perhaps never even know existed,
the Anti-Defamation League.

Conspiracy Against Freedom is a book that had to be written. In fact, it was several years in the making, so delicate and controversial is its subject matter— freedom of speech. Yes, freedom of speech and thought are on trial these days. In fact, they have been on trial for some time now. Conspiracy Against Freedom takes you step by step, document by document through the unrelenting efforts of one of the most powerful antithought, anti-free speech organizations in the United States as it moved heaven and earth to still the voice of just about the only threat to internationalism left in America.
The voice was the radio program of Liberty Lobby, the oldest citizens organization in Washington. The program “This Is Liberty Lobby” at one time was heard on over 400 radio stations and was also carried over the Mutual Broadcasting System.
Today, “This Is Liberty Lobby” is no longer beaming its message of truth and freedom. What happened? Who silenced it? How was it silenced? The answers to these and other pressing questions are here in your hands.

What is Liberty Lobby?
Founded in 1955, Liberty Lobby is America’s first and largest citizens action group. Though no longer producing a radio or television program, Liberty Lobby publishes The SPOTLIGHT, a weekly populist newspaper with some one-half million readers.
However, Liberty Lobby’s principal activity is lobbying Congress. Its 30,000-member Board of Policy, open to all who sign a loyalty oath to the Constitution, stakes out populist positions on the important issues facing Americans. In the footsteps of George Washington, Thomas Jefferson, Andrew Jackson and other populist heroes, Liberty Lobby stands for a government by those who are the producers and not the predators, for those who pay the bills and not for those who don’t or won’t.
Liberty Lobby calls for an unabashed nationalism, a foreign policy that works for us and not for the bankers, multinationals and various and assorted minorities who court the favor of our elected officials.
In short, Liberty Lobby stands for America first—no more, no less.


Willis A. Carto

For more

Thursday, December 6 2012

Lucien Rebatet - Le bolchevisme contre la civilisation


Lucien Rebatet - Le bolchevisme contre la civilisation

Le texte ci-dessous est la réédition d’une brochure de Lucien Rebatet publiée par les Nouvelles Études françaises en octobre 1941.
Les armées allemandes ont envahi l’U.R.S.S. depuis le 22 juin et constitué des centaines de milliers de prisonniers. L’Armée rouge semble perdue. Les populations paysannes de l’immense empire soviétique, enfin débarrassées de la sanglante tyrannie judéo-bolchevique, se jettent dans les bras des envahisseurs.

Pour plus d'informations

Lucien Romain Rebatet

Wednesday, December 5 2012

Eugène Gellion-Danglar - Les sémites et le sémitisme



Eugène Gellion-Danglar - Les sémites et le sémitisme
Aux points de vue ethnographique, religieux et politique

Auteur des Lettres sur l'Egypte contemporaine
1882


Si peu que l'on possède de notions anthropologiques, il suffit de jeter un rapide coup d'oeil sur le faciès d'un homme pour voir ce que l'on doit attendre de lui dans la vie sociale, politique ou privée, et pour prendre ses précautions en conséquence, soit sur le terrain des intérêts particuliers, soit sur celui des intérêts généraux.

La persécution, l'extermination de quelques Juifs, l'écrasement de ce qui reste du sémitisme mosaïque, ne délivreraient pas le monde de l'esprit et des doctrines sémitiques, du sémitisme nazaréen, le plus dangereux de tous, qui se manifeste encore aujourd'hui par le Gésu et le Vatican, par le cléricalisme catholique, apostolique et romain, et aussi, et avec autant d'âpreté, il ne faut pas le dissimuler, par le cléricalisme protestant des piétistes, des mômiers, etc.

L'influence du sémitisme dans le monde a été et continue d'être immense. Malgré sa supériorité indiscutable, l'esprit aryen a été profondément obscurci et souillé par l'esprit sémitique. Une grande partie des Tatars, plus simples, plus faibles, mais plus droits que les Sémites, ont été transformés par eux. De bonne heure et pendant longtemps, les pasteurs arabes ont campé sur les bords de l'Euphrate et du Nil, et y ont laissé des traces ineffaçables de leur funeste domination. De bonne heure les Phéniciens ont porté sur tous les rivages, avec le plus âpre mercantilisme, la superstition, le mysticisme, les dogmes et les rites les plus absurdes, les plus atroces, les plus immondes. Ce fut entre les deux éléments, aryan et sémitique une lutte instinctive, inconsciente de la part des peuples, mais implacable et incessante.

Le sémitisme mosaïque, austère, farouche, sombre, concentré, replié sur lui-même, n'avait eu et n'avait cherché à avoir aucune force d'expansion. Assoupli, élargi, éclairé d'une certaine lumière tendre et douteuse, apprivoisé, pour ainsi dire, par le Nazaréen, puis, de siècle en siècle, amalgamé d'une quantité prodigieuse d'éléments disparates, il couvrit le monde occidental de la brume épaisse et froide du Moyen Age que le soleil de la Renaissance commença heureusement de percer. Toutefois, même dans cette brume, la lutte n'avait pas cessé, et l'on s'était battu dans les ténèbres, au hasard, sans trop savoir d'où venaient les coups que l'on recevait, ni où allaient ceux que l'on portait. C'est ce qui explique le malaise général, l'inquiétude, la tristesse universelles, la fausse position de toutes choses pendant le Moyen Age ; des nations aryanes, par la force des circonstances, par le jeu des événements, ont subi des doctrines sémitiques : elles étouffent sous le poids qui les oppresse ; elles s'agitent, elles se débattent. La Renaissance s'épanouit ; la Réforme éclate. Où commence la Renaissance ? Dans celui de tous les pays de l'Europe qui fut toujours le moins chrétien et qui conserva le plus longtemps les traditions de l'antiquité, en Italie. D'où vient la Réforme ? D'une des parties de l'Europe les plus purement aryanes, de l'Allemagne. La Renaissance et la Réforme sont un mouvement irrésistible et victorieux de la réaction aryane contre l'esprit sémitique. La race rejette les doctrines qui lui sont étrangères et ennemies, et tendra désormais de plus en plus à reconquérir sa pureté originelle.

Il est bien évident, et il suffit de parcourir l'histoire pour s'en convaincre, que le rameau aryan ou indoeuropéen a seul produit les grandes civilisations et possède seul la notion de la justice et la conception du beau. Les civilisations sémitiques, si éclatantes qu'elles paraissent ne sont que de vaines images, des parodies plus ou moins grossières, des décors de carton peint, que certaines gens ont la complaisance de prendre pour des œuvres de marbre ou de bronze. Dans ces sociétés artificielles, le caprice et le bon plaisir sont tout, et sont seulement couverts du nom prostitué de la justice qui n'est rien. Le bizarre, le monstrueux y tiennent la place du beau, et la profusion a banni de l'art le goût et la décence. Le Sémite n'est point fait pour la civilisation et pour l'état sédentaire. Au désert, sous la tente, il a sa beauté, sa grandeur propres ; il suit sa voie ; il forme harmonie avec le reste de l'humanité. Ailleurs, il est déplacé : toutes ses qualités disparaissent ; ses vices ressortent. Le Sémite, homme de proie dans les sables de l'Arabie, héroïque dans un certain sens, devient un vil intrigant dans la société. Quelques uns arrivent à être ministres et favoris des rois, comme cela s'est vu en Egypte, à Babylone, à Suse, et dans quelques capitales modernes ; la masse rampe aux plus bas échelons : tous traitent le coin de la terre où ils se sont arrêtés en pays conquis et le dévastent insatiablement.
Nous sommes conduits à nous occuper ici quelques instants de celui de tous les peuples sémitiques qui, si l'on tient compte du petit nombre d'individus qui le composait, du génie particulier qui le distinguait et de l'isolement dans lequel il avait toujours vécu en vertu de ce génie même, a eu la fortune la plus singulière et la plus exorbitante. Tout le monde a compris que nous parlons du peuple israélite.
Ignorant l'univers comme il en était ignoré, il avait traversé, obscur, sourd, muet et opiniâtre, les siècles de fer de sa hideuse histoire. Mais, créé par Moché (Moïse) au sortir de l'Egypte où, selon ses propres traditions il était venu famille, à peine tribu, où il avait effroyablement pullulé, et d'où il s'échappait nation, il résuma en lui la quintessence de l'esprit sémitique ; et, sans jouer aucun des rôles brillants que surent s'attribuer les Phéniciens, les Carthaginois et, beaucoup plus tard, les Arabes, il concentra précieusement en lui assez de venin pour infecter d'une contagion posthume la longue suite des temps dont nous pouvons à peine aujourd'hui entrevoir la dernière heure.

A toute époque, le caractère du Juif, soit comme peuple, soit comme individu, a été double.
Nul Sémite n'a su et ne sait encore mieux que lui se plier, s'adapter aux civilisations diverses et revêtir des apparences mensongères, tandis qu'il demeure dans le plus profond de son être ce que son sang, ce que sa race l'a fait. Cela ne veut pas dire que les Israélites soient toujours restés impénétrables à tout élément étranger et inaccessibles à toute modification apportée du dehors. Mais ils l'ont été beaucoup plus que tout autre peuple, et, sous les idées extérieures qu'ils ont pu adopter, on retrouve toujours l'originalité indélébile de leur génie, comme on constate en tout temps et en tout lieu la persistance implacable de leur type physique.

Non, quoi qu'on fasse, le Sémite est un enfant voué à une enfance éternelle. Il fera toujours sérieusement des choses puériles et touchera puérilement à des choses sérieuses. C'est un peuple-femme ayant toutes les faiblesses de la femme ; beaucoup plus sensible que raisonnable, craintif, mystique, ami du mensonge et du merveilleux, ignorant du droit, nullement soucieux de la liberté, jouet du caprice et de la fantaisie, contemplatif, indifférent, nonchalant, ne connaissant point le prix du temps, bavard, criard, ergoteur, d'une mobilité excessive, d'une coquetterie achevée, plein de distinctions, de finesse et d'élégance, même sous des haillons, séduisant, aimable, insinuant, caressant, félin, défiant, avide, rapace.


Ouvrages d'Eugène Gellion-Danglar

Pour plus d'informations

Tuesday, December 4 2012

Marie-Thérèse Nisot - La question eugénique




Marie-Thérèse Nisot, Docteur en Droit
La question eugénique dans les divers pays
Tome 1 - Tome 2

Publications de l'association internationale pour la protection de l'enfance.
1927 - 1929

Tome 1 :
Aperçu historique, Grande-Bretagne, Etats-Unis, France

Tome 2 :
Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bolivie, Brésil, Canada, Chine, Cuba, Danemark, Espagne, Esthonie, Flnlande, Grèce, Hongrie, Indes Anglaises, Indes Néerlandaises, Italie, Japon, Luxembourg, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Russie, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, Turquie, Société des Nations, Organisation Internationale du Travail.


Pour plus d'informations

Monday, December 3 2012

Augustin Hamon - L'agonie d'une société

Augustin_Hamon_L_agonie_d_une_societe.png

Augustin Hamon - Georges Bachot - L'agonie d'une société
Histoire d'aujourd'hui
1889


Il y a cent ans, dans notre beau pays de France, la Société noble tremblait sur sa base. La Bourgeoisie revendiquait hautement une place au soleil, pacifiquement d'abord, révolutionnairement ensuite.
Cette bourgeoisie jouit donc du pouvoir depuis un siècle et depuis un siècle elle en a abusé. Égoïste elle a été, égoïste elle est restée, trompant le peuple par de belles paroles, faisant, défaisant ou refaisant les lois politiques, mais négligeant volontairement toutes les réformes sociales auxquelles elle aurait pu travailler.
Dans ce milieu bourgeois, le Juif s'est alors introduit flattant les uns, insultant les autres, se servant de quelques-uns et volant tout le monde. Parti de rien, il arrive à tout dominer. Il a corrompu avec rapidité cette classe qui ne demandait qu'à l'être, parce que l'absence de moralité lui procurait de sérieux bénéfices. (...)

Nous avons décrit la Société telle que nous la voyons, avec ses iniquités sans nombre.
Nous voulons, dans la mesure de nos moyens, porter un coup de plus aux financiers, aux possédants, aux exploiteurs juifs ou judaïsants.
Après tant d'autres sociologues et socialistes, nous entrons à notre tour dans l'arène, espérant que d'autres de notre génération nous suivront pour nous aider à semer, au milieu du peuple et de l'humanité, le mépris et le dégoût de tous les accapareurs qui répandent la misère autour d'eux, de tous ces dirigeants qui consciemment ou inconsciemment sont les plats valets de cette juiverie qui enserre la race aryenne d'un bout du monde à l'autre, en Russie comme en France, en Italie comme en Angleterre.

Cependant, ils n'ont acquis leur fortune que par des spéculations, ce vol légal et honoré de toute la bourgeoisie pourrie. Non seulement ils sont inutiles à tous, mais ils sont un fléau mortel pour la Société. C'est la pieuvre qui s'attache à sa victime et ne la lâche que lorsqu'il ne lui reste plus une goutte de sang. (...)

Dans la science, ils accaparent les places aux Académies et cependant ils n'ont ni génie, ni même talent hors ligne ; ils savent seulement s'emparer des idées des autres, se les assimiler et faire proclamer à son de trompe qu'ils en sont les auteurs.
C'est ainsi que Maurice Lévy, M. Lœvy et tant d'autres sont arrivés à siéger dans les Académies.
Dans l'art, les youddis ne font que du commerce. Leur peinture, leur sculpture, leur musique, se vendent bien ; mais elles n'ont qu'une valeur conventionnelle, qu'ils savent augmenter par une réclame bien faite. Aucune idée géniale n'a encore jailli du cerveau d'un Juif. Leur nature essentiellement positive s'oppose, d'ailleurs, à la naissance de toute idée nouvelle qui ne saurait rapporter de suite. A quoi leur servirait-il de se fatiguer l'esprit ? L'aryen n'est-il pas là qui travaille et produit au profit du Juif ?

Cet accaparement de toutes les forces des nations par la race hébraïque ne peut être l'effet du hasard. Il faut qu'un même esprit dirige tous les membres de cette race, qu'une même direction soit donnée à leurs efforts, qu'une profonde solidarité les unisse tous ; autrement ils n'auraient pu arriver aux résultats où ils sont parvenus.
Cette unité d'esprit, de direction, de solidarité existe en effet chez eux. Comme preuve, nous donnons ci-après un extrait d'un discours d'un grand Rabbin prononcé à une réunion secrète :
" Foulé aux pieds, humilié par ses ennemis... le peuple d'Israël pourtant n'a point succombé ; et s'il s'est dispersé sur toute la surface de la terre, c'est que toute la terre doit lui appartenir... A nous appartient ce Dieu du jour qu'Aaron nous a élevé au désert, ce veau d'or, cette divinité universelle de l'époque. Lors donc que nous nous serons rendus les uniques possesseurs de tout l'or de la terre, la vraie puissance passera entre nos mains, et alors s'accompliront les promesses qui ont été faites à Abraham (...) de régner sur la terre. "

Tel est en effet le but poursuivi par les Juifs, telles sont leurs aspirations les plus intimes. Ce discours d'un rabbin révèle et explique bien la conduite des Juifs dans le monde entier. Pour arriver au point où ils en sont, car ils ont presque atteint le but qu'ils se proposent, il leur a fallu une solidarité à toute épreuve, une entente franche et cordiale, une fraternité sincère, qu'ils n'ont pu posséder que grâce à une organisation spéciale, longtemps inconnue au public chrétien, et fort bien exposée par un antisémite slave : Kalixt de Wolski.
Cette organisation, véritable gouvernement occulte, est le kahal (commissaire administratif) et le bet dine (tribunal judiciaire). Les Juifs exécutent aveuglément les prescriptions de ces deux autorités qui ont pour but d'acquérir le plus d'influence possible sur les Juifs et sur les chrétiens. " Les sémites remplissant les fonctions de juges dans les tribunaux des pays qu'ils habitent ne forment pas leur opinion d'après le texte des codes soit civils, soit criminels, qui font loi dans le pays et ne rendent pas leur verdict selon la lettre de ces codes, mais doivent se conformer aux prescriptions du kahal. " Cette assertion éclaire d'un jour nouveau certains verdicts rendus en France par des magistrats juifs tels que Lœw, Bedarrides, etc.

L'état juif, qui étend ses tentacules dans le monde entier où il paraît s'être souvent fondu dans le sein de la nation qu'il dévore et suce, est divisé en districts ayant chacun un kahal et un bet dine. C'est à ces seules autorités que le youd obéit ; ce sont elles seules qui le dirigent dans ses pensées et dans ses actes. Elles possèdent le moyen de donner une sanction à leurs décisions, si les Juifs ne s'y soumettent pas. Elles vendent aux youddis le droit d'exploiter un ou plusieurs chrétiens et lui accordent la propriété de leurs biens. Elles prélèvent un impôt que les Juifs versent d'ailleurs sans difficulté ; car ils savent que, tant qu'ils obéiront, ils seront aidés et poussés en avant. S'ils se révoltaient, ils seraient, comme les chrétiens, des ennemis pour leurs frères qui ne se feraient point faute de les exploiter.

Les Juifs ne forment pas une secte religieuse comme beaucoup le croient ; c'est une race, un État parfaitement établi, gouverné par un pouvoir occulte.
En Algérie, où le Juif est le maître, il y eut quelques troubles en 1884. Des boutiques furent mises à sac, et quelques immondes Israélites houspillés par la population française. (...) Ces massacres ne sont rien auprès de ceux qu'éprouveront bientôt les Juifs, au jour des revendications sociales. (...)
Malgré leur or, ou plutôt à cause des fortunes qu'ils ont entassées, les Juifs sont destinés à disparaître du sol européen. Le jour où la plèbe de l'Océan Atlantique à l'Oural, de la mer du Nord à la Méditerranée, se soulèvera dans une colère terrible contre les exploiteurs, les Juifs ne trouveront aucun toit pour les abriter, aucun aryen pour les protéger. Ils jetteront leur or, source de tant de crimes et de tant de larmes, aux pieds des vengeurs, mais ce sera en vain ! Qu'importe l'or ou l'argent quand arrive le moment d'une vengeance si impatiemment attendue.
Cette race qui veut conquérir le monde, qui a des richesses considérables, qui est toute-puissante, mais qui ne réussira qu'à succomber finalement sous un cataclysme prochain dont elle ne se fait pas une idée, elle se trompe, si elle croit que la civilisation la protégera. (...)
Les temps sont proches où les Juifs devront craindre la juste colère des aryens.


Pour plus d'informations

Sunday, December 2 2012

Acquérir la bibliothèque numérique du site Aryana Libris au format DVD


Acquérir la bibliothèque numérique du site Aryana Libris au format DVD

Acheter la bibliothèque Aryana Libris

Vous pouvez acquérir la totalité de la bibliothèque du site Aryana Libris au format DVD.
Elle comprend plus de 10 Go d'e-books, sous forme de fichier PDF.
Des centaines d'ouvrages rares et introuvables.

Aryana Libris



Voir aussi :

Bibliothèque Histoire Ebook
Bibliothèque Balder Ex-Libris

Adolf le Grand diffamé par des "nationalistes"



Adolf le Grand diffamé par des « nationalistes »
Y a-t-il un autre homme dans l’histoire, à part peut-être Jésus, qui ait été à ce point calomnié?

Il faut être à moitié endormi pour ne pas constater le fait déplorable que certains soi-disant « nationalistes » ne ratent pas une occasion de s’acharner sur le vétéran de la Première guerre qui réussit, plus tard, contre toute attente, à redresser économiquement, politiquement, culturellement l’une des plus grandes nations du monde et à la libérer du joug juif en créant un mouvement nationaliste rassembleur, rempart pour la civilisation européenne contre les hordes communistes, j’ai nommé le regretté Adolf Hitler.

La suite sur pascasher.the-savoisien.com

Saturday, December 1 2012

Georges Vacher de Lapouge - Race et milieu social



Georges Vacher de Lapouge - Race et milieu social
Essais d'anthroposociologie
Système et faits sociaux
1909


Le déclin français et la rupture des liens sociaux : la faute aux groupes multiraciaux et multiculturels.

Le caractère des Français contemporains, leur manière de voir les questions politiques, religieuses, morales et même littéraires, diffèrent beaucoup de ce qui existait dans le passé. La différence s'accuse d'autant plus que la démocratisation des mœurs et des institutions substitue de plus en plus l'influence des classes inférieures à celle des classes supérieures. Elle se montre jusque dans les plus petits détails. Il suffit de comparer la littérature de café-concert, vraie littérature de nègre, avec la littérature populaire du Moyen-Age, pour se rendre compte de l'intensité de la régression intellectuelle.
L'humeur agressive du Français d'autrefois a disparu, remplacée par des dispositions pacifiques exagérées jusqu'à l'amour de la paix à tout prix. L'esprit d'indépendance individuelle et d'opposition politique, fécond en rébellions et en guerres civiles, s'est évanoui, laissant à sa place une servilité complète. La très curieuse tentative de destruction du christianisme à laquelle nous assistons ne provoque que des récriminations platoniques dans le pays qui a vu la Ligue et les guerres de religion.
Le Français historique est bien éteint. A sa place, nous trouvons un peuple nouveau, de mentalité différente. C'est la première fois dans l'histoire qu'un peuple brachycéphale arrive à l'autonomie. L'avenir seul apprendra si cette expérience intéressante se terminera par l'écroulement définitif de la France, ou si elle donnera la formule des sociétés à venir. Ce n'est pas nous qui le saurons.

Chez le métis humain, le besoin moral de perpétuer sa race n'existe pas ou n'existe guère. Il ne sent que l'aiguillon matériel du désir, qu'il peut satisfaire sans engendrer. Il se produit dans son esprit une dissociation entre le besoin de reproduction qui disparaît et le besoin de jouir, qui subsiste. La fécondation n'est plus le but, elle est l'accident. Le métis ne sent pas la charge d'une race à perpétuer : il sent que chez lui se heurtent les hérédités de plusieurs. Ce n'est pas, en effet, une race qu'il aurait à perpétuer, c'est deux, c'est plusieurs, c'est-à-dire l'impossible en soi. Par là s'expliquent l'égoïsme social, et la rupture des liens sociaux. Dans mon mémoire de 1886 sur la dépopulation j'écrivais : "Cette résorption dans le moi de tous les sentiments de race, de nation, de famille, substitue au peuple une simple collection d'individus juxtaposés (...)".


Pour plus d'informations

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius