You are not logged in.

WAWA CONSPI - The Savoisien

Exegi monumentum aere perennius

Announcement

#1 14-03-2010 15:29:00

Riton le Besogneux
Guest

Fontaine Pierre - la magie chez les noirs ...

Magie noire
Pierre Fontaine ; La magie chez les noirs - Ed. Dervy 1949
http://www.histoireebook.com/index.php? … -les-noirs


Pierre Fontaine
http://www.histoireebook.com/index.php? … ine-Pierre

Alors revoici le document en ligne une nouvelle fois, pour le bonheur des uns et et le déshonneur des autres.


.magieimage00_m.jpg
  Extrait :
"Nous avons médité longuement avant d'entreprendre la rédaction du présent ouvrage. Et c'est parce que nous pensons que le présent livre apporte un sens général, une orientation particulière et pour tout dire une originalité, que nous l'avons entrepris et publié.
Il existe de très nombreux ouvrages consacrés aux divers aspects de ce que nous nommons la magie chez les peuplades noires, nous pourrions en établir une vaste bibliographie. Pourtant, rares sont ceux qui contiennent une véritable synthèse ou qui ramènent l'ensemble de leurs constatations à une seule et vérifiable origine. Cette synthèse, comme cette réduction à une origine, nous pensons l'apporter.
L'Afrique compte cent cinquante millions d'habitants noirs et on y trouve des tribus, des royaumes, des agglomérations les plus diverses aux caractères les plus variés. Ces immenses populations, séparées qu'elles sont par l'espace, les degrés d'évolution, les influences subies, conservent entre elles des points communs et, nous osons l'affirmer, une source mystique unique l'origine certaine, des traditions vérifiables, une pensée, qui se manifestent surtout dans un état d'esprit, un ensemble de pratiques que, précisément, nous avons cru devoir grouper, par quelques exemples, sur ce titre : la Magie chez les Noirs.
On retrouve dans tous les coins de l'immense Afrique des preuves certaines et des cérémonies toujours vivantes qui prouvent l'existence du culte des ancêtres. Le docteur Stephen-Chauvet a publié des pages remarquables sur «l'Art funéraire au Gabon (1)».
On retrouve également partout ce qu'on peut nommer « les signes du ciel » et les « symboles cosmiques ».
Le soleil, la lune, les étoiles sont les témoins de la manifestation des hommes, quelle que soit leur couleur. Aussi retrouve-t-on chez les Noirs une façon originaire de traduire la présence et l'action des astres mobiles ou fixes qui règlent l'évolution du temps. Symboles cosmiques, symboles terrestres, symboles des quatre éléments : vents, pluies, chaud, froid, orage, foudre, nuages, raz de marée.
De tout cela la poésie ne pouvait être absente et voici de Ngaoundéré une traduction d'un conte indigène que nous trouvons dans les Tablettes (2) :
_____________
(1) Dans le Bulletin des Sœurs bleues de Castres (janvier 1933).
(2) Saint-Raphaël, 1er janvier 1933."

magieimage10.jpg

#2 20-04-2010 16:42:39

Riton le Besogneux
Guest

Re: Fontaine Pierre - la magie chez les noirs ...

Les pouvoirs sorcellaires de l’homme fang, au Gabon
(Source : memoireonline, Olivier P NGUEMA AKWE, Université Lumière Lyon 2)

« La dualité de l’existence et de l’existant est certes paradoxale,
puisque ce qui existe ne peut rien conquérir s’il n’existe pas déjà.
Mais la vérité de cette dualité, l’accomplissement de cette conquête est attesté par certains
moments de l’existence humaine ou l’adhérence de l’existence à l’existant apparaît comme un clivage. (...) »

De l’existence à l’existant, Emmanuel Levinas, (1947).

La conception générale de la sorcellerie chez les Fang est celle qui place les forces occultes au centre de toutes connaissances. Ils soutiennent que la sorcellerie est le pouvoir que l’homme avait perdu durant son voyage du cosmos pour la terre. C’est grâce à la sorcellerie que le monde évolue car rien de grand ne se fait dans le monde sans sorcellerie. Ainsi, la notion de l’homme, chez les Fang revient à distinguer un être naturel, charnel, une personne dont l’existence est fortifiée par des grâces supranaturelles (o ne mbot (1)). Cette différence purement symbolique à première vue, devient concrète et palpable dès la prise de conscience de l’homme face à son élément moteur distinctif du commun des mortels qui est l’evu. En effet, l’acquisition de l’organe de l’evu s’effectue généralement de trois façons distinctives chez les Fang. La première transmission, la plus importante et la plus connue, est la transmission par lignage (par filiation ou hérédité). Un enfant issue d’une famille de sorcier va hériter de la sorcellerie de ses parents pour continuer à représenter la famille aux grandes assemblées nocturnes. De ce fait, cet enfant est une personne importante dans la société car, il maîtrise les lois de l’invisible et sort du lot du commun des mortels.

Cette transmission de l’evu se fait le plus souvent en deux étapes. Premièrement, une partie de la transmission est faite dès la naissance de l’enfant par le biais du bain mystique préparé par le père et le reste « des pasteurs » (2) mystiques. Plus tard, quand l’enfant aura l’âge de pouvoir garder le secret (« l’âge de pleine conscience » 18 ans et plus), interviendra la transmission proprement dite.

Le second mode de transmission de la sorcellerie participant à la fabrication de l’homme est la transmission par acquisition. Pour une raison ou une autre, une personne s’adonne à la sorcellerie et devient sorcier. Par exemple, un enfant issue d’une famille pauvre va s’adonner à la sorcellerie pour combler le manque de richesse remarqué au sein de sa famille. Celui-ci va s’initier à la sorcellerie chez un sorcier initiateur pas forcement membre de sa famille. En principe, le maître sorcier va lui faire avaler la semence de la sorcellerie qui n’est autre que l’evu et lui transmettre l’akomeya à travers un rituel spécifique. La dernière façon de transmettre la sorcellerie est la transmission par don, qui peut intervenir soit dans un couple ou par personne mystique, de bonne foi La transmission par don est le résultat d’une bonne foi mystique, si la femme est sorcière, elle va aider son mari dans ses entreprises par le transfère des pouvoirs mystiques de la femme vers l’homme. Un autre exemple est celui d’un sorcier qui, au moment de sa mort, va vomir la semence de la sorcellerie evu et la donner à avaler à la personne de son choix qui va devenir immédiatement sorcier après l’ingestion de cette boule de chaire vivante qui est l’evu.

La fabrication de l’homme obéit donc à un cadre bien spécifique chez les Fang du Woleu-Ntem. Puisque l’homme ne peut vivre que dans une atmosphère imprégnée du sacré, il lui faut alors une multitude de techniques pour en consacrer l’espace. Le sacré est le réel par excellence, à la fois puissance, efficience, source de vie et de fécondité.

Récit n°5 de Zang Ango Patrick (3), 52 ans, taximan récit bilingue enregistré le 23 Mars 2006 à Adzougou (4)
1 Akomeya aguegue fe do ewon mbot a va béle na a ye kia bo mbot. Guets ki eyon a va biéle édà éne okukut.
   L’akomeya se donne aussi lorsque la personne naît. Si cette dernière ne devait pas prospérée dans sa vie.
2 eyon bâ bo étok. Bave ne mame na azu bo mbot ba ve na a bele a kum
   L’akomeya se donne le plus souvent quand l’enfant naît, dans une famille pauvre.

Quand on lui fait le bain, on met des choses pour que cet enfant devienne une personne importante dans la famille. On fait en sorte qu’il ait de la richesse.
Ce récit montre que l’acquisition de l’evu peut être au départ un fait de la volonté parentale. Cette transmission du pouvoir sorcier est généralement la plus utilisée chez les Fang du Woleu-Ntem pour sauvegarder l’héritage parental.
L’akomeya, comme pouvoir de richesse, peut également se transmettre dès la naissance avant que l’enfant ait l’âge de la raison. Cette transmission du pouvoir sorcier de l’akomeya demande qu’il soit effectué un autre rite pour le détenteur avant son mariage. Le rituel de transmission (étok) de l’akomeya va donc permettre à l’initié de pouvoir activer son evu.

Le rite de transmission sorcier est alors la clé de voûte de la formation de la personnalité de base chez les Fang. L’ensemble de ces rites relève de l’ordre du sacré. Un homme sorcier chez les Fang est celui là même qui défie la nature. C’est-à-dire une personne capable de changer l’ordre naturel des événements, un homme averti qui a la double vision, celle du jour et celle de la nuit. Un homme qui n’est jamais surpris ou rarement par le déroulement de la vie. Également un homme qui peut changer de forme au cours de la nuit. En un mot un sorcier est une personne doublée qui apparaît «comme étant l’élément fondamental, la base et l’assise du phénomène de la sorcellerie. C’est une personne physique dotée de connaissances et de pouvoirs particuliers». (5) Le sorcier est alors un homme surhumain chez les Fang, capable de voir à travers l’invisible, toucher à travers l’intouchable. La sorcellerie est par conséquent définie comme un savoir sacré, un patrimoine spirituel permettant de connaître la réalité fondamentale des choses. Pour le fang, c’est un ensemble de connaissances occultes donnant accès à des pouvoirs spécifiques qui seront utilisés d’une manière bénéfique ou maléfique selon l’intention du sorcier qui les détient. «La sorcellerie est alors le trait d’union entre l’individu et l’organisation invisible (univers des esprits)» (6).

Le sacré pour l’homme fang est inévitablement ce qui appartient au sacrum, c’est-à-dire ce qui a un rapport direct avec le religieux donc le divin. Le sacrée invite donc à prendre note, au sujet de l’esprit humain et de la vie spirituelle, d’une qualité supra temporelle de la vie. « Le sacré en l’homme est ce qui demeure au-delà du tourbillon et du remous de l’actualité » (7). C’est le niveau de pensées et idées participant à la personne ce, de l’ordre spirituel. Tout nous ramène à l’esprit de l’homme, c’est-à-dire ce que Saint Augustin appel mens, comme étant l’habitat du moi profond. C’est là que l’homme s’accorde avec la réalité finale de l’existence humaine ; que l’homme se retrouve, non pas seulement face à lui- même, mais aussi en dernier lieu face à face avec l’Etre suprême, avec Dieu.

Pour que la sorcellerie puisse intégrer l’homme fang du Woleu-Ntem dans son être suprême, les Fang parlent de dimensions différentes par lesquelles l’homme doit passer pour activer sa puissance. Il existe de ce fait quatre dimensions qui parfois peuvent amener au monde parallèle. Ces dimensions sont : la profondeur, la hauteur, la distance et la surface.

La profondeur est le domaine de la sagesse et de la vie profonde de l’être humain. Le passage dans cette dimension se fait par l’acquisition de certaines pratiques liées à la respiration. Ces pratiques sont des exercices permettant de réguler la respiration. Car la vie intérieure d’après les Fang tient au souffle. Dans l’intervalle inspiration aspiration, l’homme prélève dans le circuit du souffle de l’énergie vitale qu’il doit transformer en force positive pour le travail de son intérieur profond.

La hauteur correspond à l’élévation spirituelle. Ainsi, après un travail intérieur acquis c’est-à-dire un réel travail de la profondeur, l’homme fang doit dont purifier son esprit. La purification de l’esprit se fait par des techniques particulières telles que les bains de purification.

La distance est la porte la plus utilisée par les lutteurs sorciers. Dans la mesure où elle permet de sortir de son propre corps et effectuer un voyage astral, et c’est dans l’astre que le lutteur sorcier va pour la première fois rencontrer son véritable pouvoir mystique qui est l’eseneya. L’astral est l’élément privilégié de la sorcellerie fang. Dans la mesure où ce voyage permet de savoir en avance le devenir de la vie quotidienne.

Enfin, la surface qui est la porte de la matérialisation de la connaissance subtile. C’est-à-dire la somme totale des croyances liées aux contes, légendes et mythes. C’est l’une des portes que tout individu initié ou non peut ouvrir quand ce dernier croit fermement à la parole populaire de sa tradition.

Ainsi, l’homme fang peut d’un seul coup activer ses dimensions par le processus de l’initiation. Ces dimensions purement géométriques renvoient à une réalité physique qui se traduit par les différentes modes d’acquisition sorcière. Les Fang parlent de porte induite pour déclencher le mécanisme de la sorcellerie enfuit en soi. La porte induite est une issue, une voie qui mène au monde parallèle. Et ce monde est un monde qui se veut le reflet du monde dans lequel nous vivons. Car chaque création ou créature a un reflet, de la même façon que l’homme a un reflet, c’est de la même manière que notre planète terre a son reflet qui se trouve dans le monde parallèle. Par certain procédé, la multitude de portes induites que possède le monde parallèle finit par s’ouvrir à l’homme.

Si l’on s’en tient à la Bible qui retrace la création du monde et de l’univers, on verra que le premier acte magique ou sorcier posé par Dieu est la parole. Et c’est à partir d’elle que toute la création fut. Voilà sûrement pourquoi les Africains d’une manière générale ont une tradition orale peut-être pour plus se rapprocher de Dieu créateur du ciel et de la terre et garder leur riche tradition. « Au commencement était la parole et la parole était avec Dieu et la parole était Dieu. » Ceci revient à dire que Dieu n’a pas écrit mais a parlé. Tout est dans la parole pour Dieu. La même remarque est observable chez les grandes figures de ce monde tel que Socrate, Bouddha et Jésus Christ pour ne citer que ceux là qui, également n’ont pas écrit. La corrélation de ces faits montre que l’Africain est très attaché à Dieu, plus proche de lui qu’on ne l’imagine. Et surtout si on s’en tient à la découverte scientifique soutenant la thèse selon laquelle le premier Homme serait africain. Cela montre sûrement pourquoi la tradition africaine est longtemps restée orale.

La sorcellerie intègre la personne chez les Fang d’une manière orale et par le procédé des trois corps. Ainsi, l’oralité est la voie royale de la transmission de la sorcellerie. L’être humain est couvert de trois enveloppes suprasensibles qui favorisent l’acquisition de la sorcellerie. La première est appelée le fulu « Hora » qui est une couverture spirituelle et mystique de l’homme. C’est elle qui nous révèle les goûts et couleurs qu’un être apprécie, nous montre également ses forces et faiblesses. « Le fulu est le miroir intérieure de la personnalité de base (8). »Le fulu reflète toute notre personnalité car nos émotions, nos désirs et même nos peurs y sont reflétés. La deuxième enveloppe est appelée le nsisim « Halo ou esprit » peut être définit comme étant le magasin psychique ou tout pouvoir spirituel prend forme. D’après le parapsychologue Patrick Nguema Ndong, c’est le lieu de l’inter action entre le mysticisme et le spiritisme. Enfin, la troisième enveloppe est l’ekop « l’épiderme », qui représente la somme totale des sensations de chaque être humain vivant sur terre.

Photographie 1 Représentation astral d’un corps sorcier

Les-pouvoirs-sorcellaires-de-lhomme-fang1.png

Cliché de Maron Heinshct, tiré de l’œuvre de Patrick NGUEMA NDONG, Une nouvelle approche de la sorcellerie, in : Le Monde d’1, n°20 septembre octobre 2005.p 8.
Cette photographie présente une personne, un homme apparemment transparent, un être sous forme de clicher, aux bras levés vers le ciel. Cet être est debout au milieu de nulle part.

Cette photographie présente le corps astral d’un sorcier, car le corps physique d’un être normal n’est pas transparent comme celui que nous avons sur cette photo. Un corps qui rappelle le corps initial de ce dernier avant sa projection astral c’est-à-dire avant sa sortie dans le corps sorcier. Cette représentation du sorcier se fait sous la forme d’un homme transparent qui n’a perdue aucune faculté pendant la transformation. Ainsi, le sorcier garde la somme totale de ses connaissances grâce à la fusion des trois corps subtils à savoir le fulu, le nsisim et l’ekop c’est-à-dire l’union du Hora, du Halo et de l’épiderme qui forme le corps astral. Cette unification permet au sorcier d’être conscient pendant ses multiples voyages.

L’apport de cette photographie a été de mettre en relation les trois corps dont font allusion les Fang pendant la transmission sorcière. A savoir le fulu couverture spirituelle et mystique de l’homme. C’est elle qui, rappelons-le nous révèle les goûts et couleurs qu’un être apprécie, nous montrent également ses forces et faiblesses, le nsisim couverture spirituelle et mystique de l’homme, et l’ekop la somme totale des sensations de chaque être humain vivant sur terre. Cela nous a aussi permis de pouvoir montrer que le sorcier est bien un homme réel car il utilise les quatre dimensions de son être.

Pour mieux comprendre la relation existant entre ces différents corps subtil, nous allons présenter un schéma récapitulatif de l’inter relation mystico spirituelle permettant l’intégration de la sorcellerie dans l’homme. Cette schématisation ne tient pas compte des réalités abstraites mais plutôt du fonctionnement mécanique de l’appareil fonctionnel sorcellaire.

Représentation schématique des corps subtils
[Schéma manquant]
Conception et réalisation Olivier Nguema Akwe

Légende
A : représente l’ekop
X : représente le nsisim
Y : représente le fulu

Ce schéma représente trois cercles regroupés en un. La raison de ces cercles est de bien montrer l’interaction qui existe entre les différents corps subtils et le corps physique d’un homme sorcier. Le grand cercle présent au milieu du premier petit cercle, une représentation d’un être humain, une personne aux mains levées vers le ciel.

Ce cercle, d’une manière générale, a la forme d’un œuf de canne renversé. Il représente l’appareil fonctionnel sorcier. Le premier cercle, c’est-à-dire le cercle A représente l’ekop qui représente la somme totale des sensations de chaque être humain vivant sur terre. C’est le corps subtil le plus proche de la chaire. Le cercle X représente le nsisim qui est le magasin psychique ou tout pouvoir spirituel prend forme. C’est le lieu de l’inter action entre le mysticisme et le spiritisme. Et enfin, le cercle Y représente le fulu, couverture spirituelle et mystique de l’homme. C’est elle qui nous révèle les goûts et couleurs qu’un être apprécie, nous montrent également ses forces et faiblesses. « Le fulu est le miroir intérieure de la personnalité de base. » Le fulu reflète toute notre personnalité car nos émotions, nos désirs et même nos peurs y sont reflétés.

Cette schématisation de l’appareil sorcier nous a permis de montrer le lien qui existe entre la personnalité de base en tant qu’individu avec ses désirs et ses peurs, mais aussi avec l’entourage. Ce lien se fait premièrement à partir de la relation de la sensation qu’a l’homme dans un endroit bien déterminé et de son rapport avec son esprit en vue de s’adapter aux nouvelles donnes climatiques ou environnementales. Par la suite, cette harmonisation corps et esprit va se fondre dans le corps nsisim qui, à son tour, va produire au sorcier l’énergie dont-il a besoin pour faire face à cette réalité. Une fois cette énergie déployée, le fulu va la couvrir et la retransmettre à la pensée c’est-à-dire le cerveau qui va décider quoi en faire. Ainsi, pour que la sorcellerie intègre la personne, le maître sorcier va capturer le nsisim de la personne et le charger d’énergie ; c’est ce corps qui en réalité subit l’initiation chez les Fang en vue de devenir sorcier. Mais pour cela, il faudra que le corps fulu reflète les potentialités de ce dernier. Pendant le voyage initiatique, le corps ekop surveille l’enveloppe charnelle du candidat à l’initiation. C’est alors une relation d’inter dépendance de corps à corps. On peut par exemple faire un parallèle entre la relation des corps que nous venons d’expliquer et l’arbre philosophique de Platon où les racines représente la métaphysique, le tronc la physique et les autres branches toutes les autres sciences. Ainsi, la métaphysique représente le nsisim, la physique l’ekop et les autres sciences le fulu. Cette correspondance renvoie à la trinité c’est-à-dire le Père, le Fils et le Saint Esprit.

Récit n°6 en français de Augustin Edou (9), 68 ans, Enseignant retraité, récit enregistré le 30 avril 2007 au quartier Ngouema (10).
1 La sorcellerie est le niveau le plus élevé de la connaissance du bien et du mal. Cette connaissance passe par la fusion des corps mystiques que possède l’être humain. Ce sont ces corps qui donnent la puissance sorcellaire au lutteur.
2 Quand un vieux au village, notamment chez les Fang, te dis qu’il va à l’ONU cela voudrait dire qu’il va effectuer une sortie astrale pas dans le sens occidental du terme, mais au sens africain c’est-à-dire une sortie mystique et sorcière à l’aide de ces corps. Il existe chez l’homme fang trois corps différents qui une fois réunis forment le corps sorcier du vampire.
3 ONU signifie bien l’Organisation des Nations Unis. Alors, dire que je vais à l’ONU chez les Fang voudrait dire aller où tous les grands hommes de ce monde se retrouvent pour traiter affaires. Mais pour se rendre dans cette dimension, il faut alors connecter les trois corps spirituels de l’homme et trouver la clé de l’envol sacré pour parler comme Bergson.

Ce récit nous présente la sorcellerie comme le résultat de l’union des trois corps mystiques et subtils de l’homme fang dans le processus sorcier. Cette union des corps n’est possible qu’à partir de l’expérience vécue auprès d’un maître qualifier. Le récit fait état du don mystique des trois corps subtils.

Ce don mystique que procure la réunion des corps est le voyage astral pour se rendre où tous les esprits « préparer » de ce monde se retrouvent au cours de la nuit pour traiter du sort du monde ; le lieu de la prise des grandes décisions dont le monde en dépend. Ce monde mystérieux est l’ONU.

_______________
* 1 Tu es une personne (pour dire que tu as plein d’avenir et tu es une personne de haute importance dans la société).
* 2 Patrick Nguema Ndong, la transmission sorcellaire et le portail mystique, Jeune Afrique L’intelligent, n° 245 mai 2006.
* 3 Village d’origine Melépe par Bitam, Clan Essanbein.
* 4 Récit enregistré par Nguema Akwe Olivier à 10h05mn.
* 5 Patrick NGUEMA NDONG, Une nouvelle approche de la sorcellerie, in  : Le Monde d’1, n°20 septembre octobre 2005. P 23-29.
* 6 Bernardin MINKO MVE, Gabon entre tradition et post-modernité, Dynamique des structures d’accueil Fang, Paris, L’Harmattan, 2003.
* 7 Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Folio essais, université de Chicago, 1964.
* 8 Patrick NGUEMA NDONG, une nouvelle approche de la sorcellerie 2, dans Le miroir p. 6, n°8, janvier 2007.
* 9 Village d’origine Tho 2 par Oyem, Clan Effac.
* 10 Récit enregistré par Nguema Akwe Olivier à 20h00 mn.

#3 06-06-2010 15:53:04

Riton le Besogneux
Guest

Re: Fontaine Pierre - la magie chez les noirs ...

Les "médecins" togolais, une chance pour la France ?
Noëlle SACLET
Rivarol 2005 - 2701 du 28 janvier 2005 - page 6
http://www.rivarol.com/

maraboutw.jpg

AU TOGO, un pays africain dirigé depuis 37 ans par le président Eyadéma — ancien de la Coloniale et vieil ami de Chirac —, les cliniques "sauvages" prolifèrent et ne désemplissent pas.

DE LA TRESSE A LA TROUSSE
Dans ces établissements, la profession d'agent de santé (médecins et auxiliaires médicaux) est exercée indifféremment par des informaticiens, des professeurs, des coiffeuses, et même des tresseuses (!), tous "reconvertis" après un apprentissage de quelques mois dans un cabinet de soins ! Par exemple, dans la réputée et bien nommée clinique « La Tolérance », le médecin-accoucheur est un mécanicien automobile dont on ne sait s'il officie avec un tournevis ou une clé à molette... En outre, des gardes-malades et parfois des veilleurs de nuit de certaines cliniques, à force de côtoyer des médecins, donnent eux aussi des soins aux patients. Les médecins et auxiliaires médicaux disposant de cabinets privés forment sur le tas des apprentis moyennant une exorbitante contribution financière. Si, réunissant une vingtaine d'élèves, le "formateur" fait de juteuses affaires, les "reconvertis" y trouvent également leur compte : à peine "formés", certains de ces nouveaux Esculapes créent à leur tour des centres de soins dans des quartiers périphériques et populeux de la capitale où ils seront très sollicités par les franges les plus démunies de la population.
La plupart de ces cliniques "sauvages" ne disposent même pas d'un minimum d'équipement et sont parfois des garages, transformés en cabinets médicaux, ou un coin du salon du fondateur de la clinique. Ainsi, dans des conditions défectueuses et dangereuses, sont pratiqués régulièrement des avortements de grossesses de quatre à sept mois ! Mais si la population togolaise prend le risque de confier sa santé à de tels charlatans, c'est que le pays manque d'infrastructures sanitaires et surtout que les honoraires de ces cliniques sont cinq, voire dix fois inférieurs à ceux pratiqués dans les centres de santé légaux. Le gouvernement a récemment décidé de réagir à cet exercice illégal de la médecine.
Après plusieurs descentes dans des centres de soins privés, le ministre de la Santé a réussi depuis juillet à fermer six cents cliniques et cabinets sauvages. Malgré ce raid ministériel, travaillent encore avantageusement dans la clandestinité ceux non encore repérés par les autorités. En revanche, pour les "reconvertis" privés de leur lieu de travail suite à sa fermeture et habitués à des gains faciles, reprendre leur ancien métier est inenvisageable aussi débarquent-ils en France — d'autant plus facilement que l'Union européenne vient de renouer pleinement sa coopération avec le Togo, interrompue en 1993 pour cause de « déficit démocratique »... miraculeusement comblé aujourd'hui.
Pour les antiracistes, ces immigrés togolais sont « une chance pour la France » qui justement manque de médecins depuis que, il y a trente ans, elle instaura un imbécile numerus clausus des étudiants en médecine. Et comment un directeur de CHU pourrait-il refuser d'embaucher un praticien africain, même dépourvu de compétences certifiées, sans être condamné pour discrimination raciale ?
D'autre part, dans la France en voie de tiers-mondisation. les autochtones seront bientôt astreints à payer intégralement leurs consultations médicales et leurs soins hospitaliers tout en versant des cotisations sociales de plus en plus élevées destinées à soigner gratuitement les allogènes. Mais les indigènes pauvres, toujours plus nombreux, pourront heureusement avoir alors recours aux cliniques "sauvages", peu onéreuses, ouvertes clandestinement « chez nous chez eux » par des immigrés togolais à la science infuse... Quoique, s'ils veulent éviter de prendre des risques mortels en confiant leur santé à ces praticiens ignares et sans scrupules, ces Français de souche feront sans doute mieux de consulter un des nombreux marabouts africains gyrovaguant librement dans nos contrées afin que, grâce à ses gris-gris aux pouvoirs bénéfiques, il éloigne d'eux la funeste maladie.

childrentwo.jpg

Comment soigner ses hémorroïdes
Rituel de soumission avant la lubrification, puis la sodomie expiatoire

Bientôt dans nos campagnes :
http://www.afrik.com/article7508.html
Cliniques sauvages au Togo
Quand des mécaniciens s’improvisent gynécologues

Les « cliniques sauvages », ouvertes par des personnes qui n’ont souvent rien à voir avec la médecine, fleurissent chez les particuliers au Togo. La seule ville de Lomé en compterait 680. Véritables problèmes de santé publique, le ministère de la Santé a décidé de leur faire la chasse. Depuis 6 mois, il en a fermé une quarantaine et mis les responsables sous les verrous.

#4 19-06-2010 22:51:16

AlasDeFuego
Guest

Re: Fontaine Pierre - la magie chez les noirs ...

Quelques liens pour se rendre compte qu'ils aiment le sang ...

sacrificegaulois2.jpg

Bientôt chez nous ...

Depuis la décolonisation, les sacrifices humains perdurent en Afrique :

http://www.unhcr.org/refworld/country,, … 362,0.html
http://www.afrik.com/article8371.html
http://www.afrik.com/article8634.html
http://www.afrik.com/article3512.html

Et les albinos seraient tout particulièrement visés :

http://www.afrik.com/article13520.html
http://www.afrik.com/breve14480.html
http://www.afrik.com/article17905.html

http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/8624269.stm

Last edited by AlasDeFuego (19-06-2010 22:53:48)

#5 20-06-2010 12:33:18

AlasDeFuego
Guest

Re: Fontaine Pierre - la magie chez les noirs ...

Haïti : De plus en plus de meurtres liés à l’occultisme


Posté le 28 décembre 2009
Apparemment plus en ligne, mais rien ne se perd sur le Net pas Net
De plus en plus de meurtres sont liés à la magie noire, surtout en cette période de fin d’année où d’habitude la sorcellerie est en flèche en Haïti.

L’un des premiers cas à avoir fait grand bruit au cours de l’année 2009 est survenu dans le Sud d’Haïti où un groupe de personnes participant à une veillée de prière ont été tuées au cours de la nuit.

Signe particulier, les victimes portaient sous la plante des pieds un cœur transpercé d’une flèche. Le crime était signé. Les survivants du drame ont déclaré avoir été aux prises avec une « force d’origine inconnue ».

La même expression est revenue dans la dernière tragédie de ce type survenue cette fois à Pétion-Ville, dans les hauteurs de Thomassin où une famille a été pratiquement terrassée. 4 personnes ont trouvé la mort dont un bébé, cinq autres ont été conduites à l’hôpital dans un état grave, indique l’agence Alertehaiti.

Selon l’agence, aucune trace de blessures, n’a été retrouvée sur les corps. Aucun signe indiquant que les personnes retrouvées mortes ou inconscientes ont été victimes de violence.

Aucun signe de cambriolage n’a non plus été observé non plus, précise le site qui révèle qu’un autre cas de ce genre a été enregistré dans la zone de Fort Jacques, Kenskoff, Pétion-Ville.

Selon, le porte-parole de la police, les survivants du drame racontent avoir été confrontés à une « présence d’origine inconnue », ce qui laisserait supposer qu’il s’agirait de magie noire, en attendant les résultats d’une enquête policière.

A Jacmel, il y a deux quelques semaines, une quarantaine de jeunes filles d’une école privée ont quant à elle déclaré avoir été mis en présence de « choses bizarres » avant de s’évanouir simultanément. Aucun mort n’a été dénombré.

Toujours dans la ville touristique, au cours de la période de fêtes de fin d’année, un président de « bande Chanpwel » a, sur les ondes d’une station de radio de la capitale (très sérieuse et de grande écoute) mis en garde ses pairs « d’opérer » à la nuit de Noël et du nouvel an. Histoire de laisser les « profanes » s’amuser toute la nuit en toute quiétude.

A Miragoâne, un jeune homme a été retrouvé mort chez lui avec un trou dans la gorge. Son gosier a été enlevé. Beaucoup d’autres assassinats tout aussi inexplicables et cruels se produisent à cette période de fin d’année en Haïti.

« La police reste perplexe face à des crimes de ce genre », a déclaré le porte-parole de la PNH. La police se garde des fois d’intervenir, elle-même paralysée par la peur.

Haïti a depuis 2003 institué le vaudou comme religion officielle. Depuis, les associations de vaudouisants ont pignon sur rue et se multiplient à travers le pays.

En Haïti, la loi haïtienne ne prévoit aucune sanction contre les meurtriers agissant sous le couvert de mysticisme. Pour la plupart des législateurs haïtiens, qui disposent de sorcier personnel (qu’on appelle hougan ou bocor), la sorcellerie est censé ne pas exister.

En Haïti, la politique et le vaudou sont très liés. Pour preuve, un jeune sorcier ayant adopté la foi évangélique à Carrefour, banlieue sud du pays, a confessé avoir été le bocor attitré d’un ancien premier ministre ayant des ambitions présidentielles.

#6 07-09-2010 16:45:59

MimilleLaBordille
Guest

Re: Fontaine Pierre - la magie chez les noirs ...

Son serviteur, un juif a fait cela :

Faudrait pas croire que l'on mente, non ! faut pas, voici le document sur youtube

http://www.youtube.com/watch?v=KxAr9M5rRbc

pour comprendre aller à la 7'15'' - tout est dit ...

L'arabe est fort superstitieux comme son cousin le youpin. D'ailleurs les méthodes sont issues de la QBHL et sont pour ainsi dire identiques. On a eu à subir cela nous aussi. Mais voilà, le choc en retour existe et les pauvres se sont retrouvé(e)s avec la nouille en berne ou la foufoune sèche, pas nous, nous avons récupéré(e)s leur force à se reproduire.

Ne faites pas cela envers nous, cela sera ridicule, nous sommes aimé(e)s de D.ieu (le leur, bien évidement) et il nous aide à détruire les mensonges qui le ridiculisent.

Board footer


Minds - VK - GAB - RSS

Balder Ex-libris - Histoire Ebook - Free PDF - Aryana Libris - PDF Archive

Aldebaran Video - Viva Europa - Le Gentil - Un grain de Sable

WAWA CONSPI
WAWA CONSPI
The Savoisien
The Savoisien - Lenculus
Exegi monumentum aere perennius