WAWA-CONSPI - Par la connaissance nous les briserons !

Archives Conspirations Mondiales.

Vous n'êtes pas identifié.

#1 22-04-2010 06:58:18

AlasDeFuego
Invité

Anton Parks - Le secret des étoiles sombres Tome I & II

Anton Parks





http://www.the-savoisien.com/blog/public/img6/moumoul_band_anton_parks.jpg



http://www.the-savoisien.com/blog/public/img6/Parks_Anton_Les_chroniques_du_Girku_Volume_1.jpgLes chroniques du Girku Volume 1 Le secret des étoiles sombres.pdf
http://www.histoireebook.com/index.php? … u-Volume-1

Les chroniques du Girku Volume 2 Adam Genisis.pdf
http://www.histoireebook.com/index.php? … u-Volume-2














http://www.the-savoisien.com/blog/public/img6/Parks_Anton_Les_chroniques_du_Girku_Volume_2.jpgOn n'aime pas ce genre d'écrit. La couverture d'antas (satan) et l'auteur, les remerciements du tome II, nous donne l'angoisse. Mais d'autres aiment et puis cela peut permettre d'ouvrir la conscience de beaucoup à ce qui nous environne.
Pourquoi pas ? En définitive, l'offrir à tous ...
Tiré du site Karmapolis, car nous nous sommes trop stupide pour cela.


__________

Anton Parks, auteur autodidacte de nationalité française, a écrit avec le « Secret des Etoiles Sombres » le premier tome d’une trilogie surprenante parce qu’inclassable : récit épique, mythologique, saga mélangeant science-fiction et héroïc fantasy ou livre «historique» dans la mesure où il nous dévoile notre histoire la plus occulte et la plus mystérieuse ; que se passait-il sur terre avant la venue de l’homme ? Qu’est ce qui a précédé et provoqué l’avènement des civilisations humaines?
Que signifient en réalité les histoires quasi incompréhensibles et parfois contradictoires (un dieu ou plusieurs dieux) contenues dans la Bible et d’autres textes comme la Bible Slavonique, les manuscrits de la Mer Morte ou les évangiles de Nag Hammadi ?
Quelques auteurs comme René Boulay (Flying Serpents and Dragons, The Book Tree) ou Zecharia Sitchin (La 12ième planète, Louise Courteau Editrice) ont réussi à décrypter une petite partie des innombrables textes en écriture cunéiforme trouvés dans les ruines d’anciennes civilisations akkadiennes, sumériennes ou assyriennes et ont commencé à livrer à un grand public souvent incrédule des clés pour comprendre et visualiser ce passé lointain : il semble acquis que les «dieux» qui auraient jeté les bases de colonies civilisatrices sur terre, il y a de nombreux millénaires, étaient de type «reptilien». Boulay passe en revue dans son ouvrage tous les textes, chroniques historiques et «mythes» qui relatent que les premiers êtres à avoir amené sur terre les bases de la vie intelligente et de la civilisation étaient des dragons : non pas des sortes de dinosaures et autres sauriens mais des entités de type humanoïdes recouvertes d’écailles, possédant deux jambes, deux bras et parfois des ailes. On retrouve ces descriptions dans les chroniques chinoises, sumériennes, indiennes (Mahabharata) ou égyptiennes mais également sur des bas reliefs des civilisations d’Amérique centrale et du Sud. Souvent, ces entités sont décrites comme étant bénéfiques (surtout en Chine). Dans l’ancienne Sumer, il existe des « dieux » colonisateurs bienveillants et considérés comme protecteurs du genre humain comme Enki ou dictatoriaux et cruels comme Enlil. L’importance des dragons et autres reptiles s’est étendue jusqu’au Moyen-âge où les récits de chevaliers affrontant des dragons dans des grottes (surtout en Angleterre) ou de villageois bénéficiant des largesses et de la protection de cet être merveilleux (sud de la France) étaient considérés comme des histoires vraies.
Nombre d’archéologues et de spécialistes des textes sumériens sont restés pantois et perplexes face à la cohérence de la multitude de récits narrant la venue de ces dieux venus des tréfonds du cosmos dans leurs chariots de feu pour créer des colonies sur terre. Ils ont voulu y voir des métaphores et des paraboles symbolisant les luttes éternelles entre les pulsions destructrices et constructrices de l’homme face à la nature. D’autres comme Boulay et Sitchin ont décidé de ne pas interpréter ces textes mais de les prendre pour ce qu’ils sont : des narrations d’événements réels et fantastiques parce qu’incompréhensibles pour l’entendement de l’homme de cette époque face à la puissance d’un tel déploiement technologique.
Anton Parks poursuit les travaux de Sitchin et Boulay et les pousse bien plus loin. Il nous montre par exemple que cet arrière fond «reptilien» est encore plus vaste et plus prégnant puisque l’on trouve encore aujourd’hui dans de nombreuses ethnies de type animiste, surtout en Afrique (comme au Mali) de très claires allusions à la présence de ces êtres reptiliens. Sans vouloir dévoiler le contenu complet de cette trilogie dans l’interview, l’auteur, très proche des conceptions que les Gnostiques avaient du monde, nous explique comment et pourquoi des systèmes de pouvoirs et de croyance de type patriarcal et très hiérarchisés ont pris les rennes de notre civilisation. Et en fin de compte, les conflits meurtriers que nous avons toujours connus et qui semblent aller en s’intensifiant ainsi que l’avènement d’un Nouvel Ordre mondial (intronisé par le discours de George Bush «père» le 11 septembre 1991, soit 10 ans avant le 11 septembre) ne seraient que les conséquences de décisions prises il y a plusieurs milliers d’années.
Selon Parks, ces «dieux» reptiliens de l’antique Sumer ne seraient pas nos créateurs comme l’affirme Sitchin mais nos «re-créateurs». Ils ont fait main basse sur une partie la banque génétique du vivant, l’ont prise en otage pour la détourner et servir leurs propres ambitions : le pouvoir.
Comment Anton Parks a-t-il été mis en présence d'une telle qualité d'information si cohérente ? D’où lui vient cette vision si pénétrante de la langue sumérienne et des chroniques de cette ancienne civilisation, surgie de nulle part comme si elle avait fait un bond technologique inexplicable ? Rien que cette partie de la question mériterait tout un livre. Anton se montre circonspect sur cet aspect du livre mais il n'en fait par ailleurs aucun mystère : depuis l'âge de 14 ans, il a été traversé par des visions de mondes, de galaxies, de civilisations et d'êtres étranges. Après avoir douté de son équilibre mental, il s’est ensuite demandé s’il ne s’agissait pas de visions d’un improbable avenir. Ce n'est que bien plus tard, après avoir compulsé les premiers ouvrages relatifs à la civilisation sumérienne, qu’Anton constatera que ce qu’il voyait était relié au «réel» et à l’histoire. Tout prenait corps et signification!

Incroyable? Peut-être. Mais pour ceux que cet aspect quasi initiatique et prophétique laisse indifférent, pour ceux qui refusent de croire l’étonnante aventure intérieure qui a mené Anton Parks à nous livrer ce récit dense et détaillé, Le Secret des Etoiles Sombres reste une saga au souffle épique qui ravira les amateurs de mystères.

Dernière modification par AlasDeFuego (12-11-2010 03:08:47)

 

#2 23-09-2013 02:26:42

Sycophante
Invité

Re: Anton Parks - Le secret des étoiles sombres Tome I & II

Parks Anton
Le Testament de la Vierge ou la nativité décryptée
http://www.histoireebook.com/index.php? … -la-Vierge

Ne vous fiez pas au titre de cet ouvrage.
Son intitulé aurait très bien pu être Diathèke apo Parthenos,
en langage grec du Nouveau testament, que se traduit
par "L'Alliance" ou "Le Testament de la Vierge", ou encore "La mise en Ordre de la Vierge". ...


On pourra lire aussi quelques œuvres de Zacharias Sitchin :
http://the-savoisien.com/wawa-conspi/viewtopic.php?id=1077

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img26/parks/Parks_Anton_-_Le_Testament_de_la_Vierge_s.jpgExtrait d'une interview "Magazine Les Grands Mystères de l'Histoire, Hors Série, n° 10, décembre 2009".

GMH : Voulez-vous dire que les propos de Zecharia Sitchin au sujet de Neberu ne sont pas crédibles ?

   

Anton Parks : Je n'ai rien contre M. Sitchin, mais puisque vous m'en donnez l'occasion ici, je vais rétablir une vérité malheureusement déformée involontairement ou volontairement par cet auteur depuis plusieurs décennies. Je ne suis pas contre l'idée q'un astre puisse vagabonder dans des systèmes planétaires, mais le problème ne se situe pas là.
    Selon les propos de M. Sitchin, les "dieux" sumériens Anunnaki proviendraient de la planète Neberu (qui est en perdition), et ces derniers trouveraient de l'or sur Terre pour restaurer leur atmosphère. Sauf preuve du contraire, les tablettes mésopotamiennes qui formuleraient ces informations n'existent pas. Aucun érudit, aucun spécialiste n'en a jamais fait mention, même entendu parlé ! J'ai fait de longues recherches dans de multiples bibliothèques spécialisées et auprès de plusieurs éditeurs spécialisés dans l'Orient ancien : rien, ces textes n'ont jamais été catalogués… Depuis plus d'une trentaine d'années il a été maintes fois réclamées à Zecharia Sitchin de fournir les références de ces tablettes, mais il ne l'a jamais fait.
    Je rappelle aux personnes qui liront ces lignes attentivement, qu'à ce jour, bon nombre de lecteurs et magazines croient toujours aveuglément à la thèse fictive de Sitchin selon laquelle l'astre mésopotamien Neberu serait une planète d'où proviendraient les "dieux" sumériens. Idem pour cette idée d'or tirée des mines terrestres pour filtrer et stabiliser l'atmosphère de cette planète soit-disant en perdition, selon les propos de cet auteur. Libre aux magazines spécialisés de colporter ces inepties. Maintenant que les récits mésopotamiens sont disponibles dans les plus grandes bibliothèques et sur le Net, plus d'excuses ! Tout journaliste sérieux pourra vérifier et constater par lui-même…
    Je suis totalement sidéré de voir un tel contentement autour d'un sujet aussi sérieux et qui finalement génère à la fois de la peur et surtout de la désinformation. Le problème vient aussi du crédit que l'on porte à Zecharia Sitchin qualifié, probablement à raison pour certains points, de grand érudit, notamment grâce à son CV. Cependant, l'auteur allemand Frank Dörnenburg a récemment mis le doigt sur un problème dans le CV de Sitchin. Il est écrit noir sur blanc à son propos qu'il aurait "acquis son diplôme au London School of Economics" (LSE)". Or dans cette école, on ne peut absolument rien y étudier qui ait un rapport avec l'archéologie, la sumérologie, le cunéiforme et les hiéroglyphes. Frank Dörnenburg note que de toute évidence, l'école LSE s'est transformée dans sa biographie en "Université de Londres" où là, on peut effectivement étudier l'archéologie. Et à Dörnenburg de conclure : "Il est plutôt probable que, comme adolescent, Sitchin ait bouquiné de la littérature appropriée. Il est évident que le CV de Sitchin a été maquillé soigneusement pour faire d'un journaliste économique un "expert spécialisé" en langues antiques et en archéologie", source : http://doernenburg.alien.de/alternativ/ … /pyr06.php
    Je pense simplement que M. Sitchin a dû se dire, au début de ses travaux, qu'il ne serait jamais mis en défaut par les spécialistes des tablettes parce qu'il savait qu'ils ne s'abaisseraient jamais à cela.
    Bien entendu, cela n'enlève rien aux recherches de cet auteur concernant les sujets autres que Neberu. Son travail est important, particulièrement celui qui concerne certaines de ses traductions des tablettes mésopotamiennes et ses déductions.

 

#3 27-10-2014 17:26:24

Dejuificator II
Maîtres Ascensionnés V.I.P
Date d'inscription: 03-03-2011
Messages: 549

Re: Anton Parks - Le secret des étoiles sombres Tome I & II

Moumoul
Anton Parks et son groupe de musique




http://www.the-savoisien.com/blog/public/img6/anton_parks.jpg




Anton Parks Moumoul.zip 460.8 MB
https://mega.co.nz/#!0oIlzKwY!LPVuqMxHa … DULdGMTpDU


































Dernière modification par Dejuificator II (27-10-2014 17:29:23)


Nous serons toujours là.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr