You are not logged in.

WAWA CONSPI - The Savoisien

Exegi monumentum aere perennius

Announcement

#1 15-01-2011 22:00:37

Dejuificator
Guest

Vial Abbe Marie Léon

juif_roi.jpg

L. Vial

Le Juif Roi
Comment le détrôner

L. Vial - Le Juif Roi Comment le detroner.pdf (19.87 MB)

http://www.balderexlibris.com/index.php … e-Juif-Roi
http://www.histoireebook.com/index.php? … e-Juif-Roi

Des moyens pratiques d'arriver à l'anéantissement de la puissance juive en France, le danger juif étant considéré au point de vue de la race et non au point de vue religieux ?
Nous avons un instant regretté que la question fut ainsi posée ; car la lutte que le Juif livre au goy est bien, au fond, une lutte religieuse, elle n'est même que cela ; il semblait donc à première vue que c'est sur ce terrain seul que nous devions nous défendre ; mais, réflexion faite, nous nous sommes vite aperçu que ce point de vue est trop élevé pour le peuple matérialisé par la judéo-maçonnerie :
parlez-lui de la religion, il vous écoutera, mais sans faire un pas pour marcher à votre suite : le levier de la foi n'a plus de prise sur sa volonté anémiée ; parlez-lui d'intérêts matériels, au contraire, vous surexcitez tout ce qu'il peut y avoir encore en lui d'énergie.
Or la race juive, en tant que race, est depuis dix-huit siècles, informée en quelque sorte par le Talmud, qui prêche le mensonge et le vol : cette doctrine des pharisiens, transmise de génération en génération et qui, à l'heure actuelle, fait encore le fond de l'enseignement rabbinique dans les séminaires juifs, a infusé à cette RACE des habitudes de vol et de rapine qui se transmettent avec le sang, comme les habitudes chrétiennes se transmettent, dans une large mesure, de génération en génération, avec le sang des parents chrétiens, à leurs enfants.
Or les chrétiens sont victimes des mauvaises habitudes de cette race; c'est donc sur la question de race qu'il faut convier le peuple à la bataille, la seule sur laquelle il veuille nous suivre, question qui n'exclut pas le point de vue plus élevé de la religion, mais le suppose, au contraire.

Last edited by Dejuificator (15-01-2011 22:05:01)

#2 25-03-2011 19:21:46

Sycophante
Guest

Re: Vial Abbe Marie Léon

vial_monarchie.png

Jeanne d'Arc
et
LA MONARCHIE



A SA SAINTETÉ
NOTRE SAINT PERE LE PAPE PIE X
SOUTIEN DE L'ÉGLISE, SAUVEUR DE LA FRANCE
LE PLUS HUMBLE, LE PLUS RESPECTUEUX,
LE PLUS FILIAL HOMMAGE DE L'AUTEUR,
EN RECONNAISSANCE
DE LA « BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE » DU 19 NOVEMBRE 1904,
QUI L'A SI OPPORTUNÉMENT RÉCONFORTÉ
DANS SES LUTTES POUR L'ÉGLISE ET LA FRANCE
CONTRE LEURS COMMUNS ENNEMIS :
LES JUIFS ET LES FRANCS-MAÇONS.
ABBÉ VIAL

DÉCLARATION DE L'AUTEUR

Conformément aux décrets d'Urbain VIII, du 13 mars 1625, du 5 juin 1631, du 5 juillet 1634 sur la Canonisation des Saints et la Béatification des Bienheureux, nous déclarons ne donner à aucun des faits ou des mots contenus dans cet ouvrage, plus d'autorité que ne lui en donne ou ne lui en donnera l'Eglise à laquelle nous nous faisons gloire d'être très humblement soumis. En ce qui concerne le titre de « Confesseur de la Foi » que nous arborons ici, qu'on veuille bien n'y voir aucune arrière pensée de gloriole, mais uniquement le désir de donner à la parole de la bienheureuse Jeanne d'Arc que nous désespérons de glorifier comme elle le mérite, un peu de celte auréole dont S. Paul, dédaigneux des artifices de la rhétorique humaine, ne dédaignait pas cependant d'entourer la Parole divine, quand il énumérait tout ce qu'il avait souffert pour Elle : les verges, la prison, les naufrages, les trahisons etc. (II Cor. xi).
Jeanne d'Arc, qui n'a parlé et agi qu' « au nom du Roi du Ciel », c'est la Parole de Dieu à la France! Cette Parole a éclaté en 1909 par la Béatification de l'héroïne. Le salut de la France va dépendre de la façon dont elle accueillera celle Parole, en 1910 !
Mais Elle aura une raison de plus de l'accueillir, si cette Parole lui est présentée par un de ceux « dont les sentiments et les recommandations étaient de très grands poids dans la primitive Eglise, de ceux qu'elle « entourait de gloire et d'honneur », qu'elle « érigeait en juges et en arbitres » : les Confesseurs de la Foi.

C'est toute la raison du titre que nous arborons ici. II faut à tout prix que la France trouve son salut dans l'accueil qu'elle fera à la Parole de la bienheureuse Jeanne d'Arc.

ABBÉ VIAL.

Vial (Abbé) Marie Léon
« Confesseur de la Foi »
Jeanne d'Arc et la monarchie

Vial Abbe Marie Leon - Jeanne d Arc et la monarchie.pdf (30.24 MB)

http://www.balderexlibris.com/index.php … -monarchie
http://www.histoireebook.com/index.php? … -monarchie

C'est Dieu qui a fixé ses limites à la France, comme à tous les peuples
prédestinés à jouer un rôle dans l'histoire de l'humanité.

Leanne_d_Arc_par_Fremiet.jpg
____________________

C'EST DIEU QUI A FIXÉ SES LIMITES À LA FRANCE

Que les internationalistes de la judéo-maçonnerie cosmopolite le veuillent ou non, c'est Dieu qui a créé les Patries, comme Il a créé la famille, fondement des Patries, comme Il a créé la Terre pour être l'asile et la nourricière des familles et des Parties. Et cette vérité si discutée aujourd'hui, quoique si peu discutable, n'en déplaise à M. Clémenceau, qui prétend qu'« on peut bien discuter la Patrie, puisque on discute Dieu ! », cette vérité, comme toute vérité, est aussi ancienne que le monde. Il y a plus de 3.000 ans que l'Esprit-Saint la formulait ainsi par la plume de Moïse :
« Quand le Très-Haut divisait les nations, quand il séparait les fils d'Adam, il traça (Lui-même) les frontières des peuples... »
(Deut. XXXII, 8)
Et saint Paul la rappelait, il y a 1900 ans, devant le plus auguste cénacle des « intellectuels » du monde, devant l'Aréopage : « Dieu, dit-il, qui a fait le monde et tout ce qui s'y trouve... qui a fait naître d'un seul homme toute la race des hommes... a fixé aussi (dans le temps) l'ordre des saisons et (dans l'espace) les bornes de l'habitation de chaque peuple, « definiens terminos habitationis eorum) ». (Act. XVII, 26)
Saint Paul dit cela devant l'Aréopage et l'Aréopage ne protesta pas ! Il est vrai que nos modernes sans-patrie se croient bien au-dessus de l'Aréopage !

C'est donc Dieu qui a créé les Patries.

S'Il a « fixé les bornes de l'habitation de chaque peuple », Il a donc fixé les bornes de l'habitation de ce peuple qui s'appelait autrefois le peuple gaulois, qui s'appelle aujourd'hui le peuple français. Ces « bornes » vous les connaissez : au Nord et à l'Ouest, la Manche et l'Océan ; au Sud, les Pyrénées et la Méditerranée ; à l'Est, les Alpes et le Rhin.

Voilà les bornes naturelles de la France ; naturelles, c'est-à-dire divines.

Et je défie bien l'internationaliste le plus convaincu, de me dire en quoi la main des hommes est pour quelque chose dans la fixation de ces limites-là !...
C'était, en tout cas, l'avis du fameux géographe Strabon dont « la géographie, dit un de ses biographes du XIXe siècle, d'une importance capitale, écrite à l'intention des hommes instruits du monde gréco-romain, affecte un caractère historique nettement marqué ».
Parlant de la Gaule, Strabon écrivait : « Personne ne pourrait douter, en contemplant cette œuvre de la Providence, qu'elle n'ait disposé ainsi ce pays avec intention, et non pas au hasard ».
C'est à la lettre le mot de saint Paul : « definiens terminos habitationis eorum ».
Ce qui prouve que si la patrie n'est pas un dogme, elle s'en rapproche terriblement, autant que la raison, de la foi et qu'en tout cas, dogmatique ou non, cette conception qui effarouche tant les cerveaux obtus de l'hervéisme contemporain, s'adapte cependant très bien aux lumières du bon sens et de la raison d'un simple païen.
Ce païen, il est vrai, était un génie qui n'avait rien de commun avec les soi-disant savants de la critique moderne, dont les folies « scientifiques », si elles prévalaient, ramèneraient l'humanité et la France au régime de Béhanzin.
Mais, quelle est cette « intention providentielle » dont parle Strabon ? Nous le verrons plus loin.
Notons pour l'instant que quand le païen Strabon écrivait cela, le monde païen lui-même allait finir, le Christ était né et Son Eglise allait naître, pour recueillir la succession. Mais quand il disait de la Gaule que « personne ne pourrait douter qu'elle ne fût l'œuvre intentionnelle de la Providence », il avait peut-être prévu saint Paul, il n’avait sûrement pas prévu Hervé.
Donc, c'est Dieu qui a fixé ses limites à la France, comme à tous les peuples prédestinés à jouer un rôle dans l'histoire de l'humanité.

[...]

jeanne.jpg

Jules Bastien-Lepage Jeanne d'Arc à Domrémy- 1879
Metropolitan Museum of Art, New York

vial_jeanne.png

#3 14-05-2011 19:59:41

Sycophante
Guest

Re: Vial Abbe Marie Léon

Vial Marie Léon
Le juif sectaire ou la tolérance talmudique

http://www.histoireebook.com/index.php? … talmudique
http://www.balderexlibris.com/index.php … talmudique


« Si dans cinquante ans vous ne nous avez pas pendus,
il ne vous restera pas de quoi acheter la corde pour le faire
. »
Le juif Mirés, en 1860.

viergeruedubac.jpg

Voici un document que nous pensions disparu par la grâce de la grande tolérance juive. Notre surprise fut immense de savoir que ces braves gens l'avez scanné et mis en ligne sur une bibliothèque juive à Francfort. Une résurgence quelques 100 ans après sa disparition des librairies.
Puisse Le Christ leur en tenir rigueur...

juden_und_roemer_am_kreuz_christi_k111654.jpg

__________________________

Dédicace
Paris, 2 juin 1899.
Ce volume est l’esquisse, à grands traits, de la tolérance des juifs, à travers dix-neuf siècles, à l’égard des chrétiens, spécialement des chrétiens français qu’il est de mode aujourd’hui d’accuser tous les jours d’intolérance à l’égard des juifs.
La tolérance — ou l’intolérance — des uns à l’égard des autres ressortira avec éclat, croyons-nous, de la situation faite aujourd’hui par une minorité d’environ cent cinquante mille juifs à une majorité de trente-huit millions de Français, catholiques à tous les degrés, pour avoir poussé la tolérance, il y a cent ans, envers ces étrangers, jusqu’à les admettre sur le pied de la plus stricte égalité, parmi les membres de la grande famille française.
A la clarté aveuglante des événements contemporains, résultats inévitables d’un siècle d’expérience, une première conclusion s’impose  :
La France est perdue si elle ne brise et bref délai le réseau des tyrannies cosmopolites où elle étouffe et se débat dans les étreintes de l’agonie !
— Par quel moyen ?
— Par l’union active de tous les Français sans distinction sur le terrain, seul pratique en ce moment, du patriotisme, c’est-à-dire de l’antisémitisme.
Ce sera notre conclusion dernière.
Nous dédions ce travail à Édouard Drumont comme un hommage affectueux du disciple au Maître, comme un tribut d’admiration à l’initiateur du mouvement providentiel en voie de sauver l’Algérie et qui sauvera la France, si, dans le secret dessein de Dieu, la France doit être sauvée !

______________________

LE TALMUD ET LA SAINTE-VIERGE

La verge que Dieu fit fleurir miraculeusement dans le tabernacle pour confirmer à  sa vocation au sacerdoce (Nombres XVII, 8) a toujours été regardée dans l’Église comme la figure de Marie d’où devait sortir la fleur du Messie.
Voici comment le vieux rabbin Nizzachon apprécie ce symbolisme, page 47 :
« Les hérétiques (les chrétiens) disent que ceci (le verset 8) concerne cette Charja (en latin stercus) Marie, qui serait restée vierge en donnant le jour à Jésus : puisse leur esprit crever ! »
Luther avait des expressions analogues à l’égard des catholiques.
Les soi-disant « intellectuels » protestants, juifs, francs-maçons devraient bien s’en souvenir lorsqu’ils rappellent les catholiques à « la mansuétude évangélique, à la tolérance humanitaire ».
Mais revenons aux beaux principes de la tolérance Talmudique dont nous aurions tort vraiment de nous éloigner trop longtemps.

vial_juif_sectaire.png

Board footer


Minds - VK - GAB - RSS

Balder Ex-libris - Histoire Ebook - Free PDF - Aryana Libris - PDF Archive

Aldebaran Video - Viva Europa - Le Gentil - Un grain de Sable

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius