You are not logged in.

WAWA CONSPI - The Savoisien

Exegi monumentum aere perennius

Announcement

#1 22-03-2010 14:48:14

SigelVictoria
Guest

Léon Degrelle

______________________________________________________________________________

LEON DEGRELLE

______________________________________________________________________________

Leon_Degrelle_2.jpg

VIDEOS  -  AUDIOS

______________________________________________________________________________



http://www.histoireebook.com/index.php? … relle-Leon



______________________________________________________________________________



Brasillach Robert - Léon Degrelle et l'avenir de Rex
http://www.histoireebook.com/index.php? … nir-de-Rex



______________________________________________________________________________



Eggon Olivier
http://www.histoireebook.com/index.php? … n-Degrelle
Mémoire sur l'impossible extradition de Léon Degrelle



______________________________________________________________________________



degrelle_wallonie.jpg

#2 19-04-2010 00:02:07

Riton le Besogneux
Guest

Re: Léon Degrelle

Léon Degrelle
Le fascinant Hitler

http://www.histoireebook.com/index.php? … ant-Hitler

Le cas récent des avatars posthumes du plus grand philosophe allemand du XXe siècle, Martin Heidegger, est exemplaire. Il a suffi, pour qu'il fût vomi, qu'on découvrît la déclaration qu'il avait prononcée en 1933, lorsqu'on lui avait offert, en Allemagne, une chaire d'université :
"Pour moi, il est clair que, mettant de côté tout motif personnel, j'entends accomplir la mission qui me permettra de servir de la meilleure façon le travail d'Adolf Hitler."
Une fois démasqué comme un hitlérien de 1933, le célèbre Heidegger, loué partout la veille par la gauche unanime, devint, sur l' heure, un rebut de la philosophie! Son infamie, aussitôt, fut cornée par toute la presse de l'univers.

__________
CHAPITRE PREMIER : Hitler, quel Hitler ?
CHAPITRE II : Les gaz du IIIe Reich
CHAPITRE III : L'expert au travail
CHAPITRE IV : Les fours crématoires
CHAPITRE V : Combien de morts ?
CHAPITRE VI : Des siècles d'exagération
CHAPITRE VII : Les camps sans les gaz
CHAPITRE VIII : Les communistes, bourreaux des camps
CHAPITRE IX : Cinquante ans d'outrages
CHAPITRE X : Les cris des non-gazés
CHAPITRE XI : Le texte hitlérien du président Jenninger
CHAPITRE XII : L'avis du public

#3 30-07-2010 20:23:13

MimilleLaBordille
Guest

Re: Léon Degrelle

Léon Degrelle : persiste et signe
Interviews recueillies pour la télévision française par Jean-Michel Charlier

http://www.histoireebook.com/index.php? … e-et-signe

C’est le cœur de l’homme, et lui seul, qui est en état de faillite.
C’est faute d’aimer, c’est faute de croire et de se donner,
que le monde s’accable lui-même des coups qui l’assassinent.

Léon Degrellle

.Leon001_m.jpg

Voir aussi : http://www.the-savoisien.com/wawa-consp … .php?id=54

Je suis Belge et je sais de quoi je parle. A Liège, j'ai vécu toute la guerre et les tumultes de la Libération. Je sais la haine inexpiable et sans mélange que l'occupation allemande et la collaboration y allumèrent chez la plupart de mes compatriotes. A l'époque, jeune trotskiste idéaliste, j'ai moi-même partagé ce sentiment pour avoir vu des parents proches, des amis très chers, arrêtés, emprisonnés, déportés, mon père dénoncé trois fois à la Gestapo, et pour avoir, moi-même, été mis un an au travail forcé avant de rejoindre la Résistance.
Trente-cinq ans plus tard, cette exécration aveugle semble toujours aussi exacerbée chez beaucoup de mes compatriotes.
Seuls quelques-uns d'entre eux — et, chose singulière, surtout ceux qui ont combattu dans le camp des Alliés, avec l'idéal le plus pur et le plus désintéressé, comme le colonel de Lovinfosse, le soldat le plus décoré de Belgique et le chef de l'Intelligence Service en Belgique durant la guerre — se sont honnêtement interrogés et ont essayé, en conscience et en toute objectivité, de comprendre pourquoi tant de gens dont le patriotisme, le courage, la pureté d'intentions et la vocation du sacrifice étaient, a priori, au moins égaux aux leurs, ont pu, eux, passer dans le camp d'Hitler. Jusqu'à partager les théories du nazisme raciste. L'opportunisme, le hasard ou l'esprit de lucre paraissent des explications par trop courtes et trop simplistes.
En France, la situation est à peu près la même qu'en Belgique. A l'inverse de ce qui se passe aux Etats-Unis et en Angleterre, une craintive auto-censure pratiquée par tous les grands médias empêche qui que ce soit d'aborder sans parti pris certains problèmes.
Et jusqu'ici, si absurde et injustifiable que cela puisse paraître en pays démocratique, raisonnable et tolérant, il était à peu près impensable, même dans une perspective strictement historique, d'espérer traiter impartialement et objectivement, à la radio ou à la télévision, de tout ce qui touchait au nanisme.
L'intervention sur les ondes d'un survivant de l'aventure hitlérienne — même officiellement innocenté de tout crime de guerre, et témoignant sur des faits vieux d'un tiers de siècle — eût immanquablement suscité l'obstruction systématique et la fureur des professionnels de l'anti-germanisme et du pacifisme

Qu'apparaissent dans une émission — autrement que sous les traits de fantoches sanglants ou haïssables — Hitler, Mussolini, Pétain, Laval, Skorzeny (1), Borghèse ou Rudel (2), et aussitôt planent les menaces d'interdiction ou de déprogrammation (3), justifiées par la crainte de manifestations violentes ou de réactions de certains milieux qui, pour hautement respectables qu'ils soient, sont incapables d'impartialité.
Il est certain qu'on entretient parmi les journalistes des grands médias la fausse impression que, même à trente ou quarante ans de distance, le grand public reste à ce point traumatisé par les séquelles de la Seconde Guerre mondiale qu'on ne peut lui proposer, sous peine de réactions brutales, que des œuvres orientées, même si plus de la moitié de ce public n'était pas né au moment des faits.

degrelle_espagne.jpg
La radio et la télévision notamment considèrent auditeurs et téléspectateurs comme si immatures et dépourvus de sens critique, — voire de bon sens tout court — qu'elles s'interdisent, sur certains sujets, de soumettre à la réflexion et au jugement de leur auditoire témoignages non expurgés et documents dans leur authenticité brute et brutale. Chacun a pu en faire l'expérience maintes fois devant son poste de radio ou son petit écran. Encore que les choses commencent à changer, très lentement. Ce n'était pas le cas en 1976. Aussi n'était-il pas question que je me lance dans la réalisation d'un programme ayant pour personnage principal un général S.S., condamné à mort par contumace, réfugié dans la clandestinité et qui continue aujourd'hui à proclamer son attachement pour Hitler et pour le national socialisme, si révélatrice que puisse être une telle enquête, menée en toute objectivité.
J'avais lu plusieurs des livres de Léon Degrelle. Je savais de quelle façon il y « assassinait » certaines très hautes personnalités belges, disparues ou encore vivantes. C'était m'attirer gratuitement et avec certitude les pires ennuis que de tourner quoi que ce soit sur lui.
Voilà pourquoi, à la question insidieuse du journaliste qui m'interrogeait à ce sujet, je répondis sans hésiter que consacrer un « Dossier Noir » à Degrelle, c'était jouer avec de la dynamite.

_______________
(1) Responsable des missions spéciales de la SS ; notamment il fut le libérateur de Mussolini en 1943.
(2) Général qui commandait l'aviation d'assaut allemande durant la Seconde Guerre mondiale.
(3) Il suffit de se reporter à la récente affaire « Manouchian », interdite d'antenne durant trois semaines, sur veto des communistes français.

Last edited by MimilleLaBordille (30-07-2010 20:27:18)

#4 17-10-2010 18:59:38

Charognard
Guest

Re: Léon Degrelle

campaign_in_russia_leon_degrelle_waffen_ss.png

CAMPAIGN IN RUSSIA
The Waffen SS On the Eastern Front

THE EPIC OF THE VOLUNTEER WALLONIAN LEGION, A UNIT OF THE PAN-EUROPEAN WAFFEN SS, AS TOLD BY IT LEADER, LEON DEGRELLE



Leon Degrelle - Campaign in Russia.pdf

http://www.balderexlibris.com/index.php … -in-Russia



leon_degrelle.png

The Russians came at dawn, the better part of two regiments, men and tanks silhouetted against the blood-red sun as they moved forward across the steppe. Huddled among the peasants' huts of Gromovaya-Balka, the men of the Wallonian Legion awaited them, silently cursing the frozen earth, which had offered implacable resistance to their entrenching tools.
Against the oncoming Soviet troops-4,000 of them-and the 14 tanks which accompanied them, the 500 Belgian volunteers who held the village disposed of no weapons heavier than machine guns. Their only hope was to hold on until the German command , hard pressed all along the Samara front, could rush thew reinforcements badly needed in other sectors. Curporal Leon Degrelle crouched behind the frozen carcass of a horst' , sighting down the barrel of his MG34. He gave no heed to the bitter cold or to his injured foot, painfully broken two legs before.
The Russian artillery shells were already landing in the village, inflicting terrible casualties when they were on target. Now the Soviet infantry broke into a run, their blood-curdling battle cry, "Ourrah pobieda!, " "H urrah for victory!," ringing in the ears of the French-speaking Walloons, drowning out the cries of the wounded and dying. Degrelle and his comrades began to fire, tearing big gaps in the ranks of the advancing Russians ...

campaign_in_russia_leon_degrelle.png

Last edited by Charognard (17-10-2010 19:00:59)

#5 17-03-2011 20:39:33

Lou Som Pau II
Member
Registered: 06-03-2011
Posts: 554

Re: Léon Degrelle

LÉON DEGRELLE

LES ÂMES QUI BRÛLENT

Degrelle_Leon_Histoire.jpg

Leon Degrelle - Les ames qui brulent.pdf (372.8 KB)
http://www.balderexlibris.com/index.php … ui-brulent

Leon_Degrelle.jpg

PRÉFACE

Cet ouvrage, Les âmes qui brûlent, comprend une série de notes spirituelles que l’auteur écrivit au hasard de l’aventure de sa vie, avant et pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Chaque époque a son style, dépouillé ou ampoulé, classique ou romantique. A travers le style et audelà de l’écrivain se retrouvent certaines formes, certaines façons de penser propres à un temps.
Une partie de ces notes sont des réflexions de soldat, écrites alors que l’auteur – à tort ou à raison – combattait en Volontaire d’Europe au Front de l’Est, de 1941 à 1945, contre les armées des Soviets. Là aussi il n’y a pas à revenir sur la manière d’exprimer des sentiments qui étaient tels qu’on le dit et qui alors s’exprimaient ainsi.

Ce manuscrit était voué fort probablement à ne jamais paraître. Il fut découvert par le plus grand écrivain espagnol de notre époque, mort depuis peu, le Docteur Gregorio Marañon, membre des cinq Académies de son pays. Le Docteur Marañon n’avait politiquement rien de commun avec les mouvements autoritaires du Vingtième Siècle. Il appartenait à un libéralisme courtois, très étranger aux temps violents où comme un météore se consuma l’auteur de ces pages. Gregorio Marañon en lut par hasard le manuscrit, consacra les loisirs des deux dernières années de sa vie à le traduire en espagnol, dans une langue d’une pureté admirable. Il les présenta au grand public de son pays dans une introduction dont il lira la traduction en annexe. « Ces pages, écrivait Gregorio Marañon, sont d’une beauté impossible à surpasser, vibrantes de pathétisme humain ».
L’ouvrage connut en Espagne, sous le titre Almas Ardiendo, plus de cinquante éditions. Il se réédite toujours.

Mais l’auteur n’avait point fait imprimer cette oeuvre dans son texte original. Le lecteur de langue française d’après 1945 lui paraissait plus blasé que le public espagnol et presque imperméable à des méditations de cet ordre. L’ondulation d’une quelconque vampiresse de cinéma intéresse beaucoup plus le public moderne que le frémissement angoissé d’une âme. D’ailleurs, l’âme, qu’est-ce encore ? Les problèmes moraux, spirituels, importunent aujourd’hui l’homme et la femme dits à la page. Ils préfèrent les liquider d’un petit ton supérieur, ou condescendant, ou persifleur. Dans le meilleur des cas ils ne sont plus ressentis de la même manière. Ni les problèmes religieux non plus.

Néanmoins, les idées exprimées dans ces notes, les sentiments qui y vibrent ont entraîné l’adhésion de foules considérables. Ils peuvent donc encore présenter un certain intérêt, ne fût-ce que comme témoignage.
Dans une confession préliminaire l’auteur fait le point, a dit ses doutes, son désarroi, s’est livré, sans trop d’illusions, avec des flammèches d’espérance tout de même. Car, par-dessus les générations et les différences de vie et de style tout court, il y a, toujours, d’homme à homme, des correspondances spirituelles. Un garçon de vingt ans, des années après l’auteur de ce livre, peut connaître les mêmes vibrations. Celles-ci vivront jusqu’à la fin du monde. Qu’importe alors, au fond, la façon de les exprimer ou l’identité de celui qui les exprime ?...

Degrelle_delon.jpg
Naïf à travers tout, ou reste pur à force de lutter, ou détruit et transpercé par ses fautes et par ses souillures, le coeur de l’être humain est immuable quoi qu’on en dise et quoi qu’on y fasse. Ces notes s’adressaient à lui jadis.
En somme, elles s’adressent encore à lui aujourd’hui, mais sans que celui qui jette ces feuillets aux vents tourmentés de son époque sache bien si elles aboutiront à émouvoir ou simplement à faire ricaner ceux-là dont la mort intérieure a pris des couleurs d’ironie.

Last edited by LouSomPauII (17-03-2011 20:48:28)

Offline

#6 07-12-2011 22:20:15

Dejuificator II
Maîtres Ascensionnés V.I.P
Registered: 03-03-2011
Posts: 552

Re: Léon Degrelle

My Revolutionary Life CHAPTER ONE : Muzzling the Vanquished

Degrelle_Leon_-_My_Revolutionary_Life.jpg

http://www.balderexlibris.com/index.php … onary-Life

AN INTRODUCTION TO MY REVOLUTIONARY LIFE BY JOHN NUGENT. THE BARNES REVIEW is delighted and proud to announce the return to our pages of Gen. Leon Degrelle of Belgium after a one-year hiatus that seemed 12 months too long for many of our readers. After 10 years of le général’s piercing historical and military insights about prewar Europe and World War II, we have discovered in these pages another side of Degrelle, equally fascinating but very personal: the human who, like all great leaders, hid his suffering while the almost “superhuman” leader, warrior and, later, un - bowed leader in exile was out inspiring others. We meet a leather-tough visionary who experienced tragedies and triumphs like all mortals. But his were the great events of history, and he was the unique Leon Degrelle. This author of now 55 articles in THE BARNES REVIEW was in fact the last surviving World War II leader. Unlike ivory-tower historians who toe the establishment’s official line, Degrelle writes and speaks from personal encounters, discussions and hard questioning. He grilled Winston Churchill while dining with him at the House of Parliament restaurant. (Churchill confessed that were he a German he himself would be for Hitler.) Degrelle discussed war strategy and the escape of the English at Dunkirk with Hitler, who admired the forthright and dynamic Degrelle greatly. As one military commander to another, he met with Spain’s nationalist leader Francisco Franco, who later rescued him from violent postwar leftists. And he debated a Benito Mussolini whose strengths and weaknesses young Degrelle quickly penetrated.
A brilliant student of law, political science, religion, archeology, art and philosophy, at 26 Degrelle used his mind and heart to found the Rexist Party to end the ruthless rule of Belgium’s plutocrats and create a “national community” inspired by national and Christian values. By age 29 he was the biggest vote getter in the Belgian Parliament, getting 36 Rexist deputies elected with his spellbinding writing, oratory and superhuman energy. My Revolutionary Life will explain how this private man from a small French-speaking village could become the fiery political leader who turned Belgium upside down. It makes clear how a brilliant intellectual could thereafter switch from speeches to action when the war came, founding his own regiment of elite Waffen-SS infantry on the dreaded Eastern Front. There, the one-time wordsmith rose quickly from private to a supremely honored and decorated colonel through hand-to-hand combat and military leadership on the alternately fiery or freezing Russian Front. Degrelle the warrior was also Degrelle the mourner: of the 800 men in his regiment fighting the Red steamroller, only he and two comrades survived.

Last edited by DejuificatorII (07-12-2011 22:20:42)


Nous serons toujours là.

Offline

Board footer


Minds - VK - GAB - RSS

Balder Ex-libris - Histoire Ebook - Free PDF - Aryana Libris - PDF Archive

Aldebaran Video - Viva Europa - Le Gentil - Un grain de Sable

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius