You are not logged in.

WAWA CONSPI - The Savoisien

Exegi monumentum aere perennius

Announcement

#1 25-09-2010 13:55:53

AlasDeFuego
Guest

L'exorcisme en question

L'exorcisme en question

A voir ou revoir : Les lieux de prières détournés - Amorth Gabriele - Profession exorciste


.GiottoArezzo_m.jpg

Saint François et les diables, Giotto

Nous ne pouvons laisser dire et laisser ces personnes nous montrer un visage de l'Eglise catholique tronquée.
Nous avons offert les remarques que diffuse Virgo Maria (site fermé suite aux menaces et actions de rétorsions de ceux qui ont acquis les droits d'auteur des "sermons de Monseigneur Lebfevre". On peut toutefois retrouver quelques documents en cliquant sans crainte d'excommunication sur ce lien : Virgo Maria). Toutes sont censurés par ces manipulé(e)s. D'ailleurs rien que le pseudo du guignolo de service El Cristero devrait nous mettre sur la voie. Qui furent ces Christero ? Vous trouverez leur triste histoire. (Ce site est fermé ayant accomplie sa misérable mission de désinformation.

Nous n'appartenons à aucune religion connue et utilisée à des fins commerciales, politiques et manipulatrices du libre-arbitre, si ce n'est celle de connaitre leur origine commune. Nous sommes persuadés que chaque religion est nécessaire aux hommes, comme le sont les races, les langages et les nations. Le lien qui les uni reste le Christ.

http://www.youtube.com/watch?v=NpXZo1yskSc
Le Vatican est infiltré par des satanistes (Dom Gabriele Amorth)

Qu'est-ce qui nous fait sortir de notre neutralité coutumière, cet article concernant le Père Amorth, exorciste en chef du Vatican. Il élude le fait suivant :

______________________________________________________________________________

"D'après l'enseignement des apôtres, un jour viendra où Satan,
plein de rage contre Jésus-Christ et les chrétiens, regagnera le terrain qu'il a perdu,
affermira son règne et l'étendra au loin. Alors il se jettera sur Rome, parce qu'elle
est sa rivale et le séjour des Pontifes. Il s'en rendra maître, chassera le Vicaire de
Jésus-Christ, persécutera les vrais fidèles et égorgera les religieux et les prêtres."
(Cornélius a Lapide, Suarez, saint Robert Bellarmin.
Cité par Mgr Gaume, La Situation, 1860, page 28)

"Le Christ a permis ceci : que l’Antéchrist, tête de tous les schismatiques,
siègerait dans le temple de Dieu, que les siens (les vrais chrétiens) seraient
exilés, et que ceux qui ne sont pas les siens occuperaient un jour le siège de Pierre."
(Pierre le vénérable, De miraculis libri duo, livre II, ch.16; Bol. T.14, page 473).

Le nouveau rite de l’exorcisme de 2001 est « absolument inefficace »

Virgo Maria - 2008-05-08-B-00 - Exorciste de Rome

IMPORTANT - Témoignage stupéfiant et fracassant de l’exorciste de Rome Don Amorth dans une interview à « Trente jours » : « La fumée de Satan entre partout. Partout !
On nous a peut-être exclus de l’audience du Pape parce qu’on avait peur que tant d’exorcistes ne réussissent à chasser les légions de démons qui se sont installées au Vatican.
»

Ratzinger est complice de cette annulation du rite traditionnel de l'exorcisme. Le nouveau rite a été instauré pour protéger Satan, peut-on déduire des propos de Don Amorth.

Un parallélisme évident entre la suppression du rite traditionnel de consécration épiscopale et la suppression du rite traditionnel de l’exorcisme

Vous allez être stupéfié par ces déclarations accablantes de Don Amorth.
L’exorciste officiel de Rome démontre la volonté du Vatican de protéger le démon par l’instauration d’un rite d’exorcisme délibérément conçu pour être inefficace.
Le parallèle peut être fait entre la création de ce rite d’exorcisme et la création du nouveau rite de consécration épiscopale du 18 juin 1968 (Pontificalis Romani).

Dans les deux cas, ces nouveaux rites conciliaires sont inefficaces et impropres à produire leur finalité.
    * Dans le cas du « faux » exorcisme conciliaire, ce nouveau rite conciliaire ne chasse pas les démons.
    * Dans le cas de la « fausse » consécration épiscopale conciliaire, ce nouveau rite conciliaire ne confère pas la Plénitude du Sacerdoce sacrificiel catholique avec les pouvoirs sacramentels propres à l’évêque catholique, en particulier ce nouveau rite conciliaire ne confère nullement le pouvoir sacramentel épiscopal de transmettre le Sacerdoce sacrificiel catholique[1].

     1.   Dans le cas du « faux » exorcisme conciliaire, son inefficacité est visible, car les possédés ne sont pas délivrés.
     2.   Dans le cas de la « fausse » consécration épiscopale conciliaire, l’effet n’est pas directement visible, car le caractère épiscopal, ni la non-transmission du Sacerdoce sacrificiel catholique ne sont pas choses visibles ni mesurables.

Mais dans les deux cas, les effets sont les mêmes : « absolument nuls et totalement vains » selon la conclusion de la Bulle infaillible Apostolicae Curae (1896) du Pape Léon XIII, à propos de la nullité des ordres anglicans.
Et dans les deux cas, ces innovations procèdent de la volonté de la secte rosicrucienne maçonnique – qui depuis longtemps contrôle étroitement la secte anglicane britannique – infiltrée aujourd’hui dans l’Eglise Catholique, et qui en a pris le contrôle des biens, de détruire le Corps mystique du Christ, en détruisant surtout tout spécialement le caractère sacrificiel du véritable sacerdoce catholique, et en interrompant d’abord sa transmission sacramentelle valide.

Un nouveau rituel d’exorcisme conçu pour être inefficace contre Satan
Le nouveau rituel empêche l’exorciste de chasser le démon, et tout particulièrement il interdit d’être pratiqué dans 90% des cas (les cas de maléfices), ni d’être entrepris s’il n’y a pas certitude absolue de présence du démon (contrairement au catéchisme catholique), alors que cette certitude absolue n’est précisément acquise que par l’administration même du rite de l’exorcisme.

     « Et nous, exorcistes (..) sur de nombreux points, nous n’étions pas d’accord avec le nouveau Rituel (…) le texte de base en latin est resté le même dans cette traduction revue. Ce Rituel tant attendu s’est transformé en farce. Une incroyable entrave qui risque de nous empêcher d’agir contre le démon »
     « Au point 15 (…) Le maléfice est le mal que l’on cause à une personne en recourant au diable (…) les mauvais sorts, les malédictions, le mauvais œil, le vaudou, le macumba  (…) Le nouveau Rituel déclare (…) catégoriquement, qu’il est absolument interdit de faire des exorcismes dans ces cas-là. Absurde. Les maléfices sont (…) au moins 90% des cas. C’est comme dire aux exorcistes de ne plus pratiquer l’exorcisme. »
     « Le point 16, ensuite, déclare solennellement qu’il ne faut pas faire d’exorcisme si l’on n’a pas la certitude de la présence du diable. C’est un chef-d’œuvre d’incompétence : la certitude que le démon est présent chez quelqu’un, on ne peut l’avoir qu’en faisant l’exorcisme. D’ailleurs, les rédacteurs du Rituel ne se sont pas aperçus qu’ils contredisaient, sur ces deux points, le Catéchisme de l’Eglise Catholique. »

Ce rite est tellement opposé à sa finalité prétendue, qu’il semble provenir d’incompétents ou d’ignorants, selon l’exorciste de Rome.
Nous émettons une autre hypothèse : ce rite est délibérément rendu inefficace afin de protéger l’action du diable dans le monde.
Don Amorth démontre que le rite a été conçu en tenant délibérément éloignées toutes les personnes qui avaient une compétence en matière d’exorcisme.

     « Les déclarations contenues dans le nouveau Rituel sont très graves et très néfastes. Elles sont le fruit de l’ignorance et de l’inexpérience.
     « Je peux affirmer avec certitude qu’aucun des membres de ces commissions n’a jamais fait d’exorcisme.
     « A l’improviste, le 4 juin 1990, est sorti le Rituel ad interim, c’est-à-dire à l’essai. Cela a été une vraie surprise pour nous, qui n’avions pas été consultés auparavant.
     « Nous demandions, entre autres, que soient retouchées les prières pour qu’y soient introduites des invocations à la Vierge, lesquelles étaient totalement absentes, et que le nombre des prières spécifiques d’exorcisme soit augmenté. Mais on ne nous avait laissé aucune possibilité d’apporter notre contribution quelle qu’elle fût.
     « J’ai réuni dix-huit exorcistes que j’avais choisis parmi les plus experts de la planète. Nous avons examiné le texte avec une grand attention. Nous l’avons utilisé. »

Ratzinger est complice de cette protection accordée à Satan
L’évêque apostat Wojtyla-Jean-Paul II et le « cardinal » abbé apostat Ratzinger (aujourd’hui Benoît XVI) ont été dûment informés de cette situation ahurissante de mépris envers les exorcistes catholiques lors de la rédaction du nouveau rite conciliaire, mais ils se sont bien gardés de ne rien faire pour intervenir ni modifier en quelque manière cette rédaction perverse.
L’abbé apostat Joseph Ratzinger a donc, en pleine connaissance de cause, été le complice de cette annulation du rite de l’exorcisme au sein de l’église conciliaire.

     « Lorsque nous nous sommes mis à examiner la partie pratique, qui demande une connaissance spécifique du sujet, l’inexpérience totale des rédacteurs est apparue en pleine lumière. Nous avons fait de nombreuses observations, article par article, et nous les avons fait parvenir à toutes les parties intéressées : Congrégation pour le culte divin, Congrégation pour la doctrine de la foi, Conférences épiscopales. Un exemplaire a été remis directement au Pape. »

Don Amorth a été confronté au mépris et à la calomnie de la part des autorités du Vatican qui ont supervisé la suppression du rite traditionnel de l’exorcisme catholique et imposé la création du nouveau rite conciliaire inefficace.

     « Comment vos observations ont-elles été accueillies ? Don Amorth : Accueil très mauvais, efficacité nulle (…)  nous nous sommes trouvés devant un mur de refus et de mépris »
     « Le secrétaire de la Congrégation pour le culte divin a fait une relation à la commission cardinalice dans laquelle il a dit que ses interlocuteurs, c’étaient les évêques et non les prêtres et les exorcistes ».
     « Et il a ajouté textuellement (…) « qu’un groupe d’exorcistes et de « démonologues », ceux qui par la suite se sont constitués en Association internationale, orchestrait une campagne contre le rite. » Une accusation indécente : nous n’avons jamais orchestré aucune campagne ! »

Pour Don Amorth, l’intention des faiseurs du nouveau rite conciliaire était de protéger l’action de Satan dans le monde en rendant inefficace les prières de l’exorcisme.

Wojtyla-Jean-Paul II a répudié 150 exorcistes officiels venus à Rome de toute la planète en refusant de les recevoir, malgré leur inscription préalable.
     « Cela veut donc dire que, pour vous, le nouveau Rituel est inutilisable dans la lutte contre le démon ? Don Amorth : Oui. Ils voulaient nous donner une arme émoussée. Les prières efficaces, des prières qui avaient douze siècles d'existence, ont été supprimées et ont été remplacées par de nouvelles prières, inefficaces. »
     « Nous avons organisé un congrès international d'exorcistes, près de Rome. Nous avons demandé à être reçus par le Pape (…) Mais la veille de l'audience, Mgr de Nicolo nous a dit (…) de ne pas nous présenter à l'audience, que nous n'étions pas admis. Incroyable ! 150 exorcistes venant des 5 continents, des prêtres parfaitement nommés par leurs évêques conformément aux règles du droit canon qui exigent des prêtres de prière, de science et de bonne réputation - et donc un peu la crème du clergé - qui demandent à participer à une audience publique du Pape et qui sont mis à la porte ! »

Depuis trois siècles, l’Eglise catholique a délaissé la lutte contre le démon
L’Eglise catholique a délaissé depuis trois siècles le ministère de l’exorcisme, ce qui explique l’extraordinaire ignorance des clercs face à l’ennemi et la réussite du complot contre l’Eglise depuis la Révolution française.
Ne rencontrant plus les défenses que les exorcismes établissaient autour de l’Eglise, le démon a pu, plus facilement, faire rentrer des loups dans la bergerie et placer ses suppôts dans des postes déterminants de la hiérarchie de l’Eglise, préparant ainsi le terrain pour Vatican II.

De façon très curieuse, les Orthodoxes se sont mieux protégés contre l’action du démon.

Cette baisse de la garde de l’Eglise explique la réussite du complot Rose+Croix-Anglican pour détruire le Sacerdoce sacrificiel catholique, et l’aveuglement persistant sur cette question des meilleurs parmi les membres du clergé catholique.

     « Vous vous battez contre le démon tous les jours. Quel est le plus grand succès de Satan ?
        Don Amorth : Réussir à faire croire qu'il n'existe pas. Et il y a presque réussi (…) Depuis trois siècles, l'Eglise latine - au contraire de l'Eglise orthodoxe et de différentes confessions protestantes - a presque entièrement  abandonné le ministère de l'exorcisme. Comme le clergé ne pratique plus les exorcismes, comme il ne les étudie plus et ne les a jamais vus, il n'y croit plus. Et il ne croit plus non plus au diable. »
     « Il y a des pays dans lesquels il n'y a pas un seul exorciste, comme, par exemple, l'Allemagne, la Suisse, l'Espagne, le Portugal. Une carence terrifiante ».

La FSSPX se refuse à nommer un exorciste et à entreprendre une lutte efficace contre Satan

L’évêque a le pouvoir de nommer un exorciste.
     Pourquoi donc, aucun des évêques de la FSSPX n’a nommé d’exorciste ?
     Pourquoi donc cette extraordinaire absence des quatre évêques de la FSSPX sur le terrain de la lutte contre Satan ?

Nous ne pouvons que constater que cette démission incompréhensible pour des évêques catholiques coïncide avec une absence complètement naïve et dangereuse du sens de l’ennemi et des complots contre l’Eglise au sein de la FSSPX.

La FSSPX s’est refusée à nommer un seul exorciste, et dans le même temps, l’abbé Grégoire Celier, l’Initiateur[2] des jeunes au ‘dieu mortel’ de l’apostasie, le nouveau ‘théologien[3] hygiéniste’ IUT Bac+2[4] de la FSSPX, amateur spécialiste du rockeur sataniste drogué Jim Morrison[5], le propagandiste « officiel »[6] du ralliement de la FSSPX à Ratzinger, est couvert obstinément par l’autorité pour propager partout les erreurs proclamant que la gnose n’existe pas et qu’il n’y a aucun complot contre l’Eglise.

Une source nous informe d’ailleurs que l’abbé Celier nierait l’existence des maléfices et réduirait l’action du diable à des phénomènes psychiques auto-suggérés.

C’est ainsi que pour n’avoir pas décidé de lutter contre l’action du démon, par la nomination d’un ou plusieurs exorcistes, Mgr Fellay se retrouve aujourd’hui sous le charme envoûtant de l’hypnose Ratzinguérienne, poursuivant un ‘processus de réconciliation’ qui conduit l’œuvre de préservation du Sacerdoce sacrificiel catholique sacramentellement valide de Mgr Lefebvre à l’éclatement et à la ruine rapides.

     « Est-ce à l'évêque de nommer les exorcistes ?
        Don Amorth : Oui. Quand un prêtre est nommé évêque, il se trouve face à un article du Code de droit canonique qui lui donne l'autorité absolue pour nommer des exorcistes. Le minimum que l'on puisse demander à un évêque, c'est qu'il ait assisté à un exorcisme au moins, vu qu'il a à prendre une décision aussi importante. »
     « Expliquez-moi bien : la conséquence est qu’il y a beaucoup d’évêques et de prêtres qui ne seraient pas catholiques ? D. A. : Disons qu’ils ne croient pas à une vérité évangélique. Je les accuserais donc éventuellement de propager une hérésie. Mais entendons-nous : quelqu’un est formellement hérétique s’il est accusé de commettre une erreur et s’il persiste dans celle-ci. Mais personne aujourd’hui, en raison de la situation de l’Église, n’accusera jamais un évêque de ne pas croire au diable, aux possessions démoniaques et de ne pas nommer d’exorcistes parce qu’il n’y croit pas. Je pourrais citer une quantité d’évêques et de cardinaux qui, à peine nommés dans un diocèse, ont retiré à tous les exorcistes la faculté d’exercer. »

L’église conciliaire collabore désormais directement à cette protection de Satan et de ses démons, elle n’est pas du camp de Dieu

Pour Don Amorth, Satan a mis la main aux réformes liturgiques de 1968-1969 !
     « Nous qui touchons tous les jours du doigt le monde de l’au-delà, nous savons qu’il a mis la main à beaucoup de réformes liturgiques »

L’exercice pratique du nouveau rite de l’exorcisme démontre son absolue inefficacité.
Même le baptême dans l’église conciliaire est désormais adultéré et ses exorcismes neutralisés.

     « Nous tous, exorcistes, nous avons essayé les nouvelles prières du nouveau Rituel ad interim et nous nous sommes rendu compte qu’elles sont absolument inefficaces. »

« Mais le rite du baptême des enfants a lui aussi été abîmé. Il a été bouleversé au point qu’en a presque été éliminé l’exorcisme contre Satan, qui a toujours eu une très grande importance pour l’Eglise, une importance telle qu’on l’appelle l’exorcisme mineur. »

La volonté de protection du démon par les autorités conciliaires transparaît à tous les niveaux.
Cette protection du diable a été appliquée systématiquement dans les 1200 pages du bénédictionnaire conciliaire.

     « Même détérioration du rite dans le nouveau bénédictionnaire. J’ai lu minutieusement ses 1200 pages. Eh bien ! Toute référence au fait que le Seigneur doit nous protéger contre Satan, que les anges nous protègent des attaques du démon, a été systématiquement supprimée. Toutes les prières pour la bénédiction des maisons et des écoles ont été supprimées. Tout devait être béni et protégé, mais aujourd’hui, il n’y a plus de protection contre le démon. Il n’existe plus de défenses ni de prières contre lui. »

Le discours de l’église conciliaire théorise le mal, le dé-personnifie, pour faire jusqu’à oublier l’existence de la personne de Satan.
Dans le même temps, Don Amorth constate le déferlement du satanisme dans la société actuelle et dans sa jeunesse.

     « On parle d’un mal général dont, dans le fond, on ne connaît pas l’origine : au contraire, le mal contre lequel Notre-Seigneur Jésus nous avait appris à combattre est une personne concrète : c’est Satan. »
     « Vous êtes dans un lieu d’observation privilégié : avez-vous l’impression que le satanisme se répand ?
        D.A. : Oui. Enormément. Quand la foi recule, la superstition fait des progrès. En termes bibliques, je peux dire que l’on abandonne Dieu pour se livrer à l’occultisme. Le terrible recul de la foi dans toute l’Europe catholique fait que les gens se jettent dans les bras des magiciens et des cartomanciens, et que les sectes sataniques prospèrent. Le culte du démon fait l’objet d’une grande publicité auprès des masses entières, à travers le rock satanique [NDLR : qui serait tant apprécié par l’abbé Grégoire Celier], de personnages comme Marilyn Manson. On s’attaque aussi aux enfants : il y a des journaux et des bandes dessinées qui enseignent la magie et le satanisme. Les séances de spiritisme dans lesquelles on évoque les morts pour qu’ils répondent à certaines questions sont très répandues. »
     « Et cela fonctionne ?
        D.A. : Il n’y a pas de différence entre magie blanche et magie noire. Quand la magie fonctionne, c’est toujours l’œuvre du démon. Toutes les formes d’occultisme, comme ce grand recours aux religions d’Orient, avec leurs suggestions ésotériques, sont des portes ouvertes au démon. Et le diable entre tout de suite. »

La « bénédiction » du faux pape l’évêque apostat Wojtyla-Jean-Paul II aurait-elle aggravé la possession d’une jeune fille qui, depuis cette rencontre, est devenu un cas insoluble.

Ne faudrait-il pas qu’un évêque de la FSSPX prononce lui-même l’exorcisme traditionnel pour libérer cette jeune fille de cette possession et de ses tortures ?

    « Quel est le cas le plus difficile que vous avez rencontré ?
       D.A. : Je l’ai en « traitement » en ce moment, et cela depuis deux ans. C’est la jeune fille qui a été bénie – il ne s’agit pas d’un véritable exorcisme – par le Pape en octobre, au Vatican, et dont le cas a fait grand bruit dans la presse. Elle est frappée vingt-quatre heures sur vingt-quatre et en proie à des tortures indicibles. Les médecins et les psychiatres n’y comprennent rien. Elle est tout à fait lucide et très intelligente. Un cas vraiment douloureux. »

La prise du pouvoir de Satan par les initiations dans les loges
    « Concupiscence, succès et pouvoir » sont les trois artifices principaux du démon pour séduire les hommes.

Ces trois armes s’exercent aussi à l’égard des clercs qui rentrent en loge et qui se mettent, la bouche pleine de charité, à servir Satan.

    « Comment s’y prend le démon pour séduire l’homme ?
       D.A. : Il a une stratégie monotone. Je le lui ai dit et il le reconnaît… Il fait croire que l’enfer n’existe pas, que le péché n’existe pas et qu’il n’est qu’une expérience de plus à faire. Concupiscence, succès et pouvoir sont les trois grandes passions sur lesquelles s’appuie Satan. »

En demandant l’initiation, notamment par le 18° degré du « Chevalier illuminé » Rose+Croix et par des pratiques occultistes, les clercs dévoyés se mettent volontairement sous l’emprise du démon.
C’est aujourd’hui le cas dans le pseudo-« clergé » de la secte conciliaire.

Qu’en est-il réellement aujourd’hui au sein de la FSSPX ?
Il est possible de se poser cette question après les nombreuses révélations publique factuelles et vérifiables du site Virgo Maria.

     « Comment devient-on victime du démon ?
        D.A. : On peut être soumis aux attaques du démon dans quatre cas. Ou parce que cela constitue un bien pour la personne et c’est le cas de beaucoup de saints, ou en raison de la persistance irréversible dans le péché, ou parce que l’on est victime d’un maléfice lancé à travers le démon, ou lorsqu’on se livre à des pratiques d’occultisme. »
     « Durant l’exorcisme de personnes possédées, quel type de phénomènes se produit-il ?
        D.A. : Je me rappelle un paysan analphabète, qui, pendant l’exorcisme, me parlait seulement en anglais et j’avais besoin d’un interprète. Il y a des gens qui manifestent une force surhumaine, d’autres qui se soulèvent complètement de terre et que l’on n’arrive pas, même à plusieurs, à maintenir assis sur leur fauteuil. Mais c’est seulement le contexte dans lequel ces phénomènes se produisent qui nous fait parler de présence démoniaque. »

Les autorités conciliaires ont peur des exorcistes
     Pour Don Amorth, les nouvelles autorités conciliaires, redoutent les exorcismes qui pourraient révéler leur véritable nature et leur maître Satan, et nuire ainsi à leur projet de destruction de l’Eglise.

     « Il ne vous arrive jamais d’avoir peur du démon ?
        D.A. : Moi peur de cette bête ? C’est lui qui doit avoir peur de moi ; moi, j’agis au nom du Seigneur du monde. Et lui, il n’est que le singe de Dieu.
     « Père Amorth, le satanisme se répand de plus en plus. Le nouveau Rituel empêche, en pratique, de faire des exorcismes. On empêche les exorcistes de participer à une audience du Pape place Saint-Pierre. Dites-moi franchement : que se passe-t-il ?
        D.A. : La fumée de Satan entre partout. Partout ! On nous a peut-être exclus de l’audience du Pape parce qu’on avait peur que tant d’exorcistes réussissent à chasser les légions de démons qui se sont installées au Vatican.
     « Vous plaisantez, n’est-ce pas ?
        D.A. : Cela peut sembler une plaisanterie, mais je ne crois pas que cela en soit une. »

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ces déclarations stupéfiantes de l’exorciste officiel de Rome qui sont autant d’actes d’accusation contre l’église conciliaire qui n’est pas l’Eglise catholique, mais une secte d’« antichrists » (selon le terme même choisi par Mgr. Lefebvre) qui a investi la Sainte Eglise Catholique, une secte de « loups » qui se sont travestis avec la peau de l’« Agneau de Dieu » pour mieux la détruire de l’intérieur.

L’Eglise catholique pourrait-elle être la Mère d’une telle protection donnée au démon ? Evidemment non.

Désormais il devient de plus en plus clair, que la Secte de l’abbé apostat Ratzinger, cette « Bête de la Terre » prophétisée par Saint Jean dans l’Apocalypse et commentée par Beato de Lebana au IX° siècle, éclipse aujourd’hui la véritable Eglise catholique, accomplissant ainsi, après 122 ans, la Prophétie précise de Notre-Dame à La Salette, le 19 septembre 1846.

Continuons le bon combat

______________________________________________________________________________

http://saintmichelarchange.free.fr/trentejours.htm

« La fumée de Satan dans la maison du Seigneur »
Stéfano Maria Paci
(30 jours - juin 2001 - Extraits)

La plupart des gens possédés le deviennent après avoir participé à des messes noires ou des rituels sataniques.

« … Le 15 mai , la traduction italienne du nouveau Rituel des exorcismes a été approuvée par le CEI. Ce rituel n’attend plus pour entrer en usage que le placet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Une nouvelle arme dont se munit l’Eglise pour combattre l’ennemi ? Pour chasser, si cela n’a pas encore été fait, cette fumée qui est entrée dans le temple du Seigneur ? Allons donc ! Ecoutons ce que raconte le Père Amorth. Vous découvrirez que la guerre, en cours depuis des millénaires, fait rage plus que jamais. Que la bataille s’est déplacée et qu’elle se livre désormais surtout à l’intérieur de la maison du Seigneur. Et cette fumée… cette fumée… eh bien ! elle se répand dans des pièces insoupçonnées. »

Père Amorth, la traduction italienne du nouveau Rituel pour les exorcistes est finalement prête.
     Gabriele Amorth : Oui, elle est prête. L’année dernière, le CEI n’avait pas voulu l’approuver parce qu’il contenait des erreurs dans la traduction du latin à l’italien. Et nous, exorcistes, qui devrions l’utiliser, nous en avions profité pour signaler que, sur de nombreux points, nous n’étions pas d’accord avec le nouveau Rituel. Mais le texte de base en latin est resté le même dans cette traduction revue. Ce Rituel tant attendu s’est transformé en farce. Une incroyable entrave qui risque de nous empêcher d’agir contre le démon.

C’est une lourde accusation. A quoi pensez-vous ?
     Don Amorth : Je ne vous donnerai que deux exemples. Des exemples spectaculaires. Au point 15, on parle de maléfices et de la façon de se comporter quand on a affaire à eux. Le maléfice est le mal que l’on cause à une personne en recourant au diable. Il peut être accompli sous plusieurs formes comme les mauvais sorts, les malédictions, le mauvais œil, le vaudou, le macumba.  Le Rituel romain expliquait comment il fallait l’affronter. Le nouveau Rituel déclare, au contraire, catégoriquement, qu’il est absolument interdit de faire des exorcismes dans ces cas-là. Absurde. Les maléfices sont de loin les causes les plus fréquentes des possessions et des maux procurés par le démon : au moins 90% des cas. C’est comme dire aux exorcistes de ne plus pratiquer l’exorcisme. Le point 16, ensuite, déclare solennellement qu’il ne faut pas faire d’exorcisme si l’on n’a pas la certitude de la présence du diable. C’est un chef-d’œuvre d’incompétence : la certitude que le démon est présent chez quelqu’un, on ne peut l’avoir qu’en faisant l’exorcisme. D’ailleurs, les rédacteurs du Rituel ne se sont pas aperçus qu’ils contredisaient, sur ces deux points, le Catéchisme de l’Eglise Catholique. Celui-ci indique en effet qu’il faut pratiquer l’exorcisme dans les cas de possession diabolique et dans ceux des maux causés par le démon. Et il recommande aussi de le faire sur les personnes comme sur les choses. Et dans les choses, il n’y a jamais la présence du démon, il y a seulement son influence.
Les déclarations contenues dans le nouveau Rituel sont très graves et très néfastes. Elles sont le fruit de l’ignorance et de l’inexpérience.

Mais ce nouveau Rituel n’a-t-il pas été fait par des spécialistes ?
     Don Amorth : Pas du tout ! Durant ces dix dernières années, deux commissions ont travaillé sur le Rituel ; celle qui est composée de cardinaux et qui s’est occupée de Proenotanda, c’est-à-dire des dispositions initiales, et celle qui s’est occupée des prières. Je peux affirmer avec certitude qu’aucun des membres de ces commissions n’a jamais fait d’exorcisme, n’a jamais assisté à des exorcismes ni n’a jamais eu la moindre idée de ce qu’est un exorcisme. C’est là l’erreur, le péché originel de ce Rituel. Aucun de ceux qui y ont collaboré n’était spécialiste d’exorcismes.

Comment est-ce possible ?
     Don Amorth : Ce n’est pas à moi qu’il faut le demander. Pendant le Concile Vatican II, chaque commission était aidée par un groupe d’experts qui secondaient les évêques dans leur travail. Et cette habitude s’est maintenue après le Concile, à chaque fois qu’ont été refaites des parties du Rituel. Mais non cette fois. Et pourtant, s’il y avait un sujet qui demandait la participation de spécialistes, c’était bien celui-là.

Bien sûr.
     Don Amorth : Comme le concile Vatican II l’avait demandé, les différentes parties du Rituel romain ont été revues peu à peu. Nous, exorcistes, nous attendions que soit traité le titre 12, c’est-à-dire le Rituel d’exorcisme. Mais, apparemment, ce Rituel n’était pas considéré comme un sujet important, car les années passaient et rien n’arrivait. Puis, à l’improviste, le 4 juin 1990, est sorti le Rituel ad interim, c’est-à-dire à l’essai. Cela a été une vraie surprise pour nous, qui n’avions pas été consultés auparavant. Et pourtant, nous avions préparé toute une série de requêtes en vue de la révision du Rituel. Nous demandions, entre autres, que soient retouchées les prières pour qu’y soient introduites des invocations à la Vierge, lesquelles étaient totalement absentes, et que le nombre des prières spécifiques d’exorcisme soit augmenté. Mais on ne nous avait laissé aucune possibilité d’apporter notre contribution quelle qu’elle fût. Nous ne nous sommes pas découragés : le texte avait été fait pour nous. Et comme dans sa lettre de présentation, le préfet de la Congrégation pour le culte divin de l’époque, le cardinal Eduardo Martinez Somalo, demandait aux conférences épiscopales de faire parvenir, dans les deux ans qui suivaient, «des conseils et des suggestions données par des prêtres qui en auraient fait usage», nous nous sommes mis au travail. J’ai réuni dix-huit exorcistes que j’avais choisis parmi les plus experts de la planète. Nous avons examiné le texte avec une grand attention. Nous l’avons utilisé. Nous avons immédiatement fait l’éloge de la première partie dans laquelle étaient  résumés les fondements évangéliques de l’exorcisme. Il s’agit là de l’aspect biblique et théologique de la question et, sur ce point, les compétences ne faisaient pas défaut. C’est une partie nouvelle par rapport au Rituel de 1614 composé sous le pape Paul V ; du reste, à cette époque, il n’était pas besoin de rappeler ces principes que tout le monde connaissait et acceptait. Aujourd’hui, au contraire, c’est indispensable.
Mais lorsque nous nous sommes mis à examiner la partie pratique, qui demande une connaissance spécifique du sujet, l’inexpérience totale des rédacteurs est apparue en pleine lumière. Nous avons fait de nombreuses observations, article par article, et nous les avons fait parvenir à toutes les parties intéressées : Congrégation pour le culte divin, Congrégation pour la doctrine de la foi, Conférences épiscopales. Un exemplaire a été remis directement au Pape.

Comment vos observations ont-elles été accueillies ?
     Don Amorth : Accueil très mauvais, efficacité nulle. Nous nous étions inspirés de la constitution dogmatique Lumen gentium, dans laquelle l’Eglise est décrite comme un « Peuple de Dieu ». Au numéro 28, on parle de la collaboration des prêtres avec les évêques, au numéro 37, il est dit clairement, et cela s’applique même aux laïcs, que, «selon la science, la compétence et le prestige dont ils jouissent, ils ont la faculté, et même parfois le devoir, de faire connaître leur avis sur des choses concernant le bien de l’Eglise». C’était exactement notre cas. Et nous avons eu l’ingénuité de croire que les dispositions de Vatican II étaient parvenues aux congrégations romaines. Mais nous nous sommes trouvés devant un mur de refus et de mépris.
Le secrétaire de la Congrégation pour le culte divin a fait une relation à la commission cardinalice dans laquelle il a dit que ses interlocuteurs, c’étaient les évêques et non les prêtres et les exorcistes. Et il a ajouté textuellement, à propos de notre humble tentative de les aider en leur donnant notre avis de spécialistes : « On a dû prendre acte du fait qu’un groupe d’exorcistes et de « démonologues », ceux qui par la suite se sont constitués en Association internationale, orchestrait une campagne contre le rite. » Une accusation indécente : nous n’avons jamais orchestré aucune campagne ! Le rituel nous était adressé, et dans les commissions aucune personne compétente n’a été convoquée ; il était plus que normal que nous cherchions à apporter notre contribution.

Cela veut donc dire que, pour vous, le nouveau Rituel est inutilisable dans la lutte contre le démon ?
     Don Amorth : Oui. Ils voulaient nous donner une arme émoussée. Les prières efficaces, des prières qui avaient douze siècles d'existence, ont été supprimées et ont été remplacées par de nouvelles prières, inefficaces. Mais, par chance, on nous a jeté au dernier moment un canot de sauvetage.

Lequel ?
     Don Amorth : le nouveau préfet de la Congrégation pour le culte divin, le cardinal Jorge Medina, a joint au Rituel une Notification dans laquelle il est précisé que les exorcistes ne sont pas obligés d'utiliser ce Rituel et que, s'ils le veulent, ils peuvent demander à leur évêque l'autorisation d'utiliser l'ancien. Les évêques doivent à leur tour demander l'autorisation à la Congrégation qui, comme l'écrit le cardinal, "la concède volontiers".

"La concède volontiers" ? C'est une concession bien étrange...
     Don Amorth : Voulez-vous savoir d'où elle vient ? Elle vient de la tentative qu'ont faite le cardinal Ratzinger, préfet pour la Congrégation pour la doctrine de la foi, et le cardinal Medina d'introduire dans le Rituel un article - c'était alors l'article 38 - qui autorisait les exorcistes à utiliser le Rituel précédent. C'était, sans aucun doute, une manoeuvre in extremis pour nous faire éviter les graves erreurs qui se trouvent dans le Rituel définitif. Mais la tentative des deux cardinaux a échoué. Alors le cardinal Medina, qui avait compris ce qui se jouait là, a décidé de nous donner en tout cas ce canot de sauvetage et il a ajouté une note à part.

Comment êtes-vous vus, vous exorcistes, à l'intérieur de l'Eglise ?
     Don Amorth : Nous sommes très mal traités. Nos confrères prêtres qui sont chargés de cette tâche délicate passent pour des fous, des exaltés. Ils sont même en général à peine tolérés par les évêques qui les ont nommés.

La manifestation la plus éclatante de cette hostilité ?
     Don Amorth : Nous avons organisé un congrès international d'exorcistes, près de Rome. Nous avons demandé à être reçus par le Pape. Pour ne pas peser sur lui et ajouter une audience à toutes celles qu'il accorde déjà, nous avons simplement demandé à être reçus en audience publique, celle du mercredi sur la place Saint-Pierre. Nous ne demandions même pas qu'il nous adresse un salut personnel. Nous avons fait régulièrement la demande d'audience, comme se le rappellera parfaitement Mgr Paolo de Nicolo, de la préfecture de la Maison pontificale, lequel a accueilli très chaleureusement notre requête. Mais la veille de l'audience, Mgr de Nicolo nous a dit - à vrai dire, il était très embarrassé  et l'on voyait très bien que la décision ne dépendait pas de lui - de ne pas nous présenter à l'audience, que nous n'étions pas admis. Incroyable ! 150 exorcistes venant des 5 continents, des prêtres parfaitement nommés par leurs évêques conformément aux règles du droit canon qui exigent des prêtres de prière, de science et de bonne réputation - et donc un peu la crème du clergé - qui demandent à participer à une audience publique du Pape et qui sont mis à la porte ! Mgr de Nicolo m'a dit "Je vous promets que je vous enverrai immédiatement une lettre avec les justifications." Cinq ans ont  passé et, cette lettre, je l'attends toujours.
Ce n'est certainement pas Jean-Paul II qui nous a exclus. Mais le fait qu'il soit interdit à 150 prêtres de participer à une audience publique du Pape sur la place Saint Pierre montre quels obstacles trouvent les exorcistes à l'intérieur même de leur Eglise et à quel point ils sont mal vus par un grand nombre d'autorités ecclésiastiques.

Vous vous battez contre le démon tous les jours. Quel est le plus grand succès de Satan ?
     Don Amorth : Réussir à faire croire qu'il n'existe pas. Et il y a presque réussi. Même à l'intérieur de l'Eglise.
Nous avons un clergé et un épiscopat qui ne croient plus au diable, aux exorcismes, aux maux extraordinaires que le diable peut provoquer ni non plus au pouvoir que Jésus a donné de chasser les démons.
Depuis trois siècles, l'Eglise latine - au contraire de l'Eglise orthodoxe et de différentes confessions protestantes - a presque entièrement  abandonné le ministère de l'exorcisme. Comme le clergé ne pratique plus les exorcismes, comme il ne les étudie plus et ne les a jamais vus, il n'y croit plus. Et il ne croit plus non plus au diable. Nous avons des épiscopats entiers qui sont hostiles aux exorcismes. Il y a des pays dans lesquels il n'y a pas un seul exorciste, comme, par exemple, l'Allemagne, la Suisse, l'Espagne, le Portugal. Une carence terrifiante.

Vous n'avez pas parlé de la France. La situation est-elle différente ?
     Don Amorth : Il existe un livre écrit par Isidore Froc, le plus célèbre exorciste français, qui a pour titre : Les exorcistes. qui sont-ils et que font-ils ? Cet ouvrage traduit en italien, a été écrit à la demande de la Conférence épiscopale française. Il n'est dit nulle part dans ce livre que les exorcistes font, dans certains cas, des exorcismes. Et l'auteur a déclaré plusieurs fois à la télévision française qu'il n'avait jamais fait d'exorcismes et qu'il n'en ferait jamais. Sur une centaine d'exorcistes français, il n'y en a que cinq qui croient au diable et font des exorcismes, tous les autres envoient ceux qui s'adressent à eux au psychiatre.
Avant que ne paraisse ce nouveau manuel, l'épiscopat allemand a envoyé une lettre au cardinal Ratzinger dans laquelle il déclarait qu'il n'était pas besoin de faire un nouveau Rituel parce qu'on ne devait plus faire d'exorcismes.

Est-ce à l'évêque de nommer les exorcistes ?
     Don Amorth : Oui. Quand un prêtre est nommé évêque, il se trouve face à un article du Code de droit canonique qui lui donne l'autorité absolue pour nommer des exorcistes. Le minimum que l'on puisse demander à un évêque, c'est qu'il ait assisté à un exorcisme au moins, vu qu'il a à prendre une décision aussi importante. Malheureusement, cela ne se passe presque jamais ainsi. Mais si un évêque se trouve devant une demande sérieuse d'exorcisme - c'est-à-dire qui ne soit pas faite par un fou - et qu'il ne fait rien, il commet un péché mortel. Et il est responsable des souffrances terribles qu'endure cette personne. Des souffrances qui durent parfois des années ou une vie entière, et qu'il aurait pu empêcher.

Vous êtes en train de dire que la majeure partie des évêques de l'Eglise catholique est en état de péché mortel ?
     Don Amorth : Quand j'étais enfant, mon vieux curé m'enseignait qu'il y a huit sacrements : le huitième est l'ignorance. Et le huitième sauve plus de gens que tous les autres ensemble. Pour commettre un péché mortel, il faut une matière grave, mais aussi la pleine conscience et le consentement délibéré. Omettre de donner son aide est, pour les évêques, une matière grave. Mais ces évêques sont ignorants : il n'y a donc pas de consentement délibéré et pleine conscience.

Mais si l'on ne croit pas à l'existence de Satan, la foi demeure-t-elle intacte, s'agit-il  toujours de la foi catholique ?
     Don Amorth : Non. Je vais vous raconter une histoire. Quand j'ai rencontré pour la première fois don Pellegrino Ernetti, un célèbre exorciste qui a exercé pendant quarante ans à Venise, je lui ai dit : "Si je pouvais parler au Pape, je lui dirais que je rencontre trop d'évêques qui ne croient pas au diable." L'après-midi suivant, le Père Ernetti est revenu me voir pour me dire que le matin même, il avait été reçu par Jean-Paul II. "Sainteté, lui avait-il dit, il y a un exorciste, ici, à Rome, le Père Amorth qui, s'il venait chez vous, vous dirait qu'il connaît trop d'évêques qui ne croient pas au diable." Le Pape lui a répondu, brièvement : "Celui qui ne croit pas au diable ne croit pas dans l'Evangile." Voilà la réponse qu'il lui a donnée et que je répète.

Expliquez-moi bien : la conséquence est qu’il y a beaucoup d’évêques et de prêtres qui ne seraient pas catholiques ?
     Don Amorth : Disons qu’ils ne croient pas à une vérité évangélique. Je les accuserais donc éventuellement de propager une hérésie. Mais entendons-nous : quelqu’un est formellement hérétique s’il est accusé de commettre une erreur et s’il persiste dans celle-ci. Mais personne aujourd’hui, en raison de la situation de l’Église, n’accusera jamais un évêque de ne pas croire au diable, aux possessions démoniaques et de ne pas nommer d’exorcistes parce qu’il n’y croit pas. Je pourrais citer une quantité d’évêques et de cardinaux qui, à peine nommés dans un diocèse, ont retiré à tous les exorcistes la faculté d’exercer. Ou des évêques qui soutiennent ouvertement : « Moi, je n’y crois pas ; ce sont des croyances du passé. » Pourquoi cela ? Parce que, malheureusement, il y a l'influence extrêmement pernicieuse de certains biblistes, et je pourrais citer des noms de personnes très célèbres. Nous qui touchons tous les jours du doigt le monde de l’au-delà, nous savons qu’il a mis la main à beaucoup de réformes liturgiques. 

Par exemple :
     Don Amorth : Le concile Vatican II avait demandé de revoir certains textes. On a désobéi à cet ordre et on a voulu les refaire totalement. Sans penser que l’on pouvait détériorer les choses au lieu de les améliorer. Et beaucoup de rites ont été détériorés par cette manie de jeter tout ce qui existait dans le passé et de tout refaire de fond en comble, comme si l’Eglise nous avait jusqu’à aujourd’hui bernés et trompés, et comme si finalement était désormais arrivé le temps des grands génies, des super-théologiens, des super-biblistes, des super-liturgistes, qui savent donner ce qui est juste à l’Eglise. Un mensonge : le dernier Concile avait simplement demandé de revoir ces textes, non de les détruire.
Le Rituel de l’exorcisme, par exemple, devait être revu, non refait. Il y avait des prières qui étaient en usage depuis douze siècles. Avant de supprimer des prières aussi anciennes qui se sont montrées efficaces, il faudrait y penser longuement. Eh bien ! Non. Nous tous, exorcistes, nous avons essayé les nouvelles prières du nouveau Rituel ad interim et nous nous sommes rendu compte qu’elles sont absolument inefficaces.
Mais le rite du baptême des enfants a lui aussi été abîmé. Il a été bouleversé au point qu’en a presque été éliminé l’exorcisme contre Satan, qui a toujours eu une très grande importance pour l’Eglise, une importance telle qu’on l’appelle l’exorcisme mineur. Paul VI lui-même a publiquement protesté contre ce nouveau rite.
Même détérioration du rite dans le nouveau bénédictionnaire. J’ai lu minutieusement ses 1200 pages. Eh bien ! toute référence au fait que le Seigneur doit nous protéger contre Satan, que les anges nous protègent des attaques du démon, a été systématiquement supprimée. Toutes les prières pour la bénédiction des maisons et des écoles ont été supprimées. Tout devait être béni et protégé, mais aujourd’hui, il n’y a plus de protection contre le démon. Il n’existe plus de défenses ni de prières contre lui. Le même Jésus nous avait enseigné une prière de libération, dans le Notre Père : « Délivre-nous du Malin. Délivre-nous de la Personne de Satan. » La prière a été mal traduite et l’on prie aujourd’hui en disant : « Délivre nous du mal. » On parle d’un mal général dont, dans le fond, on ne connaît pas l’origine : au contraire, le mal contre lequel Notre-Seigneur Jésus nous avait appris à combattre est une personne concrète : c’est Satan. 

Vous êtes dans un lieu d’observation privilégié : avez-vous l’impression que le satanisme se répand ?
     Don Amorth : Oui. Enormément. Quand la foi recule, la superstition fait des progrès. En termes bibliques, je peux dire que l’on abandonne Dieu pour se livrer à l’occultisme. Le terrible recul de la foi dans toute l’Europe catholique fait que les gens se jettent dans les bras des magiciens et des cartomanciens, et que les sectes sataniques prospèrent. Le culte du démon fait l’objet d’une grande publicité auprès des masses entières, à travers le rock satanique de personnages comme Marilyn Manson. On s’attaque aussi aux enfants : il y a des journaux et des bandes dessinées qui enseignent la magie et le satanisme.
Les séances de spiritisme dans lesquelles on évoque les morts pour qu’ils répondent à certaines questions sont très répandues. On enseigne maintenant à faire des séances de spiritisme à travers l’ordinateur, le téléphone, la télévision, le magnétoscope, mais surtout à travers l’écriture automatique. Il n’y a même plus besoin du médium : c’est un spiritisme que chacun peut exercer par soi-même. Selon les sondages, 37% des étudiants ont fait au moins une fois le jeu des lettres ou du verre qui est une véritable séance de spiritisme. Dans une école où j’avais été invité à parler, les élèves m’ont dit qu’ils faisaient ce jeu durant l’heure de religion, sous les yeux complaisants du professeur. 

Et cela fonctionne ?
     Don Amorth : Il n’y a pas de différence entre magie blanche et magie noire. Quand la magie fonctionne, c’est toujours l’œuvre du démon. Toutes les formes d’occultisme, comme ce grand recours aux religions d’Orient, avec leurs suggestions ésotériques, sont des portes ouvertes au démon. Et le diable entre tout de suite.
Je n’ai pas hésité à dire immédiatement, dans le cas de la sœur qui a été tuée à Chiavenna et dans celui d’Erika et d’Omar, les deux adolescents de Novi Liguri qui ont tué la mère et le petit frère d’Erika, qu’il y avait eu une intervention du démon, parce que ces enfants se livraient au satanisme. L’enquête de la police a ensuite montré qu’ils suivaient Satan, qu’ils avaient des livres sataniques. 

Comment s’y prend le démon pour séduire l’homme ?
     Don Amorth : Il a une stratégie monotone. Je le lui ai dit et il le reconnaît… Il fait croire que l’enfer n’existe pas, que le péché n’existe pas et qu’il n’est qu’une expérience de plus à faire. Concupiscence, succès et pouvoir sont les trois grandes passions sur lesquelles s’appuie Satan.

Combien de cas de possessions démoniaques avez-vous rencontrés ?
D. A. : Au bout de cent, j’ai arrêté de compter ; 

Cent ? Mais c’est énorme. Dans votre livre, vous dites que les cas de possession sont rares.
     Don Amorth : Et ils le sont vraiment. De nombreux exorcistes n’ont rencontré que des cas de maux diaboliques. Mais moi, j’ai hérité de la « clientèle » d’un exorciste célèbre, le Père Candido, et donc des cas qu’il n’avait pas encore résolus. De plus les exorcistes m’envoient les cas les plus résistants. 

Quel est le cas le plus difficile que vous avez rencontré ?
     Don Amorth : Je l’ai en « traitement » en ce moment, et cela depuis deux ans. C’est la jeune fille qui a été bénie – il ne s’agit pas d’un véritable exorcisme – par le Pape en octobre, au Vatican, et dont le cas a fait grand bruit dans la presse. Elle est frappée vingt-quatre heures sur vingt-quatre et en proie à des tortures indicibles. Les médecins et les psychiatres n’y comprennent rien. Elle est tout à fait lucide et très intelligente. Un cas vraiment douloureux. 

Comment devient-on victime du démon ?
     Don Amorth : On peut être soumis aux attaques du démon dans quatre cas. Ou parce que cela constitue un bien pour la personne et c’est le cas de beaucoup de saints, ou en raison de la persistance irréversible dans le péché, ou parce que l’on est victime d’un maléfice lancé à travers le démon, ou lorsqu’on se livre à des pratiques d’occultisme. 

Durant l’exorcisme de personnes possédées, quel type de phénomènes se produit-il ?
     Don Amorth : Je me rappelle un paysan analphabète, qui, pendant l’exorcisme, me parlait seulement en anglais et j’avais besoin d’un interprète. Il y a des gens qui manifestent une force surhumaine, d’autres qui se soulèvent complètement de terre et que l’on n’arrive pas, même à plusieurs, à maintenir assis sur leur fauteuil. Mais c’est seulement le contexte dans lequel ces phénomènes se produisent qui nous fait parler de présence démoniaque. 

Le diable ne nous a-t-il jamais fait du mal à vous personnellement ?
     Don Amorth : Lorsque le cardinal Poletti m’a demandé d’assumer la fonction d’exorciste, je me suis recommandé à la Vierge : « Enveloppe-moi dans ton manteau et je serai en totale sécurité. » Des menaces, le démon m’en a souvent faites, mais du mal, jamais. 

Il ne vous arrive jamais d’avoir peur du démon ?
     Don Amorth : Moi peur de cette bête ? C’est lui qui doit avoir peur de moi ; moi, j’agis au nom du Seigneur du monde. Et lui, il n’est que le singe de Dieu. 

Père Amorth, le satanisme se répand de plus en plus. Le nouveau Rituel empêche, en pratique, de faire des exorcismes. On empêche les exorcistes de participer à une audience du Pape place Saint-Pierre. Dites-moi franchement : que se passe-t-il ?
D.A. : La fumée de Satan entre partout. Partout ! On nous a peut-être exclus de l’audience du Pape parce qu’on avait peur que tant d’exorcistes réussissent à chasser les légions de démons qui se sont installées au Vatican. 

Vous plaisantez, n’est-ce pas ?
     Don Amorth : Cela peut sembler une plaisanterie, mais je ne crois pas que cela en soit une. Je n’ai aucun doute sur le fait que le démon tente surtout les autorités de l’Église, comme il tente toutes les autorités, celle de la politique et de l’industrie.

Vous dites donc qu’ici aussi, comme dans toutes les guerres, Satan veut conquérir la place forte de l’ennemi, pour faire prisonniers les généraux ennemis ?
     Don Amorth : C’est une stratégie gagnante. On essaie toujours de s’en servir. Surtout quand les défenses de l’adversaire sont faibles. Satan lui aussi essaie. Mais, grâce au Ciel, il y a l’Esprit-Saint qui dirige l’Eglise : «Les portes de l’enfer ne prévaudront pas.» Malgré les défections. Et malgré les trahisons, dont il ne faut d’ailleurs pas s’étonner. La première trahison fut l’œuvre de l’un des Apôtres les plus proches de Jésus : Judas Iscariote.
Pourtant, malgré cela, l’Eglise poursuit son chemin. L’Esprit-Saint la maintient debout et les attaques de Satan ne peuvent donc connaître que des réussites partielles. Certes, le démon peut gagner des batailles, et même des batailles importantes. Mais jamais la guerre.

Last edited by AlasDeFuego (25-09-2010 17:51:59)

#2 25-09-2010 16:21:47

AlasDeFuego
Guest

Re: L'exorcisme en question

Extraits d’interview du Père Amorth, exorciste en chef du Vatican
SOURCE : http://www.lefigaro.fr/international/20 … atican.php

Ordonné prêtre en 1954, Don Gabriele, 85 ans, est depuis 1986 l’exorciste en chef de la cité du Vatican et de l’archidiocèse de Rome. “Plus un exorciste est animé par la foi, plus puissante est son action“, affirme-t-il, ce qui l’amène à pourchasser le diable partout où il croit le voir, y compris au sein du Vatican – ce qui peut laisser perplexe, même si Paul VI a dit que “la fumée de Satan” était bel et bien entrée dans l’Eglise…

Révolté par la progressive disparition de ce qu’il définit lui-même comme une “profession”, le père Amorth a fondé l’Association internationale des exorcistes, visant à perpétuer les cultes de conjuration du démon. Par des rites et des prières de délivrance, il officie toujours ‘du matin au soir’, malgré son grand âge, pour soulager de leurs souffrances des personnes qui n’ont pas trouvé de recours dans la médecine et la psychiatrie.

- C’est en 1986 que vous avez reçu du cardinal Poletti la charge d’exorciste. Voilà maintenant vingt ans et plus que vous menez cette bataille. En quoi votre vie a-t-elle changé ?

A présent, je me consacre entièrement à la pratique des exorcismes. Or, je vois que les besoins sont immenses et les exorcistes peu nombreux. (…) Il ne fait aucun doute qu’être exorciste m’a beaucoup renforcé dans ma foi et dans la prière. Pendant que le cardinal Poletti rédigeait le document me confiant la charge d’exorciste, je me suis recommandé à la Madone: “Enveloppe-moi dans ton manteau et protège-moi, je t’appartiens.” Et puis je me prénomme Gabriele, l’archange est mon saint patron… (…) s’il y a quelque chose de très important, c’est la formation des prêtres. L’instruction qu’il convient de leur donner, précisément en ce qui concerne la réalité du diable et le ministère de l’exorcisme. Et c’est d’autant plus valable à présent que nombre de jeunes ne vont plus à l’église, mais assistent au contraire à des séances de spiritisme, consultent des envoûteurs, des cartomanciennes, et ainsi de suite. Je pense qu’il est fondamental de les informer afin de les tenir éloignés de ces dangers. Et pour les informer, il faudrait des prêtres bien préparés. Or, une bonne partie du clergé en sait vraiment peu sur la question… (…)

Satan agit plus que jamais; il s’efforce encore de conduire le plus grand nombre d’âmes possibles à la mort éternelle. Dès le début de mon ministère, j’ai compris qu’il existe deux catégories de possédés, et que ces catégories s’opposent. Il y a les personnes possédées du fait de leurs erreurs, et celles qui le sont du fait de leur amour pour Dieu. (…) Je puis dire toutefois que l’expérience a représenté pour moi un grand choc révélateur, et m’a fait comprendre comment l’on devait s’y prendre pour contrarier l’action du démon, surtout quand elle vise les personnes consacrées. [ndlr : le Diable tente beaucoup plus de s'attaquer aux hommes d'Eglise qu'aux laïcs étant donné leur grande responsabilité sur le Salut des âmes] (…)

Le démon n’a ni barrière ni limite quand il s’agit de s’aliéner des personnes ou des âmes. (…) On commence à vérifier ce qu’il en est, à provoquer l’individu. Alors, et alors seulement, il est possible de dire si ce qui avait été étiqueté comme maladie mentale en est vraiment une, ou s’il ne s’agit pas plutôt d’un maléfice. Car nous devons toujours nous fonder sur des signes et des phénomènes observables ; on peut aussi pratiquer des provocations silencieuses – avoir sur soi l’Eucharistie, par exemple, à l’insu de tout le monde -, en utilisant l’eau bénite, le sel bénit, ou l’eau servant aux liturgies pascales. On observe ce que les gens acceptent ou refusent de boire. Ils reconnaissent toujours l’eau bénite et le sel bénit. Pendant des années, on m’a craché à la figure: c’était quand il y avait une présence démoniaque dans la personne. (…) Nous devons rester attentifs, car dans le monde où nous vivons et travaillons, le démon cherche à détruire le pouvoir de l’Eglise en ruinant le sacerdoce du Christ. (…)

On parle de possession démoniaque quand il y a possession par le démon; autrement, ce sont des vexations.

Padre Pio, par exemple, était un cas de vexation. Selon plusieurs témoignages, le démon le battait et le fouettait jusqu’au sang. (…)

La femme dont il sera question à présent est une veuve de 50 ans. Elle a une fille et deux petits-enfants. Elle explique que ses ennuis ont commencé aussitôt après son mariage. Elle souffre d’asthme, elle est sujette à des évanouissements ainsi qu’à des douleurs gastriques et intestinales; elle vomit des choses bizarres, comme des cheveux ou des haricots crus… Elle entend des coups frappés dans la maison, les meubles vibrent. Elle a le sentiment d’être détestée par plusieurs de ses parents et amis, en particulier par sa belle-mère qui ne l’a jamais acceptée comme épouse de son fils unique.

Après quelques minutes d’exorcisme, elle entre en transe et le démon commence à parler. Il menace la malade, et même l’exorciste. Je lui dis: “Tu ne peux rien me faire, parce que je suis un ministre du Christ! Tu ne peux rien faire sans sa permission, même pas prononcer un mot, même pas faire un geste. Tu dois lui obéir et tu dois obéir aussi à Lucifer ton chef. Avec mon exorcisme, tu es battu.” Il réagit à l’exorcisme, puis il réagit aussi au “Dieu soit béni”, ainsi qu’au “Bénie soit sa Sainte et Immaculée Conception”. Je reprends alors: “Tu trembles, hein, quand tu entends le nom de Marie! Elle te fait peur parce qu’elle ne t’a jamais été soumise par le péché ! Parce qu’elle n’a pas le péché originel, et parce qu’elle t’a écrasé la tête avec son fils Jésus!”

#3 25-09-2010 18:02:42

Riton le Besogneux
Guest

Re: L'exorcisme en question

EXORCISME contre SATAN et les ANGES APOSTATS

En la fête de la très SAINTE TRINITÉ, dimanche 17 juin 1984.
Mgr. M. L. Guérard des Lauriers

Cette prière, composée par le pape LÉON XIII, d'après le formulaire des Exorcismes du Rituel Romain, complétée et mise en français dans le texte authentique ci-dessous, devrait être récitée fréquemment par tous, en public comme en privé, pour mettre en fuite les démons, diminuer leur action perverse sur les pécheurs, préserver l'Eglise, la Patrie et les Familles, de grands maux.

Cette très méritoire prière, enrichie d'une Indulgence plénière applicable chaque fois aux vivants et aux défunts, exerce particulièrement son influence libératrice sur les personnes et les lieux maléficiés par des sorts occultes, des menaces ennemies, et tout ce qui peut gravement troubler la concorde et la paix chrétienne, surtout quand il importe de triompher de dangereuses tentations contre la foi ou les mœurs, de l'endurcissement de certains pécheurs, de crise de désespoir dans le malheur, des assauts diaboliques au moment de l'agonie, en général, de toutes calamités publiques ou privées. C'est pourquoi il est encore particulièrement recommandé de la réciter en public au cours de pèlerinages.

Aucune autorisation ecclésiastique spéciale, ni jeûne préalable, ne sont exigés ; mais on recommande une confession et une communion, autant que possible, jointe à quelque pénitence ou aumône préparatoire, afin de lui obtenir une complète efficacité.

En famille, ainsi que dans les oratoires privés, en l'absence de tout prêtre, un clerc exorciste, un membre de l'Ordre religieux, et même un simple fidèle laïc, homme ou femme, peuvent réciter cette prière à haute voix au nom de l'assemblée chrétienne.

Dans la récitation publique, les laïcs omettent de dire les invocations liturgiques, réservées au prêtre (indiquées dans le texte traduit).

A la fin de l'exorcisme, on asperge d'eau bénite le lieu et les personnes présentes. Le curé peut donner la bénédiction solennelle avec la Croix ou le Très Saint Sacrement, (s'il en est porteur, même en privé).

Cette édition date de 1903, c'est l'une des dernières qui aient été complètes. Toutes les suivantes furent tronquées d'une partie notable, que nous faisons ressortir dans le texte en caractère gras. Preuve de la présence dans l'Église des anges apostats, et de l'influence qu'ils y ont exercée, la disparition d'une partie des textes de l'exorcisme méritait un commentaire.

EXORCISER L'EXORCISME ?

Les fidèles attachés à la Tradition sont familiarisés avec "l'Exorcisme contre Satan et les Anges révoltés, publié par ordre de S.S. le Pape, Léon XIII". Ils doivent, plus que jamais le réciter, mieux que cela : le prier. Ils seront, comme je l'ai été moi-même, confirmés dans cette pratique et divinement consolés, en revenant à la source, et à la Vérité.

C'est qu'en effet, le texte actuellement si répandu d'une part, et le texte original publié par ordre de Léon XIII en 1903, dernière année de son Pontifical d'autre part, ces deux textes différent entre eux. Cette différence concerne, il est vrai, non l'exorcisme lui-même, mais la "Supplique à Saint Michel" qui le précède. Elle consiste : premièrement, en quelques interversions (dans l'ordonnancement des prières), deuxièmement en deux omissions. Le premier point étant sans importance, c'est le second que nous allons considérer. La différence, par omissions, entre les deux textes, peut être, comme tant d'autres choses, envisagée à deux points de vue : soit matérialiser, quant au fait ; soit formaliter, quant à la signification.

I. Le fait de l'omission.
Ce fait, manifeste pour quiconque considère les Documents, est le suivant :

La Supplique à Saint Michel (qui précède l'exorcisme), publiée sous "Léon XIII glorieusement régnant", comporte :

     1) dans l'Oraison, la mention de "Saint Joseph époux de Marie" ;
     2) dans le texte, une description précise de la situation dans laquelle se trouve l'Eglise.

Or, dans les éditions ultérieures, ces deux choses sont omises.

A ce fait, objet d'un constat évident, se rattacherait l'examen des causes qui ont contribué à le produire immédiatement. Saint Pie X a-t-il eu connaissance de ces omissions ? Si NON, jusqu'à quel point était-il maître au Vatican ? Si OUI, a-t-il voulu ou subi ? S'il a voulu, dans quel but ? Nous n'examinerons pas ces multiples questions. Nous considérons le fait comme un donné objectif qui est, comme tel, intégré dans l'ordre providentiel.

II. La signification de l'omission.
Nous laissons de côté, nous venons de le dire, cette signification telle que la conçurent ceux qui accomplirent l'omission. Nous considérons l'omission telle qu'elle se présente maintenant OBJECTIVEMENT. Elle a en fait, occulté provisoirement le "fait ecclésial[1]" constitué par l'acte de Léon XIII. Examiner quelle est la signification de l'omission, requiert donc, au préalable, de mettre en lumière ce "fait ecclésial", et puis d'en dégager la portée.

A. La promulgation de l'exorcisme par Léon XIII, constitue un FAIT ECCLÉSIAL.

Ce "fait ecclésial", c'est maintenant seulement qu'il est, comme tel, évident.
Car maintenant, il est manifeste que «là où fut institué le Siège du bienheureux Pierre et la chaire de Vérité, là (des ennemis très rusés) ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété». Il est MANIFESTE maintenant que ce qui a pu paraître pour Rampolla un but manqué, et pour les "fidèles du rang" en 1900, un pessimisme enténébré, cela, c'est la RÉALITÉ. Il est donc manifeste que Léon XIII fut divinement inspiré.

C'est ce que confirme la relation[2] que voici :

«Selon la version la plus largement acceptée de ce qui s'est passé, le 13 octobre 1884, après que le Pape Léon XIII eut terminé de célébrer la Messe dans la chapelle vaticane entouré par quelques cardinaux et membres du Vatican, il s'arrêta soudainement au pied de l'autel. Il se tint là environ dix minutes, comme en extase, son visage blanc de lumière. Puis, partant immédiatement de la chapelle à son bureau, il composa la prière à saint Michel avec instructions pour qu'elle soit dite partout après chaque Messe basse.

«Lorsqu'on lui demanda ce qui était arrivé, il expliqua qu'au moment où il s'apprêtait à quitter le pied de l'autel, il entendit soudainement des voix : deux voix, une douce et bonne, l'autre gutturale et dure ; il semblait qu'elles venaient d'à-côté du tabernacle. Comme il écoutait, il entendit la conversation suivante :

     « La voix gutturale, la voix de Satan dans son orgueil, criant au Seigneur : "Je peux détruire ton Eglise".
     « La voix douce du Seigneur : "Tu peux ? Alors, fais le donc".
     « Satan : "Pour cela, j'ai besoin de plus de temps et de pouvoir".
     « Notre Seigneur : "Combien de temps ? Combien de pouvoir ?"
     « Satan : "75 à 100 ans et un plus grand pouvoir sur ceux qui se mettent à mon service".
     « Notre Seigneur : "Tu as le temps, tu auras le pouvoir. Fais avec cela ce que tu veux" ».

                                                 (Revue de l'ordre séculier de Saint-Augustin, décembre 1981, New-York)

Ce que Léon XIII a perçu le 13 octobre 1884, et qui certes a pu le déconcerter, c'est cela qui était déjà, qui est devenu de plus en plus, qui est maintenant absolument, la RÉALITÉ. Cette perception a provoqué immédiatement, dans le Pasteur suprême, une vive réaction de défense qui s'est traduite en acte, concrètement : dans la prescription de la prière après chaque MESSE basse (supprimée par Paul VI), dans la promulgation de l'exorcisme contre Satan et les Anges apostats. Et il convenait que le contenu de cette perception fût explicité dans la Supplique à Saint Michel, au titre d'argument pressant, pour conjurer l'Archange d'agir sur le champ.

Tel est donc le "fait ecclésial", objectivement et providentiellement concomitant à la promulgation de l'exorcisme par Léon XIII. Le Vicaire de Jésus-Christ a discerné quelle était déjà, quelle allait devenir de plus en plus, la situation de l'Église ; et il a posé, pour le bien de l'Eglise, les ordinations motivées qu'impérait cette illumination prophétique.

B. La portée du fait ecclésial concomitant à la promulgation de l'exorcisme.

La portée d'un fait, c'est l'enseignement (et les autres conséquences) qui s'en dégage, eu égard au contexte dans lequel il s'insère. L'exorcisme contre Satan, promulgué par Léon XIII, expressément contre le père du mensonge (Jn viii, 44) infiltré jusque "dans la chaire de Vérité", cet EXORCISME TEL QU'IL FUT PROMULGUÉ, montre, ou plus précisément confirme, que le CHRIST, LUI LE CHEF, veille sans cesse sur Son Eglise (Matth XXVIII, 20), par le Pape qui est son Vicaire. Il y a toujours TOUT ce qu'il faut, au moins pour les âmes de bonne volonté qui accueillent humblement cela même qui est donné sans le minimiser ("Diminutæ sunt veritates a filiis hominum", Ps XI, 2), ni l'extrapoler (comme le font ceux qui érigent tout acte d'un Pape en une loi qui oblige l'Eglise à perpétuité).

Léon XIII, divinement averti, avertit l'Eglise et la prémunit.

Paul IV avait, lui aussi, averti l'Eglise, par plusieurs Bulles dont "Cum ex apostolatus" (15 février 1559). Il faut certes, au point de vue canonique, ne pas assimiler la promulgation d'une Bulle et celle d'un Exorcisme. Mais, quant à la portée ecclésiale, l'abrogation (c'est-à-dire l'abrogation implicite, par non considération systématique et persistante) de "Cum ex apostolatus" et la mutilation de l'Exorcisme, sont deux manifestations du même processus de subversion.

Or, s'il est opportun de dénoncer, pour la mieux enrayer, la subversion, il faut d'abord reprendre conscience de l'excellence propre de ce dont il y a subversion. Le Christ-Chef veille Son Eglise, par Léon XIII, par Paul IV, par chaque (vrai) Pape. L'Eglise militante, collectif humain, auquel le Christ s'adresse par Son Vicaire, n'est institutionnellement contrainte d'écouter et de se soumettre, que pour ce qui ressortit à l'institution divine ; tandis que, comme personne morale, ce collectif humain est libre d'accueillir ou de refuser ce qui ressortit à l'institution ecclésiastique. L'Eglise militante a obrogé les Bulles de Paul IV, elle l'a payé et elle le paye en la personne du cardinal Montini. L'Eglise militante a mutilé l'Exorcisme de Léon XIII, elle le paye en la personne de Mgr. K. Wojtyla.

Qui a obrogé ? Qui a mutilé ? Avant de le considérer, rendons Gloire au Christ-Chef qui triomphe par l'immanence de Sa Justice, alors qu'Il l'eût fait, pour Son Épouse virginalement fidèle, dans la prévenance de Sa Miséricorde. Et rendons grâce au Christ-Chef. Oui, même et encore maintenant, Ses membres fidèles ont tout ce qu'il faut. Ils ont l'Exorcisme, tel qu'il fut inspiré, contre le père du mensonge "installé dans la chaire de Vérité". Ils ont maintenant, par le constat des événements, la certitude théologale de son exacte portée. Plus heureux même que leurs pères sous Saint Pie X, ils voient dans l'Exorcisme une prophétie ; et, qui plus est, ils la voient accomplie. Ils peuvent donc contempler, par et dans L'EXORCISME TEL QU'IL FUT PROMULGUÉ, l'Eglise elle-même s'intégrer en son Époux bien aimé, comme étant "le signe éminent de son auto-crédibilité" (Vatican I Const. "Dei Filius de Fide catholica", cap. 3, DS 3013).

C. La signification de la mutilation perpétrée dans le texte promulgué par Léon XIII.

La signification de l'omission est aussi claire pour nous maintenant que l'est celle de la prophétie. "Rien n'est caché, qui ne soit (tôt ou tard) révélé" (Math. x, 26). Dieu opère le bien, même à partir du mal. Dieu opère que même l'erreur encoure à manifester la Vérité. Voilà ce que, brièvement, nous allons expliciter.

Le mal est, dans un être de nature, une privation qui affecte le bien auquel cet être est, par nature, ordonné. Si on veut nuire en infligeant une privation, il faut pour y réussir, non pas user d'une violence qui provoque un réflexe d'opposition à cette frustration, mais induire le sujet à estimer excellent le "bien diminué" qu'on consent à lui laisser. Alors, il est possible que le sujet erre provisoirement sur l'estimation concrète de sa véritable fin ; et qu'il se mette ainsi progressivement dans des conditions qui lui rendent impossible de l'atteindre. Dans un tel processus, le bien véritable, celui dont on vise que la privation en arrive, c'est celui qui est diligemment occulté.

Pareillement, si on veut induire en erreur, il faut pour y réussir, non pas affirmer le faux, mais faire miroiter une "vérité diminuée" ; l'esprit, appâté, déserte sa propre et native curiosité, et croit trouver toute la Vérité dans les vestiges qui lui en sont concédés. Dans un tel processus, la totale Vérité, celle dont on vise qu'elle ne soit pas communiquée, c'est précisément celle qui est diligemment occultée.

La totale Vérité, c'est en l'occurrence ce que Léon XIII, inspiré, a osé clamer : le père du mensonge est "là où fut instituée la chaire de Vérité". Le signe que cela était et demeure pour ainsi dire le paroxysme de la Vérité, le signe que, "Léon XIII glorieusement régnant", le père du mensonge s'infiltrait déjà dans la chaire de Vérité, c'est qu'il a réussi à occulter ce que Léon XIII en avait révélé, avec autant de courage que d'Autorité.

"Les ténèbres n'ont pu arrêter la Lumière" (Jean i, 4). L'acte ecclésial de Léon XIII est maintenant connu tel qu'il fut posé. L'Exorcisme, diminué quant à la portée, par la mutilation de la prière qui en assignait la terrifiante finalité, cet Exorcisme, fort répandu et lui-même infesté, est enfin exorcisé ! C'est-à-dire que, tout simplement, il est connu et il sera récité, tel qu'il fut inspiré par L'ESPRIT DE VÉRITÉ.

L'Exorcisme exorcisé, restitué en son intrépide et native pureté, rayonnera partout la Vérité que Satan avait provisoirement réussi à occulter. La Vérité libérera l'Eglise (Jean VIII, 32). L'Exorcisme vierge, ardemment vécu et récité, opérera, "par l'intercession de la Vierge immaculée Mère de Dieu, de saint Michel Archange, de saint Joseph époux de Marie, des saints Apôtres Pierre et Paul et de tous les saints", que le père du mensonge soit expulsé du "lieu où fut institué le Siège du bienheureux Pierre et la chaire de Vérité".

                                                                                                     En la fête de la très SAINTE TRINITÉ, dimanche 17 juin 1984.
                                                                                                     Mgr. M. L. Guérard des Lauriers
___________________
[1] Un "fait ecclésial" est, par définition, un événement qui se produit dans l'Eglise, et qui ne peut être référé qu'à toute l'Eglise prise dans son ensemble.
[2] Relation citée aussi par Mgr Delassus "Conjuration Antichrétienne", 1910, T. 3, p. 879, note 1 :
"Les «Annales du Mont Saint-Michel» ont aussi parlé d'une vision que Léon XIII aurait eue tandis qu'il célébrait la messe, vision dont il aurait donné communication à Mgr T., consulteur de la Congrégation des Évêques et Réguliers. Il lui aurait été ainsi recommandé de prescrire les prières et l'exorcisme qui sont récités après toutes les messes basses. Voici comment les Annales la rapportent : «La terre lui apparut comme enveloppée de ténèbres; et d'un abîme entrouvert, il vit sortir une légion de démons qui se répandaient sur le monde pour détruire les œuvres de l'Église et s'attaquer à l'Église elle-même qu'il vit réduite à l'extrémité. Alors saint Michel apparut et refoula les mauvais esprits dans l'abîme». Non à cet instant, mais plus tard, quand la multiplicité et la ferveur de ces prières auront produit leur plein effet".

______________________________________________________________________________

La suite ...

#4 25-09-2010 18:04:33

Riton le Besogneux
Guest

Re: L'exorcisme en question

.crbst_saint-michel-image-de-fond2_m.jpg

Exorcisme contre Satan et les Anges apostats

Édité par ordre de Léon XIII, Pape.
     Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit. Ainsi soit-il.

Psaume LXVII
     Que Dieu Se lève, et que Ses ennemis soient dispersés; et que fuient devant Sa face ceux qui le haïssent.
     Comme se dissipe la fumée, dissipez-les ; comme la cire se fond au feu, que les pécheurs disparaissent devant Dieu.

Psaume XXIV
     Seigneur, jugez ceux qui me veulent du mal, triomphez de ceux qui m'assaillent.
     Qu'ils soient confondus et rougissent de honte ceux qui en veulent à ma vie,
     Qu'ils reculent et soient confondus ceux qui méditent ma perte.
     Qu'ils soient comme la poussière au souffle du vent, et que l'Ange du Seigneur les chasse devant lui,
     Que leur voie soit ténébreuse et glissante, et que l'Ange du Seigneur les poursuive.
     Car, sans cause, ils ont caché leur filet pour ma ruine, c'est sans fondement qu'ils ont porté blâme contre moi.
     Que la ruine tombe sur lui à l'improviste, que le filet qu'il a caché le saisisse ; qu'il y tombe et périsse.
     Et mon âme exultera dans le Seigneur, elle goûtera l'allégresse dans Son salut.
     Gloire soit au Père, au Fils et au Saint Esprit,
     Comme il était au commencement, maintenant et toujours et dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Supplique à SAINT Michel Archange

     Très glorieux prince de la milice céleste, saint Michel Archange, défendez-nous dans la lutte et le combat que nous devons affronter contre les principes et les puissances qui ourdissent dans ce monde de ténèbres, contre tous les esprits pervers "qui errent dans l'atmosphère " (Eph. VI, 12). Venez en aide aux hommes que Dieu avait créés vierges de toute errance, "forgés à l'image de sa propre nature" (Sag. II, 23), et rachetés "à si grand prix"(I Cor. VI, 20) de la tyrannie exercée par le démon.

     Maintenant encore, vous-même saint Michel et toute l'armée des Anges bienheureux, combattez le combat du Seigneur, tout comme antan, vous avez lutté contre Lucifer, le choryphée de la superbe, et contre ses anges apostats. "Et voici, ils ne purent vaincre, et leur lieu même ne se trouva plus dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, l'antique serpent, celui qui est appelé le diable ou Satan, le séducteur du monde entier, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui" (Apoc. XII, 8-9)

     Or, voici que cet antique ennemi, "homicide dès le principe" (Jn. VIII, 44), s'est dressé avec véhémence, "déguisé en ange de lumière" (II Cor. XI, 14), ayant pour escorte la horde des esprits pervers, c'est en tout sens qu'il parcourt la terre, et partout s'y insère : en vue d'y abolir le nom de Dieu et de Son Christ, en vue de dérober, de faire périr et de perdre dans la damnation sans fin, les âmes que devait couronner la gloire éternelle. Le dragon maléfique transfuse, dans les hommes mentalement dépravés et corrompus par le cœur, un flot d'abjection : le virus de sa malice, l'esprit de mensonge, d'impiété et de blasphème, le souffle mortel du vice, de la luxure et de l'iniquité universalisée.

     L'Eglise, épouse de l'Agneau Immaculé, la voici saturée d'amertume et abreuvée de poison, par des ennemis très rusés ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu'elle désire de plus sacré. Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l'impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé. O saint Michel, chef invincible, rendez-vous donc présent au peuple de Dieu qui est aux prises avec l'esprit d'iniquité, donnez-lui la victoire et faites le triompher.

     La Sainte Eglise vous vénère comme étant son Gardien et son Protecteur ; elle vous rend gloire comme étant son Défenseur contre toutes les puissances nuisibles, sur terre et dans les enfers ; à vous le Seigneur a confié de conduire les âmes des rachetés dans le lieu de la suprême félicité. Priez le Dieu de la Paix qu'Il écrase Satan sous nos pieds, afin qu'il ne puisse plus, ni retenir les hommes captifs, ni nuire à l'Eglise. Offrez nos prières en présence du Très-Haut, afin que "surviennent en nous au plus vite les miséricordes du Seigneur" (Ps. LXXVIII, 8), et que vous saisissiez le dragon, l'antique serpent qui est le diable ou Satan, et que, lié dans l'abîme, il ne séduise plus les nations" (Apoc. XX, 3)

     Ainsi nous fiant à votre protection et à votre patronage, de par l'autorité sacrée de notre mère la Sainte Eglise, c'est en toute confiance que nous entreprenons de refouler, au nom de Jésus-Christ, notre Dieu et Seigneur, les infestations de l'astuce diabolique.

     V. Voici la Croix du Seigneur, fuyez, puissances ennemies.
     R. Il a vaincu le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David.

     V. Que votre miséricorde, Seigneur, soit sur nous.
     R. Selon la mesure même où nous espérons en Vous.

     V. Seigneur, exaucez ma prière.
     R. Et que mon cri monte jusqu'à Vous.
     
(Les laïcs omettent le verset et le répons suivants)
     V. Le Seigneur soit avec vous.
     R. Et avec votre esprit.

Oraison.
     Dieu et Père de Notre Seigneur Jésus Christ, nous invoquons Votre Saint Nom ; et, suppliants, nous réclamons très instamment Votre clémence, par l'intercession de la Vierge immaculée, Mère de Dieu, de saint Michel Archange, de saint Joseph, époux de Marie, des saints Apôtres Pierre et Paul et de tous les Saints, daignez nous octroyer secours contre Satan et tous les autres esprits impurs, qui parcourent le monde en vue de nuire au genre humain et de perdre les âmes.
     Ainsi-soit-il.

EXORCISME

     Nous t'exorcisons, qui que tu sois, esprit immonde, puissance satanique, horde de l'infernal ennemi, légion démoniaque, toute assemblée et secte diabolique; au nom et par la "Vertu" (Luc. VIII, 46) de Jésus-Christ + Notre Seigneur, sois extirpé et chassé par l'Eglise de Dieu, des âmes (Math. XII, 43) créées à l'image de Dieu et rachetées par le précieux Sang du Divin Agneau +. Désormais, n'aies plus l'audace, perfide serpent, de tromper le genre humain, de persécuter l'Eglise de Dieu, de secouer et de "cribler comme le froment" (Luc. XXII, 31) les élus de Dieu + .
     Il te le commande, le Dieu Très Haut + à qui, en ton grand orgueil, tu prétends encore être semblable, Lui qui veut que "tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité" (I Tim II, 4).
     Il te le commande, Dieu le Père + .
     Il te le commande, Dieu le Fils + .
     Il te le commande, Dieu le Saint Esprit + .
     Il te le commande, le Christ en majesté, Verbe éternel de Dieu fait chair + , qui, pour le salut de notre race, perdue par ta jalousie, "s'est humilié lui-même et s'est fait obéissant jusqu'à la mort" (Philip. II, 8), qui a édifié son Eglise, sur le "Roc" (Math. VII, 24), et promis que "les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle" (Math. XVI, 18), puisqu'"Il demeurera avec Elle jusqu'à la consommation des siècles" (Math. XXVIII, 20).
     Il te le commande, le signe sacré de la Croix + , et la vertu inhérente à tous les mystères de la foi chrétienne + .
     Elle te le commande, la très auguste Mère de Dieu, la Vierge Marie + qui, dès le premier instant de son Immaculée Conception, a, par son humilité, écrasé ta tête trop orgueilleuse.
     Elle te le commande la Foi des saints Apôtres Pierre et Paul et des autres Apôtres + .
     Il te le commande le sang des martyrs et la pieuse intercession de tous les Saints et les Saintes + .
Ainsi donc, maudit dragon et toute légion diabolique, nous t'adjurons par le Dieu + vivant, par le Dieu + vrai, par le Dieu + Saint, par ce Dieu qui a tant aimé le monde au point de lui donner Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle (Jean III, 15).
     Cesse de tromper les humaines créatures et de leur verser le poison de la damnation éternelle. Cesse de nuire à l'Eglise et d'entraver sa liberté. Arrière Satan, inventeur et maître de toute tromperie, ennemi du salut des hommes. Cède ta place au Christ en qui tu n'as rien trouvé de tes œuvres. Cède la place à l'Eglise, une, sainte, catholique et apostolique, que le Christ a acquise au prix de Son Sang. Incline toi sous la main puissante de Dieu, tremble et fuis à l'invocation que nous faisons du saint et redoutable Nom de ce Jésus qui fait trembler les enfers, à qui sont soumises les vertus des Cieux et les Puissances et les Dominations, que les Chérubins et les Séraphins louent dans un concert sans fin, disant : Saint, Saint, Saint est le Seigneur, Dieu des armées.

     V. Seigneur, exaucez ma prière.
     R. Et que mon cri s'élève jusqu'à vous.

  (Les laïcs omettent le verset et le répons suivants)
     V. Le Seigneur soit avec vous.
     R. Et avec votre esprit.

Oraison.
     Dieu du ciel, Dieu de la terre, Dieu des Anges, Dieu des Archanges, Dieu des Patriarches, Dieu des Prophètes, Dieu des Apôtres, Dieu des Martyrs, Dieu des Confesseurs, Dieu des Vierges, Dieu qui avez le pouvoir de donner la vie après la mort, le repos après le travail, parce qu'il n'y a pas d'autre Dieu que Vous, et qu'il ne peut y en avoir si ce n'est Vous, le Créateur de toutes choses visibles et invisibles, Vous dont le règne n'aura point de fin : nous supplions humblement Votre Glorieuse Majesté d'user de Sa Puissance pour nous délivrer de toute tyrannie des esprits infernaux, de leurs pièges, tromperies, méchancetés, et de nous conserver indemnes de tout mal.
Par Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.

     V. Des embûches du démon.
     R. Délivrez-nous, Seigneur.

     V. Que Votre Eglise Vous serve dans la liberté, l'ordre et la paix ;
     R. Nous Vous en prions, écoutez-nous, Seigneur.

     V. Que les ennemis de Votre Sainte Eglise soient humiliés et convertis ;
     R. Nous Vous en supplions, Seigneur, exaucez-nous.

Antienne
     Seigneur, ne Vous souvenez pas de nos fautes, ni de celles de nos parents, et ne tirez point vengeance de nos péchés ; ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il (Tob. iii, 3 - Math. vi, 13 ).
Notre Père…
     Asperger d'eau bénite les personnes présentes et les quatre coins de la salle. Remercier aussitôt des grâces obtenues en récitant le MAGNIFICAT.

______________________________________________________________________________

EXORCISMUS IN SATANAM
et angelos apostaticos

Jussu Leonis XIII, Pont. Max. Editus
     In nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen.

Psalmus LXVII
     Exsurgat Deus et dissipentur inimici ejus : et fugiant qui oderunt eum a facie ejus.
     Sicut deficit fumus, deficiant ; sicut fluit cera a facie ignis, sic pereant peccatores a facie Dei.

Psalmus XXXIV
     Judica Domine nocentes me expugna impugnantes me.
     Confundantur et revereantur quærentes animam meam.
     Avertantur retrorsum et confundantur  cogitantes mihi mala.
     Fiant tamquam pulvis ante faciem venti: et Angelus Domini coarctans eos.
     Fiat via illorum tenebræ, et lubricum : et Angelus Domini persequens eos.
     Quoniam gratis absconderunt mihi interitum laquei sui : supervacue exprobraverunt animam meam.
     Veniat illi laqueus quem ignorat ; et captio quam abscondit, apprehendat eum : et in laqueum cadat in ipsum.
     Anima autem mea exsultabit in Domino: et delectabitur super salutari suo.
     Gloria Patri, et Filio, et Spiritui Sancto,
     Sicut erat in principio, et nunc et semper, et in sæcula sæculorum. Amen.

AD S. MICHALEUM ARCHANGELUM
PRECATIO

     Princeps gloriosissime cœlestis militiæ, sancte Michael Archangele, defende nos in prœlio et colluctatione, quæ nobis est adversus principes et potestates, adversus mundi rectores tenebrarum harum, contra spiritualia nequitiæ, in cœlestibus (Ephes. vi, 12). Veni in auxilium hominum ; quos Deus creavit inexterminabiles, et ad imaginem similitudinis suæ fecit, et a tyrannide diaboli emit pretio magno (Sap. II, 23 - I Cor. vi, 20).
Prœliare hodie cum beatorum angelorum exercitu prœlia Domini, sicut pugnasti olim contra ducem superbiæ luciferum et angelos ejus apostaticos ; et non valuerunt, neque locus inventus est eorum amplius in cœlo. Sed projectus est draco ille magnus, serpens antiquus, qui vocatur diabolus et satanas, qui seducit universum orbem ; et projectus est in terram, et angeli ejus cum illo missi sunt (Apoc. XII, 8-9).

     En antiquus inimicus et homicida vehementer erectus est. Transfiguratus in angelum lucis, cum tota malignorum spirituum caterva, late circuit et invadit terram, ut in ea deleat nomen Dei et Christi ejus, animasque ad æterna gloriæ coronam destinatas furetur, mactet ac perdat in sempiternum interitum. Virus nequitiæ suæ, tamquam flumen immundissimum, draco maleficus transfundit in homines depravatos mente et corruptos corde ; spiritum mendacii, impietatis et blasphemiæ ; halitumque mortiferum luxuriæ, vitiorum omnium et iniquitatum.

     Ecclesiam, Agni immaculati sponsam, vaferrimi hostes repleverunt amaritudinibus, inebriarunt absinthio ; ad omnia desiderabilia ejus, impias miserunt manus. Ubi sedes beatissimi Petri et Cathedra veritatis ad lucem gentium constituta est, ibi thronum posuerunt abominationis impietatis suæ ; ut percusso pastore, et gregem disperdere valeant. Adesto, itaque, Dux invictissime, populo Dei contra irrumpentes spiritales nequitias, et fac victoriam.

     Te custodem et patronum sancta veneratur Ecclesia ; te gloriatur defensorem adversus terrestrium et infernorum nefarias potestates ; tibi tradidit Dominus animas redemptorum in superna felicitate locandas. Deprecare Deum pacis, ut conterat satanam sub pedibus nostris, ne ultra valeat captivos tenere homines, et Ecclesiæ nocere. Offer nostras preces in conspectu Altissimi, ut cito anticipent nos misericordiæ Domini (Ps. LXXVIII, 8), et apprehendas draconem serpentem antiquum, qui est diabolus et satanas, ac ligatus mittas in abyssum, ut non seducat amplius gentes (Apoc. XX, 3).

     Hinc tuo confisi præsidio ac tutela, sacra Sanctæ Matris Ecclesiæ auctoritate, ad infestationes diabolicæ fraudis repellendas in nomine Jesus-Christi Dei et Domini nostri fidentes et securi aggredimur.
     
     V. Ecce Crucem Domini, fugite partes adversæ.
     R. Vicit leo de tribu Juda, radix David.

     V. Fiat misericordia tua, Domine, super nos.
     R. Quemadmodum speravimus in te.

     V. Domine, exaudi orationem meam.
     R. Et clamor meus ad te veniat.

     V. Dominus vobiscum.
     R. Et cum spiritu tuo.

Oremus.
     Deus et Pater Domini nostri Jesu Christi, invocamus nomen sanctum tuum, et clementiam tuam supplices exposcimus : ut per intercessionem immaculatæ semper Virginis Dei Genitricis Mariæ, beati Michaelis Archangeli, beati Joseph ejusdem beatæ Virginis Sponsi, beatorum Apostolorum Petri et Pauli et omnium sanctorum, adversus satanam, omnesque alios irnmundos spiritus, qui ad nocendum humano generi animasque perdendas pervagantur in mundo, nobis auxilium præstare digneris. Per eumdem Christum Dominum nostrum. R. Amen.

EXORCISMUS

     Exorcizamus te, omnis immunde spiritus, omnis satanica potestas, omnis incursio infernalis adversarii, omnis legio, omnis congregatio et secta diabolica, in nomine et virtute Domini nostri Jesu + Christi, eradicare et effugare a Dei Ecclesia, ab animabus ad imaginem Dei conditis ac pretioso divini Agnis sanguine redemptis + . Non ultra audeas, serpens callidissirne, decipere humanum genus, Dei Ecclesiam persequi, ac Dei electos excutere et cribrare sicut triticum + .
     Imperat tibi Deus altissimus +, cui in magna tua superbia te similem haberi adhuc præsumis ; qui omnes homines vult salvos fieri, et ad agnitionem veritatis venire (I Tim. II, 4).
     Imperat tibi Deus Pater + ;
     Imperat tibi Deus Filius + ;
     Imperat tibi Deus Spiritus Sanctus +.
     lmperat tibi majestas Christi, æternum Dei Verbum caro factum + , qui pro salute generis nostri tua invidia perditi, humiliavit semetipsum factus obediens usque ad mortem (Phil. II, 8) ; qui Ecclesiam suam edificavit supra firmam petram, et portas inferi adversus eam numquam esse prævalituras edixit, cum ea ipse permansurus omnibus diebus usque ad consummationem sæculi (Math. XXVIII, 20.).
     Imperat tibi sacramentum Crucis +, omniumque christianæ fidei Mysteriorum virtus +.
     Imperat tibi excelsa Dei Genitrix Virgo Maria + quæ superbissimum caput tuum a primo instanti Immaculatæ suæ    Conceptionis in sua humilitate contrivit.
     Imperat tibi fides sanctorum Apostolorum Petri et Pauli, et ceterorum Apostolorum + .
     Imperat tibi Martyrum sanguis, ac pia Sanctorum et Sanctarum omnium intercessio + .
     Ergo, drago maledicte et omnis legio diabolica, adjuramus te per Deum + vivum, per Deum + verum, per Deum + sanctum, per Deum qui sic dilexit mundum, ut Filium suum unigenitum daret, ut omnis qui credit in eum non pereat, sed habeat vitam æternam (Jo. III, 15) :
     Cessa decipere humanas creaturas, eisque æternæ perditionis venenum propinare : desine Ecclesiæ nocere et ejus libertati laqueos injicere. Vade satana, inventor et magister omnis falIaciæ, hostis humanæ salutis. Da locum Christo, in quo nihil invenisti de operibus tuis ; da locum Ecclesiæ uni, sanctæ, catholicæ, et apostolicæ, quam Christus ipse acquisivit sanguine suo. Humiliare sub potenti manu Dei ; contremisce et effuge, invocato a nobis sancto et terribili nomine Jesu, quem inferi tremunt, cui Virtutes cœlorum et Potestates et Dominationes subjectæ sunt ; quem Cherubim et Seraphim indefessis vocibus laudant dicentes : Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth.

     V. Domine, exaudi orationem meam.
     R. Et clamor meus ad te veniat.

     V. Dominus vobiscum.
     R. Et cum spiritu tuo.

Oremus.

    Deus cœli, Deus terræ, Deus Angelorum, Deus Archangelorum, Deus Patriarcharum, Deus Prophe-tarum, Deus Apostolorum, Deus Martyrum, Deus Confessorum, Deus Virginum, Deus qui potestatem habes donare vitam post mortem, requiem post laborem ; quia non est Deus præter te, nec esse posset esse nisi tu creator omnium visibilium et invisibilium, cujus regni non erit finis : humiliter majestati gloriæ tuæ supplicamus, ut ab omni infernalium spirituum potestate, laqueo, deceptione et nequitia nos potenter liberare, et incolumes custodire digneris.
Per Christum Dominum nostrum.  Amen.

     V. Ab insidiis diaboli,
     R. Libera nos Domine.

     V. Ut Ecclesiam tuam secura tibi facias libertate servire ;
     R. Te rogamus, audi nos.

     V. Ut inimicos sanctæ Ecclesiæ humiliare digneris;
     R. Te rogamus, audi nos.

     Ne reminiscaris Domine delicta nostra, vel parentum nostrorum : neque vindictam sumas de peccatis nostris (Tob. III, 3).
     Pater noster...
     Et aspergatur locus aqua benedicta.

MAGNIFICAT.

http://www.youtube.com/watch?v=BKtlURfZdDg

#5 25-10-2010 13:07:23

MimilleLaBordille
Guest

Re: L'exorcisme en question

exorcisme-Vade_retro_satanas.jpg

Lisez tranquille
Le Ringard exorcise ce post !

Hahaha ! Une affaire de reptilien ?
On rigole... Chez les négro-spirituels de la famille tuyau de poêle

En tout cas le démon invoqué a pris une âme pure.
A lire aussi : http://www.the-savoisien.com/wawa-consp … php?id=119
Rebondissement : il ne s'agirait que d'une affaire de stupéfiants...
Que ne dirait-on pas pour avoir de beau papier.
__________________________________________

manipulation4.jpg

Ils se jettent par la fenêtre pour échapper au diable

Douze membres d’une même famille qui se pensaient traqués par le diable se sont défenestrés hier matin dans les Yvelines. Parmi eux, un bébé de 4 mois n’a pas survécu à ses blessures.

Un bébé de 4 mois décédé et onze autres personnes hospitalisées. C’est le dramatique bilan d’une soirée mystico-religieuse encore confuse dans un appartement d’une cité populaire de La Verrière (Yvelines).

En savoir plus
    Un délire collectif inexplicable
    « Ma fille a dit qu’elle était Jésus »

C’est vers 5 heures, hier matin, que le drame se noue. « Mon voisin du dessus, Alain*, a frappé à ma porte nu comme un ver et les mains ensanglantées, explique Manuel Armand, qui habite au premier étage d’un immeuble HLM du quartier Orly-Parc. Ses mains saignaient tellement, mais tout ce qu’il voulait, c’était des vêtements. »
Machinalement, Manuel s’exécute et prête un pantalon et une chemise à son voisin avant d’avertir les secours. Selon ce même témoin, Alain remonte alors à son appartement et, à travers la porte fermée, hurle à sa compagne : « Alice*, ne les suis pas, ils sont en train de te tromper. Au nom de Jésus, ne les suis pas! »
Quelques minutes plus tard, la police et les pompiers entrent dans l’immeuble et en ressortent aussitôt… Les douze personnes — cinq adultes d’origine centrafricaine âgés de 21 ans à 30 ans et sept enfants de 4 mois à 9 ans — réunies dans le logement d’Alain viennent de se jeter par les fenêtres aux cris de : « Jésus, Jésus, Jésus! »
Dix d’entre elles sont aussitôt retrouvées et transportées vers les différents hôpitaux de la région. Elles souffrent de multiples traumatismes. Vers 9 heures, les deux dernières victimes, un homme et une petite fille de 2 ans et demi sérieusement blessée, sont enfin découvertes. Apparemment effrayé, Benoît s’était caché avec sa nièce dans des buissons. Il hurlait : « Je devais me défendre, je devais me défendre! » a raconté une policière.
Selon les premiers éléments de l’enquête, Alice, qui vivait dans l’appartement avec son concubin et leurs quatre enfants, avait reçu dans la nuit la visite de trois de ses sœurs, de son frère et de leurs enfants. Alain a raconté à son voisin Manuel avoir été réveillé dans la nuit par sa compagne pour préparer un biberon à leur petite fille de 4 mois. Selon l’adjointe au procureur de Versailles, Odile Faivre, les adultes présents regardent à ce moment la télévision. En voyant apparaître Alain alors qu’il se rend à la cuisine, Marie*, l’une des sœurs d’Alice, s’écrie : « C’est le diable, c’est le diable! » imitée par le reste de la famille, qui lui arrache ses vêtements et le pousse à l’extérieur de l’appartement. Le père s’accroche à la porte mais Marie se serait alors emparée d’un couteau, blessant à plusieurs reprises son beau-frère aux mains pour lui faire lâcher prise. Quelques minutes plus tard, les adultes restés dans l’appartement basculent dans le vide avec les enfants.
« Pour l’instant, tout est très confus. Les deux versions que nous avons se contredisent », explique Odile Faivre. Selon Benoît*, le frère d’Alice, c’est Alain qui aurait menacé la famille. Dans un mouvement de panique, tout le monde aurait alors sauté par la fenêtre.
La fillette décédée devait être transférée à l’hôpital de Garches (Hauts-de-Seine) pour y être autopsiée. Le pronostic vital d’une petite fille de 30 mois est toujours engagé. Aucune trace de stupéfiants ou de substance hallucinogène n’a été retrouvée dans l’appartement. Alain, Marie et Benoît étaient toujours hier soir en garde à vue.
______________________________
* Tous les prénoms ont été changés.
Cela fait plus français pardi que Mamadou.

______________________________________________________________________________

Un reptilien qui se dévoile fait toujours peur.

Douze personnes, dont un bébé et six enfants, ont sauté depuis le deuxième étage d'un immeuble situé rue Marcelle-Rivière, à La Verrière (Yvelines), samedi matin vers 5 heures. A l'origine de cette panique collective : ils ont cru voir le diable. Le bébé de 4 mois est décédé en fin d'après-midi, selon nos informations.
Cette petite fille a été transférée à l'hôpital de Garches pour une autopsie afin de connaître les raisons exactes de son décès. Le pronostic vital d'une autre petite fille, âgée de 30 mois, était toujours engagé. Plusieurs des victimes défenestrées ont également été hospitalisées.

Les circonstances du drame, très confuses au départ, semblent un peu s'éclaircir, selon les explications du parquet de Versailles. «Treize personnes se sont trouvées dans un appartement au second étage d'un immeuble quand, vers 3 heures du matin, l'un des occupants a entendu son enfant pleurer», explique Odile Faivre, procureur(e) adjointe au parquet de Versailles. Il s'agit du père de la petite fille de 4 mois décédée ce samedi.

L'homme pris pour le Malin blessé à l'arme blanche

«L'homme en question d'origine africaine, qui était tout nu, s'est levé pour préparer un biberon quand son épouse aurait hurlé en le voyant : C'est le diable, c'est le diable», a ajouté la procureure adjointe. «Il a été sérieusement blessé à la main d'un coup de couteau avant d'être expulsé de l'appartement», a-t-elle précisé. Le père de famille qui se trouvait dans le plus simple appareil a tenté d'entrer à nouveau dans l'appartement. «C'est à ce moment précisément que les autres occupants ont pris la fuite en sautant par la fenêtre, ayant une peur panique du diable», a poursuivi Odile Faivre.

Selon la procureure adjointe, «aucune séance de spiritisme n'aurait eu lieu dans l'appartement.» Les policiers, qui ont fouillé le logement, n'ont pas découvert de substances hallucinogènes.

Outre celui qui a été confondu avec le diable, âgé de 30 ans, un deuxième homme qui se serait défenestré avec une fillette de 2 ans dans les bras a été interpellé par la police. Selon le parquet de Versailles, parmi les personnes blessées, sept ont été transportées dans le services des urgences de plusieurs hôpitaux de la région. Ils souffrent de multiples traumatismes. Deux enfants ont été transportés à l'hôpital Necker, indique encore le parquet.

L'enquête se poursuit pour savoir si les personnes qui se sont défenestrées l'ont fait d'elles-mêmes ou si on les a obligées à le faire.

______________________________________________________________________________

« Ma fille a dit qu’elle était Jésus »
SYLVIE* la grand-mère du bébé décédé
Sylvie*, la maman d’Alice, Marie, Sophie, Lucette et Benoît, est comme anesthésiée, incapable de comprendre comment cinq de ses huit enfants ont pu se défenestrer dans la nuit de vendredi à samedi. « C’est un mauvais rêve dont je n’arrive pas à me réveiller », soupire-t-elle. C’est chez elle que sa fille Marie, âgée de 24 ans et maman de deux enfants, avait récemment trouvé refuge après des difficultés dans son couple.

« Avec Alice, elle a commencé à fréquenter une petite église », se souvient Sylvie. La mère de famille explique que Marie a décidé de retirer ses enfants de l’école il y a quelques semaines, puis de se faire baptiser : « Le pasteur de cette église lui a dit qu’elle avait quelque chose en elle, et qu’il allait le faire sortir pour que tout s’arrange dans son couple. »
Vendredi, Marie, Sophie, Lucette et Benoît ont passé la journée chez leurs parents dans le Val-d’Oise. Ils se sont amusés en famille et ont chanté des chants religieux avec les enfants. Selon sa mère, Marie a commencé à tenir des propos inquiétants : « Elle m’a dit : Je t’arrête au nom de Jésus de Nazareth. Je vais te purifier comme je l’ai fait pour mon père et mes frères et sœurs. » Pensant à une mauvaise plaisanterie, Sylvie a ordonné à sa fille d’arrêter. En vain. Marie est allée jusqu’à se présenter comme Jésus de Nazareth.
Au milieu de la nuit, Sylvie dit avoir entendu du bruit lorsque ses filles ont quitté la maison avec leurs bagages et leurs enfants. Elle ne savait pas que c’était pour se rendre à La Verrière, chez Marie. Là où s’est joué l’effroyable drame.
_____________
* Tous les prénoms ont été changés.

______________________________________________________________________________

troll0.jpg

Défenestrés des Yvelines : l'enquête s'éloigne de la piste satanique
« A ce stade de l'enquête, rien ne confirme une histoire de spiritisme. Alain* est le seul à parler de Satan, les autres membres de la famille contestent que ces propos ont été tenus.» Lundi matin, Michel Desplan, le procureur de la République de Versailles a fait état d'avancées dans l'enquête policière concernant les douze membres d'une même famille qui se sont défenestrés samedi vers 5 heures du matin à la Verrière (Yvelines) .
Le drame s'est déroulé dans un appartement au deuxième étage d'un immeuble, situé au 36, rue Marcel-Rivière à La Verrière. Au cours de ce drame, un bébé de 4 mois est décédé.

Deux versions divergentes


«Au moment, des faits, 13 personnes se trouvent dans l'appartement. Alain est présent dans une chambre avec son épouse et ses deux enfants. Dans l'autre chambre, se trouvent ses trois belles soeurs, son beau-frère et 5 enfants. A partir de là, les versions différent», indique le procureur.

Alain dit avoir été réveillé par les pleurs d'un de ses enfants. Il se serait rendu à la cuisine pour aller chercher un biberon. Il aurait alors été pris à partie par une de ses belles soeurs qui l'aurait traité à deux reprises de satan. Son frère et elle auraient voulu le faire sortir de l'appartement. Il aurait été mis à la porte et dans le mouvement aurait perdu son peignoir. Il aurait alors tenté de forcer la porte pour récupérer un vêtement. C'est à ce moment, qu'il aurait été blessé aux mains à l'aide de couteau. Il aurait alors entendu. "On va te tuer, on va te tuer"». Finalement, il serait descendu voir son voisin du premier étage pour lui réclamer des vêtements. Ce dernier aurait appelé la police.

«Il n'est pas question de satan»

Telle n'est pas la version fournie par tous les autres adultes et un enfant. Ces derniers racontent que vers 4 heures du matin, Alain serait rentré dans la chambre et les auraient menacés d'un couteau en les incitant à ouvrir la fenêtre et à sauter. Benoît pour protéger sa famille se serait alors battu. Sa belle soeur, Marie serait aussi intervenue Mais dans un mouvement de panique, l'ensemble des protagonistes auraient préféré quitter les lieux en sautant par la fenêtre plutôt qu'à devoir affronter cet homme violent armé d'un couteau. «Cette version recueille de près ou de loin l'assentiment des membres de la famille. Il n'est pas question de satan. Il y a une menace contre la belle-famille mais sans aucune référence à quelque religion que ce soit», insiste le procureur. Sur place, les enquêteurs ont trouvé trois couteaux dont deux ensanglantés.
Le parquet a requis la mise en examen d'Alain, déjà connu pour trafic de stupéfiants pour «coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et des incapacités totales de travail ( ITT) supérieures à 8 jours sur les onze autres victimes»; celle de Benoît et Marie pour «violences volontaires avec armes ayant entraîné une ITT supérieure à 8 jours sur Alain». Il a également requis la détention provisoire pour Alain et Benoît et le placement sous contrôle judiciaire de Marie. Deux juges d'instruction ont été chargés de cette affaire.
_____________________________
*Tous les prénoms ont été changés

Last edited by MimilleLaBordille (25-10-2010 18:31:37)

Board footer


Minds - VK - GAB - RSS

Balder Ex-libris - Histoire Ebook - Free PDF - Aryana Libris - PDF Archive

Aldebaran Video - Viva Europa - Le Gentil - Un grain de Sable

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius