WAWA CONSPI

Exegi monumentum aere perennius


To menu | To search


Donate

Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer

Spirituality - Permalink - 448 reads

, 08:08

La_permaculture_de_Sepp_Holzer.jpg


Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer
"L'agriculteur rebelle" d'Autriche - Guide pratique pour jardins et productions agricoles diversifiées

Sepp Holzer - Sepp Holzer’s permaculture
A practical guide to small-scale, integrative farming and gardening


Préface
A chaque fois que mes tournées de conférences me ramènent dans mon pays natal, l'Autriche, je suis très heureux de pouvoir rendre visite à la famille Holzer au Krameterhof et de pouvoir « bavarder » avec Sepp Holzer sur les principes de la permaculture.

La gestion durable, l'économie de recyclage et la permanence de l'environnement sont des notions qui deviennent de plus en plus évidentes dans notre existence. Le sable dans le sablier de l'histoire du monde semble s'écouler de plus en plus vite. Il suffit de citer ici les mots-clés, mondialisation, technologie et croissance économique. Les ressources naturelles de la planète Terre en subissent de plus en plus les conséquences négatives. La population mondiale en constante augmentation contribue également à la surexploitation des sources naturelles de vie de la planète. Les ressources non renouvelables - essentiellement les énergies fossiles, pétrole et gaz - s'approchent de leur fin, ce qui risque d'entraîner des conflits de distribution. Sans parler du changement climatique qui devrait être le défi majeur des prochaines décennies.

Grâce à son économie de recyclage, le mouvement permaculturel, qui grandit à l'échelle mondiale, apporte une contribution constructive à la résolution de tous ces problèmes. Il met en évidence des pistes menant à une société durable et permanente. Des hommes tels que Masanobu Fukuoka, Bill Mollison, David Holmgren et Sepp Holzer, qui développent et font connaître la permaculture, nous présentent des alternatives permettant de vivre avec la nature et non contre elle. Il est fascinant de constater que l'observation de la nature nous amène à la compréhension et à la connaissance. C'est pourquoi de nombreux « permaculteurs » ont en commun un esprit curieux, pragmatique et sainement sceptique. Sepp Holzer est un bon exemple d'homme de métier qui met ses connaissances en pratique. La réussite de ses activités est toujours concluante. Sepp Holzer est un exemple concret de l'expression anglaise « Walk the Talk » ( « fais ce que tu dis » ).

La création d'une culture permanente a pour objectif essentiel de ramener la culture dans l'agriculture. Les agriculteurs et les jardiniers sont les producteurs de produits alimentaires et ils sont, de ce fait, les porteurs de la culture. La destruction du sol élimine également l'agriculteur - et, donc, également la culture. Nos fermes et nos jardins sont les reflets de notre comportement vis-à-vis de la nature. C'est pourquoi nous avons besoin aujourd'hui d'un changement de paradigmes et de nouvelles valeurs orientées vers l'éthique et l'écologie. Pour le dire de manière plus lapidaire, nous avons besoin d'une « biocratie » au sens littéral du terme.

Où exactement ce changement doit-il démarrer ? Par exemple, auprès des enfants dans les écoles, mais avant tout parmi la population urbaine ! C'est le consommateur qui a le plus grand pouvoir dans notre économie de marché orientée vers le profit. C'est lui qui, par son pouvoir d'achat, détermine comment seront utilisées nos ressources. Les livres comme celui présenté ici peuvent être des aides précieuses pour rendre les consommateurs plus conscients des fondements de notre existence. Je suis heureux que Sepp Holzer ait trouvé le temps de transmettre son expérience, sa compréhension et son savoir aux générations futures. J'espère que ce livre nous apportera des conseils utiles sur la voie d'un avenir durable.

Joe Polaischer
Rainbow Valley Farm
Nouvelle Zélande, Juillet 2004


Sepp_Holzer.jpg

Pionnier de l'agroécologie, Sepp Holzer dont la ferme est installée au sud de Salzbourg (Autriche), est à l’origine d’une des plus belles réussites en permaculture. Sa philosophie ? Il faut miser sur la biodiversité et coopérer avec la nature plutôt que la combattre.

En Autriche, depuis le succès de sa biographie éponyme qui s’est vendue à 120 000 exemplaires, on l’appelle l’agriculteur rebelle. Bouille ronde et barbe poivre et sel, coiffé d’un éternel chapeau de feutre, Sepp Holzer témoigne depuis 50 ans qu’un autre paradigme est possible. Qu’il existe des alternatives durables et prometteuses à l’agriculture conventionnelle qui épuise les sols et contribue largement au réchauffement climatique.

Au Krameterhof, sa ferme de 45 hectares perchée à flanc de montagne dans le Lungau, pas de monoculture –c’est « antinaturel » et contre productif martèle t-il- mais une extrême diversité de productions végétales et animales en tous genres : légumes, fruits, champignons, herbes médicinales, poissons, écrevisses, porcs, bœufs etc.

Ici, pas de plantes hybrides qui lient l’agriculteur au semencier auprès duquel il doit racheter chaque année ses semences, mais une profusion de variétés anciennes de légumes, céréales et fruits, goûtus et nourrissants. Pas de combat contre la nature à l’aide de produits phytosanitaires et d’engrais chimiques mais une collaboration respectueuse avec l’écosystème et tous les êtres vivants de l’alpage. « Plus un système est diversifié, plus il est stable. Dans ma ferme, je n’ai aucun problème de surpopulation de nuisibles car la nature est parfaite et maintient un équilibre général», souligne t-il.

Sepp Holzer a longtemps fait figure de « cinglé » aux yeux de ses voisins et été regardé avec suspicion par l’administration qui a multiplié les procédures, tracasseries et procès à son encontre.

Dans le Lungau, sa région natale qualifiée de « petite Sibérie autrichienne », beaucoup pensaient que l’expérience serait de courte durée. Cinquante ans après, le Krameterhof se porte comme un charme. Il emploie 4 collaborateurs à mi temps et écoule sa production en vente directe auprès de particuliers et de restaurateurs. Des 20 hectares de terres, en partie stériles, hérités de son père en 1962, Sepp a fait une ferme prospère de 45 hectares qui attire des visiteurs du monde entier. Ici, la biodiversité n’a jamais été aussi grande comme l’a montré une thèse universitaire publiée il y a quelques années. A Vienne, au ministère de l’agriculture, cette approche demeure pourtant méconnue. Thomas Rech, chargé du programme d’aide aux agriculteurs biologiques (l’Autriche est n°1 pour le Bio en Europe avec 20% de la surface agricole utile), est perplexe. « Une ferme en permaculture dans le Lungau, vous me dites ? ».

Un précurseur de la permaculture

Pour gagner le Krameterhof depuis le village de Ramingstein, il faut emprunter une petite route cabossée en pente raide slalomant entre les sapins et de rares chalets accrochés aux flancs de la montagne. Après avoir franchi le portail de la ferme et longé le potager, on débouche sur une clairière bordée de deux maisons en rondins de bois. L’une d’elles abrite une boutique où des pots de confitures, de miel, et des flacons de sirops et autres eaux de vie de poires made in Krameterhof s’entassent sur les étagères. La clairière jouxte un jardin forestier. Sous la canopée d’arbres fruitiers, l’étage inférieur est occupé par des fruitiers nains et des buissons à baies sous lesquels ont pris place des légumes et des herbes vivaces au niveau du sol, ainsi que des tubercules et des plantes grimpantes. La production d’un tel jardin dépasse largement celle d’une exploitation en monoculture. Comment expliquer une telle productivité ? « Par les synergies et interactions bénéfiques entre toutes ces variétés, par la coopération qui s’établit entre elles», explique, le sourire aux lèvres, Josef Andreas devant une vingtaine de paysans en herbes venus de République Tchèque, tous fondus de permaculture. Blond et joufflu, le fils de Sepp Holzer a repris la ferme en 2009, laissant son père se concentrer sur l’essaimage de sa méthode à l’échelle internationale.

Ouvrir le champ des possibles

La permaculture ? Sepp Holzer recourait à cette approche avant même que le terme ne soit forgé en 1978 par les Australiens Bill Mollison et David Holmgren. Ses principes de base sont bien connus. Il faut avant tout s’inspirer des cycles naturels, favoriser les interactions entre les éléments et leur multifonctionnalité, créer des structures de petite taille mais de haut rendement et jouer sur la diversité.

La permaculture s’efforce aussi de faire une utilisation judicieuse et efficace des énergies renouvelables disponibles en accord avec le biotope. Sur ses terres étagées de 1100 à 1500 m d’altitude, l’agriculteur autrichien a tout fait pour conserver le plus longtemps possible cette ressource précieuse qu’est l’eau. En canalisant les sources, il a créé plus de 70 mares et étangs. Fidèle à l’un des principes de base de la permaculture, en vertu duquel un élément doit remplir plusieurs fonctions, les plans d’eau et les forts dénivelés ont permis de fournir de l’énergie hydraulique qui alimente toute l’exploitation en électricité. Mais aussi une importante réserve halieutique où s’épanouissent une trentaine de variétés de poissons et d’écrevisses. Ses plans d’eau, et ses kilomètres de terrasses aménagées de façon à pouvoir cultiver sur des pentes raides, ont permis de créer également des microclimats bénéfiques aux cultures. Les pierres et les étendues d’eau accumulent la chaleur pendant la journée, et la diffusent pendant la nuit, réduisant ainsi les écarts de température. Résultat : Sepp Holzer est parvenu à faire pousser des milliers d’arbres fruitiers (pêches, poires, abricots, cerises, etc ) à une altitude (1100 à 1500 m) où ils sont d’ordinaire absents. De même, les experts qui clamaient qu’il était impossible de planter des céréales sur ces alpages ont pu observer que le blé, l’épeautre, l’avoine, l’orge et le seigle y parvenaient à maturité. « Cela ne fonctionne que si l’on emploie des variétés anciennes et robustes. Contrairement aux semences hybrides industrielles, elles s’accommodent de sols pauvres et de températures extrêmes », insiste le paysan rebelle.

Ces céréales anciennes, mieux adaptées aux conditions locales, ont le mérite, en outre, d’être beaucoup plus protéiniques, plus nutritives et plus faciles à digérer. « Sa méthode n’est pas forcément reproductible partout, mais Sepp Holzer a le mérite d’avoir bousculé nos paysages mentaux et ouvert le champ des possibles en montrant que d’autres formes d’agriculture sont possibles », insiste Charles Hervé-Gruyer qui codirige la Ferme du Bec Hellouin en Haute Normandie.

Eric Tariant


Sepp Holzer - PDF

Agriculture - PDF
Potager - PDF


Sepp Holzer's Mountain Permaculture Farm

You might also like

CEDADE_La_mujer_en_la_familia.jpg

CEDADE - La mujer en la familia

CEDADE - La mujer en la familia CONCEPTO DE FAMILIA y MATRIMONIO Es evidente que la mujer en la...

Continue reading

Lagueyrie_Annie_Permaculture_Le_guide_pour_bien_debuter.jpg

Lagueyrie Annie - Permaculture Le guide pour bien débuter

Lagueyrie Annie - Permaculture Le guide pour bien débuter Jardiner en imitant la nature Complice de...

Continue reading

Christian Karl - Rudolf Steiner Handbook

Christian Karl - Rudolf Steiner Handbook Preface The original German version of this handbook...

Continue reading

Vive l'Europe - Oleg, le libre païen & Daniel Conversano

Vive l'Europe - Oleg, le libre païen & Daniel Conversano mai 2017 Commentaire posté sous la...

Continue reading

La_permaculture_de_Sepp_Holzer.jpg

Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer

Sepp Holzer - La permaculture de Sepp Holzer "L'agriculteur rebelle" d'Autriche - Guide...

Continue reading