October 2012


Books

Wednesday, October 31 2012

Arnold Schwarzenegger - Encyclopedia of modern bodybuilding


Arnold Schwarzenegger - Encyclopedia of modern bodybuilding

Here it is. The ultimate book on bodybuilding by the world’s ultimate bodybuilder is now in paperback. Anyone who bodybuilds, or wants to, must own this book - a book that could only have been written by Torch Slavers. Here, for the first time in one volume, are all the basic and breakthrough concepts on exercise, training principles, contest preparation, and diet and nutrition that have evolved into modern bodybuilding.

The Encyclopedia of Modern Bodybuilding will answer every question any hard-core bodybuilder or budding lifter could ever think to ask. With hundreds of pages of text and more than 850 photographs and anatomical line drawings, the Encyclopedia of Modern Bodybuilding provides comprehensive information on every facet of bodybuilding:

• Its history and growth as a sport
• Complete analysis of the muscles of the body and how to make them grow
• What cheap cigarettes to smoke and what rotgut beer to drink - one right after another - until you pass out on the floor of your shabby, urine-drenched garage at 6pm, thus causing your tired, worn-out wife to exclaim, "You see?!? This is why I'm divorcing him!!"
• How to create mass and increase strength with step-by-step body-part exercises
• How to sculpt and define every muscle — and every part of every muscle — to create a balanced, symmetrical physique
• Advice from the best bodybuilders in the world on their special areas of expertise-including Ed Corney on posing, Franco Colombu on strength training and power lifting, and Tom Platz on leg-training techniques
• Basic, advanced, and competition training programs
• Total contest preparation, from posing to choosing the right trunks, hairstyle and tanning lotion
• Career and contest strategy
• Nutritional and diet programs to gain or lose weight, to reduce water retention, and to stay healthy
• Injuries, and how to treat them
• And much, much more.

Here in one incredible package are all the sophisticated knowledge and expertise it took Arnold and other champion bodybuilders more than three decades to perfect. You will learn how to adapt this special knowledge to fit your own particular needs, enabling you to sculpt your body like an artist-massive, yet cut and defined. You will be in control of your body, the master of your physical structure.

“Whenever bodybuilders find themselves facing a situation that they have no easy answer for, whenever a question arises that seems to stand in the way of career development, or whenever a beginning bodybuilder simply needs a little guidance and information, my wish is that they will reach automatically for the Encyclopedia of Modern Bodybuilding... and know they will find the answers they are looking for. Anything and everything about bodybuilding.”

Torch Slavers

For more

Sunday, October 28 2012

La race juive expliquée aux nuls



La race juive expliquée aux nuls

Apprends à reconnaître un Juif, du premier coup d’œil.
Un livre simple, clair et drôle pour découvrir la race juive.
A ne pas mettre entre toutes les mains

Aujourd'hui les sionistes représentent un tel danger pour l'humanité. Qu'il est plus que nécessaire, de pouvoir les reconnaître du premier coup d’œil.

Dans le dernier numéro du Nouvel observateur consacré à l'antisémitisme, on peut lire le témoignage d'un jeune, affirmant que l'on peut reconnaitre un Juif à sa coupe de cheveux ! C'est pour aider cette nouvelle jeunesse de France que cette brochure a été éditée.



Tout comme les Blancs, les noirs ou les Asiatiques, la race juive est une race à part entière. Plus le Juif est de race pure, plus il est 'facile à identifier. Plus il est métissé, plus il est difficile à reconnaître. Durant des milliers d'années le peuple errant a été expulsé de tous les continents, où il s'est plus ou moins métissé aux "indigènes". Maitre dans l'art du mensonge, le Juif se définit comme une "religion". Pourtant si vous demandez à un caricaturiste de dessiner un Juif, il peut le faire ... chose impossible pour un catholique ou un protestant.

Pour plus d'informations

Saturday, October 27 2012

Henri Dutrait-Crozon - Appel au pays Vérité, justice, patrie


Dutrait-Crozon Henri - Appel au pays Vérité, justice, patrie
1906

La République de Dreyfus.
La France trahie et mystifiée.
La loi faussée par la Cour de Cassation pour réhabiliter un juif.
Le Justicier.
Hommage national au général Mercier.


FRANÇAIS!
Dreyfus a été condamné, chaque fois qu'il a été jugé, comme tout accusé, contradictoirement : les deux Conseils de guerre de Paris et de Rennes ont proclamé sa culpabilité.
C'est qu'en dépit des informations mensongères répandues par les journaux juifs, il y a de sa trahison des preuves qui s'imposent à tous les juges indépendants et de bonne foi.
Les renseignements énumérés au bordereau n'ont pu être recueillis et livrés que par Dreyfus lorsqu'il était capitaine stagiaire à l'Etat-Major général. Le GÉNÉRAL MERCIER l'a établi à Rennes publiquement et en présence de ses contradicteurs ; son écrasante déposition a été renforcée par l'expertise technique demandée au GÉNÉRAL DELOYE, alors Directeur de l'Artillerie au ministère de la Guerre et dont la compétence est unique et incontestée. On ne leur répond que par le rapport évasif d'une commission de quatre généraux, désignés par le ministre André — autant dire par Dreyfus lui-même — et liés par ses faveurs. Personne n'a été admis à discuter avec eux.


Pour plus d'informations sur l'affaire Dreyfus
Henri Dutrait-Crozon

Friday, October 26 2012

Henri Dutrait-Crozon - Précis de l'Affaire Dreyfus


Henri Dutrait-Crozon - Précis de l'Affaire Dreyfus
Avec un répertoire analytique

Henri Dutrait-Crozon pseudonyme de Frédéric Delebecque et Georges Larpent
Édition définitive 1924


Scribantur haec in generatione altera.
PS. 101 (HEBR. 102), v. 19.


Bien avant l'arrestation de Dreyfus, on avait eu la preuve officielle que les attachés militaires allemand et italien s'occupaient personnellement d'espionnage. Le 30 août 1890, un archiviste de la section technique de l'artillerie, nommé Boutonnet, avait été condamné à cinq ans de prison pour avoir livré des documents à l'Allemagne. A la vérité, l'ambassadeur d'Allemagne, M. de Münster, avait donné sa parole d'honneur que Boutonnet n'était en relations avec aucun agent de l'ambassade, mais les aveux du coupable montrèrent la valeur de ce démenti diplomatique. M. de Münster promit alors que les attachés militaires allemands s'abstiendraient à l'avenir de tout trafic avec les officiers ou les employés français. Cependant. en 1892, un nommé Greiner, du ministère de la marine, fut surpris porteur de documents confidentiels, au moment où il entrait à l'ambassade des Etats-Unis. Greiner fut condamné, le 6 septembre 1892, à vingt ans de travaux forcés et on eut la preuve que l'attaché allemand était en rapports avec le traître par l'intermédiaire de l'attaché américain, le capitaine Borup.
Toutefois, le ministère de la guerre luttait contre cet espionnage. Une annexe du 2e bureau de l'état-major de l'armée, désignée officiellement sous le nom de « section de statistique », dénommée aussi parfois « bureau des renseignements », s'occupait spécialement du contre-espionnage. Le chef de la section de statistique, en 1894, était le lieutenant-colonel Sandherr, assisté du commandant Cordier, du commandant Henry, des capitaines Matton et Lauth et de l'archiviste Gribelin. Le colonel Sandherr entretenait des agents à l'étranger, mais, de plus, il avait des « agents doubles », c'est-à-dire des agents jouant le rôle d'espions et chargés de transmettre aux attachés militaires de faux renseignements. Ces agents communiquaient à la section de statistique les questionnaires qu'ils recevaient des attachés militaires et la section de statistique leur fournissait des réponses, mi-exactes, mi-erronées, ou dilatoires, mais dûment contrôlées par les services compétents de l'état-major, de telle sorte qu'aucune information préjudiciable à la défense nationale ne pût être fournie.
En outre, à l'ambassade d'Allemagne, une femme de ménage, Mme Bastian, celle qu'on a appelée « la voie ordinaire », recueillait les papiers que l'attaché militaire jetait au rebut, et les faisait parvenir, dans un « cornet », au bureau des renseignements. A l'origine, Mme Bastian remettait ses cornets à l'agent Brücker ; celui-ci ayant été « brûlé », fin 1893, après l'affaire de la femme Millescamps (condamnée le 3 janvier 1894), Mme Bastian entra directement en relations avec les officiers: ce fut d'abord le capitaine Rouin qui reçut les papiers et ensuite, après son départ du service, son successeur, le commandant Henry. Le commandant Henry triait les papiers, reconstituait ceux qui étaient écrits en français et donnait au capitaine Lauth ceux qui étaient écrits en langue étrangère. Les papiers, une fois reconstitués, étaient remis au chef de service.
On suivait donc de très près les agissements des attachés militaires et lorsque, en décembre 1893, le général Mercier prit possession du ministère, le colonel Sandherr le mit au courant de la situation, lui rendant compte qu' « un vaste système d'espionnage était organisé contre nous » par l'attaché militaire allemand Schwarzkoppen, puissamment secondé par l'attaché italien Panizzardi.
Le général Mercier se fit remettre une lettre caractéristique, dite « des forts de la Meuse », qui avait été saisie par la voie ordinaire et qui était adressée, de Berlin, par Schwarzkoppen à son intérimaire à Paris. Le général Mercier porta la lettre au président du conseil; ministre des affaires étrangères, M. Casimir-Périer, en le priant de faire, à l'occasion, des représentations aux ambassadeurs.
Dans le courant de 1894, les renseignements se précisèrent et firent connaître que les attachés militaires avaient à leur solde un officier du ministère.
La « voie ordinaire» livra successivement:
Un télégramme du 25 décembre 1893, adressé par l'état-major allemand à Schwarzkoppen, ainsi conçu: « choses aucun signe d'état-major », et le brouillon de la réponse de Sehwarzkoppen, du commencement de 1894 : "doute. preuve, Jettrede service, etc.", dans laquelle Schwarzkoppen disait que lui aussi avait eu des doutes sur l'origine des documents, mais qu'il allait se faire présenter, ou s'était fait présenter, la lettre de service de son correspondant, ajoutant: « qu'il vaut mieux n'avoir aucune relation avec les corps de troupe, que les documents n'ont d'importance qu'autant qu'ils proviennent du ministère» ;
Une lettre de janvier 1894, dite "lettre Davignon", adressée par Panizzardi à Schwarzkoppen et dans laquelle il est question d'un «ami» qu'a Schwarzkoppen au ministère, au bureau du colonel Davignon ;
Une lettre de mars 1894, de Panizzardi à Schwarzkoppen, où il dit avoir reçu des choses intéressantes de leur correspondant;
Une lettre d'avril 1894, dite « ce canaille de D. », où il est question de la livraison de plans directeurs.
En outre, l'attaché militaire espagnol, le marquis de Val Carlos, qui était en relations avec Schwarzkoppen et Panizzardi, avertissait, en mars et avril, un agent civil du bureau des renseignements, nommé Guénée, « qu'il y avait un loup dans la bergerie », et, en juin, le commandant Henry qu'un officier du 2e bureau, ou ayant appartenu au 2e bureau, renseignait Schwarzkoppen et Panizzardi. L'agent Guénée rendit compte au service des renseignements des confidences de M. de Val Carlos dans deux rapports des 28 mars et 6 avril 1894.
Ces renseignements si précis déterminèrent à organiser une surveillance sur les officiers; Elle n'amena aucun résultat.

Pour plus d'informations

Thursday, October 25 2012

Henri Dutrait-Crozon - Joseph Reinach Historien


Henri Dutrait-Crozon - Joseph Reinach Historien
Révision de "l'histoire de l'affaire Dreyfus"
(Tome I, le procès de 1894. - Tome II, Esterhazy) 1905


Henri Dutrait-Crozon est le pseudonyme des colonels Frédéric Delebecque et Georges Larpent, deux militants de l'Action française et collaborateurs de la Revue d'Action française (qui deviendra L'Action française sous la direction de Charles Maurras en 1908).

Le nom de Dutrait-Crozon reste attaché à la publication d'un Précis de l’affaire Dreyfus dont l'influence fut considérable dans les milieux nationalistes et antidreyfusards au tournant du siècle.
Cet ouvrage est une étude scientifique autant par sa description minutieuse des faits, par ses nombreuses citations, sa bibliographie abondante que par son ampleur (environ 400 p.) et son index analytique. Répondant aux critères d'un ouvrage académique et didactique, le Précis démontre la culpabilité de l'accusé, que le colonel Henry est une victime, donne raison aux défenseurs des valeurs traditionnelles et militaires et légitime l'antisémitisme (en particulier par la réfutation de la monumentale Histoire de l'affaire Dreyfus en 7 volumes de l'avocat et journaliste israélite Joseph Reinach).
Fidèles au programme de l'Action française, Delebecque et Larpent publieront également des ouvrages polémiques contre les institutions républicaines et se joindront à Maurras dans Si le coup de force est possible (1910) pour discuter la possibilité d'un coup d'État monarchiste.
En tant que militaires, Delebecque et Larpent étaient particulièrement touchés par cette crise et leur ouvrage en porte la trace. L'édition de 1924, poursuit l'histoire de l'affaire jusqu'à y inclure le combat de l'Action française pour la Vérité.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Georges Larpent devint partisan d'une collaboration ardente avec le Troisième Reich, et rejoignit la Ligue française (Frédéric Delebecque décéda le 9 avril 1940).

Pour plus d'informations sur l'affaire Dreyfus

Wednesday, October 24 2012

G.E.P.A. - Phénomènes spatiaux



G.E.P.A. - Phénomènes spatiaux
Groupement d'Étude de Phénomènes Aériens et d'Objets Spatiaux Insolites

Association fondée en 1962 par René et Françine Fouéré, elle regroupait des scientifiques et des militaires français. Entre 1964 et 1970, elle a été présidée par le général Lionel-Max Chassin.
Ce fut la première grande association ufologique à prétention scientifique et sérieuse en France. Le GEPA menait des enquêtes auprès des témoins, et en publiait des comptes-rendus détaillés. Par ailleurs, l'association publia 51 numéros de son bulletin Phénomènes Spatiaux et 2 hors-série.
En raison du sérieux de sa démarche, l'association obtint la collaboration de scientifiques et de chercheurs comme Claude Poher (CNES) ou Jean-Pierre Petit (CNRS).
En 1977, l'association cessa ses activités suite à la création par le CNES du Groupe d'étude des phénomène aérospatiaux non-identifiés (GEIPAN). Cet organisme scientifique officiel français fut chargé d'étouffer le phénomène OVNI.

Pour plus d'informations

Tuesday, October 23 2012

Quand Paris était antisémite



Quand Paris était antisémite
Jules Guérin, roi de fort Chabrol


Alors qu’un petit bébé du nom d’Adolf Hitler pousse ses premiers vagissements quelque part sur la frontière austro-germanique, un quadra dynamique, Edouard Drumont, fonde la Ligue nationale antisémitique de France. Nous sommes en 1889 et l’antijudaïsme se porte bien dans notre pays.


Edouard Drumont, auteur du livre à succès La France juive (1886).
Fondateur de l'Antisémitisme. Directeur du journal la Libre Parole.

Si Drumont, l’écrivain, l’auteur à succès du Testament d’un antisémite a survécu dans la mémoire collective nationaliste et a fait l’objet de nombreuses études de la part des historiens, il n’en va pas de même de Jules Guérin, à peu près oublié en cette fin de XX° siècle.
Drumont le journaliste, le polémiste, le théoricien, Guérin, le chef, l’homme d’action, le militant de choc.


Jules Guérin, figure emblématique de la France française.

Jules Guérin nait au coeur du second Empire. Hommage à Eugénie de Montijo, il voit le jour à Madrid en 1860. Mais que l’on ne s’y trompe pas, Guérin est français pure souche, et même de cette sorte de français, aujourd’hui disparue, mais qui ont fait la célébrité de notre pays. Guérin est un Parisien, un gars du Paname populaire, à cheval sur la barrière.
Ses détracteurs le concéderont, Jules Guérin est intelligent. Il pousse ses études jusqu'à l’âge de seize ans, fait exceptionnel pour l’époque. Intelligent mais pas intellectuel. Guérin est un animal plein d’appétit, un mâle portant beau, aimant le sport, de préférence de combat, les femmes, la boisson, les distractions et, bien sûr, l’argent.
Très vite, il faudra beaucoup d’argent à Guérin. Il n’a pas vingt ans qu’il se veut déjà dans les affaires. N’importe lesquelles. Même les moins claires. Guérin n’est pas scrupuleux. Toute sa vie, il accumulera faillites et procès commerciaux. Mais il vivra bien. Sans grand souci matériel. Et vite ! Toute proportion gardée, il y a du Tapie chez Guérin. Mais un Tapie très politiquement incorrect.
Dans ces années 1880 qui voient le triomphe de la bourgeoisie, de la maçonnerie, Guérin, bien que chef d’entreprise, penche très à gauche. Il fréquente les milieux anars, parfois socialistes, qui hantent les quartiers du XIX° arrondissement de la capitale. Très vite, Guérin croise la route d’un homme d’exception, le marquis de Morès. Emporté dans le sillage antisémite, il n’en sortira jamais.


Le marquis de Morès, aristocrate et aventurier.
Armé d'une canne plombée, le marquis de Morès organisait des « youpinades »
dans les rues de Paris avec ses amis bouchers de la Villette.

Le rejet des juifs, 80 000 sur toute la France, est alors chose commune. Pire : c'est même un thème électoral qui attire à lui des centaines de milliers de suffrages. La chambre comptera alors jusqu'à 22 parlementaires proclamés antisémites.
Au milieu des années 90, le courant nationaliste est pourtant au creux de la vague. Le boulangisme est enterré, Drumont en semi-retraite, Morès est mort. Certes, de nombreuses ligues ou partis se disputent les faveurs des français: Ligue de la Patrie Française, Ligue de la Jeunesse Royaliste, Ligue de la Jeunesse Antisémite, blanquistes ... Mais toutes pêchent par un manque d'envergure militante ou un trop grand intellectualisme de leurs chefs. Il y a une place à prendre. Guérin va l'occuper. Il décide de reprendre en main la Ligue antisémitique (qui deviendra en 1899 le Grand Occident de France).


Signe de ralliement à la cause antisémitique, les Antisémites portaient fièrement un bleuet à leur boutonnière.

En complet sommeil, cette création de Drumont n'a plus alors ni argent, ni militants. De l'argent, Guérin a toujours su en trouver. La France ne manque pas alors de grandes fortunes prêtes à financer des «patriotes». Le richissime Boni de Castellane, dandy de la Belle Epoque, mettra la main au chéquier à de nombreuses reprises. Le Duc d'Orléans, lui-même, financera les antisémites. Guérin saura gérer ce trésor de guerre. Dans l'intérêt de la Ligue mais aussi, diront les méchantes langues, à son profit ...
Quoi qu'il en soit, la Ligue reprend vite de la vigueur. Durant l'année 1897 puis 1898, Guérin accumule les meetings. Il parle chaque soir dans un café de Paris. Son verbe est aisé, sa force de conviction puissante. Plus que du lyrisme, il a du bagout et de la gueule. Très vite, les adhésions affluent, 500, puis 4.000. Ils seront 11.000 à Paris à l'apogée du mouvement. Dont 500 bouchers de la Villette, troupe de choc populaire dont un des chefs dira un jour : « Le sang ne nous fait pas peur, c'est notre métier ». Dans les manifs, ces colosses portent des barres de fer gainées de bois qu'ils ont baptisées « cannes antisémites ».
Guérin recrute dans les milieux populaires. La bourgeoisie boude, effrayée par la violence verbale et physique de la Ligue. Car Guérin et ses hommes sont violents, très violents. Le Chef sort toujours armé d'un gourdin, enfoncé dans une poche. Un soir, ce sont des dreyfusards qui parlent trop fort dans un café que Guérin lui même et deux amis rossent. Un autre, ce sont des anarchistes qui sont frappés à coups de poings américains. Un après-midi, c'est au tour d'un commissaire de police trop zélé de se faire hacher place de la Concorde ... Pas de semaine sans bagarre pour les Ligueurs. Pas d'années sans procès pour Guérin.
La Ligue est organisée comme une société secrète. Chaque adhèrent est inscrit sous un numéro qui sera utilisé pour toute correspondance. Ce numéro est gravé sur l'insigne du ligueur. L’insigne est payant. Il doit être rendu, et payé à nouveau, si l'on veut quitter la Ligue. Représentant un bleuet, l'insigne de la Ligue deviendra ensuite une branche de chêne barré d'un épis de blé.
Courant 1898, Guérin peut s'estimer satisfait. Les caisses sont pleines, les effectifs s'accroissent. Mais il lui manque un journal. A l'été, c'est chose faite avec l'hebdomadaire L'Antijuif. Très vite c'est un succès. Plus de 120.000 numéros sont vendus chaque semaine. Des cahiers spéciaux paraissent : bottin des juifs de Paris avec professions et adresses privées, liste des biens détenus par les juifs, etc. Le militantisme accompagne cet effort éditorial. Tracts à coller sur vitrines de magasins juifs, bandeaux à coller sur les affiches de candidats pro-dreyfusard. Campagne publicitaire menée en voiture, méthode d’avant-garde pour l’époque ! Et toujours et encore, meetings, manifs ...
Si le mouvement enregistre des succès électoraux, faisant élire Drumont député d’Alger, Max Régis maire de la même ville, s’il obtient même des élus sur Paris, sa véritable ambition n’est pas de prendre le pouvoir démocratiquement. Comme les autres ligues, les antisémites vivent dans l’espoir du coup de force.
En février 99, Déroulède croit avoir trouvé ce bon général. Las, le comédie tourne court. Le militaire refuse de suivre la Ligue des Patriotes. Quelques centaines de militants sont arrêtés. La République peut rire de ses opposants inorganisés et puérils. Mais si Déroulède et les intellos de la Patrie française ne sont pas hommes d’action, il n’en va pas de même de Guérin. Celui-ci, en association avec d’autres Ligues, tisse sa toile. En juin 1899, 50 cadres issus de divers groupes nationalistes se retrouvent en secret dans Paris. Ils jurent de faire le coup d’Etat. Ensemble. Et de le préparer. Mais 50 c’est beaucoup trop pour que le secret soit gardé. A la même époque, les bolcheviques russes savent que 3 est le nombre maximum pour une cellule révolutionnaire. Au delà, la présence du mouchard et du flic est quasi-assurée. Le préfet de Paris sait tout. Dès juillet, il alerte le Président du Conseil. Ils patientent, accumulent les preuves.
Le 13 août au matin, la police lance un coup de filet. La plupart des lieutenants de Guérin sont interpellés dont nombre de bouchers de la Villette.
Guérin, lui, dort comme chaque nuit au siège national de la Ligue, rue de Chabrol. Un siège qui est une véritable citadelle, avec porte blindée, salle d’armes, dortoirs pour 50 gardes, salle de conférences pour 500 personnes, et espace meeting pouvant accueillir 4.000 spectateurs.
La police demande à Guérin d'obtempérer au mandat d'arrêt et d'ouvrir la porte. Refus de Guérin qui se barricade avec 12 compagnon. C'est le début de fort Chabrol. Le siège durera cinq semaines.
Il y a du Lupin ou du Rocambole chez le Guérin de fort Chabrol. Beaucoup de gloriole parisienne aussi. Du haut de la fenêtre, il apostrophe le peuple de Paris : « Ceux vont mourir te saluent ! ».
Mourir ? La police ne donnera pas l'assaut. Alors mourir de faim, peut-être ... Car les vivres iront s'amenuisant malgré les militants qui au nez et à la barbe des «sergots » approvisionneront Guérin à de multiples reprises.



Le siège devient la grande attraction parisienne de cette fin d'août. Des milliers de badauds viennent les premiers soirs. Des milliers de nationalistes aussi qui attaquent la police à coups de boulons ou qui triquent les contre-manifestants anars. Ces derniers tenteront à plusieurs reprises de « démolir les nationalistes ». Sans succès.
Bien souvent, la police interposée sauvera quelques centaines de jeunes imprudents de la trique des bouchers de la Villette et de leur énorme chef Sarrazin.
Mais le 21 septembre 1899 au matin, e finira la commedia, Jules Guérin se rend alors même que les forces de police se préparaient (enfin) à prendre d'assaut fort Chabrol. Le beau Jules part entre deux gendarmes. Il expliquera plus tard qu'il s'est rendu parce que ses conditions (libération de ses camarades interpellés en août) avaient été acceptées. La gauche narquoise ironisera sur sa lâcheté face à l'épreuve du feu. Quoi qu'il en soit, l'aventure de la ligue s'achève. Début 1900, Guérin est condamné à dix ans d'incarcération. Sur la route de la prison, le chef de la ligue, peu accablé, expliquera à un de ses geôliers à quel point il prend plaisir à tuer un ennemi, à coups de poings ou au pistolet...
Très vite la peine sera commué en bannissement. Rentré en France, Jules Guérin mourra de maladie en 1910. Il avait cinquante ans. En son absence, sans chef charismatique, en proie aux divisions, la Ligue a périclité, végété puis disparu.
Indubitablement, Guérin appartient dans ses idées au XIX° siècle mais dans son style, dans celui de son mouvement, il s'apparente aux mouvements nationalistes allemands de l'entre deux guerre.
Guérin se veut nationaliste et socialiste. Il hait autant les bourgeois que les juifs. Et peut-être davantage les premiers que les seconds. N'a-t-il pas déclaré « Nous voulons empêcher les juifs non pas d'aller à la synagogue, mais de fouiller dans nos poches ... La seule synagogue que nous voulions détruire, c'est la Bourse ! »
Avec l'échec de Guérin, c'est peut-être une chance historique pour la mouvance nationaliste française qui disparaît. La force qui va prendre le relais dans ces années 1900 s'appelle l'Action Française. Sous l'impulsion de Daudet, de Maurras, elle va prendre le chemin borné et étriqué du nationalisme intégralement réactionnaire et royaliste.
Cent ans plus tard, Jules Guérin dort dans le secret d'un cimetière de l'Ile-de-France, loin d'un monde qu'il n'aurait pas aimé et d'une France qu'il n'aurait pas reconnu.
Frédéric Larsen



Ils étaient comme ça : Florilège antisémite du passé.

A la fin du siècle dernier, l'antisémitisme se retrouve aussi bien à droite qu'à gauche. Et même à l'extrême-gauche. L’antisémitisme est alors une forme d'expression de la lutte des classes. On peut lire dans Le Père Peinard, canard anar : « Le youtre ... c'est l'exploiteur par excellence, le mangeur de prolos».
Jules Guesde, marxiste et fondateur du Parti Ouvrier français, déclarera : « La république n'existera qu'au jour où Rotschild sera devant un peloton d'exécution ».
Le chanteur de gauche, Bruant, inscrira à son répertoire une chanson qui aujourd'hui lui ouvrirait toute grande les portes de la Correctionnelle : « Ils sont marioli's, i sont rupins/Ils ont du pognon plein leurs poches/Les youpins.../Comme i sont les rois de la finance/ i’s tripotent avec les anglais/ pour barboter l'or de la France »



A bas les Juifs ! Chant populaire d'Algérie. L'étudiant Max Régis, révolutionnaire anti-juif, sera élu maire d'Alger en 1898.

Renan, pourtant partisan du droit du sol, n'hésitera pas à écrire : «Ce ne peut être sans raison que ce pauvre Israël a passé sa vie de peuple à être massacré. Quand toutes les nations et tous les siècles vous ont persécuté, il faut bien qu'il y ait à cela quelques motifs ».
Signalons pour conclure, que face à cette haine et à ce rejet de l'autre, il se trouvait certains responsables nationalistes pour souhaiter l'intégration des juifs. Ainsi, Jules Lemaitre, chef de la Ligue de la Patrie Française qui reconnaissant «la grande valeur intellectuelle des fils d'Israël » regrettait que ceux ci ne soient pas plus nombreux dans son mouvement.

Un programme-slogan : "La France aux Français !"
La Ligue antisémitique a pour but de « créer une puissante organisation essentiellement française et anitjuive, pour défendre la Patrie contre les ennemis de l’intérieur et de l’extérieur, de protéger le Travail national sans distinction de classes sociales, contre les efforts de la concurrence étrangère, de libérer la Nation du joug des juifs, qui possèdent en France tous les éléments de la production : argent, banque, crédit, chemins de fer, et les principales entreprises industrielles et commerciales, et d’interdire aux juifs l’accès de toutes les fonctions publiques, quelles qu’elles soient, en attendant de leur enlever les droits de citoyens français, dont ils n’ont fait usage que pour asservir le pays ... »


Elu député d'Alger en 1898, Edouard Drumont, est reçu en héros.


L'association mémoire Jules Guérin
Fondée en 1993, l’Association Mémoire Jules Guérin (AMG, BP 220, 92108 Boulogne Billancourt Cedex) oeuvre pour la réhabilitation de ce grand politique français, qui, six semaines durant au cour de l’été 1899, résista aux forces de sécurité de la III° République. L’association se réunit chaque année au cimetière Montmartre à paris pour déposer sur la tombe de Jules Guérin une gerbe de bleuets, fleur des nationalistes français de la fin du XIX° siècle. Le centième anniversaire de Fort Chabrol, en septembre 1999, donnera lieu à une célébration d’un éclat tout particulier.
Une photographie du Fort Chabrol de 1899 sera offerte à tout nouvel adhérent. Rappelons que le signe de ralliement du Grand Occident de France, présidé par Jules Guérin, était les deux poings (« Un dans la gueule des juifs, l’autre dans la gueule des francs-maçons » !), les frères deux-poings entendant faire pièce aux frères trois-points !


Petite chronologie
1860 : naissance de Jules Guérin.
1888 : 1° condamnation devant un tribunal de commerce.
1889 : Drumont fonde la Ligue nationale antisémitique de France.
Janvier 1898 : Guérin devient président de la Ligue antisémitique. Parution du J’accuse de Zola.
Août 1898 : création de l’hebdomadaire L’Antijuif, succès immédiat.
Février 1899 : tentative de coup d’Etat de Déroulède.
Mars 1899 : apogée de la Ligue, 40.000 adhérents en France.
14 août 1899 : début du Fort Chabrol.
21 septembre 1899 : Guérin se rend.
Janvier 1900 : Guérin est condamné à 10 ans de prison.
1910 : mort de Jules Guérin.


Pour plus d'informations

Monday, October 22 2012

Adrien Arcand - La croix gammée



Adrien Arcand - La croix gammée
Ce qu'elle représente

La croix gammée symbolise la lutte contre le destructeur de la race blanche.


Depuis leur dispersion les Juifs, répandus sur toute la terre,n'ont jamais cessé de former un tout compact, fanatiquement uni en ce qui concerne leurs intérêts nationaux. Ce sont les plus ardents des nationalistes, leurs livres sacrés et profanes en font foi. Qu'ils soient en Allemagne, en Angleterre, en France, aux Etats-Unis, en Pologne ou au Canada, les Juifs restent immuablement Juifs, à cause de ce profond nationalisme qui les caractérise. Là où ils se trouvent, ils n'ont pas voulu devenir des Allemands, des Anglais, des Français, des Américains ou des Canadiens, alors que les vieilles races romaine, celtique, gauloise, franque, etc., se sont fondues en groupes plus généralisés, plus souples et plus civilisés. La marche du temps et le travail des siècles ont raffiné et policé toutes les races, mais rien n'a pu altérer la juiverie et le juivisme. Ils sont exactement aujourd'hui ce qu'ils étaient au temps de Moïse, au temps du Christ et au temps de Maïmonides, les agents, les apôtres, les propagateurs du matérialisme.
Ceci s'explique parce que les Juifs, ne se considérant nulle part dans leur patrie, ne trouvant dans aucun pays un foyer de judaïsme, se sont confinés aux intérêts matériels des pays qui les recevaient, sans vouloir en accepter les intérêts spirituels et moraux. Si les Juifs subissent avec plus ou moins de loyauté le drapeau qui les héberge, parce que ce n'est jamais leur drapeau, ils se rangent tous unanimement sous la bannière de l'Etoile de Sion, faite de deux triangles entrelacés. C'est le symbole du nationalisme juif, leur emblème national, et ils l'affichent dans tous les pays où ils se trouvent. Dans leur lutte pour la domination du monde, les Juifs d' Angleterre mettent de côté le drapeau anglais, de même font les Juifs français en France, de même, les Juifs canadiens au Canada, pour reconnaître au dessus de tout et avant tout l'étendard sioniste. Seuls les sémites, ou descendants de Sem, arborent ce drapeau; le symbole des triangles entrelacés s'est même imposé chez certains Arabes. Devant l'assaut des Juifs contre les races blanches ou Japhétiques (issues de Japhet), celles-ci tendent à graduellement se liguer dans un vaste mouvement défensif. Ce n'est pas par suite de propagande allemande, mais parce que tous ont conscience de la même attaque et ressentent le même danger, que tous les pays tendent simultanément vers un antisémitisme protecteur; c'est parce que chaque nation voit et constate ce que l'on a vu en Allemagne. Aussi a-t-on le spectacle d'une immense contraction, dans tous les pays de race blanche, pour se garer contre un péril dont on ne peut plus nier l'existence. La descendance de Japhet, dans un grand mouvement général et sous certains aspects inconscient, se lève pour répondre à l'offensive de la descendance de Sem.

Au-dessus de nos caractéristiques secondaires anglaise, française, italienne, allemande ou autre, il y a une grande caractéristique basique et fondamentale; nous sommes tous de race blanche. Si nous avons chacun, suivant notre patrie, un drapeau national, nous avons tous, en tant que membres de la race blanche, un emblème commun qui la symbolise : la croix gammée ou swastika, dont nous donnons la reproduction en page frontispice. La croix gammée n'est pas un symbole hitlérien ni un emblème national. C'est un étendard générique qui rassemble sous son ombre tous les membres de la race indo-aryenne, à laquelle les blancs appartiennent. Si ce signe est si haineusement dénoncé par les Juifs, c'est parce que les sémites ne peuvent pas s'en prévaloir. Le Juif peut se réclamer du drapeau anglais, ou drapeau français, de n'importe quel symbole religieux qu'il accepte, mais jamais et pour aucune considération il ne pourra se mettre sous l'égide de la croix gammée, parce qu'aucune puissance ne peut en faire un indo-aryen.
La plus récente étude scientifique faite sur les origines de la croix gammée l'a été par le professent· W.-Norman Brown, D.Ph., de l'Université de Pennsylvanie, où il enseigne le sanscrit. Dans cette étude (août 1933), le professeur Brown, qui est un anti-hitlérien, affirme que la croix gammée a d'abord été employée dans les régions "japhétiques" (vallée de l'Indus, Baloutchistan, Troie, Suse, Chypre, Rhodes, Athènes) aussi lointainement que trois mille ans avant l'ère chrétienne, comme l'attestent les découvertes archéologiques; que cet emblème ne fut jamais employé par les sémites, qu'on ne le trouve pas dans les antiquités de leurs territoires. Depuis l'an 2,000 avant Jésus-Christ, le swastika fut toujours employé avec profusion par tous les groupes de la race indo-aryenne. Aujourd'hui, il forme un point de ralliement pour tous les "japhétiques" Blancs assaillis par les sémites dans une invasion et un combat non-sanguinaires, mais économiques, politiques et dont les conséquences sont identiques à celles d'une conquête armée.
Que l'on discute tant que l'on voudra la pureté de telle section indo-aryenne. il n'en reste pas moins que la race blanche est la race blanche, que les descendants de Japhet n'ont rien de commun avec les descendants de Sem, qu'ils diffèrent par des instincts fondamentalement opposés, que les tendances spirituelles des premiers ne pourront jamais s'allier aux tendances matérialistes des autres.

SS_Europe.jpg

Les fascistes antisémites de tous les pays ont adopté pour emblème la croix gammée, symbole de leur race. Bien que le fascisme soit énergiquement nationaliste, il trouve dans la croix gammée la clef d'un internationalisme qui doit répondre à l'internationalisme juif, puisque le combat engagé ne peut être gagné autrement. De même, bien que les fascistes antisémites soient positivement chrétiens, ils ne veulent pas traîner dans la poussière du combat la croix chrétienne, symbole religieux, parce qu'il ne s'agit pas d'une guerre religieuse. La croix gammée est et restera le symbole de ralliement de la race. blanche, dans son effort mondial pour se dégager de la domination économique et politique des Juifs. Comme les Juifs s'inspirent de leur Etoile de Sion, l'affichent, en font un mot d'ordre au sein de leur race, il faut que les "japhétiques" arborent sans crainte leur swastika, s'en inspirent, s'en fassent un mot d'ordre, afin que les peuples de race blanche cessent de s'entre-déchirer, de se craindre, de se laisser diviser par les Juifs, afin qu'ils puissent se comprendre, s'entendre et, écoutant la voix, de leur sang et leurs instincts communs, parviennent à la véritable paix mondiale. Que partout flotte fièrement et victorieusement la croix gammée !

Adrien Arcand, 1933


Pour plus d'informations

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img4/deutchland.jpg

Sunday, October 21 2012

Jacques Bordiot - Le gouvernement invisible

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img18/Bordiot_Jacques_Le_gouvernement_invisible.jpg
Jacques Bordiot - Le gouvernement invisible

Quels sont les vrais pouvoirs qui dominent le monde ? Documents à l'appui, Jacques Bordiot répond à cette question en explorant les réseaux d'influence secrets qui assurent à une petite élite un contrôle absolu sur les destinées de la planète. Cette situation n'est pas récente. Au cours des siècles, diverses tentatives ont eu lieu, citons les plus connues : l'Ordre Templier et la Franc-Maçonnerie.
Au XXe siècle, les organisations secrètes à vocation mondialiste se sont multipliées et ont puissamment contribué au déclenchement d'événements importants comme la Révolution de 1917 ou, plus grave encore, la Seconde Guerre mondiale. Durant les trente dernières années, l'intégration croissante des sociétés développées au sein d'un seul vaste ensemble économique occidental, a facilité la tâche de groupes d'hommes influents qui mettent au point des stratégies concertées d'accession au pouvoir. C'est ainsi qu'en 1976 la Commission Trilatérale a mis au pouvoir Jimmy Carter, aux États-Unis et un homme comme Raymond Barre en France.
Quels sont les vrais objectifs de ce « Gouvernement invisible » du monde ? Quels sont leurs moyens ? Des questions graves auxquelles Jacques Bordiot apporte une réponse documentée.

Pour plus d'informations

Préface.
A l'heure tragique où le monde se trouve confronté à l'éventualité d'un cataclysme cosmique, qui menace d'engloutir et nos personnes, et notre civilisation, pétrie de christianisme, sous la ruée de barbares sans foi ni âme, y a-t·il lieu de désespérer?
Telle n'est pas l'opinion du philosophe George Uscatesco, qui écrit : «Il est indubitable que l'Europe est actuellement un monde en crise. Mais ce n'est pas la première fois qu'elle passe par une telle épreuve. Bien mieux, le phénomène de la crise lui appartient presque en exclusivité, est consubstantiel à son existence. Alors que les autres formes de cultures connaissent des époques de décomposition et de longues étapes de statisme et de pétrification, l'Europe procède par crise, progrès antagonique, conflit permanent qui affirme son devenir historique et sa capacité constante de rénovation. La crise, époque stérile, est, dans son histoire, à la fois sépulcre et berceau. Le passé et l'avenir, forces vivantes, luttent et s'harmonisent par-dessus le désert du présent. Les moments les plus aigus de la crise engendrent d'eux-mêmes les suprêmes élévations, les instants les plus sublimes de sa culture et de son histoire».
La crise, «à la fois sépulcre et berceau», est à l'Histoire ce qu'est au grain de blé la germination sous terre : il disparaît après avoir produit l'épi, né de sa propre substance. ...

Saturday, October 20 2012

Alain Soral - Conseils de lecture - Octobre 2012 Kontre Kulture




Charles Maurras - Si le Coup de force est possible
Pour plus d'informations

Yacht People

Otto Weininger - Sexe et caractère - Anglais

Otto Weininger (1880-1903) est un philosophe autrichien d'origine juive. Inadapté au système scolaire en raison de sa précocité intellectuelle, il obtient néanmoins le titre de docteur en philosophie à Vienne. Considérant le judaïsme comme une idéologie amorale, il se convertit au protestantisme en 1902. L'année suivante, Weininger publie Sexe et caractère, ouvrage dédié à l'analyse des rapports entre les archétypes masculin et féminin. Il se suicide quelques mois plus tard à l'âge de 23 ans.
La problématique de Sexe et caractère est dictée par le contexte social et politique. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, les mouvements féministes ont pris beaucoup d'ampleur aux États-Unis et en Europe occidentale, notamment autour de la question du droit de vote. Dans Sexe et caractère, Weininger s'interrogera sur les analyses que la biologie, la psychologie et la philosophie toutes ensemble peuvent apporter au débat sur ce que ses contemporains nomment déjà « l'émancipation des femmes ».

Friday, October 19 2012

R. L. M. - Histoire sommaire de l'affaire Dreyfus




R. L. M. - Histoire sommaire de l'affaire Dreyfus


L'affaire Dreyfus
II n'y a pas de faits divers en histoire. Si chaque événement a des causes occasionnelles, il a aussi des causes profondes, qui, seules, en expliquent vraiment la genèse et le développement. L'affaire Dreyfus ne fait pas exception a la règle. Pour comprendre les proportions et la tournure qu'elle a prises, le rôle qu'elle a joue pendant plusieurs années dans la vie publique de la France, il faudrait remonter d'une part aux origines du mouvement nationaliste, héritier du boulangisme, d'autre part a celles du mouvement antisémitique.
Ce dernier a commence a se dessiner en France il y a une vingtaine d’années ; ses étapes sont marquées par la catastrophe de « l'Union Générale » en 1882, la France Juive de Drumont en 1886, la fondation de la Libre Parole en 1892. Sans tenter d’écrire l'histoire de ces deux mouvements, il faut retenir que c'est eux, et eux seuls. qui ont pu créer dans le pays, et spécialement dans l'armée, l'état d'esprit nécessaire a l'éclosion et a l’exaspération d'une affaire qui, de sa nature, aurait du avorter en germe ou rester cantonnée dans l'ordre exclusivement judiciaire.
Des les débuts du reveil antisémitique, les efforts des plus persévérants de ses promoteurs furent dirigés contre la situation que les officiers israélites occupaient dans l'armée française et qui, pour beaucoup de catholiques intransigeants. était un sujet de scandale. Une des premières campagnes de la Libre Parole fut dirigée contre eux ; elle aboutit aux duels successifs du capitaine Cremieu-Foa contre Drumont et Lamase, puis du capitaine Mayer contre le marquis de Mores, duel qui se termina par la mort de l'officier juif (28 juin 1892). L'affaire Cremieu-Foa-Mayer est le prélude de l'affaire Dreyfus : l'observateur perspicace aurait pu y découvrir comme une ébauche des préjugés, des passions, des procédés que nous allons voir en pleine vigueur deux ans plus tard; déjà même y figurent certains acteurs du drame : le capitaine Esterhazy fut un des témoins de Cremieu-Foa.



Pour plus d'informations


Thursday, October 18 2012

Henry Coston - Les technocrates et la synarchie


Henry Coston - Les technocrates et la synarchie
Lectures françaises Numéro spécial

On a beaucoup parlé de la Synarchie.
On parle beaucoup des technocrates.
Nous n'avons pas l'impression que l'on sache très bien ce qu'est l'une et ce que veulent les autres.
La Synarchie est-elle une société secrète cherchant à s'emparer de pouvoir politique et économique en plaçant ses affiliés aux rouages essentiels de la République ?
Avait-elle, comme on l'a prétendu, mis la main sur l'appareil administratif de l'Etat français en 1940-1944 ?
Etait-elle seulement l'émanation d'un super-capitalisme déclinant ou, au contraire, le lieu de rencontre d'un capitalisme rénové et de hauts fonctionnaires ambitieux ?
Et les technocrates forment-ils une nouvelle classe dirigeante, une caste de privilégiés contrôlant toutes les ressources de la nation et détenant, directement ou indirectement, tous les moyens de production ?
Ont-ils noyauté l'Administration et domestiqué le Gouvernement comme on l'assure depuis quelque temps ?
Notre économie est-elle déjà soumise à leur domination ?
Dans ce numéro spécial de Lectures Françaises, nous essayons de répondre à toutes ces questions. Nous le faisons avec une entière bonne foi. S'il nous arrive, parfois, d'être durs envers certains hommes ou certains groupes d'hommes, nous prions le lecteur de croire qu'il n'y a de notre part aucune animosité, ni aucun calcul. Nous attachons plus d'importance aux idées et aux faits qu'aux hommes, et les technocrates dont nous parlons nous intéressent moins que la technocratie elle-même.
Nous le disions déjà pour les financiers dans nos précédents ouvrages : les hommes qui, aujourd'hui, nous semblent nuisibles peuvent devenir, demain, d'excellents serviteurs de l'Etat. C'est le Système qui est mauvais, et non les hommes qui profitent du dit Système. Changez le Système, mettez à sa place un système où l'Etat ne sera plus la proie des puissances d'argent et des technocrates, et tout redeviendra normal.
La nation a besoin d'organisateurs, d'ingénieurs, d'administrateurs, de grands commis. Faisons en sorte que les idéologues de la Technocratie ou les réalistes de la Haute Banque, qui nous promettent l'abondance et la liberté, ne nous réduisent pas à la misère et à la servitude.

H. C.


Pour plus d'informations

Wednesday, October 17 2012

Paul Champion - La dynamite et la nitroglycérine


Paul Champion - La dynamite et la nitroglycérine

Historique, préparation, propriétés.
Emploi, modes d'explosion, appareils électriques.
Applications à la guerre et à l'industrie.
Torpilles.

La dynamite est un explosif fabriqué à base de nitroglycérine. Inventée par Alfred Nobel en 1866, la dynamite a été très utilisée, notamment dans l'industrie minière, jusqu'à son remplacement par des explosifs plus puissants et plus faciles à manipuler.

Pour plus d'informations

Tuesday, October 16 2012

Sentinel UFO News


Sentinel UFO News
OVNI - Mystère du Monde - Trésors cachés

Le groupe Sentinelle fut créé en 1995 par Patrice Roger, Hervé Clergot, Philippe Guignard et Nathalie Nawoy.
Il s'agissait d'une association regroupant une centaine de membres réfléchissant sur les différents mystères qui nous entourent : ufologie, anciennes civilisations, paranormal, gouvernement secret. Le groupe diffusait trimestriellement la revue "Sentinel UFO News", diffusion qui s’arrêta en 2007.
Ils furent, entre autre, représentés aux Premières rencontres ufologiques européennes de Chalons en Champagne du 14 au 16 octobre 2005.
Patrice Roger, son président, est décédé le 6 décembre 2008.

Pour plus d'informations





Monday, October 15 2012

Louis-Claude de Saint-Martin - Le livre rouge Carnet d'un jeune élu cohen


Louis-Claude de Saint-Martin - Le livre rouge
Carnet d'un jeune élu cohen

Revue Atlantis N° 330 Janvier-Février 1984
Je te prierai pendant que je me porte bien, afin que tu ne m'oublies pas lorsque je serai malade.

Les pages que voici sont offertes pour l'admiration et la méditation. Une critique externe et interne en soulignerait devant le lecteur divers aspects dont la meilleure perception viendrait fortifier le besoin d'une étude en profondeur. Elle serait ici déplacée. Contentons-nous donc de résumer, en guise d'avis, les principaux résultats auxquels cette critique aboutit. Le texte suivant a pour auteur Louis-Claude de Saint-Martin, le Philosophe inconnu (1743-1803), «le plus instruit, le plus sage et le plus élégant des théosophes modernes», au jugement de Joseph de Maistre.

Pour plus d'informations

Sunday, October 14 2012

Pierre-Joseph Dumont - Histoire de l'esclavage en Afrique




Pierre-Joseph Dumont - Histoire de l'esclavage en Afrique
(Pendant trente-quatre ans)

Les esclaves chrétiens étaient souvent si abondants et si bon marché qu'il n'y avait aucun intérêt à s'en occuper; beaucoup de propriétaires les faisaient travailler jusqu'à la mort et achetaient des remplaçants.


Pour plus d'informations

Voir aussi :
Delafosse Maurice - Les noirs de l'Afrique
L'esclavage en Afrique par un ancien diplomate
Juifs, esclavagistes, trafiquants
Charles Amblont - La vraie nature de l'islam
Roger Dommergue Polacco de Ménasce - Le martyre et l'holocauste des nègres par les juifs trafiquants esclavagistes

Saturday, October 13 2012

Willis A. Carto - Populism vs plutocracy


Willis A. Carto - Populism vs plutocracy
The universal struggle

What is populism ?
All the politicians today want to be called “populists.”
And the media is constantly talking about populism.
But what exactly is a populist? What is populism?
Populism vs Plutocracy: The Universal Struggle is the only complete record of the history of American populism, as embodied in the lives of America’s populist heroes and statesmen...
Edited by W. A. Carto, this unique work shows that populism is much more than a counterfeit label for demagogic politicians to sew on their tattered and soiled garments. Populism has profoundly significant meaning to the people of America and the world. Today with communism as an ideology rightly perceived as failed and discredited, populism stands, taller than ever, as the only obstacle in the path of plutocrats who seek to reduce all of the people of the world to economic and political slavery under a Global Plantation. Thus the populist alternative is a critical subject.

In these pages are colorful biographies of some of America’s best-known populists (and some not so well-known) with emphasis on the populist philosophy that guided them in the public arena...
Do you know who these great populist figures are?
• Two American presidents (See Chapter I and Chapter II)
• Two of America’s most powerful newspaper publishers (See Chapter VI and Chapter X)
• Two of the most influential (and controversial) American men of letters (See Chapter XI and Chapter XIII)
• The greatest inventor in modem history (See Chapter HI)
• A Catholic priest (See Chapter XVII)
• An industrial giant—a household name (See Chapter VII)
These are just a handful of the fascinating subjects profiled in this momentous volume that is so timely and needed...

About the editor : Willis A. Carto, a native of Indiana, is best known as the founder and treasurer of Liberty Lobby, the Washington, D.C. based populist Institution (established in 1955). Carto is also the publisher of The Barnes Review, a monthly historical journal with readers in 31 nations around the globe.


Willis A. Carto

Friday, October 12 2012

Gimme Dieu - Le retour des vieux


Gimme Dieu - Le retour des vieux

Parodie littéraire de Le retour des Dieux de Jimmy Guieu.
Le retour des Dieux, une aventure de Gilles Novak et Régine Véran de Jimmy Guieu devient : Le retour des Vieux. Une aventure de Jules Nova et Régine Varan de Gimme Dieu.
Ecrit en 1985, il paraît qu’à l’époque Jimmy Guieu n’avait pas du tout apprécié. Il est vrai que la parodie n’y va pas de main morte…

Thursday, October 11 2012

Jimmy Guieu - Nos Maîtres les Extraterrestres


Jimmy Guieu - Nos Maîtres les Extraterrestres
(Le monde étrange des contactés)
Nouvelles révélations Demain le chaos !

Depuis la fracassante déclaration de John Lear (fin 1988), confortée par celles de Milton William Cooper et de Bill English, nous savons qu'une espèce extraterrestre (les «Gris»ou «Petits Gris»), fin des années 40, a conclu un accord avec le président Harry Truman et, ultérieurement, avec Staline. Moyennant leur hébergement dans des terriers à grande profondeur, sous des bases militaires, les Gris offraient en échange aux Américains des transferts de technologie. Un leurre qui précéda ou suivit la création du Majestic 12 ou MJ 12, véritable gouvernement secret à l'échelle planétaire exerçant sa mainmise sur la drogue, la géopolitique et la géoéconomie. Cette super-mafia sut habilement, dès le début, s'assurer le concours d'une part importante de la communauté scientifique destinée à exercer un véritable terrorisme intellectuel sur tous ceux qui oseraient discuter son infaillibilité, ses fondements, ses méthodes, ses ukases. Ces naïfs scientistes n'eurent aucun mal à convaincre les médias à coups d'affirmations péremptoires: les soucoupes volantes (on ne les appelait pas encore OVNI) et les prétendus Extraterrestres (plus tard ridiculement surnommés les «petits hommes verts») ne sont que fariboles, canulars ou hallucinations.
Et les médias ont marché, répandant à leur tour ces sornettes! Une formidable entreprise de debunking (déboulonnage, dépréciation systématique) rendue possible grâce à une longue chaîne de propagandistes facilement bernés ou bien par des renégats, parfaitement au courant de la vérité; cela à tous les niveaux de la société, jusques et y compris, depuis guère plus d'une décennie, certaines catégories d'ufologues/sociopsychologues qui font le jeu de la conspiration. Distillée par le MJ 12, cette propagande négative, si elle n'est pas fermement combattue, ne peut qu'aboutir à une «solution finale» monstrueuse... Déjà arrêtée, planifiée, comme surent le faire Hitler et ses hordes barbares avant de passer de la théorie à la pratique! (A se demander si les Gris, déjà, ne tiraient pas un tantinet les ficelles dans les coulisses de l'histoire occulte de l'humanité...) Et pourquoi ce noir «futurible» ne deviendrait-il pas réalité dans la mesure où le monde entier, depuis 1947, a été conditionné pour réagir par le scepticisme, l'hilarité ou la négation viscérale face au problème des OVNI et des «petits hommes verts»? Attitude sécurisante qui dispense de réfléchir.
Lors de la parution de mes romans-vérité E.B.E. alerte rouge et E.B.E. 2: l'entité noire d'Andamooka, j'ai été invité à participer à diverses émissions TV: Ciel mon mardi, Merci et encore Bravo, La Grande Famille et d'autres. Je suis reconnaissant aux producteurs ou animateurs de ces émissions de m'avoir ainsi permis de m'exprimer sur un sujet aussi grave, hélas! trop souvent tourné en dérision. Ces émissions ont incontestablement contribué à sensibiliser l'opinion publique. Il sera de plus en plus difficile de diffuser des programmes sur l'ufologie en ne faisant appel qu'aux «spécialistes» (ou prétendus tels) frileux et aseptisés, se protégeant derrière des «peut-être», «on peut envisager que», «il semble que», «il se pourrait que nous ne soyons pas seuls dans l'univers», et gnagnagna et gnagnagna! Doux ronron des mous, des indécis qui s'imaginent être des ufologues, mais qui ne sont généralement que les lèches-(soyons polis) bottes des «commissions soucoupes» officielles créées pour tromper le public!
Cela posé et gardé en mémoire, amis lecteurs, vous pourrez alors valablement aborder cette adaptation du Monde étrange des contactés entièrement revue, augmentée, inchangée sur le fond, mais conçue dans une optique nouvelle indispensable. Et tenir compte essentiellement qu'en 1985, en écrivant la version initiale de ce document, j'ignorais comme tout un chacun l'existence du MJ 12. Enfin, clans le but de ne pas alourdir les annotations, renvois et notes infrapaginales, mes romans-vérité E.B.E. alerte rouge et E.B.E. 2: l'entité noire d'Andamooka seront simplement désignés par E.B.E. 1 et E.B.E. 2.
J.G.

Pour plus d'informations
Les ouvrages de Jimmy Guieu

Wednesday, October 10 2012

Jimmy Guieu - Le retour des Dieux


Jimmy Guieu - Le retour des Dieux

Au niveau « fictionnel », ce roman met en scène la toute première aventure de Gilles Novak, journaliste de l’étrange, projection romanesque de Guieu lui-même, qui reviendra pour d’autres aventures, dont l' « Ordre vert », et prendra de l’importance au point de déboucher sur la série « Gilles Novak et les Chevaliers de Lumière » dans les années 80.
C’est donc un temps fort, si ce n’est un roman-clé, dans l’œuvre de Jimmy Guieu. Celui-ci débute aux Saintes-Marie-de-la-Mer, dans la communauté des gitans en plein pèlerinage annuel.
Au niveau « docudrama », au programme de celui-ci :
- Les visites et interventions des extra-terrestres depuis l’aube des temps, et les guerres entre différentes factions de ceux-ci, ayant généré nos mythes et nos légendes, et qui se reflètent, quoique de façon déformée, dans nombre de nos textes sacrés.
- Le roman date de 1967, mais Guieu y met déjà en scène, avec 30 à 40 ans d’avance, la manipulation des foules via les différentes croyances religieuses grâce à des projections holographiques. Ce qui est aujourd’hui sérieusement évoqué soit sous l’angle d’une manipulation ET (lire les ouvrages récents faisant le lien entre Fatima et l’ufologie, dont le livre de Pinon), soit sous l’angle d’une manipulation humaine (l’inénarrable « projet Blue Beam »).
- Quelques éléments à glaner sur l’astrologie au niveau cosmique et les fameux cycles d’évolution nommés « ère », notamment l’arrivée de « l’ère du Verseau ».
Il est vrai qu’à l’origine, ce devait être un ouvrage documentaire titré « Opération Jésus », avant que Jimmy ne se fasse damner le pion par Jean Sendy et « Les Dieux nous sont nés ». Ses notes préparatoires ont donc été recyclées pour devenir ce roman.

Roman de Jimmy Guieu

Revue « LEM » N° 1, octobre 1989 (P. 30) :
Gilles Novak : Jimmy – si tu n’y vois pas d’inconvénients. Je préfère t’appeler par ton prénom plutôt que « Mon père » ou « Père », qui fait un peu « rétro » à mon goût – j’aimerais que tu me racontes quand et dans quelles circonstances je suis né, par l’opération de ton Saint-Esprit. Moi, je n’ai pas eu le bonheur de connaître ma Sainte Mère, comme mon grand et vénérable ancêtre Jésus, alors tu dois comprendre mon impatience et certainement aussi celle de tes innombrables lecteurs, ainsi que celle des lecteurs de L.E.M., à connaître la révélation de ce mystère.
Jimmy Guieu : Ma réponse rendra plus étrange encore ta question… mon fils ! La voici : en 1965, je rassemblais un maximum de documentation sur la période pré-christique et sur les textes sacrés, jusqu’à l’arrivée de Joseph et Myriam à Bethléem où leur fils vit le jour. Mon projet était alors d’écrire un ouvrage documentaire, « L’Opération Jésus », ouvrage démontrant à quel point la naissance du Sauveur ne devait rien au hasard, mais qu’elle résultait d’une longue préparation de la part des Extraterrestres (humanoïdes identiques à nous) qui ne dédaignaient pas, alors, conter fleurette à nos arrières-arrières (à la puissance « n ») grands-mères pour leur faire des enfants. Avec Myriam, nos Visiteurs et hôtes (ils avaient au moins une base-laboratoire sur notre globe : le Jardin d’Eden), point de galipettes, mais bien plutôt une insémination artificielle avec une semence E.T. dont la carte génétique, élaborée par les « dieux », donnerait fatalement naissance à un garçon aux pouvoirs Psi, au charisme exceptionnel.
En 1966, sur le point de commencer la rédaction de cet ouvrage, mon ami Jean Sendy m’adressa son livre « Les dieux nous sont nés », paru chez Grasset, que je dévorai… consterné ! Passionné, mais consterné de découvrir que Jean m’avait devancé ! Je renonçai donc à mon projet et m’attelai à la rédaction du roman « Le retour des dieux » (paru en 1967 et réédité chez Plon en 1985 dans la collection « S.F. Jimmy Guieu », N° 48)… où là, Gilles Novak, tu apparais la première fois !

Pour plus de romans

Monday, October 8 2012

Charles Maurras


Charles-Marie-Photius Maurras, né le 20 avril 1868 à Martigues et mort le 16 novembre 1952 à Saint-Symphorien-lès-Tours, est un journaliste, essayiste, homme politique et poète français, théoricien du nationalisme intégral.

Charles Maurras
Almanach de l'Action Française

Écrivain provençal appartenant au Félibrige, et agnostique dans sa jeunesse, il se rapproche ensuite des catholiques et dirige le journal L'Action française, fer de lance du mouvement Action française, autour de Léon Daudet, Jacques Bainville, et Maurice Pujos. Nationaliste et contre-révolutionnaire. L'Action française prône alors une monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée, mais également un anti-hébraïsme d'État et devient le principal mouvement intellectuel et politique d’opposition sous la Troisième République. Maurras est élu à l’Académie française le 9 juin 1938.
Maurras soutient le régime de Vichy, ce qui lui vaudra d'être condamné pour intelligence avec l'ennemi à la réclusion criminelle à perpétuité et à la dégradation nationale, le 28 janvier 1945. De cette dernière condamnation découle son exclusion automatique de l'Académie française. Il meurt en 1952.


Poignée de l'épée d'académicien de Charles Maurras

Sunday, October 7 2012

Miyamoto Musashi - Go rin no sho


Miyamoto Musashi - Go rin no sho
Traité des cinq roues (A book of five rings, English)

Au XVIe siècle, Miyamoto Musashi, samouraï invaincu par une vie de combats, maître ès armes et esprit de nombreux disciples, se retire dans une grotte quelques mois avant sa mort et rédige ce classique de la littérature universelle : traité des cinq roues.
Ce guerrier nous donne en un texte lumineux, l'essence des arts martiaux et le secret d'une stratégie victorieuse qui transcende la violence et devient art de vivre et d'agir. Attitude qui explique aujourd'hui les raisons des succès japonais dans tous les domaines.
Une leçon à méditer et à pratiquer: car l'esprit de l'art de l'épée peut s'appliquer à tous les gestes de la vie quotidienne.


Comment trouver La Voie seul :

Ne pas contrevenir à la Voie immuable à travers les temps.
Éviter de rechercher les plaisirs du corps.
Être impartial en tout.
N'être jamais cupide durant toute la vie.
N'avoir aucun regret dans les affaires.
Ne jamais jalouser autrui en bien ou en mal.
Ne jamais être attristé par toutes séparations.
N'éprouver aucune rancune ou animosité vis-à-vis de soi ou des autres.
N'avoir aucun désir d'amour.
N'avoir aucune préférence en toutes choses.
Ne jamais rechercher son confort.
Ne jamais rechercher les mets les plus fins afin de contenter son corps.
Ne jamais s'entourer, à aucun moment de la vie, d'objets précieux.
Ne pas reculer pour de fausses croyances.
Ne jamais être tenté par aucun objet autre que les armes.
Se consacrer entièrement à la Voie sans même craindre la mort.
Même vieux n'avoir aucun désir de posséder ou d'utiliser des biens.
Vénérer les bouddhas et divinités mais ne pas compter sur eux.
Ne jamais abandonner la Voie de la tactique.


Avant-propos :

J'ai voulu exprimer, pour la première fois, en un livre la Voie de ma tactique nommée Ecole de Niten dont j'ai poursuivi l'élaboration durant de nombreuses années. C'est ainsi qu'au début d'octobre de la vingtième année de l'ère Kan-ei (1643) je me suis rendu au mont Iwato situé dans la province Higo en Kyushu. J'ai salué le Ciel, me suis prosterné devant Avalokitesvara (Kannon) et me suis assis face aux Bouddhas.
Je suis un samouraï né dans la province Harima, et mon nom est Shimmen Musasgi-no-kami, Fujira-no-genshin. Je suis âgé de soixante ans. J'ai prêté attention aux Voies de la tactique dès ma jeunesse et j'eus mon premier duel à l'âge de treize ans. Pour ce premier duel, mon adversaire était Arima Kihê, bon sabreur de l'école Shintô que j'ai vaincu. A l'âge de seize ans, je vainquis Akiyama, fort au sabre et originaire de la province de Tajima. A l'âge de vingt et un ans, je me suis rendu à Kyoto et y ai rencontré les meilleurs sabreurs du Japon. Je les ai rencontré plusieurs fois en duel sans jamais être vaincu par aucun d'entre eux. Puis j'ai pérégriné à travers les provinces où j'ai rencontré plusieurs sabreurs de diverses écoles et bien que j'ai été jusqu'à avoir une soixantaine de duels avec eux, je n'ai jamais été vaincu par aucun. Tout cela se passa alors que j'avais de treize à vingt neuf ans environ.
Mais passé le cap des trente ans, je me mis à réfléchir sur ma vie et pensais: " Mes victoires ne provenaient pas de la supériorité de ma tactique, mais plutôt de qualités innées chez moi grâce auxquelles je ne me suis pas écarté des meilleurs principes. Peut-être bien aussi que mes adversaires manquaient de tactique. ". Ainsi je décidais d'approfondir encore plus la Voie et continuais de me forger matin et soir et enfin, parvenu à la cinquantaine, l'unification avec la Voie de la tactique s'est faite d'elle-même en moi.
Depuis ce moment-là je n'ai plus aucune Voie à rechercher et le temps a passé. J'ai appliqué les principes (avantages) de la tactique à tous les domaines des arts. En conséquence, dans aucun domaine je n'ai de maître. Bien que j'écrive ce livre aujourd'hui, je ne fais aucun emprunt au bouddhisme ni aucun au confucianisme. Je ne me suis inspiré d'aucun récit militaire ancien ni d'aucun ouvrage ancien de tactique. J'ai voulu exprimer la raison d'être et l'esprit réel de notre école en y faisant refléter la Voie du ciel et Avalokitesvara (Kannon). J'ai saisi mon pinceau à quatre heures et demie du matin, à l'aube du dix octobre, et je commençai d'écrire.

Pour plus d'informations sur les arts matiaux

Saturday, October 6 2012

Bernadette de Gasquet - Abdominaux arrêtez le massacre

Bernadette de Gasquet - Abdominaux arrêtez le massacre

Faire des abdominaux peut-il être dangereux ? Oui, car le raccourcissement des grands droits, qui rapproche ainsi les épaules et les hanches, est néfaste pour le dos. Il accélère les descentes d'organes, peut aussi induire une incontinence et ne fait pas le ventre plat. Cette pratique doit être dénoncée. Le danger est encore plus grand quand on rajoute des haltères ou des poids.
Mais on peut aussi "faire des abdos" tout en préservant son dos, son périnée et en améliorant sa silhouette. Sans souffrir, en s'amusant, en variant les exercices, jusqu'à pratiquer une gymnastique "virtuelle". Finies les séries répétitives, monotones, épuisantes et source de douleurs lombaires. Mettez-vous aux "abdos futés" (au quotidien, dans le train ou avec un bébé dans les bras), aux abdos puissants (base des arts martiaux), au travail global (dos, abdominaux, périnée).
Comme dans ses précédents ouvrages, l'auteur donne d'abord les éléments permettant la compréhension du sujet: à quoi servent les abdominaux, comment travaillent-ils, comment les faire travailler en respectant la physiologie et en se faisant du bien, comment contrôler le résultat de sa pratique?
Ensuite, divers niveaux de pratique sont proposés au lecteur. Dans la vie quotidienne avec des séries accessibles à tous, puis des séries plus difficiles et des séries athlétiques. L'auteur traite ensuite des cas particuliers : maternité, ménopause, personnes ayant des problèmes de dos, de périnée, suites opératoires, personnes âgées ou à mobilité réduite. Dans tous les cas, la pratique est présentée avec une très grande précision, à grand renfort d'illustrations, ce qui permet de repérer toutes les erreurs.
D'abord professeur de yoga puis médecin spécialisé dans l'accompagnement des futures mamans et accouchées, Bernadette de Gasquet a été confrontée, dans le cadre de l'obstétrique, à la nécessité d'un travail corporel mécaniquement très précis. Toute erreur de position est sanctionnée de douleurs pendant la grossesse et de difficultés pour la naissance. Sa consultation de périnéologie l'amène à constater les effets de mauvaises pratiques corporelles et les conséquences des pressions abdominales, en particulier dans les différents temps de la maternité ou à la ménopause.
Elle poursuit des recherches à la fois sur la biomécanique materno-foetale (avec des spécialistes de mécanique obstétricale) et sur la notion d'unité posturo-respiratoire (avec des spécialistes de médecine physique, de périnéologie, de gastro-entérologie, d'urologie et de gynécologie).

Pour plus d'informations

Friday, October 5 2012

Téder - Rituel de l'ordre Martiniste


Téder - Rituel de l'ordre Martiniste
Henri-Charles Détré, membre du supérieur Conseil de l'Ordre

Rituel de l'Ordre Martiniste dressé par Teder, édité par Demeter, sous la direction du Suprême Conseil de l'Ordre.
Héritier des enseignements de Martinez de Pasqually et de Louis-Claude de Saint-Martin, chargé de l'aura de mystère et de renommée qui entoure les supérieurs inconnus détenteurs de secrets rosicruciens, réinventé à la fin du XIXe siècle par Papus, l'ordre martiniste attire les plus célèbres ésotéristes du temps : Guaita, Sédir, Guénon... Discret, si ce n'est secret, volontiers élitiste et fermé, le martinisme contemporain continuant l’œuvre de ces maîtres, est méconnu. Et si se sources historiques sont étudiées, ses rituels ne sont pas accessibles. Ce rituel, publié à très petit nombre en 1913, hors commerce et réservé aux seuls dignitaires de l'ordre, est offert pour la première fois au lecteur. Dressé par Téder (Henri Charles Détré), il comprend non seulement les rituels d'initiation, le rôle des officiers et l'organisation administrative mais aussi l'explication de ses symboles fondamentaux: les luminaires, le masque, le manteau...


Préface
Quand, à la décadence de l'Art Royal, les Rosicruciens d'Angleterre déposèrent dans le symbolisme neuf d'une Corporation ouvrière le secret de leurs opérations. ils crurent que la tradition de leur art passerait aux générations futures dans toute sa pureté. Tout ingénieuse qu'elle était, l'intention de ces Adeptes ne fut pas remplie; nulle part la Science sacrée ne supporta de plus graves mutilations que dans le sein de cette Corporation. qui finit par descendre au rang d'une société ignorante de sa propre nature et de son but primitif.
Martinez de Pasqually et son disciple Louis-Claude de Saint-Martin, contemporains des derniers Rosicruciens d'Angleterre, ne virent pas la nécessité de confier à des associations vénales les Traditions hermétiques qu'ils conservaient; mais ils réunirent autour d'eux un petit nombre d'Hommes de Désir, prêts à faire le sacrifice de leur personnalité, sans autre espoir de récompense que de transmettre à quelques disciples, soigneusement choisis, les enseignements lumineux des Hiérophantes de l'Antiquité et de leurs successeurs, les Kabbalistes et les Docteurs Hermétiques du Moyen Age.
Le Martinisme vécut obscurément. loin des convulsions des sociétés. au moins dans le Cercle extérieur et absorbé dans la contemplation des grands mystères de la Nature, jusqu'à ce que le mouvement universel vers l'idéalisme eût apporté partout un témoignage éloquent en faveur de l'opinion avancée par les observateurs sincères : à savoir, que le matérialisme est incapable de répondre aux besoins impérieux de l'homme de science; que le cléricalisme est odieux à l'homme qui a de véritables sentiments religieux; qu'un cœur pur se révolte devant la lutte répugnante entre une philosophie Impotente et une théologie corrompue, et demande que toutes deux soient à jamais ensevelies sous le souverain mépris de l'homme.
Aujourd'hui des milliers d'hommes et de femmes cherchent un refuge dans la Sagesse des Anciens, dans la Science de ce temps qui ne connut ni persécution religieuse, ni intolérance scientifique, de ce temps où la sagesse d'un initié aux Mystères Égyptiens, la richesse d'un adorateur de Moloch et l'habileté d'un sectaire de Mithra travaillèrent avec la plus sublime harmonie à la construction d'un Temple érigé au Dieu d'Israël, temple dans lequel une Idolâtre, le belle Reine de Saba, et un autre idolâtre, Alexandre le Grand, vinrent adorer le Saint des Saints.
En présence de ce retour fatal vers la Sagesse de l'Antiquité qui a produit Rama, Krishna, Hermès, Moïse, Pythagore, Platon et Jésus, le Martinisme, dépositaire des Traditions sacrées, sort de son obscurité volontaire et ouvre ses sanctuaires de science aux Hommes de Désir capables de comprendre ses symboles, encourageant celui qui est ardent, détournant celui qui est faible, jusqu'à ce que la sélection spéciale de ses Supérieurs inconnus soit complète; alors, le Martinisme dissoudra ses Assemblées et retournera à son sommeil séculaire.
Le présent Rituel renferme la philosophie de Notre Vénérable Maitre, basée essentiellement sur les théories empruntées aux Egyptiens par Pythagore et son École. Il contient, dans son symbolisme, la clef qui ouvre le "monde des Esprits qui n'est pas fermé"; secret ineffable, incommunicable, uniquement compréhensible au véritable Adepte.
Ce travail ne profane pas la sainteté du voile d'Isis par d'imprudentes révélations.
Car celui-là seul qui est digne et qui est versé dans l'Histoire de l'Hermétisme, de ses doctrines, de ses rites, de ses cérémonies et de ses hiéroglyphes, pourra pénétrer la secrète, mais réelle signification du petit nombre de symboles offerts ici à la méditation de l'Homme de Désir.

Pour plus d'informations

Thursday, October 4 2012

Aline de Diéguez - Aux sources de l'escroquerie de la Réserve Fédérale


Aline de Diéguez - Aux sources de l'escroquerie de la Réserve Fédérale
Le machiavélisme des hécatonchires de la finance internationale

Que peuvent les lois, là où seul l'argent est roi ?
Pétrone

Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu'il y aurait une révolution avant demain matin.
L'industriel Henry Ford



On parle ici et là de " finance de marché ", d' " ingénierie financière de Wall Street " de " non-coïncidence de l'intérêt des parties «, de "dysfonctionnements structurels de la finance dérégulée" du "rôle des monnaies ", comme si les opérations financières étaient mues par un petit moteur intérieur, se déroulaient dans la stratosphère et n'étaient pas connectés à la politique des Etats.
J'ai voulu montrer que derrière le théâtre d'ombres du vocabulaire abscons de spécialistes, des mains bien réelles s'activent dans les coulisses, les mains avides des hécatonchires de la finance internationale. Derrière les chiffres, les graphiques et les abstractions, une poignée d'hommes en chair et en os agissent. Leurs cerveaux échafaudent les plans par lesquels ils défendent avec ténacité, et de génération en génération, des intérêts privés au détriment des intérêts des nations.
La crise financière actuelle n'est incompréhensible que pour ceux qui ne veulent pas savoir. C'est pourquoi j'ai essayé de remonter à sa source et de montrer que si le meccano s'est déréglé une fois de plus, c'est qu'il est programmé de telle sorte que des crises périodiques sont inscrites dans le patrimoine génétique de son code de fonctionnement parce que ces crises sont hautement profitables à ses concepteurs.
Il se peut que l'exceptionnelle habileté des spéculateurs de la "finance déstructurée" à jouer à saute-mouton par-dessus les crises qu'ils ont régulièrement provoquées depuis plus d'un siècle, les ait à ce point enhardis que leur voracité a, cette fois, détraqué la machinerie monétaire dont ils avaient si ingénieusement ajusté les rouages. Peut-être apprendrons-nous dans un très proche avenir qu'une nouvelle "conspiration des hécatonchires" est en gestation en quelque île des Caraïbes ou du Pacifique afin, diront-ils, d’œuvrer pour le salut de l'humanité et de "sauver" le système monétaire.


Pour plus d'informations
Aline de Diéguez

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius